BD & séries TV, season 2

Les 1408 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29


1358. marcel - 12/03/21 16:15
Sinon, puisqu'on parle de series, je suis sur la saison 7 d'American Horror Story, intitulee Cult, avec... Evan Peters dans le role du chef de secte. Il est de toutes les saisons, mais la, il a un des deux roles principaux.
Cette serie est vraiment tres reussie (pour peu qu'on ne soit pas facilement effraye, parce que ca fout vraiment les miquettes), avec plein de retournements scénaristiques inattendus, et le plaisir toujours renouvele de retrouver la meme equipe, avec arrivee-surprise de l'un ou l'autre acteur en cours de saison.
Et j'adore ce petit truc de proposer des scènes qui semblent n'avoir rien a voir et de faire le lien plus tard.
Et comme toute bonne fiction d'horreur, il y a un sous-texte societal. Ici, ca commence par l'election de Trump en 2016 (et deja, ca fait peur).

Sa serie cousine, American Crime Story, je n'en ai vu que la premiere saison, sur l'affaire O.J. Simpson, mais elle reussit l'exploit d'etre (sur)prenante tout du long, alors que je connaissais pas mal de détails pour avoir lu la riche fiche wiki la concernant pas longtemps avant.

1357. marcel - 12/03/21 16:02
Bert, une fois la serie finie, je veux bien que tu reviennes en parler ici, avec spoilers cette fois-ci.

1356. marcel - 12/03/21 14:15
Certes, le scénario de Mandalorian n'est pas revolutionnaire, mais tout est dans l'ambiance, vraiment tres reussie. Cette serie a beaucoup mieux capte l'esprit originel de la saga que la derniere trilogie qui se voulait fidele jusqu'au plagiat.
Meme visuellement, toutes les scènes sont iconiques, je trouve, alors que j'en ai pas retenu une seule de la postlogie.

1355. Bert74 - 12/03/21 12:03 - (en réponse à : stefan)
Bon ben je vais essayer alors...

1354. Bert74 - 12/03/21 12:02 - (en réponse à : Lien #1352)
Pour apprécier totalement WandaVision, il faut :
- avoir regardé les séries TV des années 50s-60s-70s-80s-90s-2000s
- avoir lu toutes les BD Marvel autour de Vision et Scarlett Witch
- avoir vu l'ensemble des film du MCU (nan passk'ils sont allés chercher acteur et et perso dans pas mal d'épisodes différents de la franchise
- avoir vu les derniers X-men produits par la FOX
- avoir une solide culture en comics / adaptation de comics (Kick-Ass par exemple)
- avoir une opinion sur la suite du développement du MCU (les films et série non encore sortie)
- comprendre les références musicales
- avoir certaines connaissances en techniques cinématographiques, scénaristique, de production, de jeu d'acteur pour bien voir à quoi cela correspond (la référence à la technique en vogue dans les 80s qui consiste à continuer la scène alors que le générique est déjà parti est bluffante d'a propos...).
- et je dois pas avoir tout vu

Mais sinon c'est aussi bien comme ça, hein. Et même, si tu veux te faire un petit rappel de péripéties passées, Marvel Studio a monté un petite série annexe appelé "Les Légendes" où chaque épisode (de 8mn) est centré sur un personnage en compilant les extraits pertinents des films du MCU passés où il apparait : l'épisode 1 est sur Wanda, l'épisode 2 est sur la Vision.

1353. Stefan - 12/03/21 11:43
Je vois ce que tu veux dire sur la saison un, je l'ai quand même trouvée agréable à regarder pour ces belles ambiances. Il y a une volonté de faire simple, mais de faire bien, de prendre son temps. Et puis, dans la saison 2, des petits liens se créent avec Star Wars Rebels que j'aime beaucoup et aussi avec la première trilogie, les personnages sont plus développés, en particulier, le personnage principal qui commence à avoir quelques petites fêlures et qui devient plus intéressant (parce que moi c'était ma plus grosse frustration à la fin de la saison 1, de ne pas me sentir vraiment attaché au personnage principal de la série, ce qui est dommage). Le fil rouge devient un peu plus consistant et voila, sans spoiler, je suis sorti tout content du dernier épisode de la saison 2.

1352. Lien Rag - 12/03/21 11:13
Ah donc pour apprécier/tout comprendre de WandaVision il faut se taper les purges Marvel genre Captain du même nom ?

1351. Bert74 - 12/03/21 11:11
Moi j'ai trouvé qu'il ne se passait rien dans Mandalorian. Les histoires de chaque épisode sont quand même bien basiques, sans subtilité, les perso moyennement intéressants et le fil rouge bien ténu...

1350. Stefan - 12/03/21 10:52
J'ai bien aimé Mandalorian, ça s'enrichit petit à petit. La saison 2 en général et son final en particulier sont quand même pas mal.

1349. Bert74 - 12/03/21 10:36
Mais, tout de meme, Marvel Studios continue a tres bien tenir sa coherence d'univers, apres 23 films et maintenant des series, c'est quand meme du jamais vu dans le monde audiovisuel (et ce que les comics appellent "un lundi").

Oui c'est ce que tout les commentateurs ont l'air de constater. WandaVision étant aujourd'hui la série la plus regardée au monde, tout le monde s'ébahit devant schéma médiatique complètement nouveau et qui marche du feu de dieu (j'ai compris qu'un méga cliffhanger postgénérique du dernier épisode de Wandavison renvoie vers les prochains film qui vont sortir au ciné). Kevin Feige est mis par tous sur un piédestal hallucinant.

Quand je compare ça avec ce qu'ils ont fait de l'univers cinématographique Star Wars, putain ça fait mal : entre l'épisode 9 qui est une vrai purge (je l'ai vu il n'y a pas longtemps) et la série Mandalorian qui est au mieux gentil con-con (je n'ai vu que la saison 1, mais dans sa toitalité quand même), y a pas photos.

1348. marcel - 11/03/21 20:26
Je suis d'accord sur tout. Beaucoup (de bas-du-front) n'ont pas depasse les trois premiers, moi j'ai accroche direct. Beaucoup ont ete decus par le dernier episode, ce que je peux comprendre, mais j'ai aime.
Le truc, c'est que, deja, c'est intelligent pour leur premiere serie de parler de series, pour se differencier. Mais aussi.... ben c'est bien meilleur que certains de leurs derniers films (Captain Marvel, Black Panther...).
Au passage, si t'as coupe au (tres long) generique, y a de scènes post-crédits sur les trois derniers épisodes. Et il faut les voir.
J'ai un peu plus peur de Falcon and Winter soldier, qui a l'air d'etre un buddy-movie humoristique. J'attends plus de Loki.

Mais, tout de meme, Marvel Studios continue a tres bien tenir sa coherence d'univers, apres 23 films et maintenant des series, c'est quand meme du jamais vu dans le monde audiovisuel (et ce que les comics appellent "un lundi").

1347. Bert74 - 11/03/21 14:40
Pour répondre à Lien Rag à sa question sur le sujet comics, je me mets dans le sujet adéquat.
Je suis en train de regarder WandaVision, hé ben c'est drôlement chouette !!!

Si votre petit cœur de geek-TV-addict souhaite encore battre pour un programme euphorisant et hyper-référencé remplissant toutes les cases de ce que vous attendiez sans oser l'espérer, ruez-vous sur cette gaufre télévisuelle.
En tout cas c'est vraiment mon cas.

J'ai vu 7 épisodes sur les 9 prévus pour la saison 1 et c’est vraiment un sans-faute. Ça envoie du lourd dans toutes les directions qu'on pouvait espérer. Je vais essayer de vous en parler sans trop SPOILIER (!), mais bon….
Sur un principe de replacer 2 persos du MCU dans une parodie des séries TV US des années 50 à nos jours, avec en gros un épisode par décennie télégénique (à certaines exceptions près qui permettent d’avancer le fil rouge de l’intrigue) qui pouvait paraitre étrange et suspicieux au premier abord, les auteurs ont hyper bien réussi leur coup. C’est un vrai plaisir de voir la Sorcière Rouge et la Vision (version MCU, avec leur acteurs attitrés respectifs : Elisabeth Olsen et Paul Bettany) évoluer dans les univers aussi disparate que I Love Lucy, Bewitched, Growing Pains ou Malcom in The Middle pour ceux que j’ai reconnus (le style est bien identifié, mais les références 70s et 2000s me sont inconnues, même si j’ai bien compris que les années 2000 et suites, ça doit être Modern Family, que je n’ai jamais regardé, qui s’impose).
La qualité est telle que ce ne sont plus des parodies, mais bien des « à la manière de » qui sont réalisés dans les moindre détails : générique, décors, costumes, intrigues, dialogues, personnages, fausses pubs, cadrages, bruitages, jeu des acteurs. Ce dernier point est à souligner niveau prouesse : la façon de se tenir de Olsen et Bettany (mais aussi des autres) et de balancer des répliques, différencié pour chaque épisode, est incroyable de maîtrise. Franchement quand ils font les 80s avec un Growing Pains-Quoi de neuf docteur-like (série doudou de mon adolescence) ça m’a scotché !
Depuis Margin Call, on savait que Bettany est un bon acteur (en plus d’être marié avec la plus belle femme du monde, c’bâtard…), mais c’est Olsen qui explose ici. Elle est parfaite.
Je vous recommande aussi chaudement le générique du 2e épisode, reprenant le cartoon de notre bienaimée Bewitched.

Ce tour de force inspiré pourrait n’être que pure forme (et peut-être se suffire à lui-même), mais en plus il participe complètement à la narration et à l’évolution de l’intrigue principale et ça passe tout seul. Trop classe.
Oui parce qu’on se doute très vite qu’il y a quelque chose derrière tout ça, tatin !! Et on ne nous fait pas attendre puisque dès le 4e épisode (bon, moi j’en aurai bien pris pour un ou eux épisodes de mise en place amont en plus) on nous propose de découvrir l’envers du décor (au propre, au figuré, au figuratif, vas-y mon ami, prends tout c’est cadeau).
Ajouté à ça une inspiration d’intrigue tirée (selon moi) des deux excellents comics (faut les lire, ça y en a très bon) que sont le House Of M de Brian Bendis et le La Vision de Tom King.
Et pis un collage parfait avec le MCU (ça démarre juste après Endgame) rapatriant / exploitant d’autres personnages entre-aperçus dans les films (Monica Rambaud, Darcy Lewis), qui va même jusqu’à recoller avec la part jusque là détenue par la Fox récemment racheté par Disney (fantastique élément d’intrigue surmultipliant les niveaux référentiels).
Et avec un alignement encore jamais vu de méta-références ultra bien amenés et pertinente : tant pour la pop-culture que la culture geek plus confidentielle, les clins d’œil, appels au background des personnages et autres easter eggs s’enfilent avec une aisance incroyable sans perturber l’histoire. Ça va même jusqu’au « recast » annoncé d’un personnage permettant de raccrocher même les wagons du Marvel Universe vu par la Fox (racheté par Disney aussi, rappelons-le).
Et quand on voit Elisabeth Olsen dans une scène avec des bébés jumeaux, parodiant le sitcom des 80s, La Fête à la Maison, dans lequel ses deux sœurs, jumelles, se partageaient un rôle de bébé… Là on se dit que ce n‘est n’est plus le 4e mais bien le 27e mur qu’on défonce !!

Et pis les mecs font du vrai fan service avec des références très sympathiques à la culture comics. Et au lieu d’aller chercher une série à parodier qui a marqué le plus grand nombre (ils auraient pu prendre Friends pour les 90s, par exemple), pour faire de la récup’ au maximum, il préfère s’adresser honnêtement à leur public proche en choisissant une série chouchou de la pop-culture (Yes ! Maclom rules !!).

Plus que deux épisodes à se mettre sous la dent, ça ne suffira pas à me rassasier. Heureusement Y a Falcon & Winter Soldier qui arrive.

1346. pierrecédric - 30/06/20 19:51
J'aurais quand même dû savoir que c'était Nob, vu la bouille de la toute petite.

1345. pierrecédric - 30/06/20 18:58

1344. pierrecédric - 30/06/20 18:09
C'est pas Obion !? Je crois reconnaitre le style.

1343. helmut perchu - 30/06/20 17:59 - (en réponse à : chifumi)
Oui mais quand même, comparer à Bagieu, t'es dur.

1342. pierrecédric - 30/06/20 17:58
He oh helmathematique, je me suis jute trompé hein.

1341. helmut perchu - 30/06/20 17:54 - (en réponse à : pierrecedricfeuilleciseau)
C'est pas très sympa pour Nob...

1340. pierrecédric - 30/06/20 17:53
Pffffff, nan chaipas, chaiplus.

1339. pierrecédric - 30/06/20 17:51
Bagieu j'imagine...

1338. marcel - 30/06/20 17:32

1337. Bert74 - 15/11/19 14:44
Bon ben Watchmen by HBO ça s'étoffe un peu.
Je viens de voir le 4e épisode et il y a des directions scénaristiques et des personnages qui méritent qu'on s'accroche.

C'est surtout l'épisode 3 avec l'arrivée tonitruante de l'excellllllente Jean Smart qui remet les horloges de l'apocalypse dans le sens de la marche. Elle joue une Laurie Blake (ex-Juspeczyk, clin d'oeil mon pote) tout à fait dans l'esprit du comics. Le traitement de son personnage, comme celui de Adrian Veidt (Jeremy Irons), à la Old Man Logan, me plait beaucoup.
En plus ils lui ont affublé un adjoint biographe qui remplit tout le fan-service qu'on peut désirer. Merci de l'attention M. Lindelof. Et allez voir ce qu'elle trimbale dans son attaché-case !...

L'introduction d'un perso qui n'était pas dans le comics, Lady Trieu, première billionaire ("trillionaire" en VO) du monde, est aussi intéressant. D'autant plus avec l'entrée fracassante qu'elle fait au début de l'épisode 4.

1336. heijingling - 25/10/19 03:02 - (en réponse à : stefan)
je suis assez curieux de voir ça, et j'attends d'avoir regardé jusqu'au bout avant de porter un jugement.[...]Je ne sais pas si on peut prendre pour argent content la comm autour de la série.
Content ou pas :), vu que je ne vais pas regarder cette série (pour moi Watchmen est une très grande œuvre qui se suffit à elle-même, voir le regard que peut poser dessus un type dont je n'ai jamais entendu parler n'a pour moi a priori aucun intérêt), et que la comm est souvent devenue aussi importante que l'œuvre (pas seulement cette série, je parle en général), je ne vais pas me priver de dire du mal sur la comm sans avoir vu la série :)

Sur le fait de dire oui, on a des blancs des noirs et des femmes parmi les scénaristes, donc c'est la preuve que ça va être bien et que le point de vue sera objectif et diversifié, évidemment, c'est très simpliste comme façon de présenter les choses.

Pire que ça, c'est stupide et surtout dangereux. J'ai déjà donné mon point de vue plus bas.

Et pourtant, il y aurait eu matière à en profiter pour que le film Watchmen soit aux films de super héros ce que le comics Watchmen était aux comics de super héros.

Maintenant que le corpus de films de super-héros est assez conséquent, en faire une adaptation par rapport à ce qu'expriment ces films plutôt que retranscrire la B.D. serait une bonne idée, en effet.

Là, sur la série, j'ai l'impression que Lindelof s'est posé de bonnes question. Peut être que les réponses qu'il va apporter ne seront pas satisfaisantes, qu'il n'ira pas forcément dans les directions où je serai allé moi, mais clairement la série cherche plus à respecter "une vision" qu'à coller aux pages.

J'ai l'impression, en lisant ce qu'il dit, qu'il a plaqué des réponses automatiques dans l'air du temps plutôt qu'apporté un regard personnel.

1335. stefan - 23/10/19 11:06
Si y'avait que celle là...

1334. suzix@bdp - 23/10/19 10:42
"argent content" est pourtant très joli. (;o)

1333. stefan - 23/10/19 10:20
quand je relis mes posts et que je vois les fautes d'orthographe que je laisse passer à chaque fois, j'ai honte.

Excusez moi, argent pas content.

1332. stefan - 23/10/19 09:33
Je ne sais pas si on peut prendre pour argent content la comm autour de la série.

Sur le choix de la question raciale comme problématique centrale sur la série, après tout, pourquoi pas, il vit là bas, il baigne dedans, s'il a le sentiment que c'est un point central de tension, ça correspond probablement à une réalité.

Sur le fait de dire oui, on a des blancs des noirs et des femmes parmi les scénaristes, donc c'est la preuve que ça va être bien et que le point de vue sera objectif et diversifié, évidemment, c'est très simpliste comme façon de présenter les choses. Mais il sait aussi que si il y avait 12 hommes blancs comme scénaristes, sur la série, il s'expose à un bad buzz potentiel sur les réseaux sociaux qui peut facilement dégénérer, surtout, à partir du moment où il revendique le fait de traiter le sujet. Il y a eu une polémique de ce type sur The Wire par exemple, quand on voit le niveau de la série, on peu comprendre que les producteurs cherchent à ce protéger. Mais ça ne veut pas dire que la couleur et le sexe des scénaristes ont été les seuls critères de sélection, j'ose espérer que derrière ça, ils ont aussi tenu compte de la qualité du travail des personnes sélectionnées.

Du coup voila, moi j'attends de voir, et ce qui est présenté dans les bandes annonces me semble intéressant.

J'en ai déjà un peu parlé dans le sujet sur Alan Moore. Les Watchmen, comme beaucoup ici, ça a été un grand choc de lecture pour moi. j'ai lu ça, je devais avoir 12 ans, et à l'époque je n'ai pas du comprendre le tiers de ce qu'il y avait à comprendre dedans, j'avais tout pris au premier degré. Après, à chaque relecture, et il y en a eu pas mal, j'ai découvert et compris de nouvelles choses.

Pendant longtemps on a parlé d'adaptations, notamment, Terry Gilliam a longtemps porté ce projet avant de jeter l'éponges et c'est devenu le truc inadaptable.

Et puis Zack Snyder est arrivé. Il ne faut pas minimiser son boulot d'adaptation. Il a fait un boulot ultra fidèle et a presque réussi quelque chose que tout le monde croyait impossible. Rien que le travail de synthèse qu'il fait sur le générique du début qui résume tous les "dossiers bonus" de fins de chapitres est remarquable. Sauf que, paradoxalement, malgré l'extrême fidélité du film, Snyder est passé à côté du plus important. Il a la même lecture que moi à 12 ans, une lecture premier degré, des super héros un peu glauques qui se battent avec violence, et il passe à côté, à la fois des dimensions politiques et subversives et à la fois à côté de la critique de l'univers des super héros. De ce point de vue, ce film est un cas d'école. Et pourtant, il y aurait eu matière à en profiter pour que le film Watchmen soit aux films de super héros ce que le comics Watchmen était aux comics de super héros. Mais ce n'est pas le cas, et d'autres films comme Chronicles jouent mieux ce rôle. Zack Snyder est, je pense, quelqu'un de très doué formellement, mais qui n'a pas grand chose à dire.

Là, sur la série, j'ai l'impression que Lindelof s'est posé de bonnes question. Peut être que les réponses qu'il va apporter ne seront pas satisfaisantes, qu'il n'ira pas forcément dans les directions où je serai allé moi, mais clairement la série cherche plus à respecter "une vision" qu'à coller aux pages.

Du coup, je suis assez curieux de voir ça, et j'attends d'avoir regardé jusqu'au bout avant de porter un jugement.

1331. heijingling - 23/10/19 02:16
>stefan: Dans ton premier message tu critiques l'analyse du journaliste

Ce n'est pas de l'analyse du journaliste dont je parle, mais des producteurs, et réalisateurs de la série qui ont recentré la série sur la question raciale: "“If we’re going to do a modern retelling in 2019, we have to ask, ‘What is it like to be an American right now?’ ” he said. “What is the social anxiety? At the time I was asking that question, and even more so today, it felt that the answer was race ."

Dans la B.D., cette question était déjà traitée, mais il y avait bien d'autres enjeux, mais d'après ce que disent tous les interviewés, la série semble se focaliser sur ce problème,

Quant à Rorschach, évidement qu'il est déjà récupéré par l'extrème droite dans la B.D., mais il est aussi, comme tu le dis, un personnage ambi gü et attachant, aspect dont je crains qu'il soit évacué vu le discours binaire que tiennent producteurs et réals, niant toute possibilité d'individualisation :
"Lindelof assembled a diverse writer’s room. Of the 12 writers, four were white men; the rest, women and/or people of color. In addition to Kassell, who has directed episodes of “American Crime” and “Claws,” the executive producing team includes Stephen Williams (“Lost,” “Undercovers”), who is black."

Je vis en Chine où, il y a quelques années, ils avaient exactement le même discours, remplaçant white par bourgeois et black par prolétaire et paysan. Si on était considéré comme bourgeois (ou l'une des "cinq catégories noires", dénomination officielle, qui rappelle les classifications raciales des nazis, et avaient la même fonction d'élimination), on ne pouvait qu'avoir un point de vue de bourgeois, et ils ont mis des prolétaires et paysans aux plus hauts postes de responsabilité uniquement parce qu'il appartenaient aux catégories opprimées et qu'ils devaient exprimer leur point de vue de classe.(Il y a toujours peu ou prou le même discours aujourd'hui, mais ils n'ont plus la stupidité de le mettre en pratique).

Bref, quand je qualifie leur discours de simplet et gentillet, je suis moi-même assez gentil envers eux :)



1330. froggy - 23/10/19 00:09 - (en réponse à : Heijingling)
Mais pour les créatifs de la série, la diversité s'arrête à la couleur de peau, quand il faut commencer à réfléchir, et s'interroger sur les questions ethniques, culturelles, etc., ça devient trop compliqué pour eux, il leur faut des références bien basiques.

Tout a fait, aux USA, c'est le seul critere. Ici, un caucasien italien et un caucasien danois, c'est la meme chose. Ils sont blancs tous les deux. Idem pour les asiatiques, coreens, chinois, vietnamiens, tout ca, c'est pareil. Et bien sur les noirs aux types aussi varies que les autres quand on le sait.

1329. Stefan - 22/10/19 23:29
Donc, l'auteur vient de découvrir que les nazis se sont appropriés et ont détourné un symbole bouddhiste, et il veut en avertir tout le monde ?

Heu... non. Il utilise juste ce phénomène connu, et ce que tu dis après :

Et déjà dans la B.D. Rorschch est loin d'être net, les seuls à le soutenir inconditionellement, c'est un canard d'extrème droite, donc le problème de la récupération était déjà posé.

pour continuer à jouer avec cette ambi guïté de Rorschach. Je ne vois pas trop en quoi ça serait simpliste de faire ça, ça semble plutôt tenir la route pour le coup.


Rorschach, dans les Watchmen, Alan Moore s'en sert quand même pour bien mettre en avant la dimension fasciste du concept du justicier qui se fait justice lui même, malgré son côté très attachant. Dans les Watchmen, les super héros, ils sont soit fachos, soit égocentriques narcissiques, soit sociopathes, soit névrosés, parfois masochistes ou exhibitionnistes ou un peu tout à la fois.

Donc effectivement, qu'il soit récupéré comme symbole par l'extrême droite ça semble assez logique.

Comme tu dis, je l'ai pas vue, la série, donc je prétends pas que tu as tord quand tu dis que la série est simpliste, c'est juste que je comprends pas bien tes arguments.

Dans ton premier message tu critiques l'analyse du journaliste, à juste titre, il semble, effectivement, à côté de la plaque, mais vu que déjà son analyse, au journaliste, montre qu'il a rien compris à la BD, je vois pas trop pourquoi son avis sur la série serait un reflet pertinent de celle ci.
Et ensuite, tu déformes et surinterprète une réponse du producteur à une question d'un journaliste. Il ne prétend à aucun moment que faire utiliser le masque de Rorschach par un groupe d'extrême droite soit une découverte fulgurante dont il veut faire profiter le monde. Il explique juste que c'est quelque chose qui arrive. je l'ai mise ici, cette réponse, parce que pour moi ça répond à ta critiques, basée, uniquement, sur l'analyse du journaliste : Passons sur le fait que Rorschach soit qualifié d'antihéros, il peut y avoir plusieurs définitions, mais il est automatiquement associé à l'extrème droite, alors que la B.D. montrait bien que c'était un peu plus complexe, justement par le fait qu'il soit le seul à appeler directement Sally par son vrai nom, Juspeczik (plus difficile à prononcer que HBO, c'est vrai), respectant sa personnalité et sa volonté.

1328. Bert74 - 22/10/19 17:52
Le fait est que là où la série de HBO m'a un peu perturbé, c'est bien sur ce discours de conflit communautaire affiché. Putain, effectivement les américains arriveront jamais à sortir de leur white v/s black... Pas étonnant que leur meilleurs comics soient écrits par des britanniques (et 1 irlandais !).

Mais c'est dans l'article que tu cites, ding-a-dong, que, comme le dit stefan, le mec regrette que la mise en avant de la communauté black n'est pas faite dans la BD. Franchement qu'est-ce qu'on en a à foutre.
(et au passage comment on peut émettre l'idée qu'il manquerait quelque chose à l'oeuvre la plus parfaite du monde, gros konnard)

Mais la série peut-être excusée car on va dire que c'est le choix du showrunner qui clairement ne fait pas une adaptation, mais un développement annexe. D'ailleurs ça se passe à Tulsa, Oklahoma quand la BD se déroulait à New York, au Norad, au pôle Sud et sur Mars. Pas exactement la même limonade.
Mais je suis curieux de connaitre les développements de certains aspects de l'intrigue :
- la participation de Veidt-Ozymandias-Irons (personnage annoncé mort dans la série TV)
- le fonctionnement de la police masquée
- le Redfordisme (même si les allusions assez grossières en donne déjà une bonne idée)
-...

1327. heijingling - 22/10/19 16:39
>stefan: "Tu juges la série sur l'analyse visiblement à côté de la plaque qu'en fait le journaliste là.
J'ai pas vu la série"

Bon, sur ce point, on est donc aussi peu qualifiés l'un que l'autre pour juger de cette série a priori :) Mais ce que je juge, c'est plus les commentaires des auteurs de la série sur ce qu'ils ont voulu faire que l'interprétation du journaliste.

>stefan: "elle m'a l'air plus subtile que ça, en particulier, par rapport à ce que tu dis sur Rorschach et l'exrême droite, le créateur en interview précise bien : " En fait, l’idée est de montrer que parfois, dans nos cultures, certains groupes s’approprient certains symboles, comme le masque de V, et l’utilisent parfois à des fins extrêmes. Ici Rorschach est mort et ce sont des suprémacistes du nom de "La Septième Cavalerie" qui s’approprient à mauvais escient son masque."

Donc, l'auteur vient de découvrir que les nazis se sont appropriés et ont détourné un symbole bouddhiste, et il veut en avertir tout le monde ? Ça me confirme dans mes qualificatifs de simplet et gentillet, et je ne qualifierais certainement pas ça de subtil.
Et déjà dans la B.D. Rorschch est loin d'être net, les seuls à le soutenir inconditionellement, c'est un canard d'extrème droite, donc le problème de la récupération était déjà posé.
Je maintiens que ce type, le producteur ou réalisateur, a l'air plein de bonnes intentions mais pas celui d'avoir inventé l'eau tiède.

1326. stefan - 22/10/19 14:03 - (en réponse à : heijingling)
Tu juges la série sur l'analyse visiblement à côté de la plaque qu'en fait le journaliste là.

J'ai pas vu la série, mais elle m'a l'air plus subtile que ça, en particulier, par rapport à ce que tu dis sur Rorschach et l'exrême droite, le créateur en interview précise bien : " En fait, l’idée est de montrer que parfois, dans nos cultures, certains groupes s’approprient certains symboles, comme le masque de V, et l’utilisent parfois à des fins extrêmes. Ici Rorschach est mort et ce sont des suprémacistes du nom de "La Septième Cavalerie" qui s’approprient à mauvais escient son masque."


1325. heijingling - 22/10/19 01:47 - (en réponse à : Bert74)
la nouvelle série HBO, Watchmen, « d’après les personnages co-créés par Dave Gibbons ». A la fois ultra-référencé et rien à voir avec le comics.

Cela m'a l'air une adaptation un peu simplete. Je me suis fait avoir par le titre de cet article, "‘Watchmen’s’ provocative portrait of race in America has its own creator worried", m'étonnant que Moore soit effrayé de discutions hollywoodiennes (soit gentilles et polies) sur les questions de races. En fait, ils parlent du "créateur" du feuilleton.
Tant que j'y étais, j'ai lu l'article, et suis tombé sur cette phrase effrayante (vraiment, elle) de bétise : "within the sprawling alternate America of “Watchmen,” one element was noticeably absent: diversity. In the original comics and the 2009 movie, all the heroes are white."
Ils n'ont pas lu, ou plus probablement pas compris, le passage dans lequel Laurie s'énerve qu'on l'appelle Sally Jupiter, disant que sa mère (si je me souviens bien) a changé son nom originel polonais pour mieux s'integrer dans la société américaine. Mais pour les créatifs de la série, la diversité s'arrête à la couleur de peau, quand il faut commencer à réfléchir, et s'interroger sur les questions ethniques, culturelles, etc., ça devient trop compliqué pour eux, il leur faut des références bien basiques.
Autre phrase montrant qu'ils sont largués: "Sister Night goes into action after a black officer is attacked and almost murdered by a member of the Seventh Kavalry , a white terrorist group whose members hide their faces with masks pattered after the antihero Rorschach"
Passons sur le fait que Rorschach soit qualifié d'antihéros, il peut y avoir plusieurs définitions, mais il est automatiquement associé à l'extrème droite, alors que la B.D. montrait bien que c'était un peu plus complexe, justement par le fait qu'il soit le seul à appeler directement Sally par son vrai nom, Juspeczik (plus difficile à prononcer que HBO, c'est vrai), respectant sa personnalité et sa volonté.

Tiens, je vais aller relire "Schtroumpf vert et vert schtroumpf", pas le meilleur de la série, mais visiblement plus subtil que cette série télé.

1324. Bert74 - 21/10/19 23:42
Bon, je viens de me mater le premier épisode de la nouvelle série HBO, Watchmen, « d’après les personnages co-créés par Dave Gibbons ». A la fois ultra-référencé et rien à voir avec le comics.

J’ai pas vraiment tout compris, mais ça rend pas mal jusque là.

1323. Bert74 - 27/09/19 23:38
Effectivement, très bon épisode final pour The Boys.
Loin de maintenir un statu quo pépère, ça balance des pistes très intéressantes et dans d’autres directions que celles de la BD. Vivement la saison 2.

1322. Bert74 - 26/09/19 18:42
Moi, j'ai abandonné Preacher au bout de 4 épisodes. Outre les libertés prises avec la BD, j'avais l'impression que l'esprit n'était pas du tout le même.

Preacher ce qui en fait le sel, c'est que c'est des histoires de red necks et les personnages de la série TV s'en éloignaient fondamentalement.
Franchement, allez foutre Ruth Negga (surement grande actrice par ailleurs) dans le rôle de Tulip, ça me faisait le même effet qu'une prestation de black face, aujourd'hui tant décriée. Là, j'ai fait un blocage.

1321. marcel - 26/09/19 18:30
Alors il faut insister. J'ai bien aime la saison 1 pour le duo d'anges (et leurs combats hilarants), mais c'est carrément mieux a partir de la saison 2. Et la saison finale actuellement en cours (la 4, donc) est la meilleure.

1320. Mr Degryse - 26/09/19 17:59 - (en réponse à : BERT)
Preacher j'ai abandonné à la saison 1

The boys malgré les défauts ( le très nul ici Karl Urban), je regarderai la suite avec plaisir notamment grâce comme toi aux méchants Homelander

1319. marcel - 26/09/19 17:12
J'accroche quand même plus qu'à l’adaptation de Preacher qui m'a laissé de glace.
T'es alle jusqu'ou ?...

Sinon, oui, Terreur apparait en peluche, et en vrai dans une scene flash-back.

1318. Bert74 - 26/09/19 16:41
Terreur apparaît en clin d'oeil, non ?

1317. Bert74 - 26/09/19 16:40 - (en réponse à : marcel)
Je suis d'accord avec toi sur tout, hein.
J'ai conscience que c'est uniquement mon ressenti personnel qui joue plus ou moins rationnellement à déconsidérer les changements apporté au comics d'origine.

De toute façon, je vais regarder le 8 ce soir pour me faire mon idée complète.
J'accroche quand même plus qu'à l’adaptation de Preacher qui m'a laissé de glace. Je jubile surtout à chaque apparition du Homelander, pour moi véritable personnage principal de la série TV. Comme disais l'autre, l'important c'est que le méchant soit réussi. Là je vois pas comment faire mieux.

1316. marcel - 26/09/19 16:21
Pour l'histoire, je prefere attendre que t'aies vu le dernier pour en parler.
Personnellement, je suis assez content de ces différences. D'abord parce que ca permet d'etre quand meme un peu surpris quand on connait déjà le comics, et ensuite parce que ca peut permettre un traitement un peu different des personnages, qui colle un peu mieux a une version filmee. Par exemple, le personnage de Butcher ressort un peu plus humain que dans la BD, ou il est tout de meme un animal a sang froid.
Et je trouve pas mal qu'ils aient remplace le faux Jon Jonzz (chais pu son nom) par un homme invisible, qui amene plein de scènes tres sympa.
Mais il auraient pu montrer un peu plus l'alcoolisme de Maeve, qui est quand meme torchee du matin au soir dans la BD.
Je regrette juste pour ma part l'absence de Terreur, et dans une moindre mesure celle de La Legende, meme si c'est un personnage qui n'a de sens que dans une BD, dans un sens.

Pour Preacher, meme chose (c'est la meme equipe), ils se sont permis des libertes, la plus regrettable a mon sens etant d'avoir choisi de figer la saison 1 dans la meme ville, alors Preacher est avant tout un road-movie (mais ils se déplacent en permanence dans les saisons suivantes).
Dans une certaine mesure, c'est un peu la meme chose dans The boys, ou l'equipe se monte petit a petit, alors que dans la BD, c'est juste Hughie le rookie. Peut-être qu'ils jugent que, pour une serie, il faut prendre plus de temps pour la mise en place, pour ne pas perdre les spectateurs avec trop de choses a assimiler d'un coup...
Mais, vraiment, il faut que tu voies ca.

1315. Bert74 - 26/09/19 15:51
J'ai regardé l'adaptation TV de The Boys. Me reste que le 8e et dernier épisode à voir.

C'est assez bon dans l'ensemble, mais j'ai quand même énormément de mal avec ces adaptations de BD que je connais bien et que j'apprécie beaucoup (comme ça a été le cas avec Preacher) : les parties fidèlement reprises me sont connues et je n'ai pas le plaisir de la découverte, et je ne peux m'empêcher d'être critique avec les choix de divergences des auteurs avec le scénario de la BD originelle.

Bon, là, ma principale crainte était l'édulcoration hollywoodienne de ce qui reste le top du trash comics mainstream (où on apprend plus sur les impondérables du cunnilingus pendant les règles, comment diriger une réunion professionnelle grâce à la sodomie, les différentes techniques d'élevage de hamster, l'effet de la dépressurisation d'avion sur les moins de 8 ans, si une famille entière dans son cabriolet est plus lourde que l'air, l'attirance sexuelle pour les handicapés, etc.).
Sur ce plan c'est évidemment un cran en dessous, mais, sans scène vraiment crue à proprement (!) parler, le propos va quand même assez loin. On a même droit à une scène de tripatouillage de branchies qui fait bien monter le malaise.

Mais comme je l'ai dit, les écarts du script avec la version d'origine me déstabilise un peu et il a fallu que je m'y habitue. C'est principalement la revue du rapport de force entre les gars ("the boys") et les super-héros qu'ils veulent mettre au pas, qui est la principale différence. Je comprends que ça a été fait pour augmenter la tension dramatique, les personnages de la BD étant beaucoup trop puissants et défonçant à tout va des kyrielles de super-héros. Faut dire que ça permettait aussi à Ennis de pratiquer un joyeux massacre parodique, outrancier et complet du genre (jusqu'à mettre en scène un avatar nazi de superman très crédible dans le principe).

Ici pas de déploiement (en tout cas dans cette première saison) du catalogue entier des super, mais c'est sympathiquement compensé par un approfondissement des personnages de la principale équipe ("Les Sept"), notamment sur la Reine Maeve (une WonderWoman lesbienne) et Le Profond (un Aquaman crétin et immature qui parle aux poissons, qu'ils appellent "l'homme-poisson" dans les sous-titres alors que c'était bien The Deep-Le Profond en VO/VF du comics, va comprendre...).

Concernant le casting, les petits nouveaux qui jouent Hughie et Stella sont très bien, ainsi que ceux qu'on découvre dans les autres rôles (Maeve, The Deep, train A, etc...).
En tête de tout ça on trouve un excellentissime Antony-Banshee-Starr, qui personnifie le Homelander (le Protecteur) à un point extrême, admirablement secondé par la toujours merveilleuse Elisabeth-Karate Kid-Retour vers le future-Shue.

Comme sur le forum d'en face, je suis fort déçu par la prestation de Karl-Star Treck-Dredd-Doom-Les Chroniques Ridick-Thor Ragnarock-Le Seigneur Des Anneaux-...-Urban (il occupe à lui tout seul toute l'aile ouest du comicon de San Diego, ce mec). Character design ? Interprétation ? Il y a débat.
Je regrette aussi le choix d'un acteur israélien pour jouer le Frenchy.

Sinon j'adore la campagne d'affichage à la Bansky, très dans le ton décalé de l'histoire :


1314. Bert74 - 06/09/19 14:26
Putain Victor, comme tu y vas ! Une vrai Ségolène-late-eighties

C'est surtout quand ils sont tombés sous la coupe de AB Productions que ça a chute intellectuellement.

Pour ma part, je leur suis reconnaissant pour Nicky larson-City Hunter.

1313. froggy - 05/09/19 17:02
J'ai eu de la chance, j'etais deja trop age pour regarder le Club Dorothee. Je n'avais jamais entendu parler de cette Ariane Canetti jusqu'a hier.

Mais j'ai connu les debuts de Patrick Sabatier a la tele dans l'emission qu'il animait le mercredi apres-midi.

1312. Victor Hugo - 05/09/19 14:57
Bon débarras. Une de ces connasses du groupe d'ordures qui a lobotomisé toute une génération. Des hanouna avant l'heure, la télé poubelle dans toute son horreur.

1311. pierrecédric - 05/09/19 13:40
Ariane Carletti, morte suite à un cancer depuis longtemps.
Jamais heureux (ça dépend) de constater la mort de quelqu'un.

1310. suzix@bdp - 29/05/19 14:54 - (en réponse à : stefan)
Ouaip. Faut que je trouve la saison 1 en DVD. Je vais demander si des amis l'on. Flemme de trouver ça sur le net.

1309. stefan - 29/05/19 14:31
Georges RR Martin est avant tout un fan d'histoire et il s'est beaucoup inspiré de l'histoire de l'Angleterre et de la guerre de roses pour écrire sa série.
Ce qui est remarquable, outre la qualité de la production globale de la série (casting, décors, effets visuels...), c'est la complexité et l'originalité de l'intrigue. L'aspect héroïc fantasy et très très peu présent au début, il monte petit à petit en puissance. Mais l'intrigue a toujours l'intelligence de ne pas trop se reposer dessus, la plupart des rebondissement sont dus à des aspects, des enjeux purement humains et on garde assez longtemps ce sentiment de réalisme, ou, en tous cas de cohérence et de plausibilité.
Clairement, sur les dernières saisons, où les producteurs sont aller plus loin que là où les denriers livres s'arrêtent et ont dû broder, on a quelque chose de plus conventionnel, de moins imprévisible, même si la trame globale est toujours validée par le créateur. Du coup, c'est un peu moins surprenant, un peu moins prenant, mais la qualité de tout ce qui a été mis en place avant est suffisante pour donner envie de connaitre la fin.

Les seules personnes que je connais qui n'ont pas accroché ont été choquées par les aspects trop violents ou certains aspects un peu racoleurs. Cela ne devrait pas être ton cas Suzy.
La violence de cette série me semble complètement justifiée par le background historique. Le côté racoleur peut être un peu moins, mais moi, ça ne me dérange pas.

Je comprends qu'on puisse ne pas accrocher, mais il y a quand même tout du long un certain nombre de morceaux de bravoures qui rendent cette série exceptionnelle. Essaie de regarder au moins la saison une en entier avant de porter un jugement.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio