Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (21)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


1001. marcel - 30/11/21 10:47
Ben ratta alors.

1000. Danyel - 30/11/21 10:46
Qui se propose pour le yatta ?

999. suzix@bdp - 30/11/21 10:44 - (en réponse à : helmut)
toi le chouchou, basta! (;o)

998. helmut perchu - 30/11/21 10:42
Très bon.

997. pm - 30/11/21 09:57
Un poil de cul d’Edika encadré, c’est la graal !Direct au manoir.
Je t’ai trouvé très soft avec VH.

996. marcel - 30/11/21 09:50
j’en suis a l’annee 1948 de Fripounet et Marisette
N'importe quoi, j'en suis au debut de l'annee 1980 de 2000AD.

T'es con. J'ai ri.

995. suzix@bdp - 30/11/21 09:12
jusqu'aux accents de froggy! c'est fort même s'il te manque son expression favorite de "film prefere" !
Je ne sais pas qui s'en tire le mieux !
Putain l'intégrale d'Ingmar Bergman !! ... j'y cours.

994. Danyel - 30/11/21 08:50 - (en réponse à : Dernière salve)

Nexus, tenancier du site d’en face qui ne lâche pas l’affaire
Et je bannirais Torpedo à vie.

993. Danyel - 30/11/21 08:22 - (en réponse à : Enquiquineur de mouches Ier.)
Kouroï avec un I tréma, s'il te plaît.
L'emploi du mot au pluriel est facultatif.

992. Murakami - 30/11/21 08:13
Excellent !
Et miam ! C'est vrai que j'aime le maroilles ! ;-)

991. heijingling - 30/11/21 07:58 - (en réponse à : Kouroi, camarade...)
Le vieux monde est autant derrière moi que derrière toi, mais je me souviens du pluriel de ces Jeunes géant de marbre, car j'aime toujours ces Jeunes colossaux.

990. Danyel - 30/11/21 07:44
Serviteur. :-)

989. froggy - 30/11/21 05:09 - (en réponse à : Danyel)
Excellent! J'adore. Tu m'as bien fait rire.

988. Danyel - 30/11/21 03:12 - (en réponse à : Comment se faire des ennemis.)

Anthologie Edika, volume 4
J’avais prévu de poster une analyse post structuraliste de ce nouveau volume dans une perspective foucaldo-deleuzienne basée sur une déconstruction s’attaquant en première instance à la reliure avec les dents.
Je terminais l’exposé en tentant d’établir un pont vers une approche plus gramscienne d’où il ressortait je ne sais plus quoi.
En tout cas, le texte avait reçu l’imprimatur nihil obstat et la bénédiction urbi et orbi de sa Sainteté Benoît Peeters.
Or, quelques jours avant de le publier ici même, je me suis aperçu que je l’avais entièrement effacé par suite d’une erreur de manipulation.
J’ai donc demandé à quelques intervenants réguliers, figures incontournables de ce forum, qui telles des colonnes corinthiennes, soutiennent de leurs bras de kouros bronzés l’architrave de ce site antique aux splendides acrotères, de bien vouloir écrire la chronique à ma place.
Je vous livre les réponses telles que je les ai reçues.

torpedo (en réponse à Danyel - mail # 347612 du 30/12/2021, 13:58 GMT, Lat. 35° 41' 22. 153? N - Long. 139° 41' 30. 142? E - c’est à quelle heure qu’on mange ?)
J’ai autre chose à faire. Je suis en train de travailler les titres pour les fêtes.
Et puis je suis déjà pion bénévole dans cette cour d’école, alors je ne vais pas en plus écrire des chroniques pour cette bande d’abrutis.
Demande à Victor Hugo

Victor Hugo
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Et je te pisserai à la raie plus longtemps.
Demande à Marcel, ducon.

marcel
(Vi, mais mais non. Desole Danyel, je ne peux pas t’aider, j’en suis a l’annee 1948 de Fripounet et Marisette que je dois imperativement finir avant demain, jour de promenade des Anglais.)
(Demande à Glingling)

heijingling
Edika est considéré en Chine comme une menace pour la sécurité intérieure du pays. Je n’ai pas envie de me retrouver dans un laogai à casser des cailloux par ta faute. De toute façon, on ne lit pas Edika sur Bulledair.
Demande à Suzix.

suzix
Mouuuaaaaaaaaahhhh ! Nan mais sérieux, depuis qu’Edika a dit que Macron c’était caca prout menstrues, j’ai revendu tous mes albums. J’en ai tiré un bon prix, j’ai même gratté 1,27 € de bénef que j’ai réinvesti aussitôt dans l’intégrale des films d’Ingmar Bergman proposée en solde. Je les regarderai quand je serai grand.
En attendant, je laisse traîner négligemment le coffret bien en vue sur une chaise de jardin chaque fois que j’invite mon N+1 à un barbeuk.
Sur ce coup-là, on peut dire que je n’ai pas foiré (ah tiens ! c’est la première fois que j’écris ce mot correctement).
La culture, c’est fait pour être étalé. Lol.
Demande à Pierrecedric

pierrecedric
C’est combien le cours du dong en ce moment ? Parce que j’ai ma chaussure qui est coincée dans mon orteil et une roue à plat dont la chambre à air dégorge des spaghettis carbonara. Et en plus Nemo ne vient plus ici.
Demande à Danyel.

Danyel
Désolé, mais depuis que j’ai adhéré à la section jeunesse du Parti Communiste Maoïste, je ne fréquente plus ce nid de vipères révisionnistes de droite. C’est interdit par le Comité Central.
Cela reste entre nous, mais je dois en plus subir la pression des commissaires du peuple qui me poussent à dénoncer Heijingling par la faute de qui je risque de me retrouver dans un laogai à casser des cailloux.
Demande à pm

pm
J’ai tout Edika en EO dédicacées à l’abri dans un coffre de mon manoir en Auvergne où je ne me rends que deux fois par an en jet privé. J’ai aussi un poil de l’un de ses pinceaux, mais comme il est tout entortillé, je me demande s’il s’agit bien d’un poil de pinceau. Je l’ai encadré sous un verre antireflet en attendant de le vendre aux enchères chez Maghen.
Demande à Odrade.

Odrade
Depuis que je me suis reconvertie dans les chiens chiens à sa mémère façon Studio Harcourt, je n’ai plus une minute à moi. Alors je passe mon tour.
Demande à Murakami.
O.

murakami
Intégrale format géant Placid et Muzo poche, par Nicolaou, exemplaire collector avec jaquette en peau de renard (Editions Joseph Staline).
Je ne peux pas t’aider, je prépare un nouvel épisode de ma série « Déboîtage » consacré cette fois à un historique des cartons d’emballages d’Amazon, de BDNet et de pm. Je déplore l’absence systématique de bonus. C’est important les bonus, sinon pourquoi acheter une BD ?
Fac-similé des dix premiers numéros de Tartine, tome 1, par Gulio Chierchini, tirage limité avec tranche de maroilles emballée sous vide pour les premiers souscripteurs (Edition du Parmesan).
Demande à Cubik.

cubik
Je suis mort.
Demande à quelqu’un du site d’en face.

Nexus, tenancier du site d’en face
Jamais ! Tu m’entends, jamais je n’écrirai sur ce site de merde. D’ailleurs si j’étais le tôlier ici, je supprimerais tous ces posts.
Demande à Froggy.

froggy
J’aurais volontiers ecrit ta chronique tres cher Danyel, mais je suis actuellement en train d’en preparer une pour le bicentenaire de la mort de James Walter Thompson qui aurait eu 345 ans aujourd’hui.
On ne presente plus (mon expression preferee) ce celebre cuistot des plateaux de tournage. Tu noteras mon truc de journaliste prefere pour ne pas repeter un nom : je le remplace par la fonction du gars et j’en profite pour glisser une info supplementaire). Mais je vais quand meme presenter JWT car il a beaucoup compte dans mon parcours de cinephile.
[…]
Il a en effet travaille avec les plus grands, d’Alfred Hitchcock a Max Pecas, de Stanley Kubrick a Jean Rollin, sans oublier Edouard Molinaro qu’on ne presente plus.
Vous l’aurez devine Pousse-toi de la que j’la mette et Je l’ai sur le bout de la langue (j’adore mettre les titres en italiques) que je tiens personnellement pour deux chefs-d’œuvre ont enormement contribue a batir sa reputation dans le milieu de la haute cuisine, des studios de la Victorine a ceux de Los Angeles. […]
C’est alors qu’il etait occupe a rechauffer des lentilles sur son piano, lors du tournage de Y’a encore de la place ?, qui devait devenir son dernier opus (mon mot prefere), qu’il fut convoque par le metteur en scene […] afin de jouer la doublure lumiere sur le plateau. […]
S’étant place trop pres d’un projo de 3 kilos dépourvu de gelatine, sa toque prit feu et lui avec.
Mais […] ? Vous demandez-vous. Eh bien […] qu’on ne présente plus.
Bien entendu […], […] et […]. Vous l’aurez devine.
[…] Certains se demandent d’où me vient ce ton bienveillant et complice de moniteur de colo de la IVe République […].
[…] trop lu Spirou et ma bible, L’encyclopedie des poncifs, formules toutes faites et expressions desuetes de la France d’aujourd’hui en 3 volumes de 1950 que j’ai emportee avec moi quand j’ai ete contraint a l’exil aux Etats-Unis […] par mon employeur qui ne supportait plus mes calembours calamiteux.
« Mo […] hh » comme dirait Lionel.
[…], […]. Les plus sagaces d’entre vous auront devine que […], mais alors […] […] ?
[…], […]. […], […] cassoulet de vache […], […]. […], […] citron d’arbre […], […]. […], […] !!!!!!
[…] :-))
[…], et […], […]. Car comme on dit […], […]. Mais tout de même, vous l’aurez remarque […], […] – […] – en réalité […][…][…][…][…][…][…][…][…][…][…][…].
[…]

Et je termine comme d’habitude par une note finale en gras qui rejouira petits et grands nostalgiques comme moi de la grande epoque de Spirou et de la BD franco-belge, la seule, la vraie qui fait bander dur et vous rend apte a satisfaire les harems les plus exigeants, comme chacun sait, car il est essentiel de rire a gorge deployee et de ne pas s’ennuyer parce que la vie est trop courte. N’oublions jamais que le gras, c’est la vie, meme si cela peut paraitre puisard autant que Strange. Et c’est ainsi que je finis sur ce jeu de mots désopilant.
Demande à LienRag


Ah non ! LienRag je ne comprends qu’une phrase sur deux à ce qu’il écrit.
Conclusion : ne pouvant décidément compter sur personne ici, il n’y aura pas de chronique pour cette fois.
Tchow et vive Guy Mollet !

Parti Socialiste.
J’ai légèrement élagué la réponse de froggy, sans cela, elle n’aurait jamais tenu sur la page.

Parti Parti Socialiste.
Putain, c’est dur d’écrire sans accents ! Je me demande comment fait Marcel.



987. froggy - 29/11/21 04:45 - (en réponse à : Philippe)
De Guerineau, je ne connais que Charly 9 de triste memoire et son XIII Mystery, je ne connais pas du tout Le chant des Stryges car cela ne me dit rien du tout.

986. pm - 29/11/21 00:38 - (en réponse à : froggy)
Ce n'est pas vraiment un polar d'ailleurs, crépusculaire ne veut effectivement rien dire. En revanche c'est vraiment pas joyeux.
De mon coté je ne suis pas spécialement fan de Guérineau, ses stryges m'avaient vite gonflé et ses dédicaces sont souvent moches( personnellement j'y vois un signe, même pas appliqué du tout, une Giraud on sent l'évidence), mais là il s'en tire plutôt bien.

985. froggy - 28/11/21 22:36
Duke 5, Un pistolero, tu seras

Le recit continue avec Duke en possession des $100,000 qu'il doit convoyer et que beaucoup convoite. En meme temps, on suit les deboires de Peg, la prostituee folle amoureuse de l'homme qui a ete enlevee et puis, ce qui donne le titre, on en appprend plus sur l'enfance de Morgan Finch, le futur Duke donc.

Autant l'ecrire tout de suite, le scenario de ce cinquieme tome est nettement meilleur que celui du precedent qui avait profondement marque le pas dans la serie. Connaissant le pedigree de Yves H., on etait en droit de s'inquieter considerant ses premiers et peu glorieux opus. Etait-il revenu dans ses travers? Le scenario ici est bien equilibre entre les retours en arriere et les scenes actuelles, les differentes parties des recits ne se croisent pas encore bien que les fils se resserrent pour la conclusion generale de cette histoire qui est prevue maintenant dans le tome 7.

Avec une regularite metronomique depuis le tome 1, Hermann nous offre chaque mois de janvier un nouvel episode de ce quji sera probalement sa derniere serie, celui que l'on surnomme l'Ours des Ardennes en effet 83 ans maintenant enchainant au moins deux albums par an. Cela rejouit ses admirateurs et attriste ceux qui regrettent le temps passe. En effet, on pourrait considerer le grand prix d'Angouleme 2016 comme etant un has been. C'est en partie vrai et je n'en ecrirai pas tant car le dessianteru a encore de beaux restes. Toutes proportions gardees, son dessin me fait penser aux Matisse de la derniere epoque, il n'a plus l'allant de la grande periode mais il est encore tres bien. Certainement beaucoup mieux que celui de Leo et Francq au sommet de leur art, Piet aurait choisi Trondheim comme metre etalon de la laideur dessinee mais pas moi. Je continue a aimer son dessin malgre sa propension a ne plus savoir dessiner les femmes, cela n'a jamais ete son point fort mais la, elles sont sont carrement immmmoooondes. Au point qu'il faudrait les appeler iel, vous voyez ce que je veux dire.

Note finale, 3,5/5. Un western crepusculaire. MouuuuuuaaaaaaaaaaAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHH !!!

984. froggy - 28/11/21 21:48
Merci Philippe, je m'en va lire cela des que je l'ai. J'aime bien le dessin de Guerineau.

Je suis alle voir la page du livre en face, cela a l'air bien, malgre le mot qui tue en ce me concerne, "crepusculaire". On a droit aux westerns crepusculaires, on a maintenant les polars crepusculaires. Et puis quoi bientot? La SF crepusculaire?

Vous allez voir que bientot quelqu'un va ecrire "ce recit de post-apo crepusculaire". Comme si on pouvait faire plus dans le genre! :))

Je suis fatigue de ces redacteurs qui utilisent le mot crepuscule sans scrupules.

983. pm - 28/11/21 20:21
Seul le silence, adaptation par Guérineau et Colin d’un roman d’Ellory ( na pas confondre avec Ellroy !) chez un nouvel éditeur, philéas.
Je n’ai pas lu le roman mais c’est vraiment une très bonne histoire, très sombre.
Le point de départ: une petite ville de Georgie est confrontée à d’horribles meurtres de petites filles que vit très mal un adolescent sensible et littérairement doué. L’action se passe sur plusieurs décennies et l’ensemble est très bien menée, les 110 pages se lisent d’une traite.

982. pm - 24/11/21 10:52
Malgré ton fiel Helmut, je me sens un peu moins seul. Et maintenant que tu le dis j’ai dû voir passer ton avis.
Si j’ai acheté les deux c’est que je n’avais pas lu le premier, à peine ouvert ( j’aime bien les couv avec le découpage des silhouettes ), avant que le deuxième sorte, afin de lire l’histoire complète.
Oui, j’ai oublié de le dire mais l’histoire est effectivement très classique et le dénouement sans grand intérêt.
Sinon, je viens de lire le dernier espadon et sans être génial, ça se laisse lire. Du JVH en somme. Le dessin est assez neutre, il passe correctement sans être du niveau de celui d’Aubin, pour ne parler que des repreneurs.

981. Tompouce - 24/11/21 09:32
Pareil, je n'ai pas apprécié le découpage un peu lourdingue. J'avais acheté le tome 1 avec la couverture spéciale. Pas de tome 2 pour ma part... Je ne suis pas maso. :-)

980. helmut perchu - 24/11/21 09:02 - (en réponse à : pm)
Je n'ai lu que le premier tome et j'avais posté sur le site un avis assez similaire au tien, à savoir une mise en page qui n'est pas facile ni agréable à lire, pour une enquête finalement très classique. Pas pour moi quoi. Par contre je n'en avais pas tiré la conclusion que j'étais hasbeen (terme qui soit dit en passant ne se dit plus, tu es donc bien hasbeen pm, moi je peux encore être sauvé).

979. pm - 23/11/21 19:04 - (en réponse à : Piet)
Que mon hasbeenisme semble se confirmer !

978. Piet Lastar - 23/11/21 18:56
Que dois-je comprendre ?

977. pm - 23/11/21 18:53 - (en réponse à : Piet)
Merci, ça ne me rassure pas.

976. Piet Lastar - 23/11/21 18:42 - (en réponse à : pm)
Dans la tête de Sherlock. Je garde un bon souvenir de ma lecture du tome 1. Le 2 est dans ma pile "à lire".

975. froggy - 23/11/21 00:57
Cestac; Un papa, une maman, une famille formidable (la mienne)

Ou pauvre petite fille riche qui n'a pas recu toute l'affection qu'elle demandait.

Florence Cestac continue a nous raconter sa vie en bandes dessinees dans le desordre. Nous avons deja eu droit a l'histoire de la maison d'edition qu'elle fonda avec Etienne Robial, Futuropolis, dans La veritable histoire de Futuropolis, son adolescence dans Filles des Oiseaux, sa vie apres sa separaration de Robial, Le demon de midi, le demon d'apres-midi, Le demon du soir. Cette fois-ci, elle s'attaque au coeur du probleme, la cellule familiale dominee par la figure du pere, veritable tyran domestique. Florence Cestac nous presente son pere des la premiere case par une phrase coup de poing quand il dit a la tablee familiale lors du repas du soir: "Si je me suis marie, c'est pour me faire servir!", et madame Cestac de ne rien repondre et de piquer du nez dans son assiette. En seulement deux cases, l'auteuse nous presente ses parents et cela suffit amplement pour decrire la dynamique qui regit toute la famille. C'est une belle entree en matiere, je trouve. C'est probablement a la fin des annees 50 ou au debut de la decennie suivante que monsieur Cestac prononca cette phrase, impensable a dire aujourd'hui evidemment. Florence nous raconte donc sa famille; la rencontre de ses parents, leur mariage juste avant le debut de la Deuxieme Guerre Mondiale, puis la naissance des 3 enfants, elle est la seconde, et ensuite la vie quotidienne a Rouen dans une belle et grande maison bourgeoise, Monsieur Cestac est cadre superieur dans uen entreprise locale, et de vivre pleinement les fameuses 30 Glorieuses avec l'avenement du consumerisme, car Mr Cestac gagne tres bien sa vie. Le probleme pour les 3 enfants est que leur pere est totalement depourvu de la moindre attention pour eux, si il leur assure une vie materielle tres aisee, il n'en est pas de meme pour l'affectif, c'est leur mere qui le leur assure. Il en sera ainsi toute sa vie sauf jusqu'a son deces, ou il aura enfin un mot gentil pour sa fille. Il faut dire que celle-ci, ayant un caractere un peu rebelle et seduite par les sirenes de la jeunesse pre et post-mai 68, ne vivra pas la vie que ses parents avait esperee pour elle, cf. La veritable histoire de Futuropolis.

J'ai beaucoup aime cet album bien que certains details m'ont gene. Je ne sais pas si c'est l'editeur, Dargaud, ou elle, pour des raisons publicitaires, qui ont mis l'accent sur le fait que l'enfance de l'auteuse, serait en partie representative des 30 Glorieuses. La recente publication des souvenirs de Dominique Grange, la compagne de Jacques Tardi, m'inciterait a dire le contraire. Je ne l'ai pas encore lu, mais d'apres ce que j'ai pu lire sur ce livre, les deux femmes ont eu un parcours completement different meme si elles se sont retrouvees, Cestac ayant edite Tardi. Cestac a donc eu une enfance que je qualifierai de privilegiee d'un strict point de vue materiel, belle maison bourgeoise, vacances a la mer, ecole privee, etc. Mais cela n'est pas suffisant bien sur. Cela n'a pas ete le cas de tout le monde. On peut lire aussi un autre point de vue dans un court roman contemporain, publie en 1961, Les petits enfants du siecle de Christiane Rochefort. J'aurai voulu egalement que Cestac nous en dise un peu plus sur sa fratrie, sa soeur ainee et son jeune frere. Elle nous les presente en nous faisant assister a leur naissance puis on les voit regulierement lors de sa petite enfance, mais apres on ne les voit plus. La soeur ainee se marie, quant au frere, on ne sait pas. J'aurai aime de savoir ce qu'il advint d'eux. Cela aurait ete interessant de nous montrer un portrait composite du pere avec la triple perspcetive des enfants, cela aurait ete un scenario "rashomonesque". A moins que Cestac ne veuille en faire le sujet d'un prochain album, chose legitime considerant qu'elle nous raconte sa vie au gre des albums, facon puzzle.

Evidemment, Cestac desamorce toute tension par le biais de l'humour, on rit des sorties du pere en se disant que ce n'est pas possible d'avoir un tel paternel car on se doute bien que cela n'a pas du etre drole tous les jours pour la mere et les 3 enfants tellement l'homme est odieux.

Vous connaissez le dessin de Cestac, il n'a pas change et ne changera probablement jamais, j'aime beaucoup, je le trouve tres sympa. On notera cependant que le nom d'Etienne Robial n'est jamais prononce, quelque chose me dit que la rupture ne s'est pas bien passee entre les deux pour que Cestac fasse cela.

Note finale, 3,5/5. C'est une lecture tres plaisante, tres agreable quoique le livre reste legerement superficiel puisque Florence Cestac va tres vite dans la description de sa famille ne s'attachant qu'a quelques moments salients, elle ne s'y arrete que quelques instants, certains passages auraient pu etre developpes un peu plus longuement.

974. pm - 22/11/21 19:13
Dans la tête de Sherlock Holmes 1&2: une histoire complète en deux tomes, histoire de Sherlock Holmes inventée par les auteurs, la série et le personnages étant libres de droit.
Je ne sais pas si je suis passé complètement à coté ou si je suis complètement définitivement has been, vus les avis systématiquement dithyrambiques sur le site d'en face, mais ce fut une lecture bien pénible.
On est à mi chemin entre la bande dessinée et l'album jeu, mais pas du tout oubapiste, et j'avoue m'y être passablement ennuyé. Il n'y a quasiment pas de cases mais des dessins avec un gros fil qu'on est censé suivre. Ca a un coté très ambitieux mais finalement j'ai surtout trouvé ça très prétentieux et pas bien maîtrisé. Mais je dois être un cas rare vu le succès de ce diptyque.
Déjà je n'aime pas le dessin, que je trouve tout pointu, sans charme ni élégance. Ensuite l'intrigue, avec littéralement ce qu'il se passe dans la tête de Sherlock Holmes, mais en appuyant bien lourdement pour montrer ce qui est important. Et pour couronner le tout la fin explicative où visiblement l'auteur peine à trouver une narration adéquate et qui est simplement raconté avec un texte au demeurant assez moralisateur.
Bref, je n'ai vraiment pas aimé et je pense les revendre rapidement ( apparemment le 1 est bien recherché en eo).

J'aimerai savoir qui l'a lu, au moins partiellement, et si je suis seul au monde dans mon cas .

973. herve - 20/11/21 18:44
Le dernier Espadon Blake & Mortimer

Après le désastreux " Cri du Moloch" et une fin de diptyque décevante pour "La Vallée des Immortels" (scénaristiquement parlant), Blake et Mortimer reviennent aux fondamentaux avec ce nouveau titre.
Jean Van Hamme est de retour, et quel retour ! Il signe là un de ses meilleurs scenarii (avec "L'Etrange Rendez-Vous" ) . Nous retrouvons un décor familier, celui du "Secret de l'Espadon" (la pyramide de Makran, la ville de Turbat ) et des personnages déjà croisés dans cette même histoire (le Benzendjas, Mohammed Wali), sur une intrigue riche en rebondissements.
Le scénariste ne fait pas que nous offrir une aventure passionnante, mais apporte une touche plus sensible en nous présentant un Blake et Mortimer plus tourmentés qu'à l'accoutumée. D'autres points dénotent par rapport aux autres albums de la série : Van Hamme tourne en dérision la supposée amitié poussée de nos deux héros (dans la scène au Centaur Club), offre à Mrs Morisson un rôle inhabituel pour un album de "Blake et Mortimer", et on flingue à tout va dans cette aventure (les meurtres même les plus gratuits sont nombreux). Un regret, tout de même, le recours aux postiches finit-il peut-être par lasser au fil des aventures, mais passons...
Au niveau dessin, Teun Berserik et Peter Van Dongen sont les dignes héritiers d'Edgar P. Jacobs. J'ai pu apprécier la lecture dans l'édition bibliophile (tirage limitée à 10 000 exemplaires) qui offre aux lecteurs de magnifiques hors textes sur double page (en particulier un dessin de l'Espadon passant près d'une épave, faisant songer au "Trésor de Rackam le Rouge"). J'ai lu dans un article la répartition des pages entre les deux dessinateurs, mais j'avoue ne pas avoir fait la différence. Par contre, j'ai trouvé à deux reprises un dessin un peu plus faible (notamment sur les visages de Blake et d'Olrik ) .
Cet album ne peut que réconcilier les amateurs de Blake et Mortimer, canal historique (dont je fais partie) , et les nouveaux lecteurs de nos deux héros, qui ont été parfois malmenés par les repreneurs de la série.

note : 5/5

972. torpedo31200 - 19/11/21 17:59 - (en réponse à : pm - post # 959)
Pour Un monde sans fin, il est arrivé parfois en 2 ou 3 fois.
(Perso 1 colis 1 semaine après l' autre)
Mais il était bien épuisé 1 semaine après parution et seules 160 librairies en ont à ce jour sur les +1200 référencées sur Librairies Indépendantes.

971. pm - 19/11/21 14:09 - (en réponse à : Mr Degryse)
A priori je fais davantage confiance à la direction de l’école des mines de Paris qu’à un critique de télérama…
Avançons, si tu en as le temps et l’envie. Où trouves-tu que Jancovici parle en tant que faux expert de ce qu’il connait mal ? Personnellement je ne suis pas du tout expert, donc c’est une vraie question.
Plus subjectif: où as-tu trouvé lourde la narration de Blain ?

970. suzix@bdp - 19/11/21 12:51
j'ai dit ça moi!? Nan je n'oserais jamais! (;o)

969. pm - 19/11/21 12:34 - (en réponse à : Suzix )
Toi qui disait que je n’aime jamais rien à part les vieilleries, tu vois bien que ce n’est pas vrai !

968. suzix@bdp - 19/11/21 12:31
tant que la cloche ne sonne pas creux, c'est bien d'avoir différents sons. (;o)

967. Mr Degryse - 19/11/21 12:23
ça c'est ton point de vue.

Moi je trouve que Telerama tombe juste pour une fois. ils mettent d'ailleurs un t à la bd. C'est donc pas qu'ils trouvent cela mauvais. ils mettent un gros bémol que je partage aussi.

Pas toi. C'est juste un autre son de cloche.


966. pm - 19/11/21 12:17 - (en réponse à : Mr Degryse suzix)
Personnellement j’ai été happé par le bouquin que j’ai trouvé passionnant de bout en bout. Jancovici est bien spécialiste de la chose, il y consacre sa vie. J’ai cru comprendre que le livre est un peu la mise en bande dessinée de son cours à l’école des Mines de Paris.
Et le dessin de Blain n’est pas neutre, c’est tout un art de se mettre un retrait et d’être au service d’un discours.
Comme d’habitude, Télérama veut faire le malin mais écrit de la merde.
Oui, il en reste des piles dans certaines librairies, rien dans d’autres. J’en ai fait trois pour le retrouver, j’avais acheté mon exemplaire à sa sortie. Je suppose que c’est le réassort qui n’est pas possible.

965. Mr Degryse - 19/11/21 10:10
C'est un extrait de Télérama.

Que je partage totalement

964. suzix@bdp - 19/11/21 10:05 - (en réponse à : Mr D.)
Aïe. Ton avis ne me donne plus tellement envie d'ouvrir l'album!

963. Mr Degryse - 19/11/21 09:45
Y en a des piles encore un peu partout.


Je suis partagé sur ce monde sans fin. Je suis assez d'accord avec la critique de télérama

S’il a le grand mérite de mettre les choses à plat, de passer au crible des data des sujets aussi passionnels que ceux des énergies renouvelables (pas si propres que l’on croit) et des centrales nucléaires (pas aussi dangereuses que certains le prétendent), et de pointer aussi toutes les incohérences des politiques dans ce domaine, le discours de Jancovici reste celui d’un ingénieur. Avec le risque d’être catégorique, souvent péremptoire, parfois simpliste, voire de flirter avec l’ultracrépidarianisme, cette propension qu’ont certains spécialistes à penser qu’ils font autorité dans d’autres domaines que le leur.

Et Christophe Blain, dans tout ça ? Eh bien il fait de son mieux pour mettre en images les analyses et métaphores de Jancovici, un exercice de style qui n’empêche pas, malheureusement, pesanteurs et longueurs. Comme jadis avec Alain Passard, le génial auteur de Gus et d’Isaac le pirate semble s’être dissous dans son modèle. On aurait aimé plus de distance, dommage…

962. suzix@bdp - 19/11/21 09:32
959. pm - 19/11/21 01:13 - (en réponse à : torpedo)
Ayant appris cela je n'ai pas tardé, j'en ai pris deux autres et il y en avait des piles. Ce sont bien des EO, alors que le libraire me disait que c'était une réimpression, mais les destinataires ne le remarqueront sans doute jamais.

957. torpedo31200 - 19/11/21 00:44 - (en réponse à : pm - post # 954)
Si tu veux offrir l' EO d' Un monde sans fin, ne tarde pas, épuisé 1 semaine après parution.
Prévu en rééd fin novembre ou début décembre.



C'est arrivé quand en librairie? Il y a 10 jours quand je suis passé acheté le mien, il y en avait encore plein.


961. froggy - 19/11/21 06:34
C'est ca que j'aime bien chez nous, nous avons regulierement des opinions divergentes. Celle de Laurent est toute aussi valable que la mienne. Chacun vient avec sa sensiblite et ses gouts.

960. pm - 19/11/21 01:17
Si j'en crois Froggy, Victor Hugo est encore plus exigeant que les plus exigeants...
Je ne l'ai pas encore lu, ni le premier d'ailleurs.

959. pm - 19/11/21 01:13 - (en réponse à : torpedo)
Ayant appris cela je n'ai pas tardé, j'en ai pris deux autres et il y en avait des piles. Ce sont bien des EO, alors que le libraire me disait que c'était une réimpression, mais les destinataires ne le remarqueront sans doute jamais.

958. Victor Hugo - 19/11/21 01:00
J'ai emprunté Wanted Lucky Luke de Bonhomme et j'ai trouvé ça naze, sans intérêt.
Le scénar est poussif et le dessin singulièrement vulgaire. Les trois filles sont dessinées comme la série Les Blondes chez Soleil, c'est aussi grossier.
Son Lucky Luke n'a rien à voir avec celui de Morris (et je parle même pas du dessin, mais de l'esprit), on est carrément dans l'usurpation d'identité.


NB: j'avais pas aimé le premier non-plus, mais celui-là c'est pire.

957. torpedo31200 - 19/11/21 00:44 - (en réponse à : pm - post # 954)
Si tu veux offrir l' EO d' Un monde sans fin, ne tarde pas, épuisé 1 semaine après parution.
Prévu en rééd fin novembre ou début décembre.

956. froggy - 19/11/21 00:38
Bonhomme, Wanted Lucky Luke

C'est le deuxieme opus de l'auteur sur le heros de Morris. Et il est tout aussi rejouissant que le precedent, L'homme qui tua Lucky Luke.

Le hasard amene Lucky Luke a escorter 3 jeunes et jolies femmes, soeurs de leur etat, dans le grand ouest americain. Elles comptent faire fortune en vendant leur troupe, la succession que leurs parents leur ont laissees. Mais peuvent-elles faire entierement confiance a cet homme qu'elles ne connaissent pas et dont voit le visage sur des affiches "Wanted" et dont la capture sera recompensee par $50,000? Surtout que ce Lucky Luke semble avoir de nombreux ennemis.

Dans cet album, l'auteur fait revenir d'anciens ennemis du cowboy qui tire plus vite que son ombre sans compter un certain colonel de la cavalerie. Cela permet au lecteur de rester en terrain connu et de retrouver des tetes familieres que nous n'avions pas vues depuis bien longtemps. Le scenario est tres bien construit et alterne les scenes d'action et celles plus calmes. Celles-ci sont d'ailleurs surtout l'objet des tentatives de seduction du beau cow-boy de la part des 3 donzelles. Arriveront-elles a dompter ce bel etalon sauvage?

J'avais decouvert le dessinateur avec sa tres courte serie de deux albums, Texas cowboys, il y a 10 ans et ensuite, grace a vos conseils, j'ai complete avec Le marquis d'Anaon et en ce moment, Charlotte Imperatrice. J'aime enormement son dessin et ici, je l'ai trouve superbe car il a adopte le style si particulier de Morris en reprenant le physique des personnages principaux qui sont immediatement reconnaissables et le sien propre avec ceux inedits dans la serie mere, les 3 jeunes soeurs. principalement. Les decors de l'ouest americain sont egalement bien reproduits, il n'y a rien a redire sur la composition des planches, le decoupage et le cadrage des cases, certaines sont spectaculaires par leur simplicite d'ailleurs. Certains pourraient penser qu'aujourd'hui, cela serait considere comme une insulte, mais evidemment, cela ne l'est pas sous ma plume, Matthieu Bonhomme est un excellent continuateur de l'ecole de Marcinelle, vous savez bien, le style propre au journal Spirou, celui que j'ai lu durant tant d'annees quand j'achetais le journal, que j'aime tant et qui m'a fait aime la bande dessinee.

Note finale, 4,5/5. C'est une eclatante reussite de bout en bout. Cet album a de quoi satisfaire les plus exigeants.

955. froggy - 18/11/21 20:54
Pour cette dernière option, Jancovici ne croit guère à la solution par la guerre, ça ne fait pas assez de morts, plutôt par des famines énormes ou des épidémies ( la crise du Covid, pas directement climatique, n'étant qu'une répétition générale)....je sens que je vais l'offrir à certains à Noël.

Ou Philippe vous souhaite un joyeux Noël à sa manière. :))


954. pm - 18/11/21 12:58
Le Monde sans fin dessiné par Blain d'après Jancovici: très bien, très pédagogique au sens noble du terme. Je ne suis pas assez spécialiste pour dire si le discours de Jancovici est totalement fondé ou pas, mais il est très crédible et convaincant. La première moitié de l'album porte sur les énergies à travers le temps, l'autre moitié sur les problèmes climatiques. L'idée générale c'est que la décroissance sera une nécessité qui s'imposera, qu'on le veuille ou non. D'une part parce que les énergies fossiles se font plus rares et difficiles à exploiter, d'autre part parce les problèmes climatiques engendrés par les énergies provoquant un effet de serre , et en majorité les énergies carbonées, imposeront cette décroissance d'une façon ou d'une autre. Il y a le choix entre une décroissance maitrisée et une décroissance qui s'imposera. Pour cette dernière option, Jancovici ne croit guère à la solution par la guerre, ça ne fait pas assez de morts, plutôt par des famines énormes ou des épidémies ( la crise du Covid, pas directement climatique, n'étant qu'une répétition générale).
La solution rationnelle est alors que la transition énergétique doit maintenant être assez brutale, la diminution des gaz à effet de serre de 50% dans un temps court impose chaque année une diminution équivalente à celle de 2020 pour cause de confinement dû au Covid. Personnellement ça me parait quasi-impossible de façon volontaire.
Les écologistes lui reprochent souvent d'être pro-nucléaire. Pour Jancovici le nucléaire n'est ni le problème principal, ni la solution miracle, il permettra sans doute d'adoucir un peu cette transition qui doit être brutale pour réussir.

Le dessin de Blain fonctionne parfaitement, c'est super bien fait et répond parfaitement à l'adage qu'un bon dessin vaut de nombreuses explications.
Bref , j'ai beaucoup aimé et je sens que je vais l'offrir à certains à Noël.

Elise et les nouveaux partisans: j'aime beaucoup Tardi, en dépit de certaines de ses prises de position. L'album raconte le parcours politique de son épouse Dominique Grange, militante gauchiste/maoïste de la Gauche prolétarienne. J'aime bien cette époque romanesque qui va de mai 68 aux années gauchistes qui suivirent ( Tardi remonte à la guerre d'Algérie et aux exactions meurtrières de Maurice Papon, alors préfet de police de Paris). C'est raconté à la première personne, ça se lit très bien, comme toujours avec Tardi c'est très bien raconté, même si le dessin va de plus en plus vers la simplification. Je suis cependant un peu surpris par ce qui s'en dégage, aucun regret de ce qui a quand même été une impasse et un échec, même si ça a bien contribué à moderniser la société, mais on sent que Dominique Grange regrette sans doute que les gauchistes français aient refusé de suivre la voie de la violence des gauchistes allemands ( la bande à Bader) et italiens de l'époque( Brigades rouges, dont on sait maintenant qu'elles ont été manipulées à leur insu par l'extrême droite fasciste). Elle passe très rapidement sur l'erreur d'avoir glorifié Mao qui était finalement un dictateur sanguinaire, et il semble que sur le fond son évolution idéologique soit très mesurée. Intéressant mais troublant.
Morgue Pleine de Cabanes/Manchette: j'aime beaucoup Manchette et j'ai une grande affection pour Cabanes. C'est un bon polar à la Manchette, bien dense et prenant. Le dessin de Cabanes va de plus en plus vers le relâchement, c'est parfois heureux quand il devient plus dynamique, parfois un peu moins. Mais j'ai vraiment du mal avec son lettrage, de type tapuscrit pour les récitatifs, écrit en attaché de type manuscrit très relâché pour les dialogues. Je trouve que ça abîme le dessin , que ce n'est pas très efficace, et que ça rend la lecture plus difficile. C'est dommage car j'aimais beaucoup son lettrage par le passé ( j'ai une planche de Dans les Villages que j'adore).

953. yancomix - 16/11/21 16:24 - (en réponse à : Helmut)
J'ai beaucoup aimé. Peut-être pas le dessin en lui-même, mais la narration qui donne de très belles pages menées tambour battant. Plutôt passionnant : )

952. helmut perchu - 16/11/21 15:37
Lu Le Grand Vide de Léa Murawiec qui bénéficie de bonnes critiques et est vendu comme le nouveau roman graphique à lire absolument et j'ai trouvé ça... fatiguant à lire ! Le graphisme hyper dynamique et "caoutchouteux" m'a épuisé comme quand je regarde un film d'action qui ne s'arrête jamais. Qqn d'autre l'a lu savoir si le ressenti est le même ou si je deviens tout vieux ?



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio