Esclaves de Jean Dufaux Jérémy - 3 critiques

Série : Barracuda - T. 1
Edition : Dargaud
Pages : 54 pages en couleurs
Parution : octobre 10
Auteurs : Jean DufauxScénariste JérémyDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : Jean-Marc Lernould Voir les critiques de Jean-Marc Lernould (24 janv. 2011)

Ce serait une énième histoire de pirates, sauf le scénario de Jean Dufaux et le talentueux dessin de Jeremy, dont on peur apercevoir quelques crayonnés en début d’album. On y trouve des poncifs : Barraccuda est borgne et sanguinaire, et son jeune fils Raffy, formé par ses soins, ne l’est pas moins, les tronches sont patibulaires et les dames et demoiselles de la haute capturées sont mignonnes à souhait, bien qu’elles ne durent parfois pas longtemps.

Dona Emilia Sanchez del Scuebo est l’une de celle-là, qui habille vite fait son jeune garçon en fillette puisque les mâles sont généralement occis lors de la prise de leur navire, ce qui va créer quelques situations embarrassantes. Il y a évidement une carte au trésor qui va faire naviguer Barraccuda vers une île où se trouverai le plus gros diamant du monde, le Kashar, mais on peut penser qu’il retrouvera sur sa route le noble de la Loya. Reste le personnage de Flynn, qui rachète au marché aux esclaves la vraie fille de Dona Emilia, et dont le comportement est plutôt singulier dans cette île de Puerto Blanco, repaire de pirates de la pire espèce.

C’est plutôt un bon feuilleton qui commence pour les amateurs du genre, avec un casting de qualité.

Par : yannick Voir les critiques de yannick (13 nov. 2010)

Enthousiasmé par les commentaires de nombreux bédéphiles ayant aimé le premier tome de « Barracuda », je me suis pratiquement précipité pour m’acquérir cet album ! Il faut reconnaître aussi que la présence de Jérémy Petiqueux, coloriste de la superbe série « Murena », en tant que dessinateur de « Barracuda » m’a hautement motivé à cet achat.

C’est une histoire de pirates (on ne sait pas à quelle époque que ça se passe mais ce n’est pas très important) que nous présentent Jérémy Petiqueux et Jean Dufaux. Les héros du récit se nomment « Blackdog », le capitaine du « Barracuda », et son fils « Raffy ». Ces personnages se partagent la vedette avec Emilio et Maria, deux adolescents qu’ils ont capturés suite à l’abordage d’un navire espagnol. Devenus esclaves, ces deux enfants ont été vendus à bon prix à des hommes plus ou moins scrupuleux dès leur retour sur terre… Mais « Blackdog » a d’autres projets en tête dont celui de retrouver le plus gros diamant du monde suite à la découverte d’une carte de trésors et à la capture de riches héritiers à bord du navire que son équipage a abordé…

Que dire du scénario de ce premier tome de la série ? La plupart des ingrédients qui composent –à mon avis- une bonne histoire sur les pirates se retrouvent dans cet album : un capitaine énigmatique, des grandes gueules, une bataille navale, des belles femmes (bin oui quoi !) fortes en tempérament, du sang, de la poussière, des passes d’arme… et j’en passe. Il y manque juste un peu d’humour, des trahisons et des bonnes séquences épiques que se racontaient les flibustiers.
Et pourtant, malgré tout cela, je suis ressorti un brin déçu de ma lecture…

La faute à des comportements vachement irrationnels de la part des protagonistes surtout de la part de Maria qui se présente malgré son (très) jeune âge comme une femme mature, se laisse dévoiler sa nudité au public bien qu’elle ait été élevée dans une riche famille et qu’elle ait été éduquée sous les principes de la religion chrétienne… Et je ne vous parle pas de l’homme qui a « acheté » Emilio à un prix exorbitant alors que sa demeure tombe en ruine… Sur ce dernier point, j’espère bien que Jean Dufaux aura une explication à nous apporter par la suite sur le comportement de ce chevalier comme je souhaite une réponse à la présence de la riche famille sur le navire espagnol. Et je ne vous parle du tempérament de Raffy qui est loin de posséder le charisme qu'on attend pour un personnage principal…

Je me range au concert de louanges des autres bédéphiles sur le dessin de Jérémy Petigueux dont on sent un certain « parrainage » en la personne de Philippe Delaby, dessinateur de la série "Murena" à laquelle Jérémy participe en tant que coloriste. Personnellement, je trouve que le coup de patte de Jérémy Petiqueux est légèrement en retrait de Philippe Delaby mais il faut reconnaître qu’il assure pour un premier album !

Ce premier tome de « Barracuda » m’est apparu distrayant mais il comporte des invraisemblances et des séquences inexpliquées qui m’ont gâché cette lecture.
J’avoue que j’attends avec grande curiosité le prochain album de la série car cette introduction se passe la majeure partie du temps sur terre et son dénouement laisse deviner que la prochaine bd se déroulera en mer avec comme personnage principal « Blackdog » qui est plutôt effacé dans ce premier récit : je m’en réjouis d’avance car les comportements de Maria et de Raffy dans ce présent album m’ont gonflé…
Bref, j’attends de voir comment va évoluer la suite des aventures du pirate « Blackdog » pour me prononcer définitivement sur mon conseil d’achat ou non de cette série…

Par : herve Voir les critiques de herve (03 nov. 2010)

Mais quel talent ! quel talent ce dessinateur qui a débuté comme coloriste sur la série Murena. Dufaux,déjà vieux briscard du scénario arrive à renouveller un genre pourtant bien usé, celui de la piraterie.

En s'éloignant volontairement du superbe "John Long Silver" de Dorison et Lauffray, auxquels il rend hommage dans la préface, Jean Dufaux nous livre là une aventure trépidente, digne des films américains avec Errol Flynn par exemple.

Débutant,comme il le faut, avec une scène d'abordage sanglante et réaliste, l'intrigue s'intéresse au destin de trois jeunes, embourbés dans l'ile de Puerto Blanco.
Certes les canons du genre (recherche d'un trésor, otage,fuite...) sont présents dans ce premier opus mais on ne s'ennuie pas un instant alors que l'histoire se déroule quasi-intégralement sur l'île,seule la dernière case laisse augurer des aventures plus maritimes.

J'ajoute, même si je me répète, que le dessin réaliste de Jérémy est d'une beauté à couper le souffle: que ce soient les navires, les personnages ou encore les costumes d'époque...rien ne manque à son talent.

A noter pour les amateurs, un tirage de 1200 exemplaires aux éditions canalbd, avec cahier graphique et ex-libris numéroté, que je conseille fortement.



 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio