La politique c'est nase, lisez plutot des BD! tome 3

Les 860 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18


310. nem° - 26/02/17 18:40
Ou comme disait Gandhi : "Sois le changement."

309. nem° - 26/02/17 18:39
L'un n'empèche pas l'autre.

308. pm - 26/02/17 17:03
Je suis plus eégoïste que le père d'Odrade, je consomme du bio essentiellement parce que c'est moins nocif pour ma santé.

307. pm - 26/02/17 16:59 - (en réponse à : Nem)
Je partage ton analyse à 100%, la solution est évidemment le bio ( sauf peut-être pour le vin, et encore ), mais je crois que c'est une question de culture.
S'ils choisissent le bio uniquement pour des raisons économiques ils risquent d'être perdus alors que les Beulin leur ont toujours serinés le modèle productiviste éreintant.
Donc ils se suicident car ils n'y pensent même pas.
Totalement absurde.

306. Odrade - 26/02/17 16:55
Je trouve ça quand mème fou que des agriculteurs/éleveurs choisissent de se suicider plutot que faire du bio. Darwin award?

C'est pas si simple et très simple.
La paysannerie est un havre de traditionalisme. On continue des choses parce qu'elles ont "toujours fonctionné comme ça". Et puis "c'est pas des jeunes hippies ou des gens de la ville qui n'y comprennent rien qui vont nous dire comment faire".

Et puis voici des jeunes générations qui ne veulent pas faire comme leurs parents, souvent malades de leurs pesticides ou traitements. Voir le film (je vous avertis, au rythme très lent) La Révolution silencieuse. On y sent notamment que le père est triste. Que son fils se lance dans le bio est comme un désavoument (?) de toute sa carrière de paysan.

Mais ce que tu rapportes est très bien. Ca donne de l'espoir.

Et comme mon père disait "Je ne consomme pas du bio parce que le goût est meilleur ou parce que c'est mieux pour ma santé (ce qui est souvent vrai, mais il y a des piquettes bio aussi), mais parce que c'est mieux pour la terre."


O.

305. nem° - 26/02/17 16:39
«Fine», la mascotte du salon de l’agriculture, est une vache bio. Une Bretonne Pie-Noir qui pâture au grand air, ne mange que de l’herbe et du foin et dont le lait très riche est transformé en crème, beurre et fromages vendus en circuits courts. Hasard ? Du tout, «Fine symbolise la réussite de l’agriculture bio», estime l’Agence bio. Les chiffres publiés mardi par ce groupement d’intérêt public créé pour la promouvoir en attestent : l’appétit croissant pour ce mode de production sans pesticides ni OGM, respectant l’environnement et le bien-être animal, ne se dément pas. Mieux, l’année 2016 a été «exceptionnelle, historique», se réjouit l’agence. Alors qu’en 2003 la moitié des Français boudaient les produits bio, ils ont été l’an dernier 89 % à en consommer.
La part des consommateurs réguliers grimpe aussi : 69 % disent le faire au moins une fois par mois et 15 % quotidiennement (contre 10 % en 2015). Leur top 5 : fruits et légumes, produits laitiers, œufs, produits d’épicerie et viande. Résultat, le marché «dépasse toutes les prévisions». Les ventes de produits bio dépassent les 7 milliards d’euros fin 2016, soit + 20 % en un an - à faire pâlir d’envie l’agriculture «conventionnelle» gavée aux pesticides, en plein marasme. Et ceci tous circuits confondus, y compris en restauration collective. S’il représente toujours moins de 5 % du menu des cantines, le bio y progresse aussi. De plus en plus de collectivités s’y mettent sérieusement, y compris Paris, Grenoble ou Saint-Etienne. Car là encore, les Français sont demandeurs, surtout les parents, dont 89 % souhaitent du bio à l’école.


Libération

Je trouve ça quand mème fou que des agriculteurs/éleveurs choisissent de se suicider plutot que faire du bio. Darwin award?

304. nem° - 26/02/17 16:28 - (en réponse à : Fin d'un monde, renaissance d'un autre)
Vingt mille fermes sont menacées de disparition en France, a admis l’ancien président de la FNSEA, Xavier Beulin juste avant sa brutale disparition. Dans les campagnes, une antienne sourde revient en boucle: »+Ils+ ont décidé de nous supprimer». C’est un «plan social».
Usés par près de trois ans de crise, nombre d’agriculteurs criblés de dette, qui n’arrivent pas à vendre leurs productions à un prix suffisant pour en vivre, se sont repliés sur eux-mêmes.
Beaucoup se retrouvent dans un système où «plus ils travaillent, plus ils s’enterrent», affirme à l’AFP le président de la sécurité sociale agricole MSA (Mutualité Sociale Agricole), Pascal Cormery.
Les manifestations d’éleveurs contre les prix trop bas durant l’été 2015, avaient culminé par un défilé de tracteurs à Paris. Aujourd’hui, elles se sont éteintes.
Le Salon de l’agriculture, vitrine des réussites du terroir, s’est ouvert samedi sur une note amère, au lendemain du suicide d’une agricultrice, retrouvée pendue dans sa salle de traite.
En 2016, le nombre d’appels à l’aide enregistrés sur la plate-forme téléphonique de prévention du suicide mise en place par la MSA, a plus que doublé: 2.664 contre 1.219 en 2015.
»+Ils+ ont décidé de nous supprimer» soupire, sans dire qui elle vise, une visiteuse du salon, découragée.
Pour Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération Paysanne, syndicat marqué à gauche, la baisse du nombre de paysans est comparable à un «plan social».
Entre 2000 et 2015, 92.000 fermes ont disparu, dit-il à l’AFP en fustigeant la course à l’agrandissement, l’apparition des fermes-usines et des process industriels, qui ne rémunèrent pas suffisamment la production.
«Toutes les productions, hormis la viticulture sont dans le rouge», résume Bernard Lannes, président du syndicat Coordination rurale, classé à droite.
La suppression des quotas laitiers européens en 2015 a précipité la surproduction de lait en Europe, débouchant sur une crise de l’élevage laitier, puis bovin.
La crise, le président de la MSA «ne parle que de ça» depuis qu’il a pris ses fonctions en 2015.
Lui-même agriculteur, M. Cormery met aussi en cause «le coût de la mécanisation agricole dans les exploitations», «deux à trois fois supérieur» à celui des autres pays européens.
La MSA est aux premières loges de la déchéance sociale vécue de façon honteuse et solitaire par une partie de ses adhérents.
En 2016, «plus de la moitié» des agriculteurs ont eu un revenu annuel imposable inférieur à 4.248 euros, subventions européennes comprises, soit moins de 354 euros par mois. Ils étaient déjà 38% en 2015.


AFP

303. pm - 26/02/17 14:32 - (en réponse à : totom)
Le risque existe mais est faible car il ne profitera qu'aux bas salaires et qu'en France il y a un smic.

302. totom - 26/02/17 14:07
Le problème que je vois sur le rU c'est que les patrons risquent d'en profiter pour baisser les salaires en ajustant avec le Ru

301. pm - 26/02/17 13:34 - (en réponse à : suzix)
Ce que tu reproches à Hollande est finalement un défaut de communication plutôt que des injustices de fond.
Tu as bien sûr raison là dessus, la communication de Hollande a été désastreuse car à vouloir ménager la chèvre et le chou en permanence tout le monde est excédé. Le comble du compromis absurde ayant été sans doute atteint avec Léonarda. Mais à mon sens ce n'est pas l'essentiel et je suis malheureusement persuadé que l'Histoire rendra hommage à Hollande dans le futur si, comme c'est malheureusement très possible, d'autres sont incapables d'unifier la nation.
Donc les petits ou grands avantages personnels ne doivent pas être pris en compte lors de ce genre de vote. De plus ça permet d'avoir moins mal au cul ensuite, car si tu crois que Fillon ne va pas te reprendre de l'autre main ce qu'il t'a donné c'est que tu es toujours naïf ( remarque j'adore la naïveté qui est pour moi une très grande qualité).
Et puisque tu reconnais que tu vis mieux aujourd'hui qu'il y a cinq ans, même si tu as l'impression que l'état n'y est pour rien, dis toi qu'il t'a tout de m^me permis de faire cette ascension sociale et que tu n'as pas vraiment de rancoeur à avoir.
Concernant le RU tu n'as à mon avis toujours pas très bien compris le principe, qui a été mal expliqué. Il ne s'agit ni plus ni moins, de facto, qu'une amélioration du système du RSA. Il est universel au sens où tout le monde reçoit cette allocation mais c'est juste un jeu d'écriture sur la feuille de paie pour la salarié , à somme positive pour les bas salaires( moins de 2000€), à somme nulle pour les salaires moyens ( mettons entre 2 et 5K), à somme négative pour les hauts salaires, ce qui parait assez logique. Je préférerai un système de financement par la taxation des mouvements boursiers mais il faut reconnaître que ça ne peut marcher sérieusement qu'à une assez large échelle internationale, sinon c'est juste se tirer une balle dans le pied.

300. pm - 26/02/17 13:16
Mais je voterai Macron sans hésiter au second tour s'il est face à Fillon ou Lepen, et même au premier tour si Fillon remonte la pente et que le risque d'un second tour mortifère Fillon vs Lepen prend corps. Et je voterai sans doute même Fillon face à Lepen, très difficillement car je le trouve insupportable mais l'appareil n'est quand même pas aussi totalement rance que celui du fn.

299. totom - 26/02/17 12:39 - (en réponse à : 298)
Tu me rassure, pour moi ce mec est une imposture.

298. pm - 26/02/17 12:08 - (en réponse à : Totom)
Mais je m'en fiche de Macron, en principe je vote Hamon.

297. Suzix@bdp - 26/02/17 11:49 - (en réponse à : Tom)
En fait on n'en sait rien. J'ai pas l'impression que Macron reviendra sur la politique sociale de Hollande. Lui son credo c'est de favoriser les entreprises pas forcément les entrepreneurs!
Par contre j'ai la mauvaise impression qu'il va vouloir favoriser les actionnaires. Il a parlé de réduire l'imposition des entreprises. Je trouverais plus juste de baisser les taxes AVANT d'arriver aux bénéfices car le problème des PME c'est de continuer à exister pas de savoir combien il restera à distribuer.

296. longshot - 26/02/17 10:45 - (en réponse à : suzix 273)
Pourquoi faire une différence de traitement avec les autres salariés? Vu les prud'hommes, cela métonnerait qu'ils n'examinent pas à la loupe le licenciement d'un DP

On pourrait retourner l'argument : pour éviter une longue procédure aux prud'hommes, autant faire en sorte qu'ils soient protégés dès les départ contre les pressions auxquelles leur fonction de délégué du personnel les expose plus que les autres salariés. (Oui parce que c'est un peu l'idée, quand même : faire en sorte que celui ou celle dont la fonction est de défendre les autres soit lui aussi un peu mieux protégé. Le médecin du travail bénéficie lui aussi d'une protection, pour le même genre de raison.) Pour le reste, les DP ne sont pas invirables, il « suffit » que le motif du licenciement ne soit pas lié à leur activité de DP — et l'accord de l'inspecteur du travail qui est chargé de s'en assurer.

Le pb en France est que les syndicats sont mauvais et ne représentent plus personne. En tout cas sur le plan national.

Peut-être, mais c'est aux salariés d'en juger, pas à l'employeur.

Enfin c'est comme si tu disais, les partis politiques sont mauvais et ne représentent plus personne (en tout cas sur le plan national), donc les collectivités locales devraient pouvoir s'arranger avec la loi. (Je connais des coins en Corse où on construisait des paillotes « illégales » et ça se passait très bien...)

Je connais certaines usines qui ont conservé les emplois et même pérenniser l'activité pour des années en jouant le jeu.

Oui enfin on en connaît aussi qui ont conservé des emplois et pérennisé l'activité pour des années en refusant, eh bien, la fermeture de leur usine, tout simplement — et les propositions de reclassement au bout du monde.





Je l'ai dit au moins 10 fois ici : les indemnités de licenciement sont trop basses.

Et le gouvernement voulait plafonner les indemnités prod'hommales, c'est à ce genre de chose que les frondeurs s'opposaient...


Globalement, il faut fluidifier le marché du trvaail. Les PME crèvent de cela.

Certes. Mais on peut fluidifier en augmentant les indemnités de licenciement comme tu le proposes, ou en plafonnant les indemnités prud'hommales comme le prévoit (ou le prévoyait, j'avoue que je ne sais plus si l'amendement retiré puis réintégré n'a pas été retiré une deuxième fois) la loi Macron.

Concernant l'inversion des normes je n'ai pas d'avis. Je trouve juste qu'il faut faire confiance localement

...

Juste une question comme ça : tu as un verrou à ta porte, ou tu fais confiance localement pour que personne ne vienne te cambrioler ?

Sinon les "patrons" ne sont pas les tyrans que tu imagines. En tout cas ceux-là tendent à disparaître. On a de bien meilleurs résultats en traitant bien les salariés, en expliquant pour avoir leur assentiment.

Oh mais je suis d'accord. En règle générale, ceux qui ne respectent pas la loi sont une minorité... M'enfin quand on a justement affaire à cette minorité...

Je regarderai jusqu'au bout mais déjà dès les 20 premières secondes, le type perd toute crédibilité à mes yeux. Après 30 secondes, il est pas loin du point Godwin-social. ... ça commence donc très mal.

Bah, petit rappel historique sur la catastrophe de Courrières, les grèves de 1906 et les origine du ministère et du code du travail. :)

Mais si tu veux un truc plus... sobre :



295. totom - 26/02/17 08:20 - (en réponse à : 293)
A mon avis dans ton cas ce n'est pas 6000 mais plutôt 10000 la différence entre Fillon et macaron, car il faut prendre en compte que le dernier va en remettre une couche contre les familles 'aisees" (sans prévenir bien sur mais tu ne pourras pas dire que tu ne t'y attendais pas cette fois ci)

294. totom - 26/02/17 08:14 - (en réponse à : 292)
Parce que Macaron c'est les banquiers au pouvoir c'est tout pour eux, rirn pour les autres
Sa politique hollandiste, et à mon avis dépassée mettra le pays à genoux et en grave récession ( s'il l'applique), de plus elle divisera et attisera les antagonismes entre les pauvres et les riches dans un pays déjà très divisé.
Sans compter que ce serait un pourri au service de la finance qui serait mis à la tête du pays en toute connaissance de cause

293. suzix@bdp - 26/02/17 02:05
285. pm - 25/02/17 15:53 - (en réponse à : suzix post 253)
Je ne comprends toujours pas très bien, j'en suis désolé, c'est peut-être mon grand âge ( je viens d'avoir 60 ans il y a quelques jours, comme Gaston).
Tu as le sentiment d'avoir payé trop d'impôts sous Hollande, bon, admettons, même si au moins la moitié avait été décidé par Fillon/Sarko en fin de quinquennat précédent. Qu'il t'ai insulté je ne comprends pas trop mais bon, c'est ton ressenti ça ne se discute pas.


Et je l'ai écrit plus bas, ce n'est pas principalement les augmentations d'impôts et la division par 2 ou 4 des alloc (et nous on est passé à 4 pour un pouillième en plus)(en gros c'est équivalent dans les 3000€ chacun) qui m'ont mis le plus en colère. C'est la façon de le faire (je vais pas tout redire à nouveau, désolé je l'ai dit bien trop souvent ici mais grosso modo : le gouvernement a augmenté à 3 reprises ces impôts (2 fois le quotient familial et une fois les alloc divisée par deux, c'est pas un impôt mais un versement qu'on ne touche plus, même chose). Déjà la première fois dès leur arrivée, sans le dire. La seconde fois soit-disant pour ne pas toucher aux allocations familiales ... et on sait ce qu'il est advenu! Et ces encülés, ils annoncent bien haut que l'universalité des allocations familiales a été maintenue. Les gros encülés oui! En disant cela, ils mentent. Peu de monde est au courant de la baisse des alloc ... seuls ceux qui sont touchés. J'aurais préféré qu'ils retirent toute la somme. Au moins, on aurait pu dire que les gosses de riches ne touchent plus rien. Mais non là, c'est toutjours "universel"! ... tiens? Comme le RU de Hamon d'ailleurs. Universel ... mais pas pour tout le monde. Quant au quotient familial, même chose, seuls ceux qui paient des impôts et ont des gosses à charge l'ont vu. Y'a besoin d'argent ok. Alors qu'il le prenne mais en faisant cela honnêtement. Et en le faisant savoir à toute la population. Je suis certain que plein d'autres personnes, peut-être même des petits revenus ont été impactés par d'autres chicaneries mesquines. Mais personne ne le sait. Chacun a l'impression qu'il paie plus. Donc non seulement, ils mentent, ne le font pas savoir, mais en plus, ils envoient des lettres faisant la morale à ceux auxquels ils réduisent les alloc (pour ce cas-là). La lettre est odieuse. Ils te parlent du déficit, que cette réduction est une mesure de justice sociale, une mesure de responsabilité ... mais que cette mesure conserve l'universalité. Les encülés oui.
Autour de moi, peu des familles paient des impôts. J'ai vraiment l'impression d'être le dindon de la farce. Des amis instit avec 3 enfants. Pas d'impôts. Des amis avec 5 enfants, pas d'impôts. Mais eux touchent les alloc. Pourtant ils travaillent! Avec le PS on a l'impression que la réussite financière c'est un crime qu'il faut réparer. Pourtant, à l'école de la république, on est presque tous sur la même ligne de départ. J'étais dans des écoles de villages pommés. J'ai pas été à Louis Legrand. Je suis allé à la fac de sciences. Tout le monde peut faire la même chose. Exactement comme le gouvernement français fait à l'Allemagne qui a de trop bon résultat. Les français n'aiment pas la réussite, même toute petite. C'est pas "juste socialement". Lors de ces 5 dernière années, j'ai vraiment eu l'impression d'avoir volé l'argent que j'ai gagné. A chaque coup de bambou, j'ai moins envie d'aller bosser.



Je crois que tu l'as eu mauvaise de voir ton quotient familial abaissé, d'un autre coté est-il vraiment normal de baisser les impôts en fonction du nombre d'enfants, c'est très discutable, la plupart des pays n'ont pas ce genre de pratique. [...] Est-ce que faire des enfants et les élever n'est pas un choix fondamentalement personnel qui ne regarde pas l'état ?

Non, c'est effectivement une décision familiale. Alors pourquoi verser des alloc tout simplement? ... et puis le problème c'est de changer drastiquement les règles. Est-ce que tu crois que les fonctionnaires accepteraient que leurs salaires soient réduits? Et les retraités accepteraient des baisses soudaines de leurs pensions? Nan, on fait pas ça. C'est faisable mais uniquement pour les nouveaux entrants. Alors pourquoi sur les alloc?



Autre point, as-tu vraiment l'impression de vivre moins bien maintenant qu'il y a cinq ans ? Tu es énervé après un certains nombres de décisions que tu as mal vécue mais vis-tu matériellement moins bien ? En cas de réponse positive, penses tu vraiment qu'un type comme Fillon, dont toute action politique serait complètement bloquée à cause des casseroles qu'il traîne ( à chaque demande d'"efforts" on lui demandera pourquoi pas lui!) pourrait améliorer ton "triste" sort ?

Non je vis bcp mieux c'est uniquement parce que qu'on m'a confié des responsabilités croissantes dans ma boite. Ce n'est certainement pas grâce au gouvernement. Je m'en fous que le pays soit bloqué. Je me démerderai. Fillon va revenir sur le quotient familial et sur les alloc ... 6000 euros il va me rendre. Alors je fais quoi? Je vais encore voter contre mon intérêt? ... certainement pas désolé. Et de toute façon je n'ai jamais vu plus loin qu'une année à l'avance. Pas de plan sur la comète. Toute être prêt à ce que ma situation change. Ma femme va sans doute être licenciée sous 18 mois (fermeture d'usine). Moi mon contrat est remis eu jeu chaque année ... donc je vois à court terme.

292. pm - 26/02/17 01:09 - (en réponse à : totom)
Mais je ne vois pas quel argument pour dire que Fillon foutrait plus le pays en l'air que macaron

Parce que Fillon c'est la rédemption par la douleur, sauf pour lui.
Sa politique très à droite et totalement injuste, et à mon avis dépassée mettra le pays à genoux et en grave récession ( s'il l'applique), de plus elle divisera et attisera les antagonismes dans un pays déjà très divisé.
Sans compter que ce serait un voleur qui serait mis à la tête du pays en toute connaissance de cause.
L'échec et le déshonneur en prime.

291. pm - 26/02/17 00:38
Merci Nem° !

290. nem° - 25/02/17 22:20
Joyeux tardiversaire pm! Mazel tov!

289. totom - 25/02/17 18:38
Non
Mais je ne vois pas quel argument pour dire que Fillon foutrait plus le pays en l'air que macaron

288. pm - 25/02/17 18:12 - (en réponse à : TOTOM)
Pour info, j'ai trois enfants, mais je trouve que ces considérations sont anecdotiques. Une bagnole en cinq ans, est-ce que ça vaut le coup de foutre un pays en l'air ?

287. totom - 25/02/17 17:31
Si macaron et Fillon sont très proches sur bcp de points comme la privatisation de la sécu ou la diminution des fonctionnaires le côté familles et pourtant un point qui les différencie bien et il faut admettre que quand tu ai un peu aisé a partir fé deux enfants cest quand même plusieurs milliers d'euros que tu as perdu, l'équivalent d'une voiture en un quinquennat c'est pas rien . Et la tendance se poursuivra avec macaron c'est évident alors Qu' avec Fillon on revient dans l'autre sens. Que ce soit juste ou pas , que Fillon soit un bandit ou macaron une tête de con, c'est un fait , la différence dans les impôts sera doublée car d'un cote on te baisse le quotient de l'autre on te l augmente

286. pm - 25/02/17 15:57 - (en réponse à : suzix)
Sachant que ça a foiré avec Valls, j'ai de gros doutes s'il ne parviens pas à faire accepter ses mesures.

Je ne suis pas Macroniste mais il faut reconnaître que la différence est que c'est annoncé avant et qu'il sera donc plus facile de faire accepter ces mesures.
L'élection de Macron entrainerait une recomposition du paysage politique.
Macron ça reste une politique économique de droite( politique de l'offre), juste moins brutale que Fillon.

285. pm - 25/02/17 15:53 - (en réponse à : suzix post 253)
Je ne comprends toujours pas très bien, j'en suis désolé, c'est peut-être mon grand âge ( je viens d'avoir 60 ans il y a quelques jours, comme Gaston).
Tu as le sentiment d'avoir payé trop d'impôts sous Hollande, bon, admettons, même si au moins la moitié avait été décidé par Fillon/Sarko en fin de quinquennat précédent. Qu'il t'ai insulté je ne comprends pas trop mais bon, c'est ton ressenti ça ne se discute pas. Je crois que tu l'as eu mauvaise de voir ton quotient familial abaissé, d'un autre coté est-il vraiment normal de baisser les impôts en fonction du nombre d'enfants, c'est très discutable, la plupart des pays n'ont pas ce genre de pratique. Il parait que ça favorise la natalité, franchement j'y crois moyen, si la natalité est moins en baisse en France qu'ailleurs je ne pense pas qu'il faille nécessairement chercher de ce coté ( et si c'est le acs est-ce sain ? ). Est-ce que faire des enfants et les élever n'est pas un choix fondamentalement personnel qui ne regarde pas l'état ?
Autre point, as-tu vraiment l'impression de vivre moins bien maintenant qu'il y a cinq ans ? Tu es énervé après un certains nombres de décisions que tu as mal vécue mais vis-tu matériellement moins bien ? En cas de réponse positive, penses tu vraiment qu'un type comme Fillon, dont toute action politique serait complètement bloquée à cause des casseroles qu'il traîne ( à chaque demande d'"efforts" on lui demandera pourquoi pas lui!) pourrait améliorer ton "triste" sort ?
Et puis plus généralement comment oserez vous vous plaindre de quoi que ce soit si vous avez mené un voleur ( même s'il s'avère que c'est légal ) au pouvoir. ce serait la porte ouverte à tous les abus "républicains", cette balkanysation de la république me parait impensable.

284. Léon le Wacky - 25/02/17 12:51
Quand on a un nom de Q, on finit forcément par l'avoir dans le Fillion.

283. nem° - 25/02/17 01:43
Du coup je ne te lis qu'à 15-20%.

282. torpedo31200 - 25/02/17 00:54 - (en réponse à : nem° - post # 281)
Si on suit ta logique, pourquoi venir ici ?

(Moi, je pars du principe que tu es guéris à 80-85 %)

281. nem° - 25/02/17 00:18
Voilà pourquoi je regarde plus la télé, chaque fois que tu l'allumes...


280. nem° - 25/02/17 00:01
Un ex-Premier ministre en correctionnelle! Je sors le popcorn!

279. suzix@bdp - 24/02/17 19:22
lu sur le net ce jour ...

Si l’hypothèse de l’ouverture d’une information judiciaire n’est pas retenue, l’autre possibilité qui s’offre au parquet national financier est une citation directe. C’est-à-dire que François Fillon serait jugé devant un tribunal correctionnel sans avoir été mis en examen.

Le déclenchement d’une telle procédure entraîne la saisine d’un ou plusieurs juges d’instructions. Pour mener à bien leur enquête, les juges d’instruction peuvent perquisitionner, auditionner les témoins, les suspects, ordonner un contrôle judiciaire voire prononcer une mise en examen.


... tadammmm

278. nem° - 24/02/17 16:57
Non, mais je vais pas aux obsèques de Xavier Beulin non plus.

277. suzix@bdp - 24/02/17 15:56
pourquoi le dimanche tu vas à la messe?

276. nem° - 24/02/17 15:40
Sinon les "patrons" ne sont pas les tyrans que tu imagines. En tout cas ceux-là tendent à disparaître. On a de bien meilleurs résultats en traitant bien les salariés, en expliquant pour avoir leur assentiment.

C'est pour ça que la loi travail a libéré le travail dominical et nocturne, j'imagine? Tu te fous de nos gueules non? Tu vois, électeur de Hollande, c'est ça ton problème : entre des esclaves robots ou humains, toi tu choisis les humains.

275. pierrecédric - 24/02/17 15:35
T'es vraiment indécrottable.
Vis bien dans ta vie toute pourrie de râleur, t'es finalement comme pas mal de type qui se complaisent dans leur médiocrité.

274. suzix@bdp - 24/02/17 15:15
272. pierrecédric - 24/02/17 14:28 - (en réponse à : Suzysaillette)
Si macron pouvait te faire chier autant voir plus que Hollande.


Tu as raison. Dans le doute je vais voter Fillon. Merci pour le conseil.

273. suzix@bdp - 24/02/17 15:14
270. longshot - 24/02/17 14:04 - (en réponse à : suzix)
les syndiqués sont invirables
...
Faudra un jour que t'assumes : quand tu en es à vouloir une loi pour faciliter le licenciement des syndiqués, c'est que tu es bien, bien à droite. (Ou alors Gattaz et le MEDEF sont communistes, parce que même eux ils n'oseraient pas.)


Je voulais dire les DP. Pourquoi faire une différence de traitement avec les autres salariés? Vu les prud'hommes, cela métonnerait qu'ils n'examinent pas à la loupe le licenciement d'un DP ... donc pourquoi faire une différence à la base?



Nan mais à la limite, autant interdire direct les syndicats. Et présenter ça comme une mesure de gauche pour sauver la croissance et l'emploi.

Le pb en France est que les syndicats sont mauvais et ne représentent plus personne. En tout cas sur le plan national. Je connais certaines usines qui ont conservé les emplois et même pérenniser l'activité pour des années en jouant le jeu. Du coup la multinationale a fait des investissements qui auraient pu être faits dans d'autres pays. Les français sont un peu plus chers (apparemment moins que les allemands) mais ils font du bon boulot et cela joue.



Ou dans le même ordre d'idée, on pourrait permettre au gouvernement de virer les députés frondeurs et ceux de l'opposition. Ben oui, comme ça, plus besoin du 49.3 ! Ce serait vachement plus démocratique du coup.

n'importe quoi. ... je vais pas commenter ton délire hein ? (;o)


Bon, sérieusement, quand même : dans la loi travail / El Khomri, et dans la loi Macron il y avait beaucoup plus que « faciliter les licenciements ». Il y avait aussi le plafonnement des indemnités de licenciement (oui, d'accord, si ça coûte moins cher c'est aussi plus facile pour le patron, mais ça n'a pas grand chose à voir avec les questions « administratives » que tu évoquais), et surtout la fameuse « inversion de la hiérarchie des normes », ou la possibilité de négocier au niveau de l'entreprise des accords moins favorables aux salariés que les accords de branche — Complexifiant au passage largement le code du travail... Pour le salarié...

Je l'ai dit au moins 10 fois ici : les indemnités de licenciement sont trop basses. Du coup, les licenciés vont presque systématqiement aux prud'hommes créant du boulot à la PME et de l'incertitude pour les deux parties. Il faut augmenter les indemnités de licenciement. Dans ma branche, au moins par 4. par 6 pour les premières années. Actuellement c'est 1 mois pour 4 années ... on augmente cela drastiquement et les prud'hommes examinent vite-fait le dossier s'il est fait appel à eux et ils ne traitent plus que les trucs graves.
Globalement, il faut fluidifier le marché du trvaail. Les PME crèvent de cela.
Concernant l'inversion des normes je n'ai pas d'avis. Je trouve juste qu'il faut faire confiance localement et que le code du travail est un beau merdier. Sinon les "patrons" ne sont pas les tyrans que tu imagines. En tout cas ceux-là tendent à disparaître. On a de bien meilleurs résultats en traitant bien les salariés, en expliquant pour avoir leur assentiment.


Tiens, tu veux quelqu'un qui connaît bien le monde du travail pour en parler, écoutons Gérard Filoche (*)

Je regarderai jusqu'au bout mais déjà dès les 20 premières secondes, le type perd toute crédibilité à mes yeux. Après 30 secondes, il est pas loin du point Godwin-social. ... ça commence donc très mal.

272. pierrecédric - 24/02/17 14:28 - (en réponse à : Suzysaillette)
Si macron pouvait te faire chier autant voir plus que Hollande.

271. longshot - 24/02/17 14:23 - (en réponse à : 265. totom)
Non. J'aimerais bien, parce que dans le système actuel ils se font concurrence alors qu'ils ont beaucoup en commun (plus entre eux qu'avec la droite du moins) mais je n'y crois pas.

Ce qu'il faudrait c'est voter par note, là ils pourraient se maintenir aussi nombreux qu'ils le voudraient... Mais bon, pour ce coup-là c'est un peu râpé.

270. longshot - 24/02/17 14:04 - (en réponse à : suzix)
Je ne crois pas avoir comparé Macron et Hamon sur leur expérience dans le privé.

Oui, c'est un peu cette différence de traitement que je voulais souligner, en fait.

les syndiqués sont invirables

...

Faudra un jour que t'assumes : quand tu en es à vouloir une loi pour faciliter le licenciement des syndiqués, c'est que tu es bien, bien à droite. (Ou alors Gattaz et le MEDEF sont communistes, parce que même eux ils n'oseraient pas.)

Nan mais à la limite, autant interdire direct les syndicats. Et présenter ça comme une mesure de gauche pour sauver la croissance et l'emploi.

Ou dans le même ordre d'idée, on pourrait permettre au gouvernement de virer les députés frondeurs et ceux de l'opposition. Ben oui, comme ça, plus besoin du 49.3 ! Ce serait vachement plus démocratique du coup.

...

Bon, sérieusement, quand même : dans la loi travail / El Khomri, et dans la loi Macron il y avait beaucoup plus que « faciliter les licenciements ». Il y avait aussi le plafonnement des indemnités de licenciement (oui, d'accord, si ça coûte moins cher c'est aussi plus facile pour le patron, mais ça n'a pas grand chose à voir avec les questions « administratives » que tu évoquais), et surtout la fameuse « inversion de la hiérarchie des normes », ou la possibilité de négocier au niveau de l'entreprise des accords moins favorables aux salariés que les accords de branche — Complexifiant au passage largement le code du travail... Pour le salarié...

Tiens, tu veux quelqu'un qui connaît bien le monde du travail pour en parler, écoutons Gérard Filoche (*) :



Bref, connaître le monde du privé, c'est bien, mais faut pas oublier que dans le privé, il n'y a pas que les patrons et les actionnaires, il y a aussi des salariés...

(*) « Ayant obtenu une licence et un certificat de maîtrise de philosophie à Rouen en 1968, il est successivement moniteur, facteur, conducteur de train, manutentionnaire, chauffeur-livreur, maître-auxiliaire, enseignant de philosophie, journaliste, un des dirigeants du quotidien Rouge du 15 mars 1975 au 29 janvier 1979, ouvrier du livre, puis contrôleur du travail à la formation professionnelle de 1982 à 1985. Nommé inspecteur du travail pour ses 40 ans en 1985, il exerce ses fonctions d'abord dans l'agriculture en Champagne-Ardenne de 1987 à 1989, ensuite à Paris, 3e arrondissement de mars 1989 à avril 2003 et enfin, 2e arrondissement jusqu'à sa retraite en décembre 2010. » (source: Wikipédia, qui raconte au passage une ancdote assez croustillante de licenciement...)

269. suzix@bdp - 24/02/17 14:01 - (en réponse à : pc)
Hollande m'a fait chier pendant 5 ans, il peut bien te faire chier qq posts!

268. pierrecédric - 24/02/17 13:47
Tu pouvais pas plutôt créer un lien au lieu de mettre la vidéo directement Cisaillette ?
C'est pas la première fois que tu nous fais le coup.

267. nem° - 24/02/17 13:27 - (en réponse à : totom)
Le principe d'une éléction présidentielle, c'est un candidat pour rallier un maximum de voix. Il ne peut en rester qu'un.

266. nem° - 24/02/17 13:26 - (en réponse à : suzix)
M. Macron, qui exclut «toute hausse de la TVA», propose par ailleurs d’exonérer de taxe d’habitation 80% des Français, une mesure qui coûtera environ dix milliards à l’Etat.

Le vrai courage politique serait de la supprimer totalement. Ca fait un peu médiéval comme taxe. Pourquoi pas une taxe sur l'air tant qu'on y est?

265. totom - 24/02/17 13:11
Et l'alliance Hamon Mélenchon, vous y croyez, malgré leurs grosses divergences sur l'Europe ?

https://www.marianne.net/politique/pourrait-tres-bien-imaginer-un-hamon-president-et-un-melenchon-en-chef-du-gouvernement

Ca aurait le mérite de recentrer le débat sur autre chose que le banquier contre l'assureur

264. suzix@bdp - 24/02/17 13:02 - (en réponse à : nemo 262)
oui c'est ce que je disais plus bas : il est dans la continuité sociale-démocrate de Hollande mais en essayant d'aller au bout des choses. Sachant que ça a fouaré avec Valls, j'ai de gros doutes s'il ne parviens pas à faire accepter ses mesures. ... la différence avzc Hollande c'est qu'il aura dit les choses avant.

263. suzix@bdp - 24/02/17 12:57
Le PS doit surtout clarifier sa position : social-démocrate ou socialiste ... ou communiste (parce que sur certains points, c'est vraiment pas loin). Mais peu importe, il faut surtout faire revenir du bon côté de la contestation une partie des français qui ont basculé au FN ... c'est qd même hallucinant qu'un français sur 4 (peut-être même plus car bon nombre répondent à côté dans les sondages qu'adore pc) s'apprête à voter FN ... donc un quart de la population française est prête à tout foutre par terre!? ... même en additionnant large je ne parviens pas 25%. Comprends pas.

262. nem° - 24/02/17 12:50
On rentre dans le dur. Après le ventre mou, le centre dur.

Fini le saupoudrage de mesures, place à la clarification: Emmanuel Macron a dévoilé vendredi le cadrage économique de son projet pour la présidentielle, promettant notamment 60 milliards d’euros d’économies en cinq ans.
Dans une interview aux Echos mise en ligne dès jeudi soir, le fondateur d’En Marche! a présenté le chiffrage de son projet, qui veut allier «trajectoire budgétaire vertueuse» et «invention d’un nouveau modèle de croissance».
Réaffirmant son souhait de «rest(er) dans l’épure des 3% de déficit», l’ancien ministre de l’Economie s’engage à réduire la dépense publique française de trois points de PIB en cinq ans, soit 60 milliards d’économies par rapport à la hausse spontanée de ces dépenses, un objectif en ligne avec celui que s’était fixé François Hollande en 2012.
Pour y arriver, M. Macron vise «25 milliards d’économies sur la sphère sociale», dont 15 milliards sur l’Assurance maladie et 10 milliards sur l’assurance chômage.
Favorable à un système de «droits et devoirs», M. Macron a réaffirmé sur RMC/BFMTV son souhait que les chômeurs ne soient plus indemnisés au deuxième refus d’une offre d’emploi «décente».
L’ancien locataire de Bercy entend également réduire de 10 milliards d’euros sur cinq ans les dépenses des collectivités locales, en nouant avec elles un «pacte» et en leur donnant des «marges de manoeuvre».
Elles auront ainsi leur «mot à dire» sur l’évolution du salaire des fonctionnaires («ce sera à elle de décider désormais pour leurs agents»), pourront «recourir plus largement à des recrutements de droit privé», devront «respecter la durée annuelle légale du temps de travail» et «pourront revenir sur la réforme des rythmes scolaires».
M. Macron a précisé vendredi matin qu’il souhaitait «dissocier les «trois fonctions publiques» (d’Etat, hospitalière et territoriale) et développer le plus possible le «paiement au mérite».
Autres gisements d’économie: la baisse des effectifs des fonctionnaires, qui pourrait aller jusqu’à 120.000 postes (70.000 venant des collectivités et 50.000 de l’Etat). Ce chiffre est une «référence», un «ordre de grandeur» a souligné M. Macron, pour qui «ce sera aux ministres de faire des choix».
Le candidat souhaite également le retour à un seul jour de carence pour les fonctionnaires, mesure instaurée par la droite et abrogée par François Hollande en 2012. Il a laissé entrevoir une réforme du régime de retraite allant vers une plus grande «équité» entre le public et le privé.
M. Macron propose par ailleurs 50 milliards d’euros d’investissement public sur le quinquennat (dont 15 milliards consacrés à la formation et 15 autres à la transition écologique et énergétique), et 20 milliards de baisse nette des prélèvements obligatoires.
Le taux de l’impôt sur les sociétés sera ramené de 33,3% à la moyenne européenne, c’est-à-dire 25%. M. Macron, qui exclut «toute hausse de la TVA», propose par ailleurs d’exonérer de taxe d’habitation 80% des Français, une mesure qui coûtera environ dix milliards à l’Etat.


AFP

261. nem° - 24/02/17 12:30
Le PS est cliniquement mort. Il reste à l'enterrer. Moi je serais plutot pour bruler le corps et jeter l'urne dans la fosse des Mariannes.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio