Avant.. de Bernard Yslaire - 5 critiques

Série : Le ciel au-dessus de Bruxelles - T. 1
Edition : Futuropolis/Gallimard
Pages : 72 pages en couleurs
Parution : mars 06
Auteurs : Bernard YslaireScénaristeDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : Coacho Voir les critiques de Coacho (20 juil. 2006)

Je ne sais plus trop quoi penser d’Yslaire. Perdu celui de Bidouille et Violette, envolé celui des 4 premiers Sambre, le voilà dans le mystique avec XX° Ciel.com et dans l’appel à la Paix par la provocation dans ce dernier album.
Larges cases qui lorgnent sur le travail de Bilal, photos retouchées, linéarité du découpage…
Et pourtant… Il y a un je ne sais quoi qui se dégage, une atmosphère dans laquelle l’auteur arrive à nous immerger…
Des images fortes, des ambiances poisseuses, puis un retour vers des cases claires, nettes, pour accentuer la transition et l’opposition, et puis un sujet lourd, très lourd.
Celui des attentats kamikazes, celui de la lutte israélo-palestinienne et les horreurs qu’elle engendre.
Sur fond pacifiste (et en cela j’ai adoré la façon d’Yslaire de poser le « Imagine » de Lennon sur ses cases de début d’album), il va tenter de faire réfléchir par l’union presque contre nature de Fadya, marocaine, avec Erwin Engell Stern, juif d’origine (pour simplifier)…
Comment freiner la manipulation, l’embrigadement, la fanatisation ?
Avec de l’amour en parfaite opposition avec les images diffusées par des télés avides de spectacles macabres ?
C’est le chemin que trace Yslaire avec cet album qui se place juste avant la guerre en Irak et les premiers bombardements de Bagdad.
Scènes fortes, difficiles, ambiguës même, on mesure rapidement le destin de Fadya, tracé pour elle par ses frères. Mention spéciale aux textes en arabe qui sont lisible par un habile procédé calligraphique d’ailleurs ! Animée par une haine ancestrale, par le conditionnement dont elle est victime, le destin de Fadya sera irrémédiablement changé… Reste à savoir ce qu’il en sera dans la clôture de ce diptyque.
Côté dessin, je voulais juste signaler que même les plus fameux des auteurs ne sont pas à l’abri d’erreurs simples et en plus de la pinaille que vous trouverez dans BoDoï, je précise que le robinet de la case 2 de la planche 47 n’a pas de reflet du tout dans le miroir ! Ahaha !
Pour l’emballage, Futuropolis a encore soigné son livre… A vous de voir maintenant…

Par : Zou (27 juin 2006)

Une superbe BD, où le dessin à la fois très poétique et très puissant est mis au service d'une très belle histoire, quoi qu'un peu particulière. Ce n'est ni vraiment une histoire d'amour au sens classique du terme, ni vraiment une histoire dramatique puisque le héros ne manque pas d'humour sarcastique. Il s'agit plutôt d'une sorte de conte contemporain, mais un conte très engagé, dénonçant les dérives de notre société actuelle (fanatisme religieux, pouvoir exacerbé des médias, dérives de la mondialisation, etc.).
Les expressions des personnages sont fabuleusement rendues, tels le sourire angélique ou les sentiments de tristesse et de révolte de l'homme ou les sentiments mélés de peur, de honte et de haine de la fille. Les couleurs délicieuses achèvent de transporter le lecteur dans un rêve. Fermez les yeux, oubliez tout, et laissez-vous transporter dans le ciel au-dessus de Bruxelles ...

Par : Quentin Voir les critiques de Quentin (17 avr. 2006)

«Le ciel au dessus de Bruxelles» reprend certains aspects du XXe ciel, par exemple en mélangeant images d’archives et dessins, en inscrivant l’origine de l’album dans un camp de concentration, ou en faisant référence aux anges et aux étoiles. Il existe une certaine filiation entre les deux albums. Mais alors que le XXe ciel faisait le tour des grands événements du siècle passé, le dernier album d’Yslaire s’inscrit dans l’actualité de l’après 11 septembre et raconte la rencontre improbable d’un Juif mort dans un camp de concentration et d’une beurette qui débarque à Bruxelles pour se faire exploser au milieu d’une manifestation contre la guerre en Irak. La relation d’amour et de haine qui se développe entre les deux protagonistes changera-t-elle le cours de l'histoire?

Malgré certains aspects irritants (des policiers Bruxellois un peu trop clichés, un lettrage pseudo-arabe ou cyrillique dont on ne sait pas très bien s’il fait référence à d’autres langues ou à des accents, un traitement informatique des images qui n’est pas toujours des plus réussi, une notion du temps quelque peu farfelue, etc.), l’album accroche cependant l’intérêt du lecteur par le thème choisi, et surtout par la manière dont il est traité. Il s’agit du premier album de BD dont «l’héroïne» est une femme voilée, nourrissant des pensées terroristes. Une des rares BD francophones à traiter des jours qui ont succédés au 11 septembre et précédés la guerre en Irak. Yslaire marche sur des œufs mais s’en tire admirablement bien, sans trop de clichés ni de mélo, avec un peu de la triste mélancolie qui se dégageait du XXe ciel, et en prime une intrigue qui se développe mine de rien et laisse attendre la suite avec impatience. Il reste à souhaiter que le deuxième tome ne décevra pas les espoirs nourris lors de la lecture du premier.

Par : Poukram Voir les critiques de Poukram (29 mars 2006)

Yslaire est pour moi le Modigliani de la BD : ses personnages aux traits étirés semblent tellement tristes qu'ils ne pourront jamais faire dans le comique.
Une originalité : les caractères arabes dont je n'ai pas vu tout de suite qu'il s'agissait de français déguisé :-)
Par contre, il y a quelque chose qui m'agace profondément dans sa manière de victimiser une candidate terroriste : tous les meurtriers du monde ont eu une enfance malheureuse, une mauvaise éducation ou un problème au cerveau et ça me semble dangereux d'en faire des héros (et donc des exemples).
J'attends quand même "l'après" avant de me prononcer c'est pour cela que je ne mets qu'une note neutre.

Par : Jean-Marc Lernould Voir les critiques de Jean-Marc Lernould (27 mars 2006)

"Avant", "Le ciel au-dessus de Bruxelles" première partie, de Bernard Yslaire. Futuropolis.

Encore un petit bijou Futuropolis, avec cette fois il est vrai une valeur sûre, et on retrouve Yslaire en plein ciel. Yslaire qui confirme que "la guerre me fait peur.. J'ai été éduqué dans l'angoisse de la troisième guerre mondiale, de l'apocalypse. " Effectivement l'album s'ouvre sur un ciel très sombre de 1943 au pied des miradors et derrière les barbelés d'un camp de concentration. Un ciel où se détachent des cheminées aux volutes inquiétants : ce sont les Khazars que l'on extermine, livrés aux nazis par Staline.

Laissé mort une balle en plein front, l'un d'entre eux Jules Engel Stern se réveille en 2003 dans le métro bruxellois. L'ange croise la route de Fadya, une jeune beurette qui va participer à une manifestation contre le guerre en Irak avec l'objectif de se faire sauter devant l'ambassade américaine. De quoi redonner de la dignité à son grand frère chargé de la faire exploser à distance via son téléphone portable. Mais l'ange en décide autrement et le juif convie la musulmane à son hôtel pour une étreinte torride et improbable entre deux religions inconciliables : "mon frère me tuerait s'il savait que je parle à un juif" dit-elle. Alors coucher avec.. "Imagine there's no countries.. No religion too" chante Lennon en parallèle, tandis que la RTBF passe en boucle des images d'attentats palestiniens ou de raids israéliens : une triste partie de ping-pong. La vraie obscénité selon Yslaire.

Toutes les guerres sont inéluctables. En tous c'est ce qu'on dit toujours après relève Yslaire, qui livre ici un récit profond, celui d'un auteur à part entière. On attend vivement la seconde partie, "Après", pour retrouver ce superbe dessin.

Le philosophe du jour :
"Vous avez remarqué ?
Toutes les guerres se déclarent par beau temps."

(un chauffeur de taxi).




 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio