Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (21)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


551. pm - 25/06/21 12:56
Je n’ai jamais lu ses livres pour enfants mais j’aime beaucoup ses bandes dessinées. Je ne savais pas qu’il y avait eu une intégrale d’un privé à la campagne, j’ai les bouquins parus au Seuil, en format livre de poche ( comme Mildiou ou la mouche de Trondheim ) puis en cartonné couleurs chez Gallimard. Là on revient au simple trait.
Bien sûr ce ne sont pas les enquêtes en elles mêmes qui sont intéressantes mais l’ambiance qui s’en dégage.
Ce nouvel album, au format broché mais un peu plus grands que les albums parus au Seuil, est à mon avis un des meilleurs.
Comme pour les autres ça se lit vite.
Que marcel et Helmut n’aiment pas prouve la variété des goûts.

550. helmut perchu - 25/06/21 11:42 - (en réponse à : marcel)
J'ai jamais accroché à Bruno Heitz de mon coté, ni ses BDs ni ses livres pour enfants.

549. marcel - 25/06/21 11:40
J'avais achete le premier volume de l'integrale de son Prive a la campagne, et je crois que j'avais meme pas reussi a finir la premiere enquete.
J'etais peut-être pas dans le bon mood...

548. pm - 25/06/21 10:52
Le bistrot d’Emile de Bruno Heitz: nouvelle série pour cet auteur qui alterne les bandes dessinées avec des livres illustrés pour enfant. Nouvelle série «  les dessous de st Saturnin » mais on reste dans le même esprit du petit polar campagnard. Le dessin reste assez minimaliste mais c’est toujours très bien écrit et jouissif comme un petit bonbon acidulé. J’aime beaucoup.

547. froggy - 25/06/21 01:08
Herge, Le feuilleton integral 9; 1940-1943

Je ne suis pas specialement collectioneur de l'oeuvre d'Herge bien que j'ai la serie en double exemplaire; dans la collection normale et dans celle des fac-similes parus bien apres. Je n'achete pas Chronologie d'une oeuvre meme si je devrais car cela doit etre fort interessant. Il y a quelques annees, lorsque j'ai vu l'annonce de cette nouvelle collection, je me suis dit que c'etait encore un truc de Moulinsart SA pour vendre une nouvelle fois sa camelote sous un nouvel emballage surtout que ces livres ne sont pas donnes, ils sont offerts a 80€. Rien que ca! J'avais cependant achete le tome 11 car il contenait enfin pour la premiere fois l'integralite du diptyque lunaire tel que paru dans le journal Tintin puisque pour l'edition en album, Herge avait procede a de nombreux changements, essentiellement sur l'enlevement de scenes entieres.

Pour en revenir a ce volume, sa lecture a ete fort instructive du fait qu'il couvre la production d'Herge durant le deuxieme conflit mondial. Le moins que l'on puisse dire est que le dessinateur n'a pas du beaucoup regarder sa fenetre voir ce qui se passait car durant ces 4 annees, il a realise entierement 4 histoires qui sont toutes extremement importantes dans l'oeuvre pour des raisons diverses, Le crabe aux princes d'or, L'etoile mysterieuse, Le secret de la Licorne et finalement Le tresor de Rackham le Rouge. Le premier marque l'entree du Capitaine Haddock dans la serie et le quatrieme, celle du Professeur Tryphon Tournesol, ce qui n'est pas rien comme on le constate, surtout pour le premier nomme. Le quatrieme est aussi celle ou Haddock acquiert la propriete de son ancetre, le chateau de Moulinsart, qui sera le point d'attache des heros de la serie. Le troisieme montre comment Herge devient un maitre dans la construction d'un scenario avec la triple intrigue; le kleptomane, le recit d'Haddock et la recherche des trois parchemins. C'est seulement pour le deuxieme que j'ai achete cet album car c'est celui qui est le plus intriguant dans la serie pour des raisons completement exterieures a elle. On peut ecrire a son sujet que non seulement l'etoile est mysterieuse mais que c'est aussi le plus mysterieux des Tintin. Vous savez tres bien ou je vais en venir.

La premiere fois que je l'ai lu, je devais avoir aux alentours de 10 ans dans la version normale telle qu'editee par Herge et expurgee de toutes les tares que cet album contient et elles sont nombreuses assurement. Je l'ai deja ecrit ici, je n'y avais rien lu qui puisse faire penser que cet album etait celui qui prouverait l'antisemitisme de l'auteur, j'etais encore un enfant et la seule trace restante de cet antisemitisme, a savoir le physique du banquier Bohlwinkel, m'etait completement etrangere. En grandissant et au fur et a mesure que l'histoire de cet album se revelait a ma plus grande stupefaction, je continuais a avoir du mal a y croire. En effet, comment l'auteur du Lotus Bleu qui contient ce qui est pour moi la fameuse planche ou Tintin et Tchang se racontent les cliches que chacun a sur l'autre l'autre et trouvent cela completement stupides, cette planche m'a marque au fer rouge et je ne l'ai jamais oubliee, je suis persuade qu'une partie de ce que je suis vient de cette lecture. Comment donc Herge pouvait-il etre anti-semite en 1942 alors qu'en 1934, annee de realisation de son premier chef d'oeuvre, il denoncait des cliches racistes? Surtout qu'apres, il fera Coke en stock qui denonce le trafic d'esclaves des pelerisn musulmans vers La Mecque ou le debut des Bijoux de la Castafiore ou Haddock prend les romanichels sous sa protection. Je continuais a avoir du mal a y croire malgre les revelations apprises sur le nom original du banquier, Blumenstein; la nationalite des savants participants a l'expedition; le drapeau americain sur le bateau de l'expedition rivale; l'origine de l'hydravion, il est allemand. Cela faisait deja beaucoup certes mais c'est notre ami Laurent ici meme qui provoqua le coup de grace en publiant ici meme sur BDP, la maintenant fameuse case des deux juifs qui se rejouissent de la fin du monde car ils n'auront pas a rembourser uen creance, accent a l'appui. Je ne la reproduis pas, vous la trouverez dans la page wikipedia de l'album, (Ici). Ce n'est pas possible pensais-je? Je le pense toujours, entre nous soit dit. Ce n'est pas rien, cette case. Elle est terrible bien que noyee au milieu de l'histoire. Le contexte meme de son existence n'aide pas Herge. Il s'est mis au service du grand quotidien bruxellois qui a ete saisi par les allemands et qui est maintenant diriges par des belges collobarateurs des nazis, Le Soir. Le dossier explique qu'Herge s'etait retrouve sans ressources apres la disparition apres la defaite du journal qui publiait les aventures du reporter jusqu'a present, Le Vingtieme Siecle. Seul comptait pour lui la continuite de la serie, il avait acquis une certaine aisance financiere du temps du Vingtieme Siecle entre les prepublications dans le journal et la sortie reguiliere des albums chez Casterman. Aisance mise en peril avec l'arret du journal. Il n'empeche que dessiner deux telles cases dans un tel contexte ne releve plus de la maladresse ou du desinteressement ou alors Herge etait completement idiot, ce que j'ai du mal a croire. Il est malheureusement probable qu'il etait antisemite en 1942, on ne peut pas dessiner cela si on ne l'est pas. L'etait-il apres? Je ne le sais pas. Je n'ai pas lu les entretiens qu'il a donnes a Numa Sadoul et ce qu'il a pu en dire.

Ce qui est etonnant avec L'etoile mysterieuse est que cela devrait etre l'album de la serie le plus eloigne du conflit mondial de par son susjet meme et qu'en fait, c'est celui qui en est le plus proche. je ne l'ai jamais beaucoup aime a cause de son cote fantastique, les phenomemes sur l'aerolite et qu'il ne s'y passe pas grand chose en defintive. Par contre, toute la scene d'ouverture est exceptionnelle avec l'annonce de la fin du monde et est un des sommets du corpus hergeen, c'est de l'angoisse a l'etat pur et enfant, j'ai ete terrifie enlisant ces pages. C'est pour cela que j'aime nettement moins la suite, Herge a mis la barre tellement haut des le debut que la suite n'est est que plus fade, pour ne pas dire insipide. Avec la scene du cauchemar de Tintin et la momie de Rascar Capac dans Les 7 boules de Cristal, ce sont parmi les moments les plus terrifiants de mes lectures d'enfance.

Je ne vais pas m'apesantir sur les 3 autres titres, sinon que mon prefere est de tres loin Le secret de la Licorne pour toutes les qualites du scenario alors que je m'ennuie mal en lisant sa suite, Le tresor de Rackham le Rouge, il ne s'y passe quasiment rien, le dossier nous dit qu'Herge etait parfaitement conscient de cela et que cela l'avait stimule pour ecrire son scenario afin de remplir 62 planches. Quant au Crabe aux Pinces d'Or, la scene de la traversee du desert est magnifique.

Note finale, 5/5. C'est Tintin apres tout. C'est donc un monument de la litterature. Il est vraiment malheureux que l'auteur ait revele insconsciememnt (ou non) quelques aspects de son cote sombre dans L'etoile mysterieuse.


546. froggy - 22/06/21 19:00
Collectif, Contes de Noel du journal Spirou 1955-1969

Il a y deux ou trois ans, j'avais acquis en occasion un album similaire mais beaucoup moins exhaustif paru chez Dupuis en 1978 dans une de ces collections fourre-tout que Thierry Martens, devenu directeur du departement album de l'editeur apres avoir ete redacteur en chef du journal, lancait regulierement a titre de banc d'essai pour des futures series, ces collections s'appelaient Dupuis Aventures, Carte Blanche Spirou et dans le cas present, Les meilleurs recits du journal de Spirou.

Cet album a ete edite par Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault qu'on ne peut plus presenter maintenant. En effet, le couple s'est impose en quelques annees comme les references absolues en matiere de reedition des series mythiques de chez Dupuis avec l'edition d'integrales comprenant des dossiers introductifs tres complets aussi bien dans la quantite et la qualite des informations qui y sont contenues que dans leur tres riches iconographies aussi bien en termes de photographies que de documents souvent inedits. Une fois de plus, c'est le cas ici et c'est un bonheur de lecture.

Au debut des annes 50, et par ce paradoxe qui laisse encore dubitatifs si ce n'est pantois les exegetes de la bande dessine franco-belge, a savoir que le destin du journal Spirou avait ete confiee par la tres catholique et tres pieuse famille Dupuis d'abord a un communiste Jean Doisy puis a un jeune anarchiste Yvan Delporte. Les deux hommes etaient notoirement anticlericaux. Pourtant, ils ont tous les deux mis au point les fameux numeros a theme qui contribuerent a la legende du journal. C'est ainsi que le Spirou Special Noel fut elabore chaque annee et mis en vente generalement aux alentours du 6 decembre, le jour de la St Nicolas. La majorite des recits dessines pour la circonstance ne fut jamais edite en album, jusqu'a celui de 1978, qui n'en retint qu'une petite partie. Ces recits etaient signes pourtant par la creme de la creme des auteurs du journal; Franquin, Peyo, Tillieux, Jije etc, je ne peux pas tous les nommer, vous les connaissez tous aussi bien que moi.

Cet album a ete compose de maniere chronologique en commencant par l'annee 1955 avec une superbe couverture de Franquin realisee pour le journal, que d'aucuns pourraient penser deja annonciatrice des Idees Noires de 1977 a cause d'un detail qui y est contenu. Les Pissavy-Yvernault y ont inclus enormement de recits complets inedits en albums donc, mais aussi des contes et differentes illustrations dont de nombreuses reproductions des couvertures du journal dessinee pour ces fameux numeros. Le plus souvent, elles etaient sur double page. Certaines sont magnifiques, celle de Morris par exemple qui a ete choisie pour etre la couverture de cet album a laquelle il ne manque plus que le son tellement elle est vivante.

Il est evident que la qualite de ces recits est inegale surtout que certains renaclaient a contribuer a ces numeros, le moindre n'etant pas Franquin que ces bondieuseries insupportaient selon ses dires. Meme sous la contrainte, ces auteurs restaient brillants et offraient le meilleur de leur talent aux lecteurs du journal. Cela reste d'un niveau tres eleve, je vous rassure. Par chance, celle que je preferais dans l'album de 1978 est aussi contenue dans celui-ci, je vous en avais deja parle quand j'avais chronique le premier du nom, c'est un recit de Tillieux realise en 1964, cela s'appelle La porteuse de dindes et c'est a mourir de rire tellement c'est grincant et caustique.

Je ne sais pas si cet album aura une suite car il n'a pas du etre tire a beaucoup d'exemplaires, un mois apres sa sortie, on ne le trouvait plus que dans un nombre restreint de librairies du reseau Canal BD. J'aimerai bien qu'il y ait un deuxieme tome qui couvrirait les annees posterieures a 1969 et bien sur, d'autres albums qui reprendraient les materiels publies dans les speciaux Paques et Vacances d'Ete qui ont ponctue l'histoire du journal. Je pense notamment a L'ile au Boumpteryx, une histoire absolument delirante et fort amusante signee Ley Kip, un pseudonyme qui cachait Jidehem et Roba (avec probablement un peu de Franquin) ou l'histoire de l'oiseau le plus dangereux du monde qui pond des oeufs explosifs.

Note finale, 4/5. Meme si vous n'etes pas fou de la messe, je vous recommande toutefois cet album considerant le pedigree des auteurs qui y ont contribue, c'est le meilleur du classique FB venant de Charleroi.

545. torpedo31200 - 21/06/21 21:59 - (en réponse à : Bert74 - post # 544)
Ca m' a fait penser à la cover de Dark Horse Presents # 63.

544. Bert74 - 21/06/21 12:29
Pour moi le véhicule est très Moebius.

Tendance Garage Hermétique-partie sous acid/champignons, alors...

543. torpedo31200 - 18/06/21 16:50 - (en réponse à : Bert74 - post # 542)
Thanks !
Pour moi le véhicule est très Moebius.

542. Bert74 - 18/06/21 14:18
684. torpedo31200 - 22/05/21 00:57 - (en réponse à : Bert74 - post # 656)
Je veux bien ton avis sur Sélénie de Lebeault, bon mais bancal mais intriguant. Un peu obsédant.

PS: Mais dans les "hommages à Moebius", je lui préfère les lectures de Murakami et ses JuanAlberto, maître de l' univers (Editions du Canard, diff Belles Lettres)


Je réponds ici à la demande (qui date un peu) de ce cher Torpedo, et donne mon avis sur Sélénie de Lebeault.

De mon côté, je n'ai pas acheté cette BD en y voyant un hommage à Moebius, mais bien pour le trait et l'univers de Fabrice Lebeault. J'ai toujours adoré Horlogiom et son aspect clokwork fantasy (je me demande si on peut trouver d'autres BD dans ce thème, d'ailleurs, où si la série en est le seul représentant). Sa relance avec deux albums d'aspect polar m'avait enjoué et je caresse l'espoir insensé que cela se poursuive.
Bref, Pour Sélénie, on retrouve dans le dessin et l'environnement dans le quel évolue les personnages tout cet imaginaire de très bel facture (mention spéciale à un véhicule tout terrain à la technologie... cartoonesque). On tient là un bien bon récit de science fiction qui aurait franchement mérité d'être développé.
Plus que l'inspiration Moebiusienne, on peut directement voir apparaitre les références aux grands initiateurs de la science-fiction Lucien de samosate, Cyrano de Bergerac (l'auteur) ou Jules Verne.

Malheureusement c'est un one shot et il s'accompagne d'une résolution rapide de l'histoire que je trouve relativement bien fade (celle de Horologiom avait plus de classe), et qui ramène du coup l'album à un (bon) épisode de la série TV Au-Delà du Réel.

Mais le dessin est impeccable (et la couverture superbe), donc c'est un chouette objet !

Je vais aller voir de quoi retourne le JuanAlberto, maître de l' univers, dont nous parle Torpedo pour voir si c'est comparable.

541. herve - 10/06/21 22:31
La Tentation Axel (édition Dynamite)
J'ai découvert Axel avec "une femme fidèle' parue très récemment.
A la lecture de ce dernier, j'ai eu envie de connaitre les autres livres d'Axel, un auteur assez surprenant. Certains m'ont conseillé "La tentation", et j'avoue de pas avoir été déçu par ce choix judicieux.
On a pour habitude d'associer la bd porno à des pochades (comme le tout récent "Clémentine à la plage" d'Igor et Boccère), ou encore à des histoires courtes humoristiques ( la série des "Giovanna"), voire des adaptions de romans ou nouvelles ("la pharmacienne" d'Igor & Boccère, ou "les 110 pilules" de Magnus), mais là, Axel arrive à nous livrer une histoire plausible, avec des personnages qui sont très éloignés des bimbos ou des Apollons .
C'est ce côté réaliste qui donne à cette histoire le rang d'une véritable scène de la vie conjugale .Les personnages sont crédibles, on ressent même une certaine empathie avec ce couple de cinquantenaire, qui part à la dérive suite à des jeux érotiques dangereux.
Outre les scènes de sexe très crues et très explicites, mais nullement gratuites, Axel a un véritable don pour camper une atmosphère. On sent le soleil, la mer et la chaleur à travers les pages. Son dessin est vraiment lumineux sur cet opus.
J'ai lu ces 64 pages avec délectation, regrettant juste que la fin de l'album n'appelle pas un tome 2, tant le lecteur est plongé dans la vie de ce couple, Gérard et Françoise.
Une bande dessinée de cul émouvante, touchante, ce qui n'est pas donné à tous les livres du genre dite pour adultes.
Une des meilleures bd porno que j'ai lu depuis pas mal de temps

note : 4/5

540. pm - 10/06/21 12:09
Je viens de lire les fleurs de cimetière d’Edmond Baudoin, un gros livre de près de 300 pages.
Comme Baudoin, je n’ai pas été biberonné à la BD dans mon enfance, pas pour les mêmes raisons mais c’est un fait. Je ne vais pas pouvoir donner mes impressions de façon détaillée et encore moins une critique de ce livre quasi-testament ( l’auteur approche des 80 ans) qui sera peut-être son dernier, ce que je peux dire c’est qu’Edmond Baudoin se met le plus à nu possible et prend un maximum de risques.
Baudoin est pour moi un des meilleurs dessinateurs qui soit, et même si à ce niveau je préfère certains livres plus anciens, certains dessins sont vraiment sublimes. Je dis dessins car il n’y a quasiment pas de cases.
Je ne pense pas que ce livre soit une bonne approche pour ceux sui n’ont pas ou peu lu Baudoin, c’est extrêmement émouvant pour ceux qui le suivent régulièrement.

539. herve - 09/06/21 23:08 - (en réponse à : froggy)
il faut que je pense à lire cet opus de Murena, je l'avais acheté le jour de sa parution (tout comme l'album crayonné) mais je ne l'ai toujours pas lu.

538. Quentin - 04/06/21 22:30
Le peintre hors-la-loi, de Duchazeau, chez Casterman. Où l’on suit les tribulations du peintre paysagiste Lazare Bruandet, qui se réfugie dans les faubourgs de Paris pendant la révolution française. Hanté par des traumatismes d’enfance, assassin de sa femme, raillé par ses pairs, cet artiste maudit peint comme il se bat avec ses démons. Mon sentiment à la lecture de cet album est mitigé. Il y a d’une part quelques bonnes idées, un certain propos sur l’art, une vision très sombre de la révolution française, un bel hommage aux tableaux paysagistes de Bruandet. D’autre part, c’est très confus (on n’y comprend rien à cette révolution), très décousu et mal raconté, et les phylactères des petits personnages perdus dans des tableaux paysagistes ne marchent pas bien. Il y a aussi que la douceur bucolique des tableaux de Bruandet ne s’accorde pas du tout avec l’image violente et tourmentée que Duchazeau donne de l’homme et de son coup de pinceau. Bref, ce n’est pas inintéressant, mais c’est très inégal et peu convaincant. Comme toujours avec Duchazeau, qui a peut-être beaucoup de talent en dessin mais qui a un véritable problème avec la narration. Ca m’a fait penser au Caravage de Manara, ou même à la saga de Grimr de Moreau, mais ca reste plusieurs crans en dessous de ces 2 albums.

537. froggy - 04/06/21 00:48
Murena 11, Lemuria

Murena a disparu de Rome poursuivi par les hommes de Neron. Celui-ci le soupconne d'avoit participe a un attentat contre lui, ce qui est faux bien entendu. Murena est au sud de la peninsule pres de Naples, dans une belle et luxueuse villa appartenant a Lemuria, une riche romaine qui aime passionnement notre heros. Celui-ci a ete frappe d'amnesie. Fort heureusement, celle-ci s'estompe et il recouvre peu a peu sa memoire. Il lui faut retourner a Rome. Mais est-ce bien une bonne idee que de retourner voir Neron et d'abandonner une femme folle amoureuse et prete a tout pour conserver son homme?

J'ai bien aime cet album au scenario bien construit qui fait intervenir de nouveaux personnages qui ont de grands et importants secrets. L'histoire avance bien a un rythme un peu lent peut etre mais qui convient bien a cet album. Dufaux y fait alterner sexe et violence, parfois meme simultanement, certains personnages y font preuve d'une grande cruaute, d'apres ce que je sais du film que je n'ai jamais vu, seulement des extraits, on pourrait penser a une version soft de Caligula de 1980 avec Malcolm McDowell dans le role titre.

Theo a ete un bon choix pour succeder au regrette Philippe Delaby, decede bien trop tot. Et le lecteur peut s'estimer heureux qu'il ait accepte de reprendre la serie. Il ne demerite aucunement et delivre un excellent travail.

Note finale, 3/5. Un bon album apres deux ou trois assez faibles.


536. froggy - 02/06/21 00:47
532. pm - 01/06/21 12:45 - (en réponse à : Froggy)
Si le 76 est bien, je sens que je vais tout lire, c’est mon coté obsessionnel


Ne viens pas te plaindre aupres de nous si tu n'aimes pas, Piet et moi t'avons prevenu! lol

Quant au 76, je l'ai trouve tres bien apres une telle suite d'albums oscillant du moyen au mediocre. Il est surtout notable pour ce que j'en ai ecrit. C'est pour cela que je l'avais trouve bon. Et je vais apporter de l'eau au moulin de Laurent, le dessin de Tibet ne s'arrangeait pas avec le temps.

535. froggy - 02/06/21 00:40
C'est vrai que les deux que vous citez sont excellents, je crois qu'un consensus est en train de s'installer autour du Monstre de Noireville pour etre considere comme le meilleur de la serie.

Mon prefere reste Les 5 revenants qui est le premier album de BD que j'ai achete. C'est un scenario leger comme une bulle de champagne, c'est une friandise car il est tres amusant et l'action n'arrte jamais. Beaucoup plus tard, j'ai decouvert que la fin etait un hommage a celle du film d'Orson Wellles, La dame de Shanghai. Cela ne peut donc qu'etre un bon album.

534. pm - 01/06/21 19:47 - (en réponse à : Piet)
12 et 15 sont mes deux préférés et globalement la deuxième dizaine est la meilleure.

533. Piet Lastar - 01/06/21 18:54
Côté ambiance des villages français, n°12 les Spectres de la Nuit et n°15 le Monstre de Noireville sont très réussis.

Je n'aime vraiment pas, comme froggy, quand la série vit dans le monde la BD et je déteste les épisodes avec "la mère" de Ric Hochet. Déjà avec le père, c'est limite.

Je n'aime pas non plus le changement de papier à partir du 71.

532. pm - 01/06/21 12:45 - (en réponse à : Froggy)
Si le 76 est bien, je sens que je vais tout lire, c’est mon coté obsessionnel ...

531. pm - 01/06/21 08:28 - (en réponse à : Froggy)
Tribunal noir ne m’a pas emballé plus que ça, je dirai ok sans plus. Il faut dire que le coté énigme à la noix m’indiffère, seule l’ambiance m’intéresse. J’aime assez souvent par exemple quand Ric Hochet va dans des villages français imaginaires.

530. froggy - 01/06/21 04:52
Piet, je te trouve tres genereux vis a vis de Tibet et Duchateau. Le dernier vraiment bon et un des meilleurs de la serie est le 32eme effectivement, Tribunal noir. A partir de celui-la, cela part en deliquescence pour parfois tomber dans le grotesque, la solution du meurtre dans la piscine dans Ric Hochet contre Sherlock est invraisemblable par exemple. Ou lorsque les auteurs se mettent eux memes en scene ou font dans la mise en abyme, B.D meurtres, Le scandale Ric Hochet, "Ici 77!....

Le rythme d'un nouvel album tous les 9 mois quand l'inspiration des premiers s'est tarie a ete prejudiciable a la serie. Trop c'etait trop, je l'ai souvent ecrit dans mes chroniques de lecture sur les dermiers parus. La serie etait devenue plus sanguinolente au milieu de sannees 80 avec Le disparu de l'enfer, l'episode le plus curieux de la toute la serie qui n'est pas ininteressant mais reste tout de meme un Ric Hochet a la base et La liste mortelle. Cette violence m'avait surpris a l'epoque tellement j'avais les premiers bien ancres dans mon souvenir. Philippe, tu peux lire ceux-la sans trop de problemes.

Ensuite tu peux passer directement au 76eme, le seul que je recommanderai vraiment, c'est Dernier duel. Je ne peux pas en ecrire plus car il s'y passe deux coups de theatre, l'un previsible et plus ou moins attendu, et l'autre pas du tout par contre. Cela avait reenergise la serie mais Tibet est mort peu de temps apres et nous ne saurons jamais vers quelle direction la serie serait allee apres cet album.

Si tu veux vraiment les lire, tu peux le faire, mais a petite dose ainsi que Piet l'a bien recommande, je dirai 1 par semaine.

529. LienRag - 31/05/21 22:01
La nuit des vampires m'avait pas mal fichu les chocottes à l'époque...

Mais l'aspect chelou/explication tient plutôt bien la route, de mémoire.
Dans le tome avec les extraterrestres (chaipu le titre) j'avais beaucoup moins apprécié que Tibet nous montre une scène qui s’avérera plus tard fausse.

De manière générale d'ailleurs je trouve que le narrateur non-fiable, à de rares exceptions près, est une technique qui marche très mal en BD comme au cinéma.

528. Piet Lastar - 31/05/21 18:37 - (en réponse à : pm)
Pour Ric Hochet , tu peux aller jusqu'au 57 compris. Mais à petite dose, car, oui, la mécanique reste la même.

527. marcel - 31/05/21 16:22
Danyel, tu comprends rien au parenthesage (oui, je sais, le mot n'existe pas (mais faudrait l'inventer (ou pas))).

526. pm - 31/05/21 16:21
J’ai lu aussi Merlu tome 2, j’avais acheté le 1 en TL pour sa maquette sympa. L’histoire sur la résistance dans le Morvan n’est pas mauvaise en soi, mais qu’est ce que c’est mal raconté ( mal écrit, aucun rythme), mal dessiné ( la forme de la moustache est souvent déterminante pour reconnaître les personnages, mais n’est pas Hergé qui veut), mal colorié ( horribles couleurs informatiques), sans même parler des clichés morphologiques pour le moins discutables. J’essaierai probablement de lire le 3 pour avoir la fin de l’histoire avant de revendre le tout.
Je crois qu’Hervé a un avis beaucoup plus positif que le mien, je ne sais pas sur quoi il repose.

525. pm - 31/05/21 16:13
De mon coté j’avance petit à petit dans ma lecture des Ric Hochet. Hier soir j’ai lu le 32, la nuit des vampires, pas le pire mais c’est un peu toujours la même mécanique: des trucs chelous arrivent et à la fin on a une explication bien tirée par les cheveux. Parfois il y a des ambiances sympas mais c’est quand même du très vite lu avec des personnages peu développés.
J’ai tout jusqu’au bout ( mais pas la reprise, faut pas déconner!) après avoir trouvé difficilement les premiers( en eo et en excellent état ), j’avais acheté pour pas trop cher un lot de 40 ou 50 albums.
Pour le moment la deuxième dizaine d’albums est la meilleure et le 30 KO en 9 rounds, recueil d’histoires courtes, le plus inintéressant.
Si mon impression se confirme je ne vais pas aller beaucoup plus loin sauf si froggy me dit qu’il faut lire tel ou tel.

524. pm - 31/05/21 16:04 - (en réponse à : Froggy)
Arrêtez de prendre les enfants pour des demeurés.

523. Danyel - 31/05/21 06:05 - (en réponse à : (Marcel))
(Non, pas le dessin que j'aime beaucoup. Ce sont les histoires, les personnages et la qualité d'impression. Je veux dire que tout est grisâtre et pâle, et manque de contrastes. Je comprends qu'il était impossible de repartir des originaux. IDW, ou Futuro qui adapte cette édition, aurait pu forcer les contrastes ou utiliser un papier plus poreux pour rendre les noirs plus soutenus. Mais je conçois que trouver le bon équilibre est difficile. Breccia avait l'air de ne pas du tout se préoccuper des difficultés que représentait la reproduction de ses planches.)
(Quant aux histoires, si je retrouve bien la fantaisie et la gravité de la littérature latino américaine, dans le cas présent, je les ai lues sans vraiment m'y intéresser. Trop de grotesque et des personnages sans consistance.)

522. froggy - 31/05/21 05:14
Et l'absence de portables?

521. marcel - 30/05/21 23:56
Et pas de remarques sur les gens qui fument au travail ?...

520. Achab - 30/05/21 23:47 - (en réponse à : Froggy #518)
Étonnamment, il semble qu'elle en ait apprécié la lecture quand même puisqu'elle ma demandé de lui sortir les 3 albums que je possède (opus 40, 42 et 44). Elle a donc eu le plaisir de découvrir l'existence de Nadine... et du dictaphone à cassette...
Une autre explication à fournir, après celle de l'ambiance masculine des BD des années 60...

519. froggy - 30/05/21 23:06
Blake et Mortimer 27, Le cri du Moloch.

Des 3 derniers albums que j'ai achetes et qui sont tous des reprises de grandes series du Lombard dont la plus prestigieuse, celle-ci en l'occurrence, c'etait cet album que j'attendais le moins. En effet, ce Cri du Moloch est la suite de L'onde Septimus lui-meme suite de La Marque Jaune, album devenu legendaire avec le temps car il fait partie du club tres, tres ferme, des authentiques chefs d'oeuvre de la bande dessinee, ceux auxquels on se refere volontiers. Cet Onde Septimus se revela etre aussi mauvais que La Marque Jaune est extraordinaire. Incomprehensible et surtout tres vain, la troisieme aventure de B&M est tellement au dessus du lot et inacessible au commun des mortels que l’idee d'en faire une suite est totalement saugrenue. Pouvez-vous imaginer une suite a La mort aux trousses avec un autre metteur en scene qu'Hitchcock? Il est peu dire que j'aprehendais la lecture de cette deuxieme suite tellement j'avais execre la premiere. Vous pourriez me retorquer et vous auriez raison, pourquoi l'achetais-je? Il se trouve que j'eprouve beaucoup d'affection pour la serie de Jacobs et que je n'arrive pas encore a rompre avec B&M pour la meme raison que je continue Ric Hochet et Michel Vaillant ou le coeur a des raisons que la raison ne connait point.

Est-ce que Dufaux, le scenariste de ces suites a La Marque Jaune a ete capable de faire pire avec celui-la que ce que le precedent est? Et bien non, Dufaux m'a decu, il n y est pas arrive, il n'a pas ete meilleur dans le pire. Je ne vais pas ecrire que Le cri du Moloch est un tres bon album, il ne faut pas trop exagerer tout de meme! Il n'est que meilleur compare a l'autre. C'est deja pas mal. De toute facons, cela relevait du challenge, peut-on faire encore pire que L'onde Septimus? Oui, si on imagine un B&M vu par Leo sur scenario de Zidrou. Excusez-moi les aminches si je vous ai provoque des cauchemars.

Je vais faire court, le vaisseau spatial cache sous Londres et detruit par B&M dans l'episode precedent recelait en son sein un extra-terrestre surnomme le Moloch, le vocable E.T etait deja pris et dument copyrighte par Universal depuis certain film de 1982. Ce Moloch attend le retour d'un vaisseau spatial dans les environs de la Terre afin d'en tuer tous les habitants, ou je veux devenir terrien a la place d'un terrien. Le Moloch is no good indeed. Blake, Mortimer et Olrik arriveront a contrecarrer ces sombres desseins et sauveront ainsi la Terre et ses habitants. La reine, toute fraiche couronnee, les remerciera, sauf Olrik bien sur parce que c'est un malfrat et que la reine ne frequente pas ces gens-la, elle recoit deja des dictateurs a qui elle fait la grace de leur octroyer son royal sourire, c'est deja largement suffisant pour elle et ses corgis. Et B&M de finir cet album sur la promesse de deguster un bon malt.

C'est un album agreable a lire mais au gout quelconque tel un the en sachet pas assez infuse ou un whisky bas de gamme, il ne laisse pas en bouche un souvenir imperissable. La seule originalite y est qu'Olrik est celui qui mene l'action grace a sa qualite d'ex-Marque Jaune (j'espere que je n'ai pas divulgacher un des coups de theatre les plus phenomemaux de la BD FB mais la couverture de L'onde Septimus l'avait deja revele), B&M sont en retrait derriere leur eternel rival. Outre cela, Dufaux n'a pas voulu faire un grand mystere de certaines peripeties, il est tres facile de deviner qui est le Moloch. J'ai bien l'impression que le scenariste a recycler l'excellent film de John Carpenter, The Thing.

Le dessinateur, Etienne Schroeder, n'avait dessine que la fin du precedent succedant a Antoine Aubin, le resultat final n'avait pas ete tres heureux, il y avait vraiment une difference dans le dessin meme en faisant du Jacobs. Ici, le resultat est meilleur et le dessinateur n'a pas a patir de passer apres un autre. Cela rend surtout cet album plus coherent. Je n'ai pas relu l'autre album mais j'ai eu l'impression que Schroeder s'etait ameliore, bien qu'il soit alle voir du cote du premier repreneur, son B&M est du signe de Jacobs acscendant Benoit.

La seule veritable utilite de cet album pour moi fut que j'ai mieux compris le precedent grace au resume qui ouvre cette aventure.

Note finale, 2/5. Meilleur que l'autre mais pas bien terrible en definitive.


518. froggy - 30/05/21 21:21 - (en réponse à : Achab)
Ta fille est tres observatrice, cela promet. Tu peux lui faire remarquer que dans Ric Hochet, la premiere femme qui a un role un peu consequent est la concierge du reporter dans la scene d'ouverture du quatrieme, L'ombre de Cameleon et que la niece du commissaire Bourdon, Nadine, dont l'importance grandira au fur et a mesure dans la serie apparait des le suivant, Piege pour Ric Hochet, qu'elle y tient un role crucial et y montre des qualites au bord de la temerite.

Il faudra aussi lui apprendre l'histoire de la BD FB ou la non-mixite dans les series etaient de rigueur. Les exemples ne manquent pas.

517. marcel - 30/05/21 15:44
C'est quoi qui t'a bloque sur Perramus ?... Le dessin ou le scenario ?...

516. Danyel - 30/05/21 09:55 - (en réponse à : pm)
La lecture de Perramus m'a bien refroidi. J'ai vraiment eu du mal le finir.
Mais je retenterai un autre Breccia. Merci pour ce conseil.

515. Achab - 30/05/21 01:47
Ma fille (9 ans) vient de lire "mystère à Porquerolles" (un Ric Hochet arrivé chez moi je sais pas trop comment). Verdict : "Papa, ce dessinateur, il doit pas savoir dessiner les filles... Y'en a aucune dans toute l'histoire."

514. marcel - 29/05/21 14:13
On devrait tous écrire comme Marcel ... et froggy.
Et mettez plus de parenthèses, aussi (parce que c'est bien) !

513. pm - 29/05/21 13:51 - (en réponse à : Danyel)
En tout cas, toi qui est fasciné par le dessin, ce Breccia devrait te plaire.

512. Danyel - 29/05/21 13:17
Meeeeuh non. :-)

Ça fait bien un peu plus d'une vingtaine d'années maintenant que je vois cette faute. Au début c'était exceptionnel. A présent, elle est devenue si courante que je suis étonné quand je lis le mot correctement orthographié. Pareil avec "faîtes" pour l'impératif de faire qui devient ainsi le sommet de quelque chose. Ou encore "chapître" que je vois se répandre depuis quelques années.
Les Français sont désormais fâchés avec l'accent circonflexe et j'ai bien peur qu'il n'y ait pas de retour en arrière possible puisque la prochaine génération aura été éduquée dans cette confusion.
On devrait tous écrire comme Marcel. :-)

511. pm - 29/05/21 11:50 - (en réponse à : Danyel)
Honte sur moi !

510. Danyel - 29/05/21 08:34
Lancé de tâches. Tsss.

Lancer de taches. Merci.
Parce qu'un lancer de travaux à accomplir ne veut rien dire.

509. pm - 28/05/21 19:17
Un certain Daneri d’Alberto Breccia sur un scénario de Carlos Trillo: inédit en France, ce recueil d’ histoires courtes d’une espèce de privé argentin est un véritable chef d’oeuvre. Les histoires de Trillo sont sombres et Breccia est à son apogée graphique mêlant le dessin avec le collage et le dripping ( lancé de tâches à la Jackson Pollock ). Technique caractéristique de l’artiste parfaitement maîtrisée.
C’est un plaisir de s’attarder sur chaque case, parfois à la limite de l’abstraction.

508. herve - 27/05/21 22:28
Une femme fidèle Axel, éditon Dynamite

C'est la première fois que j'achète et que je lis une bd signée Axel, pourtant j'ai souvent feuilleté ses précédents ouvrages sans pour autant franchir le pas. Alors pourquoi celui -ci? Sans doute en raison d'une couverture plus sobre qu'à l’accoutumée, représentant une femme bien mystérieuse.
Mais derrière cette couverture assez intrigante, se cache un récit où l'érotisme flirte plus avec la pornographie qu'autre chose. Axel sait mettre en lumière les scènes de sexe voire les sublimer.
Mais avec cette histoire d'adultère partagé, Axel nous offre un schéma plus complexe que l'on y pense.. En 65 pages, qui se lisent certes très vite -les pages muettes y sont nombreuses-, le destin de Sophie ne nous laisse pas indifférent.
Le dessin d'Axel m'a surpris de prime abord. Les personnages sont presque ordinaires, et Sophie ressemble à ce que Hugh Hefner appelait "the girl from next door", la femme d'à côté, ce qui donne à ce récit un aspect assez réaliste.
En abordant différents thèmes, l'adultère, la maladie, le dévouement voire la soumission à un homme, Axel nous offre un portrait intéressant et assez ambi guë de Sophie, une femme "fidèle".
Finalement, je vais sans doute me lancer dans la lecture de ses autres albums.
Livre à ne pas mettre entre toutes les mains, il va s'en dire.

note :3/5

507. helmut perchu - 26/05/21 10:32 - (en réponse à : Kipkool)
J'ai un très bon souvenir aussi de Tanatha, d'autant plus que pour je ne sais quel raison il me manquait un des tomes que j'ai fini par trouver à force d'arpenter les bouquinistes de Paris. Cela ne me rajeunit pas ma bonne dame.

506. froggy - 26/05/21 00:43 - (en réponse à : Bertrand)
Tu as raison, mais quel chef d'oeuvre!

On pourrait faire un petit jeu a ceux qui ont en ete victimes parce qu'il y en a un paquet, en BD bien sur, litterature, cinema, theatre donc et bien evidemment dans la chanson ou c'est tellement innombrable que cela en devien une categore a part entiere. C'est moins flagrant dans les autres arts que sont la danse, la sculpture, la peinture et la photographie.

505. Kipkool - 25/05/21 19:46
"Pas l'angoisse de la page blanche, mais peut-être le syndrome de Rostand (qui écrit son chef d'œuvre à 29 ans et pas grand chose derrière), non ?" Peut-être... Ou alors il a cédé à la facilité en privilégiant la quantité à la qualité.

Bon, y a quand même les 5 premiers Vent des dieux et 5 premiers Mortelune qui sont très bons. Et j'aime bien aussi Tanatha.

504. Bert74 - 25/05/21 18:51 - (en réponse à : kipkool)
Pas l'angoisse de la page blanche, mais peut-être le syndrome de Rostand (qui écrit son chef d'œuvre à 29 ans et pas grand chose derrière), non ?

503. Kipkool - 25/05/21 18:19
Dans le premier cycle des 7 vies, il y a un bel équilibre entre la grande Histoire et la petite, avec des personnages forts et consistants. Après, dans les séries annexes, l'équilibre est souvent rompu au détriment de la petite histoire, et du coup, c'en devient souvent didactique et les persos ont moins de consistance.

Je me souviens d'une interview de Cothias où il disait qu'il n'avait pas l’angoisse de la page blanche. Normal quand on se repose autant sur la grande Histoire. Et c'est, à mon avis, une des causes de la désertion de son lectorat pour ses spin-off.

502. Bert74 - 25/05/21 17:53
Bon sinon, pour la collection Vecu, vous aurez compris que ma préférée est (avec Les 7 Vies) Giacomo C. C'est même une des séries BD que je relis le plus, aussi, son charme continuant de fonctionner à plein sur moi.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio