Quelles BDs avez-vous relues récemment ?

Les 690 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14


590. longshot - 17/08/16 10:06 - (en réponse à : Quentin)
Ça appellerait un nouveau pavé pour bien répondre, mais là je manque de temps, alors en attendant voici déjà l'avis des Fatals Picards sur la question :


589. Quentin - 17/08/16 08:16 - (en réponse à : longshot)
ça a l'inconvénient de réduire le racisme à l'outrance d'un phénomène naturel présent chez tous. Ça le minimise complètement.

Clairement, il y a un monde de différence entre le petit racisme quotidien qui s'exprime dans la sphère privée (ou dans les BD) d'une part, et un génocide d'autre part, et il n'est pas question de minimiser ce dernier.

Mais je te retourne la question. Si le génocide se construit sur les mêmes mécanismes que le racisme quotidien (mais à une autre échelle), n'est-ce pas toi qui minimise l'importance du racisme au quotidien lorsque tu laisses entendre qu'il ne pose aucun problème du moment qu'il n'est ni violent ni haineux?

588. froggy - 16/08/16 16:58 - (en réponse à : Quentin post#586)
Je te remercie. J'ai parfois hesite a en poster certains tellement ils me semblaient oses mais le plaisir du bon mot l'emporte sur toute autre consideration. Cependant, le plus souvent, j'aurai prefere ne pas avoir eu a les ecrire car il sont lies a une desolante actualite. Je ne fait qu'appliquer la citation attribuee a Oscar Wilde; "L'humour est la politesse du desespoir."

587. longshot - 16/08/16 13:37
@ quentin

La justice travaille toujours avec un seuil de condamnabilité lorsqu'elle est saisie d'une plainte pour racisme, par exemple, et elle combine ca avec une notion de degré pour définir la sévérité de la peine.

Ce n'est pas tout à fait de ce genre de seuil que je parle. Enfin si, un peu, mais il y a plus que cette notion de « degré » qui suppose une échelle linéaire. Quand on change la température on peut passer de l'eau à la vapeur ou à la glace. Mais on peut obtenir le même résultat (dans un ordre différent !) à température constante en changeant plutôt la pression. L'échelle des température, savoir que l'eau bout à 100°C et gèle à 0, c'est vrai mais c'est une simplification. Une simplification très utile d'ailleurs dans la vie courante où on est généralement à pression constante et où on ne peut guère agir que sur la température. Mais pour un phénomène aussi complexe que le racisme, même si c'est utile pour la justice qui de toute façon n'a à sa disposition qu'une échelle de peines assez réduite, je pense que c'est une erreur de le réduire à une seule dimension.

L'avantage de voir le racisme comme une question de degré, c'est que le raciste n'est pas seulement l'autre, le méchant, le nazi répugnant, et que chacun peut commencer par balayer devant sa porte.

C'est un avantage d'accord, mais une idée peut avoir des avantages et être fausse...

D'autant que ça a l'inconvénient de réduire le racisme à l'outrance d'un phénomène naturel présent chez tous. Ça le minimise complètement. Alors on ne juge pas plus une idée sur ses inconvénients, mais décidément ça ne me plait pas. Pour moi ça revient à dire, par exemple, que voir et entendre, avoir des yeux et des oreilles, c'est le premier échelon de l'espionage, et qu'on est tous un peu espion sur les bords. Ce que je conteste, bien qu'il m'arrive évidemment d'entendre des informations qui ne m'étaient pas destinées.


@ lien : moraliste ? Que veux-tu dire ?

Quand je conteste l'idée que les stéréotype seraient le premier échelon du racisme, ce n'est pas pour y substituer autre chose. Je ne rejette pas l'explication sociologique. Au contraire ! Ce que je voulais dire surtout, pour trouver une autre image, c'est que je préfère celle du pilier (de l'islam ?) à celle de l'échelle (de Jacob ?). Pour moi le racisme, comme beaucoup de choses, est une construction mentale. Je veux bien que les stéréotypes en soient un des piliers, mais le premier échelon, la base tout entière d'une tour ? Non. C'est trop complexe pour être réduit à quelque chose d'uni-dimensionnel.

En outre les stéréotypes peuvent être et sont d'ailleurs je pense utilisés pour construire d'autres édifices mentaux. (L'idée que tous les hommes sont égaux, difficile à qualifier de raciste, repose cependant aussi en partie un stéréotype, étendu à l'humanité entière.) On peut sans doute commencer à construire un racisme en commençant par une mauvaise utilisation des stéréotypes, mais ils peuvent aussi bien venir ensuite. Ce qui est important, c'est « mauvaise utilisation », pas « stéréotype ».

Et si les sciences sociales font souvent l'effort de considérer plusieurs dimensions, c'est hélas loin d'être toujours le cas. Témoins tous ces débats sur LA cause de tel ou tel phénomène : comme s'il n'y en avait qu'une seule...

586. Quentin - 15/08/16 19:15 - (en réponse à : Suzix)
Tu as oublié Philhary.

A propos d'humour, s'il y a quelque chose qui me fait franchement marrer sur BDP, c'est la série des "titres auxquels vous avez échappés" de froggy. Comme quoi, Gaston et Astérix peuvent avoir une bonne influence :o)

585. Suzix@bdp - 15/08/16 15:37
Froggy, Longshot et même parfois Quentin, j'aime bien lire vis analyses "étendues". C'est d'un très bon niveau bdphile et social pour des posts sans prétention.

584. Quentin - 15/08/16 14:50 - (en réponse à : Longshot)
Oui bon, j'ai pris la perche que Philhary me tendait et j'ai sauté à pied joint dans la marre de boue en me faisant l'avocat du diable. Je suis plus ou moins d'accord avec tes arguments (et ceux de Suzix) sur Astérix. Pour être franc, il m'arrive même de rire de certains trucs dans Astérix. J'ai parlé de bombe car je savais bien qu'en m'attaquant à ce monstre sacré, j'allais créer une levée de boucliers. N'empêche, sur le principe, je maintiens que présenter les Anglais comme flegmatiques, les Corses comme paresseux ou susceptibles, les Normands comme des brutes, etc. c'est le genre de réflection qu'on trouve à la base du racisme (dans les premiers échelons). Ce n'est pas bien méchant tant que ca reste à ce niveau là, mais ...

On peut bien entendu mettre des seuils dans la gradation du racisme. Un racisme avec ou sans appel à la haine, ce n'est pas pareil. La justice travaille toujours avec un seuil de condamnabilité lorsqu'elle est saisie d'une plainte pour racisme, par exemple, et elle combine ca avec une notion de degré pour définir la sévérité de la peine. L'avantage de voir le racisme comme une question de degré, c'est que le raciste n'est pas seulement l'autre, le méchant, le nazi répugnant, et que chacun peut commencer par balayer devant sa porte. Se remettre en question n'est pas évident quand on est pétris de certitudes, mais c'est un travail nécessaire.

Sinon, d'accord pour dire qu'on est tous plus ou moins violents (ou qu'on contrôle tous plus ou moins bien nos pulsions violentes). Le but est bien sûr d'arriver à être le moins violent (et raciste) possible si on veut vivre en paix et en bonne entente avec les autres.

583. Lien Rag - 15/08/16 13:11 - (en réponse à : longshot)
Intéressante ton analyse d'Astérix, mais sur le racisme tu passes largement à côté de la plaque...
Plus exactement, ton approche (comme celle de froggy) est une approche moraliste, pas de sciences sociales, et en cela elle n'a pas grand intérêt.

582. Léon le Wacky - 15/08/16 12:58
Suzix > Le poissonnier avec ses poissons pas frais dans Astérix s'appelle Ordralfabétix. Cétautomatix, c'est le forgeron. Mais comme ils sont toujours en castagne l'un contre l'autre, on peut effectivement les confondre.

Froggy > car pour paraphraser Gustave Flaubert et sa citation sur Madame Bovary, Herge aurait tres bien pu dire : "Tintin, c'est moi!".

Non seulement il aurait pu le dire, mais il l'a dit, à la fin du documentaire "Moi, Tintin" : "Au fond, Tintin, c'est un peu moi." Tout comme il disait aussi qu'il était un peu le capitaine Haddock quand il se mettait en colère, Tournesol quand il était distrait, les Dupondt quand il faisait une bêtise... On a coutume de dire que chaque personnage est un peu son auteur.

581. longshot - 15/08/16 10:49 - (en réponse à : Quentin)
Pour le premier point, je faisais référence à ça :

Je pense donc qu'on est tous plus ou moins racistes, à des degrés divers, moi y compris

Quand tu commences par qualifier Astérix de raciste et xénophobe, implicitement d'abord puis explicitement, tu sais que tu vas soulever une certaine indignation (c'est peut-être ça au fond que tu cherchais ?), mais ta « bombe » (marrant que tu aies choisi ce terme en particulier) finit un peu en pétard mouillé quand tu finis par te qualifier toi-même de raciste.

Ceci dit je pense que tu te trompes, on n'est pas tous « plus ou moins raciste ». Pour moi ça relève d'une erreur de raisonnement, la même que ceux qui pensent que, pour te paraphraser, le terrorisme islamique n'est pas une question de tout ou rien, mais est une question de degré. Prononcer la chahada est le début du terrorisme, tout au bas des échelons.

C'est négliger deux points important. D'une part, les effets de seuil. Ils sont partout dans la nature. De la vapeur, de l'eau ou de la glace, d'un certain point de vue, c'est la même chose, la différence ne relève « que » d'une question de degré (Celsius ;) — et de pression). M'enfin en pratique, si tu demandes un verre d'eau personne ne va te servir un bloc de glace. Et les couleurs ? Une simple question de fréquence, d'énergie, et pourtant personne ne soutiendra que le bleu et le rouge, c'est la même chose. On peut discuter de la position du seuil, de certains cas particulier où il s'efface (image en noir et blanc qui ne mesure que l'intensité et non la fréquence, daltonisme, certaines langues comme le japonais — et le breton, et pas mal d'autres langues parait-il — où on emploie le même mot pour vert et pour bleu — et ou par contre, pour le japonais, on emploie des mots différents pour l'eau chaude et pour l'eau froide), mais en pratique la notion de seuil a du sens. Elle en est même indissociable : si « on est tous raciste », alors ça ne rime plus à rien de condamner le racisme. Au mieux, on ne peut en condamner que l'expression à son plus haut degré, mais au fond on serait tous « coupables ». (Un peu comme les chrétiens nous voient tous comme des pécheurs depuis qu'Adam et Ève ont croqué la pomme. C'est compliquer les choses inutilement.) Bref, même si ce n'était effectivement qu'une question de degré, il resterait utile de faire la différence, parce que l'effet n'est pas le même. Sans le seuil on perd le sens.

D'autre part, je conteste l'idée que la question du racisme puisse se résoudre à une question de degré, qui commencerait avec les stéréotypes « tout au bas des échelons ». Ça relève d'une rhétorique anti-raciste classique mais à mon avis infondée, et probablement contre-productive dans la mesure où poussée à l'extrême elle aboutit à créer une forme de tabou dont ceux qu'il vise se délectent (sur le mode « regardez ces idéologues aveugles qui nient la réalité qu'ils ont sous les yeux »). Les stéréotypes, les préjugés, les cases dans lesquelles on met les gens et les choses, ça relève du processus normal de catégorisation grâce auquel notre cerveau traite l'information. Imaginer les Normands comme des grosses brutes avec un tout petit cerveau, pour reprendre ton exemple... Non, attends, c'est un très mauvais exemple : les guerriers normands de cet album sont certes, physiquement, de grands costauds blonds, mais ils n'ont pas du tout un tout petit cerveau — ils sont en voyage d'étude pour apprendre à voler comme des oiseaux grâce à la peur qui donne des ailes, ce qui démontre un sens de la poésie et de la démarche scientifique expérimentale assez peu représenté dans Astérix. En outre les Gaulois eux-mêmes ne sont pas franchement des flèches, notamment Obélix — un des meilleurs gags d'Astérix chez les Goths, ce n'est pas le tout petit cerveau des Goths, mais bien celui d'Obélix qui est tellement content d'avoir compris un bon mot d'Astérix qu'il va en rire jusqu'à la dernière case. Mais bref, ce n'est au fond pas différent que d'imaginer les chiens comme des animaux agressifs. Ce n'est au fond ni vrai ni faux, c'est juste une étiquette qui pourra être révisée à tout moment. Et dont rien ne dit qu'elle se cristallisera en préjugé raciste.

Si ça arrive, ça n'aura d'ailleurs pas forcément commencé par là. Il est fort possible que le préjugé se forme après que le racisme soit « déclaré » (comme on dirait d'une maladie), par des biais de raisonnement (de confirmation notamment) qui vont renforcer le poids des informations validant la haine de l'étranger. Il est possible que la xénophobie naisse de préjugés xénophobes reçus, mais il est également possible (et même probable) qu'elle les suscite aussi en retour, et qu'ils s'alimentent mutuellement, voire qu'elle les précède. Au « premier échelon » du racisme, il peut très bien y avoir plutôt un sentiment de mal-être personnel que des stéréotypes sur certaines catégories d'étrangers.



....


J'ai encore écrit un pavé, moi. Tant pis.


....




Et pour revenir à Astérix, tu sembles être complètement passé à côté de deux trucs importants : d'abord, si les auteurs utilisent ces stéréotypes « racistes », c'est largement pour s'en moquer. C'est évident dès la première planche d'Astérix le Gaulois qui parodie d'une manière certes assez peu finaude mais somme toute efficace et indubitablement potache l'histoire officielle de « nos ancêtres les Gaulois ». Par la suite ce sont surtout nos contemporains les Français qui sont mis en scène, et c'est surtout eux — avec leurs préjugés — qui en prennent le plus pour leur grade, ne serait-ce parce que c'est eux les principaux personnages — les Romains nous représentent d'ailleurs autant que les Gaulois, même si ceux-ci sont plus le peuple et ceux-là, les élites — sans même compter qu'un album sur deux se déroule au village. Témoin cette scène d'Astérix et les Normands où Obélix hilare explique à Abraracourcix que ces visiteurs ont tous des noms en -af, ce qui fait marrer le chef qui prend les autres à témoin : « Vous entendez ça, Cétautomatix, Ordralphabétix, Panoramix, Assurancetourix... », etc. Si ce n'est pas une dénonciation des stéréotypes xénophobes, ça !

Et puis surtout, la catégorisation n'est qu'un code de l'univers d'Astérix. Le cœur de l'histoire ne repose jamais sur « se moquer de l'autre ». Il s'agit souvent, au contraire, de se moquer des différences — ce qui est l'exact opposé ! Et encore plus souvent, de jouer sur les mots (le contrepet y est rare mais avec des répliques comme « parler sèchement à un Numide » on est parfois très proche de l'humour de Delporte dans les idées noires), sur les situations — la peur donne des ailes et les Normands veulent apprendre à voler — sur les coutumes et les travers de notre société contemporaine — les vacances en Espagne, le dopage, le sport en général, l'immobilier, la société de consommation, la légion étrangère, Victor Hugo (avec César à Waterloo explicitement dans le rôle de Napoléon chez les Belges), la mode des régimes et des cures thermales... J'en passe.

Bref, l'humour d'Astérix est très très loin des « railleries humiliantes » de cour d'école qui cherchent à « provoquer le rire en se moquant de l'autre et de ses différences ». C'est vraiment bien plutôt des albums « dans lesquels les protagonistes blancs de classe moyenne s'en prennent plein la gueule. »


Bon, s'en prennent plein la gueule ET font un banquet à la fin... (Banquet où d'ailleurs, contrairement à ce que tu as écrit les romains sont conviés à l'occasion... Dans Astérix chez les Helvètes notamment, et il me semble aussi à la fin du Fils d'Astérix ?)

Après c'est sûr si on n'aime pas les banquets...

580. froggy - 15/08/16 01:32 - (en réponse à : Philhary)
Je n'ai jamais trouve Tintin raciste. J'ai lu Tintin au Congo pour la premiere fois aux alentours de mes 10 ans et ce durant les annees 70, donc un peu plus de 40 ans apres sa creation. Je ne l'ai jamais trouve raciste car en fait je le trouve incroyablement paternaliste en fait. L'intention de l'auteur est manifestement de montrer a ses lecteurs les bienfaits de la colonisation selon les criteres en vigueur en 1930. N'oublions pas que l'Exposition Coloniale qui eut lieu a Paris en 1931 avait le meme but. Je ne sais pas d'ou ca vient mais je n'ai jamais pense qu'Herge voulait montrer les noirs gentils et braves mais un peu simple. La condescendance qu'eprouve Tintin vis a vis des populations indigenes m'a toujours gene, j'en etais presque embarrasse pour lui. Je n'ai jamais cru que les blancs soient plus intelligents que les noirs. Cet album est en fait fascinant pour la vision de l'Afrique Noire qu'avait l'Europe. Je ne croyais pas mon pere lorsqu'il me disait que les instituteurs enseignaient aux petits enfants noirs: "Nos ancetres les Gaulois" tellement cela me parait hallucinant de betise pour le petit garcon que j'etais. Or, l'anecdote est vraie. Si la colonisation avait ete aussi rose et charmante, presqu'idyllique, selon ce qu'on voit dans Tintin, on pourrait sourire. Mais nous savons maintenant que cela n'a pas ete le cas et que de nombreuses atrocites, erreurs monstrueuses, actes d'un racisme ehonte (les tristement celebres tirailleurs senegalais qui furent decimes pendant la 1e Guerre Mondiale car les generaux francais les mettaient en premiere ligne afin d'epargner les vies blanches parce qu'elles valent plus qu'une vie noire????), stupidites et combien d'autres ont eu lieu.

Par la suite Herge a souvent denonce des actes racistes et ce des l'album qui suit le Congo, a savoir Tintin en Amerique ou en quelques cases d'une efficacite impeccable, il nous montre le sort reserve aux tribus indiennes et aussi qu'on lynchait les noirs pour un oui ou pour un non. J'ai evoque la page du Lotus Bleu. Mais ensuite, il denonce l'esclavage des noirs dans Coke en stock, et dans Les bjjoux de la Castafiore, il met Haddock en avant quand celui-ci est scandalise de l'endroit ou les gitans ont etabli leur campement. Attitude louee par Tintin alors qu'il s'attire la reprobation de Nestor. En fait, toute l'oeuvre de Tintin baigne entre autres dans le respect des autres populations, il y a toujours une scene, un geste qui le demontre. Je mets Tintin au Congo comme une oeuvre de jeunesse realisee par un jeune homme homme encore influencable et qui se liberera petit a petit de l'influence des cures et de la droite belge quand il sera plus mature. Le reste de l'oeuvre d'Herge en est la preuve malgre L'etoile mysterieuse.

Au sujet de cet album , c'est celui qui est le plus utilise pour demontrer que Tintin serait raciste, ce qui signifie qu'Herge l'aurait ete car pour paraphraser Gustave Flaubert et sa citation sur Madame Bovary, Herge aurait tres bien pu dire : "Tintin, c'est moi!". En premier lieu, comme quasiment tout le monde ne apres-guerre, je n'ai lu que la version remaniee c'est a dire celle avec le nom du banquier passe de Blumenstein a Bohlwinkel et le drapeau de l'expedition concurrente qui etait americain dans la version 1942 et change en un pays imaginaire. Comme chacun sait, il n'a pas change le physique du banquier. Pour le coup, je veux bien passer pour un con mais a l'epoque de ma premiere lecture, je n'ai jamais decele que ce banquier aurait pu etre juif tel que dessine. Je ne voyais qu'une crapule qui tirait les ficelles afin de faire echouer l'expedition menee par Tintin et Haddock et qui se faisait arreter a la fin, un point c'est c'est tout. Quand j'ai lu plus tard la premiere version, cela m'a paru plus evident mais est-ce que cela signifie que toute la serie est raciste car il y a un leger antisemitisme dans cet album.? Vous aurez compris arrive a cette etape de cette intervention que je ne le pense pas. Je crois qu'Herge a subi des influences plus ou moins avouees et plus ou moins avouables qu'il a retranscrit dans cet album. Il a certes commis une erreur et ce qu'on peut lui reprocher aujourd'hui est son manque de lucidite politique. Mais qui n'en a pas commis a une periode aussi trouble? Je vais prendre pour exemple Francois Mitterrand comme les 2 albums parus recemment l'ont evoque. Peut-on occulter tout cela quand on lit cet album en 2016? Tout a fait, les circonstances entourant la realisation de l'album n'existent plus, fort heureusement. Herge a edulcore son album avec suffisamment d'intelligence et de talent pour qu'il puisse etre lu aujourd'hui sans qu'on lui reproche son antisemistisme et son anti-americanisme. De toutes facons, le debut de l'album est toujours aussi saisissant avec cette atmosphere d'angoisse totale car la fin du monde est annoncee, il est difficile aujourd'hui de ne pas y voir une analogie avec la situation que vivait alors l'Europe qui venait d'entrer dans sa troisieme annee de guerre. J'ai toujours considere que ce sont parmi les meilleures planches qu'Herge ait jamais realisees. Pour moi, ce sont les pages qui sauvent une aventure de Tintin que je n'aime que tres moyennement.

Ici, aux USA, on croit beaucoup a la redemption. Je pense qu'Herge s'est rachete apres la guerre. Comme tous les millions d'autres en Europe et aux USA leurres par uen ideologie aux relents nauseabonds. Je me suis souvent demande ce que j'aurais fait si j'avais vecu a ce moment la de l'Histoire? Je ne le saurais jamais, ce qui est bien dommage car je trouve cela fascinant intellectuellement parlant mais la, c'est carrement un autre sujet de debat tres eloigne de la BD.

579. TILLIERTON - 14/08/16 20:51
En Occitanie, nous n'aimons pas les français, mais c'est pas pour ça que.......

578. Mr Degryse - 14/08/16 20:13 - (en réponse à : piet)
Euh je n'ai aussi qu'un pseudo. Du moins depuis 10 ans. Avant j'étais ici jerome degryse mais j'ai oublié mon mot de passe. Mais ce n'était pas éloigné!!

577. Suzix@bdp - 14/08/16 18:28
Hier soir avec mes gosses ont été au restaurant. Spécialités corses avec une belle tablée de corses d'un certain âge. Et là mon fils (9 ans) dit "elle te plait pas ma sœur" ... de là est partie une longue conversation sur un best of des scènes et répliques dans tous les Astérix. Presqu'aucune mention de castagne sauf lorsque le poissonnier (dont je crois avoir oublié le nom ... Cetautomatix?) aimerait avec un poisson pour cogner sur un autre mais bcp de pitreries d'Obelix et des scènes rigolotes de personnages secondaires ... donc réduire Astérix a un humour potache qui se moque de l'autre par ses travers ou utilisant de gros clichés des "étrangers" c'est se moquer de nous tous non?
De plus les "étrangers" pour nos gaulois sont aussi en Gaule même donc des français actuels : l'auvergnat, le lyonnais, le marseillais prennent aussi cher non?

576. Quentin - 14/08/16 17:50 - (en réponse à : Longshot)
en arriver à la conclusion qu'Astérix n'est sans doute pas plus raciste que toi-même

Je n'ai pas dit ca. J'essaye d'avoir le moins de préjugés possibles, Astérix s'y vautre dedans avec complaisance dans le but de faire rire. Comme Charlie Hebdo du temps de Charb, d'ailleurs, sauf que Charlie allait beaucoup plus loin en y mettant une bonne dose d'hostilité - ce que je trouve, pour le coup, moralement condamnable, au contraire d'Astérix. On en a déjà discuté, on n'est toujours pas d'accord sur Charb, on ne le sera pas sur Astérix non plus, ce n'est pas bien grave.

Il y a plusieurs types d'humour. L'humour qui veut provoquer le rire en se moquant de l'autre et de ses différences vole à mon avis au ras des pâquerettes. Niveau railleries humiliantes à l'école ou dans le bac à sable. J'aime pas trop, mais si toi ca te fait rire, tant mieux pour toi. Tu me diras que je n'ai rien compris à Astérix (comme je n'ai rien compris à Charb). Je te répondrai qu'il n'y a pas qu'une seule et unique manière de percevoir les choses, et que la mienne vaut bien la tienne.

Je ne comprend pas ta comparaison avec bibi mais non, je ne me fous pas de toi.

575. TILLIERTON - 14/08/16 17:36 - (en réponse à : Froggies)
Cafter, en ce qui concerne Franquin, je ne sais pas où est la vérité vraie (ah ah!),
Mais toujours est-il qu'il n'a pas affiché, et de loin , sa solidarité vis à vis de ses collègues, préférant aller s'afficher à droite du père Dupuis pour lui signifier son allégeance, du style " moi, je n'aurais jamais fait une chose pareille "
Bon, Uderzo n'est pas rancunier "and time heals all wounds "

574. longshot - 14/08/16 16:41 - (en réponse à : Quentin)
Je ne sais plus qui disait avec raison qu'il était impossible d'écrire une parodie si outrée qu'elle ne puisse être prise au sérieux. Du coup je suis obligé de te poser la question : tu te ficherais pas un peu de nous, par hasard ?

Encore que je vois mal où tu voudrais en venir, surtout que tu finis par en arriver à la conclusion qu'Astérix n'est sans doute pas plus raciste que toi-même (tout ça pour ça !), mais quand tu t'appuies sur un raisonnement qu'on jurerait copié d'un message de bibi (remplacer « stéréotype » par « islam » et « racisme » par « terrorisme islamique ») ou de la manif pour tous (même jeu avec mariage homo et pédophilie), je me pose quand même la question...

573. Léon le Wacky - 14/08/16 12:30 - (en réponse à : Phillary)
Les porteurs noirs, c'est dans Le bouclier arverne. Et le financier dans L'étoile mystérieuse s'appelle Bohlwinkel, mais je crois qu'en effet, dans la première version, il s'appelait quelque chose comme Blumenstein, un nom beaucoup plus connoté, de fait... C'est ce qui a incité Hergé à le rebaptiser dans la version définitive.

572. Piet Lastar - 14/08/16 01:34
522. Piet Lastar - 09/08/16 14:14

Tu oublies Obélix, être obèse et violent, qui incite la jeunesse à se goinfrer et à foutre des baffes aux étrangers !


Je ne suis pas Degryse, je n'ai qu'un pseudo, moi ! Et je ne pensais pas que ce post ferait autant de bruit

571. pierrecédric - 14/08/16 00:17
En tout cas nous avons bien ici quelqu'un qui fait un beau gros excès de stigmatisation dites donc...

570. pierrecédric - 14/08/16 00:03
pas loin du bonhomme Banania est datée, un dessinateur ne se le permettrait pas aujourd'hui.
Alexandre Astier l'a fait pourtant en D.A, il s'est un tout petit peu fait tapé sur les doigts, mais bon la stigmatisation aussi... ça me fait un peu pitié.

569. Quentin - 13/08/16 23:00 - (en réponse à : froggy)
Lauzier se moquait de tout le monde mais surtout de lui-même (à travers ses personnages principaux). Oui, il a fait plein de trucs cons, qu'on peut voir comme racistes. Comme je l'ai écrit plus bas c'est très inégal, et il y a beaucoup d'albums qui ne sont pas drôles (ou en tout cas qui ne me font pas rire). Les albums que je préfère sont souvenirs d'un jeune homme, la course du rat, et la tête dans le sac, albums dans lesquels les protagonistes blancs de classe moyenne (auxquels je peux facilement m'identifier, soit directement soit via des personnes proches) s'en prennent plein la gueule.

568. Quentin - 13/08/16 22:42 - (en réponse à : Philhary)
Si le racisme est une attitude systématiquement hostile envers une catégorie de personnes, c'est sans doute un terme trop fort pour Astérix (et pour Tintin aussi d'ailleurs). Mais quand même, l'image du Normand grosse brute moustachu avec un cerveau de moineau, celle du Goth qui est à peu près pareille mais avec un casque à pointe au lieu d'un casque à cornes... Les auteurs auraient fait pareil en envoyant Astérix dans une ancienne colonie Africaine, ils se seraient pris un procès au cul comme pour Tintin (et il l'auraient perdu pareil). Si tu vois du racisme dans Tintin au Congo, tu peux bien me laisser en voir dans Astérix chez les Normands.

mettre en scène un stéréotype, ce n'est pas nécessairement le valider, c'est parfois même tout le contraire

Oui, parfois. Mais ca ne dépend pas seulement de l'intention, ca dépend aussi de la perception.

Est-ce que tu penses qu'on peut qualifier une oeuvre, ou une personne, de raciste, sans que cette qualification soit automatiquement assortie d'une condamnation morale ?

Oui, je le pense. Je pense en fait que le racisme n'est pas une question de tout ou rien, mais est une question de degré. Je pense également que les stéréotypes sont le début du racisme, tout au bas des échelons. Je pense donc qu'on est tous plus ou moins racistes, à des degrés divers, moi y compris (je n'échappe pas à certains préjugés malgré tous mes efforts). Là où ca devient condamnable, c'est quand il y a l'intention de rejetter ou de heurter un groupe entier, sans distinction - ce qu'on ne trouve ni chez Astérix, ni chez Tintin, amha. Je n'ai pas étudié la question, c'est juste une conviction personnelle.

Maintenant, est-ce bien ou mal de juger une oeuvre selon les critères de mon choix? Ma foi, je crois que c'est bien normal et qu'on le fait tous en lisant une oeuvre. Ceci dit, je ne m'érige pas en juge ultime du bien et du mal et je n'aurais pas écrit tout ca sur Astérix si Piet (et pas Degryse, pardon) et toi n'avaient pas lancé et relancé le sujet.

567. Philhary - 13/08/16 21:57 - (en réponse à : Froggy post 565)
Ça me paraît quand même difficile de nier que Tintin au Congo est raciste, ou que la représentation des hommes d'affaires dans L'Etoile mystérieuse, même après le changement de nom du méchant, est plus que douteuse. Comment s'appelle-t-il déjà ? Blumenstein ? L'affreux capitaliste au long nez et aux grosses lèvres ?

Mais je ne vois pas le rapport avec Astérix.

566. Philhary - 13/08/16 21:53 - (en réponse à : Quentin)
Astérix et Tintin sont-ils racistes? Je pense que oui (même s'il y a aussi un discours plus ou moins humaniste en parallèle). Ceci dit, ce ne sont pas les seules séries dans ce cas. Il y en a plein d'autres, et je met d'ailleurs Mauss dans la liste, histoire de lancer une autre bombe encore plus violente que la première (ca fait référence à un autre débat qu'on a eu sur ce forum il y a bien longtemps).

Mais pourquoi mets-tu sur le même plan Tintin et Astérix ? Pas la même bd, pas les mêmes auteurs. Le sujet en l'occurrence c'est Astérix. Et tu n'expliques toujours pas, précisément, en quoi ce serait une bd raciste. Si c'est simplement parce qu'elle met en scène des stéréotypes, je t'ai répondu plus bas à ce sujet : mettre en scène un stéréotype, ce n'est pas nécessairement le valider, c'est parfois même tout le contraire.
Allez, si j'essaye de me demander ce qui peut être raciste dans Astérix, il y a une image qui me vient en tête, mais c'est la seule : c'est celle de porteurs de chaise noirs, dans je ne sais plus quel album. Après qu'Astérix et Obélix ont baffé les Romains, ces porteurs, représentés silencieux, grassouillets et avec des grosses lèvres, ont un grand sourire. Leur représentation, pas loin du bonhomme Banania est datée, un dessinateur ne se le permettrait pas aujourd'hui.
Mais pour le reste, j'attends des exemples précis. A lancer des bombes sans précaution, on risque les dégâts collatéraux, et le retour à l'envoyeur.

Je suis allé voir ton post sur Maus. Ma foi je trouve qu'il ouvre une discussion intéressante, mais ne mélangeons pas tout.

Est-ce condamnable? Je pense que non (là, tu m'as mal compris). Il n'y pas d'appel à la violence contre les étrangers (si Degryse n'avait pas mentionné les baffes aux étrangers, je n'y aurais même pas pensé - quoique maintenant qu'il l'a mentionné, je me dis qu'il y a effectivement peut-être quelque chose à creuser derrière :o)). Il n'y a pas de volonté de nuire; "c'est juste pour rire" et ca fait d'ailleurs rire des millions de lecteurs. Le racisme n'est finalement que le reflet de l'époque et des préjugés de l'auteur. C'est assez bénin en somme.

C'est le cœur du problème. J'entends bien que tu distingues le racisme comme catégorie objective et le racisme comme catégorie morale, mais cette distinction me paraît difficile. Est-ce que tu penses qu'on peut qualifier une oeuvre, ou une personne, de raciste, sans que cette qualification soit automatiquement assortie d'une condamnation morale ?
Pour ce qui est des "baffes aux étrangers", à nouveau, tu n'as pas compris le post de Piet Lastar (tu sembles vraiment avoir du mal avec l'ironie), qui pastichait la lecture au premier degré de Tillierton à propos de Gaston, qui consisterait à se dire : tiens, Astérix et Obélix mettent souvent des baffes aux étrangers, bi gre, c'est une bd xénophobe. Lecture parfaitement idiote : les Gaulois sont caractérisés comme ripailleurs et bagarreurs, il n'y a pas un ressort comique spécifique dans la bd qui reposerait sur le fait que des étrangers se prennent des baffes.


Ai-je le droit de ne pas trouver ca drôle sans qu'on me traite de pisse froid qui a de la merde dans les yeux? Oui. pm rit de choses que ne me font pas rire. Je ris de choses qui ne le font pas rire. Ce qui est drôle est ... relatif (ouh le vilain mot).

Ai-je prétendu le contraire ? Ce n'est pas moi qui écris les posts de Pm.

Bref, ce n'est pas par volonté de me montrer bien-pensant ou pour dénigrer Astérix que je tiens ce discours. C'est pour justifier pourquoi je ne trouve pas ca drôle - il ne faut pas renverser l'ordre dans lequel on est arrivé là.

Certes, mais tu te retrouves de fait souvent dans la position du juge, et tu as la main lourde dans tes jugements, et tu ne prends guère la peine de les justifier.

Quand au dessin... Ca me fait penser à un truc que je lisais dans la biographie de "l'opéra de papier" sur Jacobs. On lui reprochait que Blake et Mortimer étaient trop sérieux. Il a alors dessiné un Mortimer s'éclatant en pleine case avec les cheveux hérissés et criant "WOUAH" en s'électrocutant sur une poignée de porte. Hilarant? Ou pathétique? Question de goût, encore une fois.

Au risque de me répéter, je ne te reproche absolument pas de ne pas rire à la lecture d'Astérix. Je te reproche d'user du qualificatif de "raciste" à son propos, avec beaucoup de légèreté. Je parlais du dessin pour expliquer qu'il contribuait aussi au comique, et pas qu'un peu. Que tu n'y sois pas sensible, c'est en effet une question de goût.

565. froggy - 13/08/16 21:45
563. Quentin - 13/08/16 20:45 - (en réponse à : Philary)
Astérix et Tintin sont-ils racistes? Je pense que oui


Nous ne lisons vraiment pas ces BD du meme oeil. Relis la celebre page du Lotus Bleu ou Tintin raconte a Tchang comment les occidentaux voient les chinois et dis-moi si tu la trouves raciste. Elle serait plutot raciste anti-blanc avant que cette expression existe.

Quant a Asterix, le prendre au premier degre comme il semble que tu le fasses est une grosse erreur. Tu cites Lauzier qui se moquait allegrement des feministes, des extremistes politiques de droite et de gauche, des punks, des rates de la vie, des forts, des faibles etc. Cela n'est pas mieux. De mon cote, Lauzier me fait toujours autant rire meme si c'est beaucoup plus mechant et caustique que ce que Goscinny ecrivait.

564. nem° - 13/08/16 20:56
Aaah, ce brave et fidèle Nasir...

563. Quentin - 13/08/16 20:45 - (en réponse à : Philary)
Astérix et Tintin sont-ils racistes? Je pense que oui (même s'il y a aussi un discours plus ou moins humaniste en parallèle). Ceci dit, ce ne sont pas les seules séries dans ce cas. Il y en a plein d'autres, et je met d'ailleurs Mauss dans la liste, histoire de lancer une autre bombe encore plus violente que la première (ca fait référence à un autre débat qu'on a eu sur ce forum il y a bien longtemps).

Est-ce condamnable? Je pense que non (là, tu m'as mal compris). Il n'y pas d'appel à la violence contre les étrangers (si Degryse n'avait pas mentionné les baffes aux étrangers, je n'y aurais même pas pensé - quoique maintenant qu'il l'a mentionné, je me dis qu'il y a effectivement peut-être quelque chose à creuser derrière :o)). Il n'y a pas de volonté de nuire; "c'est juste pour rire" et ca fait d'ailleurs rire des millions de lecteurs. Le racisme n'est finalement que le reflet de l'époque et des préjugés de l'auteur. C'est assez bénin en somme.

Ai-je le droit de ne pas trouver ca drôle sans qu'on me traite de pisse froid qui a de la merde dans les yeux? Oui. pm rit de choses que ne me font pas rire. Je ris de choses qui ne le font pas rire. Ce qui est drôle est ... relatif (ouh le vilain mot).

Bref, ce n'est pas par volonté de me montrer bien-pensant ou pour dénigrer Astérix que je tiens ce discours. C'est pour justifier pourquoi je ne trouve pas ca drôle - il ne faut pas renverser l'ordre dans lequel on est arrivé là.

Quand au dessin... Ca me fait penser à un truc que je lisais dans la biographie de "l'opéra de papier" sur Jacobs. On lui reprochait que Blake et Mortimer étaient trop sérieux. Il a alors dessiné un Mortimer s'éclatant en pleine case avec les cheveux hérissés et criant "WOUAH" en s'électrocutant sur une poignée de porte. Hilarant? Ou pathétique? Question de goût, encore une fois.

562. Philhary - 13/08/16 20:01 - (en réponse à : Quentin)
Et si, comme tu as dû le sentir, je m'énerve un peu, c'est parce que je trouve qu'au nom de bonnes intentions tu tiens un propos extrêmement violent. C'est très grave de dire, en passant, au détour d'un post, qu'une bd fait la promotion de la violence sur les étrangers, qu'elle est xénophobe. Ça demande d'être étayé très sérieusement, ce ne sont pas des accusations qu'on porte à la légère, ça n'est pas parce qu'on s'estime moralement du bon côté du manche qu'on peut porter ainsi sans vergogne je ne sais quelles sentences de tribunal révolutionnaire.

A force d'employer tous ces mots (raciste, xénophobe, antisémite, facho, pétainiste et j'en passe) inconsidérément dans le débat public, soit par négligence pour les biens intentionnés, soit par malhonnêteté pour ceux qui ont besoin de discréditer un adversaire avec une arme absolue de langage, on les a dévalués, ils ne sont plus pris au sérieux et on donné des verges aux Bibi Lolo et aux Prune pour se faire battre.

561. Philhary - 13/08/16 19:48 - (en réponse à : Quentin)
A charge, elle joue sur les préjugés les plus clichés, elle essentialise les différents groupes et les enferme dans des shémas rigides, et "l'humour" se résume souvent à se moquer des autres.

Tu confirmes ce que je disais plus bas, j'ai l'impression que tu ne stratifies pas les niveaux de sens lorsque tu as affaire à une bd (ou à une caricature...). Tu écris "A charge" là où j'écrirais au contraire "A décharge". Oui, Astérix est une bd qui s'amuse des stéréotypes et des idées reçues (sur les peuples, Français bien compris, les professions, l'histoire...). Ce jeu tu ne le vois pas, tu pratiques une lecture au premier degré, dans laquelle n'existe plus que le stéréotype, sans sa mise à distance, sans le contexte humoristique, sans l'appel à l'intelligence du lecteur.

Après, qu'Astérix ou Gaston ne te fassent pas rire, je trouve ça dommage pour toi, mais je ne songerais pas à t'en blâmer. C'est dommage que ce soit pour des raisons aussi peu... rationnelles.

(Et en plus, tu opères un lecture spectaculairement réductrice de ce qui fait le comique de cette bd : transposition de la société française sous Pompidou, calembours à gogo et, on y revient toujours, le dessin.)

560. Quentin - 13/08/16 19:30 - (en réponse à : Philhary)
Bon, puisque tu insistes pour que je lance cette bombe, je ne suis effectivement pas loin de penser qu'Astérix est une BD xénophobe. A charge, elle joue sur les préjugés les plus clichés, elle essentialise les différents groupes et les enferme dans des shémas rigides, et "l'humour" se résume souvent à se moquer des autres. On a traîné Tintin devant les tribunaux pour des arguments semblables.

A décharge, les Gaulois ne sont pas épargnés, et tout le monde fait la paix autour d'un bon festin de sanglier à la fin (sauf les romains, bien entendu). Bref, même si je suis prêt à me laisser convaincre qu'Astérix n'est quand même pas xénophobe, il n'empêche que je trouve ca franchouillard et lourdingue - en un mot: con.

559. Philhary - 13/08/16 19:25
Distribuer des baffes aux étrangers : l'humour nauséabond d'Astérix. Attention, l'image peut choquer.


558. Quentin - 13/08/16 19:22 - (en réponse à : froggy)
Oh, moi je ne ris quasi jamais à gorge déployée quand je lis une BD. Quelque chose que je trouve très drôle m'arrache plutôt un gloussement plus ou moins long en fonction du niveau de jubilation :o)

J'ai mentionné plus bas idées noires de Franquin qui est, pour moi, un chef d'oeuvre d'humour. Lauzier est un autre auteur qui arrive à me faire rire (quoique ca soit très inégal d'un album à l'autre). Je trouve Julius Corentin Acquefacque également très drôle, de même que beaucoup d'albums de Ruppert et Mulot. Une série récente que je trouve également très humoristique (et qui reste malheureusement trop confidentielle) est la vierge froide et autres racontars (plus les 2 tomes qui suivent), de Tanquerelle et de Bonneval, d'après Jørn Riel.

Dans les trucs que je ne trouve pas drôle du tout mais qui en font marrer plus d'un, je rajouterai Gus (Blain) ainsi que Bob et Bobette.

557. Philhary - 13/08/16 19:10 - (en réponse à : Froggy)
J'ai comme l'impression que Quentin éprouve quelques difficultés à percevoir les différents niveaux de discours. C'est fâcheux quand on a affaire à une oeuvre de fiction, encore plus quand cette oeuvre relève du comique.

556. Philhary - 13/08/16 19:08 - (en réponse à : Quentin)
Tu penses vraiment que l'humour d'Astérix repose sur le fait que des étrangers se prennent des baffes ? Si c'est le cas, ta lecture est plus que biaisée, elle est fausse, voire malhonnête, car elle relève du procès en sorcellerie. Tu crées de toute pièce ce que tu prétends dénoncer.
Autant y aller franchement et nous expliquer que c'est une bande dessinée xénophobe, puisque, paraît-il, on y rit de la violence faite sur les étrangers.
Relis un album bon sang, n'importe lequel (de ceux qui sont scénarisés par Goscinny bien sûr) !


555. froggy - 13/08/16 18:54 - (en réponse à : Quentin)
Tu viens de nous apprendre que Gaston et Asterix te laissent de glace alors que je considere que ce sont les BD parmi les plus droles qui soient.

D'ou ma question, qu'est ce qui te fait rire? Je suis curieux de le savoir. Je ne me permets pas de te juger, j'ai simplement envie de connaitre tes gouts en matiere de BD d'humour.

554. Léon le Wacky - 13/08/16 18:43
"Vous en connaissez beaucoup, vous, des couples capables de se disputer pour la largeur d'un océan ?" (Woody Allen, Radio Days)

"Vous en connaissez, vous, des internautes capables de se disputer pour les baffes d'Obélix ?" (Léon le Wacky, BD Paradisio)

553. Quentin - 13/08/16 17:06 - (en réponse à : petite merde)
Mais oui, bien sûr. Astérix, tout comme Fernandel et Louis de Funes, sont des monstres sacrés absolument géniaux qui font rire tout le monde, hier, aujourd'hui, demain et à jamais. C'est tout à fait objectif, et il faut avoir de la merde dans les yeux, ne rien comprendre ou pisser froid pour ne pas rire de leur humour universel, universaliste et universalisant.

552. pm - 13/08/16 13:55 - (en réponse à : Quentin)
J'avoue être imperméable à "l'humour" d'Astérix. A tout prendre, je préfère encore celui de Gaston.

Tain, le pisse froid, qui non seulement a de la merde dans les yeux mais n'a rien compris.

551. Lien Rag - 13/08/16 10:29
"slapstick comedy", tu ne connais pas le concept?

550. Quentin - 13/08/16 00:37 - (en réponse à : Philhary)
J'avoue être imperméable à "l'humour" d'Astérix. A tout prendre, je préfère encore celui de Gaston.

Sinon, tu peux toujours essayer de m'expliquer ce qu'il y a de drôle dans les baffes qu'Obélix distribue aux étrangers. Ca au moins, ca me fera peut-être bien rire ;o)

549. froggy - 13/08/16 00:08 - (en réponse à : Tillierton)
Je n'arrive toujours pas a te croire sur ton information selon laquelle Franquin aurait ete un des 2 denonciateurs de la Charte organisee par Goscinny, Uderzo et Charlier. Cette denonciation aupres des editeurs a eu pour consequence que les futurs auteurs d'Asterix ont ete vires de la World Press pour lesquels ils travaillaient alors que l'employeur de Franquin etait Dupuis. Uderzo etait tres ami avec Franquin et ils se voyaient regulierement quand le belge venait a Paris. Je n'imagine pas Uderzo sympathisant plus tard avec celui qui aurait ete responsable de son licenciement. Accessoirement, un autre indice vient de Tibet, l'auteur de Chick Bill et Ric Hochet. Celui-ci etait egalement tres ami avec Uderzo et Franquin. Or, lors du fameux litige entre Uderzo et Dargaud au sujet du paiement des droits etrangers d'Asterix, Tibet se facha avec Greg et rompit tout lien avec lui parce que celui-ci s'etait range du cote de Dargaud, Tibet soutenait Uderzo. Cette attitude de Tibet demontre bien qu'il n'aurait pas pu etre ami de Franquin si celui-ci aurait denonce ses petits camarades. Donc Franquin ne peut pas etre un des mouchards. CQFD!

Comme je ne te crois pas sur ce point, je ne te crois pas non plus sur les autres a moins que tu ne nous montres des preuves irrefutables. Tu peux m'appeler St Thomas si tu veux, je ne crois que ce que je vois.

548. Philhary - 12/08/16 17:46
Merci Piet Laster, Pm et Froggy pour vos précisions. Je vais donc lire Chaminou, en espérant y trouver le même plaisir que lorsque j'ai découvert Gil Jourdan de Tillieux il y a quelques années, lors de la parution des intégrales.
J'essayerai de me procurer l'édition en couleurs.

Sinon le post 523 de Quentin à propos d'Astérix "Ah oui les baffes aux étrangers. C'est vrai que ca c'est irrésistible et qu'on se tord de rire à tous les coups. Un sommet d'humour. est une sacrée perle. Quentin semble n'avoir compris ni l'ironie de Piet Lastar ni l'humour d'Astérix.

Le commentaire de Tillierton sur le très beau dessin de Franquin posté par Nem° n'est pas si absurde finalement, surtout si on le lit à l'aune de la précision apportée par Froggy sur le fait que Franquin a connu une période de dépression juste après ce dessin.
Au premier abord il s'agit d'une scène attendrissante, mais elle montre aussi une volonté de retrait du monde, de repli sur soi dans le cocon protecteur de son univers familier, loin du jeu social dont on ne veut plus suivre les règles, mais face auquel on choisit la fuite plutôt que la lutte, qui me semble assez caractéristique de la dépression.
C'est précisément cette ambivalence qui fait à mes yeux toute la valeur de ce dessin.
D'ailleurs vous avez beaucoup parlé des gags et des jeux de mots, drôles ou pas drôles, dans Gaston, mais, en exagérant un peu, je dirais que c'est secondaire. Ce qui m'émerveille quand je lis ces albums, ce qui fait que je les relis régulièrement et que je suis touché ou que je ris bien avant la chute du gag, c'est le dessin, tout ce qu'il fait passer d'humanité, de tendresse ou de comique dans chaque case.



547. pm - 12/08/16 14:56 - (en réponse à : Tillerton)
Tu es apparenté à Mic Delinx ? J'aime bien.

546. TILLIERTON - 12/08/16 14:06
Attention ! Citer une source ne veut pas dire qu'elle soit vraie ! En ce qui me concerne, je l'ai recoupée avec les propos de Rosy qui dit à peu près la même chose sur Franquin dans la galaxie Spirou (ça fait 2 ).
Retour en arrière et qui fait que je sois là aujourd'hui à parler de BD. Le point de départ est l'année 1963 ( mes 8 ans )avec un abonnement à Pilote, pour suivre les créations de D. Sans celà, je n'aurais jamais fait partie ensuite de la minorité des passionnés du genre, me contentant de rejoindre la cohorte des lecteurs ( ils sont nombreux) d'un album de Tintin ou d'Astérix sans aller au-delà .

545. pm - 12/08/16 13:41
Je ne connais pas les sources de Tillerton mais Franquin a crédité des tas de collaborateurs sur ses albums, qui parfois n'avaient vraiment pas fait grand chose ( je crois que c'est Roba qui disait ça à propos de ses crédits sur le 9, le 17 et le 24 ), contrairement à Hergé qui n'a jamais voulu citer ses collaborateurs, même lorsque lui-même n'avait quasi rien fait comme sur la moutue actuelle de l'île noire que nous attribuons à Bob de Moor ( et Martin ).

544. froggy - 12/08/16 00:25 - (en réponse à : Tillierton)
Comme cela m'interesse beaucoup, et je presume que je ne suis pas le seul, peux-tu nous retranscrire le contenu de ces lettres autant que cela soit possible sans que cela ne porte atteinte a la vie privee de qui que ce soit?

543. TILLIERTON - 11/08/16 08:27
Non, c'est de la première main. Il y a une vingtaine d'années, j'étais en contact et en correspondance écrite avec un scénariste belge connu, décédé depuis. J'étais un des ayant-droits d'un dessinateur, disparu dans les années 90 et voulions étudier la possibilité de faire éditer leur œuvre commune. Le projet n'a jamais abouti. Parallelement, il connaissait bien le milieu Dupuis. J'ai gardé les lettres et je crois même qu'il s'est exprimé sur le sujet dans DBD et aussi dans des revues belges comme Samedi Jeunesse

542. froggy - 10/08/16 23:52 - (en réponse à : Tillierton)
Tu n'as toujours pas repondu sur l'origine de tes informations sur Franquin. Ou bien, ferais-tu a la Donald Trump? Ecrire n'importe quoi afin que l'on parle de toi.

J'aimerai bien que tu repondes parce que ta credibilite sur ce forum est en jeu.

541. pm - 10/08/16 20:59 - (en réponse à : Tillierton 534)
je me demande si tu es sérieux dans ce post parce que c'est tellement énorme.
Pour info Gaston n'est pas le héros de la série mais l'archétype de l'anti-héros pour lequel on finit par éprouver beaucoup de tendresse, parce que ça va très au delà de la simple paresse ( et comme le dit froggy c'est plutôt l'inefficacité au travail car ses pratiques sont multiples et pleines d'imagination, l'inorganisation, le manque d'anticipation de ses trouvailles- hilarant-, etc...).
Gaston c'est aussi l'éloge de la subversion contre l'état policier quand il fait enrager Longtarin, contre le capitalisme règnant quand il empêche De Mesmaker de signer les contrats. Et puis sur le tard le coté écolo.
Rien que de penser à certains gags en t'écrivant j'ai envie d'éclater de rire.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio