Tchiii-tchaaa: du pop corn caramel dans le Gesamtkunstwerk (4e partie)

Les 1312 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27


462. pm - 19/04/21 00:54 - (en réponse à : Froggy)
Relis ta phrase, on peut comprendre que Sautet se méfiait de Ventura durant le tournage de Garde à vue, d’où ma rectification.

461. froggy - 18/04/21 22:36
Je sais bien que Garde a vue est de Claude Miller, je ne l'ai mentionne que pour exprimer la mefiance de Ventura vis-a-vis de son partenaire dans le film comme cela arriva avec Sautet quelques annees plus tard. Serrault le regretta d'ailleurs, il aurait bien voulu etre invite par l'ancien catcheur a gouter ses pates qui parait-il etaient delicieuses.

C'est Nathalie Baye qui par contre s'est beaucoup amuse avec Serrault sur le tournage d'En toute innocence.

460. pm - 18/04/21 10:38 - (en réponse à : Froggy)
Garde à vue est de Claude Miller pas de Sautet.
En 1995 mon troisième enfant naissait, je ne sais pas quel mois de l’année est sorti le film mais il est probable que j’avais d’autres chats à fouetter que d’aller au cinéma régulièrement.
Et j’ai beaucoup évolué sur Sautet, ado et jeune je ne l’appréciais pas tellement, je trouvais ses thématiques souvent trop adultes. Il en est resté quelques réserves pendant assez longtemps alors que j’ai depuis une bonne vingtaine d’années énormément de plaisir à voir et revoir ses films.
Concernant Monsieur Arnaud je pense que la ressemblance physique de Serrault avec Sautet est voulue par ce dernier, puisqu’il a fait porter une perruque à Serrault afin que la ressemblance soit plus évidente. J’ai d’ailleurs l’impression que le film est assez testamentaire.

459. froggy - 18/04/21 00:52
Jerome:

Ta chronique m'a donne envie de voir ce film malgre les defauts que tu mentionnes.

Philippe:

Comment ce fait-ce que tu aies saute le dernier Sautet? Cela m'aurait ete impossible. Il fait partie de mes metteurs en scene preferes. J'aime enormement ce film grace a Michel Serrault et c'est bien qu'ils aient tourne ensemble, je ne sais pas si je l'ai ecrit ici, mais je considere Michel Serrault comme un des meilleurs acteurs mondiaux, quand il etait bien dirige, il pouvait etre extraordinaire, c'est le cas ici. J'ai lu que cela n'a pas ete evident pour les deux hommes, Sautet etait un raleur et il parait que l'ambiance sur le plateau de Vincent, Francois, Paul et les autres etait souvent absolument execrable. Sautet se mefiait beaucoup de son acteur a cause de ses debordements et pitreries, ce fut pareil pour Ventura durant le tournage de Garde a vue. Et Serrault ne savait pas trop jouer comment jouer son personnage. Le metteur en scene et son acteur se regardaient comme deux chiens de faience et puis, le declic se fit pour Serrault assez rapidement car il avait trouve, il avait observe son metteur en scene et l'a imite, tout simplement.

C'est un tres beau Sautet et c'est dommage qu'il n'ait pas fait plus de films. Comme Philippe, j'aime beaucoup ses scenes de cafe et restaurant dans ses films, elles sont uniques et absolument incomparables, c'est la vie qui defile devant nos yeux. C'est magique.

458. marcel - 17/04/21 18:50
Hier j’ai vu Nelly et Mr Arnaud sur Netflix, je n’avais jamais vu ce dernier Sautet et j’ai vraiment beaucoup aimé.

Je l'ai vu en salle et je me souviens qu'il y avait pas mal de silences. Le probleme, c'est que dans la salle a cote, il y avait Madame Butterfly de Mitterand qui s'époumonait et ca s'entendait beaucoup. C'est la seule fois ou ca m'est arrive.
Je trouve ca bien que Netflix se mette enfin au patrimoine (Truffaut, Sautet, Godard...).

457. Mr Degryse - 17/04/21 12:25


Un enfant rêveur et imaginatif est envoyé dans un pensionnat rigide, où un professeur d'art non conformiste l'aide à découvrir sa propre identité.

Pour son unique film en tant que réalisateur, l'acteur et producteur Aamir Khan s'attaque un sujet délicat: la dyslexie. Le sujet jamais abordé en film à ma connaissance montre toutes le difficultés de ce trouble. Cet handicap parait pourtant bien léger en regard de tant d'autres. C'est oublier tout le traumatisme de l'échec scolaire, de l'incompréhension sociale face à cette maladie. Surtout dans les sociétés prônant la réussite scolaire comme ascenseur social.

Aamir Kahn s'attaque avec conviction et délicatesse à ce sujet. Sa première grande réussite est le choix du jeune acteur principal : Darsheel Safary. Dès son apparition, on s’attache à la bouille de ce gamin rêveur, à ses difficultés scolaires et familiales. C'est le premier film du jeune garçon et il est plutôt impressionnant. Le film lui doit beaucoup.

Dès le générique en animation illustrant l'univers imaginatif coloré des enfants, on comprend qu'on ne sera pas face un film de Bollywood habituel. Cela se poursuivra durant tout le film qui à une exception près évite les passages dansés. Les chansons illustrent et chorégraphie ce qui se passe à l'image. Sans être les plus belles musicalement parlant du cinéma indien, elles s'intègrent parfaitement dans le film et font aussi grandement parti de son charme.

Le film prend son temps. Trop d'ailleurs. Il souffre d'un problème de rythme. Le réalisateur installe longuement le contexte pour nous faire comprendre les difficultés scolaires du gamin, son rejet ou mise à l'écart par une société ignorant ce qu'il a. Tout cela a pour but de nous faire saisir pourquoi ce garçon plein de vie et d’imagination s'éteint progressivement et se renferme sur lui au pensionnat. Cela aurait dû être réduit.D'autant plus qu'au contraire la seconde partie beaucoup plus réussie dès l’apparition du professeur pédagogue joué par Aamir Khan est trop rapide et parfois vite expédiée. On aurait aimer dans cette partie voir développées plus de scènes pour comprendre comment l’école accepte et bascule dans les méthodes pédagogiques atypiques de ce drôle de professeur.
Le réalisateur en fait aussi parfois trop dans l’émotion notamment dans les 3 fins successives. La première ,celle des tableaux, est parfaite tellement je la trouvais jolie. Les suivantes sont moins réussies et auraient pu être condensées.

C'est un film familial qui jamais ne prend le spectateur pour des idiots. Le message disant qu'il faut laisser vivre les enfants tels qu'ils sont est universel. Une société a autant besoin d'artistes, de rêveurs que de matheux ou d'ingénieurs. L’épanouissement d'un enfant doit être la priorité. Le film est une critique du système scolaire indien qui rejette les différences et ignore l'existence de certains handicaps de la concentration.

Une beau film. Je pense que chaque enfant adorerait avoir ce professeur.

456. pm - 17/04/21 11:44
Citizen Kane c’est...26 ans pour la sortie du film.
P’us proche de nous, qu’on aime ou pas, Xavier Dolan a réalisé son premier film à 20 ans, Mommy à 25 ans, et on ne peut pas dire que ce soit des petites bluettes.

Hier j’ai vu Nelly et Mr Arnaud sur Netflix, je n’avais jamais vu ce dernier Sautet et j’ai vraiment beaucoup aimé. Le lien qui se crée entre Emmanuelle Béart et Michel Serrault est superbe de subtilité. La direction d’acteurs est parfaite comme d’habitude et la mise en scène très fluide est toute en nuance.
Et quel plaisir de voir un Sautet en temps de Covid. Chez Sautet onde côtoie de près, on va au restaurant, on marche dans la foule, on prend le métro au milieu des autres. Sans masque.

455. Victor Hugo - 17/04/21 11:43 - (en réponse à : suzix)
C'est quand même dommage qu'à ton âge canonique tu sois complètement passé à côté d'un film comme Le Fanfaron.

454. froggy - 17/04/21 05:10
Moi je dis qu'à 25 ans, il est difficile de faire un film profond.

Boyz n the hood de John Singleton, il avait 23 ans. Quand tu l'auras vu tu m'en diras des nouvelles.

Au sujet de Lelouch et des stars, l'enorme succes d'Un homme et une femme en 1966 a tout change pour lui mais aussi pour Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimee. Ils n'etaient que connus, ils sont devenus mondialement super connus. Il a donc pu apres ca s'offrir Montand, Belmondo, Ventura, Girardot etc. Il devait avoir Patrick Dewaere mais celui-ci s'est suicide 3 jours avant le debut du tournage d'Edith et Marcel. Il n'aura jamais Depardieu par contre, celui-ci le deteste. Je ne sais pas pourquoi.

453. heijingling - 17/04/21 00:27
>"Moi je dis qu'à 25 ans, il est difficile de faire un film profond. "

Citizen Kane.

>Comme "La fanfaron" d'ailleurs. J'ai l'impression que pour ces 2 films très similaires dans leur construction, le film en lui-même n'a pas vraiment d'intérêt. Ce que Dino Risi et Lelouch ont faitr c'est une histoire légère dans laquelle ils ont placé plein de scènes sympas. Voilà! Ces 2 films sont une succession de scènes sympa et bien filmées.

Il y a une vraie trajectoire dans le Risi, le trajet en voiture en étant une métaphore visuelle.

452. suzix@bdp - 16/04/21 11:55
désolé pour toutes les fôtes. J'aurais dû me relire.

451. suzix@bdp - 16/04/21 11:54
Il y a cependant qq scènes intéressantes dans "L'amour avec des si ...". Comme "La fanfaron" d'ailleurs. J'ai l'impression que pour ces 2 films très similaires dans leur construction, le film en lui-même n'a pas vraiment d'intérêt. Ce que Dino Risi et Lelouch ont faitr c'est une histoire légère dans laquelle ils ont placé plein de scènes sympas. Voilà! Ces 2 films sont une succession de scènes sympa et bien filmées.

Pour moi la meilleure scène de ce premier Lelouch se situe au tout début. Un homme vient chercher les chiots sous leur mère, les place dans une bassine puis les plonge dans un tonneau d'eau pour les noyer. Il est abattu d'une balle dans le dos. La voix off explique qu'il est tombé mort la tête dans le tonneau, tué par son propre fils qui n'avais pas supporté cette acte. Et cela se termine par la mère qui vient lapé l'eau du tonneau ... mais quelle horreur! Loooll. Je me demande si Lelouch n'aurait pas été meilleur à tourner des films trash!
De la même manière, la radio décrit les forfaits de l'évadé décrit comme un pervers avec détails ... on ne ferait plus ça aujourd'hui. En tout cas quelle différence avec ses films de romance futurs.

450. suzix@bdp - 16/04/21 11:43
Pas tellement de passage en ce moment. Confinement et vacances je suppose. J'en profite pour vous parler de l'un des derniers films vus : "L'amour avec des si ..." de Lelouch (1962).

(;o)

C'est le premier "vrai" film de Lelouch. Il a tourné des trucs avant mais soit des court-métrages soit inachevé soit qu'il a carrément détruit! L'histoire est simple. Un homme dangereux, un "pervers" s'échappe de prison sans que l'on voit son visage. On suit ensuite un homme qui conduit et s'arrête se promener sur une plage enneigée en "pardessus léger et chaussures de ville". Etrange. Donc on imagine qu'il peut s'agir de l'évadé. Il prend une jeune et jolie femme en stop. Ils se draguent du regard. Il y a aussi une longue course-poursuite un peu ridicule entre sa DS et une 403. 1962 c'est la même année que "Le fanfaron" où une grande partie de l'action tourne autour d'une virée folle en bagnole. J'en conclus que début 60's l'arrivée de la voiture pour tous et performantes de surcroit est un phénomène de société. Et apparemment les drames de la route que cela implique aussi puisque Lelouch montre des images d'accidents. L'homme finit par rejoindre la jeune femme dans sa chambre. Deux flics prévenus par un cafetier arrivent trop tard et trouvent l'homme endormi, ses biens lui ayant été dérobés. Et voilà ... donc la jeune femme est une voleuse recherchée et le conducteur, c'est laissé à l'appréciation du spectateur. 79 minutes. C'est léger qd même. Mais si je compare au Fanfaron (plus long 105 minutes) c'est un peu ba^ti de la même manière. Une rencontre fortuite, une virée en bagnole, une séparation ... Lelouch explique qu'il a été étonné que son film ne soit pas bien reçu. Moi je dis qu'à 25 ans, il est difficile de faire un film profond. Je n'ai pas vu son 2e film "La femme spectacle" (1963) mais j'ai vu "Une fille et des fusils" (1964) qui est sympathique et dynamique mais qui ne casse pas 3 pattes à un canard. Je n'ai pas "Les grands moments" (1965) donc "Un homme et une femme" (1966) sera le suivant. Je me demande qd même comment passer de ces 2 films à cette consécration en 2 ans!
Je me demande aussi comment Lelouch a pu convaincre Trintignant (bon apparemment il tournait énormément dans les 60's donc pourquoi pas) mais surtout Yves Montant en 67 pour tourner "Vivre pour vivre" car c"'était déjà un star mondiale depuis qq années. Je suppose que "Un homme et une femme" a tout déclenché?
En en 1969 il fait tourner Bébel, pareil déjà super star française, dans "Un homme qui me plait". Donc en 5 ans il passe de 2 films de jeunesse très moyens et pas très intéressants à faire tourner des grandes vedettes. Etonnant.

449. froggy - 14/04/21 05:26 - (en réponse à : Bertrand et Heijingling)
Bertrand, ton lien ne marche pas.

Vous etes tres remontes contre le Valerian. Meme que Bertrand le trouve pire que les 3 prequels de La guerre des etoiles.

Comme disait si bien ce bon vieux Billy:



Une des meilleures fins de l'histoire du cinema. lol

448. Bert74 - 13/04/21 19:22
C'est même pas du cinéma de divertissement. C'est chiant à regarder car on comprend même pas d'où sortent les péripéties...

Une petite critique audio fort sympathique sur ce film qui explique pourquoi ce plantage :
Ciné-crash #3

447. heijingling - 13/04/21 14:41 - (en réponse à : froggy,suzix)
Il y a gourance, je ne me réjouis pas qu'un français se plante aux ÉUA, mais qu'un mauvais film se plante tout court, et c'aurait été bien qu'il se plante en France aussi.Ça ne me réjouis ni plus ni moins que quand une superproduction daubesque américaine, chinoise ou autre fait un flop retentissant.
Concrètement, ce que je reproche à ce film, c'est de n'être qu'un divertissement sympa, sans aucun enjeu, ce qui est une trahison de la série Valérian, dont il se prétend tiré.

446. Bert74 - 13/04/21 13:39
=> Henry

Ah ! Moi je te demande un résumé de l'histoire et toi tu me balances un descriptif de ce qui se passe à l'écran...

Quod erat demonstrandum, comme on dit dans le Bouchonnois.

445. froggy - 13/04/21 04:54

444. froggy - 13/04/21 04:52 - (en réponse à : Bertrand)
Je pourrais te repondre la meme chose au sujet de Lucas. C'est un bien meilleur producteur que realisateur, son meilleur film est La guerre des etoiles, et c'est tout. Mais c'est deja pas mal, j'en conviens.

443. Bert74 - 12/04/21 13:51 - (en réponse à : froggy)
Les 3 prequels de la saga de Luke Skywalker sont des purges, il n'y pas photo entre ces 3 et le Valerian qui est un bien meilleur film. Je t'echange les 3 contre le Besson sans probleme.

Hé ben putain, quel goût de merde.

Je ne dis pas que les trois films de la prélogie sont des chefs d'œuvre intemporels, mais Lucas a au moins le mérite de continuer à vouloir faire du cinéma de divertissement avec l'existence d'un véritable déroulé d'intrigue et de péripéties.

A la limite, tu peux mettre le Valérian de Besson dans le même sac que les bêtifiants épisodes 7 à 9 de Star Wars

Tiens, toi qui trouve ce film si regardable, tu peux me faire un résumé de l'histoire ?

442. suzix@bdp - 12/04/21 13:37
un dernier point et après je ne vous casse plus les c...lles avec Lelouch ... jusqu'au prochain. C'est pas la peine de faire les morts, ça marche pas!
Comment un amateur de Fantastique, d'Apo et Post-Apo dont Zombies et de western peut-il regarder avec plaisir les histoires de Lelouch ... bonne question! Je vous remercie de me l'avoir posé. Après réflexion je pense que c'est parce que ses films sonnent vrai. Les relations humaines sont au coeur de tout. En fait dans du post-apo ce qui est important c'est l'environnement et les causes du désastres, le tout devant être crédible mais c'est surtout comment les perso s'en sortent, autant physiquement que moralement. Lelouch ne fait pas surjouer ses acteurs. Du Lelouch c'est "Hélène et les garçons" dirigé par un bon cinéaste ! Et ça fait toute la différence. Je me demande ce que Lelouch donnerait en post-apo ou fantastique? Saurait-il faire? Il a fait "Les misérables" et "Ces amours-là" qui racontent (un peu) l'histoire des français à d"faut de l"'histoire de France (encore vu aucun des deux, ça va venir). Ce sont les moins "Lelouchiens" que je vois. Y en a-t-il d'autres ?

441. suzix@bdp - 12/04/21 13:17
vu hier soir "Le courage d'aimer" de Lelouch (2005).

Il est complètement givré ce gars!! Vous aureiz pu me prévenir que c'est une une nouvelle version de "Le genre humain - Les parisiens" sorti l'année précédente! J'avais bien vu qu'il s'agit des mêmes acteurs mais comme c'est courant chez Lelouch de travailler avec les mêmes, j'ai pensé à une continuité, éventuellement une sorte de 2e volet de la trilogie annoncée "Le genre humain" même si j'avais compris qu'elle ne serait jamais réellement une unité de 3 films étant donné l'échec en salle du premier opus. Mais JAMAIS je n'aurais imaginé qu'il refasse une nouvelle version du même film! Avec peut-être un 1/3 voire la moitié de scènes identiques !! Ce mec est complètement allumé, orgueilleux et qq part revenchard. Et le pire c'est que ça me plait. Le mec, il fait ce qu'il veut et il emmerde tout le monde. Génial! En fait je triche un peu parce que j'avais trouvé qq infos de 2005 qui indiquaient que Lelouch avait reproduit le même film mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit si proche.
Donc Lelouch a réutilisé plein de scènes, notamment le début, il en a supprimé bcp où l'on suivait initialement plein de perso pour se concentrer sur l'histoire des 2 chanteurs (Massimo Ranieri qui chante subliment bien et Maïwenn) et sur celle du pdg vendeur de pizzas (Michel Leeb) qui se paie un château ainsi que la châtelaine (Arielle Dombasle) et sa culture. Il a supprimé ce foisonnement, ce manège humain. Donc du coup j'imagine que c'est un des reproches fait par les critiques. Pourtant moi j'aime bcp ce qui ressort de ces vies qui s'netrecroisent sans fil conducteur clair. Cela fait partie du charme des Lelouch qu'ils m'aient plu ou pas d'ailleurs. A cela se rajoute les films dans le film. Et le tout donne une ambiance. On ne suit pas un Lelouch dans le détail, impossible. On le reçoit par différents canaux et cela crée la vie. Donc Lelouch a rayé cela, ce que je trouve dommage. Puis dans la 2e partie il a filmé une autre histoire, celle de Leeb et Dombasle, la vie de la seconde jumelle en fait. C'est le lien entre les 2 parties. Par contre elles se suivent au lieu de s'imbriquer. Je ne sais pas si c'est volontaire ou si c'est que techniquement c'était dur à réaliser ou si Lelouch a manquer de temps ou ... d'envie. S'il avait fait cette version en premier, je suis certain qu'il aurait tout agencé pour que cela ne fasse qu'un ensemble et pas deux parties distinctes, rendant ce film bizarre. On sent fortement la resucée de ce fait. Il a donc simplifié sa première version mais il rajouté des Leloucheries avec encore plus de films dans le film (existe-t-il un autre terme?). Et franchement j'adore. Et on n'est jamais perdu. On peut au choix se laisser porter ou essayer de découper quelle séquence est "réelle" ou fait partie du film dans le film voire le film du film du film. Il y a même des scènes clairement à cheval. Lelouch maitrise cela.
Comme je l'avais déjà vu en partie j'ai été plus attentif aux détails et là encore, Lelouch s'amuse. Par exemple, le 4e plat de couverture de Paris-Match où "Shaa" la jeune chanteuse apparaît en une est une pub pour le parfum Dior qu'elle avait tenté de voler dans un grand magasin parisien. On entend aussi Dombasle dire que "Le public a dû lire les critiques : il n'y avait personne!" à propos de sa propre pièce de théâtre. Ce sont les propres paroles de Lelouch suite au ratage du premier volet.
Comme dans "l'original", Lelouch se met en scène mais je remarque qu'il n'est pas très bon acteur! (;o)
Pour conlure, si je devais choisir, je prends le premier film. Voilà! Il était plus foisonnant, plus libre, moins formaté.

PS: je me demande qd même ce que les spectateurs qui sont allés voir ce "nouveau Lelouch" en 2005 et qui avaient aussi vu le précédent se sont dit lorsque le film a débuté! J'imagine que tout le monde ne lit pas les critiques et synopsis avant d'aller au ciné donc, certains ont dû se frotter les yeux et se demander ce qu'il se passait! Une sorte de retour-vers-le-futur!

440. suzix@bdp - 12/04/21 12:26 - (en réponse à : h)
pareil que mon pote Froggy, pourquoi se réjouir qu'un français se plante aux USA? Parce que lui aurait eu l'outrecuidance de ne pas rester un petit franchouillard à faire des films financés par les deniers publics? Désolé Heijingling, je ne te suis pas là-dessus. Et je vais au-delà de la sphère cinéphile. C'est un pb bien plus vaste que tu révèles. C'est du french-bashing que tu fais alors que notre pays a besoin de se serrer les coudes. On est attaqué de tous cotés, économiquement et culturellement. Et en réponse on se flagelle. Ce mouvement vient des élites. Le petit peuple lui n'a pas cette vision internationale. Il n'est pas aussi hautain envers son pays. Il y croit parce qu'il n'a pas d'autre choix, pas d'autre horizon. Par contre, une fois que le bruit du fond des élites lui est arrivé aux oreilles, c'est trop tard. Et les intellectuels dont tu fais partie doivent assumer leur rôle. On ne forme pas des scientifiques pour qu'ils se barrent aux USA ou bientôt en Chine comme on ne forme pas des littéraires pour qu'ils viennent ensuite te mettre la tête sous l'eau, surtout quand tu manques d'oxygène.

439. froggy - 11/04/21 18:57
Ca ne veut rien dire ca, La guerre des etoiles etait une superproduction de $19 millions (chiffre enorme en 1976) sans aucunes vedettes. Alec Guinness et Peter Cushing etaient alors les deux noms les plus connus dans la distribution. Et le reste appartient a l'histoire.

Et je considere Luc Besson comme un meilleur realisateur que George Lucas. Les 3 prequels de la saga de Luke Skywalker sont des purges, il n'y pas photo entre ces 3 et le Valerian qui est un bien meilleur film. Je t'echange les 3 contre le Besson sans probleme.

438. heijingling - 11/04/21 18:44
Je ne m'en réjouis pas, mais c'est bien fait pour le producteur qui a commis l'erreur fatale de faire une superproduction sans supervedettes en têtes d'affiche. Son film s'est aussi planté en Chine, alors que Lucy avait assez bien marché.

437. froggy - 11/04/21 18:05 - (en réponse à : Heijingling)
Evidemment que Tintin n'a pas besoin de cela mais j'ai aime le fait que les ventes des albums ici ont ete boostes grace au film. C'est bien qu'un peu de culture etrangere arrive a entrer aux USA.

Tu me cites Arsene Lupin, et je n'arrive pas a savoir si les ventes des livres se sont accrues depuis la serie tele. Je l'espere aussi. Comme pour Tintin, Arsene Lupin est une de mes lectures de jeunesse que j'ai devoree avidement plusieurs fois.

Mais ce sont des cas exceptionnels, on n'est pas pres de voir des rayons de librairie consacree au FB, le manga oui et les films etrangers ne representent pas entre 50 et 60% des parts de marche comme c'est le cas en France.

Alors, oui, je regrette que Valerian n'ait pas marche aux USA et je ne m'en rejouis pas du tout.

436. marcel - 11/04/21 14:46
Miramax, avant l'affaire Weinstein a diffusé pas mal de films étrangers, pas forcément des "petits films d'auteur" qui ont pu avoir un succès relatif. Amélie Poulain, par exemple, n'est pas vraiment un petit film d'auteur, pas vraiment un blockbuster, mais assez proche finalement de pas mal de comédies romantiques à succès américaines.
On peut presque faire la meme phrase avec The artist.

435. heijingling - 11/04/21 13:39 - (en réponse à : froggy)
"Je te signale que le succes meme moyen du Tintin de Spielberg a permis aux albums de la serie de mieux se vendre aux USA. "

Oui, et alors ? Le seul bénéfice que Tintin soit plus visible aux ÉUA serait que cela permette au public de s'ouvrir un peu plus à d'autres B.D européennes, sinon, cela n'a aucun intérêt autre que financier, et Tintin n'en a pas besoin.

434. heijingling - 11/04/21 13:34 - (en réponse à : Stefan)
"J'ai même l'impression qu'on peut dire que l'arrivée de Netflix, quoi qu'on en pense est en train de faire bouger les choses, avec la casa de Papel ou Lupin qui montrent que ce n'est pas vrai, et que le public américain peut se passionner pour des productions étrangères quand elles sont correctement diffusées."

Oui, je fais le parallèle avec les 48 cc qui d'après les gros éditeurs traditionnels étaient les seules B.D. qui pouvaient plaire au public. L'arrivée des mangas, le succès de plus en plus croissant de B.D. d'éditeurs moins formatés prouve que le grand public peut accepter et aimer des choses très différentes pour autant qu'on en lui propose. Le blocage vient des producteurs, distributeurs, etc., ce n'est rien d'autre que de la paresse et du protectionnisme déguisés.

433. heijingling - 11/04/21 13:28 - (en réponse à : froggy)
Pourquoi se rejouir que Besson s'est plante? Il t'a fait quelque chsoe personnellement?

Oui, il a réalisé et produit de mauvais films, qui ont occupé les écrans au détriment de bons films. Quand j'étais cinéphile, je prenais ça comme une aggression personnelle :)
Et c'est un producteur et réalisateur à très grand succès, qu'il se plante une fois de temps en temps rétablit un peu l'équilibre.

432. Stefan - 11/04/21 08:53
Les superproductions, c'est leur truc, aucune superproduction etrangère ne peut marcher chez eux (sauf film vraiment à part)

Il n'y a surtout pas beaucoup de société étrangères capables de rivaliser en terme de budget avec Hollywood. Donc, à part Besson, personne n'a jamais vraiment essayé. Peut être que les Chinois ou les indiens pourraient, mais à ma connaissance, ils ne s'aventurent pas trop sur ce terrain. Il y avait eu l'essai de Lagaan de la part des indiens, mais du point de vue des américain, ce n'est pas vraiment calibré Blockbuster.

Miramax, avant l'affaire Weinstein a diffusé pas mal de films étrangers, pas forcément des "petits films d'auteur" qui ont pu avoir un succès relatif. Amélie Poulain, par exemple, n'est pas vraiment un petit film d'auteur, pas vraiment un blockbuster, mais assez proche finalement de pas mal de comédies romantiques à succès américaines.

J'ai même l'impression qu'on peut dire que l'arrivée de Netflix, quoi qu'on en pense est en train de faire bouger les choses, avec la casa de Papel ou Lupin qui montrent que ce n'est pas vrai, et que le public américain peut se passionner pour des productions étrangères quand elles sont correctement diffusées.

431. froggy - 11/04/21 05:53 - (en réponse à : Heijingling)
Pourquoi se rejouir que Besson s'est plante? Il t'a fait quelque chsoe personnellement? Je ne comprends pas cette attitude. Ce n'est pas la premiere fois que je lis ou j'entends ce genre de commentaires.

Bien sur il a produit des merdes, les Taken et autres Convoyeurs, mais par le biais de sa societe Europa Corp, il a finance des bons films comme Quand j'etais chanteur, Ne le dis a personne, Saint Laurent. Un film comme I love you Philip Morris qui est une histoire d'ammour entre deux hommes n'est peut etre pas terrible mais il a ete produit par le francais car les americains sont devenus tres craintifs vis-a-vis de ce genre de films qu'ils ne savent plus faire preferant les films du MCU malgre la presence des tres bankables Jim Carrey (star ici) et Ewan McGregor.

Je te signale que le succes meme moyen du Tintin de Spielberg a permis aux albums de la serie de mieux se vendre aux USA. J'aurais aime qu'il en fut de meme pour Valerian si le succes aurait ete au rendez-vous. Les americains se sont tellement renfermes sur eux memes sur l'importation de produits culturels.

Pour finir, ici, il avait eu un gros succes a son actif, realise en 1997, Le cinquieme element le film avait bien marche pour une production francaise de cette envergure. C'est ce qui a du lui donner confiance pour realiser Valerian. Mais cette fois-ci, il n'avait pas Bruce Willis en tete d'affiche.

430. heijingling - 11/04/21 01:14
Bien fait pour Besson, qui a cru pouvoir marcher sur les plates-bandes des Etatsuniens. Les superproductions, c'est leur truc, aucune superproduction etrangère ne peut marcher chez eux (sauf film vraiment à part), ils ne peuvent accepter que de petits films d'auteurs.

429. froggy - 11/04/21 00:34 - (en réponse à : Philippe)
La relation entre Laureline et Valerian a beaucoup evolue depuis les premiers episodes. Quant a la dimension politique, elle est effectivement effacee, je pense que Besson a du le faire pour ne pas effrayer les jeunes americains etrangers aux considerations politico-ecologiques de Christin des annees 70. Le budget du film etait tel que Besson ne pouvait pas prendre ce risque.

Cela n'a pas empeche le film de se planter ici. Et corollairement de planter la societe de Besson.

428. froggy - 11/04/21 00:21
Un que j'aime beaucoup de Clint Eastwood, c'est Space cowboys, il y a une tres interessante reflexion sur la vieillesse qu'il avait entamee avec Impitoyable et poursuivie avec Juge coupable.

Suzix: comment peux-tu avoir oublie la fin de Million dollar baby? C'est ce qui fait le film et le rend difficilement oubliable.

427. pm - 10/04/21 23:58 - (en réponse à : Froggy)
Sans détester le film de Besson, comment peux tu dire qu’il respecte l’esprit de la bande dessinée ? Il ne le respecte pas du tout au contraire ! Les rapports de Valerian et Laureline ne sont pas ceux-là, l’aspect politique très intéressant de la série a disparu etc.

426. froggy - 10/04/21 23:52
Qu'est-ce que vous avez contre le film Valerian de Luc Besson? Ce n'est pas un chef d'oeuvre evidemment, il n'avait jamais la pretention de l'etre de toutes facons. J'ai trouve qu'il respectait bien l'esprit de la BD. c'est tres divertissant et surtout Besson ne s'est pas pris les pieds dans le tapis, le scenario comprend de nombreuses scenes casse-gueule a filmer et surtout a editer quand en plus il y a les effets speciaux a integrer. Je ne me suis pas ennuye une seule minute en voyant le film.

Que l'on n'aime pas Besson, soit, mais ce n'est pas irregardable, loin s'en faut. Cela l'est beaucoup plus qu'un film de Michael Bay, il n'y a pas photo.

425. Stefan - 10/04/21 23:37
Dans le cas de Watchmen, c'est à la fois un générique et une scène d'ouverture dans la mesure où il raconte le passé des personnages principaux de façon très large et complète, et, ce faisant, résume une grande partie des "Bonus" de fin de chapitre de la Bd. Il a une dimension narrative qui va au delà de la présentation thématique habituelle des génériques.

Néanmoins, la question, peut on considérer les génériques comme des scènes d'ouverture est intéressantes. Quand ils atteignent un certain niveau d'élaboration, j'aurais envie de dire que oui.

424. froggy - 10/04/21 21:32
J'ai vu le debut de Watchmen avec sous-titres espagnols pour la chanson de Bob Dylan (?).

Vous considerez cela comme la scene d'ouverture du film? Pour moi, c'est le generique du film a cause des noms credites qui s'inscrivent sur l'ecran. Le fait que le generique raconte une histoire ne signifie pas que c'est la scene d'ouverture du film. Je considere les generiques et les scenes d'ouverture comme deux choses absolument differentes.

Ou alors, il faut considerer le generique de Seven, un chef d'oeuvre du genre, comme la scene d'ouverture car il raconte toute la preparation des meurtres a venir.

A votre avis?



Une autre ouverture brillante, une vraie cette fois, apres le generique, est celle de Fenetre sur cour d'Hitchcock toujours qui montre que James Stewart est face a un petit theatre de la vie avec les persiennes qui s'ouvrent sur la cour interieure de l'immeuble comme les rideaux s'ouvrent a l'ouverture d'une piece, on nous montre la temperature ambiante, tres chaude, ce qui explique toutes les fenetres ouvertes et la sueur sur le front de Stewart. Puis la camera se deplace et va nous montrer en un seul plan les differentes vies situees en face de l'appartement de James Stewart, elle revient ensuite dans l'appartement et nous montre comment le personnage a eu la jambe cassee, tout cela sans un seul mot et nous comprenons tout. C'est sublime pour un des meilleurs films de tous les temps.

La preuve:


423. Stefan - 10/04/21 18:35
Parmi les James Bond, il y a celle de Bons baisers de Russie où un faux James Bond se fait étrangler par le méchant russe blond que j'ai toujours bien aimé, belle ambiance inquiétante.

Et puis il y a cette première apparition mythique de Sean Connery au cinéma sous les traits de James Bond, dans James Bond contre Docteur No, en smoking, à une table de jeu au casino, il allume une clope. Il y a une aura qui se dégage de Sean Connery dans cette scène, absolument fascinante.

422. marcel - 10/04/21 18:25
Je me souvenais que ca commençait par l'etranglement, j'ai eu un doute sur le fait qu'il y ait un cut apres ca. Merci de m'avoir corrige.

421. froggy - 10/04/21 16:52
Marcel:

Tu te trompes au sujet de La corde, il y a au moins deux plans, la scene d'ouverture est celle de l'etranglement du jeune homme par les deux comparses. Immediatement apres, il y a un changement de cadre et effectivement, le plan sequence qui est la marque de fabrique du film commence.

Autrement, comme scenes d'ouvertures souvent tres bonnes, il y a les pre-generiques des James Bond, mes preferes sont celles de Goldfinger, On ne vit que deux fois, avec une des meilleures partitions de John Barry illustrant musicalement la sequence, ca s'appelle Capsule in space et c'est sublime et puis L'espion qui m'aimait et son saut en parachute qui a les couleurs de l'Union Jack, ou merci la discretion pour l'agent secret, et enfin Moonraker.

Voila, voila:









Je vous ai mis l'autre jour le plan d'ouverture de Citizen Kane absolument extraordinaire.

Quoi d'autres?

420. froggy - 10/04/21 05:05
Je ne sais pas si vous pouvez voir la video du Blow Up d'Arte consacre aux plus belles ouvertures de films selon Luc Lagier parceq ue moi je ne peux pas.

Je cree le lien si cela est le cas et si cela vous interesse.

Les plus belles ouvertures de film.

419. marcel - 10/04/21 03:44
Et toute la sequence d'ouverture de Là-haut, muette et emouvante, avant que la comedie ne commence.

418. marcel - 10/04/21 03:40
Je suis plus tres sur : la scene d'ouverture de Reservoir dogs, c'est bien celle dans le diner, ou Tarantino explique le sens cache de Like a Virgin ?... Parce qu'elle bien, celle-là, surtout parce qu'elle ne laisse rien paraître du reste du film. J'aime bien aussi celle d'Inglourious basterds, avec Waltz et le fermier français. Et celle de Pulp fiction, c'est le braquage dans le diner aussi, non ?... En fait, j'aime bien les ouvertures de Tarantino, je crois.

Et pis y a la scene d'ouverture de La corde... qui dure tout le film.

Non, je change d'avis, en fait, le mieux, c'est la scene d'ouverture de La cite de la peur (le film de Les nuls : une comedie familiale). Red is dead.

Plus sérieusement : l'ouverture de Manhattan, avec la musique qui demarre puis la voix-off de Woody Allen... On plonge tout de suite dans le film.

417. Stefan - 10/04/21 02:36
Le passage sur les apostrophes dans Blow-up m'a fait penser à une fabuleuse que je suis surpris de ne pas y voir :


416. froggy - 10/04/21 01:30
Je ne peux pas voir la video de Watchmen.

Parmi les scenes d'ouverture, il y a celle celebrissime de La soif du mal d'Orson Welles, un superbe plan sequence realise a la grue.

Voila:



Du grand art assurement!

Une de mes scenes d'ouverture preferees est celle de Beau-pere de Bertrand Blier. Le texte est extraordinairement bien ecrit et il est merveilleusement dit par un de mes acteurs preferes, bien trop tot disparus, Patrick Dewaere.

Voila aussi:



Je ne me lasse pas de l'ecouter.

J'adore aussi le plan d'ouverture de Pas de printemps pour Marnie d'Alfred Hitchcock, je le trouve magnifique.

Voici:



Tres mysterieux.

Et pour conclure, Blow up a realise ce sujet, enjoy:




415. LienRag - 09/04/21 22:29
Tout à fait d'accord pour l'intro de Valérian...

Mais comment vous faites pour oublier l'intro de Batman 2 ?
C'est un moment de cinéma incomparable pourtant !

414. suzix@bdp - 09/04/21 21:28
ah ben non alors j'ai pas compris. Donc tu as été surpris mais pas parce que c'était de Eastwood !? Pourquoi donc alors? (;o)

413. stefan - 09/04/21 16:23
Ok, donc je comprends que tu n'as pas bien compris ou bien lu tout ce que j'ai écrit pour te focaliser sur une partie. ;)



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio