Les frontières interdites de AlluardChristophe BecStéphane Betbeder - 4 critiques

Série : Bunker - T. 1
Edition : Dupuis
Collection : Empreinte(s)
Pages : 56 pages en couleurs
Parution : octobre 06
Auteurs : AlluardColoristeChristophe BecScénaristeDessinateurStéphane BetbederScénariste

Ajouter une critique
 
Par : yannick Voir les critiques de yannick (06 déc. 2006)

Bizarre, bizarre comme histoire… tel a été mon sentiment lorsque j’ai refermé cet album. « Bunker » est la nouvelle série de Christophe Bec en co-scénario avec Stéphane Betbeder. Les auteurs reprennent les thèmes liés au fantastique et à l’horreur qui ont fait le succès de « Sanctuaire » (entièrement réalisée par Bec). A la différence de cette série, « Bunker » se situe en pleine montagne dans un monde en guerre.

L’univers de « Bunker » me rappelle fortement le massif de l’Everest. Dans cette BD, les hommes ont érigé une ligne de démarcation (apparemment inspirée de la ligne « marginot ») renforcée par des bunkers le long d’une immense crête montagneuse. Ils se servent de ce rempart naturel pour contenir l’ennemi.
Au début de l’histoire, le lecteur est invité à suivre l’arrivée d’une jeune équipe de commando en remplacement d’une autre plus âgée dans cette chaîne montagneuse. Une fois sur place, ces jeunes recrues vont vite apprendre que d’étranges évènements se sont produits près du Bunker 37 et que personne n’a jamais vu l’ennemi…

Les points forts de cette BD demeurent sans contexte sa capacité à nous transmettre la sensation d’étrangeté et froid qui règnent dans ce paysage montagneux et l’excellent dessin réaliste de Bec. Par rapport à ses précédentes séries, Christophe Bec a cette fois-ci fait en sorte que les personnages soient plus facilement reconnaissables ; ceci permet ainsi aux lecteurs de mieux de se concentrer sur l’histoire.
La narration en voix off est très présente dans ce premier tome et plombe un peu l’histoire. Malgré cela, le dessinateur a néanmoins réussi à incorporer de magnifiques vues d’ensemble grâce à l’utilisation d’un lettrage de petite taille (mais qui reste suffisamment lisible).
La mise en page est donc aérée et par conséquent rend la lecture de cette sombre histoire assez plaisante.
La mise en couleurs a été confiée à Marie Paule Alluard, c’est une coloriste connue pour avoir réalisée des séries comme « Les maîtres de l’orge » et « Largo Winch ». Elle a employé des tons froids et des aplats qui sied à merveille avec le thème de « Bunker ».

« Les frontières interdites » semble mettre en place une histoire fascinante renforcée par l’excellent trait réaliste de Bec et une ambiance malsaine qui m’a fait accrocher à cette BD. Cependant, je suis assez sceptique sur la capacité de cette nouvelle série à me faire captiver à son scénario tout au long des 5 tomes prévus… Wait and see !

Par : esteban2002 (14 oct. 2006)

Des points communs avec la série "Sanctuaire", et, en même temps, un vrai changement de décor. Ou comment se renouveler tout en préservant son univers... Chapeau !
Le dessin est toujours très précis. Toujours la même petite faiblesse, à savoir que l'on ne distingue pas toujours les personnes les uns des autres, ce qui peut amener à quelques incompréhensions. Mais malgré ce détail, le reste au niveau graphique est d'excellente qualité. L'univers blanc-bleu de la montagne est étouffant par ses grands espaces ! Très fort d'avoir réussi à transcrire ca en BD...
Au niveau scénar, on attend la suite avec impatience. Je regrette seulement le fait que j'ai eu du mal à comprendre parfois qui faisait quoi (je pensais que le héros était parti avec l'équipe dans la partie chaude). Mais le problème était le même dans "Sanctuaire", ce qui ne m'a pas empêché de trouver la série excellente. Et je pense que Bunker ne sera pas moins bon !

Par : Joano (12 oct. 2006)

Bunker est un mélange de classissisme et de modernité. Une narration survitaminée d'une grande efficacité alliée à un dessin puissant, à l'encrage virtuose, soutenu par les couleurs réalistes de Alluard (Aah les ombres des visages !) entre autre coloriste de Largo Winch. Dans cet album, elle se surpasse, les bleus ont rarement atteint dans une bande dessinée une telle densité.
Côté scénario, ce premier volume pourrait paraître une simple mise en place, mais si l'on y regarde d'un peu plus près, toutes les bases d'un univers riche et sophistiqué sont plantées. Mais surtout, des thématiques fortes se dégagent (le pouvoir, l'endoctrinement, les croyances...) et l'on semble aller vers une quête initiatique du héros. Mais cette quête sera encore longue, 5 volumes, et sans doute semée d'embûches.
Un récit plus ambitieux que "Sanctuaire" ou "Le Temps des Loups" de Christophe Bec, un travail plus fin, plus travaillé. Nul doute que cette série va trouver vite sa place chez tous les fans de Fantastique et de BD de Guerre dont je fais partie.
Lovecraft est cité en préambule et l'on retrouve d'ailleurs un peu l'ambiance des "Montagnes Hallucinées" du même Lovecraft dans Bunker. Mais tout en étant un hommage appuyé, Bunker renouvelle agréablement le genre.

Par : Philippe Belhache Voir les critiques de Philippe Belhache (11 oct. 2006)

"Les frontières interdites", Bunker 1/5, de Chistophe Bec et Stéphane Betbeder. Empreinte(s) Dupuis.

Christophe Bec est décidément sur tous les fronts. "Bunker" arrive dans les bacs alors même que les Humanoïdes associés publient son "Temps des loups" (textes et dessins) et la conclusion du triptyque "Carême" (au scénario uniquement). Son nouveau projet chez Dupuis reprend, dixit le dossier de presse, des thématiques qui lui son chères : l'enfermement, l'univers militaire, l'individu confronté à des choses qui le dépassent.. La définition semble effectivement convenir à ce premier jet de "Bunker", nouvelle collaboration avec Stéphane Betbeder après le très surprenant "Hôtel particulier" (Soleil) et sa version revue et corrigée "Anna" (La boîte à bulles). L'ambiance dégagée par ce thriller fantastique n'est certes pas sans rappeler le travail de Bec sur "Sanctuaire" (avec Dorison), mais aussi les univers dérivés de l'oeuvre de Lovecraft (cité en préambule) et le pitch de certains films fantastiques des années 80, au premier rang desquels la "Forteresse noire" de Michael Mann. Le résultat ? Le graphisme de Christophe Bec tient à bout de bras une fiction relativement difficile d'accès. Le dessinateur excelle dans la mise en place de paysages angoissants, dans le design d'univers mêlant éléments fantastiques et réalité terre à terre, dans sa restitution des ambiances militaires. Il est soutenu en cela par le travail de Marie-Paule Alluard sur la couleur, qui contribue largement à la cohérence graphique de l'ensemble. Mais entrer de plain-pied dans "Bunker" signifie avoir digéré en premier lieu le glossaire et le trombinoscope opportunément glissés dans les pages de garde. Une précaution qui ne semble pas indispensable au premier abord, mais qui s'avère fort utile dans le déroulement des faits, les auteurs allant au plus court dans la présentation des personnages. Il faut accepter en outre le principe d'un récit fleuve d'ores et déjà tronçonné en cinq parties, pour lequel Bec et Bedbeger ne livrent pour l'heure qu'un minimum de clefs. Nous sommes loin de l'implacable savoir-faire de Xavier Dorison en la matière. Mais la première pierre est posée. Nul doute que l'édifice vu dans sa globalité vaudra le détour, mais il faut encore attendre.


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio