Tchiii-tchaaa: du pop corn caramel dans le Gesamtkunstwerk .

Les 1237 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25


937. Philhary - 10/02/17 19:56 - (en réponse à : nem°)
J'ai l'impression d'un dialogue de sourd. J'avais renoncé à la discussion suite à ton post 884, parce que tu m'y faisais dire exactement le contraire de ce que j'écrivais.

Personne ne disqualifie a priori les films de super héros, bon sang de bonsoir ! On (Froggy, moi, d'autres sans doute...) te parle des productions Marvel Studios, dont on trouve qu'ils sont des produits sans saveur.
Qu'on aime ou pas ces réalisateurs, Sam Raimi, Tim Burton, Christopher Nolan, Brad Bird (avec Les Indestructibles)... ont prouvé (mais je n'en doutais pas) qu'on pouvait faire des choses passionnantes avec les super-héros.

Et ta défense du genre en général ne s'adresse, je pense, qu'à des gens déjà convaincus. J'indiquais même dans un post précédent qu'à mon avis le genre était constitutif du cinéma. La plupart des grands réalisateurs ont œuvré dans des genres : le film noir pour Lang ou Kurosawa, le thriller pour Hitchcock, la SF et l'épouvante pour Kubrick, le western pour Ford et Hawks, on pourrait continuer longtemps.

En fait j'ai l'impression que tu es vexé parce que tu apprécies les productions Marvel Studios, que tu n'aimes pas qu'on te dise que c'est du McDo tout en ayant pour ligne de défense : Pourquoi comparer du McDo à de la haute gastronomie ?
Je suis perplexe.

Certes, rien n'oblige à regarder les productions Marvel, le problème c'est que les studios n'investissent plus que dans ce type de films à franchise, pensés par des conseils d'administration, et que les réalisateurs qui voudraient faire des films nécessitant des budgets conséquents (Fincher, James Gray, Kathryn bi gelow, même Martin Scorsese !) ont de plus en plus de mal à les faire.
Il y a quelques années, la richissime Megan Ellison est apparue comme le sauveur, avec sa société Annapurna, pour permettre à certains de ces réalisateurs de monter leurs projets.
En gros, il reste Spielberg (et encore il a eu du mal à financer son Lincoln...), Cameron, Nolan et Ridley Scott qui peuvent faire des films à gros budget, ayant leur patte.

936. TILLIERTON - 10/02/17 17:59
Pas d'accord sur le foie gras

935. nem° - 10/02/17 17:20
D'accord avec Froggy pour le coup, le Batman de Burton est cent fois plus inventif et osé que les fumisteries de Nolan, qui seront irregardables dans dix ans. C'est dejà le cas en ce qui me concerne.
Oui, certains burgers peuvent ètre délicieux, c'est ce que je voulais dire. C'est pas les ingrédients, c'est la recette et la présentation. Un mauvais film est un mauvais film, genre ou pas.
Après on peut faire le procès du genre, ça me gène pas, mais disqualifier un film parce que c'est du superhéros, pas d'accord. C'est d'ailleurs un problème très français, ce mépris de classe cinématographique.

934. Mr Degryse - 10/02/17 09:08
Non !

Le premeir Batman a très très mal vieilli et est quasi irregardable même avec la prestation de Nicholson. Seul le 2 est très bon.

933. froggy - 10/02/17 00:54
Nem°: si tu veux, je peux prendre les films de Michael Bay comme metre-etalon de la nullite cinematographique, ou ceux de Philippe Clair, ou encore Max Pecas.

Je te signale que l'on trouve d'excellents burgers aux USA, ils ne sont pas faits chez McDonald ou Burger King bien sur. Le meilleur que j'ai mange etait a New York dans un restaurant de Times Square, le pain etait legerement brioche, la viande d'excellente qualite, c'etait du filet de boeuf, avec un petit morceau de fois gras, la sauce etait divine et c'etait servi avec des petites pommes de terre soufflees. Exquis! Le prix aussi d'ailleurs, $35 pour la chose et c'etait il y a dix ans.

Tout cela pour dire qu'un film Marvel pourrait etre bon si il n'y avait pas autant d'intervenants dans le processus de fabrication du film. Bien que ce ne soit pas Marvel mais DC Comics, le premier Batman de Tim Burton est un tres bon film car le metteur en scene avait une vision et la Warner l'a laisse tranquille. 10 ans plus tard, ce n'etait plus le cas, il a abandonne le Superman qu'il devait faire avec Nicholas Cage dans le role principal car tout le monde lui disait ce qu'il devait faire et c'etait un metteur en scene de son calibre. Le film ne s'est malheureusement pas fait, cela aurait pu etre bien meme si avec Burton, on ne sait plus trop, a part son tout dernier film, Miss Peregrine et les enfants particuliers ou l'on retrouve son univers, ceux anterieurs sont quand meme tres en deca de ceux qui ont fait sa gloire et sa fortune dans les annees 90. Pour faire ses films, Marvel choisit des metteurs en scene sans personnalite qui sont beaucoup plus malleables. Sur une franchise differente, Alien, Jean-Pierre Jeunet a raconte qu'il avait eu beaucoup de problemes pour imposer sa vision du film aupres des gens de la Twentieth Century-Fox.

Torpedo; je te remercie pour l'information mais on ne trouve pas Positif a Washington. Qu'y dit-il en substance?

932. torpedo31200 - 10/02/17 00:09 - (en réponse à : froggy - post # 927)
Je te conseille l' entretien de Damien Chazelle dans le Positif de janvier (# 627). Très instructif, et ça te confortera dans ce que tu as décelé comme influences.

931. torpedo31200 - 09/02/17 23:59 - (en réponse à : froggy - post # 927)
Yes.
Même si le film est mal vendu amha, puisque ce n' est pas une comédie musicale (3 ou 4 scènes dansées) mais un musical, tour à tour expérimental, méta-movie, love story, virtuose, plutôt cruel et extrêmement ambitieux, où la ville joue un rôle important et n' a jamais été aussi bien filmée.

A partir du lien BA que tu as posté, on peut voir l' ouverture de Jimmy Fallon pour les Golden Globes 2017. A ne pas rater.

930. Kikôm - 09/02/17 23:55
Autant un bon cheeseburger avec une quiche lorraine : ça n'a rien à voir.

Alors si je puis me permettre, ils ont le lard fumé en commun quand même. Et c'est pas rien ça. Je dirais même que c'est capital, personne ne refuse du bacon dans son burger, quand à la quiche sans ses lardons, c'est rien qu'une omelette sur une biscotte mouillée. Voilà, je pense que c'était important de le dire. De là à affirmer qu'au cinéma, les lardons des auteurs finissent comme le bacon du MCU..

929. nem° - 09/02/17 23:42
*autant comparer

928. nem° - 09/02/17 23:41 - (en réponse à : froggy)
Si tu pouvais cesser d'utiliser les films Marvel comme mètre-étalon de la qualité cinématographique, ce serait bien urbain. Autant un bon cheeseburger avec une quiche lorraine : ça n'a rien à voir.

927. froggy - 09/02/17 19:01
Je suis alle voir La-la-land, le film dont tout le parle ici, il a recu 14 nominations aux Oscars de cette annee, ce qui le met au rang des films les plus nommes dans l'histoire de la ceremonie avec Eve de Mankiewicz et Titanic de Cameron. Jamias deux sans trois, dit-on, cela signifie que le film a toutes les chances de remporter l'Oscar du meilleur film. Et il a toutes les chances de l'avoir, son rival le plus serieux est Moonlight que j'ai beaucoup aime egalement mais j'ai ete plus sensible a la brillance de La-la-land qui m'a enchante.

Enchante est le bon mot car une de ses references les plus evidentes est l'univers de Jacques Demy et ce des la scene d'ouverture comme si le Fellini de Huit et demi avait rencontre le Demy des Demoiselles de Rochefort mais j'en ai decele quelques autres dont Tous en scene de Minelli et New York New York de Scorsese. De toutes facons, cela n'a pas beaucoup d'importance car le film est profondement original de par les chansons, tres jazzy mais pas a la Michel Legrand, la choreographie est excellente et la photographie met bien en valeur les declinaisons de couleurs que le metteur en scene a mis a l'ecran tel un peintre le fait sur sa toile. D'aucuns diront qu'il n'y pas de scenario. Bien au contraire, il n'a pas le merite d'etre tres original dans le fond, un garcon rencontre une fille, ils tombent amoureux, vont-ils rester ensemble? Comme d'habitude, c'est l'habillage qui fait la difference, c'est a dire le point de vue qu'adopte le realisateur pour mettre en scene son histoire et il n'est pas difficile de constater que Damien Chazelle, le directeur en question a du talent et sait faire preuve d'originalite. Je l'avais deja remarque avec Whiplash, son precedent film, qui racontait l'histoire d'un jeune joueur de batterie quii etait vampirise par son tres tyrannique professeur de musique. Dasn ce film, Chazelle ancre ses personnages dans une vraie realite meme si ils s'offrent des moments de danse et de chants, ainsi que le faisait Demy.

Si vous voulez voir un film qui n'a pas d'effets speciaux abracadabrants et que vous vouliez vous attacher a des vrais personnages et non des personnages monolitiques a la Marvel, je ne peux que vous recommander La-la-land. En plus, Emma Stone, l'actrice principale y est absolument charmante.


926. froggy - 02/02/17 04:50
Aujourd'hui 2 fevrier, est Groundhog Day aux USA. Excellent pretexte pour vous inciter a voir ou revoir ou rerevoir une des meilleures comedies americaines des annees 90, et accessoirement une des meilleures comedies tout court, intitulee fort a propos Groundhog Day en anglais et Un jour sans fin en francais. Bill Murray y est excellent, Andy MacDowell y est charmante et les seconds roles son tres bons. C'est tout a fait le genre de film qui offre une tres agreable moment de detente en ces temps moroses. A consommer sans moderation,


925. Odrade - 01/02/17 18:30
WHAAAAT !?!??
Un nouveau Dune ?????
Le film de Lynch (à part en effet la sublime BO), est hummmm évitable. Notamment à cause de la tête à claques de Maclachlan et l'invention débile de la VOIX ! Ca m'a foutu en l'air tout son spectacle.
Le making-of est intéressant, par contre.


O.


924. froggy - 01/02/17 16:49
Il semble que je sois un des seuls mais j'avais beaucoup aime le film que David Lynch en avait tire en 1984. Je ne l'ai pas revu depuis, je n'en ai jamais eu l'opportunite, je me demande si je changerais d'avis. Il faut dire que je l'ai vu dans des conditions optimales, c'etait au Kinopanorama, avenue de la Motte-Picquet a Paris, c'est bien simple, c'etait ma salle preferee de la capitale; un ecran gigantesque, 240 m2, des fauteuils tres confortables, un equipement audio sublime, bref, le bonheur pour des films a grands spectacles. C'est dommage que la salle n'existe plus.

Pour en revenir a Dune, une chose est sure, la BO de Toto est toujours aussi bien.

923. Philhary - 01/02/17 16:21
C'est officiel, Denis Villeneuve va réaliser l'adaptation de Dune. Il devrait y avoir plusieurs films.

922. froggy - 31/01/17 17:37
Sur John Hurt, j'avais oublie qu'il joue Winston Smith dans la version filmee de 1984. Le probleme est que malgre sa distribution du film, Hurt, Richard Burton, le film n'est pas terrible. Il faut dire que j'ai tellement aime le livre qui fait partie de mes livres de chevet et qui m'a profondement marque que je ne pouvais qu'etre decu.

Autrement, ce qui est curieux chez John Hurt est le fait qu'il avait atteint le niveau de tete d'affiche au debut des annees 1980 et puis il a decide de faire marche arriere pour ne jouer que dans des seconds roles, importants pour le film mais toujours derriere les roles principaux. Cela devait le rendre plus libre dans ses choix. Et puis, j'aime toujours chez certains acteurs leur cote cameleon quand ils se cachent derriere leur role, John Hurt etait definitivement un de ceux la.

921. Bert74 - 30/01/17 13:54
John Hurt m'avais beaucoup marqué dans le trop méconnu Osterman Week End de Peckinpah.

920. torpedo31200 - 29/01/17 19:18 - (en réponse à : post # 918)
John Hurt, c' est aussi pour moi The Hit de Stephen Frears, Scandal de Michael Caton-Jones et un paquet impressionnant de seconds rôles, chez Jarmusch notamment.

919. Philhary - 29/01/17 19:07 - (en réponse à : Froggy)
Je ne sais pas si cela a plait a tout le monde ici mais j'en profite toujours pour vous parler de certains films qui ont marque ma vie de cinephile.

Tout le monde, je ne sais pas, mais moi en tout cas j'apprécie ces morceaux d'autobiographie cinéphile.

918. froggy - 29/01/17 00:45
Triste journee pour le cinema europeen pusique 2 grands acteurs viennent de deceder en moins de 24 heures Emmanuelle Riva et John Hurt.

Je ne sais pas si cela a plait a tout le monde ici mais j'en profite toujours pour vous parler de certains films qui ont marque ma vie de cinephile. Et c'est ma maniere a moi de leur rendre un petit hommage.

Comme beaucoup de francais de mon age, j'ai decouvert John Hurt en 1978 dans Midnight Express d'Alan Parker, le film qui fit beaucoup pour les prisons turques et probable source d'inspiration pour le premier Largo Winch, L'heritier et egalement source d'un sublime dialogue dit par Peter Graves dans Y a-t-il un pilote dans l'avion?. Il y jouait aux cotes de Brad Davis, le role du junkie. Il y etait tellement convainquant que tout le monde croyait que la production avait recrute un veritable heroinomane. Evidemment, personne ne l'a reconnu un an plus tard dans le premier Alien ou il est la premiere infortunee victine du monstre. Mais son plus grand role est dans le magnifique film de David Lynch, Elephant Man ou malgre le maquillage, Hurt arrive a exprimer toute une gamme d'emotion et de sentiments qui le firent definitivement ranger parmi les grands de la scene anglaise. Et puis, il est l'alcoolique desenchante et desabuse du chef d'oeuvre de Michael Cimino, La Porte du Paradis dont toutes les occasions sont bonnes pour en parler tellement c'est bien. Il a fait beaucoup d'autres films bien sur mais je recommande particulierement ces quatre la.

Quant a Emmanuelle Riva, je ne l'ai vue principalement que lors de reprises. Je n'etais pas ne quand Hiroshima mon amour est sorti. C'est un des films d'Alain Resnais que je prefere. Le film permis a la ville de Nevers d'etre connue dans le monde entier puisqu'une partie de l'action s'y passe. Avant le film, la ville etait essentiellement connue pour etre celle ou recueille la depouille de Bernadette Soubirous (aucun rapport je vous assure, je ne fais que vous etaler mon immense culture, bande d'ignorants!). Dans ce film, Emmanuelle Riva joue une femme qui s'est fait rasee apres la Liberation pour avoir aimer un soldat allemand et qui tombe amoureuse d'un japonais lors d'un voyage a Hiroshima 15 ans plus tard. Le scenario est de Marguerite Duras et malgre ce lourd bagage culturel, Resnais/Duras, le film est d'une simplicite evidente et visuellement tres beau avec un superbe montage qui allie documentaire et fiction. Resnais a tres bien choisi son actrice car son visage et sa voix vous font admettre que sous une apparence froide, se cache une femme passionnee qui n'hesite pas a braver tabous et interdits pour vivre ses passions amoureuses. C'est peut-etre pour cela que Jean-Pierre Melville l'engagera pour jouer celle qui tombe amoureuse de Leon Morin, un pretre dans le film du meme nom ou celui-ci est joue par Belmondo. Comme le metteur en scene n'est pas le dernier des manches et avec de tels comediens, il est inutile de dire que le film est magnifique de passion contenue et de non-dits. Ce film est a voir non seulement pour cela mais aussi parce qu'il fait partie de la trilogie des films de Melville sur la 2e Guerre Mondiale avec Le silence de la mer et L'armee des ombres. Ensuite, elle rejoue la meme partition de femme amoureuse mais delaissee par son mari qui est incapable de la comprendre, dans la premiere version de Therese Desqueyroux avec Philippe Noiret. Elle y est superbe et je ne suis pas pres d'oublier la scene finale ou sans rien dire, elle nous fait comprendre qu'elle attend un geste, une parole de son mari qu'il fasse un geste, mais non, il ne voit rien. Et puis finalement et bien sur, il y a Amour, le tres beau film d'Haneke ou elle a Trintignant comme mari. Avec le Resnais, ce sont probalement les deux films que l'on retiendra d'elle. Je suis d'accord avec ca mais il ne faut pas negliger les deux autres que j'ai mentionnes. Il est simplement dommage qu'elle n'ait pas fait plus de films. Cependant, sa rarete sur les ecrans etaient compensee par l'intensite de sa presence. Elle donnait toujours l'apparence d'une femme tres forte mais avec des felures interieures qui pouvaient etre devastatrices pour les roles qu'elle interpretait.

917. froggy - 28/01/17 23:50 - (en réponse à : Philary)
J'adore ce genre d'emissions qui passe plein de courts extraits de films que j'adore. J'apprecie aussi beaucoup le montage qui font passer du coq a l'ane en association non pas hasardeuse mais audacieuse.

916. Philhary - 26/01/17 22:09

915. Victor Hugo - 22/01/17 21:10

914. pierrecédric - 21/01/17 12:58 - (en réponse à : nem°)
Euh... oui.
Enfin, oui c'est assez amusant, mais ne pas en faire trop là, je ne saurais dire...

913. nem° - 21/01/17 11:30 - (en réponse à : PC)
Ce que j'aime bien dans Toxic avenger, c'est que les acteurs n'en font pas trop.



912. pierrecédric - 21/01/17 10:24 - (en réponse à : nem°)
Cigare fêlé on dirait plutôt que c'est Jacques Dynam qui le double.

911. froggy - 20/01/17 18:55
J'ai vu le dernier Scorsese, Silence qui est un tres beau film, on ne peut pas en attendre moins de lui. Tels La derniere tentation du Christ et Kundun, il a une fois de plus une crise de foi car la question qui se pose derriere ces films est qu'est-ce que la foi? Ce ne sont evidemment pas des films pour suzix qui est athee (Dieu merci!). J'ai beaucoup aime le film car il pose des questions actuelles sur le bien fonde des peres missionnaires et le risque qu'ils font courir aux populations locales qui se sont convertis au christianisme, l'action se passe au Japon au 17e siecle. Je n'ai pas pu m'empecher en effet de penser a ce qui se passe actuellement avec les extremistes musulmans qui sement leur guerre sainte a travers l'Europe au nom d'une foi que j'estime etre completement pervertie en l'occurrence. Jusqu'on peut-on aller pour reconcilier sa vie d'homme et sa vie de pretre quand on est confronte a des choix corneliens? Scorsese, cineaste catholique meme si il ne croit plus (selon ses affirmations) nous donne une reponse similaire a celle qu'il nous avait donne dans La derniere tentaion

Si Danyel vient encore ici et si il a vu le film, j'aimerais bien qu'il intervienne ici meme considerant sa connaissance du Japon.


910. pierrecédric - 20/01/17 18:42
Merci nem°, film amusant.^^
Par contre je suis certain que ce n'est pas Claude joseph le doubleur de Cigare fêlé...:\

909. nem° - 20/01/17 17:21

908. froggy - 19/01/17 17:15 - (en réponse à : pc)
Entre gens de bonne compagnie, on n'explique pas une contrepeterie.

907. pierrecédric - 19/01/17 10:29
Ah oui y'a aussi la colonne des bites.

906. marcel - 19/01/17 10:12
Ca marche aussi mais c'est moins drole.

905. pierrecédric - 19/01/17 10:10
La bottine décolle ?

904. marcel - 19/01/17 09:57
Ouh pinaise, j'ai mis un moment a la trouver, celle-la... Effectivement, ca sent le truc fait expres des traducteurs...

903. froggy - 19/01/17 01:32 - (en réponse à : pc)
Tu n'as pas remarque que c'est une contrepeterie?

902. pierrecédric - 18/01/17 10:06
Trinita va tout casser c'était une mauvaise traduction sinon.

901. pierrecédric - 18/01/17 10:02
Euh ouiiiiiiiiiiiiiiiii.
Je ne te comprends pas des masses là.

900. froggy - 18/01/17 07:46 - (en réponse à : pc)
La colline des bottes? En 69?

Tu veux me faire mourir de rire, c'est bien cela?

899. pierrecédric - 17/01/17 22:53
Je ne sais pas ce que donne la réplique originale de Terence Hill (en Italien) mais celle que donne Jacques Thébault en français est excellente, la fameuse réplique:
Y'a que le pantalon.
^^

898. Victor Hugo - 17/01/17 22:40
Bud spencer était dans Quatre mouches de velours gris de Dario Argento, son 3ème de la trilogie animale après L'Oiseau au plumage de cristal et Le Chat à neuf queues. Film que je vous conseille pour Jean-Pierre Marielle en flic italien.

897. pierrecédric - 17/01/17 21:05
Ah, faut le prendre au second degré, oui bon...
J'ai trop souvent tendance à le prendre trop au sérieux ce dommage que.

896. stefan - 17/01/17 21:01
Non, pas un argument. Une petite pique taquine. Faut pas prendre ça au sérieux.

895. pierrecédric - 17/01/17 21:00
Bon, moi aussi j'utilise le "dommage que" pour autres choses...

894. pierrecédric - 17/01/17 20:54
Superbe argument...

893. Stefan - 17/01/17 19:54
Dommage qu'ils aient jamais fait de comédie musicale.

892. pierrecédric - 17/01/17 18:59
Scène mémorable:^^

891. pierrecédric - 17/01/17 18:03
Raoul Delfosse dans Salut l'ami adieu le trésor, ça ne valait pas Claude Bertrand (super doubleur franchement) mais on faisait avec.

890. pierrecédric - 17/01/17 17:17
En vieillissant il a assez changé physiquement mais on reconnait quand même le gars.
Ils en ont fait 17 ensemble:
1994 : Petit papa baston
1985 : Les Super-flics de Miami
1984 : Attention les dégâts !
1983 : Quand faut y aller, faut y aller !
1981 : Salut l'ami, Adieu le trésor
1979 : Cul et chemise
1978 : Pair et Impair
1976 : Deux super-flics
1974 : Les Deux missionaires
1974 : Attention, on va se fâcher !
1972 : Maintenant on l'appelle Plata
1971 : On continue à l'appeler Trinita
1971 : On l'appelle Trinita
1970 : Le corsaire noir / Deux loustics en bordée
1969 : La colline des bottes
1968 : Les 4 de l'Ave Maria
1967 : Dieu pardonne... moi pas !

Les deux/trois derniers (années 80/90) ne sont pas les meilleurs mais ça restait assez amusant.^^

889. froggy - 17/01/17 17:10
J'ai du voir 2 films du tandem Terence Hill/Bud Spencer dans les annees 70 au cinema en bas de chez moi un samedi soir quand il n'y avait rien d'autres et traine par les copains, c'est te dire les circonstances.

Ce qui fait que la derniere fois que je l'ai vu, il ressemblait a ca:

Image result for photos de bud spencer

Plus du tout la meme chose!

888. pierrecédric - 17/01/17 10:20 - (en réponse à : froggy)
Le comparse de Terence Hill, Bud Spencer (Carlo Pedersoli), je suis un tout petit chouïa étonné que tu ne le reconnaisse pas.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio