Votre année BD 2016

Les 76 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2


76. Piet Lastar - 24/01/17 18:47 - (en réponse à : helmut)
En disant cela, tu sous-entends qu'on ne produit plus de FB. Ta comparaison est bancale.

75. suzix@bdp - 24/01/17 14:18
tiens, on parlait avec helmut de Run chez Ankama. Là y'a matière a aboutir à qqchose de culte pour certaisn car ces albums sont vraiment différents du reste de la prod passée et actuelle. Des auteurs bien identifiable avec une identité propres peuvent aussi devenir culte. Il y a eu Druillet par exemple qui produisait des BDNI! (;o). Actuellement des auteurs comme Dumontheuil, Frederic Peeters, avec qq BD marquantes pourraient le devenir.Ce qu'ont fait aussi Toulhoat & Brugeas chez Akileos est différent et a bien marché.
... Thorgal, tout au moins les 15 premiers albums sont cultes. Déjà c'est moins vieux que ceux que tu as cités au départ.

74. suzix@bdp - 24/01/17 14:09
Bloche ne sera jamais culte (et c'est un fan qui te dit cela). Trop tard. Stern, je vois pas comment en faire des caisses (jdm!), le sujet étant qd même assez limité. Nestor Burma n'a jamais pris non plus et cela ne fait vraiment pas moderne ... il reste Tyler Cross qui a un petit succès à parution, qui apporte un petit qqchose au media (surtout son auteur en fait), qui est d'une qualité correcte avec un auteur montant ...

73. TILLIERTON - 24/01/17 13:45
Ah mais je lis pas mal de choses contemporaines ,sauf que ce sont la plupart du temps des one-shots. Les seuls qui ont une chance de devenir "célèbres" et célébrés" à part des œuvres comme" Maus"ne peuvent être que des personnages de série au long court ou récurrentes. Je me dis qu'en lisant Jérôme K Jérôme Bloche, Stern(si ça continue),Holmes, Tyler Cross, Nestor Burma et bien d'autres certainement...

72. suzix@bdp - 24/01/17 12:31 - (en réponse à : tillierton)
De plus, on est rarement prophète en son pays ... pour qu'une légende naisse, il faut du temps. Parfois des évènements, des oeuvres sont très marquantes et importantes "dans l'instant" ... mais cela devient "culte" avec le temps, un peu avec la nostalgie et surtout avec le recul pour se rendre compte de l'influence.
Il y a plein d'oeuvres moyennes qui deviennent cultes car elles sont l'identité d'une époque. A ce titre, je suis persuadé que parmi les BD actuelles, peut-être même certaines décriées, certaines deviendront cultes. Pour moi, Astérix est "culte" mais pas Tintin ... ni Gaston et encore moins B&M par exemple. Par contre, les 5 premiers "passagers du vents", ça c'est culte. Tout comme les 4 premiers Quête de l'Oiseau du Temps ... même si graphiquement, avec le recul, c'est un peu fouilli ... peut-être que Lanfeust deviendra culte. Ou bien Aquablue. Ou "Seuls" ... mais pas pour toi, c'est certain!

71. helmut perchu - 24/01/17 11:54 - (en réponse à : Tillierton)
Ta question me semble un peu non sens. La BD a énormément évoluée et la série classique franco-belge n'est plus la référence. Les grands classiques d'aujourd'hui dont on parlera dans 50 ans ont d'autres formes. En bref j'ai l'impression que ça revient à se demander si aujourd'hui le cinéma connait encore de grands réalisateurs de films muets...

70. suzix@bdp - 24/01/17 11:40
tu l'as déjà ta réponse puisque tu ne cites que des BD crées il y a plus de 50 ans! ... personnellement, je m'en fous de savoir si telle ou telle BD sera culte pour les générations suivnates. Moi ce qui m'importe c'est que je trouve à lire des trucs qui me plaisent et sont cultes pour moi. La masse des autres ...

69. TILLIERTON - 24/01/17 11:37
Je me pose la question: est-ce qu'est susceptible d'apparaître aujourd'hui une BD -culte comme Tintin, Astérix, Spirou, B&M ou Lucky Luke?
L'aurions-nous sous les yeux déjà sans le savoir? alors qu'elle est la future BD d'aujourd'hui dont on parlera dans 50 ans. Existe-t-elle vraiment?

68. suzix@bdp - 23/01/17 18:24
il faudrait que Laurent, Odrade, Torp' et peut-être Daniel le confirment mais j'ai l'impression que les éditeurs acceptent des projets puis il n'y a pas pas vraiment de contrôle, la sanction arrivant avec les ventes. Peut-être que les BD dans lesquelles ils croient reçoivent un peu plus de considération notamment avec des actions promotionnelles et des efforts de mises en rayon boostées par les commerciaux ... mais j'ai pas l'impression que qq'un fasse un boulot artistique chez les éditeurs une fois le projet validé. Rien que relire les bulles ou même les planches pour éviter les boulettes. Quant à refaire scénariser des passages ou la fin, j'y crois pas du tout.
Est-ce maintenant ainsi?
Est-ce que cela se faisait dans le passé?
La baisse des tirages obligeant les éditeurs à devoir vivre de peu, il y a forcément moins d'intervenants dans la création et la production des BD.

67. froggy - 23/01/17 17:58 - (en réponse à : suzix)
Tu as raison en un certain sens, il y a bien sur quelques series qui ont du succes, hors des grands classiques qui sont toutes des reprises (ou presque). Je ne connais pas celles que tu as mentionnees mais j'ai l'impression que les editeurs de BD rechignent a en lancer de nouvelles, c'est beaucoup trop aleatoire. Quand je vois les nouveautes chez les editeurs, j'en vois peu. Il faut dire que comme il n'y a plus de prepublication dans les hebdomadaires tels que Spirou, Tintin et Pilote, il n'y a plus de reponses de la part des lecteurs desdites revues. L'avantage qu'elles avaient etait qu'elles servaient de test avant la sortie d'un album. Seules celles qui plaisaient suffisamment aux lecteurs faisaient l'objet d'un album. Maintenant, les auteurs ont immediatement un album qui vont au casse-pipe dans la grande majorite des cas. Combien avons-nous vu de ces series interrompues apres 2 ou 3 albums parce qu'elles n'ont pas remporte le succes escompte?

66. torpedo31200 - 23/01/17 14:07 - (en réponse à : helmut perchu - post # 63)
Je pense que ce n' est globalement pas pire qu' avant (même si la concurrence est devenue mondiale et que les rémunérations ont forcément baissé).

Et peut-être que ça chouine plus par le biais des réseaux sociaux (moins de contradicteurs que sur les forums).

65. suzix@bdp - 23/01/17 10:54 - (en réponse à : helmut)
Oui. Mais je pense que tu peux comprendre que bcp d'amateurs de BD ne conçoivent pas de lire des BD sur tablette.

64. helmut perchu - 23/01/17 10:28
Helmut : Tu te mélanges un peu les pinceaux là, la BD numérique ça reste de la BD.

Suzix : Non pas pour moi. Et d'ailleurs pour toi non plus puisque tu indiques bien Bd "numérique" ... pour moi c'est autre chose. C'est comme le cinéma et le home-cinema. C'est comme aller au stade et regarder le match devant Canal+. Il y a une grosse différence de perception


J'utilise le terme BD numérique uniquement quand j'ai besoin de faire le distingo (comme ici par exemple) mais sinon quand je lis une BD sur ma tablette, je lis une BD point barre.

Et pour reprendre tes exemple je veux bien que ta perception soit différente mais mais quand tu regardes un film sur ta TV, ça reste une film, quand tu regardes un match dans un bar, cela reste un match.

Et j'ajouterais que quand on parle ensemble d'une BD qu'on a lu tous les deux, le support de lecture ne fais jamais (à 3 exceptions près) de différence.

63. helmut perchu - 23/01/17 10:23 - (en réponse à : aux gens bien informés)
Cela fait des années qu'on dit que de nos jours c'est dur pour les auteurs et que seuls une minorité peuvent vivre de la BD. Mais sans minimiser le truc est-ce vraiment "pire" qu'avant ? Vu le nombre grandissant d'albums publiés par an, j'imagine qu'en pourcentage ça doit être impressionnant mais en nombre absolu ? (je sais pas si je suis très clair).

62. suzix@bdp - 23/01/17 10:21
60. helmut perchu - 23/01/17 10:18 - (en réponse à : suzix)
Tu te mélanges un peu les pinceaux là, la BD numérique ça reste de la BD.


Non pas pour moi. Et d'ailleurs pour toi non plus puisque tu indiques bien Bd "numérique" ... pour moi c'est autre chose. C'est comme le cinéma et le home-cinema. C'est comme aller au stade et regarder le match devant Canal+. Il y a une grosse différence de perception.

61. suzix@bdp - 23/01/17 10:18
32. froggy - 21/01/17 05:58
[...]
Je pense que le principe des series qui s'eternise sur plsude 20, 30, 40 albums va s'eteindre petit a petit car plus personne n'y croit. Meme moi. Et pourtant, Dieu sait si j'ai ete attache. La tendance existe deja mais se confirme, on lit des histoires racontees en un, deux, ou trois tomes parfois un peu plus, Il etait une fois en France, par exemple et puis quand c'est fini, on passe a autre chose. Des carrieres a la Morris, a la Herge, qui se sont attaches a dessiner toute leur vie les peripeties d'un seul heros sont impensables aujourd'hui. Le lancement d'un heros est devenu trop aleatoire, les editeurs veulent un retour immediat. Je ne sais pas si aujourd'hui XIII aurait survecu apres le deuxieme titre, malgre les noms de Vance et Van Hamme, il parait que cela a vraiment commence apres le troisieme.



Ben, pourtant les jeunes (notamment puisqu'on parle d'avenir) adorent les séries TV. Et le propre d'une série TV c'est bien d'implanter dans le temps un monde imaginaire, des héros et de les suivre. C'est ahurissant le nombre de séries TV en vente en DVD dans les grandes surfaces culturelles. Dans ma FNAC , il y a maintenant (depuis qq temps déjà mais cela grossit) un mur de 5 à 6 mètres de long sur 2 mètres de haut réservé aux séries TV. Et cela s'étale sur trois présentoirs pour les nouveautés et les promos. En BD, on a pas mal de séries qui fonctionnent bien. Evidemment ce ne sont plus les séries de ton enfance. Ce sont d'autres séries plus actuelles. Je n'ai pas regardé les chiffres mais un certain nombre de séries plaisent aux enfants et ado et sont connues du grand public comme "Seuls", "Lou!", "Les carnets de Cerise" et plein d'autres. Pour les adultes, Walking Dead, même si cela se vend moins depuis une dizaine de titres, c'est encore une sortie attendue. Les séries autour de "Lanfeust" font aussi un peu d'activité. Torpedo peut sans doute en parler mieux que nous. Après je ne crois pas que les ventes des B&M soient représentatives de quoi que ce soit. J'ai récemment parlé avec une amie qui m'a dit acheter systématiquement le dernier B&M pour son mec (sans doute en faisant ses courses à Carrefour). Ben ça c'est pas de la BD, c'est de la consommation. Je pense qu'il faut faire la différence entre des albums "grand public" choisis par les lecteurs et le "très grand public" choisi par les éditeurs et les enseignes.

60. helmut perchu - 23/01/17 10:18 - (en réponse à : suzix)
Tu te mélanges un peu les pinceaux là, la BD numérique ça reste de la BD.

59. suzix@bdp - 23/01/17 09:53
31. pm - 21/01/17 01:43 - (en réponse à : Suzix)
On parle avenir de la bd pas avenir des lectures de Suzix.
Moi aussi je suis certain d'avoir des bouquins à lire et à relire jusqu'à ma mort même si tout s'arrêtait, ce n'est pas du tout la question.


Pour les "simples" lecteurs gros amateurs ou épisodiques, il y aura toujours des sorties BD. Il est difficile de croire que la BD va disparaître en moins de 20/30 ans ... et encore en étant pessimiste. Mais même, si on n'est pas un professionnel du domaine (ce que tu es), je ne vois pas pourquoi on serait inquiet de quoi que ce soit. Et que peut-on y faire si les enfants et ado préfèrent leur tablette aux bouquins? Le livre n'a pas disparu, la BD papier ne disparaîtra pas non plus. Si elle devient un peu plus confidentielle parce que seuls les "vieux" lecteurs en veulent encore, je m'en moque. De toute façon je n'ai jamais lu de la BD pour socialiser dans un "club".

58. pm - 23/01/17 02:35 - (en réponse à : froggy)
Tout ce qui n'est pas one shot c'est une série, donc une histoire en deux, trois ou quatre tomes c'est une série ( Gibrat ce sont de gros succès avec des histoires en deux ou quatre tomes), tout ce que tu cites c'est une série au sens où je l'entendais.
Sinon pour un jeune talent, amener un succès durable uniquement avec des one-shot me parait vraiment très difficile car le public de la bande dessinée ne raisonne pas que le public du cinéma, l'auteur n'est pas encore l'essentiel en BD.

57. torpedo31200 - 22/01/17 23:55 - (en réponse à : Odrade - post # 38)
Le GROS souci avec ces petits tirages, c'est qu'effectivement, un auteur ne PEUT PAS en vivre.

Mais un souci pour QUI ? La bonne moitié des titres publiés sont des traductions ou rééditions. Beaucoup se foutent royalement du statut des auteurs, et les gros éditeurs en premier lieu (Ca fait pas 4 ans qu' ils réfléchissent à une réponse au changement de régime de retraite obligatoire ?).

Et de tous temps, qu' ils soient comédiens, musiciens, danseurs, peintres, dessinateurs, écrivains, 95% des artistes ne vivent pas de leurs arts. Et ça n' a pas l' air de perturber grand monde.

56. torpedo31200 - 22/01/17 23:39 - (en réponse à : Quentin - post # 43)
906 est une médiane, pas une moyenne. La moitié de leurs titres se vendent à 906 ou moins, l' autre moitié à + de 906.

Chez les gros éditeurs, je pense qu' elle doit se situer entre 2 et moins de 3000.

55. torpedo31200 - 22/01/17 23:34 - (en réponse à : posts # 45 à 54)
Les enfants et adolescents sont assez grands pour savoir ce qu' ils veulent lire. Et surtout, ils ne vont pas attendre la permission de personnes ayant 3 à 5 fois leurs âges.

54. Quentin - 22/01/17 20:11 - (en réponse à : Piet)
Oui, OK, mais alors il y a aussi une différence entre un enfant de 10 ans (ce dont je parlais) et un ado de 15 ans (ce dont froggy parlait). Tintin au Congo, tu donnes à un enfant de 10 ans, il le lit. Les pillules Blueues, tu donnes à un enfant de 10 ans, il referme le bouquin avant d'arriver à la fin. Tu donnes les 2 albums à un ado de 15 ans, il les lira tous les 2 sans problème.

53. Piet Lastar - 22/01/17 20:00
ça dépend de ce que tu entends par "lire", oui à 15 ans, les compétences en lecture doivent permettre de tout déchiffrer. Par contre la compréhension, le gout, l'intérêt... A mon avis lire Pilules Bleues, le Combat ordinaire ou Tintin au Congo à 15 ans ou à 40 ans, ce n'est pas la même chose

52. Quentin - 22/01/17 19:54 - (en réponse à : Froggy et Piet)
Donnez moi des exemples de BD qu'un ado de 15 ans ne peut pas lire, et on en rediscute.

51. TILLIERTON - 22/01/17 18:36 - (en réponse à : Ben mon colon)
Névrose obsessionnelle à composante paranoïaque : voir des cons partout

50. froggy - 22/01/17 17:53 - (en réponse à : Quentin)
Je ne sais pas quoi te repondre sur une telle affirmation. Tu dois avoir la memoire tres courte ou alors tu es devenu adulte tres tot dans ta vie ou alors ton adolescence a ete une telle periode dans ta vie que tu preferes l'oublier completement. Je ne sais pas. Mais ecrire qu'on est adulte a 15 ans signifie que tu n'as pas d'adolescents dans ton entourage et que tu ne sais pas ce qu'ils sont.

49. Victor Hugo - 22/01/17 17:29
Ou ce type n'a jamais eu 15 ans, ou il est complètement con.


(la seconde proposition me semble la plus plausible)

48. Piet Lastar - 22/01/17 17:25 - (en réponse à : quentin)
C'est archi faux !

47. Quentin - 22/01/17 17:23 - (en réponse à : froggy)
A 15 ans, on est déjà quasiment adulte. On lit tout pareil que les adultes, porno compris.

46. froggy - 22/01/17 17:17 - (en réponse à : Quentin)
Tu peux parfaitement donner Persepolis, L'arabe du futur, Chroniques de Jerusalem a un ou une adolescente de 15 ans, c'est tout a fait a leur portee. Je ne les considere pas comme des BD adultes, bien au contraire. Elles sont parfaites pour cet age. Quand j'etais adolescent, je devorais Les Frustres qui etait la premiere chose que je lisais chaque semaine dans Le Nouvel Observateur alors meme que je lisais le journal de Spirou (ami, partout, toujours!).

Je pense que les seules veritables BD adultes sont celles porno, qui ne presentent qu'un interet que tres limite en ce qui me concerne.

45. Quentin - 21/01/17 19:28 - (en réponse à : Torpedo #37)
La BD adulte est la BD pour un lectorat adulte. Tu ne donnes pas Persépolis ou l'Arabe du futur à lire à un enfant de 10 ans. Mais sinon, je veux juste attirer l'attention sur les auteurs qui arrivent à élargir le lectorat traditionnel qui ne lit normalement pas de BD. Des auteurs qui sont vendus en librairie de littérature, à côté de livres sans images. J'aurais sans doute pu rajouter Guibert à la liste avec le photographe, et sans doute quelques autres auteurs mais ils ne sont pas nombreux à être vendus comme de la litérature et pas juste comme de la BD. Ces auteurs là rendent un énorme service au 9e art. Et Sacco n'est pas intimiste ni autobiographique; il ne raconte pas sa jeunesse ni celle des autres :o)

44. froggy - 21/01/17 18:19 - (en réponse à : Philippe)
Je ne serai pas aussi categorique que toi sur le fait que pour avoir du succes en BD, il faut faire une serie. Encore que. Faut-il considerer L'arabe du futur comme une serie ou comme une meme histoire repartie sur plusieurs tomes comme le furent en leur temps Persepolis et Il etait une fois en France?

Nous vivions une periode de changement dans la BD, les recettes de ce qui en a fait le succes ne focntionnent plus ou nettement moins bien pour de tres nombreuses raisons que je ne vais pas evoquees ici. On est en train de passer a autre chose qui ressemble plus a l'edition des romans c'est a dire, il y a des auteurs a succes, parfois tres grands, plus ou moins de qualite, et de nombreux autres qui vont galerer en esperant atteindre le Graal du succes et de la reconnaissance publique leur permettant de vivre de leurs oeuvres. Ce qui fait que bien sur, il y a aura beaucoup d'appeles et peu d'elus. Et comme pour tout produit mis en vente, la question est de savoir ce qui sera mis sur les etals des marchands afin que le public ait conniassance de ce qui sort. Les libraires mettent toujours en evidence les best-sellers actuels, qu'en est-il des nouveaux et futurs potentiels?

43. Quentin - 21/01/17 18:01
Je ne suis pas si pessimiste quant à l'avenir. C'est clair qu'il va y avoir un dégraissage si les auteurs ne peuvent pas vivre de leur production. Vu la quantité qui sort chaque année, on trouvera toujours du très bon, même avec moitié moins de sorties annuellement. Ce qui est dommage, c'est qu'on laisse le marché faire la sélection de manière brutale et cruelle, au lieu d'accompagner la transition en douceur en réduisant la production de sa propre initiative.

Je pense que quand les tirages sont si petits, les prix doivent être revus à la hausse. Quand on aime, on ne regarde pas à la dépense.

Mais bons, quand je regard le catalogue Cà et Là, je n'ai qu'une douzaine de livres parmi tous ceux publiés depuis 2005. Je n'ai rien acheté chez eux en 2015 ni en 2016 et je n'ai aucune intention d'en acheter d'autres. Est-ce que l'éditeur fait bien son boulot de sélection et d'accompagnement des albums? Est-ce qu'il ne contribue pas lui aussi à la surproduction actuelle en publiant des trucs moyens (ou pire) qui n'intéressent pas grand monde? Cà et là propose beaucoup de traductions. Quel intérêt quand on peut lire le bouquin en anglais? Ils devraient peut-être être un peu plus sélectifs. Quant aux auteurs, n'oublions pas que le marché francophone n'est que du beurre dans leurs épinards. Leurs ventes principales se font ailleurs. Ils vendent donc plus que 906 albums en moyenne.

J'en profite pour recommander chaudement Annie Sullivan et Helen Keller. C'est trèèès très bien.

42. pm - 21/01/17 15:40
Ca confirme ce que je dis avec froggy, il y a un vrai problème économique concernant la Bande dessinée et les talents risquent de foutre le camp vers d'autres cieux, à moins d'avoir un énorme coup de pot avec un truc qui marche vraiment ( donc une série, forcément une série , pas frocément très longue) ou d'avoir une vocation de crève la faim, ou d'être rentier.
Bref un jeune dessinateur de talent va forcément faire autre chose. Voilà pourquoi il n'y aura plus de nouveau Franquin.

41. pm - 21/01/17 15:36
Ratier arrête car il ne reçoit quasi aucune rémunération pour ce travail de titan.
C'est un peu comme le BDM qui à mon avis arrête aussi.

40. Victor Hugo - 21/01/17 14:59
Il y a 20 ans (un peu plus même) chez Dupuis leur exemple de grosse plantade en vente c'était Louison Cresson, ils ne vendaient que 2500 ex de chaque nouveauté. En 2017 ça reste peu pour une grosse boite comme Dupuis, mais je serais curieux de savoir où se situe leur curseur maintenant.

39. Odrade - 21/01/17 14:56
Et c'est très très dommage que Gilles Ratier arrête de publier ses rapports. J'espère de tout coeur que quelqu'un va prendre le relais.


O.

38. Odrade - 21/01/17 14:55
Ado-adultes, plutôt.
Oui les tirages deviennent de moins en moins importants. Et il ne faut pas oublier que quand il y a une "connerie" comme vous dites, qui se vend bien, ça permet aussi à l'éditeur de financer des albums moins consensuels.

Le GROS souci avec ces petits tirages, c'est qu'effectivement, un auteur ne PEUT PAS en vivre.

J'attends avec impatience et inquiétude les Etats généraux de la BD à Angoulême pour plus de détails sur l'état de la profession.


O.

37. torpedo31200 - 21/01/17 14:38 - (en réponse à : Quentin - post # 33)
C' est intéressant de qualifier comme BD adultes des titres comme l' Arabe du futur, Persépolis, ou Palestine de Sacco, ou Maus. Ils racontent tous leurs enfances ou vies de jeunes adultes.
Donc la BD adulte serait une BD intimiste déjà paru il y a 15 ans en moyenne et à cours d' idées scénaristiques ?

36. torpedo31200 - 21/01/17 14:28 - (en réponse à : Mr Degryse - post # 35)
Ce n' est pas effroyable, c' est la réalité. Ca existait déjà il y a très longtemps et ça existe encore. Alors c' est vrai que les gens qui ne lisent que le rapport ACBD de Gilles Ratier peuvent oublier que les gros éditeurs ne communiquent que leurs gros tirages. Et n' ont pas intérêt à communiquer sur leurs échecs. Mais ils ont pourtant des ventes nettement inférieures à 906.

Et puis c' est déjà beaucoup. Imaginer un acte d' achat répété 906 fois dans un univers où il sort 5000 BD (hors auto-diffusion) et 60 à 80 000 bouquins/an.

35. Mr Degryse - 21/01/17 12:02
Purée c'est effroyable de si petites ventes....... Je ne sais pas comment un éditeur et surtout un auteur peuvent si retrouver

34. torpedo31200 - 21/01/17 11:31
Edito intéressant sur le blog de Cà & Là.
http://infoscaetla.over-blog.com/2017/01/bilan-2016-une-annee-compliquee.html

Avec enfin l' arrivée des médianes dans le monde économique des petits éditeurs.

33. Quentin - 21/01/17 07:38
Quand on était petit, il n'y avait pas de tablette ni de playstation. Il n'y a que 24H dans une journée, et le temps consacré aux loisirs est limité. Aujourd'hui, la part du lion ne va plus à la TV ou aux BD, mais aux jeux vidéos ou en ligne. Pour mes enfants, les BD c'est le truc qu'on lit avant d'aller dormir, pas qqch qu'on lit de sa propre initiative parce qu'on aime.

Le renouveau de la BD n'arrivera jamais des reprises des vieilles séries de notre jeunesse. Je suis d'ailleurs fort heureux que les tirages se cassent la gueule, comme froggy laisse l'entendre. Qu'elles crèvent, c'est tout ce que je leur souhaite pour la santé du secteur et pour que la BD se renouvelle.

Le renouveau de la BD est en train de se faire dans les BD adultes avec des livres comme l'arabe du futur, Persépolis, ou Palestine de Sacco, ou Mauss, qui arrivent à toucher un lectorat adulte beaucoup plus large qu'avant. Des lecteurs qui n'en n'ont rien à foutre d'Alix, Tintin, les Tuniques Bleues, mais qui sont prêt à lire qqch d'intelligent et instructif. Chez les ados, le renouveau vient de gens comme Vives, qui arrivent à trouver un bon mélange entre manga, comics et BD franco-belge. Ca parle plus aux jeunes d'aujourd'hui que Tintin en tout cas. C'est KSTR qu'il faut suivre. Chez les plus jeunes, je ne sais pas bien. Les livres illustrés jeunesses ont l'air de très bien se porter en tout cas. Les parents achètent sans regarder le prix. Mais il n'y a pas beaucoup de bonnes nouvelles BD dans ce créneau, à part les vieux machins (Schtroumpfs et compagnie)

32. froggy - 21/01/17 05:58
Ne me faites pas drie ce que je n'ai pas dit, je ne pense pas que la BD mourra ou en tout cas pas de mon vivant. Je me pose la question de savoir a quoi pensent les editeurs, aussi bien chez les gros que chez les petits. Ils rament comme des malades pour vendre leurs livres mais avec la saturation d'offres et toutes les solicitations que nous avons pour nous distraire, on ne sait plus quoi choisir, ce qui est formidable. Je suis persuade qu'il va y avoir un serieux ecremage un de ces jours chez les editeurs. Je prends pour exemple les Humanos qui survivent tant bien que mal depuis que Jodorowsky les a quitte et que Moebius nous a quitte. Ils font des reeditions en veux-tu, en voila de leur auteur vedette. Et c'est tout.

Casterman reedite une fois par an les Corto Maltese avec une couverture differente a chaque fois. Pour combien de temps encore?

Et puis, comme j'en ai fait la remarque dans une des mes chroniques, les derniers Ric Hochet (celui de Zidrou/Van Liemt) et Blake et Mortimer (celui de Sente/Juillard) auraient pu s'appeler differemment, ils auraient ete tout aussi bons mais ne se seraient pas vendus autant car les noms de series sont devenues des marques au meme titre que Disney nous vend un Star Wars meme si cela a peu a voir avec l'original. Je pense que le principe des series qui s'eternise sur plsude 20, 30, 40 albums va s'eteindre petit a petit car plus personne n'y croit. Meme moi. Et pourtant, Dieu sait si j'ai ete attache. La tendance existe deja mais se confirme, on lit des histoires racontees en un, deux, ou trois tomes parfois un peu plus, Il etait une fois en France, par exemple et puis quand c'est fini, on passe a autre chose. Des carrieres a la Morris, a la Herge, qui se sont attaches a dessiner toute leur vie les peripeties d'un seul heros sont impensables aujourd'hui. Le lancement d'un heros est devenu trop aleatoire, les editeurs veulent un retour immediat. Je ne sais pas si aujourd'hui XIII aurait survecu apres le deuxieme titre, malgre les noms de Vance et Van Hamme, il parait que cela a vraiment commence apres le troisieme.

31. pm - 21/01/17 01:43 - (en réponse à : Suzix)
On parle avenir de la bd pas avenir des lectures de Suzix.
Moi aussi je suis certain d'avoir des bouquins à lire et à relire jusqu'à ma mort même si tout s'arrêtait, ce n'est pas du tout la question.

30. Suzix@bdp - 21/01/17 01:37
Je ne suis pas inquiet pour l'avenir de la BD. En fait je m'en fous de savoir si les nouvelles générations lisent plus ou moins et quoi. Même si la BD déclinait fortement je pense que je trouverai qd même assez de nouveautés pour donner un peu de sel à mes lectures. Mais même si dans 20 ans plus rien de valable selon mes envies paraissaient, il reste encore toutes les anciens albums que je n'ai pas eu le loisir de lire. Et au bout du bout même si les BD elles-mêmes devenaient introuvables, j'aurai encore des années de lecture chez moi! A ce jour j'ai dans les 2200 albums soit 6 ans de lecture à raison d'une BD par jour ! Alors non j'ai pas peur du déclin de la BD ... d'autant que je n'y crois pas. Elle est justement florissante . Il n'y a jamais eu autant de nouveautés et de styles. Les BD dont tu listes les baisses des tirages on s'accorde presque tous à dire que c'est pas terrible. De plus entre les tirages, le ventes et les nouvelles politiques éditoriales il devient peut-être hasardeux de comparer.

29. pm - 21/01/17 01:25 - (en réponse à : froggy)
Quand nous étions gamins en dehors de la Bd il y avait quelques feuilletons télévisés genre Zorro mais même le cinéma ne s'occupaient pas tellement de nous ( un Walt Disney annuel plutôt axé très petite enfance ).
Maintenant il y vraiment énormément de choses, cinéma, séries, jeux vidéos, romans genre Harry Potter etc. La Bd fait vite cheap à coté et si elle n'est pas toujours d'une très grande qualité c'est que les talents vont souvent ailleurs. Je pense qu'un Goscinny ne ferait pas de bande dessinée aujourd'hui et qu'il est à peu près impossible d'avoir un nouveau Franquin.
Je ne sais pas du tout quel sera l'avenir de la bande dessinée, je ne la vois pas mourir non plus, mais il est certain qu'on n'est pas dans un âge d'or et qu'économiquement ce n'est quasiment pas viable pour un auteur hormis quelques uns. Combien vivent à peu près décemment de leur art ( uniquement la partie bande dessinée ), c'est à dire avec au moins 2000 euros par mois en moyenne ? Sans doute guère plus d'une centaine j'imagine.

28. froggy - 21/01/17 00:56
Je reviens sur l'annee derniere. je viens de lire quelques extraits du rapport annuel redige par Gilles Ratier (a propos, cela sera le dernier).

La section qui m'interesse le plus est la part des reeditions chez chaque editeur et les tirages et leur evolution. Je ne suis pas un professionnel de l'edition, je considere que ce sont de bons indicateurs de l'etat de sante du marche de la BD.

D'une maniere generale, je suis plutot pessimiste pour l'avenir de la BD telle que nous la connaissons aujourd'hui et que nous avons connu. Il me semble qu'il n'y a pas de renouvellement du lectorat comme cela fut le cas precedemment. Bien sur, il y a de jeunes consommateurs dont certains sont accros. Mais est-ce qu'il y en a autant qu'il y en eut dans la generation precedente? Et qu'achetent-ils? Des mangas? Des comics? Du FB? Un peu? Beaucoup? Le nombre d'albums qui sort par an est toujours aussi enorme mais parmi tous ces albums, lesquels se vendent bien? Quel est maintenant le seuil de rentabilite pour un album? Il y a 30 ans, il parait que chez Dupuis, il etait a 12.000 exemplaires selon ce que j'avais lu. Il semblerait maintenant qu'il est nettement moins. Est-ce que cela signifie que le nombre de tirage moyen par albums a diminue? Est-ce pour cela que de nombreux d'auteurs de BD doivent avoir un second emploi si ils veulent vivre avant que leur carriere ne decolle? Ce sont beaucoup de questions que je me pose sur mon medium prefere.

Dans le rapport 2016, je constate que la part de sreeditions a beaucoup augmente chez de nombreux editeurs, le moindre n'etant pas Dupuis puisqu'en fait, l'editeur qui fut la locomotive de l'edition en termes de qualite et de quantite (Asterix et Tintin sont des epiphenomenes chez leur editeur respectif) a reedite plus d'albums l'annee derniere qu'il en a edite de nouveaux, son taux de reedition est de 58%, chez Dargaud 35%. Je comprends que les editeurs veulent reediter leur patrimoine mais qu'en est-il de celui de demain? Ce patrimoine n'est pas infini et le jour ou il sera totalement exploite, que vont-ils faire? Le patrimoine de demain se fait aujourd'hui. Je suis ravi de voir que de nombreuses BD (celles qui m'ont fait tomber dans la marmite de la BD) soient toujours disponibles au public sous la forme d'integrale accompagnee de dossiers mais cela ne devrait pas se faire au detriment de la creation. Je me souviens que dans les annees 80 et 90, j'etais un gros acheteur d'albums Dupuis. A un momne , ils devaient bien representer un bon tiers de ma collection. Cela n'est plus le cas de nos jours, ainsi l'annee derniere je n'en ai achete que 9 dont 2 reeditions sur les 124 albums qu'ils ont publie. Pas beaucoup. Je ne sais pas si cet exemple est representatif pour tout le monde mais il l'est chez moi. Quant au Lombard, leur taux de reedition est de 26.5% et chez Dargaud, il est de 35%. Je trouve que c'est beaucoup.

Cote tirage, je suis evidemment content que L'arabe du futur soit un best-seller, cependant, selon un article du Monde, l'ouvrage est acquis par tout le monde tel un roman ou un essai et pas seulement par des lecteurs de BD. Est-ce que cela va attirer de nouveaux lecteurs tel qu'Asterix le fit en son temps dans les annees 60? Le probleme est que Sattouf n'est pas aussi consensuel que Goscinny et qu'il n'a pas une once du talent graphique d'Uderzo. L'arabe du futur est en quatrieme position derriere le Lucky Luke, Le Blake et Mortimer et Lou (la serie de Glenat que je ne connais pas).

Ce que je considere comme tres bizarre est l'evolution des tirages des series de 2000 a 2016 selon le tableau obligeammen tcompose par Gilles Ratier. Certains chiffres sont stupefiants. Ainsi Alix est passe de 150.000 exemplaires a 60.000; Boule et Bill, de 500K a 120K; Buck Danny, de 102 a 50; Lady S. (une serie recente pourtant), de 130 a 57; Le chant des Stryges (vous en parlez regulierement ici meme, je ne connais pas), de 60 a 22; Lefranc, de 100 a 44; Leonard, de 130 a 40; Les femmes en blanc, de 100 a 24; Les schtroumpfs, de 220 a 105; Les Tuniques Bleues. de 190 a 110; Spirou et Fantasio, de 250 a 70; Tanguy et Laverdure, de 70 a 30; XIII, de 620 a 200 et XIII Mystery de 253 a 95. Certaines series conservent le meme niveau de tirage; De cape et de crocs, Game over, Les aigles de Rome, Walking dead. Et puis finalement, il y a heureusement ceux qui voient leur tirage grimper, L'arabe du futur, Lou, Seuls. Qu'est ce que cela signifie?

Je pense qu'il y a bien correlation entre la baisse de tirage de quasiment toutes les grandes series classiques de la BD FB, le fait que ce sont toutes des reprises et que ce ne sont pas les jeunes qui achetent ces albums, l'exception me semble Asterix qui est toujours intergenerationnel, et Tintin ne me semble plus l'etre comme il le fut. Si j'etais l'editeur de ces series, je me poserais de serieuses questions. Ou alors, les tirages sont encore tels que cela continue a faire de l'argent. Cependant, si le monde de l'edition est un secteur economique d'un genre un peu particulier, est-ce que cela justifie de continuer des series dont le tirage a chute de 75% comme c'est le cas pour Les Femmes en Blanc? Il est evident qu'il y a evidemment un aspect qualitatif dans tout ca, c'est moins bien qu'avant. Moi-meme, j'ai arrete d'acheter de nombreuses series pour cette unique raison.

Entre la chute des tirages et l'augmentation du nombre des reeditions au detriment de la creation pure (et je ne parle pas de la reprise de series), je me demande sincerement ou va le marche de la BD. A moins de faire comme l'editeur des Blagues de Toto dont le tirage est passe de 60.000 exemplaires en 2004 a 110.000 l'annee derniere. Qui edite cette connerie?

27. totom - 04/01/17 20:43
La série top actuelle est évidemment Les chasseurs d'ecumes chez Glenat, avec un deuxième cycle qui est très bon
Un ton au dessus de Medee qui est pourtant très bon aussi



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio