Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (21)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


1301. pm - 12/02/22 12:39
Une fois n’est pas coutume je suis en plein accord avec la critique d’Hervé sur Un général des généraux. J’ai choisi l’édition couleurs pour cet album et ça me va très bien.
Je suis également passionné d’Histoire contemporaine ( j’attaque en ce moment le tome 2 de « Jean Moulin La république des catacombes » de Cordier) et il faut reconnaître que le parti pris de cet album, le coté grotesque du putsch d’Alger de 1958 ( ne pas confondre avec celui de 1961 ) mettant fin à la 4 ème République et permettant à De Gaulle de revenir au pouvoir est très bien mené par un scénario ne prenant finalement que peu de libertés avec la vérité historique.
Je suis souvent hésitant avec Boucq, c’est évidemment un excellent dessinateur mais parfois ses excès systématiques dans l’expression de la laideur sont ennuyeux. Je ne suis pas non plus un très grand fan de ses bandes dessinées humoristiques absurdes quand même assez lourdingues. En revanche quand il est aidé par un bon scénariste cela donne d’excellents albums, comme ceux avec Charyn, dont le chef d’oeuvre Bouche du diable ( les autres sont également de bons albums ).
Ici on reste dans la veine humoristique, mais pas la sienne, et on obtient vraiment un excellent album, d’une lecture très agréable.
Pour répondre à Piet Lastar, il n’y a absolument pas besoin d’être français pour apprécier cet album qui ne présuppose aucune connaissance particulière. En revanche une petite connaissance historique de l’époque ne gâche rien, en reconnaissant aisément les acteurs politico-militaires de l’époque elle permet par exemple d’apprécier le talent de caricaturiste de Boucq. Je ne sais pas si tu avais lu Quai d’Orsay de Blain et Lanzac, mais c’est un peu du même ordre, il n’y avait besoin de bien connaître Villepin ni les détails de la politique internationale française pour apprécier.

1300. herve - 10/02/22 22:00
Yatta !!

1299. Mr Degryse - 10/02/22 20:12 - (en réponse à : Pm)
Oui je n'ai pas compris comment ils avaient pu laisser une couverture si moche et si peu engageante pour Contrapaso. Tu as du mal à convaincre les gens de lire l'album quand il tombe sur cette couverture.
Et c'est con car l'album est très bon

1298. Piet Lastar - 10/02/22 19:48
Je pensais bien que c'était pour les initiés.

1297. herve - 10/02/22 19:10
J'avoue avoir apprécié cet album car j'ai lu le "De Gaulle" de Lacouture,et vu le documentaire qui en a été tiré; tout comme pas mal de documentaires sur la guerre d'Algérie.
J'ai retrouvé les mimiques de Massu dans le dessin de Boucq !
Alors je ne sais pas si c'est accessible pour un étranger, mais en tout, je pense qu'il faut connaître cette période de 1958 pour en apprécier tout l'humour de Juncker.

1296. Piet Lastar - 10/02/22 18:50 - (en réponse à : hervé)
Est-ce accessible pour un non-français ?

1295. herve - 10/02/22 18:22
Un général, des généraux Juncker & Boucq

C'est dans la version grand format , noir et blanc que j'ai découvert cette bande dessinée, et j'avoue que j'en apprécie autant le dessin de Boucq (j'avais d'ailleurs fait le même choix éditorial pour "New-York cannibals", pour mon plus grand bonheur)
Je suis féru d'histoire et j'ai beaucoup lu et vu de reportages sur cette période trouble. Mais le côté grotesque voire guignolesque de la naissance de la Vème République, ne m'avait, jamais sauté aux yeux jusqu'à présent.
C'est pourtant le parti pris certes discutable mais osé que prend Juncker pour nous relater les événements du 13 mai 58, pour la plus grande joie du lecteur.
En effet, la lecture de cet album est véritablement jubilatoire. J'ai beaucoup ri au fil des pages. Les allers retours du général Massu dans le souterrain reliant son bureau et celui de Salan est un véritable running gag.
Le tour de force de cette bd réside incontestablement dans les portraits ou plutôt les caricatures des généraux par un François Boucq en grande forme. On les reconnait tous ces généraux que tout le monde connait : de Salan à Massu, en passant par Challe et De Gaulle, le seul à garder son calme dans cette tambouille politico-militaire.
Car outre les dirigeants de l'armée, les hommes politiques de la IVème République ne sont pas non plus épargné dans ce que l'on peut qualifier de farce. On y trouve même Léon Delebecque, personnage qui a laissé un rôle ambi gu dans ces évènements.
Un scénario reposant sur des faits historiques (qui font d'ailleurs l'objet d'un dossier en fin d'album), un dessin formidable, bref une de mes meilleures lectures de ce début d'année.
A lire sans modération!

note:5/5

1294. herve - 03/02/22 07:37
J'ai lu "seul le silence" et j'avoue que cette bd m'a séduit.
Je l'ai lu d'une traite malgré une pagination assez importante. Je ne suis guère tenté d'habitude par les adaptations de romans en bd, mais le dessin de Guerinaud a fait pencher la balance.

1293. pm - 02/02/22 19:17 - (en réponse à : Froggy)
Il n’a pas fait de chronique mais a dit que c’était son album préféré parmi la sélection bdgest.

1292. froggy - 02/02/22 17:30 - (en réponse à : Philippe)
Je n'ai pas lu la critique de Jerome sur Contrapaso ici, l'aurais-je ratee? C'est seulement ce que tu as ecrit, une fiction policiere sur fond de franquisme, j'ai toujours aime ces histoires fictionnelles dans un cadre historique important. Je me considere comme enormement chanceux de ne pas avoir vecu de l'interieur le nazisme, le communisme ou le franquisme et en ce moment la dictature en Coree du Nord.

Quant a Seul le silence, il est commande mais pas encore livre. Pour l'autre, je ne pense pas que je le lirai avant le mois de juin.

1291. pm - 02/02/22 17:04 - (en réponse à : froggy)
Ouais mais c'est parce que heijingling en a rajouté une couche.
Et, en ce qui me concerne, le mérite en revient à Mr Degryse.
Et ça t'a plu, seul le silence ?

1290. froggy - 02/02/22 17:02 - (en réponse à : Philippe)
Bravo, apres Seul le silence, Contrapaso est la deuxieme BD que tu chroniques que tu me fais acheter. Tu vois que ca marche. :-)

1289. heijingling - 02/02/22 16:27
Contrapaso, je l'ai mis dans mon top 2021 sur Bulledair. Outre ce que tu dis, j'ai beaucoup apprécié la façon dont l'autrice nous fait progresser dans la compréhension des personnages, de leurs motivations parfois contradictoires, et celle de la société espagnole de l'époque, nourrie aussi de contradictions, personnages et société se répondant en miroir.
Le dessin est bon, avec les défauts de Guarnido (disneysation des personnages) mais les couleurs et la mise en scène rattrappent cela.

1288. pm - 02/02/22 16:13 - (en réponse à : Tout s’explique)
L’autrice de Contrapaso et la femme de Canales.
Il faut le savoir que l’album est très bon, parce que la couverture est bien moche et ne donne pas envie de l’ouvrir.
Ils n’ont personne chez Dupuis pour faire le job ?

1287. pm - 02/02/22 15:48
Sur les conseils avisés de Mr Degryse je viens de lire Contrapaso ( c’est toujours l’eo qui est en vente alors que l’album a près d’un an ) et je l’en remercie chaudement car c’est une excellente lecture que j’avais complètement zappée.
C’est un gros album de plus de 130 pages qui se passe dans l’Espagne franquiste des années 50. C’est une histoire policière de fiction qui permet d’aborder les horreurs du fascisme franquiste. C’est très bien mené, le scénario est vraiment bien construit, les personnages , aussi bien principaux que secondaires, ont une vraie épaisseur, complexes et évolutifs, et le dessin très fouillé est d’un bon niveau, très bien documenté, avec des décors très détaillés ( parfois on a quasiment une histoire secondaire dans des bouts de cases) avec de légères influences d’autres espagnols comme Guarnido ou même Prado , même si un peu moins personnel.
Même si un second tome est prévu il s’agit d’une histoire complète.
Je recommande vivement.

1286. torpedo31200 - 01/02/22 20:34 - (en réponse à : Victor Hugo - post #1280)
Le début est raté, et est certes narrativement parfois bancal.
Mais la fin est politiquement très bizarre, limite post-Zemmour.

1285. torpedo31200 - 01/02/22 20:29 - (en réponse à : Victor Hugo - post # 1282)
Les feedbacks sont étonnamment très/trop positifs ("génial" revient souvent). Et certains le rachètent pour offrir.
Très peu de feedbacks négatifs, à ma grande surprise.


1284. froggy - 01/02/22 15:54
Qu'est-ce que j'ai eu de la chance de ne pas etre ne a la fin des annees 60 ou au debut des annees 70! J'ai echappe a Goldorak, Chantal Goya et le Club Dorothee. LOL

1283. suzix@bdp - 01/02/22 15:43
Tout-à-fait!

1282. Victor Hugo - 01/02/22 15:41
Ca veut rien dire, il y a plein de gens qui ont acheté ça par nostalgie et qui en lisant ce sont dit: "Putain quelle merde, j'ai perdu 25 balles!"

1281. suzix@bdp - 01/02/22 15:38
pourtant une des meilleures ventes de BD de l'année! Comme quoi, hein, les classements des ventes, keskonenaafout'. (;o)

1280. Victor Hugo - 01/02/22 15:27
J'ai emprunté et lu le Goldorak. C'est vraiment pas bon. C'est super mal écrit (je parle du texte), la narration est très souvent à la ramasse, et les bulles mal placées (du coup on se retrouve à lire dans le désordre). Ils s'y sont mis à 4, ils ont re-storyboardé et redessiné plusieurs fois leurs pages si on n'en croit le dossier, et malgré ça ils se sont plantés.

Graphiquement ça tient la route, mais la couleur fout la merde, ces effets à l'ordi sont vraiment merdiques, alors que les pages à l'encre ont l'air très chouettes, mais ils ont gâché ce trait avec un total mauvais goût.

C'est une purge, ridicule et très chiant à lire.

1279. herve - 30/01/22 19:26
Buck Danny-origines : le pilote à l'aile brisée #1/2 Yann et Guiseppe de Luca

Lorsque j'ai eu vent de ce nouvel univers autour de Buck Danny, j'ai été assez intrigué. Achetant tout ce qui touche au plus célèbre des pilotes, je n'ai pas attendu longtemps pour me précipiter dans la lecture de cet album.
Il débute pour autant par une surprise car, tout comme la série assez réussie"Buck Danny Classic", cette aventure fait immédiatement suite à l'album "Les mystères de Midway". C'est donc un capitaine Buck Danny, sans Tumbler et Tuckson, qui évolue ici.
Mais, Yann, grâce à des flash-back, nous plonge tout de même dans la jeunesse de Buck Danny, notamment dans les rapports difficiles que celui -ci entretenait avec son père dans les années 30, tout en nous entrainant dans un récit plus militaire avec un Buck Danny prisonnier de Japs.
J'ai retrouvé le style des premiers albums de Charlier et d'Hubinon, à la fois dans des expressions dépassées comme "faces de lune", "bloody bastard", "gros singe", "brouteurs de riz" et j'en passe; mais aussi dans le dessin.
En effet, Guiseppe de Luca, que je découvre ici, nous offre des planches qui lorgnent vers les premiers albums signés Hubinon.
Il y a en effet, un côté retro au dessin et au scénario qui sied parfaitement à cette histoire.
Une bonne surprise en tout cas, que les amateurs de Buck Danny doivent découvrir

note:3,5/5

1278. herve - 29/01/22 22:40
J'ai emprunté "le grand vide" au vu des louanges lues ici ou là, et j'avoue avoir complètement décroché au premier tiers de l'album.
Pas du tout client de ce genre.
Je dois avoir vieilli.
Allez, je retourne vers la version canalbd de "l'ombre du Z"de Franquin.

1277. froggy - 29/01/22 00:23
Michel Vaillant 10, Pikes Peak

Existait-il encore une course automobile à laquelle le fringant pilote français n'avait pas encore participé? La réponse était oui jusqu'à cet album. Le Pic Pikes est une montagne des Rocheuses dans l'état du Colorado. Depuis 1916, une course y est organisé depuis qu'une route y a été construite menant à son sommet. On apprend qu'elle fait à peu près 20km de long, qu'il y a 156 virages et que la différence d'altitude entre le point de départ et celui d'arrivée affecte les performances des moteurs. La route est également dangereuse car elle borde de nombreux ravins et vertigineux à-pics, gare au virage mal negocié.

Le scénario tient en une phrase: pour redorer le blason de la firme Vaillante, celle-ci engage une voiture spécialement conçue pour et c'est Michel Vaillant qui la conduit. Gagnera t-il? En effet, l'immonde Bob Cramer, l'éternel rival et ennemi est aussi de la partie.

Ou on apprend que Michel Vaillant meurt dès la première planche. Mais non! Je vous rassure, il était dans un simulateur de course. Mais alors me direz vous avec raison, Michel Vaillant triche! Comment cela serait-il possible? Lui, le roi du fair play, l'honnêteté personnifiée en course. Mais tous les concurrents en font autant apprend-on egalement. Ouf! Je suis rassuré, Michel Vaillant ne triche pas, il n'est qu'un mouton qui fait comme tout le monde.

Le dessin est comme il est, les voitures sont impeccablement reproduite, ce qui est tres important pour une telle bande dessinée. Quant aux personnages, c'est officiel, Francoise Vaillant est interpretée par Sophie Marceau et Steve Warson, par Paul Newman. Le dessinateur des personnages, je ne sais pas qui c'est car il y en a deux, Benjamin Bénéteau et Vincent Dutreuil, a également décidé de faire passer l'infame Bob Cramer sous le scalpel d'un chirurgien esthétique, son visage est different de celui du temps de Graton. Les autres restent encore eux mêmes mais pour encore combien de temps?

Qu'en penser? Pas grand chose, le principe qui animait la reprise de cette série a ete abandonné, un sujet qui s'étalait sur 3 albums tel celui qui faisait la série télevisée Dallas a été abandonné au profit d'une histoire indépendante par album. Philippe Graton ne cosigne plus les scénarios et le coté documentaire avec ses dialogues invraisemblables et qui plombent la lecture tellement ils sont abscons prend de plus en plus d'importance.

Cet album est novateur dans la mesure où on apprend que Michel Vaillant gagne une course en ayant mis plus de temps que celui de son adversaire de longue date. En effet, Bob Cramer a mis 7mn 52'82" et Michel, 7mn 54'19". Et le clan Vaillant de sauter en l'air de joie. A mon avis, ils consumment des substances prohibées. Ou alors, ce sont les auteurs qui ne se relisent pas. Nous ne pouvons décemment pas demander l'impossible aux éditeurs bien sur, ils ne savent que compter leurs euros.

Note finale, 0,5/5. Ce n'est pas une bonne bande dessinée. J'envisage de plus en plus sérieusement d'envoyer Michel Vaillant rejoindre Largo Winch, Thorgal et consorts au rayon des séries que j'ai arretées.

1276. Quentin - 28/01/22 21:33
Il fallait que je vous le dise, d'Aude Mermilliod, chez Casterman. Après la lecture du "choeur des femmes", qui a été un de mes coups de coeur cette année, j'ai décidé d'acheter cet autre album de la même auteure.

Aude Mermilliod a avorté lorsqu'elle avait 24 ans, après être tombée enceinte, malgré un stérilet. Saviez-vous qu'un tiers des femmes francaises avortent au moins une fois dans leur vie? Oui, oui, vous avez bien lu. Comptez les femmes autour de vous: vous en connaissez sûrement plusieurs qui sont passées par là. Et si vous êtes un homme, il y a des chances que vous soyez le père d'enfants avortés. Pourtant personne n'en parle et le sujet reste tabou. Mermilliod, elle, en parle. Et elle en parle bien. L'album commence par une rencontre avec Martin Winckler (auteur du "choeur des femmes"), à qui elle raconte comment elle a vécu son avortement. Puis Martin Winckler lui raconte pourquoi il a commencé à pratiquer des IVG, et comment ca a transformé sa pratique de médecin, pour finalement l'amener à écrire des livres sur le sujet.

Il ne s'agit pas d'un livre romancé, au contraire du choeur des femmes. Donc on ne trouvera ici aucun coup de théâtre. Rien d'autre que du vécu. On est au plus proche des sentiments, des émotions et des expériences de Mermilliod et de Winckler. Les histoires sont très touchantes, et la narration et le dessin sont parfaits. C'est très bien. Vraiment très bien.

1275. pm - 27/01/22 09:57 - (en réponse à : Suzix)
De mon coté je vais finir Duke s’il ne reste plus qu’un tome ( je viens d’acheter le 6 et c’est un effort), puis les lire, puis peut-être tout revendre. Mais mon coté complétiste me fera conserver ce Tours de Bois Maury finalement assez triste.
Hermann mourra probablement sur sa table à dessin, je trouve ça très touchant.

1274. suzix@bdp - 26/01/22 23:46
Faut arrêter d'acheter les Hermann! Moi j'ai tout stoppé. Jeremiah, TBM et Duke. Et j'ai même revendu certains Jeremiah. Trop de la merde. Je vais revoir les Duke et possible que je ne garde pas.

1273. Quentin - 26/01/22 23:16
Les Tours de Bois-Maury, tome 0: L'homme à la hache, de Hermann chez Glénat

Cela faisait très longtemps (15 ans?) que je n'avais plus rien acheté d'Hermann. Mais en voyant qu'il s'agissait d'une préquelle en un tome aux Tours de Bois-Maury, une série que j'apprécie beaucoup, et surtout en voyant que Yves H n'était PAS au scénario (c'est Hermann père qui fait tout), j'ai craqué.

Le scénario est classique et très ténu: un vent de révolte gronde dans le fief voisin des terres de Bois-Maury. Aymar, qui traîne par là, se fait emmener dans le pataquès un peu malgré lui. Hermann est en pilote automatique. On retrouve ses vieux trucs scénaristiques, et on retrouve la panoplie classique de protagonistes (Olivier bien sûr, la donzelle qui en pince pour lui, le bon, la brute, le méchant, etc.). Mais Hermann décline. La chute de l'histoire est ratée. Le dessin est de plus en plus brouillon et flou (il est incroyable que l'éditeur ait laissé passer certaines cases). Le textes, déborde de certains phylactères et même de certaines cases (!). Le lettrage est parfois flageolant.

Hermann a sans doute voulu se faire plaisir en revenant à une de ses séries fétiches. Le résultat un peu triste. Mais où sont les neiges d'antan...

1272. egoes - 26/01/22 17:44 - (en réponse à : suzix)
Jamais (ou presque).
;-)

1271. suzix@bdp - 26/01/22 14:34 - (en réponse à : egoes)
toi tu cherches les ennuis!

1270. egoes - 26/01/22 13:57 - (en réponse à : helmut)
Je te conseille alors vivement le Valérian par Lupano et Lauffray.
;-)

1269. helmut perchu - 26/01/22 11:44 - (en réponse à : egoes et Lien)
Lu le tome 3 de Renaissance et effectivement le petit twist final est sympa (et n'ayant pas lu la BD dont tu parles egoes je ne peux pas savoir si cela se ressemble). Chouette série en tous les cas.

1268. heijingling - 26/01/22 11:27
Gling gling, gling gling! J'apparais pour sonner la fin de la récré.

1267. marcel - 26/01/22 10:44
Oui, c'est ca, c'est moi qui suis toi. Tu suis ?...

1266. suzix@bdp - 26/01/22 10:42
lol!

1265. helmut perchu - 26/01/22 10:39 - (en réponse à : marcel)
Quoi ? J'ai toujours cru que c'était moi qui était toi, pas l'inverse.

1264. marcel - 26/01/22 10:00
Ah non, moi je suis Helmut.

1263. egoes - 26/01/22 09:08 - (en réponse à : suzix)
Bien essayé... je sais que tu ES marcel... et https://www.youtube.com/watch?v=ZTeqM5gciH8
;-)

1262. suzix@bdp - 26/01/22 08:53
C'est pas moi qui compare c'est Egoes mais je pense que cette erreur est normale vu qu'on est presque pareil avec Marcel.

1261. froggy - 26/01/22 06:29 - (en réponse à : Errare humanum est)
... que tu te compares a lui.

1260. froggy - 26/01/22 06:28 - (en réponse à : suzix #1258)
Je ne sais pas si cela va faire plaisir a Mercel que tu te comapresa a lui. LOL

1259. egoes - 26/01/22 00:00 - (en réponse à : heij et marsuzggypedhugordade)
Heij : Merci pour l'article : je comprends enfin la raison des éditions belge et française d'un même titre. Pour le coup, ma culture parabd fait un grand bon en avant.
Suzix : tu te doutes bien que ça fait longtemps que j'ai compris que, sous les divers pseudos du forum se cache un seul et même intervenant (j'hésite entre un chat et un illuminati) et que, moi-même, je ne suis qu'une petite partie des innombrables personnalités de celui-ci.
;-)

1258. suzix@bdp - 25/01/22 22:31 - (en réponse à : egoes)
1251. marcel - 25/01/22 11:38
C'est moi que t'appelles suzix ?...


Faut pas t'en vouloir, on nous confond toujours. On a les mêmes exigences bdphiles, on lit les mêmes albums, on est autant cultivé l'un que l'autre. Je gagne la moitié des quizz et lui l'autre. On est beaux gosses tous les deux et on habite dans le même coin. Donc c'est compréhensible.

1257. heijingling - 25/01/22 20:42 - (en réponse à : margoes)
"Voici 60 ans que la « Loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse » a été promulguée. Cette loi protectionniste a eu un impact considérable sur la bande dessinée francophone, et sur la bande dessinée belge en particulier"
La suite icite:
https://www.actuabd.com/La-Loi-du-16-juillet-1949-a-60-ans

1256. egoes - 25/01/22 17:31 - (en réponse à : froggy)
De moi et de mon incorrigible distraction, toujours ;-).

1255. froggy - 25/01/22 17:27
Ah bon? Il fallait rire?

1254. marcel - 25/01/22 17:21
Laisse, c'est une vanne et, malgré la presence de ton pseudo, t'es pas concerne.

1253. froggy - 25/01/22 16:27 - (en réponse à : egoes)
Merci de quoi?

1252. egoes - 25/01/22 11:56 - (en réponse à : marcel)
Un tout grand merci, froggy ;-)



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio