Quels albums achetez-vous ? (28)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


1501. froggy - 24/10/20 16:46
Super yatta pour Philippe et place au 29eme du nom pour ce sujet.

1500. pm - 24/10/20 15:27
Quand j’avais mon école les BAT des brochures et des pubs se faisaient par fax puis par internet pour les pubs et un coursier nous apportait l’exemplaire 0 pour les brochires.

1499. pm - 24/10/20 15:22 - (en réponse à : Danyel)
Je pense que tu répondais plutôt à Torpedo mais à nouveau ton message est très intéressant.

1498. heijingling - 24/10/20 14:40
"Il faut parfois recourir à des assemblages manuels (= boulots [...] de prisonniers)."

Ah, là, la Chine a un avantage comparatif certain :)

1497. Murakami - 24/10/20 13:17
Alvar Mayor #1, par Breccia & Trillo (iLatina)

1496. Danyel - 24/10/20 07:32 - (en réponse à : Pm)
C'est la responsabilité de l'imprimeur de contrôler la qualité de sa production.
Les ratages décrits sont le fruit de négligence dans le contrôle mécanique des machines. A la sortie, il est impossible d'examiner chaque exemplaire d'un tirage. On en prend un ou deux au hasard et on regarde le résultat. Toute une série d'exemplaires peut ainsi présenter des défauts sans que quiconque s'en aperçoive.
Quand on procède à un échange en librairie, le livre est retourné chez l'éditeur et part au pilon.

Il faut croire que je suis malchanceux.
A titre d'exemples, avec Pollina, en trois ans, j'ai eu des décalages de couleurs sur "L'odeur des garçons affamés", des encres qui ont bavé sur un tome "Criminal" et plusieurs pages de "Guirlanda" première édition (celle à 40 €), avec une impression fantôme. C'est Casterman qui a accepté de m'envoyer un autre exemplaire au Japon, mais de la deuxième édition, celle avec la couverture presque souple. La première était épuisée. De son côté Pollina n'a jamais répondu à ma demande.
Le représentant de Casterman n'était même pas au courant du problème.
J'ai de la famille à Luçon, je me suis promis de passer voir cet imprimeur dans sa zone industrielle un de ces jours. :-)

Côté éditeurs, je ne sais pas comment cela se passe et si Pollina indemnise Casterman et Delcourt par exemple ou si cela finit en pertes et profits.
Je suppose que le volume de travaux confié à cet imprimeur par les éditeurs lui permet d'offrir des tarifs intéressants qui rivalisent peut-être avec ceux des Chinois. Son équipement en machines lui permet aussi de livrer très vite.
Quand je vois que Delcourt va publier l'intégrale de "Rusty Brown" de Chris Ware à un prix ahurissant (50 €, le double de la version américaine) je me demande s'il sera aussi imprimé chez Pollina.

Le bon à tirer (BAT) ne valide que l'exemplaire zéro après que les demandes de corrections éventuelles aient été effectuées.
Une fois que la bécane est lancée, c'est au contrôleur offset chez l'imprimeur de vérifier que tout se passe bien.
En principe, le chef de fab de l'éditeur et son directeur artistique doivent être présent au BAT puisque qu'ils signent conjointement. L'auteur peut aussi venir (je pense qu'il doit aussi signer le BAT s'il s'implique dans son taf), notamment pour rectifier les chromies qui sont la partie la plus délicate du travail d'impression.
Par contre, le chef de fab ne vient pas forcément à l'impression.
Quand celle-ci se déroule à des milliers de kilomètres, je pense qu'il délègue la signature du BAT, mais je n'en pas sûr.
De toute façon un imprimeur n'imprime pas album par album. Les commandes sont regroupées pour réduire les coûts de fabrication.

1495. heijingling - 24/10/20 06:23
Danyel:"Les plus balèzes en impression sont les Chinois et les Japonais. Ce n'est pas pour rien qu'un maniaque comme Chris Ware fait imprimer ses livres en Chine. "

Pour la Chine, à Shenzhen il y a le Artron art center, du groupe d'imprimerie Artron, spécialisé entre autres dans l'impression de livres d'art. J'avais été extasié par leur bibliothèque:
"The complex, which opened its doors in 2015, houses the world’s largest art library with over 120,000 related books in 10 different languages. The centre is a hybrid between a library, gallery and museum, with an invaluable collection of calligraphy, paintings and photographers from some of China’s most important contemporary artists. The most awe-inspiring feature is the Atron Wall, in which the seemingly endless wall — spanning 50 metres wide and 30 metres tall — is covered with 50,000 books about art."

Des photos ici:
http://www.urbanus.com.cn/projects/artron-art-center/?lang=en

1494. torpedo31200 - 23/10/20 19:31 - (en réponse à : post # 1493)
Erreurs à responsabilité partagée.
(Souvent les fichiers BAT - bon à tirer- comportent des erreurs non contrôlées par les éditeurs, notamment les erreurs de code barres)

L' autre explication serait que les éditeurs industriels ne lisent pas l' intégralité de leur production (et ça serait cruel de leur souhaiter)

1493. froggy - 23/10/20 19:14
Le champion en matière de plantage est l'imprimeur Pollina à Luçon qui imprime les albums de nombreux éditeurs français (Casterman ou Delcourt, par exemple).

Comme se fait-il que les editeurs continuent a utiliser leurs services si c'est pour commettre regulierement de nombreuses erreurs d'impression?

1492. Danyel - 23/10/20 14:27
J'ai oublié de préciser une chose importante, mais tu le sais peut-être déjà, pm.

Les pages des albums ne sont pas imprimées sur des feuilles au format final. Elles sont regroupées sur de grandes feuilles, une fois celles-ci pliées et massicotées, on obtient, par exemple un cahier de 16 pages.
Cela implique de monter les plaques selon une orientation bien précise aussi bien pour les rectos que pour les versos, de l'autre côté de la feuille d'impression puisqu'on imprime des deux côtés.


C'est ce qui explique que les erreurs à un endroit se retrouvent à l'identique dans le même cahier quelques pages plus loin.
Page tête-bêche, couleurs baveuses, décalage et erreur d'emplacement de plaque, pression trop forte des rouleaux à un moment de l'impression et j'en passe. On a tous expérimenté ce genre de négligence (je me demande d'ailleurs toujours pourquoi certains ahuris pensent que cela donne plus de valeur à leur livre).

Le champion en matière de plantage est l'imprimeur Pollina à Luçon qui imprime les albums de nombreux éditeurs français (Casterman ou Delcourt, par exemple).
Avec lui, en quelques années, j'ai eu droit à tout ce que j'ai énuméré. C'en est au point que dès que je reçois mes commandes, je vérifie sur la page de "l'ours" le nom de l'imprimeur. Si c'est Pollina, j'examine l'album page par page (ce qui me gâche le plaisir de la découverte, car j'aime bien ne rien voir avant de lire).

Stefan pourrait sûrement expliquer les choses de manière plus pointue que moi.

1491. Danyel - 23/10/20 12:27
My pleasure.

Spécialement pour toi et Marcel, le site de Seigensha, l'éditeur des flip books en question.
ici,
la page en anglais avec les petits films de démonstration.

J'en offre toujours à mes amis quand je viens en France. :-)

1490. pm - 23/10/20 10:26 - (en réponse à : Danyel)
Merci beaucoup Danyel, en plus c’est limpide.
Tes flip book japonais me font envie !

1489. Danyel - 23/10/20 10:03
Pm,
A lieu d’avoir quatre passages sur toutes la surface de la feuille, tu ne les auras que sur une portion réservée à cet effet.
L’unique passage à l’encre noire se fera sur toutes les cases en dernier selon l’ordre habituel en imprimerie CMJN (ne pas confondre avec RVB des écrans).
Seule la case en quadri sera pressées sous les plaques de gravure CMJ calées exactement au-dessus d'elle. Le dernier passage, celui de l’encre noire (N) couvrira toutes les cases, celle-ci comprise.
Ce n’est pas très compliqué.

Marcel,
Là, on parle de façonnage, de fabrication.
J’ai oublié le titre de cet album, mais ce n’est pas non plus très compliqué, je pense. Les livres pop up le sont beaucoup plus avec des procédés de pliages et d’évidement bien plus sophistiqués qui font appel à des spécialistes.
Il faut parfois recourir à des assemblages manuels (= boulots d’étudiants ou de prisonniers).
Je suppose que l’éditeur rogne alors sur sa marge pour maintenir le même prix de vente car je le vois mal diminuer le tirage, ce qui aurait pour conséquence d’augmenter encore le prix de revient.
Quand le livre est hors norme, sa fabrication est budgétisée en amont avec plus de soin par le chef de fabrication de l’éditeur à partir d'un devis imprimeur. La négo se fait ensuite avec lui.Il peut décider de sous traiter cette partie de l’assemblage.

Bon, mes connaissance en techniques d'imprimerie sont un peu limitées et datent un peu (j'ai abandonné la direction artistique depuis un bail). Mais basiquement, et malgré les progrès technologiques en la matière, le principe reste le même.

Les plus balèzes en impression sont les Chinois et les Japonais. Ce n'est pas pour rien qu'un maniaque comme Chris Ware fait imprimer ses livres en Chine. Mais au Japon, il y des choses inimaginables.
J'ai en tête une société qui fabrique d'incroyables flip books quadri en relief.
Avec, une petite chenille qui creuse un véritable trou qui s'agrandit au fil des pages. Chaque illustration est peinte.
Ou encore une créature qui lance des rayons fluo dans différentes direction en se déplaçant. Tout cela dans un format minuscule de flip books. Des petits livres collector que j'achète de temps en temps.

1488. marcel - 23/10/20 00:47
Du coup, je me demande aussi comment ca se passe pour certains albums de MAM. Celui ou y a un trou au milieu et une spirale collee un peu plus loin, je n'ai pas souvenir qu'il coutait plus cher que les autres. Pourtant ca doit etre plus complique a produire.

1487. pm - 22/10/20 22:20
Et c’est la case centrale de chaque page qui est en couleur.

1486. pm - 22/10/20 13:37 - (en réponse à : Danyel)
Sur le bouquin de Baudoin, à part une case par page, tout le reste est en noir et blanc.
Ma question est de savoir si en fait toute la page est en couleurs, le noir étant imprimé comme une couleur, ou pas. Ça n’a pas l’air d’être le cas mais je n’en suis pas certain.
Ce que tu décris c’est ce que faisaient souvent les journaux comme Spirou pendant longtemps. On avait ainsi une page sur deux en couleurs.
Je vais regarder le Gipi.

1485. Danyel - 22/10/20 12:56
Pm,

Prends un cahier de 16 pages.
Si tu imprimes en couleurs sur le recto de la page 1, même une seule case, tu peux imprimer en couleurs sur la page 16.
La couleur est sur la même feuille, sur le même côté de celle-ci.

Et c'est pareil pour toutes les pages. Tu peux ainsi disséminer de la couleur sur des pages isolées, à condition qu'elles soient imprimées du même côté sur la même feuille. Tu peux observer une symétrie dans le cahier.
Ce procédé est le plus économique pour un éditeur.

Après, celui-ci peut toujours glisser des pages isolées en couleurs, mais cela lui coûtera plus cher, puisqu'elles compliqueront le façonnage (glisser la feuille quadri au bon endroit nécessite des réglages plus pointus sur la bécane et en ralentit le rythme) et qu'il faudra des plaques quadri et des passages couleurs sur une impression en noir et blanc (donc, encore du temps). Tout ceci aura pour conséquence d'augmenter le coût de fabrication et, à l'arrivée, le prix de vente du livre.

C'est la raison pour laquelle les dessinateurs qui ont ce genre de demande doivent la négocier avec l'éditeur.
Je n'ai pas encore le dernier Gipi, qui est en noir et blanc et en couleurs, on pourrait y vérifier comment s'organise le bazar selon la façon dont les feuilles sont reliées.

1484. Lien Rag - 22/10/20 01:28
1454, pardon.

1483. Lien Rag - 22/10/20 01:22 - (en réponse à : heijingling 1464)
Ben les Gentlemen c'était certes pas du Gros Nez niveau dessin, mais c'était franchement drôle et assez loufoque, non ?
J'aimais bien en tous cas.

1482. Murakami - 21/10/20 14:23
Œuvres - volume 2, par Chaland (Humanoïdes Associés)
Zap Comix #1, par Collectif (Stara) - Sur les conseils du forum !

1481. torpedo31200 - 19/10/20 16:58 - (en réponse à : pm - post # 1480)
Ce sont souvent des cahiers de 16 pages rassemblés. Un seul gros cahier ça arrive, mais c' est plus rare, hors Tintin, agrafes ou qq titres indés.

Les Humanos, c' est les Humanos.
(Dans le monde l' édition, ils sont souvent perçus comme à part, car historiquement éditeur suisse qui a bénéficié d' aides françaises du CNL. Pas vérifié)

1480. pm - 19/10/20 16:51 - (en réponse à : Torpedo)
Sauf que bon nombre de bouquins ont maintenant un cahier intégralement collé, il est donc possible d’y insérer des pages. Là ce bouquin est en effet constitué de cahier de 16 pages.
Et puis je suis absolument certain d’avoir des bouquins avec quelques pages en couleurs et une majorité en N&B. Je me souviens même d’un livre de Baudoin paru aux humanos «  La croisée » avec une case en couleurs parbpage. Je ne sais pas comment ils ont fait car ça n’a pas l’air d’être intégralement imprimé en couleurs.

1479. torpedo31200 - 19/10/20 16:09 - (en réponse à : Murakami - post # 1477)
OP éditeur (je crois qu' il fallait en cder 10 ex pour avoir les crayons).
Seules une soixantaine de librairies l' ont fait en France.

1478. torpedo31200 - 19/10/20 16:05 - (en réponse à : pm - post # 1476)
Au vu de ton activité pro, je pensais que tu avais déjà autopsié des cadavres de bouquins et constaté qu' ils étaient constitués en grande majorité de cahiers de 16 pages.
Mais il est vrai que tu fais + dans le TBE.

1477. Murakami - 19/10/20 15:34 - (en réponse à : pm)
Non, BDFugue ne m'a pas joint de crayon dans le colis :-(

1476. pm - 19/10/20 14:19 - (en réponse à : Torpedo)
Non, je ne savais pas et les couv n&b figurent bien.

1475. torpedo31200 - 19/10/20 14:14 - (en réponse à : Danyel - post # 1471)
C' est gentil pour les nombreux lurkers.
Mais Pm le savait certainement, peut-être regrettait-il des versions N&B des couv entre les chapitres.

1474. pm - 19/10/20 14:09 - (en réponse à : danyel)
Ah non, en fait tu as l'air de dire que ce n'était pas possible techniquement de les répartir au bon endroit.
Dont acte.

1473. pm - 19/10/20 14:07 - (en réponse à : Murakami)
J'espère que tu as obtenu le crayon qui va avec le livre de Tomine. Lu hier soir, très joli livre et lecture sympathique même si pas transcendante.

1472. pm - 19/10/20 14:06 - (en réponse à : Danyel)
J'avais bien imaginé que c'était pour des raison de coûts, mais aussi de flemme car, comme tu le dis, ils auraient pu le répartir au bon endroit dans le bouquin.
Mais bon c'est un micro détail.
Je me souviens avoir vu les Zap Comix originaux lors de l'expo Crumb au Trocadéro il y a quelques années, et puis avoir eu en main le fameux n° 2, hélas la deuxième édition ( 75 cents et pas 50 cents ), hélas encore dans un mauvais état avec des pages collées. Elle provenait de la vente F'Murrr. Evidemment c'est un américain qui me l'a racheté.

1471. Danyel - 19/10/20 13:40 - (en réponse à : Pm)
Il n'est pas possible pour des raisons de coûts d'isoler des pages couleurs dans une BD en noir et blanc dont il faut aussi changer bien souvent le papier pour un meilleur rendu. Le plus économique est donc de les regrouper dans un cahier couleurs qui peut être réparti dans le livre à différents endroits, du moment qu'il s'agit d'une seul cahier (en y intercalant des pages en N&B par exemple).
C'est la raison pour laquelle il est fréquent que les éditeurs français radins ne reproduisent pas les pages couleurs des manga quand elles se trouvent en milieu de volume. Ils les impriment en gris et l'on croit que ce sont des lavis d'encre noire.
C'est comme cela que les pages couleurs de La République du Catch de Nicolas de Crécy ont disparu de l'édition française et sont imprimées en noir et blanc tramé qui imite les gris du lavis.

L'intégrale Zap Comics a été financée par souscription et c'est une réussite. Un livre patrimonial.


1470. Murakami - 19/10/20 13:36
Sexties - les filles du terrain vague, par Benoît Bonte (PLG)
La solitude du marathonien de la bande dessinée, par Adrian Tomine (Cornélius)
Carthago Adventures #6, par Khattou, Bec & Morvan (Humanoïdes Associés)

1469. Murakami - 19/10/20 08:53
Pour Zap Comix, je n'avais pas vu passer la sortie de cette intégrale. Vous m'avez donné envie alors je l'ai commandée. J'ai peut-être trouvé le sujet d'une prochaine vidéo, qui sait ?

1468. froggy - 19/10/20 00:17 - (en réponse à : Piet #1464)
Sinon, je reprends, de ci et là, et avec délectation, certains de tes tics de langages.

L'imitation etant la plus sincere forme de flatterie, je te remercie Piet ainsi que Philippe.

Si mon professeur de francais de 3eme savait que je lancerai un style litteraire 40 ans plus tard, il en aurait fait une jaunisse, il me detestait et me l'a bien fait savoir pendant un an. Je ne pouvais rien faire, il etait le chouchou de la directrice du college. Merci les gars, c'est sympa!

1467. heijingling - 18/10/20 14:42 - (en réponse à : Zap)
pm: C’est bizarre que personne ne parle de l’intégrale de Zap comix."

Sans doute l'a-t-on zappée...
J'ai les quelques premiers numéros, achetés à bas prix il y a quelques années, sans doute une réédition des années 80/90.
D'un côté, cela semble bizarre pour un lecteur de franco-belge, que l'on réédite des magazines, comme cela avait été déjà le cas pour les EC comics dans les années 70/80 (j'en ai pas mal aussi, de ces petits chefs-d'œuvres), mais de l'autre, vu le prix des V.O., cela m'arrange bien.
Outre Crumb, j'y aime pratiquement tous les dessinateurs, Victor Moscoso, Rick Griffin, S. Clay Wilson, et Robert Williams en particulier. C'est étonnant d'ailleurs cette confrontation entre l'onirisme des deux premiers et la barbarie des deux derniers.

1466. pm - 18/10/20 12:45 - (en réponse à : Danyel)
Ah oui, c'est vrai, tu as raison. C'est un choix curieux, ça aurait été davantage dans l'esprit de les reproduire au fur et à mesure.
Mais à part ce petit détail c'est à mon sens un bouquin important et intéressant.

1465. Danyel - 18/10/20 03:02
Pm, il faut feuilleter le livre jusqu'au bout car les couvertures y sont reproduites en couleurs. Très beau bouquin en effet qui permet de découvrir les autres artistes qui entouraient Crumb.

1464. Piet Lastar - 17/10/20 19:35 - (en réponse à : froggy)
Je me souviens très bien avoir reçu, de la part d'un copain et lors de mon 10ème anniversaire, mon premier Agent 212 : Agent trouble. ça suffit comme explication, non ?

Tu ne continues donc pas Retour sur Aldébaran ? Le dessin sans doute...

Sinon, je reprends, de ci et là, et avec délectation, certains de tes tics de langages.

1463. pm - 17/10/20 18:40
C’est bizarre que personne ne parle de l’intégrale de Zap comix sorti il y a quelques semaines. C’est quand même un monument dans l’histoire de la bande dessinée. Il y aura d’ailleurs un second tome.
Je regrette un peu que ce soit uniquement en noir et blanc avec les couvertures en niveau de gris mais c’est quand même assez fabuleux que ça sorte enfin en français, même si la plupart des bd de Crumb ont déjà été traduites.

1462. froggy - 17/10/20 17:56 - (en réponse à : Piet)
Ce n'est pas souvent que tu nous fais part de tes achats.

Tu continues L'agent 212? C'est encore lisible ca? Comme vous le savez, j'ai des tics de langage et j'ai souvent ecrit ici meme que j'ai arrete d'acheter toutes les series de Cauvin que je suivais, bien longtemps avant qu'il ne les arrete lui-meme.

Autrement, on n'en aura qu'un en commun, l'Atom Agency dont j'espere qu'il sera aussi bien qu el epremier que j'ai franchement aime.

1461. froggy - 17/10/20 17:42 - (en réponse à : Laurent)
Sprechen Sie Deutsch?

1460. marcel - 17/10/20 15:41
Y en a eu. Mais j'imagine qu'il y a eu du Jeremiah aussi, juste pas en 1974...

1459. suzix@bdp - 17/10/20 14:30
en plus c’était pas du Comanche en couv’ de Zack ?

1458. suzix@bdp - 17/10/20 14:25
1452. marcel - 17/10/20 00:31
Et le Zack n’aurait pas une couv Jeremiah par le plus grand des hasards ?
En 1974 ?... Ca ma semble complique


mouaaah exact ! ... je me suis un peu enflammé !

1457. Murakami - 17/10/20 14:13
Murky World, par Richard Corben (Delirium) - Le tirage limité.

1456. heijingling - 17/10/20 12:56
J'exagérais un peu, et me référais à la couverture, ne connaissant pas le contenu.
Et pour Kasimir, ne me dis pas que tu ne connais pas Die Insel von der Kinder ?...

1455. Victor Hugo - 17/10/20 03:53
Tu oublies Oumpah Pah, Clifton et Valérian (pas encore réaliste), ainsi que Kasimir (que je ne connais pas). Je me réfère à la page "référendum".

1454. heijingling - 17/10/20 03:42
C'était l'époque où l'Allemagne ne produisait quasi pas de B.D., et achetait chez les Belges, les Italiens, les Français, etc., tout et n'importe quoi parce qu'ils n'y connaissaient rien, selon Jijé.
Dans ce magazine, c'est plutôt du bon, mais, hormis Lucky Luke, que du réalisme: Dan Cooper, Corto Maltese, Bruno Brazil, Les Aristocrates. Ça ne rigolait pas chez les Teutons.

1453. Victor Hugo - 17/10/20 00:44 - (en réponse à : suzix)
Oui, c'est ça.
Non, c'est pas ça.


1452. marcel - 17/10/20 00:31
Et le Zack n’aurait pas une couv Jeremiah par le plus grand des hasards ?
En 1974 ?... Ca ma semble complique.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio