A paraître dans plus ou moins pas longtemps Vol. 6

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


701. pm - 09/05/19 15:08 - (en réponse à : bert)
Oui et non, c'est fait de telle manière que le spectateur doit rire aux moqueries. C'est d'ailleurs ce qu'il se passait en salle, alors que je ne suis que mal à l'aise. Sur la fin ça rame pour parvenir à ce que tu dis.
Et finalement c'est presque pire car l'auteur se moque également de son spectateur en s'efforçant de le prendre en défaut.
Ce film est une sombre bouse d'un esprit moisi (;o).

700. suzix@bdp - 09/05/19 15:07
yatta! (;o)

699. Bert74 - 09/05/19 15:01
(aparté)

J'exècre la moquerie au plus haut point ( le dîner de con est le film que je déteste le plus )

J'avais l'impression, moi, que c'est plutôt ce que le film dénonçait justement ("on est toujours le con de quelqu'un", tout ça...).

698. suzix@bdp - 09/05/19 15:01 - (en réponse à : pm)
Si Gotlib a lui-même reconnu des excès (ce que je ene savais pas), j'ai pas complètement tort. Il faudrait donc que je relise le Gotlib avec Goscinny au scénar ...

697. Bert74 - 09/05/19 14:57 - (en réponse à : pm)
Puisqu'on en est à débattre de ces choses futiles...

Je ne dis pas qu'Iznogoud est au même niveau qu'Astérix, mais le scénariste est le même et ça se voit.

Ben justement, le génie scénaristique de Goscinny, qu'il partage avec un très petit nombre de ses congénères (ben à part Moore, en fait....pfff...), c'est d'adapter son immense talent au dessinateur avec lequel il travaille. L'exemple frappant est sa différence d'approche dans l'humour quand il faisait un Lucky Luke (Morris détestant les jeux de mots) de quand il faisait un Iznogoud (Tabary en réclamant quasi un par case). Et ça marche aussi avec le reste, que ce soit les Dingodossiers, le Petit Nicolas et bien évidemment Astérix.
Une antithèse de Greg, et (dans une moindre mesure) de Van Hamme.

En analyse poussée, il n'est donc pas du tout sûr que "ça se voit" que c'est le même auteur.

696. marcel - 09/05/19 14:31
Suzy : Je cherche pas a te convaincre (mais t'as quand meme un gout de chiotte en humour, hein !).
Mais quand tu me tends une verge pour te battre, je l'attrape (et ne va pas chercher un sous-entendu sous la ceinture dans cette phrase).

695. marcel - 09/05/19 14:27
longshot : Je sais bien tout ca. Mais si on cherche a donner une definition de son humour, on est quand meme majoritairement sur de l'humour noir, et ultra-reference et litteraire. Et truffe de jeux de mots. C'est pas bi gard qui fait rire avec ses prouts, quoi.

694. pm - 09/05/19 14:03 - (en réponse à : suzix)
A part de lui-même ou de certains archétypes, on ne peut pas dire que Gotlib soit dans la moquerie. J'exècre la moquerie au plus haut point ( le dîner de con est le film que je déteste le plus ), et j'adore Gotlib.
Quant à la vulgarité, je veux bien qu'on voit ça comme ça à partir de Fluide ( en fait c'est une période de libération avec ses excès, lui-même l'a reconnu), mais pas dans la RAB, Goscinny n'aurait jamais accepté.

693. suzix@bdp - 09/05/19 13:49 - (en réponse à : pm)
peut-être suis-je un lecteur complexe ? ... ou malade dans ma tête! (;o)

Le trait de Gotlib est génial. Ce qui ne me plait pas ce sont ses excès, notamment quand un des perso se marre comme une baleine. Je trouve ça laid, vulgaire, grossier voire agressif ... alors que quand Astérix, Obélix, Idéfix se bidonnent c'est mignon et jamais méchant. Dans Astérix on ne rit pas de l'autre mais avec lui.

692. pm - 09/05/19 13:42 - (en réponse à : suzix)
Tu réussis quand même l'exploit d'adorer Astérix et de détester Iznogoud.
Je ne dis pas qu'Iznogoud est au même niveau qu'Astérix, mais le scénariste est le même et ça se voit.
Et tu n'aimes pas Gotlib qui est totalement dans la lignée Goscinny, de l'avis même de ce dernier quand il lui a laissé les rennes des Dingodossiers devenus RAB.
Je te fais donc part à nouveau de mon incompréhension...

691. suzix@bdp - 09/05/19 13:13 - (en réponse à : bert)
si tu veux, je vais pas te contredire sur un humour qui ne me fait pas rire! ... même s'il est très difficile à maîtriser. (;o)

690. Bert74 - 09/05/19 12:58
l'humour absurde (je trouve ça trop facile de faire des digression sans queue ni tête)

Je ne suis absolument pas d'accord avec cette proposition. L'humour absurde (ou le fameux "non-sens" britannique) suit une structure très élaborée et c'est ce qui le rend justement très difficile à maîtriser.

689. suzix@bdp - 09/05/19 12:53 - (en réponse à : Longshot)
Laisse, Marcel s'est mis en tête de me convertir à ce qu'il se fait de mieux en BD. C'est mission impossible, j'ai des goûts trop de chiotte (à ce qu'il parait). Mais il abandonne pas le bougre. Il tente aussi de m'évangéliser au bon goût de l'humour. (;o) C'est SA mission! Marcel est un prosélyte des Nuls et de Gotlib!


MouaaaAAAAHHHH!!

688. longshot - 09/05/19 12:32 - (en réponse à : marcel)
Desproges n'est pas que, mais il est quand même très souvent potache (les sketches avec Le Luron), absurde (les illus et pas mal de définitions du dictionnaire superflu), et pipi-caca (« vous vous situez au-dessus des parti(e)s » dans les interview de Giscard-Le Luron, « ...la robe de la justice sous laquelle je vous raconte même pas », « diverge c'est énorme », « c'est pas en s'écartant du sujet qu'on va repeupler la France ») voire plusieurs à la fois (les positions du kamasutra dans la minute de M. Cyclopède).

687. suzix@bdp - 09/05/19 11:10 - (en réponse à : marcel)
Desproges ne me fait pas rire. Je ne vois pas ce qu'il y a de désobligeant pour moi. Et je ne vois pas ce qui peut déranger quiconque.

686. marcel - 09/05/19 11:03
Et tu ajoutes Desproges (qui n'est ni absurde, ni potache, ni pipi-caca, pour reprendre tes termes) a la liste. Tu t'enfonces.

685. suzix@bdp - 09/05/19 10:13
678. marcel - 08/05/19 18:43
Vu que t'aimes ni Gaston, ni Gotlib, ni Les Nuls, c'est plutôt rassurant.
(Tu l'as cherchee, celle-là).


Rien cherché du tout. C'est ainsi. Mais si Gotlib et Les Nuls sont dans le même humour que je qualifie de potache à tendance pipi-caca, Gaston est plus fin et Fabcaro ne me semble pas être de cette lignée. Desproges oui comme le dit Bert ... mais c'est pareil, je suis insensible aussi à l'humour de Desproges ... qui a pourtant passé ses vacances d'enfance et d'adolescence dans mon village en Limousin et dont le collège porte son nom. Je n'apprécie ni l'humour absurde (je trouve ça trop facile de faire des digression sans queue ni tête) ni l'humour potache et je peux rajouter l'humour visuel/clownesque (dont se rapproche Gaston). Et ce n'est pas pour faire "genre" et me distinguer.
... mais j'apprécie pleins d'autres humours.

684. Bert74 - 09/05/19 09:25
J'ai pas mal feuilleté ce nouveau Fabcaro, et j'ai un peu le même sentiment que dilingdilong.
C'est un humour que j'apprécie énormément (fan de Desproges, comment ne pourrais-je pas aimé ?), mais autant si ça marchait naturellement sur les derniers, ici ça fait un peu artificiel.

Et si l'amour... et Moins qu'hier... ont pour eux de proposer des variations humoristiques autour d'un thème commun. Ce Open Bar , lui, est un recueil de gags parus en magazine et, du coup fait, ressortir de manière assez flagrante la mécanique de l'humour de Fabcaro. Ça perd de son charme.

Sinon, l'a l'air intéressant cette nouvelle collection Pataquès à laquelle je n'avais pas encore fait attention.

683. heijingling - 09/05/19 05:24
froggy Tu as raison mais j'ai aussi raison.
Ca marche dans les deux sens :)

Les exemples que tu cites sont bons, j'avais oublie Il etait une fois en France. Pour cette serie et pour Maus, ces deux BD font pres ou un peu plus de 300 pages. Ce qui est quand meme beaucoup plus que les biographies de Ventura ou de Leone bien qu'elles ont une pagination plus consequente que des albums ordinaires.
On est donc d'accord, on peut faire de bonnes biographies en B.D. comme en écriture non graphique, mais dans les deux cas il faut un nombre de pages conséquent, à moins de se concentrer sur un aspect de la vie, ou d'appuyer sur l'aspect romancé, comme dans les biographies faites par Jijé.
Je ne sais pas si il existe en B.D. des délires borgesiens (la bio de quelqu'un est aussi longue que sa vie), comme ce qu'est presque la bio de Mahler par La Grange (3600 pages - c'est proportionnel à la dimension des œuvres de Mahler, il faut dire).
La bio de Bob et Bobette fait des milliers de pages, mais en ce qui concerne des personnages réels ? Peut-être en mangas ?

682. heijingling - 09/05/19 04:56
Fabcaro, j'aimais bien, jusqu'à Zaizaizai inclus, qui est une sorte d'anthologie de ses thématiques et foems narratives. Dans ses suivants, Et si l'amour et Moins qu'hier, il se répète un peu.

681. marcel - 09/05/19 01:27
Ben, je venais de l'apprendre, en voyant sur BDZoom qu'il etait 4eme des ventes la semaine derniere.

680. froggy - 09/05/19 00:22 - (en réponse à : Marcel)
Heureusement que tu es la pour signaler la sortie du dernier Fabcaro.

679. Piet Lastar - 08/05/19 18:44
J'ai ri (parfois), souri (souvent), et passé mon chemin (parfois).

678. marcel - 08/05/19 18:43
Vu que t'aimes ni Gaston, ni Gotlib, ni Les Nuls, c'est plutôt rassurant.
(Tu l'as cherchee, celle-là).

677. suzix@bdp - 08/05/19 18:36
J'ai à nouveau ouvert un Fabcaro en rayon et je crains d'être hermétique à son humour.

676. marcel - 08/05/19 16:41
C'est deja sorti. 40000 exemplaires, quand meme.


675. froggy - 05/05/19 17:45 - (en réponse à : Heijingling #660)
Je reviens sur ce ce que tu as ecrit.

Je ne comprends pas, tu dis que les Américains font de très bonnes biographies en film (pas d'accord, mais c'est un autre sujet), puis tu dis que le mieux est plusieurs épisode d'une série télé, et enfin que rien ne vaut le livre.
Et rien n'empêche de diviser une B.D. bio en plusieurs chapitres (Mélody, de Sylvie Rancourt), ou plusieurs volumes (Il était une fois en France), et même sur un nombre de pages plus limité, je sors la cavalerie lourde, mais trouves tu que Maus n'est pas d'une grande complexité psychologique ?


Tu as raison mais j'ai aussi raison. Les exemples que tu cites sont bons, j'avais oublie Il etait une fois en France. Pour cette serie et pour Maus, ces deux BD font pres ou un peu plus de 300 pages. Ce qui est quand meme beaucoup plus que les biographies de Ventura ou de Leone bien qu'elles ont une pagination plus consequente que des albums ordinaires.




674. marcel - 03/05/19 18:54
Ah ! C'est bien ca.
Merci Torpedo.

673. torpedo31200 - 03/05/19 18:07 - (en réponse à : marcel - post # 662)
Réédition remontée. Mais l' éditeur faisait semblant de l' ignorer, il y a peu.

672. suzix@bdp - 03/05/19 11:29
S.A.M. #4 (SF post-apo) à paraitre fin août.

671. froggy - 03/05/19 00:16
Je ne savais pas que Cabanes aimait autant la pedale.

670. froggy - 02/05/19 23:39
J'ai lu que les droits de plusieurs livres du dessinateur dui Voyage de Jules ont ete achetes pour etre adaptes au cinema car le cinema francais adore tourner Lepage.

669. marcel - 02/05/19 22:01
Merci pour la tres interessante contextualisation, Manu !

668. Manu temj - 02/05/19 21:34
Le livre de Cabanes (le premier) a une histoire...
Engagé initialement par Antenne 2 pour suivre l'équipe télé au plus près de la course et raconter le Tour de l'intérieur, il a rencontré un léger écueil...
Juste avant l'épreuve, les 2 journalistes ont sorti un reportage à charge sur le dopage.
C'était encore l'époque où le sujet était tout à fait tabou, avant Festina, avant Amstrong...
Bref, l'équipe de la 2 a été blacklistée toute la durée de l'épreuve par les coureurs et leur entourage, furieux de cette mauvaise pub.
Cabanes a fait ce qu'il a pu... son livre événement s'est transformé en carnet nostalgique sur son amour du cyclisme.

667. suzix@bdp - 02/05/19 11:33
Lepage a trouvé un filon. Il ne faudrait pas qu'il s'y enlise.

666. heijingling - 02/05/19 05:08 - (en réponse à : J'aime jouer au con. Mauvaise habitude.)
664. herve - 01/05/19 23:42
pour le 9 mai
J'achète les yeux fermés.

Bravo est trop occupé par Spirou, pour que Follet reprenne sa série ? Il ferait mieux de reprendre Spirou lui-même, pour redonner un peu de dignité au personnage.

665. froggy - 02/05/19 00:13
Je trouve que la couverture du Cabanes fait furieusement penser a du Degas, peut-etre parce qu'elle a ete realisee au pastel?

664. herve - 01/05/19 23:42


pour le 9 mai

J'achète les yeux fermés

663. Piet Lastar - 01/05/19 22:03
ça ne doit pas être le cas. Des cyclistes avec des boyaux autour du corps, ç'est avant guerre. 1989, c'est le prologue retardé de Delgado, le duel Fignon-Lemond, le guidon de triathlète, les 8 secondes sur les Champs. Un grand Tour, à n'en pas douter !

662. marcel - 01/05/19 19:42
En juillet, Dupuis sort ca :



Je ne sais pas si c'est la reedition de ca (1989) :



Si c'est le cas, je pense que ca a du etre franchement remanie : l'original faisait 50 pages, celui-ci 60, mais a l'italienne. Et le nom des journalistes sportifs n'apparait plus.
Sinon, je l'ai, pour un lecteur normal (c'est a dire qui s'en fout du velo), ca n'a aucun interet. Mais les illustrations sont sublimes, a la meme epoque et dans le meme style que Colin-maillard.
Dans mon souvenir, Cabanes parlait plus de sa passion de jeunesse que d'un tour en particulier, mais peut-être sont-ce des illustrations realisees en suivant le tour pour pouvoir realiser l'album Dargaud a l'epoque ?...

661. suzix@bdp - 30/04/19 11:30
Résilience #3 à paraître chez Casterman mi-mai.Avec PREVIEW

660. heijingling - 25/04/19 15:51 - (en réponse à : froggy)
Une biographie d'un acteur en BD est similaire a une biographie filmee pour un film de 2 heures. Il faut un arc dramatique, avec un debut, un milieu et une fin. Chacun sait qu'une vie est faite de hauts et de bas, d'episodes, sans lien direct ou alors des liens tres tenus. Le format livre est ideal pour cela ou on peut diviser les differentes etapes d'une vie en partie et chapitres.[...]Les americains sont tres forts pour cela, ils ne prennent qu'une partie de la vie de la personne, celle qui a un arc dramatique donc et en font une bio express, chaque autre partie de la vie de cette personne sera reduite a quelques images ou cartons ouvrant ou/et terminant le film afin de resituer ce particulier episode de la vie de la celebrite dans son contexte entier. [...]Alors pourquoi condenser le tout pour le remplir en un seul bouquin? Ou alors, on fait une livre en plusieurs parties. A l'ecran, c'est la meilleure solution et cela est une serie tele divisee en plusieurs episodes.[...] C'est seulement le fait que je doute que la BD soit le meilleur medium pour retranscrire la richesse d'une vie humaine, je continue a me repeter sur ce point.
Je ne comprends pas, tu dis que les Américains font de très bonnes biographies en film (pas d'accord, mais c'est un autre sujet), puis tu dis que le mieux est plusieurs épisode d'une série télé, et enfin que rien ne vaut le livre.
Et rien n'empêche de diviser une B.D. bio en plusieurs chapitres (Mélody, de Sylvie Rancourt), ou plusieurs volumes (Il était une fois en France), et même sur un nombre de pages plus limité, je sors la cavalerie lourde, mais trouves tu que Maus n'est pas d'une grande complexité psychologique ?





659. marcel - 22/04/19 19:39
J'aime bien les dessins de Oiry, j'ai beaucoup plus de mal avec les dessins figes du deuxieme. C'est pas aussi statique que Lesueur a l'epoque, mais quand meme.

658. froggy - 22/04/19 19:21
Je ne sais pas si je suis le seul a penser cela, il faut demander aux autres.

J'ai cree les liens sur la page de chez Glenat afin que vous vous fassiez une opinion de par vous meme:

Lino Ventura

Sergio Leone

J'ai vu les previews, je ne suis pas tres attire par le dessin du Ventura. Celui du Leone est mieux a mon avis.

Au sujet du Ventura, je me demande si il va parler de sa haine envers Jean-Pierre Melville qu'il avait surnomme "La hyene", le tournage de L'armee des ombres avait ete un calvaire pour l'acteur.

657. torpedo31200 - 22/04/19 17:56 - (en réponse à : froggy - post # 656)
Mais tu es le seul à penser que ça abordera toutes leurs vies.

656. froggy - 22/04/19 17:24
Ah mais je ne doute pas que leurs vies aient ete interessantes. C'est seulement le fait que je doute que la BD soit le meilleur medium pour retranscrire la richesse d'une vie humaine, je continue a me repeter sur ce point.

Avec la BD qui sont des images, on va rester dans l'anecdotique, avec les mots, le biographe peut aller plus en profondeur.

Ne vous meprenez pas, ce n'est pas pour deconsiderer la BD que j'adore comme vous le savez tous, il se trouve qu'elle a des limites inherentes au genre qu'elle est.

655. torpedo31200 - 22/04/19 15:35 - (en réponse à : froggy - post # 651)
Je ne me souviens pas que les deux titres étaient annoncés comme des biographies.
Et Leone et Ventura, pour avoir vu et lu quelques ouvrages sur eux, avaient probablement une vie assez intéressante, en dehors de leurs métiers de cinéma.

654. froggy - 22/04/19 01:26 - (en réponse à : Heijingling)
Tu n'es pas tres aimable vis-a-vis de Laurent.

Une biographie d'un acteur en BD est similaire a une biographie filmee pour un film de 2 heures. Il faut un arc dramatique, avec un debut, un milieu et une fin. Chacun sait qu'une vie est faite de hauts et de bas, d'episodes, sans lien direct ou alors des liens tres tenus. Le format livre est ideal pour cela ou on peut diviser les differentes etapes d'une vie en partie et chapitres.

Je considere que ramener la vie de personnes aussi connues que Ventura et Leone a un tel format meme de 180 pages est tres reducteur, bien que j'ai ecrit que leurs vies n'etaient pas si extraordinaires, je predis qu'elles vont faire court sur les annees d'enfance pour vraiment commencer leur sujet. Or, les annees d'enfance sont les plus importantes dans la vie d'un etre humain et expliquent tout le reste. Dans les biographies que j'ai citees dans mon intervention precedente, les auteurs se sont attarde longuement sur les enfances et adolescences de ces cineastes. Tres souvent, la cle ou une des cles de leur oeuvre a venir y reside. Je trouve cela tres interessant et enrichit encore plus mon amour pour leurs films.

Les americains sont tres forts pour cela, ils ne prennent qu'une partie de la vie de la personne, celle qui a un arc dramatique donc et en font une bio express, chaque autre partie de la vie de cette personne sera reduite a quelques images ou cartons ouvrant ou/et terminant le film afin de resituer ce particulier episode de la vie de la celebrite dans son contexte entier. Ils sont parfois tres fort mais ils peuvent se planter aussi, par exemple Chaplin de Richard Attenborough qui est un pensum malgre un Robert Downey JR excellent. Le meme Attenborough qui avait fait un superbe Gandhi 10 ans auparavant mais la il avait 1 heure de plus a sa disposition. Et au cinema, 1 heure, c'est enorme.

J'imagine d'ores et deja ce que peut-etre le Ventura, une enfance pauvre en Italie, l'emigration, un gout pour le sport, des debuts au catch, uen certaine celebrite dans les salles parisiennes. Puis, il est remarque par Jacques Becker qui prepare Touchez pas au grisbi et lui confie le role d'un des truands ennemis de Gabin, il y a aura bien sur la phrase a Odette, son epouse, le premier jour de tournage, "si on m'ignore, je m'en vais" ou quelque chose d'approchant. Il ne fut pas ignore, Gabin vint le saluer et il devint un des acteurs francais les plus populaires jusqu'a sa mort. On emaillera les differents films auxquels il participa par des anecdotes, pourquoi il s'est fache avec Lautner apres Ne nous fachons-pas, sa relation avec Bardot sur Boulevard du rhum, deux temperaments bien differents, etc. Par contre, la ou c'est vraiment interesant et ce qui devrait etre le vif du sujet, c'est la creation de la Fondation Perce-Neige car le couple Ventura avait une fille handicapee mentale et en en 1965. Cela fut tres difficile meme pour un homme aussi connu que l'acteur.

Quant a Leone, il faut voir. On peut resumer sa vie par le tournage d'Il etait une fois dans l'ouest ou comment Clint Eastwood refusa d'y jouer, comment Henry Fonda accepta le role, commnt Bernardo Bertolucci le convainquit d'ecrire ce qui est quasiment le role principal pour une femme, celui joue par Claudia Cardinale, comment se deroula le tournage entre l'Espagne et Monument Valley aux USA, comment la Paramount, societe americaine productrice du film, le laissa malgre tout tranquille alors qu'elle etait litteralment au bord de la faillite lors du tournage du film etc. Ca, je trouve cela interessant, en meme temps que l'homme, on peut decrire la vie d'un film de ses origines jusqu'a sa sortie en salle et meme plus si le film est un succes. L'enorme succes du film en France a ainsi lance dans l'hexagone la mode des maxi-manteaux qui y sont omnipresents. Mais avoir en plus de tout cela que Leone aimait beaucoup manger et mangeait beaucoup, il en est mort d'ailleurs, qu'il ne devait pas mettre en scene Il etait une fois la revolution et qu'il ne s'entendit pas tres bien avec Rod Steiger, qu'il mit 12 ans pour trouver le financement d'Il etait une fois en Amerique etc. Chacune de ses parties merite un livre a part. Alors pourquoi condenser le tout pour le remplir en un seul bouquin? Ou alors, on fait une livre en plusieurs parties. A l'ecran, c'est la meilleure solution et cela est une serie tele divisee en plusieurs episodes.

653. heijingling - 21/04/19 07:19
froggy: Et puis, entre nous, est-ce que la vie de Ventura est si interessante que cela necessite une biographie? Elle l'est bien sur mais pas plus que cela. Je ne pense pas que ni lui, ni Leone, ait eu une vie extraordinaire.
J'ai des biographies de Truffaut, Godard, Hitchcock et Wilder entre autres a la maison et chacun de ses bouquins fait au moins 400 pages, une BD de 44 ou 60 planches ne peut pas faire le poids compare a cela.

La vie de Billy Wilder fut passionnante, sa bio fait donc 400 pages, celle de Sergio Leone le fut moins, 60 pages de bandes dessinées suffisent donc, tout est donc pour le mieux :)

Et VH a une fois de plus raison, je rajouterais même,dans le même ordre d'idée, qu'on ne peut faire de B.D. western, car une petite feuille de papier ne peut retranscrire les grands espaces de l'ouest, ni l'odeur des chevaux et de la poudre, ni une B.D. sur un groom, un dessin étant en 2D on ne peut y représenter un ascenseur, ni de B.D. sur un coureur automobile, etc. etc.

652. Victor Hugo - 20/04/19 19:54
Dans cette collection ce seront plutôt des 150, 180 pages.
J'ai bossé sur un projet pour la collection mais effectivement ce n'est pas du tout le support adapté, on ne peut rendre ni le mouvement, ni le rythme, ni le son, ni les voix, bref tout ce qui fait le cinéma.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio