La politique c'est naze, lisez plutôt des BD, tome 10

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


1351. torpedo31200 - 13/04/22 11:10 - (en réponse à : pm - post # 1330 + 1331 +1332)
D'ailleurs l'islamisme est un fascisme.

Ah mais en fait tu es politologue, sociologue, historien, démographe et futur adhérent à Reconquête !
Et légaliste quand ça t' arrange.

1350. suzix@bdp - 13/04/22 10:42 - (en réponse à : n'casciata #1341 & heijingling #1349)
Immigration réussie pour vos familles donc. Félicitations. Et je suis prêt à parier comme l'indique heijingling qu'il n'y avait aucune revendication à l'époque et même bcp de retenue et de volonté de faire profil bas malgré les difficultés et sans doute du rejet dans certaines circonstances.

1349. heijingling - 13/04/22 10:11 - (en réponse à : n'casciata)
51? Je te pensais plus jeune, vu tes références et ton acuité. BDP, le forum de l'élite :)

-"Je me permets d'intervenir car j'ai l'impression que vous parlez un peu de mon histoire familiale. Je suis né en 51, mon père était portugais, ma mère italo-grecque. Ils était immigrés tous les 2. Je suis le 1er français de ma famille. On a vécu longtemps en région parisienne. Le racisme, mes parents l'ont subi pendant plusieurs années même si ils n'en n'ont parlé que très tardivement. Moi aussi à l'école, même si cela me touchait moins, je prenais cela à la rigolade (c'était surtout verbal, "macaroni," bouffeur de morue" etc. venant d'autres gamins qui répétaient ce qu'il entendaient)."

Moi, exactement pareil. Enfin , quelques années plus tard, pas du tout les mêmes pays, je ne suis pas le premier né en France, précédé par des cousins et cousines (ce sont mes grands parents qui avaient immigré avec leurs enfants), par contre je suis le premier de la famille à être allé jusqu'au bac, et même l'université (un peu du gâchis, quand on voit où j'en suis, à trainer sur BDP). Mes parents, oui, mais moi je n'ai jamais souffert du racisme, parce que j'ai un prénom français, un nom de famile qui peut faire français, et ne parlais pas de mes origines (ça ne se faisait pas trop, à l'époque, avant les années 90) contrairement à maintenant. Par contre, on allait toujours en vacances dans le même coin n province, et là j'entendais toujours "parigot, tête de veau", que les parigots font ci et ça de bizarre, etc. Marrant comme presque tous les humains se définissent en s'assimilant à un groupe, et en en excluant un autre. Le racisme comme le mépris de classe fonctionnent ainsi.

-"L'intégration s'est faite peu à peu par le travail et la sociabilité pour parents (le PC particulièrement, cela peut paraître caricatural mais c'était très important en terme de solidarité, les associations de quartier aussi) et par l'école pour ma sœur et moi. C'est peut-être une différence avec actuellement."

Oui, je pense que c'est une différence essentielle, assez tragique, les vieilles solidarités se sont délitées, j'y incluerais aussi les religions traditionnelles, avec pour ton époque la JAC et la JOC, où pas mal de prêtres faisaient beaucoup de social. A contrario, j'ai l'impression qu'elles se sont un peu mieux maintenues aux EUA, et en Chine le PC a eu l'intelligence de les réinstaurer, après avoir tenté de les annihiler.

1348. suzix@bdp - 13/04/22 09:21
ah oui et puis quand les déçus de la FI expliquent que si Roussel et/ou Jadot c'étaient retirés pour favoriser Mélenchon, il serait au second tout, ils oublient que l'extrême droite avait encore plus de "réserves" de voix avec les 7% de Zemmour et les 2% de Dupont-Aignan contre seulement 2,3% chez Roussel, 4,6% chez Roussel et 1,8% chez Hidalgo. Si la gauche c'était rassemblée, par exemple avec le ralliement du PC à FI, il y a qd même des chances pour que au moins Dupont-Aignan ait fait pareil avec le RN ... ensuite les sondages donnaient Mélenchon perdant contre Macron au second tour. M'enfin, quand on est déçu on ne voit que ce qui va dans notre sens.

1347. suzix@bdp - 13/04/22 09:15
Sur FB, notamment sur la chaine Le Media qui n'invite que des "spécialistes" affiliés à La FI, vous pouvez voir ce que pensent les électeurs de Mélenchon. Déjà les échanges et les arguments sont tous biaisés. Ensuite il y a pas mal de complotisme. Et enfin, il y a un seum intégral qui me fait bien marrer. Désolé pour les BDParadisiens qui ont voté Mélenchon (il doit y en avoir statistiquement). On peut débattre mais pas avec des arguments frelatés. Et puis ce qui ressort c'est un énorme ressenti envers Roussel (PC) , un peu envers Hidalgo (PS) mais aussi et c'est là que les gens perdent la raison envers Jadot (Ecologistes) également. Je mets les partis entre ( ) pour que nos amis belges qui auraient lu jusqu'ici puissent suivre. (;o) Un certain nombre d'électeurs de la FI considèrent que Roussel, Hildalgo et Jadot auraient dû se retirer. Certains les considèrent même comme des "traitres à la cause sociale"! Le PC, je peux comprendre mais pour EELV, comment demander à un parti qui a pris les plus grandes villes de France de se retirer pour un autre sans aller jusuq'au bout? Et puis franchement la FI et EELV, c'est qd même pas les mêmes préoccupations! Et sans doute pas non plus les mêmes électeurs ...
Et en parallèle, ils fustigent aussi les sondages qui ont sous-estimé le vote Mélenchon. Ils imaginent une volonté politique de sous-évaluer le vote FI, histoire de ne pas mobiliser les forces de gauche ou les éparpillées puisque annoncées ne pouvant pas être au second tour. Pourtant, ce sont ces sondages qui ont donné Hidalgo et Jadot bas qui ont favorisé le vote Mélenchon. Sous-évalué oui, réellement désavantagé par les sondages, pas certain. Et c'est là qu'on frise le ridicule et qu'on voit l'aveuglement. Tous les instituts de sondages ont vu la même chose donc difficile d'imaginer un complot à cette échelle. Et puis on voit aussi revenir au galop les tendances totalitaire de l'extrême gauche avec cette quasi injonction au parti unique et à la condamnation des "traitres" ... pas joli joli ce qui ressort de ce seum des électeurs de la FI alors que Mélenchon lui, a perdu avec classe, contrairement à 2017.

1346. egoes - 13/04/22 01:13 - (en réponse à : pm post 1283 hors sujet)
Tu as raison, pm.
Mais ça date...
Et heureusement que je reprends parfois la fil des discussions à partir de "très loin", parce que sinon...
;-)

1345. heijingling - 12/04/22 22:31 - (en réponse à : Bert74#1343,1344)
J'ignorais que, comme pm, tu ne mettais pas de smileys, du coup, j'ai failli te répondre sérieusement.

1344. Bert74 - 12/04/22 17:43
Donc quand c'est des immigrés très pauvres qui viennent dans une France en recontruction donc pas bcp mieux lotie pour certains français, ils s'intègrent et ne pose pas de problème? Mais quand ce sont des immigrés qui arrivent dans une France qui s'est enrichie et qui donc les logent mieux (pas dans des bidon-villes) alors il y a pb d'intégration !? ... c'est ça ton explication. Mais alors pourquoi!?

Parce qu'il n'y a pas de réel sujet d'immigration ou de choc de cultures.

Il n'y a en tout et pour tout, socialement, qu'un seul et unique sujet : la lutte des classes.

1343. Bert74 - 12/04/22 17:40
Revois tes sources, les Portugais sont arrivés essentiellement dans les années 60, il y en a eu après, dans les 80 et 90, mais bien moins. Et il y a eu des immigrants d'Afrique du nord dès avant guerre, mais ils sont venus essentiellement depuis les années 70

Les maghrébins étaient là avant les portugais
(source Coluche : "Et qu'est-ce que c'est que tous ces portugais qui viennent ôter le pain de la bouche à NOS arabes !?!" - in Je me marre - 1975)

1342. pm - 12/04/22 17:08 - (en réponse à : Suzix)
Je reprendrai plus tard parce que des fois je travaille!

Avec de longues pauses alors ..,

1341. n'casciata - 12/04/22 16:28
Je me permets d'intervenir car j'ai l'impression que vous parlez un peu de mon histoire familiale. Je suis né en 51, mon père était portugais, ma mère italo-grecque. Ils était immigrés tous les 2. Je suis le 1er français de ma famille. On a vécu longtemps en région parisienne. Le racisme, mes parents l'ont subi pendant plusieurs années même si ils n'en n'ont parlé que très tardivement. Moi aussi à l'école, même si cela me touchait moins, je prenais cela à la rigolade (c'était surtout verbal, "macaroni," bouffeur de morue" etc. venant d'autres gamins qui répétaient ce qu'il entendaient). L'intégration s'est faite peu à peu par le travail et la sociabilité pour parents (le PC particulièrement, cela peut paraître caricatural mais c'était très important en terme de solidarité, les associations de quartier aussi) et par l'école pour ma sœur et moi. C'est peut-être une différence avec actuellement.

1340. suzix@bdp - 12/04/22 15:21
1338. heijingling - 12/04/22 15:09
Pour suzix, à propos d'une BD:
https://www.youtube.com/watch?v=PEuRQulmFqo


Bon désolé, j'ai pas voulu acheter cette BD parce que je savais ce qui allait y être écrit. Bon j'ai qd même cliqué sur ton lien. Je fais une pause à 5:23 après "néo-libéralisme" ... 'tain il lui a fallu que 5 minutes pour sortir un terme démagauchiste. Je reprendrai plus tard parce que des fois je travaille! (;o)

1339. suzix@bdp - 12/04/22 15:13
1337. heijingling - 12/04/22 15:07
La religion a toujours été là, mais avant, des années 50 à 80, elle ne posait pas de problèmes, c'est donc que le problème vient d'ailleurs.
En France il y a des catholiques et des protestants, qui s'entendent très bien, alors qu'il y a quelques siècles ils se massacraient. C'est la religion qui a changé, ou le contexte, et l'importance que les gens attachent à la religion en fonction de celui-ci?


Le pb n'est pas la religion mais ses interférences avec le reste de la société civile. Cependant toutes les religions ne débordent pas sur l'espace public.

1338. heijingling - 12/04/22 15:09
Pour suzix, à propos d'une BD:
https://www.youtube.com/watch?v=PEuRQulmFqo

1337. heijingling - 12/04/22 15:07
La religion a toujours été là, mais avant, des années 50 à 80, elle ne posait pas de problèmes, c'est donc que le problème vient d'ailleurs.
En France il y a des catholiques et des protestants, qui s'entendent très bien, alors qu'il y a quelques siècles ils se massacraient. C'est la religion qui a changé, ou le contexte, et l'importance que les gens attachent à la religion en fonction de celui-ci?

1336. suzix@bdp - 12/04/22 15:00
PM, tu laisses passer la démonstration de heijingling sur la religion !?

"3 est un chiffre impair et premier, donc tous les chiffres impairs sont premiers!"

... nan ça marche pas ton explication heijingling!

1335. Piet Lastar - 12/04/22 14:58
Voyage en absurdie :
On a donc des populations de richesses différentes qui s'intègrent bien. Donc ce n'est pas un problème de pauvreté

1334. heijingling - 12/04/22 14:34
On a donc des populations de religion différente qui s'intègrent bien. Donc ce n'est pas un problème de religion.

1333. pm - 12/04/22 14:31
La réponse...

1332. pm - 12/04/22 14:31
Pourquoi depuis quelques années la religion passe avant le reste, alors que ce n'était pas le cas avant les années 90?

Ta réponse est dans ta question, que tu as d'ailleurs parfaitement datée. Chute du mur, fin de l'URSS, fin de l'espoir d'émancipation par la politique ( il reste Danyel ), refuge dans la religion.
Bien que l'URSS soit extrêmement critiqué par les gauchistes, l'espoir d'un monde meilleur par la politique était très fort jusqu'à cette époque. Les pseudos solutions via l'extrême droite ou la religion étaient impensables, lepen faisait 1% aux élections, les jeunes pensaient qu'un mon meilleur était vraiment possible.
Quand il n'y a plus d'idéal politique la facilité est de se replier sur soi, par la religion ou par le nationalisme. Islamisme et extrême droite sont les deux faces d'une même pièce. D'ailleurs l'islamisme est un fascisme.

1331. pm - 12/04/22 14:23
Les chinois aussi sont bien intégrés en France, même s'ils restent souvent très communautaristes( voir porte de Choisy à Paris), ils ont une double vie (parfois même deux noms). C'est parfois le cas des juifs ou des arméniens.
Ca aussi c'est un cliché mais qui se vérifie, les chinois bien souvent ils sont hyper forts à l'école, ça aide pas mal pour la suite.

1330. pm - 12/04/22 14:18
Il n'y avait pas de familles dans les bidonvilles, ou alors c'était l'exception.
Pourquoi rien n'a bougé pour les immigrés africains ? Je pense que les torts sont vraiment partagés, d'une part tu as l'état qui a laissé faire sans un accueil correct, dans une période de chômage endémique, et comme l'ascenseur social ne fonctionne plus ( alors qu'on était en pleine trente glorieuses pour la très grande majorité des immigrés portugais), de plus en plus ont cédé à une certaine amertume, ou même à une certaine facilité ( délinquance, islamisme, détestation de la France...). On n'est pas loin d'une situation de non retour et je n'ai aucune idée de la possibilité d'un vrai retournement de situation.
C'est impossible de comparer avec les vagues d'immigration précédentes, où il y avait à la fois de la croissance et une identité culturelle d'origine beaucoup plus proche.
Avec des différences historiques évidentes on est malgré tout plus proche du problème noir américain par exemple.

1329. heijingling - 12/04/22 14:06
-"Pas besoin de "sources". Je connais bcp de portugais et bcp sont arrivés dans les 80's, les 90's voire après! Et tous sont 100% intégrés même s'ils parlent parfois mal la langue."

Moi, en Chine, je connaissais plein d'occidentaux, presque autant que j'en connais en France, c'est bien la preuve qu'il y a autant d'occidentaux qui habitent en Chine qu'en occident.

-"La religion, sa pratique, son prosélytisme c'est culturel. Si ça passe avant l'adaptation à la culture locale, alors il y a difficultés d'intégration."

Les Juifs, qui étaient pourtant réputés les plus grands ennemis du christianisme (le peuple déïcide), se sont bien intégrés (et pourtant, il y a eu des résistances). Pourquoi depuis quelques années la religion passe avant le reste, alors que ce n'était pas le cas avant les années 90? Faute à la religion, ou à la perte de repères du monde sublunaire?

1328. pm - 12/04/22 14:05
Les années 70, en fait à partir de l'élection de Giscard en 1974 c'est le regroupement familial, qui a vu en effet arriver de très nombreux immigrés. Auparavant les hommes venaient seuls, bossaient le jour chez Renault, s'entassaient dans des bidonvilles la nuit, envoyaient tout leur argent au pays, et pensaient y retourner quelques années plus tard. C'était très inhumain. Et finalement ils sont restés et ont voulu faire venir leur famille.

1327. suzix@bdp - 12/04/22 14:05
attends, je crois comprendre où tu veux en venir.
Donc quand c'est des immigrés très pauvres qui viennent dans une France en recontruction donc pas bcp mieux lotie pour certains français, ils s'intègrent et ne pose pas de problème? Mais quand ce sont des immigrés qui arrivent dans une France qui s'est enrichie et qui donc les logent mieux (pas dans des bidon-villes) alors il y a pb d'intégration !? ... c'est ça ton explication. Mais alors pourquoi!?

1326. suzix@bdp - 12/04/22 14:02
Ca veut dire quoi rien ne bougeait? Je ne comprends pas en fait!
On a fait quoi de plus pour les portugais?

1325. pm - 12/04/22 14:02
Les portugais qui sont arrivés dans les années 80 c'est une immigration due à l'entrée dans l'UE, il y a encore actuellement des portugais qui viennent vivre en France, mais le gros de l'immigration portugaise avec des gens vraiment pauvres ce sont les années 50/60, juste après l'immigration espagnole.

1324. pm - 12/04/22 13:59 - (en réponse à : suzix)
heijingling a encore raison.
La première immigration maghrébine, celle des années 50/60 où l'algérien était OS chez Renault et habitait les bidonvilles insalubres de Nanterre ne posait aucun problème de religion. La second génération, celle de la marche des beurs, de carte de Séjour, non plus. Il n'y avait pas de récupération islamiste et la plupart des immigrés de cette vague ont une pratique religieuse, quand ils en ont une, qui ne pose aucun problème. C'est ensuite que ça s'est gâté car rien ne bougeait, et ça c'est vraiment anormal.

1323. suzix@bdp - 12/04/22 13:52
1322. heijingling - 12/04/22 13:45
Revois tes sources, les Portugais sont arrivés essentiellement dans les années 60, il y en a eu après, dans les 80 et 90, mais bien moins. Et il y a eu des immigrants d'Afrique du nord dès avant guerre, mais ils sont venus essentiellement depuis les années 70.


Pas besoin de "sources". Je connais bcp de portugais et bcp sont arrivés dans les 80's, les 90's voire après! Et tous sont 100% intégrés même s'ils parlent parfois mal la langue.


Communautarisme et religion, autrement dit renfermement sur soi, sont une conséquence, pas une cause.

Tu en es certain!? Moi pas tant que cela. La religion, sa pratique, son prosélytisme c'est culturel. Si ça passe avant l'adaptation à la culture locale, alors il y a difficultés d'intégration. Et je ne parle même pas d'assimilation sinon on va me traiter de fachiste !

1322. heijingling - 12/04/22 13:45
Revois tes sources, les Portugais sont arrivés essentiellement dans les années 60, il y en a eu après, dans les 80 et 90, mais bien moins. Et il y a eu des immigrants d'Afrique du nord dès avant guerre, mais ils sont venus essentiellement depuis les années 70.

Et où ai-je parlé de l'état? J'ai cité comme causes principales le chomage et le déclassement, puis les médias, exarcerbés depuis par les réseaux sociaux. Communautarisme et religion, autrement dit renfermement sur soi, sont une conséquence, pas une cause.

1321. pm - 12/04/22 13:39
Le monde ouvrier a quasiment disparu, c'est un des facteurs.
J'habite dans une ville de très forte immigration portugaise, même le club de foot local s'appelle les luisitanos. Ce sont des bâtisseurs les portugais, ce n'est pas juste un cliché, sans être riche ils se débrouillent très bien. Ils sont pas cons, ils ont investi les villes bourgeoises de la banlieue parisienne.

1320. pm - 12/04/22 13:35
Les différences culturelles avec les portugais sont faibles, avec les pays africains il s'agit d'un autre monde, surtout avec les pays d'Afrique noire.
Je ne dis pas que l'état a tous les torts, je pense qu'ils sont partagés, le fait est que ça ne s'est pas bien passé et qu'il n'est pas du tout normal qu'à la quatrième génération l'intégration ne soit toujours pas faite et est souvent plus mauvaise qu'à la première ou deuxième génération.

1319. suzix@bdp - 12/04/22 13:26
Les portugais sont aussi arrivés dans les 80's et même les 90's! Les maghrébins sont arrivés plus tôt. Dès les 50's puis à plein dans les 60's. Les maghrébins sont à la 3e ou 4e génération. Après, hein, libre à toi de penser que c'est l'état français et les réseaux sociaux qui sont les uniques responsables de ce déficit (partiel) d'intégration et pas la religion ou le communautarisme ...

1318. heijingling - 12/04/22 13:09
D'une part, les Portugais sont arrivés essentiellement dans les années 50 et surtout 60, période de plein emploi, d'où intégration par le travail. Bien plus difficle pour les immigrants arrivés depuis les années 70.
D'autre part, la France rentrait à peine dans la société de consommation, les immigrants venant de bidonvilles acceptaient temporairement de vivre dans des bidonvilles en France, puisqu'ils voyaient les paysans grançais pas vraiment mieux lotis qu'eux, et n'avaient pas facebook pour voir la vie des riches. Maintenant, les gens voient partout des iphones/ipad/4x4/wii, et veulent les mêmes, et ont l'impression qu'ils sont rejetés s'ils ne les obtiennent pas tout de suite, et ils ont donc moins envie de s'intégrer dans une société dont ils ont l'impression d'être rejetés, d'autant plus que les ténors politiques parlent "d'identité nationale" dont ils sont exclus en France, et ceux de leur pays d'origine parlent "d'identité nationale" qu'ils accusnet de trahir.

1317. suzix@bdp - 12/04/22 12:55
Alors l'état est-il l'unique responsable des difficultés d'intégration. Je ne suis pas certain. Qu'a fait l'état de plus avec les portugais qu'avec les maghrébins ? En une génération, les portugais sont complètement intégrés.

1316. heijingling - 12/04/22 12:46
Bien sûr que la peur est réelle, et en partie justifiée par le terrorisme et la délinquance, essentiellement dans les banlieues. Mais la peur de "perte d'identité nationale", si elle est réelle, est elle totalement artificielle, c'est une création politique pour faire peur. En Chine, où il y a une de plus en plus forte propagande nationaliste, plein de gens ont la même peur, surtout dans les campagnes, où ils n'ont jamais vu un noir ailleurs qu'à la télé et ne croisent un blanc qu'une fois par an.

1315. pm - 12/04/22 12:46
La mauvaise intégration est due à des politiques publiques défaillantes ( urbanisme absurde des années 60) , au chômage et à la pauvreté endémiques, très difficiles à combattre dans une économie mondialisée, et à une certaine tendance naturelle à se regrouper chez les immigrés.
Pour faire simple et symbolique, il faut se démerder pour que les musulmanes n’aient p’us envie de mettre le voile, pas l’interdire.
Les solutions sont très compliquées mais il va falloir en trouver parce que, regroupement familial ou pas, ce n’est pas prêt de s’arrêter.

1314. pm - 12/04/22 12:38
Mais oui, suzix, mais ça reste un problème d’intégration. Si les gens sont correctement intégrés ils ne se réfugient pas auprès des islamistes et adoptent assez rapidement la culture dominante.

1313. suzix@bdp - 12/04/22 12:27
Il y a bien une peur liée à l'autre, à celui qui est différent et peut-être par construction politique un peur de perte d'identité. Qu'elle soit justifiée ou non, elle est bien là.
Et que je sache, c'est pas monsieur tout-le-monde ou madame lambda qui est responsable de ces difficultés d'intégration. C'est un peu facile de rejeter la faute sur des gens qui n'ont rien demandé et qui réagissent avec leur vécu, leurs peurs.

1312. pm - 12/04/22 12:20
Heijingling a raison, c'est souvent dans des endroits sans immigrés( ou pseudo immigré car la plupart sont français) que l'extrême droite prospère. Il y a des problèmes d'intégration, c'est évident, un film comme les misérables l'explique bien.
Chômage et urbanisme sont liés, ils jouent au tennis ensemble, je ne sais pas lequel est au Service.
Et les "solutions" de l'extrême droite sont juste débiles.

1311. heijingling - 12/04/22 12:11
Justement, dans mon patelin, il n'y a pratiquement aucun Français non blanc/non caucasien/pas de souche (je ne sais pas comment il faut dire), hormis donc le couple de boulangers noirs et, depuis peu, ma femme chinoise, et c'est pareil dans tous les patelins du coin. Et hormis mon patelin où le fn est arrivé second, juste à un point derrière Macron, il a partout fait plus de 30%, largement en tête.
Et justement, ce n'est pas dans les grandes villes, là où il y a la plus d'immigrés visibles/non blancs/non caucasiens/pas de souche, que le fn a fait ses meilleurs scores, mais dans les petites, où ils sont bien moins visibles. C'est donc bien dans la tête des gens, ramollie par les problèmes économiques et sociaux, et ainsi facilement mis dedans par des médias et politiques peu scrupuleux.
Parce que demande à n'importe qui ce qu'est l'identité nationale, et la réponse sera au mieux "ben, heu, je , beuh, c'est hyper important!" OK, mais c'est quoi? "Ben, heu, je , beuh, c'est hyper important!"

1310. suzix@bdp - 12/04/22 11:57 - (en réponse à : heijingling)
Je ne suis pas d'accord avec toi. Tu habites à la campagne c'est cela? Viens un peu en ville. Paris, Lyon, Marseille et peut-être que tu comprendras ce que ressentent les gens quand ils vivent ou simplement traversent certains quartiers. Ce n'est pas que dans leur tête, c'est dans leur quotidien. Certains n'y voient pas de problèmes mais d'autres si. Si tu balaies cela en leur disant qu'ils dramatisent voire qu'ils ont inventé cette situation ou bien que cela ne pose pas de problème, échange ta place avec eux et après, reviens leur en reparler.

1309. heijingling - 12/04/22 11:45
"L'identité nationale" est pratiquement une création du fn, les gens s'en foutraient si les médias et les politiques ne ramenaient pas cela sur le tapis en permanence. La preuve est que les gens qui disent s'en préoccuper passent leur temps ou macdo, à la pizzeria ou à bouffer des kebabs ou du couscous, portent des fringues et voient des films US. Bref, ils n'ont aucune idée de ce que cela signifie, c'est juste un truc inventé pour faire peur; le problème est que ça marche.
Ce dont ont vraiment peur les gens, c'est du déclassement, et des problèmes de changements de culture, ces derniers entre autres parce que l'intégration ne se passe pas très bien depuis 50 ans, question d'urbanisme, oui, mais aussi question de chomage. Si tous les jeunes de banlieues immigrées trouvaient un boulot, un vrai, pas un quart temps à nettoyer les arrières cours de mcdo, ils passeraint moins de temps à dénigrer le pays dont leurs parents attendaient beaucoup et qui n'a que peu offert.
Pour le déclassement, cela fait écho au déclassement de la France, et est donc assez complexe, mais si il avait moins de chomage longue durée, cela irait déjà mieux.

Enfin, les gens ont besoin de se croire aimés, entendus, respectés, et aussi de rêver. Avant, il y a eu le grand roman national, qui marchait bien. Maintenant, il a été remplacé par le mythe de l'dentité nationale. Pourtant, des trucs qui pourraient faire rêver les gens et les motiver, il y en a; la construction d'une vraie Europe culturelle et sociale, reconstruire le pays sur une base écologique, solidaire, locale. Mais les politiques en tête préfèrent parler uniquement d'économie et de peur, solutions de facilité qui marchent à court terme, mais nous font aller dans le mur à moyen terme.

1308. totom - 12/04/22 11:15
Macron à qd même mis darmanin

1307. suzix@bdp - 12/04/22 11:13 - (en réponse à : pm)
peu importe les raisons, une grosse partie des français veulent que ça change et les 2 derniers quinquennats n'ont pas parlé de cette problématique. Les journalistes oui. Zemmour oui. Le RN un peu mais pas les gouvernants.

1306. pm - 12/04/22 11:12 - (en réponse à : Suzix)
Je pense que via l’urbanisme tu traites une grande partie des peurs.

1305. pm - 12/04/22 11:11
Macron a fait la loi anti séparatisme, je ne sais pas si ça fera avancer le problème mais on marche vraiment sur des oeufs avec ces problèmes.

1304. pm - 12/04/22 11:10 - (en réponse à : Suzix)
Les gens en ont marre comme tu dis, parce que l’intégration se passe mal, tellement mal que les 2ème, 3ème ou 4 ème génération ne se sentent toujours pas français, alors qu’ils le sont, et qu’ils détestent bien souvent leur pays.
Et je persiste à dire que c’est en grande partie un problème d’urbanisme.
Si l’intégration se passait bien, au pire la deuxième ou troisième génération serait parfaitement assimilée et adopterait, au moins dans l’espace public, le standard culturel dominant. Ça ne s’est pas passé comme ça, les torts sont évidemment partagés ( tendance naturel au regroupement selon les origines, cités pour immigrés pauvres etc.).

1303. suzix@bdp - 12/04/22 11:02
Après ce premier tour, il reste 2 questions ouvertes:
- Mélenchon aurait-il fait une politique socialiste ou communiste?
- les électeurs de Mélenchon sont-il plutôt de gauche ou d'extrême gauche ? ...

1302. pm - 12/04/22 11:01 - (en réponse à : Suzix)
J’ai juste rappelé des faits dans ce que tu cites.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio