Autodafé de Tintin, Astérix, Lucky Luke ...

Les 26 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .



26. Bert74 - 09/09/21 14:37
Merci pour la précision, Chloro.

Tiens vous devez tous surement connaitre, mais je ne me lasse pas de ce qu'en dit Blanche Gardin, dans son texte sur les réfugiés climatiques (à partir de 5 mn, et à 8 mn, il y a même un passage sur le nom à employer, tordant) :


25. Quentin - 08/09/21 22:14 - (en réponse à : Chloro)
J'ai toujours trouvé cette fuite en avant pour trouver un terme non péjoratif assez vaine.

On ne peut plus dire nègre, il fait dire noir (il y a sur le site de radio canada un article sur quelqu'un qui fait un procès à l'école de son fils car elle lui fait lire un livre dans lequel on trouve le mot "nègre"). On ne peut plus dire noir, il faut dire afro-américain. On ne peut plus dire afro-américain, il faut dire personne de couleur. Ca ne marche plus non plus, il faut maintenant dire personne racisée... Jusqu'au prochain terme, qui ne manquera pas d'apparaître dans quelques années. C'est comme les LGB, qui deviennent LGBT, puis LGBTQ, puis LGBTQI, puis LGBTQIA, puis LGBTQIA2s, jusqu'au prochain ajout. Je trouve ces débats de nomenclature vains car ils ne changent absolument rien dans l'expérience et la condition des gens.

Pour en revenir aux Inuits, ca ne me dérange pas d'utiliser ce mot au lieu d'eskimo. Mais n'oublions quand même pas qu'Inuit veut dire homme/humain/personne, ce qui rejette les non-Inuits dans la catégorie de non-humains (des sauvages, en quelque sorte). Donc on peut dire que c'est en fait un terme renvoyant à une idéologie raciste, ce qui ne les présente pas vraiment sous un jour sympathique.

Au lieu de perdre son temps à changer le nom des groupes sociaux toutes les x années, il serait plus intéressant de s'attaquer de front aux véritables problèmes de colonisation, d'inégalités et de discrimination.

24. Lien Rag - 08/09/21 22:05
C'est évidemment une belle couennerie et la macroniste (enfin, trudeauiste) qui en a eu la brillante idée semble bien de ces consultants en n'importe quoi qui flairent le bon filon, mais il est surprenant de négliger le contexte : la découverte récente de charniers d'enfants dans les institutions (catholiques justement, puisque l'Église était celle qui s'occupait de l'éducation) prenant en charge, souvent de force, les enfants autochtones jusqu'à relativement récemment.

À côté de ça, quelques Astérix, Lucky Luke ou Tintin brûlés, c'est certes très bête et aucunement une réparation adéquate en quoi que ce soit, mais c'est quand même du pipi de chat.

23. Chloro - 08/09/21 19:42
À heijingling :

«Tu en beurres épais» est une expression canadienne-française qui signifie : «Tu exagères». Tu mets trop de beurre sur la tartine, quoi.


À Bert74 :

«Esquimau» signifie, nous dit-on, «mangeur de viande crue» et c'est un terme péjoratif dont on ne se sert plus pour désigner ce qu'on appelle maintenant les «Inuit», ces gens qui vivaient autrefois dans des iglous, dans le grand Nord. «Inuit» est le terme qu'ils emploient pour se désigner eux-mêmes.

Au football canadien (variante du football américain), l'équipe professionnelle de la ville d'Edmonton avait toujours porté le nom d'«Eskimos», nom qu'elle a abandonné il y a quelques années sous les pressions des défenseurs de l'identité autochtone. L'équipe s'appelle maintenant les «Elks». Ainsi ils n'ont pas eu besoin de modifier leur logo, un grand «E».

Aux États-Unis, d'autres équipes professionnelles ont pris la même décision. Les Indians de Cleveland, une équipe de baseball professionnelle, s'appellera à compter de l'an prochain les «Guardians». Au football (américain), les Redskins de Washington ont laissé tombé leur nom depuis l'an dernier déjà. Ils en choisiront un nouveau l'an prochain. En attendant, ils s'appellent le «Washington football team».




22. pm - 08/09/21 16:51
Flaherty, dont la démarche était pourtant sans équivoque, doit se retourner dans sa tombe.

21. heijingling - 08/09/21 16:46 - (en réponse à : Appropriation culturelle)
D'ailleurs, la Chine, ce pays qui a toujours été à la pointe du respect d'autrui et des cultures étrangères a interdit pendant des siècles aux étrangers d'apprendre le chinois. Ben oui, de quel droit un non chinois pourrait-il parler chinois, en faisant des tas de fautes en plus, quel irrespect.
Et c'est les États-Unis d'Amérique, toujours à la pointe de l'impérialisme et de l'appropriation culturelle (cela va de paire) qui on mis fin à cet état de fait merveilleusement ouvert et tolérant par le Traité de Wangxia, art.18, en 1844: les Américains ont le droit d'apprendre les langues chinoises, les Chinois ont le droit de leur enseigner (oui, un Chinois enseignant sa langue à un étranger était considéré comme traitre, et puni), et les Américains ont le droit d'acheter des livres chinois. Quelle impudence, quelle arrogance typiquement occidentale.



20. heijingling - 08/09/21 15:33
Oula, bâtonnet glacé, il y a des sous-entendus, c'est dangereux aussi. Le mieux est de ne plus manger que des cornets glacés.

19. Bert74 - 08/09/21 15:24
Hé ben, on en apprend des trucs. Je savais pas que « Esquimau » était péjoratif.
Tu vas voir que bientôt, on devra dire « bâtonnet glacé » pour parler des habitants du grand nord canadien…

18. pm - 08/09/21 15:06
« Ils sont fous ces canadiens ! »


Pauvre monde qui marche vraiment sur la tête. Pratiquer la nazisme au nom de l’antiracisme !
Quand le remède est pire que la maladie !

17. Victor Hugo - 08/09/21 13:54
Ah oui, c'est vrai ça, les femmes africaines qui se défrisent les cheveux font de l'appropriation culturelle!

16. suzix@bdp - 08/09/21 13:47
Ce concept d'appropriation culturelle est poussé bien trop loin. Et surtout dans un seul sens. C'est comme le racisme.
Avant d'aller vers des exemples qui montrent le ridicule de ce concept, déjà je comprends pas en quoi porter une coiffe indienne, et encore moins si c'est un déguisement pour enfant est une atteinte à quoi que ce soit sauf si c'était pour dénigrer mais un parent qui offre un "déguisement d'indien" même s'il y aura plein d'erreurs, d'anachronisme, de mauvaise interprétation culturelle, cet objet prouve que la personne qui l'offre ou le porte pense à cette culture (même s'il n'en connait sans doute presque rien). Et cela peut même parfois être un véritable amour. Moi j'imagine l'inverse. Si plus une représentation n'était autorisée, si les films, livres, BD, dessins animés étaient interdits et les anciens détruits, dans une génération (25/30 ans), cette culture serait oubliée par 99% de la population. Que vaut-il mieux : exister aux yeux des autres populations même si c'est plein d'approximations et raccourcis ou bien disparaître de la conscience collective?

Ensuite, jusqu'où peut aller l'appropriation culturelle? Est-ce que seuls les européens peuvent porter des costumes 3 pièces ? des cravates ? Seuls les américains peuvent-ils porté des jeans ? Est-ce que seuls les brésiliens peuvent porter des tongs colorées ? (;o) Que dire aux femmes africaines qui se défrisent les cheveux ? Est-ce que seuls les restaurants espagnols peuvent proposer de la paëlla ? (;o) Et que dire de notre fameuse baguette fabriquée partout dans le monde ? (;o) ... et le nuage de lait très anglais dans le thé ?

15. heijingling - 08/09/21 12:54
-Quentin: "Pourtant, Suzy Kies va dans ton sens en reconnaissant un pouvoir intrinsèque aux dessins et aux caricatures."

À voir ce qu'elle a fait, elle est plutôt dans les rituels magiques.
Sinon, évidement que les images ont un pouvoir, plus précisement une influence, plus ou moins forte selon les gens, les circonstances et autres. Quand tu regardes une image, cela te fait de l'effet, te rendre joyeux, t'énerver, ou bien tu y es indifférent.
Ce n'est pas mon propos, dans nos discussions, je disais que les images sont un langage en soi, en dehors des commentaires que l'on peut y apposer.
Et de toute maniére, ce n'est pas parce que quelqu'un aurait le même point de vue que moi sur un sujet quelconque que le le soutiendrais. Faudrait voir ce qu'il fait de ce point de vue.

-Quentin: "Brûler les livres est très con"

Ce n'est pas con, dans le sens où cela peut être efficace ponctuellement, impressionner les esprits faibles. Par contre, c'est criminel.

-Quentin: "Sa sélection des titres à brûler est lamentable. Mais ne rien faire est également insupportable. Elle a au moins eu le mérite de remettre en cause le status quo. Si ca peut ouvrir un débat sur les représentation des peuples indigènes et sur le pouvoir des images, c'est tant mieux."

On n'est pas dans une situation d'urgence où les Indiens se font massacrer comme aux siècles précédents. À ce moment, oui, il fallait agir puissament et vite, et un Blueberry était utile. Mais dans le cas de la Madame, qui est en beurre épais 9je ne suis pas sûr de comprendre exactement cette expression, mais je l'aime bien), il vaut mieux ne rien faire que faire ce qu'elle a fait.
Et les débats dont tu parles existent depuis de dizaines d'années, le statu-quo est remis en question de multiples fois. Elle ne remet rien en cause (puisque ce crétin de Trudeau est acquis à sa cause), n'ouvre aucun débat. Elle a juste fait parler d'elle et mis de la merde dans la tête de gamins.

@V.H.: bien vu (comme souvent). Elle est donc à mettre dans le même sac que les européens de souche convertis à l'islam et qui commettent des crimes terroristes. Ils se fichent de l'islam comme elle des Indiens, c'est juste de dangereux déséquilibrés.

14. Quentin - 08/09/21 12:02
Ah oui, bien vu Laurent. C'est donc une affabulatrice qui usurpe sa légitimité. C'est énorme :-)

13. Victor Hugo - 08/09/21 11:30 - (en réponse à : post3)
Mais si on connait un peu le contexte de ce dont Suzy Kies parle (y compris sa propre histoire d'indigénéité refoulée),

D'autant plus refoulée qu'elle est mensongère.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1822333/livres-suzy-kies-gardienne-savoir-parti-liberal-autochtones

12. Victor Hugo - 08/09/21 11:09
Non désolé, Susy Kies est une énorme connasse, une abrutie qui ne voit que par le bout de sa lorgnette, qui fait du révisionnisme et fait bien plus de mal que de bien. Les nazis ne portent pas tous des croix gammées.

11. Quentin - 08/09/21 09:53 - (en réponse à : Heijingling)
Pourtant, Suzy Kies va dans ton sens en reconnaissant un pouvoir intrinsèque aux dessins et aux caricatures.

Brûler les livres est très con. Sa sélection des titres à brûler est lamentable. Mais ne rien faire est également insupportable. Elle a au moins eu le mérite de remettre en cause le status quo. Si ca peut ouvrir un débat sur les représentation des peuples indigènes et sur le pouvoir des images, c'est tant mieux.

10. suzix@bdp - 08/09/21 09:11
Ceux qui se battent pour le bien de l'humanité perdent parfois toute notion de ce qui est bien ... je me méfie toujours moins de ceux qui n'ont pas de considérations humanistes revendiquées.

9. heijingling - 08/09/21 08:08
Non seulement ils brulent les livres, mais ils en font une cérémonie pour les enfants des écoles. Pour des éducateurs, cela va au-delà de la fute professionnelle, là.
Et leur truc de "tourner du négatif en positif", ils auront une drôle de tronche leurs plantes fertilisées avec de la cendre bourrée d'encre d'imprimerie.
Bref, ce sont des imbéciles irresponsables sur toute la ligne.

@Mr Degryse: "Dangereuse en pensant bien faire."
Pas une excuse, plein de crimes sont commis pour cette raison, Quentin utilise à bon escient le terme de croisade.

Quelques imbécilités, parfois aux conséquences graves, de gens qui croyaient bien faire: https://reason.com/2021/07/01/brickbats-july-2021/

8. froggy - 08/09/21 01:18 - (en réponse à : Chloro)
Non seulement les nazis, mais aussi Savonarole. Ce n'est pas mieux.

7. Chloro - 08/09/21 00:53
On en parle beaucoup aujourd'hui, surtout au Québec. Il faut dire que l'affaire a eu lieu chez les francophones de la province voisine, l'Ontario.

Parenthèse : il reste quelques centaines de milliers de gens au Canada (hors Québec) dont le français est la langue préférée, mais leur nombre diminue à chaque génération. Au Québec aussi d'ailleurs, le français perd rapidement du terrain, surtout dans la région de Montréal.

Chaque bibliothèque choisit quels livres elle offre à sa clientèle, et comme on ne peut offrir qu'une infime partie de tout ce qui a déjà été publié, il est facile de retirer les livres qu'on juge, pour une raison ou pour une autre, moins convenables. Et puis ce n'est pas comme si les livres laissés de côté disparaissaient de la surface de la Terre : ils restent disponibles ailleurs.

Mais brûler des livres rappelle immanquablement les nazis. C'est plutôt maladroit.


6. froggy - 08/09/21 00:22
J'ai toujours un probleme avec les gens qui brulent des livres quelque soient leurs intentions. Meme Mein Kampf, je ne le brulerais pas.

5. Achab - 08/09/21 00:17
Du coup on dit quoi pour Obélix qui est lui aussi un guerrier toujours torse nu ? Racisme structurel anti-gaulois ?

4. Mr Degryse - 07/09/21 23:06
Oui enfin la on censure des livres car la tenue vestimentaire n'est pas bonne......
Qu'un indien est torse nu....

C.nne n'est pas le bon mot. Dangereuse en pensant bien faire

3. Quentin - 07/09/21 22:24 - (en réponse à : Mr Degryse)

Tintin n'a pas le monopole du racisme.

Je viens de voir une video de Susy Kies (https://www.crestwood.on.ca/ohp/kies-suzy/), et elle n'est de toute évidence pas tout à fait conne (contrairement au dessin de l'indienne avec Obélix qui est, lui, bien con). Personnellement, je suis contre la censure des livres, quels que soient leurs défauts. Mais si on connait un peu le contexte de ce dont Suzy Kies parle (y compris sa propre histoire d'indigénéité refoulée), sa croisade contre les préjugés racistes peut se comprendre. Joe Sacco montre lui aussi dans sa dernière BD ("Payer la terre") toute une galerie d'activistes indigènes qui, comme Suzy Kies, sont d'autant plus radicalisés et intransigeants qu'ils ont été coupés de leurs racines par un système structurellement raciste.

2. Mr Degryse - 07/09/21 19:20
Une bien belle c.nne que cette dame adepte des audotafes bien pensant.

1. Chloro - 07/09/21 18:31
Voici une des nouvelles du jour au Canada :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1817537/livres-autochtones-bibliotheques-ecoles-tintin-asterix-ontario-canada

On a brûlé ces albums et autres livres en 2019, mais c'est seulement aujourd'hui que nous l'apprenons.




 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio