Sauveur de Eric AdamVirginie CadyChristophe Marchetti - 4 critiques

Série : La tranchée - T. 1
Edition : Vents d'Ouest
Collection : Equinoxe
Pages : 48 pages en couleurs
Parution : février 06
Auteurs : Eric AdamScénaristeVirginie CadyScénaristeChristophe MarchettiDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : yannick Voir les critiques de yannick (20 juin 2006)

Avec un tel titre, il n’y a aucun doute que l’histoire se passe pendant la première guerre mondiale.
J’ai un avis mitigé sur cette BD : Autant j’aime la première partie de l’album où le héros se retrouve face à une dizaine de soldats suspectés d’avoir tué l’un des leurs, autant la deuxième partie me déçoit par son éloignement envers l’intrigue initiale. J’ai l’impression que l’histoire se glisse de plus en plus vers une démonstration de l’absurdité et l’horreur de la guerre. C’est un thème que l’on retrouve dans de nombreuses séries, je pense particulièrement au « Cri du peuple » de Tardi qui est très complet sur ce point.
J’aime le dessin de Marchetti, son trait gras et sombre s’adapte bien au thème de l’histoire. Certaines scènes m’ont demandé toutefois un effort supplémentaire de lecture afin de bien reconnaître les personnages notamment lors des séquences de combats dans les tranchées où la mise en couleurs est très sombre.
J’ai le gros sentiment que le deuxième tome va fortement influencer mon avis final envers cette série. Personnellement j’espère bien que l’histoire va revenir à la trame initiale avec cette « enquête » qui s’annonçait intéressante. Wait and see !

Par : Quentin Voir les critiques de Quentin (18 avr. 2006)

«La tranchée» est une nouvelle BD sur la première guerre mondiale, un sujet qui semble inspirer les scénaristes. Un policier militaire arrive sur les lieux d’un crime, dans un abri sur le front, alors que le cadavre n’a pas encore refroidi. Il mène l’enquête pendant qu’une offensive Allemande se prépare. L’album se présente comme un huis clos bavard encadré par deux longues scènes de guerre muettes. On referme l’album sans que l’énigme du meurtre soit révélée, et sans grand espoir qu'elle le devienne un jour. Les scénaristes ont-ils pris le meurtre comme un simple prétexte pour faire parler les personnages et décrire l’horreur de la guerre ou aurons-nous le fin mot de l’histoire dans le second tome ?

Par : Jean-Marc Lernould Voir les critiques de Jean-Marc Lernould (09 mars 2006)

"Sauveur", "La Tranchée" tome 1, scénario de Eric Adam et Virginie Cady, dessin de Christophe Marchetti. Editions Vent d'Ouest.

Guillaume Apollinaire (et non "Appolinaire" comme il est écrit dans l'album) est cité en ouverture de ce premier volume dont la trame se déroule en l'hiver 1917 (une date qui ne figure nulle part dans ce tome 1 et qui n'est mentionnée que dans les promos et catalogues, mais on comprend vite que la guerre de 14-18 n'en tire pas encore à sa fin) :
"Mon amour est puissant j'aime jusqu'à la mort
Tapie au fond du sol je vous guette jalouse"

("la Tranchée").
Un poète qui soit dit en passant n'a guère connu le baptême du feu au plus profond de cette tranchée puisque le recul dû à son statut d'artilleur lui a laissé tout le loisir d'échanger sa fameuse correspondance torride avec Lou.
D'ailleurs dans l'album Sauveur Albertini, l'officier de renseignement qui sert de fil rouge à ce "two shot" et qui mènera l'enquête en terrain bourbeux n'a pas plus d'expérience, et c'est bien terrorisé par les bombardements en première ligne qu'il aboutit dans une casemate française en espérant y trouver un temps de répit. Pas de pot : il y rencontre une dizaine d'hommes entourant un cadavre tout chaud, transpercé par une baïonnette française. Y a du meurtre dans l'air..
Et puisque notre détective n'a vu personne sortir par la seule porte de cette cagna, l'affaire prend des allures du "Mystère de la Chambre jaune", vite mitigée par une resucée du "Crime de l'Orient Express" ("On avait tous de bonnes raisons de le dessouder" dit l'un des suspects), voire des "Dix petits Nègres" puisque l'un des troufions s'évade dans la nature où ce qu'il en reste, mais on peut imaginer qu'on retrouvera un bout de celui-ci dans le tome 2.
En dehors de cet abri, le ciel est bien le seul espace à manifester une couleur rougeâtre dans ce cloaque. Et puisque les "Boches" attaquent soudainement la tranchée, l'enquête devra attendre pour laisser la place à un carnage plus conséquent en nombre et celui là autorisé par les "lois de la guerre". L'assaut de la tranchée française par les Allemands est dantesque, l'irruption des gaz terrifiante (Ce n'est pas un hasard si Virginie Cady consacre la première ligne de sa préface à "Mon Pépé Gaston, à ses poumons brûlés"). Et le "bon Français", s'il veut survivre, doit bien jeter la première grenade qu'il trouve sur ceux qui lui tirent dessus, sans chercher à deviner la couleur de l'uniforme.
On voit que l'affaire ne sera pas simple pour Sauveur mais, comme il est dit dans l'album "Décidément flic c'est un sale métier."
L'ensemble tient bien la route mais il faudra voir les deux albums côte à côte pour se faire une opinion définitive.
Reste côté dessin à noircir le décor de cette boucherie avec un peu plus d'ombres car on imagine quand même mal qu'un tireur d'élite puisse allumer tranquillement des ennemis en tirant depuis la meurtrière d'une casemate éclairée de l'intérieur et qui plus est la clope allumée au bec. On ne le répètera jamais assez : fumer tue !


Le mémorial du jour :
Le 27 février 2006 s'est éteint
L'un des six derniers poilus français
de la guerre 14-18

Agence France Presse

Par : okilebo Voir les critiques de okilebo (28 févr. 2006)

L'idée de base de cet album est assez originale. Oui, concevoir une histoire de meurtre en plein coeur des tranchées, là où les corps s'accumulent à perdre de vue, c'est assez culotté. Pourtant, le résultat est tout à fait à la hauteur du défi. Et c'est donc avec beaucoup d'intérêt que l'on suit l'enquête du lieutenant Sauveur Albertini, un gratte-papier de la police militaire.

Eric Adam et Vincent Cady, les scénaristes, nous proposent un récit tout à fait réussi qui nous plonge en pleine guerre 14-18. Dès les premières pages, les auteurs nous font partager leur vision de cette période assez sombre du 20ième siècle.
A travers ce récit, les scénaristes parviennent parfaitement à nous faire ressentir toute la haine et la solitude qui pouvaient se lire sur les visages de ces soldats.
L'immersion est totale et même si certaines planches sont parfois muettes, les images parlent d'elles-mêmes. Adan et Cady s'attardent également sur le caractère des présumés coupables, ce qui donne de la densité au récit.

Au niveau du dessin, celui de Marchetti est efficace. Les plans serrés, dessinés par l'auteur, accentuent la tension pourtant déjà bien présente tout au long du récit. Grâce à cela, les expressions des personnages sont, également, bien mise en valeur. J'ai remarqué que certains visages me faisaient penser au graphisme de Mathieu Bonhomme (Le Marquis d'Anaon), coïncidence ou influences ?
La Tranchée est un album à lire sans hésiter. Suite et fin dans le prochain tome. A conseiller !


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio