Page noire de Frank GiroudDenis LapièreRalph Meyer - 4 critiques

Edition : Futuropolis/Gallimard
Pages : 104 pages en couleurs
Parution : août 10
Auteurs : Frank GiroudScénaristeDenis LapièreScénaristeRalph MeyerDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : Quentin Voir les critiques de Quentin (04 janv. 2011)

Un bon polar, solidement construit et dessiné par des auteurs qui ont déjà fait leurs preuves, qui procure un bon moment de détente.

Par : yannick Voir les critiques de yannick (02 nov. 2010)

Un petit polar publié par Futuropolis ? Je suis curieux de voir ça étant donné que cet éditeur est plutôt spécialisé dans la production de romans graphiques ! Ce sont Frank Giroud et Denis Lapierre qui se sont activés au scénario accompagné de Raph Meyer au dessin : autant dire que ce ne sont pas des auteurs inconnus pour tous ceux qui lisent régulièrement des bds !

« Page noire » nous propose de suivre les péripéties de Kerry Stevens qui essaie à tout prix de connaître l’identité de Carson Mc Neal. Ce dernier est un écrivain à succès mais il a particularité de ne s’être jamais vu en public et de ne jamais avoir accordé une interview à quiconque. Cependant, Kerry Stevens a eu la chance grâce à ses relations professionnelles de lire une partie du dernier roman de Carson Mc Neal, bien avant sa sortie officielle. Dans ce livre (et aussi, dans ce présent récit), les lecteurs suivront la vie assez tumultueuse d’Afia Maadour…

Il faut reconnaître que le scénario de « Page noire » est très bien construit, très bien conçu… je dirais même que c’est TROP bien pensé même ! Car, tout cela manque énormément de spontanéité, de naturel dans ce récit ! J’ai du mal à croire que le personnage principal, c'est-à-dire l’écrivain, ait mené tout le monde du bout des doigts sans anicroche à ce point-là ! A moins de s’appeler Dieu, ce mec a une chance pas possible ! Comment être convaincu qu’il a pu pratiquement tout connaître de la vie d’une des héroïnes tout en ayant été à des centaines voire des milliers de kilomètres d’elle ?

A part ça, j’avoue que cette histoire m’a tout de même fait accrocher à sa lecture jusqu’au bon deux tiers du récit : le récit était passionnant, les personnages étaient vraiment intéressants… Après, le derniers tiers du livre, je le sentais venir avec cette révélation qui ne m’a pas convaincu.

Graphiquement, Ralph Meyer utilise deux types de dessin pour cette bd : un style assez simple et proche de la ligne claire pour accompagner les péripéties de la journaliste et de l’écrivain ; et un style plus actuel, voire plus « informatisé », pour suivre les aventures d’Afia Maadour, l’autre héroïne. Pour être franc et bien que je sois plutôt réticent à contempler les dessins réalisés sur ordinateur, je préfère ce style du moins ce que Ralph a été capable de concevoir avec cet outil. Le style utilisé pour les séquences liées à la journaliste m’est apparu trop dépouillé, je n’ai pas aimé par exemple la façon dont l’auteur représente les personnages situés à l’arrière plan (les visages sont trop « schématisés » à mon goût).

Sans ce final, j’aurais hautement apprécié « Page noire ». Jusqu’au deux tiers de la lecture, j’ai été emballé par cette histoire, les personnages étaient vraiment intéressants. Mais ce final… enfin, bref, tout ceci est pour vous avouer que j’ai été déçu par mon feuilletage de « Page noire »…

Par : herve Voir les critiques de herve (20 oct. 2010)

Longtemps, j'ai tourné autour de cette bande dessinée. Entre les critiques dithyrambiques glanées ici ou là et les déceptions, je voulais me faire une idée.
Comme souvent, les éditions Futuropolis nous offre un travail de qualité avec cet album de 100 pages signé par trois grande pointures de la bd : Lapière, Giroud et Meyer.
D'ailleurs les deux scénaristes savent plus que quiconque raconter des histoires, en particulier des histoires de femmes.

J'ai aimé cette histoire, même si j'avais découvert les tenants et aboutissants de l'histoire dès le premier tiers de l'aventure.
Il faut dire que c'est bien foutu, cete histoire croisée entre la recherche de la journaliste et celle d'Afia. En outre, grâce aux couleurs de Caroline Delabie, on ne se perd pas dans ces différentes périodes. Je vous laisse le soin de donner un avis sur la façon qu'ont eu les deux auteurs pour que ces deux histoires s'entrecroisent (c'est très difficile de parler de cette bd sans spoiler) mais c'est vraiment bien amené, comme si je l'ai dit précédement, j'avais deviné la fin (sans doute en raison des nombreuses lectures faites sur les critiques de cet album)

Par contre, j'ai trouvé un certain décalage entre l'attitude des personnages, bien européenne voire française et le cadre de l'action, les Etats Unis. Non vraiment, cela ne colle pas.(peut-être que le pays de la littérature reste à tout jamais ancré dans le vieux continent, qui sait?)

Le dessin de Ralph Meyer, que j'avais surtout apprécié dans sa série, malheureusement sans suite, "I.A.N." (surtout l'intégrale en noir et blanc) ne souffre d'aucun défaut:l'horreur des scènes de "guerre" est bien mis en avant.

Un one shot de grande qualité qui, une fois encore permet aux éditions Futuropolis de se démarquer dans cette période de sorties éditoriales foisonnantes.
Un récit bien construit, très bien illustré...que demander de plus?

Par : Philippe Belhache Voir les critiques de Philippe Belhache (25 sept. 2010)

Ce récit concocté par deux maîtres du genre, Frank Giroud et Denis Lapière, est l’une des (très) belles surprises de la fin août. Ecrit comme un thriller, « Page Noire » met en scène deux destins de femmes. Kerry, jeune journaliste américaine, traque un écrivain aussi talentueux que discret, pour obtenir le scoop qui lui permettra d’être (enfin) reconnue par la profession. Afia, une jeune française d’origine palestinienne, ex-toxicomane tout juste sortie de prison, entreprend un travail sur ses angoisses qui la mène inexorablement vers ses souvenirs d’enfance, vers les atrocités d’une guerre qu’une petite fille ne devrait jamais avoir à affronter. Le lien entre les deux ? L’écrivain Carson McNeal. La première s’est mise en tête d’écrire sa biographie ; la seconde est l’héroïne du dernier-né de ses romans. Mais qui est Carson McNeal ? Les deux récits se superposent, entrent en résonance, alors que se dévoilent un à un les différents protagonistes, leurs espoirs, leurs blessures, les comptes à régler avec leurs passés respectifs, approche sensible du rôle cathartique de l’écriture, de la relation entre la fiction et la réalité. Ils débouchent sur un superbe dénouement, twist à la fois retors et très ouvert, sombre et lumineux. Giroud et Lapière se sont partagé le travail, chacun faisant jouer sa petite musique dans le segment qui lui est dévolu, la fin étant réalisée à quatre mains. Ralph Meyer participe pleinement de l’aventure. Le dessinateur de « Berceuse assassine » et de « IAN », tout juste sorti de l’aventure « XIII Mystery », s’est pleinement emparé du récit, adaptant son style très carré pour développer deux styles graphiques différenciés. Chacun identifie une ligne de récit, soutenu par une codification stricte de la couleur (rouge et noir pour Afia, bleu et vert pour Kerry), élément narratif à part entière. Le feu et l’eau ? L’enfer et le paradis ? Chacun y prendra ce qu’il voudra. Ce très beau récit sur la rédemption s’impose, quoiqu’il en soit, comme l'un des albums les plus enthousiasmants de cette rentrée 2010.


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio