Les essuie-glaces de Edmond Baudoin - 2 critiques

Edition : Dupuis
Collection : Aire Libre
Pages : 56 pages en couleurs
Parution : mai 06
Auteurs : Edmond BaudoinScénaristeDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : Quentin Voir les critiques de Quentin (14 sept. 2006)

Baudoin reviens sur le thème du voyage. Mais au lieu d'un voyage en solitaire, il se fait cette fois en compagnie d'amis et en compagnie d'une amante. Un voyage géographique dans la belle province, une réflection sur les trois années qu'il y a passées, un bout de chemin avec Laurence qu'il aime et qui l'aime, et un voyage dans le passé pour essayer de comprendre ce qui fait et ce qui défait l'amour. Un album plein de nostalgie mais qui s'ouvre néanmoins sur le futur puisque tout cela est raconté sur le quai d'une gare à une inconnue, comme une invitation à un nouveau voyage géographique et amoureux. A l'histoire en case et bulles, se superposent des réflections littéraires écrites en bas de pages, un procédé déroutant qui avait déjà été utilisé dans "le premier voyage" mais qui fonctionne un peu mieux ici. Futuropolis et l'Association nous avaient fait découvrir Baudoin en noir et blanc. Aire Libre nous le fait aimer tout en couleur - superbes, reflétant tout à fait le Québec en hiver. Du grand Baudoin, même si ce livre n'est sans doute pas le plus facile à lire.

Par : Jean-Marc Lernould Voir les critiques de Jean-Marc Lernould (17 juil. 2006)

"Les Essuie-glaces", de Edmond Baudoin. Dupuis.

Largement autobiographique, on ne s'étonnera pas que le dernier album de Baudoin soit très pudique. Le livre débute par une conversation improbable sur un quai de gare avec une femme aux yeux magnifiques, car le trait souvent noir et épais du dessinateur sait aussi se faire délicat. On se dit donc d'étranges choses dans un étrange lieu perdu en rase campagne et Baudoin finit par esquisser une tranche de vie au Canada (il fut lui-même professeur de dessin trois ans durant près d'Ottawa). Une histoire de rencontres avec une double narration originale : au bas de chaque planche un bandeau contient un petit texte complémentaire beaucoup plus introspectif que descriptif. On y devine un échec amoureux qui n'est pas renié mais à partir duquel il faut bâtir l'avenir.

Les amis canadiens sont décrits par petites touches : Guy le poète, Violette, Laurence qui "aimait s'en aller à l'écart, marcher seule sur les longues plages", tous réunis pour un étrange voyage en Acadie. Violette dont le beau visage se confond avec la mer tandis que ses cheveux se mêlent aux nuages.

On sait Baudoin maître du noir et blanc mais ses incursions dans le monde de la couleur restent un régal, pour ses paysages suggérés, pour ses portraits qui jalonnent "les Essuie-glaces", troisième volet d'une quête intérieure après "les Yeux dans le mur" et "le Chant des baleines".

Amour toujours :
"Quitter pour pouvoir revivre.
Les Indiens disaient :
Aujourd'hui c'est un beau jour pour mourir."
(Laurence).


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio