Les romans adaptés en BD

Les 118 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3


118. LienRag - 31/03/22 23:15
Je viens de lire "How I live now", j'ai cru comprendre que le roman était écrit à la première personne ?
C'est donc complètement idiot de vouloir adapter ça en BD...

Dommage, car si certains passages (et notamment l'héroïne) sont réussis, le contexte ne passe pas du tout.
Je n'ai pas lu le roman mais je peux imaginer comment une guerre décrite par une gamine de 15 ans peut paraître à la fois floue et crédible, personne ne s'attendant à ce qu'une enfant comprenne tous les tenants et aboutissants d'évènements qui arrivent pour certains à des milliers de kilomètres de là.

Mais quand ce n'est plus raconté mais dessiné, que l'on a donc une vision objective d'au moins une partie de la situation, la totale absence de réflexion sur à quoi peut ressembler une guerre en Occident de nos jours saute vraiment aux yeux.

Ce qui transforme un récit intimiste en une vague dénonciation gloubi-boulguesque de la guerre qu'est vraiment pas bien, ma bonne dame !

Wazem avec l'excellent "Bretagne" avait su porter un discours antimilitariste général et puissant, mais justement parce qu'il l'avait inscrit dans une guerre précise dont il a parfaitement restitué l'ambiance...

117. LienRag - 11/08/21 11:24
Bon, le jeu de mot sur "ancien astronaute" était bon et je ne l'avais pas vu venir, mais sérieusement sur le Château des Millions d'Années ?

116. froggy - 10/08/21 04:29
Desole Bertrand, $6,000,000 de 1973, annee de la premiere saison de la serie, font 31,291,852.49 Euro aujourd'hui.

J'avoue, j'ai google. lol

115. Bert74 - 09/08/21 18:17
114. froggy - 05/08/21 23:09 - (en réponse à : Lien Rag)
L'homme qui valait 3 milliards.

Mais avec l'inflation, il doit couter plus cher maintenant.


Bah c'était des dollars convertis en ancien francs à l'époque. Du coup, aujourd'hui, tu pourrais te le payer pour un peu plus de 25 M€...

114. froggy - 05/08/21 23:09 - (en réponse à : Lien Rag)
L'homme qui valait 3 milliards.

Mais avec l'inflation, il doit couter plus cher maintenant.

113. LienRag - 05/08/21 21:26
Je viens de lire "le château des millions d'années" (en tous cas le premier tome) et c'est nul à chier...

La tétralogie romanesque vaut quelque chose ou c'est aussi débile ?

D'ailleurs (SPOILER) à part "Vol 714 pour Sydney" il y a des histoires d'anciens astronautes qui ne sont pas complètement débiles ?

112. Lien Rag - 13/08/16 12:53
Lire "Portrait de femmes avec tueur" de Katou avec Andréa Japp m'a fait prendre conscience d'un autre avantage non négligeable d'une adaptation en BD (même si ici comme je m'en suis rendu compte après coup, ce n'est pas une adaptation mais un scénario original): cela permet de ne pas avoir à lire Andréa Japp par la suite!
Et qui plus est, sans que la BD soit mauvaise, double bonus!

111. Léon le Wacky - 19/06/16 12:02
L'adaptation des nouvelles d'Edgar Poe par Horacio Lalia n'était cependant pas mal, j'ai envie de la relire cet été.

110. Lien Rag - 18/06/16 23:59
Une adaptation vraiment foirée est "Macabre" de Pedro Rodriguez...

Pourtant le dessin est correct, et la narration plutôt réussie.

Mais l'idée d'adapter des nouvelles classiques de la littérature fantastique du XIX° est complètement idiote!

C'est l'ambiance créée par le texte qui fait la qualité de ces classiques, bien plus que la trame de leur récit, le plus souvent téléphonée.

La seule qui m'aie fait sursauter est celle avec l'enfant roux, car si l'histoire est plus que prévisible, un de ses détours ne l'est pas.

Et, mais c'est subjectif, la plus mauvaise pour moi qui l'ai lue en version originale est le Vampire de Polidori.
La nouvelle écrite est vraiment glaçante, et comme elle est relativement courte, la longueur et l'ampoulation du style de l'époque est plus une curiosité sympathique qu'une gêne.
Le personnage de Lord Ruthwen devient de plus en plus impressionnant dans la nouvelle (et - SPOILER - l'idée d'un vampire doté de peu de superpouvoirs et d'une soif de sang très limitée, et qui par conséquent n'est pas contraint à la cruauté par une animalité surpuissante mais est livré à sa propre morale dont il porte seul la responsabilité des dérives, me paraît géniale et bien plus terrifiante que les Dracula ou Nosferatu qui l'ont suivi - fin SPOILER), ce que bien évidemment le dessin ne peut rendre et est donc en décalage avec le récitatif.

109. longshot - 29/04/16 16:48
Tiens, je viens de terminer ce que j'avais cru en la commençant être une première lecture de La Gloire de mon père, mais il a fallu me rendre à l'évidence : si même les passages qui ont été écartés des films m'étaient si familiers, c'est bien que j'avais dû lire le livre. Et pourtant je n'ai aucun souvenir de l'avoir fait. Curieux, non ?

108. Lien Rag - 25/04/16 23:49 - (en réponse à : froggy)
Qu'est-ce que l'adaptation en BD apporte par rapport au livre?
C'est effectivement une excellente question, je te remercie de l'avoir posée...

Mais de un, il est assez difficile d'y répondre, et de deux c'est une question que l'on peut poser finalement à presque n'importe quelle BD (certes, pas Maus ou MAM): pourquoi en BD et pas dans un autre format?

Concrètement, la réponse la plus évidente est que cela m'a permis de la lire; j'ai lu la trilogie de l'enfance il y a longtemps (je ne me souviens pas avoir lu le quatrième tome posthume: je me suis arrêté au volume où il raconte comment il a passé le bac, avec la fameuse scène de son ami qui pour l'anglais ne prépare que sa description d'un coucher de soleil; cela correspond au 3 ou au 4?) et même si je l'ai appréciée il n'était pas dans mon intention de la relire pour l'instant.

Le mieux que je pourrais dire ensuite est que cela m'a transmis d'autres émotions que le roman; parfois plus faibles ou plus limitées (la scène où la bonne sort des toilettes par exemple est terne dans la BD, excellente dans le roman; même la Gloire de son Père en elle-même est bien plus forte émotionnellement dans le roman), parfois au moins complémentaires (la grandeur des paysages je dirais, et pourtant j'ai passé certains été de ma jeunesse pas très loin).

107. suzix@bdp - 09/02/16 12:04
103. longshot - 09/02/16 10:15
@ froggy : Pagnol, j'ai un vague souvenir d'avoir lu le Château de mon père (faudra qu'un jour je prenne le temps de les lire ou relire pour de bon), mais les films d'Yves Robert, je les ai vus plusieurs fois. Et je me dis que les bouquins, pour qui n'a jamais visité la région, entendu les cigales, parcouru les collines, sans parler de l'accent, ça doit perdre vachement de pittoresque non ? Les films et les BD dans une moindre mesure doivent compenser ces aspects.




Les bouquins comme les films sont chantants et "illustratifs". Pas besoin de connaître la Provence pour être transporté.
Je rajouterais que lire le roman avec l'accent de la voix-off en tête est un must. Pour le coup, le film a "boosté" les lectures que j'ai faites ultérieurement.

106. suzix@bdp - 09/02/16 12:00
102. froggy - 09/02/16 01:00 - (en réponse à : Lien rag)
On en avait deja parle avec suzix et pm ailleurs et je suis comme pm, je ne suis pas pour l'adapation en BD de chefs d'oeuvre de la litterature. [...]

D'ou ma question, qu'est-ce que la BD apporte en plus aux romans? Je les considere comme se suffisant a eux-memes. Ainsi, je trouve les 2 films d'Yves Robert bien mais ils ne sont qu'une mise en image un peu plate du texte qui est bien dit en voix off par la voix chantante de Jean-Pierre Darras. J'ai peur que la BD ne leur ressemble, beaucoup du texte original tout simplement illustre.




ah! Alors si tu n'as pas apprécié autant que cela les films, la BD ne devrait pas te combler non plus. Je place qd même les films devant la BD.

105. suzix@bdp - 09/02/16 11:57
101. Lien Rag - 08/02/16 22:59
J'ai emprunté La Gloire de Mon Père à la médiathèque, et ai été surpris d'apprécier à ce point l'adaptation...
Il est vrai que je n'avais pas relu le roman depuis l'enfance, mais l'ambiance pagnolesque me paraît largement respectée, sans que ce ne soit pourtant une caricature.
Les textes sont de Pagnol, le dessin est réussi et entre en complète harmonie avec le reste; et j'ai beaucoup apprécié que pour une fois les enfants ne soient pas présentés avec anachronisme.


Je confirme que cet album est assez fidèle au bouquin que j'ai relu au moins deux fois à mes gosses ces dernières années. De plus on a les DVD à la maison et on adore également. Bref, j'ai aimé cet album. Faudrait retrouver mon post à ce sujet.

104. longshot - 09/02/16 10:15
* je confondaiS. Grr.

103. longshot - 09/02/16 10:15
@ froggy : Pagnol, j'ai un vague souvenir d'avoir lu le Château de mon père (faudra qu'un jour je prenne le temps de les lire ou relire pour de bon), mais les films d'Yves Robert, je les ai vus plusieurs fois. Et je me dis que les bouquins, pour qui n'a jamais visité la région, entendu les cigales, parcouru les collines, sans parler de l'accent, ça doit perdre vachement de pittoresque non ? Les films et les BD dans une moindre mesure doivent compenser ces aspects.

(D'ailleurs il me semble bien que les romans sont... Ah, non, vérification faite, je confondait avec L'Eau des collines, dont les romans sont adaptés du film Manon des Sources de Pagnol, et non l'inverse.)

@ lien : qu'est-ce que tu veux dire par anachronisme, pour les enfants ?

102. froggy - 09/02/16 01:00 - (en réponse à : Lien rag)
On en avait deja parle avec suzix et pm ailleurs et je suis comme pm, je ne suis pas pour l'adapation en BD de chefs d'oeuvre de la litterature. Meme si les souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol n'entrent pas tout a fait dans cette categorie, je considere les 3 romans (je mets deliberement a part le quatrieme tome, Le Temps des Amours reste inacheve) qui les composent parmi les meilleurs livres que j'ai jamais lus.

D'ou ma question, qu'est-ce que la BD apporte en plus aux romans? Je les considere comme se suffisant a eux-memes. Ainsi, je trouve les 2 films d'Yves Robert bien mais ils ne sont qu'une mise en image un peu plate du texte qui est bien dit en voix off par la voix chantante de Jean-Pierre Darras. J'ai peur que la BD ne leur ressemble, beaucoup du texte original tout simplement illustre.

101. Lien Rag - 08/02/16 22:59
J'ai emprunté La Gloire de Mon Père à la médiathèque, et ai été surpris d'apprécier à ce point l'adaptation...
Il est vrai que je n'avais pas relu le roman depuis l'enfance, mais l'ambiance pagnolesque me paraît largement respectée, sans que ce ne soit pourtant une caricature.
Les textes sont de Pagnol, le dessin est réussi et entre en complète harmonie avec le reste; et j'ai beaucoup apprécié que pour une fois les enfants ne soient pas présentés avec anachronisme.

100. marcel - 22/10/14 18:44
Yatta.

Non, mais en fait, je voulais dire que la philo, c'etait quand meme plus varie.
Apres, moi, j'ai plutot souvenir d'un panel d'auteurs plus large, je me souviens de Marx ou Freud, Aristote ou Nietzsche, Pascal ou Machiavel. Non, la, pour le coup, j'ai eu plus de chance.

99. Léon le Wacky - 22/10/14 18:37
Le pied, c'est Epicure ! Le plus mal compris des philosophes antiques.

98. Kikôm - 22/10/14 18:04
Bah oui mais non, moi la philo ça me prenait pas le chou, au contraire. C'était pas "marqué dessus", je trouvais le principe hyper excitant, un paysage entier que je découvrais dans mon cerveau. Mais tout ce qui faisait envie on y avait pas droit, ce qui pétait un peu quoi, je sais pas, Nietzsche, Lucrèce ou Lao Tseu, mais nan fallait qu'on bouffe de l'impératif catégorique, qu'on se tape Bergson, Saint Augustin et l'idéalisme allemand, comme pour être sûr qu'à l'avenir on ne prendrai jamais le risque de s'approcher à moins de 20 mètres du rayon philo de la moindre librairie.

97. pierrecédric - 22/10/14 17:52
Tiens, ça me fait penser que je me demande si j'ai encore le livre "Le horla".

96. marcel - 22/10/14 17:48
Je garde une assez mauvais souvenir de l'Ecume des jours justement, mais je crois qu'en 5ème c'était un peu prématuré et juste glauque.

Ah oui mais non mais a 11 ou 12 ans, c'est sur, c'est un peu tot...

Le pire restant évidemment les tartines d'extraits de Kant ou de Hegel qui te faisait envisager la pendaison comme un truc joyeux

Oui mais la c'est plus le francais, c'est la philo, non ?...
La philo, a la limite, ca m'a pas derange parce que "c'est marque dessus", tu sais que c'est des textes compliques ou tu te prends le chou. Pis la, au moins, c'est des textes courts, d'auteurs de plein d'epoques et de pays differents. Ca, pour le coup, c'est formateur.

95. Kikôm - 22/10/14 17:34
Perso c'était du moite-moite.
J'ai bouffé de la poussière par pelletées entières, et on m'a aussi filé des trucs assez funkys, même s'ils n'en avaient pas toujours l'air là comme ça, du genre "le Supplément au voyage de Bougainvile" de Diderot, qui à l'air rébarbatif comme ça, mais qui est en fait assez cool pour un gamin de 16ans, à savoir que ça parle de moeurs et de cul. Sophocle c'était cool, et Rimbaud grave la classe.

Je garde une assez mauvais souvenir de l'Ecume des jours justement, mais je crois qu'en 5ème c'était un peu prématuré et juste glauque. De Breton, avec son col de chemise bien serré et ses fantasmes chelous.
Le pire restant évidemment les tartines d'extraits de Kant ou de Hegel qui te faisait envisager la pendaison comme un truc joyeux, et surtout SURTOUT cette enflure plâtreuse de Zola et ses putains de Rougon Macquart, torture ultime et indépassable.

94. Mr Degryse - 22/10/14 17:10 - (en réponse à : Marcel)
Chanson Bernard Pivot de Pierre Perret



J´ai eu envie de faire en m´amusant
Une petite chanson
A propos d´un monsieur qui vient souvent
Dans notre maison
Il s´agit pas du facteur du plombier
D´un représentant casse-pieds
Il rend intelligent même les plus sots
C´est Bernard Pivot.

Un homme illustre disait des Français
Ce sont tous des veaux
On a depuis fait de nombreux essais
Pour changer de peau
Mais c´est pas avec le loto ou Dallas
Que nos cellules se décrassent
Un homme est venu rehausser le niveau
C´est Bernard Pivot

La ménagère qui n´avait lu avant
Que la recette du cake
Apprit bouleversée que Chateaubriand
N´était pas qu´un steak
Son époux n´ayant lu que des cantates
Sur les boîtes de camembert
Se mit soudain à citer Roland Barthes
Nietzsche et La Bruyère

Le vendredi les français rentrent chez eux
Bâclant leur dîner
Quelques sardines un yaourt ou des œufs
Devant la télé
Où la nourriture audiovisuelle
Sera dabord spirituelle
Car un seul homme à ce moment prévaut
C´est Bernard Pivot

Car le soir de diffusion d´Apostrophes
Plus un chat dehors
Pour les prolos commerçants philosophes
L´émission d´abord
Et même ceux qui font l´amour sur la table
Arrêtent leurs ébats coupables
Ils prennent le pied en regardant le show
De Bernard Pivot

On se souvient du valeureux Hercule
Et de ses travaux
Roland mourut ignorant le recul
Au col de Roncevaux
De Charlemagne qui s´est entêté
A nous faire faire des dictées
On a aujourd´hui le petit nouveau
C´est Bernard Pivot

Car c´est un art que de faire jacter
Un auteur timide
De couper çui qui veut pas s´arrêter
Ou qui prend le bide
Est-ce que le talent qui émoustille son cerveau
Vient du beaujolais nouveau
Je laisse encore une fois le dernier mot
A Bernard Pivot

93. marcel - 22/10/14 16:46
A vous lire, j'ai vraiment eu des profs de francais de merde toute ma scolarite. Ils n'etaient pas ininteressants, et je n'etais pas mauvais, mais point de vue litterature, c'etait nul.
En revanche, j'ai quasiment toujours eu d'excellents profs d'anglais. Et en italien, ca dependait des annees, mais on a quand meme fait Le nom de la rose, c'est quand meme autre chose !
Et puis, meme si c'est bien et assez abordable, etait-on vraiment oblige, sur 3 bouquins par annee (un par trimestre), d'avoir obligatoirement un Moliere par an ! C'est tres bien, hein (c'est meme de loin le mieux de ce qu'on m'a propose) mais, bon, y a d'autres auteurs de theatre francais, quand meme.

Du coup, comme mes parents n'etaient pas des lecteurs, et ne me guidaient donc pas, je me suis fait ma (tres parcellaire) culture litteraire tout seul. C'est quand meme dingue que je me sois mis a lire il y a presque 25 ans le dernier prix Nobel de litterature parce que je l'avais vu de nombreuses fois chez Pivot, alors qu'on n'avait jamais prononce son nom en cours (pas plus que ceux de Tahar Ben Jelloun, Francoise Sagan ou Jean d'Ormesson, pour citer des noms au pif).
A l'ecole, la litterature, c'etait un vieux machin mort fige dans le temps, sans aucun rapport avec le present.
Au fond, Apostrophes a plus fait pour ma culture litteraire que 7 ans de cours de francais. D'ailleurs, si vous avez l'occasion de voir le spectacle de Pivot seul en scene (Souvenirs d'un gratteur de tetes), courrez-y, c'est epatant.

92. Achab - 22/10/14 16:22
+1 marcel.

D'une manière générale, je reprocherais à l'enseignement littéraire du secondaire de se préoccuper plus des auteurs que des lecteurs.
On veut à tout prix donner aux élèves une connaissance littéraire élitiste pour laquelle ils ne sont certainement pas assez murs plutôt qu'essayer de leur faire aussi découvrir le plaisir de lire.
Mais ma bonne Dame, sans cela, ils se pourrait qu'ils lisent quelque chose qui leur parle, au risque - ohlala, c'est grave - que ce ne soit ni un sujet sérieux, ni un auteur du Panthéon...

91. longshot - 22/10/14 16:19
Oui, j'ai hésité sur le mot. Il me semble qu'il apparaissait sur la couverture des manuels, mais...

Dans l'ensemble, j'ai de plutôt bons souvenirs de ces cours, et à l'époque je ne me rappelle pas avoir été choqué par la quasi absence d'auteurs étrangers. Même si je me rappelle ma surprise en découvrant au hasard du manuel, en classe troisième, une page de 1984. Devait y avoir une séquence sur la SF. Mais c'est vrai qu'elle était bien seule entre les Mémoires d'outre-tombe et les Confessions... (Les Confessions... Le hasard des programmes et des profs a fait que j'ai dû les lire deux fois... Avec le recul, je peux dire que ça m'a marqué — comme un avant-goût de télé-réalité ? Mais je ne peux pas dire que j'ai beaucoup apprécié.) Mais à côté de ça, Le Cid, Candide ou La Guerre de Troie n'aura pas lieu, c'était quand même chouette.

Quant aux cours de langues, fallait tomber sur le bon prof pour avoir de la littérature. J'ai eu ainsi un très bon prof d'espagnol au lycée. Mais le plus souvent, même passé les saynètes niaises des petites classes, c'était surtout axé culture pop et société, voire people. Pas non plus ma tasse de thé. Faut dire qu'à l'époque, il était plus difficile qu'aujourd'hui de trouver des ressources en... en étranger. Je doute cependant que ça ait beaucoup changé.

90. Mr Degryse - 22/10/14 15:57
Mes profs de français m'ont fait découvrir de trucs en lecture jusqu'en 3 ème. Après c'est les œuvres au programme du bac et même si je suis content d'avoir lu des livres que certainement je n'aurais jamais regardé dans ma vie, je peux comprendre que des camarades n'aimant peu lire aient été dégoutés à vie.

Je dois à ma prof de français de 5 ème d'avoir découvert Orwell, Huxley, Matheson , Les dames du Lac et énormément de romans Arthuriens

89. marcel - 22/10/14 15:51
À l'école les cours de littérature sont très franco-centrés
Parce que justement, ce ne sont pas des cours de litterature, mais des cours de francais. Meme une excellente traduction (Poe par Baudelaire) ne trouve pas grace aupres de ceux qui composent les programmes. Si c'etait des cours de litterature (c'est-a-dire qui parle de contenu, et pas de grammaire), on pourrait avoir un petit tour d'horizon de la litterature mondiale. La, non, si tu veux entendre parler d'auteurs anglo-saxons, il faut faire appel aux cours d'anglais.

Oui, j'en veux au systeme d'education sur cette partie-la, qui m'a frustre de lecture pendant longtemps. Je lisais peu (de livres) parce que j'avais toujours ce putain de bouquin a lire pour l'ecole qui trainait sur ma table de chevet (et au final, je ne le lisais jamais), et du coup, j'attendais l'ete pour lire des trucs qui me faisaient envie.
Je n'ai jamais autant lu et decouvert de trucs formidables (Boris Vian, Umberto Eco, Jorge Luis Borges, Paul Auster...) que l'annee qui a suivi le bac de francais, c'est-a-dire quand je n'avais plus de contrainte. Une vraie boulimie.
Avant ca, ce qu'on nous donnait a voir de la litterature, c'est des trucs poussiereux, souvent dans une langue incomprehensible pour un jeune, et avec des thematiques qui ne parlent pas a des ados. Franchement, j'ai pas ete souvent d'accord avec Sarkozy, mais La princesse de Cleves, ca devrait etre interdit par la convention de Geneve, tellement c'est de la torture.
Il m'a fallu attendre le derniere annee pour avoir enfin un auteur du 20eme siecle ! C'etait L'ecume des jours, et c'etait quand meme vachement plus abordable.
Mais je sais que depuis, le panel des auteurs proposes s'est elargi. Bon, j'espere qu'ils sont pas alles jusqu'a Marc Levi ou Harry Potter, faut pas exagerer, hein.

88. pierrecédric - 22/10/14 14:56
Ah, ça c'est un très bon exemple de couleurs superbes misent en télé, au moins c'est ni flashy ni vraiment trop homogène.
Quelle horreur quand la couleur est trop homogène.

87. longshot - 22/10/14 14:37
Oui, il est mentionné sur la page Wikipédia. Étonnant, le nombre d'adaptations. Enfin, pas tant que ça : c'est vraiment un classique ! Et maintenant que j'y repense, c'était assez courant de faire des adaptations / hommages / clins d'œils dans les dessins animés ou BD... Je pense aussi à Tom et Jerry... C'était plus facile pour moi de repérer des références comme Les Trois mousquetaires, bien sûr. À l'école les cours de littérature sont très franco-centrés, et on n'étudie finalement guère les classiques étrangers. C'est dommage, parce qu'en l'occurrence j'ai passé un très bon moment.

86. marcel - 21/10/14 14:12
C'etait bien un dessin anime...


85. marcel - 21/10/14 10:03
Il y avait d'ailleurs eu une adaptation en BD (mais je crois qu'a la base c'etait un court-metrage) avec Picsou en Scrooge.
Mittei l'a adapte aussi (deux fois, je crois meme), et je ne compte plus les series americaines qui l'ont adapte a leurs personnages le temps d'un episode de Noel.

84. longshot - 20/10/14 16:47
Je viens de lire « Un Conte de Noël » de Charles Dickens, et bien qu'il ne s'agisse à proprement parler d'une adaptation, je n'ai pu m'empêcher d'imaginer le personnage d'Ebenezer Scrooge sous les traits de Picsou. J'avais beau savoir qu'Uncle Scrooge était inspiré du personnage éponyme, j'ai été surpris par la ressemblance. C'est frappant dans la relation à son neveu, Fred : le premier chapitre pourrait être transposé directement dans l'univers de Disney, dialogues compris, sans que ça choque le moins du monde. Tout le bouquin, d'ailleurs.

Curieusement, sur la page Wikipédia que je viens de consulter, il n'y a rien ou presque sur la relation Donald-Picsou, qui est l'aspect qui m'a le plus frappé. Vraiment la mécanique est la même entre Ebnezer Scrooge et Fred que dans mes souvenirs de BD.

83. suzy - 15/09/10 17:41
+1 pour le dernier Cromwell!

82. Achab - 15/09/10 17:13 - (en réponse à : Baba (de cuir))
Très bonne adaptation de roman que j'ai lue récemment : le dernier des mohicans par Cromwell...

Bon, on tombe franchement dans le pictural, mais ça déchire !

81. Piet Lastar - 14/09/10 23:12
Et Sarkozy...

80. suzy - 14/09/10 10:23
... "suzy", il faut le voir comme les prénoms dans le nord de la France avec "Dany", "Rémy", "Francky" ... "Thierry" ! ... yekyekyek!

79. thierry - 14/09/10 10:17
a force de jouer sur la confusion des genres, avec ton peudo, tu t'emmèles aussi les pinceaux en grammaire :o)

78. suzy - 14/09/10 09:37
(;o) ... c'est pas masculin "appréciation" ?

77. Frenchoïd - 14/09/10 09:02 - (en réponse à : 75. suzy)
Je constate juste que mes appréciations recoupent rarement ceux de la majorité ...

Maître Capello, reviens, suzy est devenue folle ?

76. Bert74 - 13/09/10 17:28
Contre-pied à mon avis négatif général sur les adaptations de Roman en BD, j'ai vraiment beaucoup apprécié le D'Artagnan de Junker, pourtant bien fidèle au livre originel.

Mais bon, Les Trois Mousquetaires, c'est plus du domaine du monument national, que de la littérature.

75. suzy - 13/09/10 16:27 - (en réponse à : thierry)
Je constate juste que mes appréciations recoupent rarement ceux de la majorité ... bon, là c'est uniquement toi et les 3 rédacteurs de BDGest qui ont voté ... 2,5/5 (tous pareil d'ailleurs!). Je me souviens plus si j'avais noté ce titre ici mais il m'a laissé une très bonne impression ... qqchose comme 4/5 mini voire un peu mieux. Et ce n'est pas la première fois que j'apprécie un titre que la plupart n'a pas aimé. L'inverse est aussi assez souvent vrai.

74. thierry - 13/09/10 16:15
parce que j'aurais bon gout ? Ca se saurait, si c'était le cas

73. suzy - 13/09/10 15:57
Je me doutais que j'ai un gout de chiote en BD mais cela se confirme de jour en jour!

72. thierry - 13/09/10 15:40
le roman qui a inspiré "l'obéissance" a aussi été adapté à la télévision (le voyage de la veuve ?)
Cette BD m'a assez ennuyé, personnellement.

Pouren revenir à Ibicus, c'est un exemple parfait où l'auteur s'est approprié le matérieu de base et en a créé sa propre vision. Une excellente adaptation, mais il était complètement libre car Ibicas était un livre épuisé depuis des décennies et Alexis Tolstoi, tout le monde s'en fout un peu (en plus, un stalinien qui a chanté les vertus du goulag, ça ne donne pas envie de lui jeter des fleurs). ma,que de chance, le livre a été réédité, et pour qui l'a lu, le qalité de l'adaptation de rabaté saute encore plus aux yeux.
Parce qu'autrement, l'adaptation deroman en bande dessinée reste souvent sur le plan du respect très scolaire, comme si il y avait un respect exagéré de la petite bande dessinée qui se frotte à la Littérature, surtout quand on s'attaque aux classiques. Ou bien on tombe dans la dérive picturale (Denis Deprez, dont les Frankenstein et Othello sont très beau graphiquement, mais creux), ou dans le scolaire un peu court (la majorité de la collection ex-libris, aux exceptions notables de Dirian Gray et de la Colonie Pénitencière).
Battaglia a aussi beaucoup adapté, essentiellement des nouvelles (en recueil chez Mosquito), mais privilégiant le fantastique "à ambiance", ce qui lui permettait des adaptations intéressantes, privilégiant l'ambiance à l'histoire. Très très bon amha

71. suzy - 13/09/10 15:23 - (en réponse à : longshot)
Le gars vends plein de Futuro ... si je ne les avais pas déjà, à ce prix, je me fais une brochette pour limiter le coup d'expé.

70. longshot - 13/09/10 15:11 - (en réponse à : suzy)
Même à 5 euros, je n'achète pas un album sans l'avoir feuilleté. Donc, pas internet. En plus, je suis au Portugal, donc frais de port suplémentaires j'imagine. (Je pourrais me faire livrer chez mes parents, mais bon.)

69. suzy - 13/09/10 14:00
Je viens de voir que l'avis sur BDGest est très moyen ... étonnant.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio