Magie & transhumanisme 4 : la BD et le futur 4

Les 1161 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24


811. Kikôm - 04/03/16 01:18
auto-programmées par nos désirs. Pas de libre arbitre, seulement ce que nous faisons.

Cette phrase contient 0% de sens.

nous ne sommes que des machines à vivre

Et je m'interroge ici sur l'emploi du "que", parce que comme dit l'autre, c'est déjà très beau (un peu comme ceux qui pensent qu'un monde sans Dieu c'est moins, alors qu'en fait c'est plus), mais mon détecteur à délire métaphysique bdparadisiaque vient de passer en alerte rouge. Impact violent à moins de 10 posts!

810. nem° - 04/03/16 00:12
Ben comme l'explique Usul (enfin Lordon) dans la vidéo postée par longshot, nous ne sommes que des machines à vivre, auto-programmées par nos désirs. Pas de libre arbitre, seulement ce que nous faisons.

809. Kikôm - 03/03/16 23:05
Ah parce que c'est une terminatrice?! Toutes mes confuses, je pensais qu'elle parlait au nom de l'humanité moi. Je la trouvais un peu.. légère, du coup.

Cela dit je suis soulagé d'apprendre que les terminators ne sont pas conçus pour être cruel, mais simplement des tueurs impitoyables. Rien de personnel quoi, le taf c'est la taf, chacun peu comprendre.

808. nem° - 03/03/16 20:54
Ben non, elle mange pas.

807. Kikôm - 03/03/16 19:03
Bof. Puis on sent bien qu'elle a jamais mis les pieds dans des abattoirs bio, elle.

806. nem° - 03/03/16 18:01
Tu préfères le modèle 2.0?


805. Kikôm - 03/03/16 17:24
En même temps je commente un gif avec Linda Hamilton..

804. nem° - 03/03/16 17:16 - (en réponse à : kiki)
Tu ne saisis pas : ce bébé, c'est notre futur corps.

803. Kikôm - 03/03/16 17:01 - (en réponse à : nem°)
On a pas le choix : il faut grandir.

Je voulais dire: bien cherché en maltraitant ce pauvre bébé skynet. Faudra pas s'étonner qu'il grandisse tout névrosé après et qu'il ait l'oedipe "un peu" agressif.

802. longshot - 03/03/16 16:56 - (en réponse à : kikôm)
C'est exactement ce que je voulais dire !

801. nem° - 03/03/16 16:48
On a pas le choix : il faut grandir.


800. Kikôm - 03/03/16 16:37 - (en réponse à : longshot 797)
La vache il a fallut que je lise ce post 4 fois pour le comprendre! Et euh.. je suis toujours pas sûr d’avoir compris! Du moins pas compris ce que tu crois comprendre de ce que je comprend que j’ai cru à la base et mon cerveau est en train de fondre.

799. Kikôm - 03/03/16 16:25
On l'aura bien cherché!

798. nem° - 03/03/16 15:51

797. longshot - 03/03/16 15:18 - (en réponse à : kikôm)
En fait je pensais surtout à ce genre de « spirales quadrillées » (il y en a même en rouge et blanc). Est-ce que ça ressemble plus à ce que tu voulais dire ?

Après, le coup des paraboles, c'était juste parce que c'est par là que j'y suis venu, pour autant que je me rappelle. Et quand je disais que tu allais me dire que ça n'avait rien à voir, j'anticipais surtout ta remarque sur le tracé à l'arrache. (Au passage, pour l'avoir testé maintes fois : l'illusion supporte très bien un bonne dose d'approximation.) (Et ma remarque sur Escher, c'était pour dire que c'était le souvenir de cette discussions-là qui me faisait dire que tu allais me répondre que ça n'avait rien à voir.)

(On manque de verbes pour ce genre de récursion discursive, je pense que tu pense que je penses...)

(Enfin peu importe...)

796. Kikôm - 02/03/16 18:51 - (en réponse à : Longshot)
Ça c'est marrant, même si après la discussion sur Escher je pouvais m'y attendre (et même si du coup, je m'attends à ce que tu me dises que ça n'a rien à voir ;)

Ah bah pour le coup ça aurait été généreux de dire que ça avait un rapport avec Escher!
Ça n'avait rien à voir avec le type de dessins que tu montres en tout cas, qui sont géométriques et propres!
Y’avait aucun travail sur la perspective, le volume ou la géométrie, c’était des spirales tracées n’importe comment à main levée, juxtaposées au hasard, je veux dire: sans même avoir conscience que ça pouvait faire une différence qu’elles soient tracées de manière géométrique (j’aurais eu la flemme), ou complètement à l’arrache en écoutant les pink floyd à fond.

D’ailleurs j’ai oublié un truc. J’avais également fait des volumes, des pliages en papier, des cubes, des pyramides etc, aussi dégueulasses et mal torchés que le reste, mal collés, à moitiés écrasés, également couverts de spirales rouges et blanches, que j’avais accrochés à des fils au plafond et qui pendaient devant mon mur de 10 mètres de spirales. Pour créer une sorte d’impression de.. euh.. une impression.. enfin.. hem. Sans réaliser que de toute façon je présentais ça dans couloir, sans recul, trop étroit pour que personne puisse voir les volumes sur fond de spirales, les trucs pendaient juste au milieu du passage et empêchaient tout le monde d'accéder à l'escalier..


795. Kikôm - 02/03/16 18:19 - (en réponse à : Vallée dérangeante)
Bien sur qu'ils le savent, c'est au programme de prépa.

Très intéressant!

Ceci dit c'est pas du tout du rejet que j'éprouve, au contraire, je trouve ça très touchant, hautement émouvant même.

794. nem° - 02/03/16 18:13
De toute façon, gueuler contre l'IA...


793. longshot - 02/03/16 17:34
Ah mais je suis d'accord. Mais c'est un autre exercice, c'est tout.

792. nem° - 02/03/16 17:27 - (en réponse à : longshot)
Je vais t'agacer aussi, mais tu dis encore des betises :)
On peut tout à fait vulgariser de façon militante. Usul n'est pas scientifique en plus, donc ce serait comme reprocher à un journaliste d'etre militant : c'est un droit. D'ailleurs meme les scientifiques peuvent militer : tiens, rapport à l'Atlas plus bas, Musk, Hawkins et d'autres ont récemment milité contre un IA militaire.
*coups de mentons à la Piéplu*
Alors quoi hein, quoi? Hein quoi, hein? Quoi?

791. longshot - 02/03/16 15:56 - (en réponse à : kikôm)
Sur Usul : ben, tu devrais y jeter un œil, à ses vidéos, finalement. Je ne connaissais que ses chroniques pour Jeuxvidéo.com, et de son travail récent, le premier que j'avais regardé c'était le portrait d'Étienne Chouard, qui confirme toutes les craintes que j'avais exprimées plus bas.

Mais j'ai persévéré et regardé quelques unes des autres vidéos, et je dois bien avouer qu'il y a des choses intéressantes. (Ça devrait plaire à lien, s'il nous lit. Ça lui montrera aussi au passage comment on peut parler de ce genre de notions sans donner l'impression de prendre ses interlocuteurs pour des feignasses incultes indignes d'une explication. :þ ) Par exemple ceci, pour revenir à ce qu'on disait sur le travail :



Avec ça je situe mieux le personnage. Je trouvais que sa façon d'employer l'expression « savoir critique », avec ses remarques sur les « sciences dures » dans ce discours à cette conférence sentait un peu le prof de philo communiste, et bon, j'étais en plein dans le mille, en fait. Alors je n'ai rien contre, hein, au contraire, mais si c'est de la vulgarisation, c'est de la vulgarisation militante — alors que Wikipédia, par sa nature collaborative et son immense succès qui fait qu'elle a été investie par des gens d'horizons très différents, est peut-être ce qui se rapproche le plus d'un savoir objectif et neutre idéologiquement, les biais des uns compensant ceux des autres.

En outre, et là je reviens à sa vidéo sur Chouard, on est très loin de ce que moi je considèrerais comme du savoir critique, c'est à dire un savoir capable de s'auto-évaluer. Je comprends très bien qu'il ait de la sympathie pour Chouard, ils ont tous les deux un profil assez similaire d'autodidactes de gauche engagés dans une démarche militante. Sauf que Chouard raconte des conneries monstrueuses, il en débite au kilomètre et les répands à la ronde, et pour ma part, j'ai beau le trouver sympathique, il m'agace prodigieusement. Et donc là, le Usul a fait deux-trois recherches sur Chouard, il le trouve sympa, il fait une vidéo, hop, écartant d'un revers de main ce qu'on peut appeler pudiquement la part d'ombre du personnage, et il met la vidéo en ligne. Rapidement, on lui fait remarquer qu'il a été un peu vite en besogne, il le reconnaît publiquement sur facebook, mets un lien vers ses excuses sous la vidéo, mais... la laisse en ligne, sans y toucher. Je trouve ça un peu ambi gu, et surtout que ça montre bien les limites du savoir critique façon Usul : non, s'instruire sur internet en autodidacte, même quand on pense « vérifier ses sources », ça ne suffit pas à faire un « expert-citoyen » si on ne prend garde, entre autres, au biais de confirmation dans le choix des sources notamment.

Ce qui n'enlève rien à la qualité de son travail de vulgarisation.

Enfin bon.

Pour changer de sujet, à propos du n'importe quoi en art et en sciences :

j’avais passé un temps invraisemblable à peindre à l’encre des spirales quadrillées rouges et blanches sur du papier pourrave

Ça c'est marrant, même si après la discussion sur Escher je pouvais m'y attendre (et même si du coup, je m'attends à ce que tu me dises que ça n'a rien à voir ;) ), mais depuis le CM1 je crois où on nous avait fait le coup de tracer une parabole avec des lignes droites, j'ai aussi fait un paquet de ce genre de dessins. En fait quand je gribouillais dans les marges de mes cahiers d'écolier, c'était souvent la parabole qui revenait — encore maintenant, d'ailleurs. Bon, je n'ai jamais cherché à entrer dans une démarche artistique, mais je crois que je peux comprendre, quelque part. Et finalement, à moi aussi, d'une certaine manière ça m'a bien servi.

Plus sérieusement, présenté comme tu le fais, oui, je peux être d'accord que la base de la recherche scientifique ou artistique c'est de faire n'importe quoi. Mais ça va même au-delà, puisque ça me semble être la base de l'apprentissage, tout simplement. Quoi qu'on apprenne, on prend le risque de « faire n'importe quoi » avant d'y arriver. Après en science on a un certain nombre de garde-fous, à commencer par la méthode scientifique qui, pour peu qu'elle soit proprement suivie, garanti que le n'importe quoi soit au moins du n'importe quoi scientifique. Le risque et l'art du chercheur, quelque part, c'est de trouver une piste de recherche qui conduise à un résultat intéressant plutôt qu'à « n'importe quoi »...

Pour un artiste j'ai l'impression que c'est un peu le contraire — il n'y a guère de méthode, et c'est en voyant le résultat que... Encore que non, vu les difficultés parfois comiques qu'il peut y avoir à reconnaître l'art, et toutes les questions scientifiques qui se posent... Mais bon, j'imagine qu'au moins l'artiste a les moyens de savoir s'il a atteint son but, ou à défaut s'il s'en est rapproché.

(Alors que pour un chercheur, le seul moyen de savoir si son résultat est scientifique ou non, c'est vraiment de s'assurer qu'il a bien suivi la méthode.)

790. nem° - 02/03/16 15:04
Bien sur qu'ils le savent, c'est au programme de prépa.

789. Kikôm - 02/03/16 15:02 - (en réponse à : clumsy robot)
Je l’ai déjà vu plusieurs fois et je trouve toujours ça aussi incroyable. Ce qui est fascinant c’est la puissance d’évocation des mouvement de ce robot. C’est un exploit technologique, et pourtant je peux pas m’empêcher d’y voir les mouvements d’un corps débile, vieillit, malade ou handicapé, et à la fois ceux d’un bébé qui apprend à marcher, se bûche la tête la première et se relève maladroitement pour recommencer. Je me demande si les mecs qui bossent sur cette machine ont conscience des émotions très étranges qu’elle génère en l’état.

788. nem° - 02/03/16 14:41

787. nem° - 29/02/16 21:27
j’avais passé un temps invraisemblable à peindre à l’encre des spirales quadrillées rouges et blanches



Tu es ici chez toi.

786. kikôm - 29/02/16 20:08
Quand j’y pense, qu’est que j’ai pu faire n’importe quoi, pour en arriver à mes dessins de ces dernières années. Des trucs très très cons, mais vraiment!

Je me rappelle au début de mes études, quand j’en étais au balbutiement de mes recherches sur le pouvoir de fascination hypnotique de l’image (et limite j’avais même pas encore conscience que c’était ce sur quoi je bossais), j’avais passé un temps invraisemblable à peindre à l’encre des spirales quadrillées rouges et blanches sur du papier pourrave. Tracées à l’arrache sur des formats raisin. J’en avais fait des dizaines et des dizaines que je mettais bout à bout sur un mur, ça bavait, ça se décollait sans cesse, c'était dégueulasse. Ça m’avait pris des semaines, des mois! Et c’était ultra chiant à faire! Genre je vais hypnotiser les spectateurs et euh.. enfin bref..

Quand j’ai enfin présenté ça à mes profs, c’était tellement laid, inepte, absurde, idiot, et ça représentait une telle masse de travail! Ça les dépassait complètement qu'on puisse avoir investit autant d'énergie dans un truc aussi miteux. Fallait que je sois en plein délire. Ils sont restés comme deux ronds flanc, la bouche entrouverte, sans même pouvoir formuler une critique qui puisse être constructive ou pertinente. Bref, c’était n’importe quoi, c'était TROP n’importe quoi.
Mais c’est en partie ce qui m’a mené à mes trucs d’aujourd’hui.

785. nem° - 29/02/16 19:52
C'est vrai que c'est mieux dit!

784. kikôm - 29/02/16 19:46
Sinon, je ne sais pas ce qu'en dira kikôm, mais le coup de « faire n'importe quoi c'est la bse de la recherche scientifique ou artistique », pour la partie scientifique je m'inscris en faux.

Euh.. c’est sûr que c’est pas dit de la manière la plus heureuse! Mais je crois que je vois ce que veux dire nem° (enfin je m’avance un peu là!).

En terme de recherche artistique il s’agit pas de faire vraiment n’importe quoi non, à moins d’être extrêmement sévère avec son n’importe quoi, et encore. En fait c’est nécessaire à certain moment. Parce qu’il faut apprendre à échouer. Il faut beaucoup échouer. Faire le deuil de la réussite. Il n’y a que comme ça que l’on revitalise son travail, et qu’on découvre de l’inattendu, qu’on se surprend, et surtout qu’on accumule via l’échec l’experience nécessaire à la cristallisation, un jour, d’un truc qui vaut le coup. Donc ça implique parfois de faire des trucs qui on l’air… d’être n’importe quoi. Ou complètement nul. Ou complètement con..

783. kikôm - 29/02/16 19:32 - (en réponse à : longshot)
Et Usul ne parle pas des gens qui bossent sur Wikipédia, il parle de lui ! Tu as été voir ce qu'il fait ? On est loin de Wikipédia, quand même. À cette aune le clip du post 721, c'est aussi de la vulgarisation !

Non, rien vu d’autre, je ne faisais que comparer les 2 trucs postés ici, à savoir une sorte de clip, et le document vidéo d’une conférence.

782. longshot - 29/02/16 00:30
... Ou plutôt comme la masse (en grammes) et le poids (en grammes*mètres/secondes²) : sur terre où l'accélération est pratiquement constante, c'est pratiquement la même chose.

781. longshot - 29/02/16 00:21
Kikôm 169 : Ah, alors en effet j'avais mal compris, mea culpa.

Mais pour le reste, je maintiens. Évidement que les techniques sont différentes ! Les successions d'images choc quand t'es seul sur une scène vide, c'est vachement plus difficile à faire. Mais il les utilise dans ses clips... De manière moins systématique, certes, il privilégie l'humour, mais « garder le spectateur captif » c'est le but quand même — enfin, non, le but c'est de faire passer un message, mais pour ça faut qu'on t'écoute, et pour qu'on t'écoute, faut que le spectateur soit captif. Évidemment, c'est « plus facile » de le garder captif quand il est physiquement dans la salle avec toi et qu'il a fait le déplacement pour t'écouter. Mais le principe est le même.

Et Usul ne parle pas des gens qui bossent sur Wikipédia, il parle de lui ! Tu as été voir ce qu'il fait ? On est loin de Wikipédia, quand même. À cette aune le clip du post 721, c'est aussi de la vulgarisation ! (Qui vulgarise du « savoir critique », même, je dirais — au moins selon la définition d'Usul.)

Quant au coup de « sur internet on peut vérifier ses sources », je me marre. De son propre aveu, « on file une ou deux sources » : bon, dans ce que j'ai vu de ses vidéo je les cherche encore, hein. Et pour nem° : à la télé aussi, on peut vérifier ses sources. Enfin, bon, pas les vérifier, les identifier, mais une fois qu'on les a identifiées on peut les vérifier pareil. Encore faut-il le faire... C'est là l'erreur, de croire que parce que c'est plus facile sur internet les gens vont le faire. Et aussi que « vérifier ses sources » ça suffit à garantir la pensée critique...


@ nem° :

L'entropie n'est pas antonyme d'énergie, elle en est (pratiquement) synonyme, de même que « froid » est synonyme de chaud, c'est essentiellement une différence de point de vue. (L'unité de mesure de l'entropie c'est le joule par kelvin...)

Sinon, je ne sais pas ce qu'en dira kikôm, mais le coup de « faire n'importe quoi c'est la bse de la recherche scientifique ou artistique », pour la partie scientifique je m'inscris en faux.

780. nem° - 28/02/16 17:33
Les gens essayaient trop de modifier la réalité, ça devenait dangereux pour le consensus.

779. Kikôm - 28/02/16 17:31
L'article "Réalité" est semi-protégé.

C'est à dire? J'y connais rien en wikipedisme moi.

778. nem° - 28/02/16 17:27
En fait le truc dont tu parles existe. Meta as fuck.

777. nem° - 28/02/16 17:25 - (en réponse à : kiki)
Tu veux rigoler? L'article "Réalité" est semi-protégé.

776. nem° - 28/02/16 17:25 - (en réponse à : longshot)
Y'a au moins un truc sur lequel on est d'accord : ça s'adresse à la même génération, qui n'a plus la contrainte verticale de l'autorité arbitraire. Enfin beaucoup moins qu'autrefois. Du coup faute de discipline, elle doit développer l'auto-discipline. Et comme c'est compliqué, elle a remplacé la censure par l'autocensure. Je le vois dans plein de domaines, les gens n'osent pas, pas parce qu'on leur interdit, mais parce qu'ils ont peur de faire n'importe quoi. Alors que c'est la base en recherche, qu'elle soit artistique ou scientifique.

775. Kikôm - 28/02/16 17:23
Ah bon, merde.. t’es sûr? T'as des sources?

Je vais quand même aller vérifier à l’article « Wikipedia » de Wikipedia pour voir si c’est vrai. (j’éspère qu’internet va pas exploser)

774. nem° - 28/02/16 17:13
Non mais kiki, Wiki c'est pas SERIEUX.

773. Kikôm - 28/02/16 17:12
Internet regorge de Youtubeurs et autres pour qui l'absence de légitimité institutionnelle EST une source de légitimité en soi. Bref on est passé du « vu à la télé » au « pas vu à la télé » comme source de légitimité. Autant dire qu'on n'a rien gagné au change.

Sinon toutes les théories du complot auraient beaucoup, mais alors beaucoup moins de succès...


Certes, je suis assez d'accord, mais enfin il me semble que c'est pas du tout ce dont parle ce type.

Là tu fais allusion à une logique gratifiante d'isolement paranoïaque dans laquelle se complaisent des dingos de la complosphère pour t'expliquer que la terre est plate, et que la meilleur preuve en est que personne ne les croit.

Alors que le mec parle de vulgarisation. Des mecs qui bossent sur wikipedia quoi.

772. nem° - 28/02/16 16:59
Ah, et l'entropie n'est pas l'antonyme d'énergie. L'entropie, c'est pas l'absence d'énergie mais sa dégradation. La néguentropie serait donc le principe qui maintient la cohérence des systèmes utilisant l'énergie. L'inverse de l'énergie serait plutôt l'enthalpie, mais là c'est peut-être moi qui dit une connerie.

771. Kikôm - 28/02/16 16:57
les même méthodes pour capter l'attention (« Nous n'avons jamais été aussi riche... » d'un côté, « Nous n'avons jamais été aussi instruits... » de l'autre)

Rien à voir à mon avis. Dans le clip le discours n'est pour rien dans la captation de l'attention. C'est la juxtaposition extrêmement rapide de différents registres d'images sorties de leur contexte, à la manière du short-cut, qui ne donne pas le temps de penser à ce que l'on voit, qui a pour rôle de capter le regard et de pétrifier le spectateur.
A quoi se rajoute l'emploi d'une musique destinée à forcer l'émotion choisie à sa place pour le spectateur.
Le tout est fait avec peu de finesse et est facilement démontable, mais ça n'en reste pas moins des techniques de manipulation, oppressives, qui vise à garder le spectateur captif, et surtout: passif. Contrairement à ce que prétend la voix off. Ouais, c'est vicelard.

770. nem° - 28/02/16 16:56 - (en réponse à : longshot)
le « vu à la télé » a perdu de la valeur, ça a été largement compensé par le « vu sur internet »

Alors tu n'as rien compris à ce qu'il dit, et à la différence entre télévision et internet. Sur ce dernier, tu peux vérifier les sources. Tu raisonnes comme les profs "old school" dont il parle.

769. Kikôm - 28/02/16 16:44 - (en réponse à : longshot)
Quant à la vulgarisation, c'est encore autre chose, et à mon avis tu te plantes quand tu assimiles ça à « l'art de créer du lien entre les connaissances ». Ça c'est plutôt le savoir critique, je dirais.

Euh, relis bien, c’est à la production de pensée critique que j’assimile « l'art de créer du lien entre les connaissances ». Pas à la vulgarisation.

768. longshot - 28/02/16 15:31 - (en réponse à : kikôm 760)
Je préfère aussi la vidéo sur la vulgarisation, mais pour moi, techniquement, elles se valent. Enfin c'est difficile de comparer, entre un clip vidéo et un orateur sur une scène, mais dans les deux cas je trouve que le langage, l'esthétique sont maîtrisés.

Et à mon avis ça s'adresse en gros au même public. Si l'esthétique est très différente, sur le fond il y a l'essentiel en commun. D'ailleurs le gars, là, Usul master : tout son discours, c'est un éloge de la première vidéo (entre autres), et il utilise un peu les même méthodes pour capter l'attention (« Nous n'avons jamais été aussi riche... » d'un côté, « Nous n'avons jamais été aussi instruits... » de l'autre). Bon, il utilise plus l'humour, et il se met en scène dans ses vidéos, mais niveau rhétorique c'est la même chose : servir des arguments tout prêts à des gens qui ont envie de les entendre.

Et perso, je trouve son discours terriblement naïf. Le gros problème, c'est qu'il mélange « savoir », « savoir critique » et « aptitude à vulgariser », alors que pour moi ça n'a rien à voir. Ses sorties sur la méthode scientifique ( « c'est aussi du savoir critique ») et les sciences « dures » (là aussi, il y a du savoir critique — sic) sont assez symptomatiques du problème, et quand il en arrive à dire que « nous » (les jeunes, la génération Youtube comme il dit) on sait faire la part des choses, vérifier les sources et remettre en cause un discours, ça nous évite d'avaler les arguments d'autorité, il se fait des illusions.

C'est vrai que la légitimité des médias traditionnels a été remise en cause, mais si le « vu à la télé » a perdu de la valeur, ça a été largement compensé par le « vu sur internet » et l'illusion de construire soi-même ses connaissances, et que ça nous évite d'être manipulés. Quand on est autodidacte, il est facile de sauter la case critique, justement, celle où on apprend à se méfier avant tout de soi-même et de ses propres biais de raisonnement. Le savoir critique, c'est d'abord le savoir auto-critique.

Et le coup du « on sait qu'on manque de légitimité donc on fait attention, on cite ses sources et on est ouvert au débat », nan mais je rêve ! C'est quand même terriblement naïf, non ? À croire qu'il n'a jamais discuté avec personne sur internet... Bon, c'est tout à son honneur, quelque part, je suis sûr qu'il est honnête et sincère dans sa démarche, mais il a le tort de prendre son cas pour une généralité. Internet regorge de Youtubeurs et autres pour qui l'absence de légitimité institutionnelle EST une source de légitimité en soi. Bref on est passé du « vu à la télé » au « pas vu à la télé » comme source de légitimité. Autant dire qu'on n'a rien gagné au change.

Sinon toutes les théories du complot auraient beaucoup, mais alors beaucoup moins de succès...

Quant à la vulgarisation, c'est encore autre chose, et à mon avis tu te plantes quand tu assimiles ça à « l'art de créer du lien entre les connaissances ». Ça c'est plutôt le savoir critique, je dirais. Mais c'est très loin d'être suffisant à faire un bon vulgarisateur — qui nécessite moins de créer que d'exploiter du lien entre les connaissances, précisément entre les connaissances du public et celles qu'on cherche à vulgariser. Mais sans créer, sans générer de connaissance nouvelle — alors que le savoir critique, quand il est mis en œuvre dans la pensée critique, si !

Et je ne dis pas ça seulement parce que moi j'ai un doctorat... :þ (Je ne crois pas m'être jamais entendu dire que je faisais partie de l'élite de la nation, d'ailleurs.)

767. longshot - 28/02/16 12:10 - (en réponse à : nem°)
Bon, bah j'ai regardé cette histoire de néguentropie, et je confirme : c'est fumeux, comme concept. Enfin, si on s'en tient à l'usage d'une valeur inverse à celle de l'entropie, ça va. C'est comme dire que « le froid rentre » au lieu de « la chaleur sort », bon, au moins là ça correspond à un certain ressenti. Mais y voir un « facteur d'organisation des systèmes physiques », comme le dit l'article de Wikipédia, c'est n'importe quoi, et l'article que tu cites... Comment dire ? À le lire on croirait que le vivant a quelque chose de spécifique, qui obéirait à des lois spéciales qu'il serait difficile de comprendre dans le cadre de la thermodynamique. Non !

Ce qu'il y a c'est que les êtres vivants sont des systèmes ouverts, qui reçoivent de l'énergie, et cette énergie leur permet de lutter contre l'augmentation de leur entropie en maintenant leur organisation. Autant s'étonner qu'une pièce reste chaude en hiver. Rien de surnaturel là-dedans, et je ne vois aucun intérêt à remplacer le mot énergie par l'expression « entropie négative ». Ça rend les choses plus confuses que ça ne les éclaire, à mon avis.

Enfin quoi qu'il en soit, rien à voir avec la question de la sélection au niveau de l'espèce.

766. nem° - 28/02/16 11:01 - (en réponse à : O.)
Y'a un ranger qui commente sur ce "superbloom". Même lui n'a jamais vu ça! Avec le réchauffement climatique, et donc l'augmentation du % de vapeur d'eau dans l'air, on peut s'attendre à de sacrées surprises, pour les régions montagneuses du moins.


765. longshot - 28/02/16 00:16 - (en réponse à : negentrop'nem°)
Faudrait que j'y regarde plus près, mais a priori l'hypothèse me paraît superflue. (Ou alors, c'est un mot-symbole qui semble dire plus qu'il n'en dit vraiment.) Je verrai ça plus tard...

764. nem° - 27/02/16 21:28
Ah, tu parles des tartuffes en fait. Oui, c'est une maladie moderne.

763. Kikôm - 27/02/16 21:23
Bien sûr qu'il y a beaucoup de sujets qui me tiennent à coeur. Et que des "petites âmes" aient des désirs de révolte c’est très bien.

Ce qui me fait ricaner ce sont les leçons de morale que t’ascènent à peu de frais les pseudo-rebelles alors même qu’ils lâchent la proie pour l’ombre, et dont les beaux discours cachent mal l’hypocrisie. Quand tu vois que le paroxysme de la rébellion pour les gens de ma génération c’est de faire de la récup et d’acheter gluten-free, soit la santé de sa flore intestinale comme horizon révolutionnaire, ouais ça m’agace, c'est un euphémisme. Ça coûte que dalle. Des gens qui questionneraient radicalement, par exemple, le fait de prendre des avions pas chers pour l’autre bout du monde dés qu’ils peuvent prendre des "vacances", ou celui d'alimenter des entreprises privées puritaines liberticides tel que facebook, ou l'organisation sociale du temps, j’en connais pas beaucoup. La plupart ont la révolte qui les arrange. Ah merde, si je suis cynique en fait!

762. nem° - 27/02/16 20:55
C'est possible. J'entrevois pour ma part une déficience morale. Tu ricanes sur les petites ames en mal de révolte, mais je t'ai vu démonter ce pauvre suzix sur plusieurs sujets qui, visiblement, te touchaient.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio