L'étrangleur - T. 1 de Pierre SiniacJacques Tardi - 2 critiques

Série : L'étrangleur - T. 1
Edition : Casterman
Pages : 16 pages en noir & blanc
Parution : mars 06
Auteurs : Pierre SiniacScénaristeJacques TardiScénaristeDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : yvan Voir les critiques de yvan (30 avr. 2006)

Passée la surprise concernant le format et la frustration de ne pouvoir le feuilleter à l’avance à cause de l’emballage, finalement je me suis dit : « bah, pour 1,80 EURO je ne risque pas grand-chose », et j’ai acheté ce premier tome.

On commence donc par lire la première page sous forme de journal de ce premier numéro des cinq numéros mensuels prévus. Des chroniques, reportages et articles dont on se demande bien à quoi ils servent au départ, mais dont on se rend lentement compte qu’ils nous plongent dans la bonne ambiance pour lire la suite : l’ambiance de Paris vers le milieu du siècle précédent.

Passée cette mise en bouche, on se plonge dans l’histoire même : dans les premières planches du secret de l’étrangleur ! Dans le brouillard des petites ruelles parisiennes, Tardi nous entraîne dans ce polar adapté de Monsieur Cauchemar Pierre Siniac. C’est très prenant, l’ambiance est comme il faut, l’étrangleur sévit une première fois et le feuilleton est lancé.

A la fin, Tardi interroge le lecteur concernant ce crime : pourquoi, comment et qui ? Et ça fonctionne, le lecteur à l’eau à la bouche. Il se pose des questions, cherche des réponses éventuelles, explore toutes les probabilités et possibilités (peut-être est-ce le colonel Moutarde dans la salle de bain avec le chandelier ?) … et le plus fort, c’est qu’il vient de payer 1,80 EURO pour une pre-pub d’un album qui sortira vers octobre 2006 (et qu’il achètera sans doute les quatre mensuels suivants) ! Bravo Casterman !

Par : Philippe Belhache Voir les critiques de Philippe Belhache (24 avr. 2006)

"L'étrangleur" 1 de Jacques Tardi. Casterman.

Un feuilleton de Jacques Tardi vendu sous forme de véritable journal.. Pour qui a suivi comme votre serviteur les premières aventures d'Adèle Blanc-Sec, "Adèle et la bête" dans les pages du quotidien français Sud Ouest, "L'étrangleur" prend des allures de madeleine de Proust format A3. L'initiative est audacieuse. Ce chantre des rues de Paris a conçu dès l'origine son récit en vue de cette initiative de prépublication originale, qui n'a malheureusement pas pu trouver sa place en kiosques. Sa diffusion reste limitée en librairie. Cinq numéros sont prévus, avant parution d'un album classique, programmé en octobre. Tardi adapte une nouvelle fois un classique du polar. Après Léo Malet (Nestor Burma) et Jean-Patrick Manchette (Le petit bleu de la côte Ouest), il s'attaque aujourd'hui à Pierre Siniac, décédé en 2002, en s'appropriant son très amoral "Monsieur Cauchemar". Ou l'histoire d'un libraire spécialisé qui rêve du crime parfait et profite d'une conjonction d'événements favorables - un épais brouillard, une grève de la police - pour passer à l'acte. Et de Foncinet, orphelin d'un père assassin, qui devient peu à peu son disciple.. Ce roman publié pour la première fois en 1960 est un modèle du genre, qui proposait à l'époque trois fins différentes. Il avait déjà fait l'objet en 1987 d'une adaptation en bande dessinée par André Benn (Glénat), qui en avait transposé l'action en Angleterre.
Tardi revient à la lettre du texte et réinvestit la capitale. Faisant sienne une idée de son éditrice Nadia Gibert, cet auteur inclassable a travaillé le récit en cinq épisodes de quatorze pages, publiés tous les mois. Un hommage avoué aux anciens feuilletons populaires - et aux bandes dessinées - dont on retrouvait quotidiennement un épisode dans la plupart des journaux. Jacques Tardi a réuni autour de lui une bande d'amis pour la mise en place des rédactionnels. Pierre Lebedel pour les actualités reprenant les faits divers du roman, Michel Boujut pour le cinéma. Et même Dominique Grange, la propre compagne du dessinateur, qui commente en "der" des faits d'actualité ancrés dans l'époque. Sans oublier l'indispensable annonce de l'épisode suivant, qui là encore n'est pas sans rappeler les aventures d'Adèle Blanc-Sec. Un exercice de style brillamment réussi par ses auteurs, même si à mon sens, le graphisme de Tardi souffre de l'agrandissement des pages. Il devrait retrouver toute sa densité lors de la parution en album.


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio