Davodeau

Les 201 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5


151. skymarshal - 13/12/05 20:42
Eh bien, « Les mauvaise gens » est un franc succès, déjà une réédition ! C’est étonnant, et rassurant pour la BD aussi.
Concernant l’album, je ne savais pas qu’il s’agissait du « lifting »de la collection Encrage…

Encore un mot sur la couverture, que je trouve fascinante ! La mise en parallèle/confrontation d’une église et d’une usine à une puissance évocatrice, et ce avec une économie de moyen, qui est vraiment remarquable. « Less is more » comme disait l’architecte Mies van der Rohe.

Merci en tout les cas pour votre réponse.

150. Étienne Davodeau - 13/12/05 14:53 - (en réponse à : à Skymarshal)
Merci à vous.
Le 10 mai 1981 reste une date charnière. L'époque qui suit est bien plus complexe que celle qui précède... et elle n'est pas close. C'est une autre histoire. Ce serait un autre livre, qui n'est pas dans mes projets pour l'instant.

"Le plus dur est derrière nous". Beaucoup l'ont pensé ce soir-là. Y'a qu'à voir où on en est 25 ans plus tard.

Deux détails, par ailleurs:
Contrairement à ce que vous semblez penser,"Les mauvaises gens" est bien publié dans la collection Encrages. Mais elle a juste un peu changé d'aspect. Mes deux autres livres qui y vivent seront désormais réimprimés sous cette forme.
Pour "L'atelier", vous avez raison. Une réédition de "Les mauvaises gens" est en cours. Divers oublis y seront réparés, dont celui-là.


149. skymarshal - 12/12/05 21:56
Bonjours,

Je dois confesser que je n’ai pas encore lu tous les post présents, aussi ce que j’ai à dire aura peut-être déjà été dit…1000 excuses.
Je tenais féliciter l’auteur pour sont livre « Les mauvaises gens » (mais pourquoi diable n’est-il pas sorti dans la collection encrage ?). J’admire la distanciation du récit par rapport au sujet et aux témoins. Arriver à faire oublier, une foi appris, que les témoins du présent livre ne sont autres que les parents de l’auteur, c’est un tour de force, bravo !

Cependant, même si les limites du récit sont données dans l’album, c’est précisément là que j’ai un regret ! Je m’explique. Etant pratiquement de la génération Mitterrand (en fait Giscard, mais bon, les premières années ne comptant pas beaucoup), ce qui m’aurait réellement intéressé (je ne dit pas que je me suis ennuyer à la lecture, bien au contraire !) c’est le récits qui débuterais après la dernière page !
En effet, ces socialistes de la première heure, comment voient-il aujourd’hui ces années Mitterrand ? Le plus dur était-il bien derrière eux… ? Quelle est leur regard sur la politique actuelle ? Ce retrouvent-ils dans les mouvements de gauches ou alter-mondialistes, etc…
Il faut bien admettre que ma génération ne croit plus beaucoup en la politique. Mitterrand n’est pas forcement un héros, Les idéaux politiques, les combats sociaux, tout cela est presque oublié ! Mais cette génération de militant, est-elle aussi perdue aujourd’hui que la mienne ? Je pense même que les plus jeunes sont encore plus désintéresser que nous (je pense à la fameuse présidentielle Chirac/Le pen, qui les à vu se réveiller, pour se rendormir moins d’un mois après, lors des législatives, avec une abstention record…).
Bref, j’ai l’impression d’avoir lu ce qui pour moi, du fait de mon age peut-être, une introduction qui s’arrête au moment le plus « palpitant »…Suplice…

Petite observation, « L’atelier » publié aux éditions PMJ ne figure pas dans la biblo !

148. marcel - 06/12/05 11:47 - (en réponse à : Sitcom)
Oh mais j'ai reussi a "convertir" plusieurs personnes, oui. Mais tout le monde n'a pas un Sitcom ou un Marcel pour le convaincre...

Pour le Dernier Empereur, honnetement, je ne suis pas sur mais je crois que c'etait en VF. De toute facon, Arte ne depasse que tres rarement les 3%, quel que soit le programme. Quand je dis que certains ne regardent meme pas le programme, c'est pas une impression : j'en connais plein.

147. Sitcom - 06/12/05 11:30 - (en réponse à : Marcel)
Pour qu'ils acceptent le premier pas de la démarche, il suffit juste pour certains de les bousculer un peu dans leur petits retranchement : par exemple pour juger ou en causer, il faut connaître, donc le minimum c’est d’avoir lu quelques ouvrages !
En général, s'ils sont un peu malins et pour ne pas perdre la face, ils vont accepter le "défi".
Qu'ils aiment ou pas est un autre problème, au moins ils auront vu qu'il existe autre chose.
Pour les autres, il suffit de discuter de leurs goûts et d’ajuster le tir.

(Quand au Dernier empereur, un élément de réponse est peut-être que France 2 l’a diffusé avant Arte et que cette dernière l’a sûrement passé en VO, non ?)

146. marcel - 06/12/05 11:04 - (en réponse à : Sitcom)
Encore faut-il qu'ils acceptent le premier pas de la demarche; c'est un peu comme pour l'audience d'Arte, la plupart des gens n'en regardent meme pas le programme par prejuge.
Quand le Dernier empereur passe sur France 2, il fait 40% d'aucience, sur Arte, ca fait 3%. Allez comprendre.

145. Sitcom - 06/12/05 10:58 - (en réponse à : i don't believe it yet...)
J’ai l’impression que dans mon entourage, la frontière est malheureusement aussi tranchée en BD, en cinéma ou en roman.
J’avoue que je ne vais pas disserter longtemps d’un film avec quelqu’un qui ne s’intéresse pas à l’itinéraire d’un acteur ou d’un réalisateur par exemple. (Et je ne parle pas de ceux qui ne voient pas de différence entre un film et un téléfilm made in TF1…).
Cela dit, vos albums font partis des livres que je fais lire à ceux qui ne vont me parler que de la sortie du dernier Astérix et des Tintin qu'ils ont lu étant jeune.
C’est assez surprenant de voir leur regard changer après lecture.
Certains reviennent pour y dévorer d’autres perles. Prochaine étape : qu’ils achètent eux-mêmes leurs livres ! :)

144. marcel - 06/12/05 10:11
Ca fameux "clivage" est tout simple : la BD, encore a notre epoque et malgre toute son evolution, malgre le succes externe au cercle des "amateurs" de Pratt, Bilal ou Satrapi, est destinee aux enfants dans la tete de beaucoup de gens.
C'est d'ailleurs la meme chose pour les dessins animes, malgre Bill Plympton (orthographe ?), les Simpson ou certains mangas.

143. Maravilla - 05/12/05 21:51 - (en réponse à : Etienne)
J'avais offert "Rural" à des amis agriculteurs, vieux militants du Larzac et engagés dans la verte vie politique de leur coin (dans le Poitou). Ils ne sont pas du tout "amateurs de bandes dessinées" (clivage incompréhensible comme vous le dites si bien). Mais je sais que ce livre leur a énormément plu, ils se sont sentis plus que concernés, interpellés, presque personnages de ce livre.

Aux dernières nouvelles, ils ne sont toujours pas "amateurs de bandes dessinées". Mais ils ont acquis "Les Mauvaises Gens" de leur propre chef...

142. Étienne Davodeau - 05/12/05 17:10
Merci pour cette"anecdote" n'est pas "anecdotique" à mes yeux.
Aller chercher des lecteurs qui ne seraient pas forcément des "lecteurs-de-bédé" est une de mes motivations quand j'imagine un livre à venir.

Elle est un peu fatigante, cette frontière qui séparerait ceux qui ne fréquentent pas la bande dessinée de ceux qui la connaissent. Elle n'existe d'ailleurs pas de façon aussi tranchée pour les romanciers ou les cinéastes, par exemple. Alors, pourquoi nous? Trop de tics? D'autoréférences? Manque d'ambition? Autisme?
Quoi qu'il en soit, je la considère comme une limite autant que comme une frontière.

Heureusement, ces dernières années, quelques livres la franchissent avec bonheur ("Persepolis", "Le photographe", "Le journal" etc...). À mon avis, l'avenir de la bande dessinée se joue aussi (et surtout) là.

141. Raymond - 05/12/05 10:37
Voilà une bonne idée que ce grand prix. Ce livre est une de mes meilleurs lectures de cet automne.

Pour en dire un peu plus de bien, j'y ajouterai cette anecdote. Ma femme n'aime pas trop la BD, mais je l'ai encouragée à lire cette histoire, et elle a apprécié. Il n'y en a pas beaucoup, de ces albums BD que l'on peut aussi faire lire à ceux qui n'aiment pas la BD !

140. Quentin - 05/12/05 09:03 - (en réponse à : FELICITATIONS!!!)
Communiqué de presse

“Le Grand Prix 2005 de la Critique Bandes Dessinées” couronne l’ouvrage d’Etienne Davodeau “Les mauvaises gens, une histoire de militants” aux éditions Delcourt.

Avec ce prix, l’ACBD, l’Association des Critiques et journalistes de Bandes Dessinées, consacre un artiste engage et exigeant qui, depuis quelques années déjà, tout en continuant à produire des œuvres de fiction très personnelles, creuse la veine du reportage en bande dessinée. Etienne Davodeau a recueilli les souvenirs de ses parents ouvriers syndicalistes dans la région réputée conservatrice du Maine-et-Loire. De cette histoire singulière, l’auteur a tire un document aussi précis qu’émouvant sur l’histoire contemporaine de la gauche française, jusqu’à l’élection de François Mitterrand.

L’ACBD compte 68 journalistes et critiques qui parlent régulièrement de bande dessinée dans la presse écrite, audiovisuelle, nationale et régionale, et dans les nouvelles technologies. Cette année, le “Grand Prix de la Critique Bandes Dessinées” de l’ACBD a été choisi parmi quelques 2700 nouveautés publiées dans l’espace francophone européen (France, Belgique, Suisse) qui témoignent d’une production en augmentation constante depuis 10 ans.

Le Bureau de l’ACBD :
Président : Jean-Christophe Ogier (France Info)
Vices-Présidents : Philippe Guillaume (Les Echos) et
Marie-Pierre Larrivé (AFP)
Secrétaire Général : Gilles Ratier (L’Echo du Centre…)
Secrétaire adjoint : Laurent Turpin (bdzoom.com, BDGuide…)
Trésorier : Brieg F. Haslé (auracan.com, La Lettre …)
Trésorière adjointe : Laure Garcia (Le Nouvel Observateur)

La bise et l'amitié

GILLES RATIER
Secrétaire Général de l'ACBD
(Association des Critiques et journalists de Bandes Dessinées

139. Quentin - 01/12/05 15:16
Coacho: bon ben s'il n'y a aucun malaise et si personne n'a été froissé par mes remarques, tant mieux.

Baruch: rêve délirant d'un ivrogne au vin gai qui se serait couché après une bonne cuite au gros bleu qui tache Voilà, on est tout à fait d'accord. Tant mieux s'il y a des gens qui aiment ce genre de délire. En tout cas, de mon côté, ce n'est ni le Brassens que j'aime, ni le Davodeau que j'aime.

Philma: ai-je perdu mon âme d'enfant? A-t-on jamais eu une âme d'enfant si on n'a jamais franchement rigolé en lisant Astérix? Tintin quant à lui m'a toujours rire - encore aujourd'hui. Max et Zoe a par contre eu le don de me foutre en rogne. A tel point que j'ai revendu l'album vite fait à une bouquinerie d'occasion pour essayer de l'oublier au plus vite. La tour des miracles, je ne sais pas trop. Je me dis que ca mérite une seconde lecture avant de décider de revendre ou non. Mais pas tout de suite, il faut que ca décante encore un peu. Finalement, je me rend compte que ce que je n'aime pas, c'est les collaborations avec d'autres dessinateurs. J'essayerai de m'en souvenir la prochaine fois que je ferai mes achats BD :o)

Je lisais hier une interview de Joub/Davodeau sur Max et Zoe, où ils commentaient le fait que la collection Delcourt jeunesse voulait créer une sorte de chaînon manquant entre la littérature jeunesse où règne une grande liberté graphique et la bande dessinée jeunesse qui est, elle, demeurée un peu plus traditionnelle. Je trouve que le chaînon manquant se retrouve aussi à un autre niveau, et qu'il existe une plus grande liberté scénaristique en littérature jeunesse - des histoires beaucoup plus fouillées et profondes. En BD, si j'avais des enfants de 6-12 ans (le public cible de Max et Zoé), je préfèrerais de loin leur donner des vieux Tintin que Max et Zoe. Maintenant, si quelqu'un voulait bien défendre Max et Zoe et me révéler le génie caché de cette série, ca ferait ma journée ;o)

138. Coacho - 01/12/05 10:23 - (en réponse à : Quentin)
Euh... Je ne vois pas trop pourquoi tu dis "Bon ben je vois qu'une fois de plus il est difficile de dire qu'on n'aime pas un album quand l'auteur participe au forum." ?

Y'a pas de malaise et pourtant, je suis sûrement plus parano que toi sur le sujet ! ;o)

Alors que tu disais ne pas aimer un album, un autre te disait que lui avait bien aimé, ça n'allait pas plus loin !
Un peu de surchauffe ?! ;o))

137. philma - 30/11/05 18:26 - (en réponse à : Quentin)
La tour des miracles était vendu comme le dernier Davodeau

Non, pas chez mes libraires. Et puis un rapide coup d'oeil sur les auteurs et en feuilletant le contenu te donnait une indication.
Tu es tombé sur un libraire qui voulait te vendre l'album(;o)

136. Baruch - 30/11/05 15:28
Eh bien au risque de paraître un peu lèche, je vais prendre le contre-pied de la critique et dire que j'avais beaucoup apprécié la Tour des Miracles. J'y ai retrouvé l'univers un peu loufoque, grandiloquent et émerveillé du Grand Georges où se croisent chats aux yeux verts, prostituées au grand coeur qui s'offrent au premier venu et non aux croquants, amis de longues dates aux cornes d'Auroch et mansardes parcourues de lézardes. Et puis la mise en image aux perspectives alambiquées et les couleurs chaleureuses et douces, m'ont fait penser au rêve délirant d'un ivrogne au vin gai qui se serait couché après une bonne cuite au gros bleu qui tache. Bref, un beau moment de poésie.
Alors, merci M. Davodeau.

135. Quentin - 30/11/05 14:29
La tour des miracles était vendu comme le dernier Davodeau. Comment pouvais-je deviner que ca allait être si différent au niveau scénario? C'est le risque qu'on court quand on achète un "auteur" les yeux fermés parce qu'on a toujours aimé ce qu'il a fait. Ce risque, je l'assume, mais ca ne m'empêche pas d'être décu de temps en temps. D'un autre côté, ca m'emmerderait qu'un auteur se répête toujours à chaque album. Donc je ne dis pas ca pour critiquer le fait que vous ayez essayé autre chose. Mais pour moi, c'était franchement indigeste.

Bon ben je vois qu'une fois de plus il est difficile de dire qu'on n'aime pas un album quand l'auteur participe au forum. Bonne journée quand même, Monsieur Davodeau, que je continue d'admirer et d'apprécier pour beaucoup d'autres choses.

134. helmut perchu - 30/11/05 14:01 - (en réponse à : philma)
Yep, une "moumouterie" pour toi (c'est ce que j'avais essayé de mettre en "bleu" à coté du pseudo mais je sais pas pourquoi ça n'a pas marché)...

133. philma - 30/11/05 13:57
J'ai écrit Le Contrat?!!!A la vache c'est vrai!
Bon c'est excellent aussi cet album d'Eisner mais ça n'a rien à voir.

132. helmut perchu - 30/11/05 13:22 - (en réponse à : Une )
Le constat... pas Le contrat...

131. philma - 30/11/05 11:44
Contrairement à Quentin j'aimais vraiment bien Max et Zoé, et je peux dire que mes enfants aussi, et en particulier le plus jeune.Et je suis plutôt déçu que la série s'arrête.

Quentin qui trouve qu'Astérix en Corse est raciste et qui trouve que parler sèchement à un Numide n'est pas drôle a sans doute perdu son âme d'enfant depuis longtemps (;o).

Pour les amis de Saltiel que j'ai trouvé, déjà d'occaz à l'époque, et lu après les must que sont Le Contrat et "Quelques jours avec un menteur", j'en ai gardé un très bon souvenir.

130. Étienne Davodeau - 30/11/05 11:37 - (en réponse à : À Quentin & Philma)
Dargaud a retiré "Les amis de Saltiel" de son catalogue il y a belle lurette. Et j'en ai totalement récupéré les droits. Il n'est pas question d'une réédition pour l'instant.

Pour ce qui concerne le "scénario" de "La tour des miracles",il ne vous aura pas échappé qu'il s'agit d'une balade très libre dans l'univers de Tonton Georges, d'après son roman formidablement foutraque et fantaisiste.
Chercher là-dedans la même chose que dans mes livres personnels était (presque) vain.

J'apprends ici qu'"Il ne faut pas prendre les enfants pour des cons". Diable. Cette révélation va me faire la journée.

129. Quentin - 29/11/05 20:18 - (en réponse à : Etienne Davodeau)
Quand je disais que "la tour des miracles" n'était pas du "Davodeau", je critiquais bien entendu le scénario et pas le dessin. Tant mieux pour vous si c'était un de vos meilleurs souvenirs, mais pour moi, c'est une des plus grosses déceptions récentes (étant entendu que la déception est proportionnelle aux attentes, et que j'attendais beaucoup, au vu des albums précédents que j'apprécie énormément).

Tant que j'y pense, il y a un autre album que je n'ai pas du tout aimé: Max et Zoé tome 1. Ca m'a semblé tellement cliché, tellement convenu, tellement plein de bonne conscience bon marché que ca m'a semblé franchement mauvais (c'est parce que j'aime tellement les albums plus "adultes" que je me permais d'être dur). Du coup, je n'ai pas lu les suivants. D'accord, c'est un album pour enfants, mais il ne faut pas prendre les enfants pour des cons non plus. Je ne le donnerai jamais à lire aux miens (quand j'en aurai ;o)). Ceci dit, ma critique vaut pour bien d'autres albums dans la même collection Delcourt. Voilà, qui aime bien châtie bien...

128. philma - 29/11/05 19:12
"les amis de Saltiel"...

Tiens, Dargaud devrait en faire une intégrale. J'en garde un excellent souvenir.

127. Étienne Davodeau - 29/11/05 19:02
David le Chauve est un des meilleurs dessinateurs français. Rien de moins.
Ce qu'il prépare pour les Éditions de L'An 2 est vraiment beau.
"La tour des miracles" reste pour moi un souvenir fabuleux. Je suis assez fier d'avoir pu faire ça avec lui.

Par ailleurs, il n'y aura pas de nouveau tome de "Max & Zoé". Mais Joub le Ténébreux et moi préparons autre chose.

Quant à la série "les amis de Saltiel"... heu bon...C'est ma préhistoire.

126. philma - 29/11/05 18:40
La tour des miracles est un album très intéressant, pour ceux qui aiment Brassens, le surréalisme, l'absurde. Et Prud'homme est un excellent dessinateur trop méconnu qui s'est ramassé avec Ninon secrète( nème dérivée des 7 vies de l'Epervier).

125. philma - 29/11/05 18:38
Max et ..., c'est ça ? Mon fils, le plus jeune, adore.

124. marcel - 29/11/05 15:18
Ta fille s'appelle Titeuf ?... Ah, non ! C'est pas la bonne serie...

123. Coacho - 29/11/05 15:02
Je tiens à préciser que pour ceux qui le connaissent, le prénom de ma fille n'est pas inspiré par la série super mignone mise en image par Joub dont le trait et les couleurs sont un régal !
Voilà ! ;o)

122. marcel - 29/11/05 13:17 - (en réponse à : Plus que Coacho, na !)
Eh ben moi, j'oublie pas Les amis de Saltiel, qui m'a fait aimer Davodeau. Na !

121. Quentin - 29/11/05 12:36
Je me joins aux louanges collectives. Avec un couac quand même: la tour des miracles. Je me suis senti floué en achetant cet album (ce n’était pas du “Davodeau” et je n'ai pas aimé). Sinon, je pense que tout n’est pas égal dans la production d’Etienne Davodeau. Certains albums me semblent plus “anecdotiques” que d’autres. Personnellement, je préfère ceux qui touchent aux sujets de sociétés plutôt qu’aux sujets intimistes (plutôt rural que la chute de vélo, par exemple). Donc je suppose que je vais adorer “les mauvaises gens”, que je n’ai pas encore lu :o)

120. Coacho - 29/11/05 11:58
Je profite de la remontée de ce sujet pour faire mon immonde lèche-bottes et me confondre en paroles mielleuses et douceureuses à l'égard d'Etienne Davodeau.
Je ne m'arrêterais pas que sur "Les mauvaises gens", même si ce fût aussi pour moi l'un des meilleurs livres que j'ai lu cette année, mais plus globalement sur l'oeuvre d'un auteur authentique, sincère et plein de profondeur.
Il y a une profonde humanité dans tous les personnages qu'il croque.
On lui reproche parfois des variations sur ses visages, ou ses silhouettes, mais jamais ça ne gêne la lecture d'un de ses albums...
Parce qu'il les aime, il les dote d'une âme et d'une psychologie qui ne nous laisse jamais indifférents.
Bien sûr, ce dernier album est d'une tendresse particulière quand on sait qui en sont les protagonistes, mais relisez, ou découvrez si vous ne connaissez pas encore, "Quelques jours avec un menteur", "Chute de Vélo", "Le constat", "Rural !", "L'atelier", "La gloire d'Albert", "Le réflexe de survie" et j'en passe car tout ne me revient pas comme ça...
Quel auteur !

Pourquoi pas plus d'intérêt pour cet humain humaniste humanisant ?

En tout cas, je suis content de pouvoir compter sur un auteur de cette trempe qui fait rimer tendresse avec engagement, et quotidien avec passionnant.

Voilà, c'est dit, c'est comme ça, et c'est tout ! ;o)

119. Étienne Davodeau - 29/11/05 11:17 - (en réponse à : À Philma & Bert 74)
Merci à vous.
Peut-on savoir comment le milieu dans lequel on a grandi nous conditionne? C'est une question intéressante. Elle fait partie de celles qui m'ont donné envie de dessiner "Les mauvaises gens".
Tenter d'y répondre, c'est sans doute gagner un peu de liberté.

118. philma - 28/11/05 15:50
Ama un des bouquins de l'année.
Comment il fait cet auteur pour que quasi à chaque fois on s'attche vraiment aux personnages, qu'ils aient une vraie consistance, ce qui devient de plus en plus rare. P'tet que c'est justement le fruit de ce parcours et de cette éducation ?

117. Bert74 - 28/11/05 15:47
Juste pour dire à M. Davodeau que j'ai dévoré ce livre, que je trouve incroyablement juste dans le ton, extrèmement riche et étonnement palpitant.
Je l'ai d'ailleurs offert à ma mère... ancienne déléguée syndicale CFDT dans l'enseignement libre.
(J'ai hâte qu'elle l'ait fini pour en discuter avec elle).

Encore merci.

116. Étienne Davodeau - 27/11/05 10:29
À Lien Rag:

C'est juste le réflexe d'un gars maladivement attaché à sa liberté.
je n'aime pas le mot "Engagé " à cause de son sens (éventellement) restrictif, qui peut sous-entendre une réduction de liberté ("engagé PAR...").
je n'utilise donc pas ce mot pour qualifier mon travail.
Mais je sais bien que les faits -et mes livres- parlent contre moi.

Concernant le texte de 4ème "dévoilant" l'identité des protagonistes du livre:

C'est assez amusant, cette histoire. Jamais mon intention n'a été de cacher le lien qui m'unissait à ces deux personnes (d'où ce fameux texte).
Mon parti pris narratif est très chronologique: je dessine l'enfance de l'un, puis de l'autre. J'insère dans chacune de ces séquences leurs commentaires en 2005. Mais,tant qu'à l'époque racontée en flash-back, ils ne se connaissent pas, je ne les dessine pas ensemble non plus en 2005.
Puis, quand vient leur rencontre, je les montre ensemble aussi en 2005. Il est donc logique que je n'évoque mon rôle (actuel) qu'à partir du moment du récit où j'apparais.
Mon intention relevait donc plus d'une logique narrative que de la volonté de mettre en place un coup de théatre... qui a quand même lieu pour les lecteurs n'ayant pas lu le texte de 4ème.
Et, tant qu'à faire, puique "Les mauvaises gens" est en cours de réimpression, on va enlever ce texte. on va aussi réparer quelques erreurs comme cette belle boulette mitterrandophobe.

115. Lien Rag - 09/11/05 17:17 - (en réponse à : M. Davodeau)
Pourquoi "être un auteur engagé, c'est soumettre son oeuvre à une idéologie"? Je ne comprends pas.

114. spip - 29/08/05 20:11
Merci les gars de me rassurer!Je n'en dormais plus.(ben quoi ma sieste quotidienne de 15h00 à 19h00?...)

113. yan - 29/08/05 18:25 - (en réponse à : Spip)
Ne t'inquiète pas, c'est directos "dévoilé" sur le site de l'éditeur.

112. slipentergal - 29/08/05 17:50 - (en réponse à : trilili)
Bon c'est sur, y a pas mort d'homme.
Mais moi non plus je n'avais pas lu la 4ème de couv et, tout comme Marcel, ma perception du livre a changé quand j'ai appris l'identité des personnes mises en scène. Surtout que Davodeau amène cette révélation d'une façon fine et intelligente, d'où l'effet d'agréable surprise.

111. marcel - 29/08/05 17:14 - (en réponse à : Spip)
Je ne te jete pas la pierre, Pierre.

Cependant, j'aimerais savoir si ca n'a pas gene l'auteur de voir son effet pourri par l'editeur lui-meme.
Monsieur Davodeau, si vous passez par la...

110. spip - 29/08/05 17:00
Désolé en tout cas si ça gache la future lecture de certains..
En fait,avant même d'avoir lu cette BD,je savais que Davodeau parlait de ses parents(j'avais dû le lire dans un texte sur internet ou dans une revue,je ne m'en rappelle plus)donc,bref, j'avais déjà integré cela et l'ai lu sans même être surpris que ce soient ses parents,ni quand ni comment on l'apprend...

...Pfou,"c'est dur la culture!"comme disait ma grand-mère...

109. marcel - 29/08/05 16:55 - (en réponse à : spip)
D'accord sur le fait que c'est pas essentiel. Cependant, j'ai l'impression que ma lecture du livre, ma vision sur les relations entre les persos, a forcement change a ce moment-la.
Donc, que ma lecture a ete differente. Ca fait un petit effet de surprise, un decalage.

108. marcel - 29/08/05 16:50
C'est d'ailleurs un truc qui m'enerve : a l'epoque ou j'ai lu Malpertuis, de Jean Ray, la revelation principale, vers la fin du bouquin, se trouvait sur le 4e de couv ! Heureusement, la encore, je ne l'avais pas lu. Contrairement a toi, je ne le fais jamais.

107. spip - 29/08/05 16:48 - (en réponse à : caleçonensoie)
euh...c'est vraiment un tout petit "spoiler" alors,parce que j'ai l'impression que ça a déjà été dit plusieurs fois sur ce forum...et puis ce n'est quand même pas une BD à suspense!

106. Manu Temj - 29/08/05 16:43 - (en réponse à : philma)
et parfois même avant de l'acheter.

C'est vrai ?!!! Dingue ça !! ;o)

105. philma - 29/08/05 16:37 - (en réponse à : marcel)
OK, je n'ai pas le livre sous les yeux mais je lis toujours le 4ème de couverture avant de commencer un livre, et parfois même avant de l'acheter.

104. marcel - 29/08/05 16:32 - (en réponse à : philma)
Faux. C'est ecrit en 4e de couv (que j'ai eu la bonne idee de pas lire) mais on ne l'apprend qu'au milieu du bouquin, quand il leur demande l'autorisation.

103. philma - 29/08/05 16:04
On le sait dès le début!

102. slipentergal - 29/08/05 16:00 - (en réponse à : spoiler…)
Spip, c'est un joli spoiler que tu as fait là… les lecteurs n'auront plus la surprise à mi-bouquin de découvrir qui sont vraiment les personnes interviewées…



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio