Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (21)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


901. herve - 02/11/21 11:14
Ratta !

900. suzix@bdp - 02/11/21 10:07
yatta

899. marcel - 02/11/21 10:01
Je ne sais pas ou la derniere histoire a ete prepubliee, probablement dans un Tintin mais l'album ne le dit pas et je ne l'ai pas vue sur le site bdoubliees dont j'en reviens pour y etre alle me renseigner sur cette question qui me turlupine.
Elle a un titre ?...

898. froggy - 01/11/21 23:56
Michel Vaillant; Histoires courtes T1, Origines

Ce premier album de cette nouvelle collection derivee offre la possibilite aux amateurs des Vraoup, Vraoup et autres Vroom, Vroom sans compter les IIIIIiiiiiiiiii, bref, viens petite fille dans mon comics strips, de completer la serie.

Comme bon nombre de heros classiques nes dans le journal Tintin, les premieres histoires de Michel Vaillant sont des histoires courtes de 4 planches seulement. Celles ci permettaient au dessinateur debutant, ils l'etaient tous dans les annees 1950 a part les peres fondateurs du journal, Herge et Jacobs en tete, de se faire la main sur leur personnage et si celui-ci plaisait, le heros en question aurait droit a sa grande histoire a suivre. La recompense ultime serait evidemment l'album et au Lombard, ils etaient gates, ces albums etaient tous cartonnes et reunis en une prestigieuse collection au beau dos a losange, la Collection du Lombard. Mais ces histoires courtes n'y figurerent pas et n'etaient enfin colligees en albums que des annees plus tard. C'est le cas de ce recueil.

Il contient les premieres histoires qui etablirent le heros pour en faire une des vedettes les plus populaires du journal et de son temps. Plus tard, dans les annees 60 et durant encore dans les annees 70, la bande dessinee etait tres connue en France, certainement plus qu'elle ne l'est maintenant. En attendant d'atteindre ce statut de vedettariat, Michel Vaillant remporte des sa premiere histoire les 24 Heures du Mans. On notera qu'une des constantes de la serie apparait ainsi, la fameuse course d'endurance de la ville egalement celebre pour ses rillettes, (dont certains aiment gouter le fond). Je n'ai jamais fait le compte mais Jean Graton, le createur de la serie, y a tres, tres souvent emmene son heros, au moins une bonne dizaine de fois, et pour des episodes parmis les meilleurs de la serie, Concerto pour pilotes et Le fantome des 24 Heures notamment. Si vous avez deja lu cette histoire, il faut voir la maniere invraisemblable dont Vaillant remporte la course, meme encore aujourd'hui, cela prete a rire. Mais qu'importe, Graton a fixe certains elements du caractere de son heros qui ne le quitteront bien entendu plus jamais; courageux, determine et tenace. On voit aussi apparaitre les premiers membres du clan, les hommes d'abord avec le pere, Henri, et le frere aine de Michel, Jean-Pierre, puis l'oncle Benjamin que Michel sauvera de la ruine et de la misere, les femmes apparaitront plus tard, dans la premiere grande aventure a suivre, Le grand defi.

Ce sont des histoires tres classiques et Graton avait de quoi raconter car elles sont tres denses, elles sont sur 5 bandes et contiennent beaucoup de textes. Cependant, elles sont bien ecrites et montrent un talent en devenir. Qu'on aime ou qu'on n'aime pas Jean Graton, on ne peut que li reconnaitre le talent de savoir ecrire un scenario de BD. Le dessin est par contre manifestement celui d'un debutant bien que l'on devine que le format de 5 bandes est trop etroit pour lui et que le dessinateur voudrait bien elargir son univers en commencant d'abord par elargir celui de ses cases. Il y a un dessin dans la toute premiere histoire qui est involontairement drole tellement il est maladroit, c'est la case ou on voit 3 pilotes vus de dos pret a traverser la piste et sauter dans leur voiture, leur position est vraiment comique a voir. Ils ont plus l'air pataud que fin, elance et apparemment decontracte comme Graton le dessinera plus tard avec un bien meilleur resultat dans Le fantome des 24 Heures.

Ces 4 histoires sont completees par 4 autres dont une completement inedite en album jusque la puisque c'est une publicite pour des chaussures en plastique. Puis ce sont trois autres dont l'une parue dans un Tintin Selection, ce qui fait que cette histoire a ete malheureusement remontee pour qu'elle s'ajuste a un album de dimension normale, on se rappelle que ces Tintin Selection paraissaient au format poche et que les dessinateurs devaient s'adapter et concevoir leurs histoires pour ce petit format. Manifestement, tout le monde ne suit pas l'exemple de Casterman qui a publie dans le dernier volume de l'integrale de Chevalier Ardent toutes les histoires parues ainsi dans ces fameux Tintin Selection dans le format original, une initiative que l'on ne peut que louer et qui devrait etre plus suivie.

Je ne sais pas ou la derniere histoire a ete prepubliee, probablement dans un Tintin mais l'album ne le dit pas et je ne l'ai pas vue sur le site bdoubliees dont j'en reviens pour y etre alle me renseigner sur cette question qui me turlupine.

Le probleme cet album reside la d'ailleurs, l'introduction ne dit pas grand-chose et ne reprend meme pas les dessins de couverture du journal Tintin realises par Graton quand ils y parurent. Qui plus est, elles ne sont pas publiees dans un ordre strictement chronologique, la premiere histoire a lire est Bon sang ne peut mentir qui est en fait la troisieme a avoir ete publiee, la toute premiere, La 24e heure, a ete mise en deuxieme position. On se demande bien pourquoi. La bande publicitaire, qui date de 1961, est bien situee chronologiquement, les autres le sont aussi, on peut constater cela immediatement en voyant le dessin, la toute derniere n'a pu etre faite qu'apres 1974 considerant son sujet. Le probleme est qu'il en manque beaucoup entre temps dont certaines que j'ai lues dans ces Tintin Selection et non reproduites ici. J'ignore l'intention de l'editeur au sujet de ces histoires courtes, est-ce qu'ils vont toutes les publier meme dans le desordre ou bien n'en editer qu'une selection? Un deuxieme tome est annonce pour janvier prochain. Y en aura-t-il un troisieme? Suspense.

Note finale. 3/5. Si vous etes amateurs de ce genres de BD et que vous ne connaissiez pas ces histoires, je ne peux que vous recommander cet album qui vous apprendra les origines de Michel Vaillant. Par contre, je pense que tous les autres, les plus nombreux passeront leur chemin en se pincant le nez. De mon cote, j'ai trouve cet album tres sympathique et emblematique d'un temps revolu, celui des histoires dont les scenarios ne sont pas etires tels un caoutchouc meme si ils sont prevus pour seulement 4 planches.

897. LienRag - 01/11/21 16:08
"L"écharde" est extrêmement fort, le scénario est probablement le meilleur de toute la collection.
De manière intéressante, il est aussi le seul qui remet en question (par son déroulement, pas par ce qu'il dit) le discours actuel porté par Giroud "il vaut toujours mieux tout dire"...

896. pm - 01/11/21 14:28
Et, de mémoire, les. Pelllejero/Zentner ( Dieter Lumpen, le silence de Malka, Tabou…) sont de bons albums.

895. pm - 31/10/21 20:22
De Giroud ce que je préfère, et de loin, c’est Louis La Guigne, qui, pour moi, est la meilleure série Vécu, dessiné par l’excellent et regretté Dethorey.
Je n’aime pas du tout le dessin de Michel Faure que je trouve…bidon et sans intérêt.

894. Quentin - 31/10/21 18:45
L'écorché ne m'a pas plus plu que ca, et j'ai fini par revendre, avec d'autres albums du même dessinateur. Je n'ai gardé de Pellejero que ceux scénarisés par Lapière, que j'aime beaucoup (Le tour de valse, un petit peu de fumée bleue, l'impertinence d'un été). Je ne crois pas avoir gardé un seul scénario de Giroud, même si j'en ai eu jusqu'à une quinzaine à la belle époque (le décalogue + les Aire Libre).

893. herve - 31/10/21 17:09
j'ai lu "l'écharde" de Marianne Duvivier , mais je ne l'ai pas acheté.(je n'aime pas non plus son dessin)
juste emprunté en médiathèque
De cette série, je n'ai conservé que:
- l'écorché
- Samsara (sublime, en effet)
- le serpent sous la glace

892. froggy - 31/10/21 17:02
J'aime beaucoup cette collection egalement, je l'ai regulierement ecrit ici meme. L'ecorche fait partie des bons. Mon prefere est Samsara grace notamment au dessin de Michel Faure. A l'oppose, les pires sont ceux dessines par Marianne Duvivier dont je deteste le style, c'est elle qui en a realise le plus malheureusement, elle en a fait 3, et meme 4 si on rajoute le dernier titre de la collection mais celui-ci n'etait pas sur scenario de Giroud. De toutes facons, je ne l'aurais pas achete a cause d'elle, son dessin est trop laid.

891. pm - 31/10/21 16:09 - (en réponse à : Hervé)
C’est le seul titre que j’ai conservé de cette collection globalement décevante, Giroud faisant parfois un peu n’importe quoi en fin de carrière.

890. herve - 31/10/21 14:54
L'écorché #1 et #2 Pellejero,Germain & Giroud

je viens de relire cet album; profitant de ces quelques jours de congés de Toussaint, je me replonge dans ma bibliothèque pour redécouvrir des titres que je n'ai pas relu depuis leur parution, et cet opus de "Secrets" fait partie de ceux-là.
Avant tout, c'est qui m'a émerveillé à la lecture, c'est le Paris de Montmartre, et de ses beaux quartiers du début du XXème siècle, parfaitement illustré par Ruben Pellejro, qui signe là un de ses meilleurs albums, à mon avis.
Mais le scénario de Giroud et de Florent Germaine n'est pas en reste, tant il est prenant.
En nous offrant une histoire s'étalant de la fin de la commune à 1921, il nous plonge dans un drame familial complexe mais facile à suivre, dans le milieu de la peinture qui va des bas fonds de Montmartre aux galeries des grands boulevards. Je n'ai pas lâché les deux volumes avant d'en connaître l'issue, pourtant je l'avais déjà lu en 2007, mais le charme opère toujours.
Les dessins sont tout simplement somptueux, magnifiques, et l'histoire est passionnante, bref un titre phare pour cette série.
A lire ou à relire en tout cas.

note:4/5

889. pm - 29/10/21 00:06 - (en réponse à : Froggy)
Je ne pense pas que les tomes qui suivent Survol interdit soient prévus en intégrale.

888. froggy - 29/10/21 00:00
Tanguy et Laverdure, Integrale 10; Survol interdit

C'est le hasard de mes achats et de l'ordre de mes lectures qui ont fait succeder apres ma lecture des 3 tomes de l'integrale de La Patrouille des Castors celle de ce dernier tome de l'integrale des T&L ecrits par Jean-Michel Charlier. Cela sera mon dernier car il est evidemment hors de question que je fasse l'acquisition des tomes suivants, ceux ecrits par les repreneurs, tellement ils sont mediocres, si ce n'est franchement epouvantables. Je le sais, j'ai lu les 3 premiers et il faut les lire pour le croire.

Le moins que l'on puisse dire est que cet album a ete concu dans la douleur aussi bien lors de sa realisation que de son impression. Dans la douleur pour les deux dessinateurs de ce cycle de deux histoires, L'espion venu du ciel et Survol interdit, titre reutilise pour le tome de cette integrale. Apres la mort de Jije en 1980, Charlier avait confie le dessin de la serie a Patrice Serres, qui dessinera 3 albums seulement, il lachera l'eponge avec L'espion venu du ciel fatigue pour diverses raisons expliquees dans le dossier qui ouvre ce tome. Plutot que d'aller vers un dessin similaire, le scenariste prendra Alexandre Coutelis au style graphique fort eloigne de son predecesseur. Mais comme lui, il sera confronte au probleme des livraisons des pages du scenario. Il faut dire que Charlier s'etait lui-meme surcharge de travail entre ses activites televisuelles pour ses reportages, l'ecriture de ses scenarios et toujours son projet d'un supplement pour la presse ecrite rempli de BD dont les siennes bien entendu, son serpent de mer qui ne vit jamais le jour en definitive. Malgre cela, le scenariste arrivera a livrer l'integralite de son histoire.

La deuxieme chose qui survint dans les deboires associes a ce cycle est que Charlier deceda seulement un an apres la parution de la deuxieme partie de cette aventure. Puis, l'editeur. Novedi, fit faillite peu de temps apres la mort de son scenariste vedette, celui-ci avait regroupe toutes ses series en cours chez cet editeur des qu'il pu le faire. Le probleme est qu'Alexandre Coutelis se plaignit de n'avoir pas ete paye proprement pour son album et quand Dargaud reprit T&L dans son giron, il empecha toute reedition de Survol interdit au grand dam de tous ceux qui decouvrirent les oeuvres de Charlier apres son deces. Il aura fallu attendre 33 ans pour que Coutelis accepte enfin que son T&L soit reedite.

C'est de nouveau en Afrique que Charlier va emmener ses heros, le continent noir est le pre carre de la France depuis la decolonisation de 1960. T&L y sont alles souvent, le plus generalement en Afrique Occidentale car c'etait la que la colonie francaise y etait la plus grande. Cette fois-ci, par contre, ils vont aller vers la cote orientale du cote de l'Ocean Indien dans un pays imaginaire dirige par un dictateur inspire manifestement des sinistres et tristement celebres Idi Amin Dada en Ouganda et Bokassa 1er en Centrafrique. En effet, ils s'y passent des evenements bizarres et les deux heros, devenus des barbouzes malgre eux, devront y aller afin de resoudre ce mystere bien mysterieux. Nul doute qu'ils y arriveront apres moultes aventures et plans effroyablement risques qui n'ont nulle chance de reussir mais ils n'ont pas le choix. :))

Tous les amateurs du scenariste qui connaissent bien ses BD reconnaitront immediatement son inimitable patte, il savait vraiment bien y faire et meme si il pouvait parfois se montrer moins inspire vers la fin, ses histoires n'en demeurent pas moins palpitantes. C'est le cas ici bien qu'on se dise que tout se passe plutot bien pour nos heros qui auront dejoue tous les obstacles dresses sur leur chemin avec une deconcertante facilite.

Ainsi que je l'ecrivais au debut, les styles de dessin de Patrice Serres et Alexandre Coutelis sont radicalement differents. Celui de Serres ne me plaisait pas beaucoup, ses personnages sont trop semi-realistes a mon gout surtout vers la fin de son tome. Celui de Coutelis le ramenera vers plus de realisme. Il n'essaiera meme pas de faire un dessin a la Uderzo ou a la Jije, il restera fidele a lui meme et cela est tout aussi bien en definitive. Il ira meme jusqu'au point de completement changer le visage de la femme chinoise, Li-Ling, qui est l'ame damnee du dictateur. Comme pour tous les autres intervenants dans cette aventure, ce changement esthetique lui aura ete benefique. Le point commun au deux dessinateurs est leur aptitude a bien realiser leurs decors. Et comme a mon habitude, je ne peux m'empecher de regarder les voitures et je dois admettre que le cabriolet Triumph TR4 des heros vu dans la premiere partie dessinee par Serres est particulierement bien dessine. Je m'y connais nettement moins en avion, je vous le dis tout de suite. :))

Comme pour les autres albums de cette integrale, il commence par un dossier explicatif sur la genese de cette aventure avec un entretien inedit acorde par Coutelis, le tout agremente d'une iconogaphie consequente

Note finale, 4,25/5. Bien qu'un peu moins accompli que d'autres qui ont fait la legende de la serie, ce cycle reste excellent toutefois. C'est de la grande aventure tout simplement ou T&L empietent sur les plate-bandes de James Bond. Le probleme principal est le changement de dessinateur au beau milieu qui risque de desorienter les nouveaux lecteurs.

887. froggy - 28/10/21 19:10 - (en réponse à : Philippe)
Je l'avais bien ecrit que Condor etait une serie tres sympa, j'aimais beaucoup.

886. pm - 28/10/21 16:33
Avec Condor on est quand même plus proche de Corto Maltese, en moins statique et moins poétique, car l’essentiel se passe hors du bateau. Comme Corto, Condor est dépassé mais ce dernier n’a même pas de quête, il est dominé par les événements.

885. pm - 28/10/21 15:28 - (en réponse à : marcel)
Merci, tu as bien raison de me corriger.

884. suzix@bdp - 28/10/21 15:23
J'aimerais retourner en Italie voire Venise.

883. marcel - 28/10/21 15:16
Ah ouais, c'était bien Merite Maritime… Condor, j'ai du en lire un mais j'ai pas trop de souvenirs. Meme chose pour Tramp.

(Pm, je me permets juste un petit truc, parce que tu le fais souvent : "voirE Tramp", avec un E a la fin de "voire").

882. pm - 28/10/21 14:04
Condor: intégrale 1. Contient les deux premiers albums (re)dessinés par Rousseau. Je n’avais jamais lu ces histoires ( j’ai possédé les albums individuels, dont le 0, au temps de mon activité de libraire en ligne ) et j’ai trouvé les scénarii d’Autheman vraiment sympas et bien construits. BD d’aventures, espionnage, maritime, françafrique, magouilles en Amérique du sud…des ponts sont possibles avec Corto Maltese ou Mérite maritime, voir Tramp, j’en serai pour le tome 2.

881. Quentin - 27/10/21 15:24
Une vie d'huissier, de Dav Guedin chez Actes Sud. Un oncle éloigné de l'auteur se suicide. Il était huissier, et il laisse un manuscript qui raconte sa vie et qui circule dans la famille. Dav s'en saisit et en fait une BD. Il y mélange un peu de l'enfance rurale et difficile de cet oncle, beaucoup d'anecdotes et de réflexions sur son métier d'huissier, un peu sur sa vie privée (dans la franc-maconnerie, notamment) et sur les 2 cancers qui le faisaient agoniser, et un tout petit peu sur la fille de cet oncle, qui est elle aussi illustratrice, et que Dav rencontre en fin d'album.

Le tout fait un album plutôt fouilli et inégal, sans vraiment de ligne directrice. Le plus intéressant est évidemment la vie d'huissier de cet oncle, qui fait une plongée dans la misère économique, psychologique et sociale à Paris. On croise des gens qui vivent dans des montagnes d'immondices avec leurs chiens, leurs rats et leurs serpents, des gens suicidaires, des immigrés illégaux chinois très créatifs pour échapper aux contrôles, mais aussi des bourgeois friqués qui se croient au dessus des lois. On voit les tactiques des huissiers pour s'introduire chez les gens et faire l'inventaire ou confisquer leurs biens, et la violence qui s'ensuit parfois. Les dessins de Guedin sont très expressifs et sonnent comme des claques. Ca laisse des marques. Il y a aussi quelques bribes d'analyses intéressantes de la politique et de la société de l'époque. Mais les passages sur sa vie d'huissier sont dilués dans tout le reste (l'enfance, les études, la franc-maconnerie, les maladies). L'auteur hésite en un reportage, un documentaire, un témoignage, une biographie, sans vraiment choisir entre les genres. A tel point qu'on ne sait finalement pas bien si l'oncle se suicide à cause des cancers, de sono métier d'huissier, ou de sa vie ratée tout court. J'ai passé une bonne lecture et je ne regrette pas mon achat, mais le livre n'est pas aussi abouti que ce que j'avais espéré.

880. froggy - 25/10/21 00:23 - (en réponse à : Lien Rag)
Si tu as decouvert El Demonio en album, il peut paraitre plus distrayant qu'il ne l'est pour moi. Je me souviens tres bien de cette prepublication qui n'en finissait pas. Cela me fait penser que ce n'est pas la premiere fois que c'etait arrive a la serie, Le Fantome a lui aussi connu sa prepublication dans Spirou a raison d'une planche par semaine. Je ne sais pas si cela etait plus accepte en 1966 mais c'etait insupportable en 1975. Cet episode est peut-etre une des dernieres fois dans l'histoire du journal ou une aventure a ete publie au compte-gouttes. Il faudrait verifier.

879. LienRag - 24/10/21 12:46
J'avais effectivement adoré la "Bouteille à la Mer" étant gamin, et beaucoup aimé le cycle africain dont tu parles, mais j'avais bien aimé El Demonio aussi, si je me souviens bien...

Ta remarque sur les dialogues est excellente, c'est peut-être une des raisons pour lesquelles j'ai du mal à relire ces albums ?

878. froggy - 24/10/21 01:18
La Patrouille des Castors, Integrale 2, 4 et 5

Vous n'imaginez pas le plaisir que j'ai eu a relire les histoires contenues dans ces recueils. Cela m'a permis de me replonger dans des histoires hautement improbables (c'est un euphemisme. lol) ou des adolescents en culottes courtes vont chercher des savants kidnappes derriere le Rideau de Fer ou renversent purement et simplement d'effroyables dictatures. Quand je lisais cela, alors que je decouvrais la serie et que j'avais le meme age que ces boy-scouts, cela ne me derangeait pas le moins du monde parce que c'est formidablement divertissant. Aujourd'hui, avec le recul et un peu plus de maturite, je lis cela comme je deguste des friandises confectionnees par quelques uns des meilleurs faiseurs du genre.

Je vais m'attarder plus sur quelques unes de ces aventures, celles que j'estime meilleures que les autres. Dans le tome 2, c'est la 5eme aventure de la serie qui recueille mes suffrages, La bouteille a la mer qui date de 1957. Nous sommes en pleine guerre froide et les Castors ne vont rien faire d'autres durant leurs vacances que d'aller delivrer 3 savants qui ont ete enleves par une puissance etrangere. Jean Valhardi avait vecu la meme chose dans le diptyque, Le rayon super-gamma/La machine a conquerir le monde, toujours ecrit par Charlier, mais lui c'est un adulte, ce qui rend l'histoire beaucoup plus plausible, ne trouvez-vous pas? C'est dans cette aventure que Charlier a mis une de ses plus grosses ficelles afin de boucler son histoire. Je l'ai ecrit souvent a son sujet lors d'une de mes chroniques de lecture, Charleir ecrivant ses histoires a coup de 10 ou 15 planches a la fois, (dans le meilleur des cas). Quand il bloquait sur quelque chose, il arretait, passait a un autre scenario d'une de ses autres series en cours d'ecriture, et ainsi de suite jusqu'a ce que son dessinateur l'appelle pour lui dire qu'il avait fini et qu'il attendait la suite, les retards de Charlier etaient legendaires dans la profession. je ne veux pas divulgacher ce ressort scenaristique que l'ecrivain a utilise, disons, tout simplement, que cela etait passe comme une lettre a la poste quand j'avais lu cela la premiere fois, et que maintenant cela me fait largement sourire. Les autres histoires de ce volume sont plus communes, ils decouvrent une tres riche mine d'or au fin fond de l'Afrique sauvant ainsi une tribu indigene de grands desastres, Le secret des Monts Tabou; ils retrouvent un tresor archeologique gaulois d'une valeur inestimable, Le trophee de Rochecombe et finalement dans Le hameau englouti, ils retablissent la verite au sujet d'un innocent injustement accuse d'un crime qu'il n'a pas commis et confondent le veritable assassin, du tout venant quoi!

Le tome 4 comprend deux diptyques realises entre 1964 et 1967, il s'agit de La couronne cachee/Le Chaudron du Diable et de L'autobus hante/Le Fantome. J'ai toujours enormement aime le premier bien que cela soit le plus invraisemblable de la serie. En effet, c'est dans celui-ci que nos boy-scouts renversent une dictature etablie apres la 2eme Guerre Mondiale dans un etat au nom fictif, la Braslavie, invente pour la circonstance par le scenariste, mais qui ne laisse aucun doute sur le fait que c'est une dictature communiste situee derriere le Rideau de Fer. Apres avoir brave mille dangers et risque leurs vies a chaque coin de rue, ils retabliront ainsi la monarchie destituee qui ne pourra qu'etre eclairee et democratique, le nouveau roi ayant grandi a l'abri en France, il a donc eu contact avec les Lumieres. Ainsi que je l'ecrivais plus haut, le pitch est tellement siderant qu'on peut en rire mais ne peut-on avoir la meme reaction de celui de l'adolescent newyorkais qui pique par une araignee radioactive voit ses capacites physiques surdeveloppees et tissent des toiles un peu partout dans la ville avec un costume cachant son visage? Les heros de BD ont ceci qu'ils nous font vivre d'extraordinaires aventures par procuration, survivant mille morts, defaisant complots et sombres machinations ourdies par des mechants plus epouvantables les uns que les autres. Lisant cela le soir au fond d'un lit bien douillet ou cale dans son plus confortable fauteuil, on le sait tres bien, on n'y croit pas une seconde mais on continue a etre emporte par ce maelstrom d'evenements et de retournements de situations pour notre plus grand bonheur. Le mien en tout cas.

Le deuxieme diptyque de cet album est interessant car il revele incidemment que Charlier etait etourdi et commettait inconsciemment des erreurs tellement il etait surcharge de travail. Dans un de ses entretiens, celui donne aux Cahiers de la Bande Dessinee 37, il disait qu'il ne se relisait jamais, allant toujours de l'avant. Si on lit cette aventure d'une traite, cela passe mais quand on se met a la relire, on ne peut que mettre a tiquer sur pas mal de points. Tout d'abord, les titres de chacune de ces histoires auraient du etre intervertis; le premier tome aurait du s'appeler Le Fantome et le deuxieme L'autobus hante, c'est evident quand on les lit. Le deuxieme detail qui achoppe pas mal est lorsque le Fantome raconte aux Castors comment il a concu son plan, cela ne tient pas du tout quand on considere le temps qu'il lui aurait fallu pour tout preparer et celui que Charlier lui a donne, c'est impossible humainement. Vous le constaterez par vous meme quand vous lirez ou relirez cette histoire.

Le tome 5 est aussi constitue de deux diptyques, Le pays de la mort/Les demons de la nuit et Vingt milliards sous la terre/El Demonio. Je considere le premier comme la meilleure aventure de toute la serie et un des meilleurs scenarios jamais ecrits par Charlier tout simplement ainsi que je l'ecris a chaque fois que l'occasion se presente. Dans cette histoire, l'ecrivain a combine deux evenements importants de l'histoire de la deuxieme moitie du XXe Siecle, la guerre de secession du Biafra au Nigeria qui eut lieu entre 1967 et 1970 et l'utilisation par l'armee americaine de defoliants durant la guerre du Vietnam, notamment le tristement celebre agent orange. Ce diptyque a ete realise en 1971 et 1972, c'est a dire que Charlier l'a ecrit alors que ces evenements etaient en plein coeur de l'actualite mondiale. On peut constater que les sources d'inspiration du scenariste sont aussi notables que celles utilisees par Herge pour son premier chef d'oeuvre, Le Lotus Bleu, et bien loin des considerations quotidiennes des lecteurs de Spirou, journal dans lequel la serie paraissait alors. Tel le slogan publicitaire des romans d'espionnage SAS ecrits par Gerard de Villiers, dans ce diptyque, l'actualite palpite a toutes les pages. Cette histoire est egalement notable car les noirs ne sont pas tous reduits a des incultes tous petris de superstitions diverses et tout simplement utiles au role de porteurs pour une expedition dans la jungle corveables et sacrifiables a merci ainsi que le scenariste les avaient decrits dans ses series africaines, Tiger Joe et Simba Lee. Bien sur, les populations vivant dans des coins reculees aux confins du Moanda, nom du pays fictif imagine par Charlier, continuent a avoir ses superstitions mais aides par les castors, les autres noirs qui ont recu une education superieure, dejoueront leur craintes en revelant les manigances des mauvais qui utilisent ces superstitions pour terroriser les populations.

En melant habilement tout cela, Charlier nous a livre la un de ses plus brillants scenarios, digne du diptyque de Tanguy & Laverdure, Les Vampires attaquent la nuit/La terreur vient du ciel et de la grande aventure de Blueberry qui commence avec Chihuahua Pearl, c'est vous dire a quel point j'estime cette aventure. Je m'ecarte de mon sujet pour rappeler que contrairement a l'opinion bien repandue, je n'aime pas le diptyque de Blueberry, Les Monts de la Superstition. L'action ne s'arrete jamais, les evenements se deroulent sans temps mort, c'est de la superbe bande dessinee. Qui plus est, je trouve que c'est dans le deuxieme tome, Les demons de la nuit que le dessin de Mitacq y est a son meilleur pour toute la serie. Nous y voyons la plenitude de son talent. La serie avait ete interrompue pendant 4 ans pour diverses raisons liees au scenariste, le moins que l'on puisse dire est que ce retour a ete un veritable feu d'artifice qu'on peut encore apprecier de nos jours.

Le diptyque suivant ne peut qu'etre un peu plus fade compare a celui-la, encore qu'etre plus fade chez Charlier ne veut pas dire que sa cuisine sera mauvaise. Loin des evenements historiques qui ont ete les referents du cycle precedent, les auteurs emmenent les Castors faire de la speleologie dans les Pyrenees francaises pas loin de la frontiere espagnole. Cela se passe en ete bien sur, cela veut dire que les iberes ne sont pas encore rudes. (Merci a Rene G. pour un de mes jeux de mots preferes dans Asterix). Le scenariste reprend un des elements de l'intrigue du Trophee de Rochecombe, le pauvre here errant avec un chien famelique, qui sympathisera avec Mouche, le plus jeune membre de la patrouille, a qui evidemment personne ne lui ferait du mal, et surtout pas Norman Bates. Loin de l'inspiration du cycle precedent, je trouve l'intrigue de celui-ci poussive et surtout, les Castors, Poulain en tete bien entendu car c'est le chef de la bande, s'averent bien stupides et credules. Par exemple, on sait immediatement a quoi s'en tenir avec le personnage de Poussier. Apres avoir vecu tant d'aventures et rencontre tant de malfrats et espions divers, ils devraient se mefier quand ils rencontrent des hommes aux allures de truands surtout dasn un paysage aussi desert qu'une montagne. J'ai toujours considere le deuxieme tome de ce cycle appartenant a la categorie peu glorieuse de ce que j'appelle les sceanrios laborieux de Jean-Michel Charlier. On sent qu'il a du mal a tenir la distance sur 44 pages pour son intrigue qui pourrait etre resolue plus vite si l'aventure avait ete concue pour une histoire de 60 planches ou meme 30. Ils sont rares fort heureusement, je range dans cette categorie les deuxiemes parties des Marc Dacier suivants, Au-dela du Pacifique et L'or du "Vent d'est", le Buck Danny, Les voleurs de satellites et ce Castor donc. Il faut dire que cet album fut tres long a realiser puisqu'il est paru dans Spirou a raison d'une planche par semaine en 1975, et l'histoire fait 49 planches! Inutile de vous dire que lorsque je l'ai lu ainsi, j'avais completement oublie le debut quand j'ai lu la derniere planche 35 semaines tard. Le dossier ouvrant ce tome dit qu'il y avait eu des courriers incendiaires entre Thierry Martens, le redacteur en chef du journal alors et le scenariste au sujet de cette lenteur. Cela a au moins permis a MiTacq de peaufiner son dessin et de nous delivrer quelques belles planches des grottes souterraines dans lesquelles l'action se deroule.

L'humour dans la serie est reduit au personnage de Tapir qui tel ses infortunes confreres des autres series de Charlier, Ernest Laverdure et Sonny Tuckson, est la victime de gags dignes de Laurel et Hardy, c'est lui qui se prend coups et horions divers ou est la victime de blagues et autres canulars montes par ses amis. On reconnaitra que cela ne vole pas bien haut mais l'ecrivain le reconnaissait lui-meme, il ne pratiquait qu'un humour "tarte a la creme", loin de celui plus raffine que son ami Goscinny pratiquait a merveille. C'est dommage parce que bien que j'ai lu souvent ces albums, des que l'un des Castors demande s'il y a quelqu'un et qu'un autre lui repond, "Non , pas un chat!", je m'attends toujours a ce que celui qui porte ce totem dans la patrouille reponde, " Mais si, je suis la!". Que d'occasions manquees pour le scenariste!

On remarquera aussi que Poulain, le chef de la patrouille, s'exprime comme Buck Danny le fait vis a vis de ses subordonnes, en donnant des ordres qui ne tolereraient pas la moindre discussion. Et aucun des 4 autres d'y trouver a redire. Etonnant, non? Cela demontre que l'ecrivain avait du mal a faire dialoguer ses jeunes heros, ils parlent comme des adultes et non comme des adolescents.

Chacun de ces tomes debute par un dossier expliquant la genese de ces aventures. Ils sont ecrits par Patrick Gaumer et ont une riche iconographie, notamment dans le tome 2, la fameuse charte des auteurs signee par les plus grands noms de la profession d'alors. Cette charte est un evenement tres important dans le FB car une des ses consequences ultimes fut la creation du journal Pilote par 3 de ses signataires, Goscinny, Uderzo et Charlier, le reste appartenant a l'Histoire. Je n'avais jamais vu la reproduction de ce document dont l'original est dans la possession de la famille Charlier. C'est un document historique assurement. D'une maniere generale, les illustrations consistent en des dessins inedits et interessants tels que les essais et maquettes des couvertures des albums realises par MiTacq ou des crayonnes quand le dessinateur creait graphiquement ses personnages.

Note finale;4,5/5. Ca c'est pour l'ensemble car le cycle africain merite largement la note maximale, 5/5. C'est de l'aventure a l'ancienne evidemment, mais qu'est-ce que c'est bon a lire, une veritable fontaine de jouvence qui vous sourit.

877. herve - 23/10/21 23:46 - (en réponse à : Pm)
Lu sur le site d'en face:13 000

876. pm - 23/10/21 22:18 - (en réponse à : Torpedo)
Connait-on le tirage de ce TL ? Pour la 1 ère fois ce n’est pas indiqué à l’intérieur.

875. torpedo31200 - 23/10/21 20:45 - (en réponse à : pm- post # 874)
Vérifié, la grande majorité des librairies ne l' ont plus en dispo (mais beaucoup sont réservés).
Environ 15 % des librairies référencées sur LibrairiesIndépenantes (+1200) en avaient encore samedi matin.

874. pm - 23/10/21 14:24 - (en réponse à : Torpedo)
Epuisé chez l’éditeur peut-être mais il y en avait des piles un peu partout hier.
Il faut savoir sue ces TL ont un tirage beaucoup plus important lorsqu’il s’agit d’une nouveauté, par rapport aux chefs d’oeuvres de la grande époque, ce que j’ai toujours trouvé étrange puisqu’il s’agit clairement de tirages pour collectionneurs et amateurs plus pointus.

873. herve - 23/10/21 13:02 - (en réponse à : Torpedo )
Je suis content de l'avoir pris dès sa sortie.

872. torpedo31200 - 23/10/21 12:38 - (en réponse à : herve - post #848)
Pour info, le TL du dernier Astérix est déjà épuisé, 36 heures après parution.
Je crois que c' est la première fois que ça arrive à Ferri et Conrad...

871. herve - 23/10/21 12:03
Beaucoup aimé aussi le dernier Asterix, contrairement au Figaro qui a titré "voyage au bout de l'ennui " à propos de cet album.

870. pm - 23/10/21 11:44
Et il ne faut pas prendre l’Helvétie pour des gens ternes…

869. pm - 23/10/21 11:27
Franchement pas mal cet Asterix et le griffon, d’assez loin le meilleur du duo Conrad/Ferri. Bon rythme, parfois franchement drôle, dessin excellent, on se rapproche de la grande époque.

868. pm - 22/10/21 14:59 - (en réponse à : marcel)
Désolé, mais c’est pas de ma faute, c’est celle de Davodeau !…

867. pm - 22/10/21 14:58
Il faut savoir qu’à part peut-être Jadot, et ce n’est même pas sûr, on a en France le parti écologiste le plus cinglé d’Europe. Voter green en Allemagne me parait tout à fait raisonnable. En France, dès qu’il y en a un qui veut tenir compte du réel et être concret, il se fait lourder. Il faut quand même savoir que ce parti avait choisi pour la candidature à la présidence de la République une juriste plutôt extrémiste, ne semblant pas experte en écologie et parlant le français avec un fort accent norvégien ( proche de l’accent allemand, ce qui rappelait aux français agés de mauvais souvenirs), Eva Joly, plutôt qu’un type ultra connu comme Nicolas Hulot. Faire 2% ne les inquiète pas, du moment qu’ils se sentent droit dans leurs bottes. Ils ont failli refaire le coup avec Sandrine Rousseau, complètement extrémiste, Jadot est quand même passé ric rac. Peut-être le signe qu’ils en ont marre d’être ridicules.
Et Jadot a un boulevard devant lui s’il arrive à mener une bonne campagne. Il doit bouffer assez rapidement Hidalgo et Montebourg, ensuite il faudra fragiliser Mélenchon, et à partir du moment où sa candidature à la présidence de la deviendrait vraiment crédible, la gauche modérée qui est passée chez Macron pourrait venir à lui pour qu’il atteigne le second tour.
Inutile de dire que pour le moment, probablement cadenassé par l’appareil du parti, il n’en prend pas du tout le chemin.

866. marcel - 22/10/21 14:40
T'es fier de toi, pm ?... T'as ramene les discussions du sujet politique ici. Merci bien, hein.

Sinon, mon Astérix prefere de la reprise etant le dernier, La fille de Vercingétorix, et celui-ci ayant des bons retours assez unanimes, je pense le prendre. J'avais zappe Le menhir d'or.

865. suzix@bdp - 22/10/21 14:08
Je n'ai pas peur du changement. Je me démerderai toujours. Je crois que ce sont les écologistes qui ont peur de l'avenir. Pour te parler franchement, si Jadot peut gagner (ce qui est très loin d'être le cas), je suis capable de voter EELV aux présidentielles juste par curiosité. Juste pour voir le truc que ça va donner. En tout cas s'ils sont comme les maires de Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Grenoble, ça va être pop-corn pendant 5 ans. Même plus besoin d'acheter des films pour se distraire.

864. Quentin - 22/10/21 13:36
L'idée de base de l'écologie politique, c'est qu'il faut faire les choses autrement. L'écologie politique veut questionner et ouvrir toutes les portes qui ont été cadenassées depuis des décennies. Le danger est de changer les choses qui marchent bien ou de perdre du temps en discutant de détails qui ne font pas une grande différence. Mais si tu pars du principe qu'il ne faut surtout rien changer à rien de rien, alors je comprends que cela te fasse peur.

863. suzix@bdp - 22/10/21 13:27
Je te montre la direction et tu regardes le doigt.

862. Quentin - 22/10/21 13:24 - (en réponse à : Suzix)
Il faut distinguer l'écologie politique des gens qui la portent. Des politiciens qui ont une idée à la con par jour, on en trouve dans tous les partis. Mais je ne vois pas bien en quoi ne pas avoir le tour de France à Lyon ou un sapin de Noël de 17m à Bordeaux empiète sur tes libertés (ni même sur celles des Lyonnais et Bordelais).


861. suzix@bdp - 22/10/21 13:01 - (en réponse à : quentin)
Un petit lien qui résume bien la problématique. ... j'imagine même pas de ce qu'ils pensent des français qui partent en vacances en Vendée en utilisant leur vieille diesel et pire en tractant une caravane, de ceux qui aiment manger leur viande saignante, des bananes ou pire des avocats! Au bagne.

860. Quentin - 22/10/21 12:44 - (en réponse à : Suzix)
La liberté plutôt que l'écologie, ca ne veut rien dire.

Toute vie en société impose des règles et donc des limites à la liberté. Si ces limites ne sont pas décidées collectivement, elles sont imposées individuellement (la liberté de ton voisin empiète sur la tienne). La question, c'est quelles libertés, et dans quel cadre/limites. En ce qui me concerne, je suis attiré par un cadre ou des limites définies par l'écologie. Ca me semble être une question de bon sens, si pas pour moi, pour mes enfants et petits enfants.

859. suzix@bdp - 22/10/21 12:19
856. Quentin - 22/10/21 11:45 - (en réponse à : Suzix)
C'est très bien en effet. Mais alors, quelles sont ces "libertés individuelles" que tu as peur de perdre si EELV arrive au pouvoir? C'est quoi qui te fait si peur?


A l'écologie, je préfère la liberté. L'écologie punitive façon pastèque (je crois que c'est Bert qui m'avait expliqué le terme (;o) me fait aussi peur que l'extrême gauche. On voit le pire de l'être humain quand il est certain d'agir pour le bien de l'Humain, ce qui lui permet d'écraser l'humain.

858. suzix@bdp - 22/10/21 12:14 - (en réponse à : pm)
Les populations peuvent changer vite. En 25/30 ans, les modes de vie évoluent. Les jeunes semblent encore plus sensibles que nous avec les contradictions de leur génération. Ils mangent végane, recyclent (ou tentent), veulent consommer local (comme nos grand-parents en somme, ils n'ont rien inventé) mais postent tout sur Instagram, se font livrer en 24h et utilisent deliveroo et uber eat alors qu'ils peuvent aller chercher ça à pied ...
Et on est maintenant clairement dans la transition. Possible même que les écolos soient dépassés par les politiques qui vont être mises en place comme le FN est dépassé par Zemmour si je peux me permettre une comparaison aussi fouarreuse. On va essayer d'oublier la course aux étoiles des milliardaires pour voir le positif des développements de la science actuelle. Pour ce qui est des occidentaux et des pays évolués, je pense qu'on peut réduire cela assez vite même si le gros point noir ce sont les USA. Par contre, oui les populations des pays du tiers-monde et les pays émergents (Chine, Inde) veulent une vie meilleure et cela va commencer par consommer "sale" exactement comme nous l'avons fait depuis 70 ans. Et eux sont bien plus nombreux donc les européens pourront bien restreindre tout ce qu'on veut, s'ils sont à l'initiative du problème, n'ont plus les moyens de le contrôler eux-mêmes.

857. pm - 22/10/21 11:46
Ça y est, après suzix qui veut refaire les films, Quentin veut refaire les BDs…
En parcourant 800 kms à pieds, l’empreinte carbone de Davodeau est resté raisonnable. Non, ce qui m’a surpris c’est qu’il se soit retrouvé en pleine canicule de la fin juin 2019, et qu’il n’ait pas évoqué l’urgence climatique, qui, à court et moyen terme, est contradictoire avec son abandon du nucléaire.
Personnellement, pessimiste de base, je pense qu’il est déjà trop tard. On pourra aménager à la marge les effets du réchauffement climatique mais on ne pourra pas revenir de nous même à une empreinte carbone compatible avec la planète. On est d'ailleurs probablement déjà dans la gestion du changement climatique dont il va falloir s’occuper beaucoup plus sérieusement.
Je ne crois pas du tout que les occidentaux soient capables d’une modification radicale de leur mode de vie, surtout que l’urgence exclue d’y aller en douceur, ni que les pays émergents qui rêvent de notre mode de vie y renoncent.
Nous sommes beaucoup trop nombreux sur Terre pour une humanité ayant un tel degré d’évolution, la planète se régulera d’une façon pu d’une autre. Pour moi, le covid n’en est que le prémisse.
Je sais, c’est insupportable de se dire qu’il faut baisser la population mondiale de deux ou trois milliards d’individus, mais je ne vois pas vraiment d’autres solutions.
Mon constat n’est pas une capitulation en rase campagne, tout effort permettra de limiter les conséquences des modifications climatiques, même un tout petit peu c’est déjà ça de gagné. Je pense juste qu’on est allé trop loin pour inverser complètement la tendance.

856. Quentin - 22/10/21 11:45 - (en réponse à : Suzix)
C'est très bien en effet. Mais alors, quelles sont ces "libertés individuelles" que tu as peur de perdre si EELV arrive au pouvoir? C'est quoi qui te fait si peur?

855. suzix@bdp - 22/10/21 11:14 - (en réponse à : quentin)
Tu penses les gens trop binaires. C'est le problème de nos politiques dont EELV et apparemment c'est le tien. On pourrait calculer ce que je consomme comparé à plein de monde, en France hein, on va pas comparer à d'autres continents comme l'Amérique du nord où on prend un avion comme un velib ou à l'Afrique où des centaines de millions de personnes vivent avec uniquement ce qui est produit dans leur environnement.
Pour mes loisirs, en 47 ans, j'ai fait seulement 4 voyages en avion pour 10 vols en tout. J'en connais qui font cela chaque année. Je travaille à 10 km de chez moi. Je pars très rarement en week-end, j'achète des fringues (le textile est l'industrie la plus polluante au monde) uniquement quand mes anciens ne sont plus convenables, jamais juste pour le plaisir et on remet les anciens à des assoc'. J'achète d'occas' (sauf mes BD) dès que je peux et je remets dans le circuit le maximum de ce dont je n'ai plus besoin (livres, BD, jouets et fringues des enfants, meubles ...). J'ai un jardin et j'ai planté des arbres fruitiers. J'ai le même VTT depuis 10 ans (mes potes me disent d'en changer) et certains de mes fringues de sports (et autre) ont parfois plus de 10 ou 15 ans. Reste que j'ai une grosse bagnole mais je ne fais que 20 bornes par jour la plupart du temps et promis je passe au tout électrique dès que c'est compatible avec mon usage. Voilà tu sais tout. Donc oui je veux bien comparer mon impact écologique avec bcp de français de la classe moyenne, tu peux m'envoyer le commissaire EELV chargé de l'évaluation des bons citoyens.

854. Quentin - 22/10/21 10:44
Merci pour ton compte rendu pm; je n'achéterai pas le bouquin de Davodeau. Il aurait mieux fait de suivre des gens qui vivent au quotidien pour réduire au minimum leur empreinte carbonne. Il y en a plein qui proposent de réels modèles alternatifs et durables. C'était sa formule gagnante dans rural et dans les ignorants: le dialogue et l'enrichissement réciproque avec l'autre au lieu de regarder son nombril. Dommange qu'il soit passé à côté de cette opportunité.

Et merci Thierry, j'achèterai à coup sûr le bouquin de Blain et Jancovici.

Suzix: la liberté individuelle de polluer et d'empoisonner son voisin, tu peux l'oublier. Ca appartient au 20e siècle et c'est dépassé. De ce point de vue là, l'écologie politique ne fait qu'enfoncer le clou. Ca te fait bien chier, mais tu es un dinosaure voué à disparaître. Laisse la place aux jeunes ;-)

Il n'y a aucune solution magique et parfaite pour vivre durablement. L'énergie fossile est à bannir le plus vite possible, le solaire pollue, l'éolien fait du bruit et dérange les poissons et les oiseaux, les barrages hydrauliques déplacent des millions de gens et sont une catastrophe environnementale, le nucléaire pose un risque effroyable et est une aberration dans le long terme, le biofuel est une aberration sociale (on brûle de la nourriture) et ne suffit de toute facon pas, comme le biogaz. Reste l'hypothétique fusion nucléaire, mais on n'y est pas encore. Ce qui me dérange le plus avec les écolos, c'est que d'un côté ils veulent une source d'énergie durable et neutre en carbonne, mais que de l'autre côté ils sont vent debout contre l'éolien ou toute autre alternative aux énergie fossiles. Je lisais encore le sommaire de la revue XXI ce matin: Les Zapothèques "luttent contre des entreprises internationales, comme EDF, qui ont investi l'isthme de Tehuantepec pour produire de l'énergie dite « propre ». Ils subissent le vacarme des pales et sont bien décidés à bloquer le projet français en poursuivant l'entreprise devant un tribunal parisien, en invoquant la loi sur le devoir de vigilance".

On peut très bien produire assez d'énergie renouvelable non nucléaire pour satisfaire tous nos besoins actuels, et même futurs. Mais ca veut dire couvrir tout le territoire d'éolien et utiliser tous les déchets de biomasse pour faire du biofuel ou du biogaz. Vu l'opposition présente à l'éolien, c'est peu réaliste. Une des solutions dont personne n'ose parler, parce que les gens comnme Suzix refusent d'en entendre parler, c'est qu'il faudra bien un jour changer notre manière de vivre et de consommer (ce qui nous renvoie à la BD que Davodeau aurait dû faire).

853. torpedo31200 - 22/10/21 10:31 - (en réponse à : thierry - post # 852)
Un monde sn=ans fin sort la semaine prochaine, si il n' est pas repoussé une quatrième fois.

852. thierry - 22/10/21 09:53
en tout cas, ce sera amusant de comparer les points de vue de Davodeau avec ceux exprimés dans "le monde sans fin" de Blain et Jancovici. Même si ce livre se pare d'une certaine légitimité de par les compétences de Jancovici en la matière, il est difficile d'ignorer que ce dernier est financé par pas mal de sociétés qui forment un sacré lobby pro-nucléaire. En tout cas, il est intéressant, sait dérouler un argumentaire solide et Blain est un excellent illustrateur



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio