Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (21)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


351. herve - 01/04/21 21:59
Relu, en ce week-end de Pâques qui débute:
"le voyage des pères" (cycle 1)
Cela se lit vite mais c'est sympa

(j'avais revendu le cycle 2,que je n'avais pas trop aimé)

350. pm - 01/04/21 11:09 - (en réponse à : Chienvert)
J’ai lu fashion week que mon fils a acheté. Mouais, plus lisible qu’Aspirine mais on est plus dans une histoire illustrée que dans de la bande dessinée. En gros il y a une histoire loufoque mais pas très passionnante qui est racontée avec un dessin vaguement en rapport en dessous. Les dessins se succèdent sans vraiment se répondre.

349. LienRag - 01/04/21 10:12 - (en réponse à : chaipuki post n)
Le chat du rabbin ça se laisse lire jusqu'à "Petit gâteau aux amandes" mais le dernier est vraiment mauvais.
En plus je trouve très dommage d'avoir fait mal vieillir Zlabiya; oui toutes les femmes vieillissent mais toutes ne s'avachissent pas, et justement Zlabiya avait un caractère qui aurait pu la maintenir digne même avec des cheveux blancs.

348. froggy - 31/03/21 00:58
Atom Agency 2, Petit Hanneton

Avez-vous eu l'occasion de lire des SAS, la serie des romans d'espionnage ecrits par Gerard de Villiers? Pour mieux rendre la vie locale des pays visites par le suave autrichien repondant au doux nom de Malko Linge avec ses yeux d'or qui se strient de vert quand il se met en colere, l'ecrivain s'amusait a glisser dans ses intrigues des dialogues exprimes dans les langues et dialectes locaux surtout quand il s'agit de jurons et d'insultes. J'ai pense a cela en lisant le deuxieme tome des aventures d'Atom Agoyan, d'origine armenienne car Yann, le scenariste, qu'on ne presente plus, a emaille ses dialogues de diverses expressions armeniennes qu'il a bien voulu parfois traduire avec plus ou moins d'humour. Et comme l'action se passe dans le Paris populaire de l'immediat apres-guerre, il y a donc aussi de l'argot et du louchebem, qui vous le savez bien est l'argot des bouchers. Si vous etes vieux jeu, une fois que vous avez vos dictionnaires adequats, vous pouvez commencez votre lecure. Si vous etes modernes, vous avez Google sur votre portable. Ou alors si vous avez des relations, vous demandez a votre amie armenienne restee a New York de vous traduire ces expressions dont certaines sont tres grossieres parait-il et que les jeunes filles de bonne famille sont censees ne pas connaitre.

L'intrigue principale imaginee par Yann consiste en la recherche d'une ambulanciere de la 2eme DB (Division Blindee) disparue a la fin de la guerre. Cette enquete permet a notre detective et son equipe de croiser Jean Gabin et Jean Marais qui s'etaient engages dans l'armee francaise durant le conflit. Il y aussi une intrigue secondaire, une histoire d'espionnage impliquant les sovietiques, la Guerre Froide commence a peine et n'est pas prete d'etre terminee, qui met en scene le pere d'Atom commissaire de police au Quai des Orfevres. Amorcee dans le premier tome, cette intrigue secondaire prend plus corps ici, elle n'est pas conclue et continuera dans le prochain tome dont le titre est deja annonce et qui cette fois-ci se refere au film de Marcel Carne, Du mouron pour les petits oiseaux que Yann a change en deux petits moineaux. Et comme si cela ne suffit pas pour remplir 54 planches, Yann nous invite a participer a des fetes et ceremonies typiquement armeniennes. N'oublions pas les demeles du pere d'Atom qui poursuit le gangster Rene la Canne. Nous avons donc une histoire de guerre, une histoire policiere, une histoire d'espionnage et un documentaire sur les moeurs et coutumes des armeniens. Et bien sur, il y a les inevitables references a la BD classique FB jetees ici et la, on ne se refait pas! C'est donc un veritable scenario multi-carte que Yann a ecrit. On se souvient du desastreux Femme-leopard de la serie Une aventure de Spirou et Fantasio par... ou la aussi Yann avait multiplie intrigues et personnages dans un invraisembable meli-melo qui provoquait soit une indigestion suivie d'une diarrhee, soit un vomi, soit dans le pire des cas, les deux. Le genre d'albums a vous degouter de la BD et ou Yann s'etait mis en concurrence avec Zidrou pour le titre de pire scenariste de la BD FB. Fort heureusement pour ses lecteurs, ce n'est pas le cas ici, les ingredients sont habilement meles et le plat final a beaucoup de saveurs ou chaque ingredient est suffisamment fort au gout mais ou aucun ne domine l'ensemble au detriment des autres.

J'ai lu ici lors des reponses et reactions de mes chroniques des albums que j'ai de Schwartz que son dessin est enormement inspire par celui d'Yves Chaland. Je veux bien le croire car je connais tres mal les oeuvres de l'auteur de Freddy Lombard, si mal que je n'ai rien de lui dans ma bibliotheque. Je serai mieux a meme de pouvoir exprimer mon opinion sur ce fait des que j'aurai comble cette enorme lacune. En attendant, je continue a apprecier le dessin de Schwartz qui est si fidele a l'ecole de Marcinelle, ecole a laquelle il rend hommage en placant l'inspecteur Crouton et Gil Jourdan a la maniere d'un cameo hitchcockien. Je dois lui faire un reproche malgre tout, son jeune Jean Marais ressemble plus a un jeune Buck Danny qu'a l'acteur, c'est particulierement frappant dans certaines cases.

Note finale, 3/5. Moins accompli que le precedent, qui avait ete une excellente surprise, la lecture de cet album a cependant ete un moment tres plaisant.

347. torpedo31200 - 30/03/21 22:11 - (en réponse à : herve - post # 346)
Ils ont monté le tirage, annoncé initialement à 1500 ex.
Le frontispiece et la jacquette couv de l' édition limitée est bien décevante amha. Par contre ça ressemble à des vrais signatures.

346. herve - 30/03/21 22:06
La fortune des Winczlav Van Hamme & Berthet

J'ai hésité avant d'acquérir cet album, ô pas bien longtemps.
Je l'avais feuilleté et j'avoue avoir été un peu surpris pas le dessin de Berhet, auteur pourtant dont j'achète d'habitude les albums les yeux fermés.
Mais là, l'encrage me paraissait différent et les couleurs plus ternes qu'à la coutumée. J'ai donc reposé l'album sur la pile. Et puis, mon côté collectionneur l'a emporté et j'ai pris la version "tirage limitée" à 1635 exemplaires, et finalement, en me lançant dans la lecture , je n'ai pas regretté mon choix une seule seconde.
On retrouve ici le Van Hamme scénariste de la série "les maîtres de l'Orge" avec cette nouvelle saga. D'ailleurs il y fait quelques emprunts non dissimulés.
Certes, cela vite, parfois trop vite, l’histoire galope, elle va très vite, elle court la poste mais elle reste passionnante à travers les 2 générations que nous suivons ici..
C'est tout un pan de l'histoire de l'Amérique qui défile sous nos yeux, et j'ai hâte de savoir comment le vieux Nério Winch a bâti son empire.
Et finalement le style de Berthet sied parfaitement à cette nouvelle saga de Van Hamme...

note:4/5

345. herve - 30/03/21 21:38
La bête Pé/Zidrou

Je n'avais pas envie d'acheter cet opus, car en le feuilletant, je le trouvais trop sombre, trop éloigné du monde imaginé par Franquin.
Je me suis donc contenté d'un emprunt à la médiathèque, et je dois dire que je suis resté scotché par le résultat.
Avant d'entamer la lecture de cette bande dessinée, il faut faire fi du marsupilami version Franquin. Nous sommes très loin du marsupilami facétieux et drôle auquel nous sommes habitués.
Ici, le décor sinistre est planté dès les premières pages par Frank Pé. Cela commence comme un roman de Simenon, le port d'Anvers sous la pluie.
Le marsupilami est une bête traquée, violente qui, au contact du jeune Francois, va semble-t-il s'apprivoiser.
Le tout, dans une famille encore marquée par la guerre de 40.
Le dessin de Franck Pé est sublime, il nous offre un bestiaire assez impressionnant. Il faut noter que ce n'est pas la première fois qu'il dessine le marsupilami, j'ai retrouvé dans "les portraits héroïques" (Dupuis,2008), deux illustrations de ladite "bête".
Le scénario de Zidrou ne souffre d'aucun défaut, peut-être juste des références un peu trop appuyées à l'école de Marcinelle, avec le journal "Spirou", avec un personnage nommé 'Tillieux" et un Yvan Delporte que l'on croise dans cet album.
Bref, une très belle surprise pour moi que finalement je pense passer par la case "achat".

note:4/5

344. Quentin - 28/03/21 21:29
Le chercheur fantôme, de Robin Cousin, chez FLBLB. Enfin lu, après avoir longtemps été sur ma liste de BD à acheter, suite aux conseils lectures de Longshot. Les dessins ne cassent rien mais font efficacement leur job au service d'une histoire des plus intriguante. Des chercheurs étudiant les systèmes complexes (biologiques, informatiques, neuronaux, linguistiques, etc.) se retrouvent dans une mystérieuse et généreuse fondation scientifique afin de poursuivre leurs travaux dans les meilleures conditions. La fertilisation croisée en milieu interdisciplinaire fait faire d'immense progrès aux chercheurs. Sauf que l'expérience ne manque pas de déraper et de finir en bain de sang, au terme d'une ambiance de plus en plus oppressante et d'une enquête angoissante. On nage en plein mythe de Prométhée.

La bonne idée de l'album est que les objets de recherches s'appliquent de manière quasi fractale à la fondation et aux chercheurs eux-mêmes. La suite de Fibonacci au coeur de la structure des plantes se retrouve dans la structure de la fondation et au coeur du mystère. L'état chaotique et entropique des éléments se retrouve dans l'équilibre instable entre chercheurs. Et la résolution d'un des 7 problèmes mathématiques du millénaire à 1 million de dollars (P=NP) a des répercussions dramatiques sur la vie et le destin des chercheurs... tant qu'ils restent dans le périmètre restraint de l'expérience. La fin laisse le lecteur sur sa faim, avec une énigme impossible à résoudre. A moins qu'il ne s'agisse du fin du fin et d'un ultime clin d'oeil scientifique à Gödel?

Le chercheur fantôme est un album bien documenté, intelligent et envoûtant, avec plusieurs niveaux de lecture, à l'image du sujet traité.

A noter que l'album en libre accès sur le blog de Robin Cousin: http://robincousin.blogspot.com/

343. Mr Degryse - 27/03/21 20:29 - (en réponse à : Pm)
J'avais aussi donné cet avis sur le wild west a contre-courant

Pas aussi enthousiaste que certains ici. Pas grand chose à reprocher à la fois au scénario ni au dessin. Juste un grand sentiment de déjà vu. Plusieurs fois, j'ai eu l'impression d'avoir lu ou vu cela ailleurs ( deadwood, etc). Le mélange est bien fait, on ne s'ennuie pas, j'ai passé un bon moment ( et c'est déjà pas mal) mais rien ne me m'imprime suffisamment la rétine ou la mémoire pour en faire un "immanquable" de la bd western. Surtout face aux multiples sorties du genre actuellement. Et je suis plutôt un adepte du genre

Je rajoute que j'ai acheté le tome 2 car j'aime le western et que mon sentiment se confirme. J'ai même trouvé ce tome 2 encore plus déjà vu

342. Mr Degryse - 27/03/21 19:56 - (en réponse à : Pm)
J'avais aussi donné cet avis sur le wild west a contre-courant

Pas aussi enthousiaste que certains ici. Pas grand chose à reprocher à la fois au scénario ni au dessin. Juste un grand sentiment de déjà vu. Plusieurs fois, j'ai eu l'impression d'avoir lu ou vu cela ailleurs ( deadwood, etc). Le mélange est bien fait, on ne s'ennuie pas, j'ai passé un bon moment ( et c'est déjà pas mal) mais rien ne me m'imprime suffisamment la rétine ou la mémoire pour en faire un "immanquable" de la bd western. Surtout face aux multiples sorties du genre actuellement. Et je suis plutôt un adepte du genre

Je rajoute que j'ai acheté le tome 2 car j'aime le western et que mon sentiment se confirme. J'ai même trouvé ce tome 2 encore plus déjà vu

341. Achab - 27/03/21 16:43 - (en réponse à : Ramirez)
Acquis et lu le tome 1, un peu à cause d’un article Casemate qui m’avait séduit. Mais sans avoir détesté, j’avais trouvé que c’était un peu creux en effet. Juste un album de genre en fait. Bien maîtrisé point de vue graphismes et découpage, mais pas porté par un intrigue transcendante...
Pas acheté le tome 2 (mais bon j’achète plus grand chose).

340. pm - 27/03/21 13:50 - (en réponse à : Mr Degryse)
Finalement tu es atypique sur BDgest, contrairement à la tendance lourde de ce site tu ne moutonnes pas, quand c'est mauvais tu oses le dire.
Wild west est un autre bon exemple.
Pas lu Ramirez , le feuilletage ne m'avait pas inspiré.

339. Mr Degryse - 27/03/21 12:35
Je n'avais compris le succès et les bonnes critiques sur le tome 1. J'étais un des ares sur le site bdgest à le critiquer.

Le 2 est encore pire

338. Stefan - 27/03/21 12:00
En lisant le un j'avais l'illusion qu'il y avait un peu de fond, mais le deux semble confirmer ton analyse.

337. torpedo31200 - 27/03/21 11:18 - (en réponse à : Stefan - post #335)
Je crois que ça se vends aux alentours des 80 000 ex., ça risque de durer.

336. torpedo31200 - 27/03/21 11:11 - (en réponse à : Stefan - post # 335)
Pas fini le 1, il ne se passait rien.
Un publicitaire /escroc avec des tics de narration pseudo modernes.

Mais ça plaît et gros succès.

335. Stefan - 27/03/21 08:42
Certains parmi vous ont lu Il faut flinguer Ramirez de Nicolas Petrimaux?
On m'a offert le 1 et j'ai bien aimé. Esprit très Tarantino/Carpenter qui louche vers le film de genre américain, la série Z d'action, avec une recherche du kitsch, et un humour décalé bien foireux très agréable, c'est foisonnant de détails, de clins d'oeils et le dessin est bien maitrisé, joli et soigné.
Tout l'album repose sur une question, ce Ramirez, qui est il? pourquoi tout s'emballe autour de lui? est il si innoffensif qu'il en a l'air avec sa petite chemise, sa petite moustache et son prototype d'aspirateur? Seule petite faute de gout, une vanne un peu gratuite et pas très claire sur Magnum.
Et puis à la fin du 1, réponse partielle, relativement innattendue et amusante à la question, gros cliffhanger.
J'ai acheté le deux, et... ben j'ai eu du mal à le lire, je me suis fait chier. Avec la révélation de la fin du un, on aimerait en savoir un peu plus, mais en fait, on en sait déjà trop, je crois, pas beaucoup de nouvelles réponses, ça arrive au compte goutte, et finalement, c'est plus assez intéressant, ça n'apporte pas grand chose, même si ça surprend encore un peu. On saisi mal les enjeux et le motivations des personnages, ça avance plus, ça tourne en rond, ça sacrifie gratuitement des personnages intéressants pas assez développés, toutes les blagues références et clins d'oeil ressemble de plus en plus à du bouchage trou qui meuble péniblement, l'humour devient lourd.
Si le trois conclut l'histoire, je pense que je le prendrai quand même pour voir si le souffle revient.
Ce qui m'étonne c'est que ça semble avoir eu du succès mais que je trouve relativement peu de critiques, et les critiques du deux, si elles sont un peu moins bonnes que celles du un restent globalement bonnes.
C'est moi qui ai pris un coup de vieux entre les deux albums ou bien?

334. pm - 25/03/21 20:16
Je vais regarder ça.

333. Chienvert - 25/03/21 19:34 - (en réponse à : Pm)
"Fashion Week", sorti en mars 2020 (en plein confinement) s'avère très très réussi de mon point de vue. ??

332. pm - 25/03/21 17:20
Il a saboté la fin de Klezmer, on a le droit de lui en vouloir pour ce méfait.

331. pm - 25/03/21 17:19
J’ai bien aimé, pas adoré, le truc avec Sapin, parce que c’est complètement barré et ça ne se prend pas du tout au sérieux et du coup ça m’a fait rire. Mais c’est une oeuvre mineure, ça se lit en 1/4 d’heure, une bonne déconnade. Apparemment la plupart des bd fans ont détesté.
Pas encore lu les derniers Donjon mais j’ai l’impression que lorsqu’il n’est pas seul il est un peu canalisé. Le blueb avec Blain est honnête, pas génial mais je prendrai le 2, mais je crois que Blain a tout repris le scénario.

330. pm - 25/03/21 17:12 - (en réponse à : marcel)
Tu as raison, le petit Prince est mauvais et l’ancien temps épouvantable, mais j’aime bien le bouquin sur Gainsbourg.

329. marcel - 25/03/21 16:55
Sfar c’est très bien jusqu’à Gainsbourg, y compris le livre ( 2009), ensuite je n’ai plus lu un seul bon livre de lui.
Oui, c'est marrant comme il y a une cassure tres nette, meme si je la situe personnellement au Petit Prince (2008) et surtout L'ancien temps (2009).
Mais tu as adore son dernier avec Sapin, non ?...
Et Donjon est reparti tres bien.
J'ai plusieur tomes de retard sur Le chat du rabbin et Klezmer, qui etaient ses deux trucs qui tenaient encore la route.

328. helmut perchu - 25/03/21 16:41
Le chat du rabbin pour moi c'est plus de la BD, c'est un monologue illustré, en tous les cas le dernier que j'ai lu (qui doit être l'avant-dernier sorti je crois). J'ai lâché l'affaire.

327. pm - 25/03/21 16:27
Bénéfice du doute pour le chat du rabbin qui fait parti de mon retard après le tome 6.

326. Quentin - 25/03/21 16:22
Le chat du rabbin, ca tient encore la route (l'avant dernier en tout cas. Pas encore lu le dernier).

325. pm - 25/03/21 15:38
Sfar c’est très bien jusqu’à Gainsbourg, y compris le livre ( 2009), ensuite je n’ai plus lu un seul bon livre de lui.

324. pm - 25/03/21 15:36
Bah non, il a moins de 3 ans, juin 2018.

323. suzix@bdp - 25/03/21 15:31
pas tellement actuel, le tome 1 de Aspirine a plus de 6 ans qd même. Pourquoi il y a eu du Sfar bien torché?

322. pm - 25/03/21 15:27
Du Sfar actuel aussi mal torché ?

321. suzix@bdp - 25/03/21 15:27
ça quoi? du Sfar ?

320. pm - 25/03/21 15:23
Tu lis ça toi ?

319. suzix@bdp - 25/03/21 14:49
Je me suis arrêté au tome 1 de Aspirine et j'ai tenté de le revendre. Me souviens même pas si je l'ai encore! (;o)

318. pm - 25/03/21 14:37
Mon fils a acheté Aspirine de Sfar, les trois volumes. Ex-fan de Sfar j’ai essayé de lire le premier. Outre un dessin complètement bâclé, on sent qu’il ne fait plus aucun effort ( on imagine la coloriste luttant pour rendre ce truc à peu près lisible ), ça ne va nul part , les dialogues sont bien pourris pour faire mode. J’ai lutté mais j’ai lâché l’affaire au 2/3 du bouquin.
Putain Joann reviens parmi les vivants ! Et si tu n’as plus le feu sacré fais une pause.

317. pm - 25/03/21 10:12 - (en réponse à : Froggy)
Le dessin de Sattouf est parfait pour ce qui en est fait. Sattouf pourrait très bien te le faire à la mode réaliste comme à ses tout débuts mais son dessin fait partie de la construction de ses livres qui sont très intelligemment pensés et réalisés.

Un succès mondial n’est jamais dû au hasard, et l’Arabe du futur, déjà c’est un titre vraiment génial, est une oeuvre d’une grande force parfaitement menée depuis le début. Et cette fois on sait que l’auteur sait où il va, ce qui est devenu rare en bande dessinée.

Je suis presque triste à l’idée de penser qu’il ne reste plus qu’un tome.

316. froggy - 24/03/21 23:30
Sattouf, L'arabe du futur 5

Ou l'ombre du pere absent.

Le tome 4 s'etait termine sur un drame, Madame Sattouf, la mere de l'auteur, avait decide de rester en France et donc de ne pas revenir en Syrie rejoindre son mari qu'elle ne supporte plus. Or, celui-ci etait revenu en France pour la convaincre. Peine perdue car il a enleve leur troisieme enfant, le plus jeune, Fadi, laissant la mere desesperee.

Nous sommes en 1992, Riad a maintenant 14 ans et va au college a Rennes ou sa mere s'est installee. Dans ce tome, il nous raconte ses premieres annees de college, la puberte est arrivee avec ses premiers emois amoureux et ses chatouillements au niveau du bas ventre. Les filles sont devenues une affaire serieuse. En toile de fond, ce drame epouvantable qui plombe sa vie a la maison, la mere qui fait tout et qui tente tout pour recuperer son enfant, elle va meme se pencher vers l'occultisme en consultant des voyantes.

Avez-vu vous le premier film realise par Riad Sattouf, Les beaux gosses sorti en 2009? Ce tome 5 permet de mieux comprendre le film que je savais en partie autobiographique. Loin de la misere affective d'Antoine Doinel, double fictif de Francois Truffaut dans Les 400 coups, Sattouf avait ecrit et realise un film charmant et amusant sur l'adolescence et tel son celebre predecesseur avait eu le nez creux en choisissant son acteur principal, a l'epoque un parfait inconnu, Vincent Lacoste. 12 ans apres la realisation de son film, Sattouf nous donne enfin la cle pour mieux saisir pourquoi on ne voit que la mere dans le film, le pere etant absent.

Le pere, l'homme que Riad admirait tant durant sa petite enfance et dont l'image se deteriorait lentement mais surement avec le temps telles les fissures grandissantes qui abimaient les murs de leur maison pas finie en Syrie. Le pere, cet homme a priori si intelligent mais qui a tellement d'oeilleres qu'il ne peut plus voir ce qui se passe autour de lui, principalement sa femme et ses enfants. Le pere tellement sur de lui qu'il ne comprend pas pourquoi sa femme s'est detachee de lui. Le pere qui ne voit plus rien, et ne comprend plus rien. Il n'apparait qu'a la fin du volume mais il y est present tout le temps. L'arabe du futur est devenu un homme du passe.

J'ai toujours ecrit que le dessin de Sattouf n'etait pas son point fort et que je ne l'appreciais que moyennement. Je ne sais pas ce qui s'est passe en lisant cet album mais j'ai ete moins choque. L'habitude peut-etre? Il est d'autant plus surprenant de voir ce style qu'il a adopte et dont je continue a n'etre guere enthousiaste quand on voit ses premiers dessins qu'il a reproduits dans ce tome. En effet, il s'avere que le petit Riad est tres doue dans ce domaine, on peut ainsi voir un petit portrait de Michael Jordan, la star americaine du basket-ball, dessine d'apres photo bien entendu. Cette reproduction permet de constater que Sattouf aurait pu dessiner de maniere tres realiste. C'est vraiment interessant a voir. De toute facon, il m'est difficile d'imaginer maintenant la serie dessinee autrement.

Note finale, 4,5/5. C'est toujours aussi bien et Sattouf arrive a nous interesser fortement a son histoire ou il ne se passse finalement pas grand-chose grace a la forte characterisation de tous ses personnages. On a vraiment envie de lire la suite tres vite.

315. Quentin - 24/03/21 21:27 - (en réponse à : froggy)
Je lisais Tendre Banlieue dans Okapi mais je crois que je me suis arrêté au tome 3 ou 4, donc pas lu celui dont tu parles. Dans mon souvenir, Tito n'a rien de comparable à Garin. Il ne sait pas dessiner, il ne sait pas raconter, et c'est très moralisateur, avec une sorte de dogmatisme gauchiste enfoncé à coup de marteau.

Garin traite de sujets semblables mais d'une toute autre manière. C'est surprenant, subtil, incorrect, impertinent (les délires de la grand mère seraient impensable chez Tito, comme la fois où elle sort des toilettes en ayant remis sa culotte au dessus de sa jupe, ou la fois où Clémence entre dans la baignoire avec sa grand-mère par exemple), et la morale est indécise. Tito c'est pas beau, Garin c'est bien.

314. froggy - 24/03/21 20:16 - (en réponse à : Quentin)
Ta critique donne envie de le lire bien que cela fasse penser a un de ces telefilms dont FR3 etait friand dans les anees 70 et 80.

Le sujet de cette BD me rappelle Le cadeau, un episode de Tendre Banlieue, la serie de Tito dans lequel une adolescente ramene chez elle sa grand-mere installee dans une maison de retraite.

313. froggy - 24/03/21 20:12 - (en réponse à : Philippe)
Je n'avais pas pense a Pierre Brasseur pour le medecin, ca ressemble plus a de l'inspiration qu'a une veritable caricature. On voit Bernard Blier dans Enquete dans le passe, pas celui-ci.

312. pm - 24/03/21 18:04
J'ai également lu le tome 2 de Wild West, même ressenti qu'au premier. J'ai été voir en face et ils adorent presque tous ( sauf Mr Degryse), tout le monde a l'air de trouver le dessin et les couleurs superbes, si le dessin très tape à l'oeil passe ( et encore on trouve des visages bien foirés), je trouve les couleurs affreuses et l'encrage médiocre. Scénario western classique, gore pour faire moderne, mélange des mythes, pas convaincu.

311. yancomix - 24/03/21 15:14
Même ressenti que toi sur ce livre, Quentin.

310. Quentin - 24/03/21 13:11
Ne m'oublie pas, d'Alix Garin au Lombard. Clémence est très affectée par la démence dont souffre sa grand-mère. Elle sort sa grand-mère du home dans lequel elle est enfermée avec l'intention de la conduire à 600 bornes de là, pour revoir la maison de son enfance, dans l'espoir que cela ravivera ses souvenirs qui s'estompent. S'en suit un road trip à la recherche du temps perdu, au cours duquel la grand-mère oscille entre délires, crises d'angoisses et rémissions temporaires. Le récit alterne divers événements constitutifs des road trips classiques et moments de grande émotion.

Pour son premier album. Alix Garin frappe très fort. Elle offre un livre à la fois très décousu (centré sur le voyage et divers flash backs de souvenirs) et très bien construit (qui ne perd pas non plus de vue le but du voyage, jusqu'à la surprise de l'épilogue qui est bien pensée et bien amenée, et qui capture la quitessence de l'album). Garin démontre une excellente maîtrise des codes narratifs de la BD et son trait léger est parfait pour dessiner des relations sensibles et évanescentes, tout en évitant la dramatisation à outrance. J'ai beaucoup aimé.

309. pm - 24/03/21 10:00 - (en réponse à : Froggy)
Non seulement l’abbé Hergé mais Serge Reggiani en garagiste, peut-être même Bernard Blier et Pierre Brasseur. C’est pas hyper ressemblant, je n’ai jamais trouvé Tibet très bon caricaturiste ( au contraire du trio Mulatier-Morchoisne-Ricor des grandes gueules de Pilote ) mais on voit d’où ça vient.
J’ai aussi l’édition Jonas avec une belle et grande dédicace de Bourdon. Il y a un autre tirage de luxe qui est sympa c’est celui des spectres de la nuit, qui est également intéressant avec son climat enneigé.

308. froggy - 23/03/21 23:10 - (en réponse à : Philippe)
Le monstre de Noireville est peut etre le meilleur de toute la serie, Duchateau a ete tres inspire sur cet episode en introduisant une dose de fantastique au milieu d'une atmosphere tres simenonienne avec sa description des notables de la petite ville. C'est peut etre pour cela que c'est le seul de la serie qui fut edite en grand format noir et blanc dans les annees 70 par les editions Jonas.

A propos, et ce n'est pas un quizz, as-tu reconnu l'abbe Remy? Inutile de dire que je n'en savais rien quand je l'ai lu a l'epoque.

307. pm - 23/03/21 20:38
J’ai lu le premier Wild west cet après-midi. Bof, narration assez confuse et dessins très réalistes chiadés mais bien laids. Le genre de BD qui doit plaire en face.
Pourquoi j’ai acheté ça ? Parce que c’est du western, parce que c’est Dupuis et ni paquet ni Bamboo ? Pas impossible mais pas très malin.
J’ai le 2 sous la main donc je vais le lire, ce sont des diptyques, mais je doute d’aller au delà.

306. pm - 23/03/21 15:40
1-Le peintre hors-la-loi: contrairement à d'autres j'ai eu beaucoup de plaisir à lire cet album que j'ai trouvé très beau. Bien sûr Duchazeau a toujours un peu de mal a se départir de son influence "Blainesque" de base, c'est particulièrement visible sur un album historique comme celui-ci( ça l'était moins sur ses dernières créations), mais le livre, bien que volumineux est très fluide et vraiment bien mené.
Bien que l'histoire de ce peintre qui peu à peu sombre dans la folie comme son époque, la terreur, est très bien construite, je le prends surtout comme un hommage à la peinture française du XVIII ème siècle dont de nombreuses vignettes sont de très jolies citations. C'est d'ailleurs parfaitement assumé puisque les sources figurent dans les remerciements en fin d'album.
Bref je recommande.

2- je poursuis ma lecture chronologique des Ric Hochet, hier j'ai lu le monstre de Noireville, j'ai trouvé ça pas mal en fait, il y a même un début de second degré chez le héros.



305. herve - 22/03/21 21:26
Orient Sexpress

Je ne connaissais ni ce titre, ni cette collection, pourtant je possède déjà de nombreux albums de bandes dessinées dites "pour adultes".
J'ai juste été intrigué par cette couverture et le format qui me rappelait les albums petits formats que je lisais quand j'étais plus jeune, les fameux fumetti.
Ces trois histoires présentées dans cet album sont il faut l'avouer assez soft. Nous sommes très loin des histoires signées Ardem ou Bruce. Bref, nous sommes plus ici dans un érotisme old school, que dans de la pornographie débridée.
Si je devais comparer ces récits, je les rapprocherai de la série "Casino" de l'immense Leone Frollo.
Mais là où Frollo faisait du One Two Two, le théâtre de l'ensemble de (presque) ses histoires, les auteurs , ici, font de l'Orient Express, qu'un cadre parfois lointain au titre de cette collection.
La série originale comprenant 27 albums, cela ne me déplairait pas de voir rééditer d'autres titres dans cette nouvelle collection qui compte à présent 5 titres.
Une curiosité à découvrir.

note :3/5

304. froggy - 21/03/21 19:43 - (en réponse à : Herve)
Tu lis vite.

303. herve - 21/03/21 18:06 - (en réponse à : oups)
c'est le #58 et non #28 !

302. herve - 21/03/21 17:36
Buck Danny # 28 : le pacte !

Derrière une couverture que je trouve ratée, la fin de ce triptyque se joue à un train d'enfer !
Pas de temps mort ici, les scènes d'action sont efficaces et les combats aériens tout autant.
Débutée en 2018, cette histoire autour d'un virus mutant est d'une actualité criante.
Cet album donne la part belle à Lady X, ou encore Jane, comme l'appelle Buck Dany qui est ici manipulatrice à souhait.
Une très belle conclusion d'une histoire débutée il y a 3 ans, avec un rythme de parution assez rapide, il faut l'avouer.

Après une série d'albums plus faible, les deux auteurs reprennent avec brio cette série que je suis depuis au moins 40 ans.

note : 4/5



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio