Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (21)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


751. torpedo31200 - 21/09/21 18:59 - (en réponse à : Achab - post # 750)
Merci de ta réponse détaillée.

750. Achab - 21/09/21 18:29 - (en réponse à : Torpédo #742)
Graphiquement, je ne sais pas si ça permet d’aller plus vite. Ça ne me parait pas si facile de différencier tant de personnages différents au sein d’une même espèce animale. Et je dois reconnaître que Lereculey s’en tire très bien (sans même trop se reposer sur son coloriste).
C’est vrai que du coup, les factions sont rendues évidentes à la lecture, mais ça ne me convainc pas parce que je n’ai pas l’impression qu’on perdrait beaucoup en lisibilité avec des humains et parce que d’une manière générale, j’ai du mal à faire fi des questions d’inter fécondité que ça pose. À la limite, ça marche pas trop mal pour les lions et les tigres, et ça illustre efficacement leur rivalité, mais à part ça…

Cela dit, une autre hypothèse serait que les auteurs aient voulu se démarquer des races HF traditionnelles (elfes, nains, gnomes, orcs, trolls) tout en restant dans le sillon du genre et des arcs narratifs que cela permet.

749. Bert74 - 21/09/21 16:41
de Lea Murawiec aux éditions 2024

Quelques mots sur cette BD que j'ai vraiment bien aimée.
Au sein d'une ville futuriste et imaginaire, dont les habitants sont convaincus que rien n'existe en dehors (ce fameux Grand Vide), vous ne pouvez littéralement exister que si on vous connait et si on pense à vous. La survie de tout un chacun est ainsi conditionnée à sa Présence, bien (pour le moins immatériel) le plus précieux de tous. Jusqu'à produire de véritables immortels en récompense des plus grandes célébrités.
La jeune héroïne, Manel Naher, se tient plutôt à distance raisonnable de cet état de fait, préférant rêver à son projet de découvrir ce que cache vraiment ce Grand Vide. Jusqu'au jour où sa vie est tout à coup sérieusement mise en danger par l'avènement d'une autre Manel Naher, chanteuse à succès, qui accapare toute la Présence (dans l'esprit des habitants) disponible.

Métaphore évidente d'un certain mal sociétal très actuel, cette histoire est racontée avec beaucoup de talent par la toute jeune autrice Lea Muraviec. Elle fait preuve d'énormément de maturité dans sa narration en exposant de manière très fluide et naturelle les règles de cette société, sans qu'on soit assommé par un discours critique pesant. Ce besoin de Présence parait ainsi évident pour le lecteur sans qu'il soit expliqué ou justifié par quelque discours (inutile) que ce soit.
Son dessin très souple et dynamique est aussi en constant soutient du récit et nous propose en même temps un environnement graphique et visuel assez captivant. Accompagnant l'histoire, on voit ainsi apparaitre dans les cases des dizaines et des dizaines de noms aux typographies variées qui mettent en scène un décor étrange et fascinant.



Je ne sais pas où Lea Muraviec a pu aller chercher tout ça. A peine ai-je descellé un "Nicolas Sarkozy" au détour d'une case.

Même les ellipses, aussi soudaines qu'inattendues, utilisées pour la progression de l'histoire passent très bien et permettent de mener l'album de bon train jusqu'à sa conclusion. Mon seul regret est pour celle-ci, à mon sens un peu en demi-teinte et téléphonée.

Et avec tout ça, une belle édition bien soignée.

Bref une bien chouette BD qui vaut amplement le travail de commentaire que je viens de vous livrer et la Présence que je souhaite offrir à Lea Murawiec (quatre fois que je la cite, j'espère que ça suffira... Allez je vais de ce pas m'inscrire à son Insta).
En tout cas, une autrice à suivre, comme on dit dans nos campagnes.

748. torpedo31200 - 21/09/21 14:41 - (en réponse à : pm - post # 743)
Les codes de toutes les histoires sont toujours les mêmes. Frontière, affaire de familles, corruption. En Heroic Fantasy, tu rajoutes juste un dragon ou une épée magique.

747. pm - 21/09/21 13:15
Autant les black bloks qui sont également cités, ont une vraie cohérence anarchiste ( tendance action violente ). Ce n’est pas n’importe quoi les BB, c’est organisé et structuré avec une vraie idéologie derrière ( ce qui est plus discutable c’est de voir qui est derrière, j’entendais l’autre jour à la radio un type haut placé qui sortait de Centrale-Paris et qui faisait partie des BB), autant les GJ ça ne tient pas la route.

746. pm - 21/09/21 13:08 - (en réponse à : Suzix)
Fabcaro c’est quand même un humour très moderne et plutôt novateur en BD. La difficulté étant d’en faire tout un livre.

745. pm - 21/09/21 13:05
Je viens également de lire l’anarchisme dessiné par Winshluss dans la petite bibliothèque des savoirs. Vu le format c’est nécessairement très superficiel, le graphisme de Winshluss convient plutôt bien.
J’ai été tout de même très étonné que l’auteur classe les GJ dans les mouvements anarchistes. J’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’une jacquerie petite bourgeoise ( pas touche à la sacro sainte bagnole ) à tendance fascisante ( appel à l’armée, au Général de Villiers, plus de 60% des GJ votent lepen ), on est à mon sens très loin d’un mouvement à tendance anarchiste. Alors oui, il n’y a pas de chef des GJ, mais plutôt parce qu’ils sont destructurés ou en désaccord plutôt qu’une volonté égalitaire. Il y a aussi la question du RIC, sauf que dans leur esprit c’est pour tout refuser ce qui vient d’en haut, sans toujours appréhender les enjeux, pas pour proposer un autre modèle. Bref, je pense que l’émergence des GJ est plutôt due à l’absence d’autorité ( au sens large comprenant l’autorité intellectuelle venant de convictions fortes ) du pouvoir actuel, et bien entendu la déconnexion du pouvoir avec sa population, à l’idée venant des réseaux sociaux que toute parole est équivalente, experte ou pas, ce qui est dramatique et donne le mouvement antivax/antipass de cet été, qui confine à l’absurde( comment peut-on être contre l’idée de minimiser le nombre de malades et de morts, comment faire pour contrôler et minimiser la contamination autrement qu’en vérifiant), et renvoie finalement aux carences éducatives dont, pour le coup, l’état et la société numérique sont largement responsables.

744. suzix@bdp - 21/09/21 12:55
ton commentaire sur la HF et Fabcaro conforte le sentiment que j'ai depuis qq années en BD (ça a quand même mis du temps, presque 20 ans) et maintenant avec le cinéma (vu que je regarde bcp de films de 3 à 4 ans). On devient difficile ... sur bcp de sujets, de thèmes, de catégories même celles pour lesquelles on a des affinités, on a souvent vu ce qui s'est fait de mieux. Du coup quand un truc sort et d'autant si on en attend bcp (battage médiatique, réalisateur, dessinateur/trice, acteurs/trices, avis ...) on retrouve forcément peu souvent ce qu'on a déjà vu ou lu de top. D'où plus de déceptions (même légères) que de satisfactions. J'ai un peu (bcp même) couper mes lectures BD depuis 18 mois. Malgré cela mes dernières lectures me m'ont pas apporté tant que cela. J'en déduis que ce n'est pas tellement une lassitude du média (ou de l'art) mais plutôt des attentes peut-être trop élevées au regard de ce que nous avons déjà connu.

743. pm - 21/09/21 12:44
Suite à cette lecture pénible et inachevée j’ai lu le dernier fabcaro qui m’a bien fait marrer. Certes un peu longuet, il en joue d’ailleurs, mais quand même bien marrant.

Du coup Achab, qu’as-tu aimé dans Servitude ?
Autre question, l’auteur dit qu’il ne connaissait pas GOT quand il a commencé Servitude, ce qui parait assez incroyable lorsqu’on a lu le premier tome. Connaissant peu l’HF, si l’auteur est honnête ce dont je n’ai pas de raisons de douter, est-ce que ça signifie que les codes sont à ce point similaires dans toute cette branche d’HF ? Inceste royal, dragons, nord/sud, etc.

Hier j’ai cité la quête comme must lu en HF, j’avais oublié Bone qui a été une superbe lecture.

742. torpedo31200 - 21/09/21 11:25 - (en réponse à : Achab - post # 741)
Ca sert à quoi les animaux anthropomorphes ?
Dessiner plus vite, prendre les lecteurs pour des c ons (qui ne seraient pas capables de distinguer 5 peuples) ?

741. Achab - 21/09/21 01:23
J’aime bien Servitude, mais je n’irais pas contre l’avis de pm : oui, l’univers n’est pas rendu explicite par le récit lui-même et oui, les personnages sont fades et provoquent peu ou pas d’empathie. J’ajouterais même que le dénouement est vraiment mal foutu.
En fait, Servitude n’est que l’expression d’une tendance HF, déjà assez ancienne, née avec A song of Ice and Fire (les romans) et vulgarisée avec GoT (la série), et que dans les années 2000, on appelait « HF Chair et Sang » dans les milieux du jeu de rôle. Cela s’opposait à la HF classique, à grand spectacle, type Donjon&Dragon, Conan le barbare, Cycle des Épées, Saga d’Elric de Melnibonné ou Seigneur des Anneaux. C’était donc déjà une « réinvention » du genre HF dont on retirait le merveilleux et le fantastique ostensible pour le remplacer par plus de dureté et de réalisme. Un rapprochement de la HF avec le médiéval pur jus en quelque sorte.

À part ça, influencé par GoT aussi, mais plus fluide et néanmoins plein de rebondissements, oui, Les 5 Terres, c’est chouette (même si je suis moyennement convaincu par le choix d’animaux anthropomorphes).

740. froggy - 20/09/21 19:20
737. Bert74 - 20/09/21 17:49 - (en réponse à : helmut)
Les 5 Terres, ça vaut vraiment le coup ?

Faudra que je jette un oeil plus approfondi. Il y a bien longtemps que plus grand chose ne m'a fait vibrer en HF BD.


Demande a Herve, il va bien te trouver quelque chose qui va te faire vibrer a nouveau. :))

739. suzix@bdp - 20/09/21 18:19
737. Bert74 - 20/09/21 17:49 - (en réponse à : helmut)
Les 5 Terres, ça vaut vraiment le coup ?

Faudra que je jette un oeil plus approfondi. Il y a bien longtemps que plus grand chose ne m'a fait vibrer en HF BD.



Pareil!

738. helmut perchu - 20/09/21 17:59 - (en réponse à : Bert74)
Perso j'aime bien, je trouve ça ambitieux, bien foutu et lisible.

737. Bert74 - 20/09/21 17:49 - (en réponse à : helmut)
Les 5 Terres, ça vaut vraiment le coup ?

Faudra que je jette un oeil plus approfondi. Il y a bien longtemps que plus grand chose ne m'a fait vibrer en HF BD.

736. pm - 20/09/21 17:42 - (en réponse à : Bert)
Je crois que les critiques sont bonnes ( actua BD, plus de 100 pages sur bdgest, egoes), et ça ne m’étonne qu’à moitié, car le dessin est plutôt brillant, bien que pas ma came.

735. pm - 20/09/21 17:40
Bon, j’ai encore lu le 3 et feuilleté le 4, mais là j’arrête. Bien que ce ne soit pas vraiment mon genre, le dessin est plutôt très chiadé et va plutôt en s’améliorant, mais l’histoire racontée n’arrive pas du tout à m’intéresser. Je veux bien qu’on parte d’un univers complètement imaginaire avec les codes de l’HF, mais là où GOT est passionnant, avec des personnages approfondis, complexes et qui provoquent une forte émotion, on est en présence de personnages désincarnés dont on se fiche complètement. La série est visiblement ambitieuse, les auteurs ont dû penser à plein de choses mais n’arrivent pas à le retranscrire en bande dessinée. Selon moi, la série n’atteint pas ses objectifs, trop ambitieuse probablement, les auteurs n’ont pas vraiment trouvé l’axe permettant d’en faire une bande dessinée fluide et bien écrite ( à tous les sens du terme).
Il est vrai qu’a priori l’HF n’est pas du tout ma came, mais il y a des exceptions, la quête de l’oiseau du temps en BD, GOT en série ( pas lu les livres). Si c’est bien fichu, bien raconté, peu importe le genre ( je ne suis pas SF non plus mais Valérian est une de mes séries préférée).

734. helmut perchu - 20/09/21 17:23
Mieux vaut lire les 5 terres, la série est clairement inspirée de Game of Thrones, et ne s'en cache pas, mais bien foutue et compréhensible.

733. Bert74 - 20/09/21 17:15
C’est supposé être la crème de l’HF !

... Dixit qui ?

732. pm - 20/09/21 13:57
Je viens de lire le tome 2 et je crois que je ne comprends rien du tout! Je ne rentre jamais dans la narration, je m’en sens étranger à un point rarement ressenti. Aucun personnage ne m’accroche, aucune empathie avec quiconque, je regarde et lis les vignettes de manière abstraite et étrangère, un bon nombre de mots n’existent pas et sont là pour faire Univers, je me fiche de tout et je serai absolument incapable de résumer l’album ! Pas sûr de continuer. Ah oui, je me refuse à lire les tartines d’introduction et les longs glossaires de fin d’album, l’auteur doit être capable de se débrouiller avec l’album.
C’est supposé être la crème de l’HF !

731. suzix@bdp - 20/09/21 13:17
Amha, la HF doit se réinventer sinon elle est morte.

730. pm - 20/09/21 12:48
Je ne sais plus qui m’avait conseillé de lire Servitude ( egoes ?). Je les ai emprunté à mon fils et je viens de lire le premier. Pour le moment, si le dessin se tient pas mal dans le genre, malgré quelques erreurs de lisibilité et un coté plutôt chichiteux, je ne suis pas du tout spécialiste en HF mais je trouve que l’histoire est beaucoup trop proche de Game of Thrones, en beaucoup moins bien. Ce n’est pas exactement le même scénario mais il y a de nombreux rapprochements. On a l’impression qu’il est fait juste ce qu’il faut pour qu’on ne parle pas de plagiat. Par ailleurs c’est très mal écrit, au sens littéraire du terme, sans parler des fautes d’orthographe…
Je vais continuer un peu mais pour le moment je n’en vois guère l’intérêt.

729. froggy - 16/09/21 23:28
Terry et les Pirates, Integrale T6

Cet album est aussi le dernier de cette serie pour les episodes dessines par leur createur, Milton Caniff. Il recouvre les deux dernieres annees ou celui-ci officia, 1945 et 1946. On assiste donc a la fin du conflit mondial qui pour les americains, je vous le rappelle, a lieu en aout 1945 avec la capitulation du Japon apres les bombardements d'Hiroshima et Nagasaki.

Terry est enfin devenu le heros de la serie. Quand je l'avais decouverte avec la publication du premier tome de cette integrale, j'avais ete surpris que le heros principal etait en fait Pat Ryan et non son ami, Terry Lee bien qu'il donne son nom a la bande. Puisque celle-ci se passe en Asie depuis le premier strip, (je rappelle a tous ceux qui ne suivent pas au fond de la salle et preferent consulter leur portable que Terry et les Pirates fut publie sous forme de strips quotidiens dans la presse americaine de 1934 a 1973), c'est evidemment sur le front du Pacifique que Terry effectuera ses exploits car dans un elan patriotique, il s'etait immediatement engage apres l'attaque de Pearl Harbour en 1941. Si vous connaissez vos classiques du FB, vous remarquerez que Buck Danny fit de meme dans le premier album de la serie, Les japs attaquent. Il y a egalement une autre similitude pour les deux heros, Terry sera un pilote de chasse de l'US Air Force et Danny sera lui un pilote pour l'US Navy.

Etant des strips quotidiens, l'album est composee de differentes histoires publiees sur plusieurs semaines ou Terry aide les chinois a lutter contre les japonais d'abord puis la thematique change avec d'irreductibles soldats nippons ignorants de la capitulation de leur pays qui continuent a combattre les yankees et ainsi de suite. Cela permet de revoir une des plus celebres femmes fatales de la BD, Dragon Lady, qui en pince pour Pat Ryan mais prefererait mourir plutot que de le lui dire. Pour ses dernieres planches, Milton Caniff a decide de faire revenir dans un dernier tour de piste les differents personnages, aussi bien les femmes fatales que les amis et differents ennemis recurrents.

Je ne sais pas si c'est moi ou si c'est Caniff qui n'avait plus la meme motivation pour imaginer les aventures de son heros sachant qu'il allait l'arreter pour passer a Steve Canyon, mais j'ai trouve ses dernieres aventures de Terry et les Pirates, moins enlevees que precedemment. Les situations s'enchainent avec moins d'aisance, c'est plus artificiel, c'est lourd et puis je n'ai pas beaucoup aime le personnage de l'ami de Terry, Hotshot Charlie, que j'ai trouve exasperant. Il y a un autre personnage qui est insupportable parce que c'est celui d'une petite fille riche, Nastalthia dite Nasty, qui empoisonne la vie de nos heros, pour l'exprimer crument, c'est une foutue emmerdeuse et Caniff a fait durer leurs demeles avec elle trop longtemps. Alors que le temps imparti a Burma, un autre femme fatale, est devenu trop court, l'echeance du dernier strip prevu pour la fin decembre 1946 arrivant a grand galop, je presume que Caniff a du sabrer dans son scenario pour arriver a retomber sur ses pieds juste a temps. Qui plus est, la reproduction des strips en noir et blanc est de bien pietre qualite comparee aux planches couleurs, celles pour les editions dominicales des journaux dans lesquels la bande paraissait. Ceci est d'autant plus surprenant que cela n'etait pas le cas dans les tomes precedents.

J'ai prevu un jour de relire l'integralite des Terry et les Pirates de Milton Caniff, j'apprehende deja celle que je ferai pour ce volume.

Note finale, 3/5. J'ai vraiment ete decu par ce dernier tome alors que j'ai tellement aime les 5 premiers que j'avais immediatement inscrit Terry et les Pirates au registre de mes BD preferees. :))


728. herve - 15/09/21 22:03
Le dernier Atlas #3

J'ai été littéralement subjugué par le premier tome de cette série, qui, ouvrait de nombreuses portes.
J'avoue avoir trouvé le second tome plus faible que le précédent mais là,les auteurs concluent avec maestria cette série. J'ai retrouvé le côté "page turner"du premier tome avec cet ultime volume. En associant encore plus le côté uchronie de l'histoire( ah! le président François Fillon qui reporte les élections présidentielles) avec la science fiction (avec la réapparition de l'UMO), et l'aspect policier, les auteurs ont réussi leur pari de construire une série prenante,à l'image de certaines série TV devant lesquelles on ne peut plus décrocher
Beaucoup attendaient les auteurs (Tanquerelle, Blanchard, Vehlman, de Bonneval) au tournant, imaginant un final apocalyptique.
En recentrant l'intrigue autour d'Ismael Tayeb, les scénaristes offrent aux lecteurs un final à la hauteur de leurs attentes.
Je conseille tout de même de lire les trois volumes à la suite pour apprécier toutes les subtilités de cette série.
J'ai lu l'ensemble de ces albums dans la version noir et blanc,ce qui m'a permis d'obtenir un superbe coffret chez mon libraire canalbd.
Il faut saluer le travail des auteurs qui nous ont offert plus de 700 pages de qualités en 3 ans!

note:un généreux 5/5

727. Quentin - 11/09/21 23:59

Dédales tome 2, de Burns, chez Cornélius. Le premier tome avait été une grande claque. Dans ce tome-ci, il ne se passe pas grand chose. On reste dans la même ambiance que dans le tome 1 mais sans développement notable même si quelques indices donnent une idée de la direction que la série pourrait prendre. Ca reste néanmoins très intriguant et j’attend la suite avec impatience.

726. Quentin - 11/09/21 23:58
Sinai (la terre qu’illumine la lune), de Lelio Bonaccorso et Fabio Brucini, chez Futuropolis.

Lelio rencontre par hasard Fabio et ils deviennent amis. Fabio travaille dans le tourisme au Sinaï, et invite Lelio à découvrir la région. Lelio va y passer plusieurs semaines étalées sur plusieurs années, et il y fera une série de rencontres qui constituent la base de cette BD. Il rencontre avec des Sheikh bédouins, des moines coptes, une femme bédouine, des acteurs du tourisme bédouins et italiens, etc.

Le but des auteurs est de lutter contre les préjugés vis à vis de l’Egypte (on n’y risque apparemment rien de rien, les gens sont hyper accueillants et respectueux, l’hospitalité est sacrée, bref, la situation est bien loin des clichés que l’on en a), de présenter les merveilles de la région (monastères remontant aux débuts de la chrétienté, paysages fantastiques), et surtout présenter les Bédouins comme empreints d’une sagesse millénaire, d’une culture millénaire, d’une cuisine millénaire, d’une pharmacopée millénaire, et d’une hospitalité millénaire. Les Bédouins n’ont peut-être pas grand chose matériellement, mais ils ont le désert, et puisque ”Dieu a créé le désert afin que l’homme retrouve son âme”, les Bédouins ont encore cette âme que nous, pauvres Européens, avons perdu depuis longtemps dans notre culte de l’individu, de la vitesse, et de l’argent. Preuve ultime: leurs gosses savent s'amuser même sans jouets ni ordinateurs. Bref, Lelio est subjugué, hypnotisé, complètement sous le charme (puisqu’on est d’ailleurs à Sharm El Sheikh) de ces bons Bédouins qui ont tout compris, connaissent les vraies valeurs, et qui ont tant à nous apprendre. A tel point qu’on se demande pourquoi Lelio peut encore retourner en Italie au terme de son séjour.

Album a lire si vous hésitez à aller passser des vacances dans le Sinaï (ce doute sera balayé, et je trouve que l’office du tourisme Egyptien pourrait bien offrir un ticket d’avion gratuit à Lelio pour son excellent boulot de publicité sur les mérites de la région), ou si vous souscrivez naïvement au discours de Lelio et de Fabio sur le désert duquel on ressort spirituellement transformé et sur les Bédouins qui ont tout à nous apprendre. Si par contre vous souhaitez un album un tant soit peu critique, qui va derrière le vernis superficiel des bons Bédouins qui vivent en harmonie avec le désert et des bons Italiens qui sont super gentils avec eux et créent plein de programmes pour alphabétiser les enfants et émanciper les femmes (avec un succès mitigé parce que ces f… Bédouins ne comprennent pas toujours tout le bien qu’on veut leur faire), ou si vous voulez lire un livre qui se penche sur les problèmes politiques ou sociaux de la région, alors passez votre chemin.

725. froggy - 11/09/21 23:48
C'est nouveau ca? Le souple est mieux que le dur?

->

724. Achab - 11/09/21 22:16
Moi, la couverture souple me fascine. Je trouve qu’elle capte parfaitement une attitude que j’associe vraiment au personnage de Corto : une certaine nonchalance, du détachement…
La couverture cartonnée me parle moins.

723. torpedo31200 - 11/09/21 14:23 - (en réponse à : Mr Degryse -post # 722)
La plupart des gens qui feuillettent les deux versions, trouvent que les noirs sont plus profonds sur la version cartonnée, avec son papier semi couché. Mais oui, le gris ressort mieux sur le souple amha.

Perso finalement choisi la souple, + pour Vives et ma perception historique et "accessible" des premiers Corto en magazines (Pif Gadget, Linus/Sgt Kirk en Italie) et albums souples.

722. Mr Degryse - 11/09/21 12:04
La couverture est plus belle pour la version dure mais je préfère le format de la souple. Je trouve aussi le noir et blanc plus beau dans la version souple que le gris dans la version luxe. Et je trouve ratées les colorations de quelques pages de la version dure.

Bref mon chois s'est dirigé vers la souple.

721. pm - 11/09/21 12:01
Je suis d’accord avec Hervé, l’album est trop cher mais la version cheap type manga l’est proportionnellement encore plus, et bien moins belle.
Souvent je prends les deux versions, comme pour le Blueberry de Blain et Sfar, mais là ça n’avait pas d’intérêt.

720. torpedo31200 - 09/09/21 20:42 - (en réponse à : herve - post # 719)
C' est abusé et tu prends la version la plus chère, alors que tu l' avais découvert en version souple ?!?
(Mais oui le cartonné est trop cher)

719. herve - 09/09/21 19:02
"Corto Maltèse : Océan noir" Vivès & Martin Quenehen

Les reprises ou les albums vu par....sont nombreux depuis quelques années. Si, à mon avis ,certains se sont révélés désastreux (comme la reprise de Spirou, série que j'ai abandonnée), d'autres comme le Lucky Luke de Mathieu Bonhomme ou certains Blake et Mortimer, voire la version de Sfar & Blain de Blueberry sont assez voire très bien réussies. D'ailleurs, la reprise n'a jamais été autant meilleure lorsqu'elle fait exploser les codes comme "le dernier pharaon" (Blake et Mortimer) de Shuiten, Van Dormael et Gunzig.
Avec "océan noir', Vivès et Martin Quenehen arrivent à nous surprendre avec leur vision d'un Corto Maltèse, plus contemporain.
J'avoue que je ne suis guère un grand fan des aventures imaginées par Hugo Pratt, et je ne possède que 3 albums (dont l'excellent "ballade de la mer salée"), mais j'ai été littéralement bluffé par cet album. Le dessin de Bastien Vivès est à la hauteur de l'enjeu, il a gardé son propre style tout en conservant l'atmosphère des albums d'Hugo Pratt; et mon dieu que Raua est jolie sous les traits de Vivès. Le scénario de Martin Quennehen ne trahit en rien l'univers de Corto Maltese: rencontres, silence, mystère, quête et voyages en bateau, même Raspoutine est présent !
Très bel album que j'ai déjà lu deux fois.
S'il fallait trouver une critique, ce serait sur le prix. En effet la version de luxe à 35 euros (celle que j'ai prise), et l'édition brochée à 22 euros, c'est abusé lorsque les albums brochés n&b de Corto Maltèse que je possède, m'avaient coûté 12 euros au début des années 2000!

note:4/5

718. pm - 09/09/21 17:33
Ah ça je ne sais pas trop, je pense qu’ils savent profiter d’une situation, comme les talibans, mais je parle juste de la cellule terroriste qui est le sujet du livre.

717. suzix@bdp - 09/09/21 17:22
Les exécutants et a fortiori les kamikazes sont sans doute des gars influençables et crédules et ne doivent pas être choisis parmi les plus prometteurs de l'organisation mais être capables de mettre un tel merdier et de résister aussi longtemps aux troupes en Syrie, il faut qd même des mecs qui sont capables de monter et d'organiser tout le bordel puis de le protéger.

716. pm - 09/09/21 17:18
En revanche les réseaux de renseignement policiers étaient vraiment à la ramasse alors que les terroristes communiquaient avec leur portable, sans même passer par des applications cryptées, juste du langage vaguement codé.
Il parait qu’on a fait de gros progrès depuis, faut espérer.

715. pm - 09/09/21 17:14
Franchement les réseaux n'étaient pas si complexes et les terroristes sont juste des bandes de voyous sans repères, dangereux et complètement incultes.

714. suzix@bdp - 09/09/21 17:05
713. pm - 09/09/21 16:25
La confirmation de l’indigence intellectuelle des fanatiques…


peut-être des "petites mains" (sales) mais sans doute pas des dirigeants. On ne conquiert pas un pays et on ne monte pas des réseaux aussi complexes et bien cachés si on est débile.

713. pm - 09/09/21 16:25
La cellule: enquête poussée sur les attentats de Novembre 2015 , et ceux de Bruxelles de 2016. C’est précis, intéressant, rigoureux, on apprend pas mal de choses mais ça nous replonge dans l’horreur. On comprend que ces attentats étaient évitables si la police belge avait été un peu plus rigoureuse dès Verviers où ils ont laissé Abaoud s’échapper. De nombreuses autres légèretés ont ensuite été commises, tel téléphone confisqué mais analysé seulement après les attentats alors qu’il contenait des informations capitales, tel témoignage d’un terroriste pas sérieusement vérifié, les tergiversations de Hollande concernant les frappes en Syrie pour ne pas favoriser Bachar alors que la menace devenait évidente et ciblée, le raid incapable d’abattre Abaoud à St Denis malgré plusieurs milliers de tirs. Abaoud est mort parce qu’il s’est fait exploser. La confirmation de l’indigence intellectuelle des fanatiques…
La partie graphique est réalisée par Nicolas Otero, l’auteur d’Amerikkka, il s’agit le plus souvent de photos retravaillées.

712. suzix@bdp - 03/09/21 18:05
en fait BDP c'est un sketch permanent! Vous êtes distrayant les gars ! (;o) ... vivement qu'on s'en envoie une autre petite. Vous avez déjà une idée du quartier ? (;o) Y'a des troquets par là où tu squattes la petite ceinture Laurent ?

711. suzix@bdp - 03/09/21 17:40
ah ah ah ! (;o)

710. pm - 03/09/21 17:34 - (en réponse à : Froggy)
Non, ça m’étonnerait…

709. froggy - 03/09/21 17:24 - (en réponse à : Philippe et Torpedo)
Vous etes en train de me convaincre avec le Corto de Vives. Vais-je resister a la tentation?

708. pm - 03/09/21 13:06
Madeleine résistante: biographie d’une résistante de la première heure au caractère bien trempé. Ce premier tome va jusqu’à son engagement dans la résistance. J’aime beaucoup ce genre d’album historique, c’est très fluide mais malheureusement les choix narratifs sont un peu trop sages et le dessin reste trop joli. Avec une telle matière de base ça aurait pu/dû être un grand album mais le travail des deux auteurs ( Morvan/Bertail) a été, n’a été, que de sélectionner tel ou tel épisode raconté par Madeleine. De même le joli dessin ne rend pas la noirceur de l’époque, au contraire. Il aurait probablement fallu quelqu’un de la trempe de Tardi pour bien rendre l’ambiance.
À suivre cependant pour l’aspect historique.

707. torpedo31200 - 03/09/21 11:19 - (en réponse à : Océan noir - Corto )
Bon je le remets là.
Lu (version souple), très bien. Nettement au-dessus du premier Canales & Pellejero (pas lu les autres) ou des derniers Pratt amha.
Ca respecte totalement le personnage (presque trop), et le script est bon.

Et les fans de Vives (et pas de Corto) peuvent aussi le lire avec plaisir.

706. pm - 03/09/21 11:09
Corto Maltese, Océan noir: reprise plutôt risquée avec un Corto jeune mais quasi contemporain, l’action se passe en 2001. Le dessin est vraiment très beau et c’est un plaisir pour les yeux, les femmes de Vivès sont vraiment très belles. Rien que pour le dessin l’album vaut le coup. Pour le scénario on a un peu l’impression qu’il fallait cocher toutes les cases du cahier des charges ( Corto à la limite mais sans la dépasser, la fameuse quête du trésor qui n’aboutira pas car la quête est le plus important, apparition de Raspoutine, on croise au moins un personnage réel connu…), et que ça a été soigneusement respecté. Ce n’est pas le point le plus fort de l’album mais c’est raconté avec fluidité et légèreté et la lecture reste bien agréable.
Sans être un grand album c’est un très bel hommage.

705. froggy - 30/08/21 23:39
Michel Brazier 4, Le dernier acte

Cet album marque aussi le clap de fin pour cette mini serie qui aura un connu destin peu banal.

Michel Brazier vaincra enfin tous ses ennemis apres avoir livre les diamants a bon port. Cela ne fut pas sans mal.

Pour ceux qui ont la memoire courte, je rappelle que la serie fut creee par Jean-Michel Charlier en 1979. Il l'avait ecrite sur la base d'un de ses scenarios pour une serie televisee de 6 episodes diffusee en France pour la premiere fois en 1977. Michel Brazier parut dans Spirou et ne connut jamais de suite jusqu'a ce que les editions Fordis deciderent d'en faire realiser une. Pour des raisons inconnues, ce fut la derniere histoire originale publiee dans Spirou signee par celui qui en fut un des piliers. Le scenariste deceda prematurement en 1989 et tout semblait croire que nous ne connaitrions jamais la suite a moins que vous n'ayez vu le feuilleton, ce qui n'etait pas mon cas. J'ignore meme si il fut rediffuse ou si il existe en DVD. Il aura donc fallu attendre 42 ans pour connaitre la suite de cette histoire, cela vaut bien les 40 annees qu'il fallut vivre pour avoir enfin l'integrale des Felix de Tillieux. Ou certaines BD veulent entrer dans le Guinness pour celles qui auront mis le plus de temps a etre enfin publiees en album. Dommage pour tous ceux qui sont morts entre temps.

N'ayant pas vu la serie televisee, je ne peux pas en faire la comparaison avec la BD. C'est dommage, cela aurait ete interessant de voir comment Charlier avait fait la transition entre les deux mediums qui quoique proches, a savoir raconter une histoire en images, n'en sont pas moins tres differents, une BD est une histoire racontee case par case, alors qu'un film fonctionne par scenes et sequences rythmees par un montage. Je n'ai pas eu l'occasion de voir beaucoup de films ou feuilletons adaptes d'une serie de Charlier, je me souviens vaguement des Chevaliers du Ciel vus quand j'etais petit que je n'aimais pas trop, je trouvais cela mou du genou, au rythme lent et au montage insipide. L'autre adaptation que j'ai vue est le cataclysmique Blueberry de Jan Kounen ayant oublie d'avaler quelques champignons hallucinogenes avant de le voir. Le film ressemble autant a un Blueberry qu'un Ric Hochet de Zidrou a un Ric Hochet de Duchateau.

Charlier avait un talent fou pour ecrire des scenes d'action, certaines sont des modeles du genre, le sauvetage des enfants dans le Buck Danny, Tigres Volants, l'attaque du train dans le Blueberry, L'homme au poing d'acier pour en citer quelques une fameuses. J'ai toujours pense que cela ferait des scenes formidables au cinema si elles sont bien tournees et bien montees. Il faudrait en reduire les dialogues au maximum car ils alourdiraient ces scenes qui ne peuvent que reposer sur la puissance de ce qu'on voit a l'ecran. Le cinema ne peut reproduire en tant que tel un scenario de Charlier car il est tres bavard, mais il peut en reproduire l'efficacite si il est entre des mains competentes.

Mais qu'en est-il de l'inverse? C'est le cas ici. Christian Godard, avait adapte le deuxieme tome avec talent car l'homme a du metier, j'en avais fait part alors dans ma chronique consacree a cet album. Puis, c'est Mankho, le dessinateur choisi pour cette suite, qui a procede a l'adaptation. Il a bien sur lu le scenario original ecrit pour la serie. Mais a t-il vu la version filmee pour constater ce que cela donne a l'ecran? A t-il egalement eu acces au scenario du premier tome de la BD ecrit par le maitre himself, conjointement avec celui de la serie tele afin de voir comment Charlier avait adapte la chose, il aurait pu constater ce qu'il avait enleve, ajoute, modifie dans un but de rester aussi pres que possible de ces Diamants du president et donc de Charlier.

Le fait est qu'au vu du resultat final, Mankho n'a pas pu ou pas voulu se mettre dans les pas de Charlier avec sa facon inimitable d'agencer ses histoires. Les dialogues ne sont pas de lui ou alors, si ils sont extraits de la serie, ce n'est pas Charlier qui les avait ecrit alors. Quant a l'histoire proprement dite, elle est comme elle est et si au debut, ca bouge pas mal, le rythme ralentit ensuite puisque l'action se resume a un proces dont le prevenu est notre heros.

On ne va pas s'attarder sur le dessin parce que je n'aime pas beaucoup tirer sur les ambulances. Vous avez compris que ce n'est pas un point fort de l'album qui n'en a franchement pas beaucoup. Le heros n'est aps toujours ressemblant au fil des cases, parfois, il ressemble a un veritable abruti, qui ferait passer le yeti de Tintin au Tibet pour un genie avec un QI superieur a 140. D'une maniere generale, les noirs sont mieux nettement mieux dessines que les blancs, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. D'ailleurs, la seule femme blanche est carrement moche. Comme Brazier, elle va certainement rester celibataire mais ce ne sera pas pour les memes raisons.

Note finale, 2/5. Et je suis gentil.

704. froggy - 28/08/21 04:57
699. LienRag - 26/08/21 20:06 - (en réponse à : helmut)
Red Meat ?
Là au moins c'est souvent drôle (même s'il faut le lire à petite dose, ça sature vite).


Absolument, il faut lire cela a petite doses comme le blog de Frantico.

703. helmut perchu - 27/08/21 09:49 - (en réponse à : Lien Rag)
Oui voilà Red Meat ! C’est génial aussi ça. Je ne crois pas que ce soit sorti en recueil malheureusement.

702. LienRag - 27/08/21 07:52
L'humour trash oui, mais le trash sans humour ?



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio