L'affaire du voile de René Pétillon - 7 critiques

Série : Les aventures de Jack Palmer - T. 13
Edition : Albin Michel
Pages : 56 pages en couleurs
Parution : janvier 06
Auteurs : René PétillonScénaristeDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : Coacho Voir les critiques de Coacho (06 mai 2006)

Jack Palmer avait réussi à faire moultement parler de lui avec son enquête corse et c’est avec appréhension que j’attendais L’affaire du voile.
En 46 planches, Pétillon va nous livrer sa vision de ce méconnu Islam et tenter de nous faire rire sans déclencher de Fatwa.
Est-ce réussi ? Je pense que oui dans le sens drôlatique même si on peut reprocher à l’auteur d’être resté trop superficiel ou de ne pas oser plus de sarcasmes…
Quoi qu’il en soit, il est des situations et des moments très drôles, surtout lorsque tout est poussé comme un raisonnement par l’absurde et conduit justement à des situations de paradoxes. Un album qui est finalement fin et intelligent dans son traitement mais que l’on aurait préféré différent… La critique est aisée mais l’art est difficile ! A lire toutefois.

Par : yannick Voir les critiques de yannick (20 avr. 2006)

Avec cet album, René Pétillon prouve que l’islam peut être abordé dans une BD sans froisser les musulmans. Pour cela, l’auteur utilise un humour bon enfant et un sens de l’observation remarquable sur la pratique religieuse de ces pratiquants.

L’histoire met en scène Jack Palmer dans un quartier habité par une forte population musulmane, celui-ci est chargé par une mère de retrouver sa fille fugueuse qui se serait convertie à l’islam. René Pétillon fait majoritairement évoluer son personnage favori chez deux imans dont la pratique de l’islam diffère. J’ai énormément apprécié l’humour de Pétillon pointant du doigt les contradictions entre les écrits du Coran et la pratique réelle des croyants. L’humour employé n’est jamais grossier, il reste toujours respectueux envers les musulmans. Les personnages sont traités avec beaucoup de tendresse et ne me sont pas apparus aussi caricaturaux que je le craignais.
Comme dans les autres religions, l’islam comporte plusieurs courants religieux avec son lot d’extrémistes et de modérés. Si Pétillon avoue avoir voulu parler des conditions de la femme musulmane dans son ouvrage, j’ai principalement ressenti de la part de celui-ci une envie de démontrer que les écrits du Coran sont imprécis et par conséquent se prêtent à trop d’interprétations différentes. Personnellement, au plan du scénario, j’ai trouvé beaucoup de similitudes entre « Le grand fossé » de la série Astérix et « l’affaire du voile » avec pour ce dernier un dénouement qui permet de rapprocher les deux imans.

J’avais moyennement apprécié « L’affaire corse » dont l’humour et les péripéties de Jack Palmer dans l’île de beauté m’ont parus quelconque. Avec « L’affaire du voile », Pétillon est parvenu à m’intéresser à cette histoire tendre et respectueuse des croyances religieuses ou non de chacun. Cette BD est sans contexte une grosse réussite au niveau de l’humour employé et m’est apparue comme une grosse bouffée d’air frais au milieu d’une actualité aux gros relents anti-islamiques.

Par : Bretwalda Voir les critiques de Bretwalda (24 mars 2006)

Pétillon a un vrai talent journalistique, d'écriture et de mise en scène. Moi qui travaille et vit dans ces arrondissements parisiens, je trouve le portait brossé extrêmement pertinent.
Cette BD est bien sûr engagée mais montre que rien n'est simple, il faut la lire !

Par : eddy Voir les critiques de eddy (10 mars 2006)

Petillon a cette force de ne jamais tomber dans la caricature grossière et insultante. Tous les personnages qu'il décrit ont toujours une part attachante, et si Petillon dénonce toujours le cynisme et le ridicule de nos contemporain, ils n'apparaissent jamais comme méchants ou cruels.
C'était le cas dans l'enquête corse, et c'est toujours le cas dans cette affaire du voile. Cet album, tout aussi salutaire que l'enquête corse, rappelle que tous les musulmans ne sont pas des extrêmistes, et que très souvent, la perception que l'on a d'eux est fausse (i.e. la cliente de Jack Palmer, complètement à côté quand il s'agit de parler avec l'imam.).
Cette BD va à contre-courant des images des médias et défait les raccourcis et les amalgames.
Et ce message qu'il faut rappeler, que les plus extrêmistes sont ceux qui pratiquent la religion depuis peu de temps, et que les vrais musulmans n'ont pas forcément envie de lapider, bruler, porter un voile ou de lancer des fatwahs.
Bref, un bouquin indispensable en ces temps où on a tendance à tout mélanger, qui est éducatif en restant léger, dans un humour sans méchanceté et sans juger personne.

Par : Jean-Marc Lernould Voir les critiques de Jean-Marc Lernould (28 févr. 2006)

"L'affaire du voile", de Pétillon. Albin Michel.

Cet homme passe à travers les gouttes.. Après s'être moqué gentiment des Corses sans apparemment faire l'objet de la moindre tentative de plastiquage et en ayant mis de son côté l'humour des Insulaires, le détective Jack Palmer remet le couvert en enquêtant dans les milieux musulmans de Paris et de sa banlieue. Pourtant "l'Affaire du voile" est parue un mois à peine avant une autre "affaire", celle des caricatures de Mahomet, laquelle a fait couler beaucoup d'encre, et beaucoup plus de sang. Pourtant le ciel n'est pas tombé sur la tête de Pétillon, comme quoi il doit y avoir un dieu pour les dessinateurs, du moins ceux qui ont du talent. Pourquoi ? Peut-être grâce à la naïveté du héros apostrophé sans ménagement ("T'es qui ? Un bouffon de Colombo de sa race de sa mère ?"). Surtout par le sens de la dérision et par des dialogues imparables.
D'abord Palmer parle peu. Il se contente d'écarquiller les yeux à la recherche d'une fille de médecins portée soudainement vers le coran et dont le nom d'emprunt ne s'invente pas : Yasmina Fatwa. Car ce sont les autres qui parlent : il suffit de les écouter. "Depuis quand t'es intégriste ?" demande un musulman à un coreligionnaire. "D'après sa barbe, je dirais trois jours" répond un autre. Autre bulle savoureuse : "Il ne veut pas devenir imam comme son père.. C'est pourtant un domaine où être arabe est un atout."
L'atout justement de Pétillon reste l'observation et l'écoute, et pas seulement du monde musulman ou islamiste. Ainsi Lucie, la fille de bonne famille disparue "avait des préoccupation de son âge : sortir, la techno, un pétard de temps en temps, lire Houellebecq." "Lucie musulmane c'est aussi sérieux que Madonna convertie à la kabbale !" dit sa mère à Palmer.

N'empêche que Pétillon n'est pas devenu dessinateur de presse par hasard et la jeune Latifa (Une Musulmane qui fuit l'école coranique) ne se prive pas d'évoquer son malaise : "Ma mère, elle a peur de mon père, de mes frères, de la famille, du quartier, de la communauté, ma mère elle a peur du milliard et demi de musulmans qui vivent dans le monde."
Bon, comme le dit le proverbe, Dieu reconnaîtra les siens, dixit dans "l'Affaire du voile" cette autocitation de Pétillon: "S'il a retrouvé un homme dans le maquis corse, il pourrait retrouver quelqu'un n'importe où."
Bravo Colombo..


La sourate du jour :
"Cache cette mèche de cheveux !
Tu es impudique"

(Dépôt légal janvier 2006)

Par : Bert74 Voir les critiques de Bert74 (20 févr. 2006)

Après l'Enquête Corse, le pétillant Pétillon nous régale de nouveau d'une de ses BD follement drôle et affûtée autour d'un thème on ne peut plus "dans le vent".
Car ce qui frappe le premier dans les histoires inventées par Pétillon, c'est sa connaissance hyper-pointue de l'actualité, et la facilité avec laquelle il arrive à la glisser dans ses albums. Son travail de dessinateur de presse lui apporte évidemment une base on ne peut plus solide sur la question. Dans "L'affaire du voile" il fait de nouveau mouche, et les situations et les gags dont il nous abreuve sont d'une véritable délectation car inspiré d'anecdotes souvent réelles (paraîtrait que le tapis de prière équipé d'une boussole existe réellement... avec GPS c'est pour bientôt alors ?). Ces aventures de Jacques Palmer au sein de l'actualité (totalement en phase avec même depuis "Un détective dans le Yucca) résonnent du coup parfaitement chez le lecteur.
Et surtout, surtout, Pétillon n'est pas méchant. Il ne recherche aucunement la charge virulente mais plutôt à moquer gentiment les travers de ses contemporains par un humour décapant et irrésistible : imam modéré ou intégriste ; jeune musulman fanatique depuis 2 jours; délégués de Ministères; chirurgien égocentrique... Il les décrit tous avec une petite pointe de tendresse qui ne les rend jamais, vraiment jamais, antipathiques. Et c’est rafraîchissant.

Par : Zou (17 févr. 2006)

J'ai moins ri qu'à la lecture de l'enquête corse, mais en même temps le sujet auquel s'attaque Pétillon dans le cas présent est beaucoup plus risqué que dans la précédente aventure de Jack Palmer. Pas évident en effet de faire une BD humoristique par les temps qui courent sur le thème de la religion islamique, ses diverses courants et son rôle et son influence dans notre société. C'est pourtant ce qu'a brillament réussi le dessinateur du Canard Enchaîné, toujours avec son style humoristique acide et acerbe. Je suis curieux de voir comment cette BD va être accueillie par la critique et surtout par le public. A mon avis, cela risque de faire quelques remous. En tout cas, moi, j'ai plutôt bien aimé. Même si, je le répète, on n'est pas tordu de rire du début à la fin.


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio