Conseils, critiques et recommandations en matière de littérature

Les 64 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2


64. lobabu - 03/12/18 17:12 - (en réponse à : Helmut Perchu)
Comme toi, je le trouve sans intérêt et n'ai pas prolongé ma lecture de cette série.

63. helmut perchu - 03/12/18 12:26
J'ai terminé Cadres noirs ce week-end et je dois dire que je suis pas totalement emballé. Je trouve le personnage principal pas franchement attachant et un peu trop atteint du syndrome Lost (= à chaque fois qu'il y a une décision à prendre tu peux être sûr qu'il prend la mauvaise)...

62. helmut perchu - 22/11/18 11:43
Lu et apprécié Le bazar des mauvais rêve, recueil de nouvelles de Stephen King, avec du bon et du moins bon, mais au moins le format court fait que ça part moins en vrille / fantastique et que ça me correspond davantage.

Et je continue à suivre vos conseils puisque ma prochaine lecture est Cadres noirs de Pierre Lemaitre. A suivre...

61. longshot - 07/11/18 09:28 - (en réponse à : pm)
Ah, voilà, « états-uniennes », c'est le mot que je cherchais.


60. pm - 07/11/18 09:01 - (en réponse à : Longshot)
Tu me déçois, tu as dit « américaines » et pas « états-uniennes »...

59. longshot - 07/11/18 07:24
Tiens, j'ai vu par hasard The Shawshank redemption l'autre jour, le titre me disait vaguement quelque chose, je viens de réaliser que c'est parce qu'on en avait parlé ici.

Avant ça, j'étais passé par wikipédia, qui dit que la nouvelle de King était elle-même inspirée d'une nouvelle de Tolstoï. (Les différences sont... très américaines, je trouve.)

58. froggy - 05/11/18 16:16
Je te recommande alors dans la meime veine Un long dimanche de fiancailles, a mon avis, le meilleur roman de Sebastien Japrisot.

57. casa - 05/11/18 14:00
Je viens de lire au revoir là-haut, et je vais entamer couleurs de l'incendie.
D'autres conseils du meme style?

56. froggy - 28/10/18 22:47
No automatic alt text available.

55. froggy - 27/10/18 04:54 - (en réponse à : Lien Rag)
Avec du beurre, du sel et du poivre, cela devrait passer...

54. Lien Rag - 27/10/18 01:27
Merci.
Le sujet est intéressant, mais 476 pages quand même faut les avaler...

53. longshot - 26/10/18 07:07 - (en réponse à : lien)
Parce que le lien était donné dans un tweet, et je l'ai copié sans faire attention — ou plutôt si, je l'ai remarqué, mais je n'ai pas trouvé (sans beaucoup chercher...) comment récupérer le « vrai » lien.

Je viens de le récupérer en passant par getlinkinfo. Voici donc Architecture du livre-univers dans la science-fiction, à travers cinq oeuvres : Noô de S. Wul, Dune de F. Herbert, La Compagnie des glaces de G.-J. Arnaud, Helliconia de B. Aldiss, Hypérion de D. Simmons . (Et du même coup, la page sur TEL.)


52. Lien Rag - 26/10/18 00:46
Mais pourquoi un lien twitter?

51. longshot - 24/10/18 14:46
Attention, au fait, l'émission sur la collection Paralaxe est un peu bourrée de spoilers, notamment sur le film Arrival / Premier contact, et la nouvelle dont il est tiré, et dont il est beaucoup question.

50. longshot - 24/10/18 12:37
Pour les fans de SF, La méthode scientifique parlait l'autre jour de la nouvelle collection Paralaxe, et quelques semaines plus tôt c'est Laurent Genefort qui était l'invité de l'émission (avec, pour les curieux ou éventuellement pour Lien Rag parce qu'aussi intéressant que ça ait l'air, c'est un genre littéraire assez aride et à part lui je ne suis pas certain que quelqu'un ici irait se farcir ça : un lien vers sa thèse sur l'architecture du livre univers...)

49. Odrade - 19/10/18 12:28
Aahhhh, un bouquin que j'ai adoré.
Attends, je contrôle s'il a été édité en français. OUI !

Les Secrets de L'immortel Nicolas Flamel, de Michael Schott

Très cool et avec une quantité exceptionnelle de références mythologiques, occultes et historiques !

O.

PS Je suis en train de lire Imagica, de Clive Barker et j'ai beaucoup de peine à accrocher...

48. Danyel - 19/10/18 10:35 - (en réponse à : Helmut)
C'est son dernier recueil publié. Il comprend des textes qui ne sont pas inédits. Dans l'ensemble, je n'ai pas été emballé. C'est un peu le problème avec un écrivain qui produit autant, c'est assez inégal. L'avantage des recueils de nouvelles est qu'on y trouve tout de même toujours quelques pépites. C'est le cas ici. Et on n'est pas obligé de se farcir ses gros pavés.

47. lobabu - 19/10/18 10:30 - (en réponse à : Helmut Perchu)
Tiens, deux romans que j'ai oublié d'évoquer lors de ta première demande, aux Editions Critic (éditeur rennais): "Point Zero" et "Mausolée" d'Antoine Tracqui. C'est des thrillers steam punk, absolument remarquables. L'auteur est médecin légiste, à Strasbourg je crois.

46. lobabu - 19/10/18 09:40
J'ai essayé les polars de Pierre Lemaitre, je n'ai vraiment accroché. je trouve cela très surfait. Là, je commence "Terreur" de Dan Simmons sur l'expédition Franklin à la recherche du passage du nord-ouest en 1845. Un gros pavé en poche mais passionnant.

45. helmut perchu - 19/10/18 09:27 - (en réponse à : Danyel)
Je voulais suivre tes conseils et prendre Différentes saisons mais ils ne l'avaient pas à la médiathèque donc je me suis rabattu au pif sur ce recueil de nouvelles. On verra bien, au pire vu que c'est que des nouvelles je suis pas obligé de lire le bouquin en entier.

44. Danyel - 19/10/18 00:21
Mauvaise pioche.

43. helmut perchu - 18/10/18 14:37
J'ai réservé Cadres noirs de Pierre Lemaître à la médiathèque de ma ville. Et en attendant de l'avoir j'ai pris Le bazar des mauvais rêves un recueil de nouvelles de Stephen King.

42. pm - 17/10/18 18:01 - (en réponse à : Helmut)
Essaye la littérature bien écrite et pas simplement bien construite.

41. Odrade - 17/10/18 17:08
J'ai tiré des conclusions erronées de ta remarque "j'ai beaucoup aimé le coté "réaliste", par contre le coté "fantastique/mystique" m'a saoulé".

Essaie Patrick Rothfuss. Premier tome "La Peur du Sage".
C'est du fantastique. Superbe.


O.

40. helmut perchu - 17/10/18 15:46 - (en réponse à : O.)
Non je ne suis pas du tout allergique à la sf et au fantastique, qu'est-ce qui t'as fait croire ça ?

39. helmut perchu - 17/10/18 15:44
Bon alors ça y'est j'ai terminé Player One. Lecture agréable mais il y a -je trouve- quelques énormités qui font que je n'ai pas réussi croire et à rentrer totalement dans l'univers du livre, dommage.

38. Odrade - 07/10/18 13:45
Chuis en train de relire toute la série de Julian May The many-coloured Land (en français la Saga des Exilés) et surtout The Galactic Milieu (pas traduit en français :oO).

Je persiste et signe : je trouve génial. En fait surtout la partie galactique...


O.

37. Odrade - 06/10/18 22:39
Ah ben alors, t'es pas allergique à la sf et au fantastique !

O.

36. helmut perchu - 04/10/18 13:52
Merci à tous pour vos conseils et suggestions, j'ai de quoi faire pour un moment. Le premier vainqueur est Player One de Ernest Cline ! Ne soyez pas vexé si je n'ai pas suivi un de vos conseils, je fais aussi en fonction de ce qui est dispo à la médiathèque ou je vais...

35. Lien Rag - 28/09/18 01:50 - (en réponse à : Belle du Seigneur)
Je n'en connais que ce qu'en dit Sfar, mais le fait que tu trouves les personnages antipathiques me paraît la clé du problème; j'ai le même ressenti à l'égard de Jeux Interdits ou de l'Aventure Ambi güe, les moeurs ont évolués depuis la parution de l'oeuvre et le choc est trop violent pour adhérer au récit ensuite.

34. Victor Hugo - 27/09/18 01:37
(voyage dans le temps sans technologie, par auto-hypnose)
Comme dans La Jetée de Chris Marker.

33. Danyel - 27/09/18 00:58
Finney se perd et perd son lecteur dans sa description de New York au XIXe siècle. D'ailleurs, il l'admet lui-même dans sa postface. On s'en fout un peu de la couleur du bâtiment de telle rue, cela ne dira rien à personne à moins de connaître NY sur le bout des doigts. L'auteur recrache toute sa doc et c'est dommage car cela casse la dynamique du récit par ailleurs intéressant. Sans parler des incohérences de l'intrigue. Mais c'est toujours mieux que le sirupeux "Le jeune homme, la mort et le temps" de Richard Matheson basé sur la même idée (voyage dans le temps sans technologie, par auto-hypnose).

32. froggy - 27/09/18 00:34
Comme c'est curieux, comme c'est bizarre et quelle etrange coincidence!

Moi aussi, j'ai lu Replay et moi aussi j'ai beaucoup aime. C'est vraiment tres bien et je me demande si le roman a ete une source d'inspiration pour les scenaristes d'Un jour sans fin. Il faut faire remarquer a Helmut que le livre date de 1987 et donc les evenements historiques auxquels se refere le livre s'arretent la. C'etait un peu plus evident a l'epoque car je l'ai lu en 1988.

31. Bert74 - 26/09/18 16:58 - (en réponse à : Danyel)
car les filles adorent ce livre semble-t-il.

Ben pas ma femme en tout cas qui a quasi mot pour mot le même discours que toi sur Belle du Seigneur... Mais faut dire que ce n'est pas par la littérature que je l'ai dragué au départ (je suis à la ramasse sur ce sujet par rapport à elle).

30. Mr Degryse - 26/09/18 16:20
Oui j'avais adoré Fugue à l'époque. Je l'ai lu il y a quasi 20ans. Si comme moi, on adore la zix, c'est un immanquable.

Dans le genre voyage dans le temps, j'avais aussi beaucoup aimé pour la découverte du New York de la fin du xix siècle


29. Victor Hugo - 26/09/18 14:42
Dans un dispositif proche je recommande Fugues de Lewis SHINER



Ray Shackleford, réparateur de matériel hi-fi, se noie dans l'alcool et la musique. Il tente d'oublier une vie de couple chaotique et les brimades de son père. A la mort de ce dernier, sa vie bascule. Il se découvre un don singulier : il a le pouvoir de se projeter dans l'univers de ses groupes de rock favoris, d'enregistrer des versions inédites de leurs chansons. Poussé par Graham Hudson de Carnival Records, il accepte d'enregistrer l'album mythique et inédit des Doors : Celebration of the Lizard. Mais ces voyages incessants dans le passé se révèlent bientôt dangereux. Car à trop jouer avec l'espace et le temps, ne risque-t-on pas d'ouvrir les portes du domaine de la Mort ? Fugues est à la fois un roman initiatique et un magnifique hommage au rock des années 60-70 ; on y croise entre autres Jim Morrison, Brian Wilson, Jimi Hendrix et les Beatles.

28. Victor Hugo - 26/09/18 14:03
J'avais adoré Replay de Ken Grimwood.

27. Mr Degryse - 26/09/18 09:40


Personne ne sait exactement quand et où tout a commencé. Sur le corps des individus contaminés apparaissent des tatouages mordorés qui s’embrasent, causant la mort par combustion. Boston, Detroit, Seattle ont déjà basculé dans le chaos. Il n’existe aucun antidote. Lorsque Harper, infirmière dévouée et bienveillante, découvre les premières marques sombres sur sa peau, elle vient d’apprendre qu’elle est enceinte. Paniqué, son mari fuit.
Dans un monde en ruine, où de petites communautés se forment et des milices traquent les malades pour les exterminer, Harper est secourue par un homme capable de contrôler ce feu intérieur. Mais l’infirmière ne dispose que de peu de temps pour percer le secret de l’homme-feu, avant qu’elle et son enfant ne soient réduits en cendres...
formidable puissance de vie.

26. Mr Degryse - 26/09/18 09:39
Oeuvres marquantes de cette année de lecture. Pas de "classique" mais du polar, du roman historique ou de la sf.



Dans les années 1980, Lin s'évade d'une prison australienne et s'envole pour l'Inde. C'est alors le début d'un long parcours initiatique, au cours duquel sa vie sera bouleversée. Docteur dans un bidonville avant d'intégrer la mafia de Bombay, Lin connaîtra l'amour mais devra aussi faire face à la trahison et à la violence. Grande fresque épique, ce roman brosse le portrait de l'Inde véritable.



Quand Andrew Battell s’embarque sur un navire corsaire en 1589 et quitte l'Angleterre élisabéthaine en quête de gloire et de fortune, il ne peut deviner qu'il restera vingt ans prisonniers des « sombres terres d'Afrique ». Capturé par les Portugais sur les côtes du Brésil, expédié en Angola, il va subir les pires coups du sort, mais aussi connaître les plus grandes joies. Amour, guerre, évasions, magie, dangers et trahisons en tout genre… son destin ressemblerait à la trame d'un roman de cape et d'épée s'il ne se doublait d'un étrange appel : dans cette région du monde vit un démon, Calandola, roi réputé immortel des guerriers jaqqas, des cannibales sanguinaires. Or Andrew Battell va devenir un des leurs. Et plonger dans le cœur sauvage du monde.
Un roman fascinant dans lequel Silverberg, en empruntant un destin authentique, nous offre à la fois le grand frisson de l'aventure et une puissante charge contre tous les colonialismes.

Un roman historique écrit par un grand auteur de sf : Robert Silverberg. 1050 pages tout simplement excellentes si on aime comme moi les romans d'aventures à l'ancienne. Un mixte de Robinson Crusoé rencontrant Edward John Trelawny ou encore sir Richard Burton pour l'aspect description des mœurs endémiques. Aucune idée de ce qui est vrai ou faux mais c'est brillant. Mon meilleur Silverberg jusque là





Une pandémie d'origine inconnue a décimé la population nord-américaine (et sans doute celle de toute la planète). Ish, qui a survécu au mal mystérieux, entame une traversée de l'Amérique qui va ancrer en lui la conscience que rien ne pourra plus être comme avant. Il parviendra à fonder une famille, quelques survivants s'agrégeront et formeront une petite communauté autour de lui, une Tribu qui, confrontée à l'Après, sera partagée entre la détresse, l'apathie et l'espoir, entre l'exploitation de l'héritage laissé par la civilisation effondrée (ses ressources, règles, croyances, etc.) et la nécessité de tout réinventer pour redonner goût et sens à la vie. composent un monde, sur ce qu'est une société humaine en crise.

Un classqiue et un pionnier de la littérature post apo méconnu chez nous

États-Unis de la Terre, 2109. Les réplicants meurent dans des crises de folie meurtrière tandis qu'une main anonyme corrige les Archives Centrales de la Terre pour réécrire l'histoire de l'humanité et la rendre manipulable. Bruna Husky, une réplicante de combat solitaire décide de comprendre ce qui se passe et mène une enquête à la fois sur les meurtres et sur elle-même. Aux prises avec le compte à rebours de sa mort programmée, elle n'a d'alliés que des marginaux ou aliens, les seuls encore capables de tendresse dans ce tourbillon répressif, vertige paranoïaque qui emporte la société.

On pourrait croire à une suite de Blade Runner mais cela n'en est pas une. Le monde est proche. L'idée des replicants aussi. si le propos n'est pas neuf, c'est un roman de sf très réussi.




À 43 ans, Jeff Winston meurt subitement d'une crise cardiaque, laissant derrière lui une vie médiocre et un mariage à la dérive. Quelle n'est pas sa stupeur lorsqu'il se réveille... dans sa chambre d'étudiant, âgé de 18 ans. Dans le passé, sa vie recommence comme avant. Sauf qu'il a gardé le souvenir de sa précédente existence...
Très bon livre de sf sur un principe similaire à un jour sans fin mais ou un individu revit plusieurs fois sa vie, de la fin de son adolescence à son infarctus à la quarantaine. Il essaie toutes les vies possibles.



Dans l'East Texas profond de la Grande Dépression, la pauvreté règne et dévaste la région comme une tornade. Le jeune Harry découvre le corps mutilé d'une femme noire sur le bord de la rivière Sabine. La femme aurait-elle été la victime de l'Homme-Chèvre, un monstre de légende ? À bien écouter les vieux du village, le Diable n'est jamais loin des carrefours et des rivières. Bientôt c'est le cadavre d'une seconde femme qu'on retrouve nu dans un arbre. Les esprits s'échauffent, on lynche un homme noir, et le père de Harry enquête.

Un auteur culte américain que je n'avais pas encore lu. A tort. Car si toute sa production est de ce niveau, j'ai encore d'excellentes lectures en perspective. Polar dans l’Amérique ségrégationniste du passé. Un texas du sud quand il était encore couvert de marais et de forêts humides remplies de serpents, de tiques et de moustiques. C'est moite, poisseux, affligeant,etc. Et tout est raconté selon le point de vue d'un enfant de 12 ans. C'est aussi un hommage évident à la nuit du chasseur.



À Kaboul, le Qomaandaan Kandar, ancien sniper de Massoud et patron de la brigade criminelle, enquête sur des meurtres d'enfant.

À Paris, la commissaire Nicole Laguna, chef de la Brigade nationale de Recherche des Fugitifs, est sur la trace de l'inventeur d'une nouvelle drogue de synthèse.

Deux flics qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Et pourtant...

Découverte par hasard de cet auteur et de ce personnage de commandant afghan par ce livre lors d'une lecture de vacances. Ce tome est la deuxième aventure du commandant mais peut totalement se lire indépendamment. Un thriller c'est bien mais ce qui donne souvent le petit plus, c'est le décorum. Et cette découverte de l’Afghanistan moderne ( apparemment très documenté) est saisissante. C'est noir , très noir, enrichissant aussi.



Hiver 1930. Vyriv, un petit village isolé de l'ouest de l'Ukraine. Dans la steppe enneigée, Luka, vétéran de la guerre de Crimée, recueille un homme inconscient. Dans son traîneau, deux corps d'enfants atrocement mutilés. Lorsque Luka revient au village, les habitants s'affolent. Avec l'arrivée au pouvoir de Staline, la paranoïa règne. Dans cette petite communauté jusqu'ici préservée, tout le monde craint l'arrivée de l'Armée rouge et des activistes. La venue de cet étranger n'annonce-t-elle pas un péril plus grave encore ? Luka n'aurait-il pas fait entrer un monstre dans le village, un assassin d'enfants, l'incarnation du mal ? Quand une fillette du village disparaît, Luka promet solennellement de la retrouver

Un polar ou plutôt un survival dans l'ukraine glacée des années 30. C'est addictif, surprenant. Une fois la lecture commencée, on ne peut pas s'arrêter. Vraiment bon




2044. La Terre est à l'agonie.
Comme la majeure partie de l'humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l'OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l'OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l'OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars ! Multinationales et geeks s'affrontent alors dans une quête épique, dont l'avenir du monde est l'enjeu. Que le meilleur gagne...

Quel pied ! Une lecture jubilatoire ! Plus que la qualité d'écriture assez standard, c'est l’imagination de l'auteur qu'il faut saluer. Son monde est cohérent, imaginatif et offre un superbe hommage à tous les jeux vidéos, films, séries auxquels la génération 80 a joué, visionné etc
L'adaptation de Spielberg est ratée mais le livre reste bon







25. Danyel - 26/09/18 08:44
Le livre entier repose sur un principe de redondance qui tue le lecteur à petit feu. Je m'étonne que personne n'ait relevé ce point;
C'est bien simple Cohen expose le sujet d'un chapitre et brode ensuite des propos qui tournent en rond à n'en plus finir sur des dizaines et des dizaines de pages, jusqu'à devenir obsessionnels.
Il faut par exemple cinq pages d'une logorrhée ampoulée à Mangeclous pour poser une simple question. Des dizaines de pages sans ponctuation reviennent plusieurs fois (ce que Joyce avait déjà fait dans Ulysse).
D'accord, l'écriture est par moment grandiose, mais le livre est écœurant. Une brique indigeste. J'ajoute que tous les personnages sont antipathiques et qu'on a qu'une envie : qu'ils ferment leur gueule.

24. froggy - 26/09/18 01:08 - (en réponse à : Danyel-san)
Encore une legende qui s'effondre, le roman est considere comme un des meilleurs de langue francaise du XXe Siecle. Bernard Pivot ne tarissait pas d'eloges a son egard dans ses emissions televisees.

23. Danyel - 26/09/18 00:06
J'ai lu récemment "Belle du seigneur", une purge de 1110 pages.
Normalement, même quand je trouve un bouquin chiant, je ne saute pas une page ni une ligne. Mais là… j'ai commencé par sauter des phrases, puis des paragraphes et finalement des chapitres entiers et d'autres que j'ai lus en diagonales. De toute façon le livre est tellement répétitif et l'histoire si mince qu'on arrive à sa conclusion sans rien avoir perdu.
L'un des pires bouquins que j'ai lus. A offrir à votre pire ennemi ou pour draguer car les filles adorent ce livre semble-t-il.

22. froggy - 26/09/18 00:04 - (en réponse à : Herve)
Ca boit sec dans tous ceux que j'ai lus, Maigret ou pas. Si Simenon n'avait pas arrete d'ecrire en 1972, il est certain que Maigret serait mort d'une cirrhose.

Dans un de ceux que je viens de lire, Le fond de la bouteille (un aveu en soi?), dont l'action se passe au milieu de riches proprietaires terriens a la frontiere americano-mexicaine, le meilleur moyen selon les protagonistes (et donc selon l'ecrivain) pour le matin au reveil de faire passer une gueule de bois carabinee faite au bourbon est de boire un grand verre de biere. Rien de tel parait-il. Vous avez essaye?

21. herve - 25/09/18 23:01
si on prend les "Maigret" alors oui, ça picole sec évidemment.

Sinon, j'ai relu dernièrement "la mort de Belle" "l'horloger d'Everton", "le train", "le bourgmestre de Furnes", et "la maison du canal" avec plaisir.
J'ai un seul bémol avec "le Président" où pour une fois, l'adaptation ciné l'emporte sur le roman, et c'est assez rare pour le souligner.

Et oui, je suis un grand fan de Simemon...

20. froggy - 25/09/18 22:40
Merci Herve. C'est ce que j'ai lu pendant mes recentes vacances, le tome 3 de Tout Simenon. Qu'est-ce que c'est bien!

Il faut faire remarquer que ca picole sec et cela peut etre deprimant, La fenetre des Rouet est exemplaire en ce sens.

19. Lobabu - 25/09/18 22:32 - (en réponse à : Helmut)
Mon livre de chevet: "Le baron perché" d'Italo Calvino. Si tu ne détestes pas les polars historiques, il y a la série de Philipp Kerr qui se passe dans l'Allemagne nazie. Autre livre qui m'a marqué : "Le cercle de la croix" de Ian Pears qui raconte une même histoire selon 4 témoins différents, un peu comme Rashomon.

18. herve - 25/09/18 22:19 - (en réponse à : helmut)
Je plussoie Froggy sur Simenon. Ses romans "durs" sont superbes. Simenon possède un grand avantage sur d'autres auteurs, c'est qu'on relit ses romans toujours avec le même plaisir.

Sinon, si tu aimes le style "american way of life", jettes un coup d’œil sur "Lolita" de Nabokov- une nouvelle traduction est dispo chez folio- qui reste d'une actualité brulante (cf l'affaire "Petit Paul" de Vivès)

17. froggy - 25/09/18 22:11 - (en réponse à : Laurent)
J'ai vu le film a sa sortie et j'avais tellement aime Orange mecanique, a l'epoque mon film prefere, et Barry Lyndon que j'attendais monts et merveilles du dernier opus kubrickien. Le film est brillant mais la fin est assez incomprehensible. Je crois d'ailleurs que le film montre en France en 1980 etait plus court que la version americaine.

Mais on s'eloigne du sujet initial. J'aimerais bien conseille des trucs a Helmut mais les deux romans les plus recents que j'ai lus sont Au revoir la haut, deja mentionne, et Les Bienveillantes. Je ne peux pas le recommander car c'est un roman historique et c'est dommage, car c'est remarquable.

16. froggy - 25/09/18 22:03 - (en réponse à : Marcel)
Une des photos du siecle

Image result for photo de spielberg lucas scorsese coppola de palma

15. Victor Hugo - 25/09/18 20:56 - (en réponse à : Froggy)
Shining? un Kubrick un peu decevant?

HERETIQUE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio