Les 122 critiques de okilebo sur Bd Paradisio...

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet album. J'ai retrouvé, ici, un peu du charme qui se dégage du Vent dans les Saules. Pourtant, le style graphique est totalement différent. Ceci dit, je pense que le trait particulier de Thierry Martin est idéal pour cette histoire. Au niveau du scénario, Jean-Marc Mathis nous fait partager les aventures d'un renard (avec un t) très rusé qui est prêt à tout pour trouver de la nourriture. A travers sept histoires, on suit les péripéties de notre goupil. C'est très agréable à lire et les personnages sont plutôt attachants. "Le Roman de Renart" est un album plein de fraîcheur et de finesse. C'est à conseiller !!!
Deux cons par okilebo
Tronchet nous présente ici un album plein d'humour comme il sait si bien le faire. Bon, c'est vrai que tous les gags ne sont pas au top mais certains d'entre eux sont plutôt réussis. Plusieurs thèmes sont repris tout au long de l'album.(Les raviolis, les filles, les stylos-billes, etc...) Y a pas à dire ces deux mecs sont vraiment cons ! Un album qui est loin d'être révolutionnaire mais qui se lit avec beaucoup de plaisir ! Sympa !
Etienne Davodeau nous dresse, ici, le portrait d'un brave type qui devient justicier pour une cause qu'il croit juste. Le scénario est comme d'habitude chez cet auteur, c'est-à-dire très réaliste et terriblement humain. Cette satire sociale met en avant les magouilles politiques et nous montre que certains de nos élus sont près à tout pour défendre leurs intérêts. De la même manière, il nous démontre que leurs sourires hypocrites et leurs politesses appuyées peuvent parfois séduire certaines personnes. A travers une galerie de personnages intéressants, l'auteur nous plonge dans une ambiance un peu malsaine, mais tellement évidente. Dans ce contexte, le pouvoir est roi et les gens simples peuvent être facilement manipulés au nom de la suprématie politique. Le ton est juste et on ne s'ennuie pas un seul instant. En somme, c'est plutôt convaincant ! Ce qui est stupéfiant avec Davodeau, c'est qu' on a souvent l'impression d'avoir connu ce genre de scénario et la comparaison avec une situation vécue dans notre entourage est parfois étonnante. Je suppose que c'est grâce à cela que l'on reconnaît les grands auteurs, leur talent pour vous faire sentir les choses comme elles sont vraiment, est incontestable. Au niveau du dessin, Etienne Davodeau reste dans la lignée de ses autres albums. Son trait est réaliste et il s'y dégage beaucoup de maturité. Un détail : j'ai remarqué que les récits de cet auteur se passent souvent en été. C'est peut-être une coïncidence, mais bon... Sinon, La Gloire d'Albert est un album à lire et je suis sûr que le sujet retiendra votre attention. Je ne peux que vous conseillez l'achat de cette bd.
Il est clair que Tardi et le Paris des années 40-50 sont indissociables. Une fois de plus, l'auteur nous plonge dans une atmosphère sombre et mystérieuse où les meurtres s'accumulent au fil des pages. Bien entendu, une météo exécrable accentue cette ambiance macabre. Le scénario est très convaincant. L'histoire, bien qu'un peu glauque, est plutôt originale. Ce qui m'a frappé, c'est que tout au long du récit, la dérision est omniprésente. C'est une manière subtile de nous rappeler que cette histoire n'est qu'une pure fiction (dieu merci). Les conclusions multiples, se trouvant à la fin de l'album, accentuent cette impression. Celles-ci sont parfois loufoques puis parfois plus plausibles, mais l'ensemble reste très décalé, pour notre plus grand plaisir. Au niveau du dessin, rien de bien nouveau. Ceci-dit, je pense que changer de style graphique dans ce genre d'album serait une erreur car c'est un ingrédient indispensable à la crédibilité du récit. A la base, Le Secret de L'Etrangleur est un projet qui, au niveau du marketing, était un peu plus ambitieux (5 journaux pré-publiés, des conclusions multiples, une édition spéciale + DVD), mais le résultat est au rendez-vous, c'est le principal. Donc, c'est une bd à lire et à conseiller !
Je suis fan de Davodeau et donc on pourrait croire que cet auteur aurait difficile de me surprendre. Et bien non, j'ai été carrément bluffé par cet album. La lecture de cette bd est un pur régal sur le plan graphique et scénaristique (merci Kris). Nous avons droit, ici, a beaucoup de pudeur et de justesse. Malgré le contexte dramatique, le ton est léger et on plonge dans l'histoire avec beaucoup de facilité. Si je devais choisir entre Les Mauvaises gens et "Un Homme est Mort", (choix difficile car de qualité égale), je pense que mon coeur balancerait vers ce dernier car Les Mauvaises gens met plus en valeur l'aspect politique, ce qui peut parfois être saoûlant. Incontestablement, "Un Homme est mort" est un album à lire. Cette page d'histoire, peu connue du grand public, est vraiment intéressante. Sans parler des protagonistes du récit qui sont souvent bouleversants. PS : Dommage que les auteurs n'aient pas eu la possibilité de retrouver la trace de Désiré et de P'tit Zef. Que sont-ils devenus ? Sont-ils encore de ce monde ? Des questions qui, je l'espère, trouveront, un jour, des réponses. Indispensable !!!!
Leçon de choses par okilebo
Une fois de plus, Gregory Mardon nous offre, ici, un album de toute beauté, chose à laquelle l'auteur nous avait déjà habitués auparavant. En lisant cette bd, j'ai eu l'impression de revivre un peu mon enfance tellement la justesse et le réalisme sont au rendez-vous. Jean-Pierre et Cyril, les personnages principaux, nous font vivre des aventures qui ont un je ne sais quoi de familier. Les parfums de ma jeunesse me sont soudain revenus, pour mon plus grand bonheur. Avec cet album, on partage les joies et les angoisses de ces gamins, on participe a leur découverte et on sourit à leurs bêtises. Le scénario est pourtant très basique. Il ne s'y passe rien d'extraordinaire, mais on le laisse bercer au fil des pages par le ton sensible et non dénué de poésie du récit. Niveau dessin, Mardon nous offre un graphisme réaliste, idéal pour ce genre d'histoire. Cette "Leçon de Choses" est écrite avec pertinence, intelligence et sensibilité, une recette qui nous offre un album de toute beauté. A conseiller et à lire !
Un ciel radieux par okilebo
Il y a déjà un bon bout de temps que je n'avais plus lu un Taniguchi de ce niveau. Bien sûr, dans le scénario d"Un Ciel Radieux", on retrouve une idée de base assez similaire à celle développée dans "Quartier lointain". Ceci dit, on oublie très vite cette petite similitude tellement l'histoire est touchante. Du début à la fin du récit, on est captivé par le destin de ces deux hommes qui ne se connaissent pas, mais qui vont partager leur vie d'une manière assez surréaliste. Le ton du récit est, bien attendu, mélodramatique, mais malgré cela, l'auteur apporte une certaine touche de pudeur à l'histoire en évitant ainsi l'aspect racoleur qui est parfois lié à ce genre d'histoire. Les deux personnages principaux sont, quant à eux, très attachants et brûlants de vérité. Le dessin de Taniguchi est superbe comme à son habitude. "Un Ciel Radieux" est un très beau one-shot. A noter : Je vous conseille de prévoir des mouchoirs car le ton est parfois très émouvant. A lire sans modération !
Vagues à l'âme par okilebo
Ah ! les grands-parents et leurs souvenirs ! Il n'est pas toujours facile d'imaginer et de comprendre leur parcours parfois fascinant parsemé de voyages et de découvertes. C'est ce que Grégory Mardon a essayé de nous faire comprendre à travers ce récit qui, je pense, est autobiographique. L'auteur nous brosse, ici, le portrait d'un homme ordinaire, garçon-boucher de profession et qui en 1937 décide de s'engager dans la marine militaire. A partir de là, on va l'accompagner dans ses voyages à l'autre bout du monde et surtout on va vivre avec lui les moments forts de sa vie. On va partager avec lui sa vision de la seconde guerre mondiale, sa relation avec ses amis et bien-sûr, sa rencontre avec Carmen, sa future épouse. Ce condensé de vie est vraiment convaincant. Le scénario est très réussi et celui-ci nous fait comprendre que les évènements heureux et ou tragiques sont souvent des souvenirs indélébiles. On finit par s'attacher à ce couple qui restera uni par l'amour jusqu'au dernier jour. Un détail que j'ai trouvé vraiment émouvant : c'est la toile cirée sur la table de la cuisine qui a défié le temps et que Carmen regarde avec beaucoup d'émotion, c'est touchant. Au niveau du dessin, le trait de Mardon est très fin. Dans certaines cases, son coup de crayon semble parfois hésitant, mais on lui pardonne car d'autres sont totalement réussites. Les personnages sont très expressifs surtout quand ceux-ci expriment le sentiment de colère. Le résultat est impressionnant. C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai remonté le temps avec cet album. "Vagues à l'âme" est une bd à lire sans hésitation !
Corps à corps par okilebo
Après avoir lu "Vague à l'Âme" et "Incognito", je ne pouvais pas passer à côté de ce "Corps à Corps". Et je dois dire que dès lors, je vais surveiller cet auteur de très près car je trouve que Gregory Mardon a beaucoup de talent. Le scénario de cet album est, en fait, un chassé-croisé de personnages plutôt singuliers. Le résultat est tout à fait réussi. Chacun d'eux a une vraie densité. De plus, leurs personnalités sont complexes et même parfois torturées, ce qui nous donne souvent des situations très intéressantes. On suit les aventures de nos anti-héros avec beaucoup d'intérêt et certains d'entres eux finissent par devenir attachants. Le dessin de l'auteur est assez particulier, mais il ne manque pas de personnalité. Les couleurs sont très réussies. Bref, un album à suivre sans aucun doute. Alors, laissez-vous tenter !
C'est avec certitude que j'affirme que Jiro Tanighushi est un grand auteur de manga. Toutes ces oeuvres sont teintées d'émotions et de pudeur. Chacun de ces albums est une vraie leçon d'humanité. Pour "Le journal de mon père", l'auteur s'est inspiré de son passé. A l'arrivée, il nous offre un récit réaliste et surtout très émouvant. En résumé, lors du décès de son père, un fils revient dans sa ville natale pour les obsèques. A travers des souvenirs agréables ou douloureux, c'est l'occasion pour lui et sa famille de se replonger dans le passé. Présentée en triptyque, cette histoire est très touchante. Derrière chaque page se cache toute la sensibilité de l'auteur. Les flash-backs sont assez nombreux, mais ceux-ci sont amenés avec subtilité. De ce fait, les transitions entre le passé et le présent ne sont pas du tout choquantes. Qui était mon père, cet homme taciturne, mais toujours présent ? C'est un peu la question qui est posée tout au long du récit. Les réponses sont données au fur à mesure et ainsi nous découvrons le vrai visage du coiffeur de Tottori. Le dessin de Tanighushi a quelque chose d'apaisant. Son univers graphique est très sein, et on s'y sent bien. "Le Journal de mon Père" est une série intime et personnelle. J'ai envie de vous dire de lire cette bd avec discrétion et respect. Une chose est sûre, c'est très beau. Enfin bref, à conseiller !
Je pense que Poisson Pilote est une collection qu'il faut toujours suivre de près. Une fois de plus, celle-ci nous offre un récit original et savoureux. Le scénario de Hubert nous plonge dans l'ambiance du Paris des années 30. En résumé, on fait la connaissance de Blanche, une femme de chambre, qui décide d'enquêter sur la mort inquiétante de sa soeur Agathe. Ces investigations la conduiront à travailler dans un bordel bourgeois. On suit les péripéties de cette jeune fille avec beaucoup de plaisir et d'intérêt. On pleure avec elle, on rit avec elle, bref, on vit à son rythme. Le ton du récit est frais et léger et les passages dramatiques sont très convaincants. Cet équilibre fait de cet album une petite réussite. Le dessin de Kerascoët est très actuel. Son trait subtil et léger colle tout à fait avec le scénario et certaines expressions de visages sont parfaitement bien rendues. L'atmosphère des rues de Paris décrites ici est très réaliste, également. "Miss Pas Touche" est une réussite, c'est incontestable. Allez-y, vous ne le regretterez pas. C'est à suivre !
J'ai été très agréablement surpris en lisant cette série. Je m'attendais à quelque chose de léger et au contraire, le scénario s'est révélé plutôt consistant. Les différentes histoires présentées, ici, sont vraiment bien foutues. On suit celles-ci avec beaucoup d'intérêt. Rucka et Brubaker, les scénaristes, ont vraiment fait du bon boulot. Bon, c'est vrai que le premier tome est agréable, mais sans plus. Poutant dans les tomes suivants, les auteurs ont voulu donner une importance plus marquée au caractère des personnages. De ce fait, le récit est plus dense et bien sûr, beaucoup plus réaliste. Une mention particulière à l'inspecteur Montoya, qui dans le tome 2, est confrontée à des révélations embarrassantes. On ressent facilement toute sa détresse devant ce problème, ce qui la rend attachante. L'originalité du récit se situe, bien évidemment, dans le fait que l'histoire se déroule à Gotham City, qui comme tout le monde le sait, est la ville d'origine de Batman. Où cela devient intéressant c'est que celui-ci est mis volontairement à l'arrière-plan par les scénaristes, mettant ainsi en valeur le travail des policiers "normaux" de cette ville. Grâce à cela, on apprend que les rapports entre notre chauve-souris préférée et la police sont parfois ambigus. Cet aspect est d'ailleurs présenté avec beaucoup de subtilité. A priori, le dessin de Michaël Lark n'a rien d'extraordinaire. Les personnages sont parfois difficiles à reconnaître. Pourtant, les ambiances sont très bien rendues, ce qui donne de l'intensité au récit. Je suis loin d'être un spécialiste en comics, mais je pense pouvoir clamer bien haut que "Gotham Central" est une série à suivre. A conseiller.... sans aucun doute !
Le premier tome du Monde de Lucie place les bases de l'histoire avec une certaine réussite. Le scénario nous plonge dans l'univers de la parapsychologie. Le destin de cette gamine est vraiment intrigant et je suis impatient de connaître la suite. Au niveau du dessin, celui de Kris est bien foutu. Son trait me rappelle celui de Servain (L'histoire de Siloë). Intéressant !
J'ai bien aimé cet album. Cette version moderne de Paris sous les bombes est plutôt efficace. Au niveau du scénario, l'histoire présentée, ici, est écrite avec une certaine crédibilité, cela donne de la densité au récit. L'émotion des personnages, face aux événements, est palpable à chaque instant et je demande vraiment où va nous conduire cette histoire. A noter : les auteurs se mettent en scène, ce qui est une initiative plutôt originale. Si ceux-ci mènent bien leur barque, la suite peut se révéler intéressante. A suivre !
Je pense que parmi les titres sortis dans la collection 32, cet album est le plus difficile d'accès pour le grand public. Cela est dû en majeur partie au graphisme de Freddy Martin qui est, il faut le dire, assez particulier. Pourtant, Après la Guerre est loin d'être mauvais. Bien au contraire, il se dégage du scénario une certaine densité. Luc Brunschwig installe les bases de son récit avec beaucoup d'intelligence et de subtilité. Sa vision d'un futur probable est abordée sous un angle plutôt original Les prochains tomes risquent d'être prometteur, pour notre plus grand plaisir. A lire !
Le Désespoir du Singe, c'est avant toute une immersion dans un univers singulier. Le scénariste nous plonge avec brio dans une ambiance d'amour et de révolte. Les personnages sont plutôt bien travaillés. Leurs souffrances et leurs joies sont perceptibles à chaque instant. On suit le destin des personnages avec beaucoup d'intérêt et je dois dire que je suis curieux de savoir où va nous conduire la suite du récit. Le dessin d'Alfred est très raffiné. Les expressions des visages sont très bien exploitées, ce qui donne beaucoup de crédibilité à l'histoire. Je pense, en particulier, aux passages dramatiques qui sont très réalistes. C'est à lire et à découvrir !
Je m'étais promis de ne plus entamer une nouvelle série produite par les éditions Soleil car, excepté pour quelques-unes d'entre elles, le manque d'originalité qu'il se dégageait de leur production m'avait un peu saoulé. Quand, pour la première fois, j'ai vu la couverture du tome 1 de Servitude, je dois dire que j'ai été intrigué, celle-ci ne reprenant pas les critères habituels fidèles à cet éditeur. Malgré cela et jouant sur la prudence, j'ai préféré attendre de lire quelques avis avant de me lancer. Ceux-ci se révélant positifs, je me suis précipité chez mon libraire. Le résultat est à la hauteur de mes espérances. Tout d'abord, au niveau du scénario, évitant les clichés habituels que l'on retrouve dans l'héroïc-fantasy, il est écrit avec beaucoup d'intelligence. Le ton est fluide et au fil des pages, on apprend à apprécier les différents personnages qui agrémentent le récit. Les bases du scénario sont établies dès les premières pages, ce qui nous permet de s'introduire dans l'histoire avec beaucoup de facilité. Ce qui m'a surtout surpris, c'est que l'aspect fantastique est, ici, mis en retrait. Oui, excepté un dragon à la page 54, aucun être imaginaire n’apparaît dans ce récit. Pourtant, la sauce prend très bien et pour notre plus grande joie. Le dessin de Bourgier est de toute beauté, son trait est fin et subtil, ce qui lui donne beaucoup d'élégance. Originalité, aussi, au niveau des couleurs. Celles-ci sont faites dans des tons pâles, très proche du sépia. Servitude est une série qui promet, elle a toutes les qualités pour être parmi les meilleurs du genre. C'est à conseiller et surtout à lire !
Et bien, voici une nouvelle série qui, à mon avis, ne va pas passer inaperçue. Séduit par le dessin, j'ai acheté le premier tome sans hésiter. Le résultat est à la hauteur de mes espérances, que demander de plus !? Le scénario de Sylvain Runberg est vraiment bien foutu. Après une petite introduction nous dévoilant un peu le passé de notre héros, nous voilà plongés dans l'espace intersidéral, au milieu d'une multitude de races extra-terrestres tout aussi intéressantes les unes que les autres. Sans fioritures, on nous fait participer à l'entraînement d'une équipe de négociateurs qui a pour mission de régler certains problèmes délicats. L'histoire est dense et beaucoup de tiroirs sont encore à ouvrir, ce qui nous permet d'imaginer une suite palpitante. Sans crier au chef-d'oeuvre, le scénariste nous fait partager une aventure riche, intéressante et dépaysante, ce qui n'est pas à négliger ! Le dessin de Serge Pellé ne passe pas inaperçu. Je trouve que son style est raffiné et expressif. C'est d'ailleurs cela qui m'a convaincu d'acheter cet album. Les couleurs, quant à elles, me font un peu penser à celles que l'on retrouve dans les albums de Gimenez (Le Quatrième Pouvoir, ect... ). Orbital est une réussite, c'est indéniable. Si vous aimez la S-F, vous ne serez pas déçu. C'est à suivre !
Certains auteurs ont le pouvoir de vous émerveiller par des ambiances suaves et envoûtantes. Christian Cailleaux fait partie de ceux-là. "Les Imposteurs" est un récit au scénario subtile et agréable. Dans un climat tout à fait unique, l'auteur nous raconte les mésaventures d'un docker qui d'une manière involontaire devient Albert Fenta, écrivain célèbre de son état. Cet homme comprend vite que c'est pour lui une opportunité à ne pas laisser passer. C'est bien écrit et on se demande vraiment où va nous conduire cette imposture. Certains personnages laissent encore planer des doutes sur leur importance dans la trame de l'histoire. Par exemple, le barman qui me semble bien mystérieux et qui s'amuse à fuir devant certaine questions trop pertinentes. Et puis cette jeune fille que l'on voit en début d'album ainsi qu'aux pages 38-39. Elle aura sûrement un rôle déterminant par la suite. Le dessin de Cailleaux est lui tout à fait particulier mais il s'y dégage beaucoup de finesse et de justesse. Je pense que c'est grâce, en majeur partie, à ce graphisme si singulier que l'album est ce qu'il est. Certaines planches nous plongent parfois dans une atmosphère un peu surréaliste. Cela nous permet de mieux cerner le sens artistique de l'auteur. Voici donc un album qui vous fera découvrir des saveurs différentes mais qui sont franchement dignes d'interêt. A conseiller !
Voilà une bd qui m'a causé pas mal de soucis. A maintes reprises, je l'ai eue en mains, je l'ai feuilletée puis je l'ai reposée dans sa pile en me disant que j'avais d'autres achats plus urgents. Et puis à force de tourner au tour du pot, je me suis enfin décidé. Et là, j'ai pu constater que j'étais vraiment idiot de ne pas avoir acheter cet album plutôt car celui-ci est vraiment bien écrit. Paul Jenkins nous propose un scénario tout à fait réussi. Un meurtre au Vatican, un détective de Scotland Yard qui mène l'enquête et nous voilà plongé dans un récit plein de suspense et de rebondissements. Et de ce côté là, on n'a pas à se plaindre, dès les premières pages, on est absorbé par l'histoire, il faut dire que le rythme narratif ne vous laisse aucun répit. De ce fait, on ne s'ennuie pas un seul instant et c'est avec beaucoup de frustration que l'on referme ce premier tome. Le tome 2 n'est pas encore sorti ? Ah bon, dommage (rires). De plus, certaines répliques sont vraiment succulentes. Morceau choisi : Concernant les rapports de police : "Mes demandes répétées ont autant servi qu'un pénis à un mariage de lesbiennes". Arfff !!!! Il y en a d'autres mais je ne voudrais surtout pas gâcher votre plaisir. Le dessin de Humberto Ramos est assez singulier. De ce fait, il faut un certain temps pour s'habituer à son coup de crayon. Dans son trait, on retrouve un subtil mélange de manga, comics et de bd européenne qui donne un résultat plutôt convaincant. Personnellement, j'ai trouvé que son travail donnait beaucoup de punch au scénario de Jenkins. Vous aurez compris qu'à mes yeux, Révélations n'est pas à négliger. Cet album est une réussite indéniable. A conseiller, à suivre, à lire, à posséder !
20 suivants
 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio