Gretchen de Arthur de Pins - 3 critiques

Série : Zombillénium - T. 1
Edition : Dupuis
Pages : 48 pages en couleurs
Parution : août 10
Auteurs : Arthur de PinsScénaristeDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : yannick Voir les critiques de yannick (07 janv. 2011)

C’est encouragé par la bonne impression laissée lors de ma lecture de « La Marche du crabe » du même auteur (Arthur De Pins) que je me suis à feuilleter le premier tome de « Zombillénium ». Comme « La Marche du crabe », c’est la mise en couleurs informatique qui m’avait empêché de lire « Zombillénium ».

Que nous propose Arthur De Pins comme scénario ? « Zombillénium » se situe plus ou moins à notre époque, l’action se passe dans un gigantesque parc d’attraction valenciennois (Pourquoi avoir imposé un lieu réel à ce récit ?! Pour y avoir résidé pendant plusieurs années, Valenciennes est loin d’être une ville désagréable à vivre !) dédié à l’horreur. Le principal protagoniste est un homme qui a été « embauché » de force en tant qu’animateur dans ce parc d’attraction. La particularité de ce gus ? C’est qu’il se transforme en un monstre effrayant dès qu’il s’énerve et du fait de son handicap récent, il ne sait pas bien se contrôler… La particularité des employés de ce parc ? C’est que les visiteurs ne savent pas que ce sont de vrais monstres !

Encore une fois, Arthur De Pins nous a concocté un scénario original, assez hilarant et très plaisant à suivre. Surtout, j’apprécie hautement sa façon de mettre en page son histoire et sa capacité à me « scotcher » à ses récits. Un de ses points forts se situe aussi – à mon avis- sur son talent à rendre attachants tous ses personnages.
Mais, contrairement à « La Marche du crabe », je ne suis pas vraiment impatient à suivre les péripéties des employés de ce parc d’attraction, la faute probablement au fait que je ne suis pas friand de récits fantastiques.

Le graphisme ? Je vous laisse juge. Je n’aime pas cette mise en couleurs bien qu’elle ne soit pas désagréable à contempler. Pour le reste, les personnages sont facilement identifiables et les décors sont suffisamment fouillés pour nous faire ressentir l’agitation des parcs d’attraction.

Plaisant, assez drôle et original : voilà les impressions que j’ai retenues de ma lecture du premier de « Zombillénium ». Je pense que même les lecteurs ayant des réticences à feuilleter des récits fantastiques devraient passer un bon moment à suivre les péripéties de ce parc d’attraction pas comme les autres.

Par : Zou (01 janv. 2011)

Une histoire d'une originalité certaine qui m'a bien plu, avec quelques passages assez drôles (les zombies qui dansent sur la musique de "Thriller" ou le père mort de trouille dans le train fantôme) mais un dessin "cartoonesque" que je n'apprécie pas du tout, avec des couleurs faites à l'ordinateur tout ce qu'il y a de plus déplaisantes pour moi.
Un trait d'un autre style aurait mieux servi le scénario à mon avis. Impression mitigée donc pour cet album, à suivre de loin pour voir jusqu'où cette étrange histoire va nous mener.

Par : Philippe Belhache Voir les critiques de Philippe Belhache (25 sept. 2010)

Pourquoi adorer Zombillénium ? Parce qu’il ne s’agit pas – contrairement à ce que laisse penser le titre – d’une énième histoire gore. Parce qu’il s’agit au contraire d’une comédie décalée, un poil cynique, au cœur d’une entreprise... un peu spéciale. Parce que l’auteur n’est autre qu’Arthur de Pins, l’homme des « Péchés mignons », qui signe là un titre différent, jubilatoire, tiré au cordeau… Zombillénium n’est autre qu’un parc à thème ouvert à tout public désirant se procurer des frissons, accueillant vampires, zombies, momies et squelettes divers, tous… authentiques. Le problème ? Ces créatures fantastiques ne font plus peur à personne, ringardisées par les slashers movies, ridiculisées par le gore moderne. L’entreprise est lanterne rouge du classement des sites, en termes de fréquentation. Comment revitaliser un parc d’attraction peuplé de créatures, certes toutes plus mortes les unes que les autres, mais pas plus motivées pour autant ? C’est alors que déboule Aurélien, simple particulier au bout du rouleau, renversé par la voiture du directeur du parc (un vampire), mort sur le coup, ressuscité d’une morsure dans le cou et embauché en CDI pour y tenir… le stand de barbe à papa. Le bonhomme, qui ne comprend pas grand-chose à ce qui lui arrive, est pris sous son aile par Gretchen, ado blasée et sorcière stagiaire. Bien évidemment, la situation dérape... Arthur de Pins, qui souhaitait casser son image de « dessinateur coquin » réussit pleinement son coup, imposant avec bonheur les codes de la comédie d’entreprise au coeur d'un récit fantastique. Il met en avant le comportement pathétique, finalement très humain, de monstres ne déparant pas du tocard moyen. L'effet de surprise joue à plein, la mayonnaise prend. Un très bel essai. Il faudra néanmoins transformer.


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio