Le Journal d'un remplaçant de Martin Vidberg - 2 critiques

Edition : Delcourt
Collection : Shampooing
Pages : 48 pages en couleurs
Parution : janvier 07
Auteurs : Martin VidbergScénaristeDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : yannick Voir les critiques de yannick (01 oct. 2010)

« Quoi ? Encore une autobiographie ???!!! » « Oui mais là, c’est un gars, Martin, qui nous conte son premier poste dans l’éducation nationale en tant que remplaçant et non sa vie privée. » « Ah, mais ce n’est pas vraiment original comme thème, au cinéma par exemple, on a bien eu le droit au « Maître d’école » avec Coluche au premier rôle ! » « Tiens, c’est marrant comme comparaison parce que dans cette bd « Le journal d’un remplaçant », le personnage principal m’est apparu également un professeur sympathique. »…

Mais à la différence du « maître d’école », Martin va se retrouver pratiquement dès son entrée dans l’éducation nationale dans un institut de redressement pour élèves ultra-violents et évidemment, ce n’est plus exactement la même chose…

J’ai énormément apprécié le sang-froid de Martin envers ses élèves et sa façon de nous raconter ses difficiles épreuves sans pleurnicher.
Et surtout, j’ai ressenti énormément de tendresse de sa part envers ses élèves alors que plus d’un d’entre nous aurait craqué. J’ai également été rassuré de voir que des jeunes vrais enseignants comme Martin -c’est-à-dire des gens qui aiment vraiment ce métier et qui l’ont fait par vocation- existent encore !
J’ai été réconforté aussi par le fait de découvrir des professeurs comme Martin qui s’investit beaucoup pour redonner, à force de patience et de respect, l’envie aux élèves, d’apprendre.

Alors, bien sûr, le lecteur n’échappe pas à la critique (constructive et sans méchanceté) d’un enseignant envers l’éducation nationale. A la décharge de Martin, il faut dire qu’aussi cette administration ne lui a pas fait de cadeau en l’envoyant dans cet institut à la hâte sans le former et avec pratiquement aucun soutien de la part de ses autres collègues ou supérieurs… Bref, Martin se retrouve parfaitement isolé au sein de cet institut dans lequel il va passer pratiquement une année complète en tant que remplaçant ! Dès lors, le lecteur a droit aux réflexions, interrogations, espoirs, recherches de solutions envers le métier de Martin et envers le système scolaire qui me sont apparus tout de même très intéressants !

« La ligne claire » (cette fameuse terminologie désigne tout dessin ayant un trait fluide, encré, achevé et pratiquement sans utilisation de hachures) est le style de l’auteur, c’est un dessin qui ne m’attire pas plus que ça.
Dans cet album, j’ai apprécié la simplicité de la mise en page et la fluidité de la narration. Par contre, j’ai été gêné par la représentation de certains de ses élèves que j’ai eu énormément de mal à distinguer au premier coup d’œil.

Au final, « Le journal d’un remplaçant » m’est apparu comme une autobiographie intéressante sur la carrière professionnelle d’un jeune instituteur. Cette bd est très agréable à lire.
« Le journal d’un remplaçant » m’a fait découvrir quelques travers du système éducatif français à propos desquels Martin nous livre des réflexions constructives et sans (grosse) dérive militante à laquelle le lecteur a souvent droit lorsqu’il lit ce genre de sujet.

Note finale : 3,5/5

Par : Coacho Voir les critiques de Coacho (30 sept. 2007)

Pour tous ceux qui ne connaissent pas Martin Vidberg, cet album est une bonne occasion de le faire. Ce projet de la collection Shampooing, dirigée par Lewis Trondheim qui lorgne beaucoup du côté de la blogosphère, a d’abord alimenté les pages du blog de l’auteur.
Et à un rythme de parution qui ménageait un suspense assez incroyable pour une œuvre aussi intimiste. Martin Vidberg nous raconte donc son quotidien de professeur des écoles remplaçant. Il vient d’être muté dans une maison de redressement avec pour but de tenter d’éduquer 6 adolescents en perte de repères.
A un rythme effréné, il va nous conter la violence de la vie de ces enfants, ainsi que sa propre incapacité à gérer ce groupe qui rejette toute autorité.
C’est fort, plein de tourments, mais aussi de tendresse, et la lecture est même parfois nerveusement éprouvante.
Le dessin est celui de la célèbre patate que les internautes connaissent comme l’œuvre d’Everland, mais là, la multiplicité des personnages rend délicate l’identification. Le tout est cependant habilement décrit par des caractères forts et précis, et un découpage vraiment axé sur le rythme et les moments forts de son année scolaire. Les silences sont d’ailleurs souvent évocateurs et toujours savamment distillés.
Parfois, l’auteur se laisse aller à un discours un peu corporatiste ou trop critique envers son Ministère mais c’est se montrer exigeant voire pinailleur.
Mais l’ensemble reste tout de même d’excellente qualité et ce journal de bord au rythme soutenu captivera tous ses lecteurs.


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio