Le long voyage de Léna de Pierre ChristinAndré Juillard - 8 critiques

Edition : Dargaud
Collection : Long Courrier
Pages : 56 pages en couleurs
Parution : septembre 06
Auteurs : Pierre ChristinScénaristeAndré JuillardDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : herve Voir les critiques de herve (21 nov. 2006)

J'avais suivi la prépublication du "Long voyage de Léna" dans le magazine Bodoï et j'avoue que je m'étais ennuyé à la lecture de cette histoire (je n'avais même pas pris la peine d'en achever la lecture). Puis le formidable livre "entracte" édité chez Daniel Maghen m'a redonné le goût et l'envie d'acheter le dernier livre d'André Juillard, dont les avis sont plus que contrastés sur ce site.
Edité fort à propos dans la collection "Long courrier" de Dargaud, j'ai été séduit par ce long et lent voyage de Léna, une immersion dans un monde d'espions, mais aussi fuite en avant pour rattraper un passé mystérieux qui, une fois révélé, nous faire lire cette histoire autrement.
Je ne suis pas du tout un afficionado de Pierre Christin (dans sa longue bibliographie, je pense n'avoir lu que deux de ses livres) et sans le dessin d'André Juillard, je serais sans doute passé à côté de cette histoire nonchalente, presque surannée, à l'image de ces "honorables correspondants" peuplant l'histoire.
Une démarche audacieuse de Pierre Christin qui peut dérouter certains (j'en ai fait partie) mais qui trouve sa justification dans le dénouement. A lire mais surtout à relire.

Par : Claude (11 oct. 2006)

C'est l'histoire d'une vengeance, un thriller politique, mais aussi des ambiances de voyage, d'atmosphères. Beaucoup de références politiques, jamais ennuyeuses, toujours en finesse. Une histoire parfaitement construite, qui ne se dévoile vraiment que dans les dernières pages. Le dessin de Juillard ainsi que la mise en couleur sont remarquables. C'est ce genre d'album qui fait que j'aime tant la BD. Ma meilleure lecture cette année, c'est vraiment un classique !

Par : fgoby (04 oct. 2006)

Un beau parcours et une très belle petite musique. Le dessin de Juillard ici fait merveille et se prête parfaitement à l'immersion du voyage. Original et captivant.

Par : Bernie (27 sept. 2006)

Je me demande bien ce qui a pu intéresser le critique précédent. Je cherche toujours le message subliminal qui m'aurait échappé suite à la lecture de cette "non BD". Juillard semble perdre son temps depuis le dernier Blake et Mortimer qu'il avait déjà assez mal dessiné. Ce n'est guère mieux ici, il est à sa décharge très mal secondé par un "scénario" qui n'est pas un. On a droit à Léna à chaque case, promenant sa haute silhouette et son ennui que ça en devient irritant. Une suite ? Par pitié non ! Cet album fait déjà 50 pages de trop !

Par : françois charrier (26 sept. 2006)

J'attends toujours beaucoup de ces talents que sont Cristin et Juillard et je ne suis heureusement encore une fois pas déçu.
L'image colle au scénar, triste et froide un moment, tonique et presque chaleureuse plus tard. Juillard retrouve sa patte du Cahier bleu. La presence d'un peu de texte permet de s'attarder sur une expression de visage ou un geste.
Cet agent qui ne sait pas trop ce que le lendemain lui réserve, qui acomplit sa mission en bon petit soldat dépassionné, semble cacher au fond d'elle-même un peu de la misère du monde. Désabusée, résignée, on ne sait pas trop. Elle est partout, elle semble triste dix fois par page, mais elle s'active, elle colle les morceaux d'un puzzle qui se met petit à petit en place. A la fin, je comprends. J'ai passé un excellent moment ! Une telle réussite demande une suite..

Par : Malabar (26 sept. 2006)

Comment ennuyer le lecteur pendant 56 pages ? Christin a trouvé la solution imparable : aucun sénario, aucun embryon de psychologie, aucune émotion. Rien. Le vide total. Léna se balade, prend un bain et dort. Le lendemain, Léna se balade, rencontre X, prend un bain et dort. Vous voulez que je continue ?
Juillard se joint à son compère en campant un héroïne qui réussit à être moins expressive que la valise qu'elle trimbale de page en page.
On referme cette BD avec une seul sentiment : celui de s'être fait pigeonner et c'est très désagréable. Qu'allait donc faire Juillard dans cette galère ?

Par : Jacques Layani (22 sept. 2006)

Cet album est très décevant. C'est à mourir d'ennui. Il ne suffit pas de faire voyager une femme dont on devine le passé tragique pour créer quoi que ce soit. Le scénario est consternant de banalité et on a l'impression que Juillard s'est ennuyé à le dessiner. Eh oui, même graphiquement, ça sent l'ennui - et pourtant, c'est Juillard ! J'attendais cette oeuvre depuis un bon moment. Bah, c'est raté.

Par : Philippe Belhache Voir les critiques de Philippe Belhache (18 sept. 2006)

"Le long voyage de Léna", d'André Juillard et Pierre Christin. Dargaud, collection Long Courrier.

S'il l'on devait retenir des lignes directrices dans la bibliographie foisonnante de Pierre Christin, une colonne vertébrale à son oeuvre, deux mots reviendraient en permanence : voyage et géopolitique. L'homme est un voyageur infatigable, observateur attentif du monde, à l'affût des transformations induites par les grands mouvements qui ont secoué Orient et Occident ces dernières années. "Le long voyage de Léna", première collaboration avec André Juillard, ne déroge pas. L'argument ? Le parcours de Léna, voyage programmé par de mystérieux commanditaires, des pays de l'ex-bloc soviétique jusque dans les contrées ô combien sensibles du Moyen-Orient. Avec pour toile de fonds le terrorisme et la persistance de l'idéal communiste, au-delà de la disparition d'un système..

Pas question pour l'auteur d'écrire un nouveau thriller à la Fleming. Léna est une coursière, qui va de contact en contact au fil d'une mission dont elle ignore les tenants et les aboutissants. Elle est aussi une page blanche sur laquelle Christin écrit l'histoire d'un monde déchu. Il oppose cette femme au profil lisse, élégante et inaccessible, et ses contacts plus ou moins hauts en couleurs, tout en mettant en parallèle leurs motivations, lesquelles se rattachent aux éléments épars d'un passé vivace et pourtant révolu. Jusqu'à la conclusion finale.. Pierre Christin compose là une intrigue simple mais solide, faussement linéaire, bâtie à la manière d'un puzzle. Il impose au récit le rythme indolent des voyage à l'ancienne, interdisant à son personnage tout contact avec les moyens modernes de déplacement ou de communication. Trains, bus, cargos.. permettent à ce grand bourlingueur de capter l'humeur du lieu pour mieux la restituer.

André Juillard retranscrit ces ambiances avec ce trait élégant qui est aujourd'hui sa signature. Graphiquement, Léna se pose comme une grande soeur un rien mutique de la Louise de son "Cahier bleu", élégante, racée, intemporelle dans sa mise jusque dans les dernières pages où elle retrouve enfin sa personnalité. Il réussit l'exploit d'accompagner le propos de Christin, ses errances, sans décrocher le lecteur malgré l'importance des commentaires en voix off et l'omniprésence du personnage de Léna. Il y avait beaucoup à attendre de cette rencontre entre deux grands noms de la bande dessinée. Le rendez-vous est tenu. Pour le meilleur.


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio