les BD documentaires, biographiques, etc.

Les 42 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .



42. LienRag - 23/08/21 18:03
Comme BD biographique plus que documentaire, je viens de lire l'Aile Brisée, la "suite" de "L'art de voler" (d'Antonia Altarriba et Kim, chez Denoël, donc).
Vraiment excellent, bien meilleur que l'art de voler amha (même si bon, comme je l'ai lu en ignorant que c'était le miroir de l'Art de Voler, je n'ai pas relu l'Art avant et m'en souviens donc très peu).

Avec Paracuellos et sa suite, c'est un excellent témoignage de ce que fut la vie sous trente ans de Franquisme "pacifique", après la mort des idéaux de la Révolution.

Et comme je l'avais déjà écrit à propos de Paracuellos, le franquisme est un bien meilleur modèle de ce qui nous attend politiquement que les fantasmes sur le retour d'Hitler...

Ce livre, mieux que Paracuellos qui traitait d'enfants maltraités, montre bien comment on peut survivre dans une société fasciste, mais aussi toute la souffrance que cela engendre et à quel point cela réduit l'humanité de tous.

41. LienRag - 22/08/21 01:59
Toujours à propos des Algues Vertes, l'auteur est interviewée par ASI et c'est pour une fois en accès libre ...

40. LienRag - 10/08/21 16:33
Je viens de lire "Prisonniers du passage" de Chowra Makaremi et Mathieu Parciboula, tranches de vie d'une Zone d'Attente, tirée d'une thèse de Chowra Makaremi sur le sujet.

Assez intéressant, et glaçant parfois.

39. LienRag - 13/04/21 20:56
Je me disais bien que je l'avais vue dans "Les algues vertes", la journaliste de RKB qui a été victime d'un sabotage qui aurait pu la tuer elle et sa fille...


38. LienRag - 03/04/21 21:42
Ainsi soit Benoîte Groult, de Catel et Bocquet.
Catel continue son entreprise de transformation de toutes les figures historiques féminines qu'elle traite en mondaines superficielles et évaporées.
Avec Joséphine Baker, cela était finalement assez réussi, car Baker était effectivement plus dans la passion que dans la raison.

Avec Benoîte Groult, c'est plus ambi gu. Le lecteur n'y trouvera certainement pas d'interrogation critique sur le parcours d'une figure de la vie intellectuelle de centre-gauche et du féminisme du même ton.
Mais le rôle de mondaine superficielle dont la profondeur vient de son style plus que du fond convient bien à l'écrivaine et commandeure de la légion d'honneur.

Et la BD donne un témoignage assez réussi et parfois sans fard des paradoxes du féminisme bourgeois, commencé à une époque où le féminisme bourgeois générait une contradiction fondamentale à la société capitaliste et patriarcale de son époque, et terminé à une époque où il commence à en devenir au contraire un des piliers.

37. LienRag - 03/04/21 18:00
Je viens de lire Black Out de Loo Hui Phang et Hugues Micol.
Le portrait d'Hollywood est intéressant mais quel est l'intérêt d'une biographie apparemment complètement inventée ?
Aucune trace de Maximus Wylde dans Wikipédia, ni du film Gengis Khan d'Okteev, et la filmographie de Micheaux ne mentionne pas Black Lands.
Or à la lecture c'est quand même l'aspect authentique du personnage d'exception qui fait la saveur de l'histoire !
Il n'est évidemment pas interdit d'écrire des fictions sur Hollywood (voir l'excellent "FadeOut" de Brubaker par exemple) mais dans ce cas on utilise un personnage moins parfait, moins lisse, non ?
Si Maximus Wylde n'existe pas, que présente réellement l'album qu'une biographie de Micheaux ou de Robeson n'aurait pas présentée en mieux ?
Sans compter que le discours politique de Wylde est compréhensible de la part d'un personnage historique né dans la misère et toujours menacé d'y retomber, nettement moins de la part d'une scénariste franco-laotienne...

36. yancomix - 15/02/21 11:05 - (en réponse à : #35)
Merci beaucoup Lien, pour le lien !

35. Lien Rag - 14/02/21 16:13
J'avais bien aimé la BD "Les algues vertes"...

34. Lien Rag - 30/01/20 22:51
Je ne sais pas si l'association d'idée est pertinente, mais ça me fait penser au diptyque Mesrine avec Vincent Cassel (enfin surtout à ce qu'il aurait pu être et n'a pas été): le film choisit de commencer avec la guerre d'Algérie (qui a certes joué un rôle important dans la personnalité de Mesrine) et traite par conséquent amha (sauf si j'ai rien compris) le cas Mesrine de façon très peu intéressante, alors que commencer à l'enfance et montrer ce qu'est l'éducation d'un homme dans les années 50 (quelqu'un qui est prêt à commettre les pires atrocités mais dont on attend qu'il le fasse seulement sur ordre) aurait pu constituer un grand film historique (un peu comme Il était une fois en France en BD) tout en posant la question de comment quelqu'un à qui on impose un cadre aussi violent arrive à trouver une voie propre, et en interrogeant (de préférence sans parti-pris) celle choisie par Mesrine.

L'autre Grand Jacques a certes eu une carrière très différente et à la fin moins brutale mais les contradictions que pointe Colonnier me paraissent pouvoir donner lieu au même genre de fresque à la fois sur la France des années 30 à 70 et sur le genre humain en général.

33. froggy - 30/01/20 17:14
J'agree avec Lien sur cette BD que nous ne verrons pas. J'adore Mon oncle et j'ai pense la meme chose que Lien. Il y a aussi des gags dans Les vacances de Mr Hulot, celui des passagers attendant l'arrivee du train a la gare et et les annonces inaudibles entre autres, qui me font tiquer sur les affirmations de Laurent sur sa betise. Je ne les mets pas en doute mais elles ne concordent pas avec les films.

32. Lien Rag - 30/01/20 13:10
Dans le sujet Angoulême: 110. Victor Hugo - 29/01/20 14:38
Un bon exemple: j'ai travaillé sur une biographie en BD de Jacques Tati. A cette occasion j'ai découvert à quel point ce type était une merde, une pourriture, un escroc, un collabo pendant la guerre et un crétin fini (bête à un point pas permis). J'ai donc laissé tomber ce projet de BD, mais j'adore toujours ses films qui sont des merveilles.

C'est quand même un peu dommage non? C'est précisément ce qui permettrais de faire une BD d'exception qu'un personnage aussi ambivalent...
Et on ne peut pas être bête et faire Mon Oncle, donc justement montrer comment l'intelligence peut se fourvoyer totalement (puisque tu dis que c'est ce qui s'est passé) est un projet intéressant.

31. Cubik - 12/05/01 22:36 - (en réponse à : cubik@caramail.com)
hop! je remonte un peu le sujet pour vous parler de Rural! une bd documentaire sur l'agriculture qui doit sortir ces jours ci
j'ai la chance d'en avoir un exemplaire a lire, et je trouve ca dommage que la bd ne soit pas plus utilise comme media pour les doc
je trouve que rural! est tres bien fait, j'suis content de trouver une bd comme ca, meme si comme tout documentaire, y a un parti pris, mais bon

30. Tonton Pol à ViCh - 12/08/00 10:07
Exact, de plus, en ce qui concerne Jijé, je sais qu'il avait fait des strips en N&B édités je ne sais plus où et qui racontaient soit le vie d'Eddy Merckx, soit la vie de Baudouin roi des belges (les 2 se croisant dans l'histoire). Je pense aussi avoir omis Christophe Colomb par Jijé.A propos de Will, j'ai une plaquette d'information qu'il avait réalisée pour Solvay à propos des PVC (la maquette était d'André Taymans). Moi qui n'aime pas trop ce genre d'objet, je peux vous dire que celle de Will est splendide.
En 58, pour l'expo universelle à Bxl, Franquin avait dessiné Spirou et Fantasio visitant la dite expo.

29. ViCh - 12/08/00 00:48
Morti, "Les fabuleux exploits d'Eddy Merckx", par Yves Duval et Christian Lippens, je l'ai et ce n'est pas tt à fait nul, je t'assure. Et ds le cadre historique, "les aventures du Pays de Liège de Notger à nos jours" : question dessin, c'est pas ça, mais c'est tt de même intéressant. Et pour Jijé, je pense que Tonton Pol n'a pas cité "Charles de Foucauld".

28. Thierry - 11/08/00 23:05
quoi, Serpieri aurait dessine la Vierge Marie, Marie-Madelaine, Salome ou quelques autres heroines bibliques ? Ca doit rendre l'histoire sainte vachement plus interessante ;o)))

27. Marcus - 11/08/00 22:30
Mes compatriotes helvètes du forum connaissent peut-être une série de 4 albums intitulée "L'Histoire suisse en bande dessinée". Je ne me rappelle plus du tout qui étaient les auteurs mais le dessin était plutôt immonde. Ca m'avait toutefois permis d'apprendre certains choses sur l'histoire suisse. Finalement ça n'avait pas d'autre but.

Autrement, pour faire plus universel, j'avais recu il y a très longtemps un album "Découvrir la Bible" (Ed. Larousse, je crois). Ce qui est rigolo c'est qu'un des dessinateurs était Paolo Eleuteri Serpieri: passer de la Genèse à Druuna c'est assez intéressant comme parcours :-))

Dans le genre historique didactique, je viens de penser qu'une des plus belles réussite, ce n'est pas une BD mais un dessin animé : "Il était une fois l'homme..."
On y apprenait l'Histoire sans se prendre au sérieux, j'espère qu'ils vont le rediffuser une fois à la TV, je le reverrais volontiers...

26. Anne-Claire - 10/08/00 19:51
Coucou Thierry! A vrai dire, je recommence un peu à passer ici plus régulièrement...

J'ai lu le sujet pratiquement en entier et il ne me semble pas avoir vu le nom d'Astérix... Rhooooooo, mais où avez-vous la tête?!! ;0)))))

25. J-C - 10/08/00 19:49 - (en réponse à : a Tom)
je ne l'ai pas sous la main mais dessin et scenario de Micheluzzi et que c'etait chez Kesselring.
At'chao !

24. Tom - 10/08/00 18:02
Il semble que l'on ait un peu oubliez la BD didactique qui est aussi un vaste sujet souvent fagociter par des "mécènes" qui demandent des albums à leur gloire et qui ne sont pas franchement géniaux. Dans cette catégorie, je vous montrerai une belle daube parlant de la grandeur de la mutualité française (un grand moment). Plus sérieuseement, j'ai reçu il y a une bonne quinzaine d'année en cadeau une BD intitulé Les mystères de l'électronique extremement didactique et permettant de créer des petits bidules électroniques comme il y en avait à l'époque. Un petit bijou de dessin et d'explication à destination d'un public de jeune (au sens litéral du terme). Et, par dessus tout, c'est livré avec un circuit imprimé en guise d'ex libris, à vous faire rêver les collectionneurs.
Sinon, JC, quelle sont les références du Micheluzzi sur Mermoz ? Du même, on peut aussi citer Bab el Mended (orthographe ?) qui raconte l'histoir de 2 auto mitrailleuses en Afrique pendant la seconde guerre mondiale.
@+ Tom

23. Thierry - 10/08/00 01:11 - (en réponse à : a Anne-Claire)
bien le bonjour ;o)))
pour une fois qu'on frequente le meme sujet ;o)
A+

22. Jarry, barouffeur sans dentier - 09/08/00 22:48
Mes potes Willy Vassaux, Michel Schetter et moi-même faisons oeuvre de salubrité publique en vous lavant ce qui vous sert de cervelle avec nos BD éducatives.

21. Anne-Claire - 09/08/00 19:08 - (en réponse à : anne_claire_gathoye@yahoo.com)
Ce n'est pas vraiment une BD documentaire, mais un exemple de BD avec curiosité régionale en toile de fond: la daube que j'ai amenée à la toute première rencontre à laquelle j'ai participé, à savoir un Julie/Claire/Cécile intitulé "La disparue". Nos trois 'héroïnes' sont perdues dans un bois à la tombée de la nuit, et évidemment, en plein orage (pour que ça fasse peeeuuuuuur!!). Elles trouvent refuge chez un vieil illuminé qui vit dans une tour carrée avec, à chaque coin du toit, une statue peu rassurante: un aigle, un lion ailé, et je ne sais plus quoi (un boeuf ailé et un serpent ailé peut-être).

Cette maison existe vraiment, dans la région liégeoise, à Eben-Emael pour être précise (si vous voulez un plan d'accès pour aller la voir, mailez-moi!). Et c'est vrai qu'il faut traverser un petit bois pour la voir: à la sortie dudit bois, la maison apparaît d'un seul coup, et c'est pas des plus rassurants par nuit de pleine lune… Le type qui l'a fait construire était un peu taré et s'appelait M. Garcet. Dans la BD, il s'appelle Grasset…

Je précise que je n'ai pas acheté cette daube mais que je l'ai volée (ce qui est beaucoup moins honteux, vous en conviendrez) à la 'bibliothèque' (une trentaine de daubes du même acabit) d'une maison de jeunes où je donnais des cours d'anglais et néerlandais pendant les vacances. Rhooooo!

Toujours dans la région liégeoise, il y a évidemment le Tchantchès de Walthéry… Mais ça relève plutôt du folklore que du 'vrai' documentaire…

Sinon, je reviens de chez quelques bouquinistes, et j'ai vu de ces trucs!! "Saint Paul messager de la bonne nouvelle", "Madame Pompidou", j'en passe et des meilleures... Comme lors de chaque visite chez les bouquinistes, j'ai aussi vu une bonne cinquantaine de Schetter, mais ceci est un autre débat... ;0)))

20. Tonton Pol à Léon - 09/08/00 19:00
Je suis d'accord avec toi en ce qui concerne "l'institution" que je possède et considère comme un chef d'oeuvre. Le côté vécu par l'auteur accentue le fait qu'on apprécie: il est des événements qu'on ne peut décrire que si on les a vraiment vécus. En cela le bouquin de Binet est génial. Dans un même ordre d'idée et chez le même éditeur, il y a "Parracuellos" de Gimenez qui raconte son enfance dans une institution en Espagne, sous la dictature de Franco et des bonnes soeurs (en ce qui concerne l'institution). Moins tragique, "Colin Maillard" de Cabanes, ainsi que "les années pattes d'eph" et autres séquelles; cela donne un aperçu de la vie des ados dans les années 60. "Appromaximativement" de Trondheim, "le journal d'un album" de Dupuy & Berbérian, "Court-circuit géographique" de Gerner, "Shenzen" de Delisle, "la guerre d'Alan" de Guibert, "livret de phamille" de Menu (tous à "l'Association"), "la vie est belle" de Seth (Tohu Bohu - les humanos).
Tous les bouquins que je viens de citer sont des "auto-bio" de d'auteurs. Je vous les recommande.

19. Léon - 08/08/00 23:43
D'accord avec toi sur les BD autobiographiques, Thierry, à ceci près qu'il y a des cas hybrides. Pour reprendre le cas de "L'institution" de Binet (qui est décidément l'un de mes albums cultes), on y trouve des séquences qui sont purement autobiographiques, comme celle où l'on demande au jeune Christian Binet d'être parrain d'un bébé infirme, mais aussi des scènes qui sont le reflet de la vie quotidienne dans une école religieuse des années 50 : la fête de l'école, le déroulement d'une journée de classe, les pélerinages, tout cela a été vécu par des dizaines d'autres que Binet. Evidemment, le fait que l'auteur ait vécu et participé à ces anecdotes implique fatalement un regard subjectif, mais existe-t-il un regard franchement objectif? Dans le cas de cet album, il s'agit, à mon avis, autant d'une autobiographie que d'un récit historico-sociologique, d'un document où la participation de l'auteur est surtout destinée à donner, à travers les yeux d'un témoin privilégié, l'image d'un certain milieu scolaire. Pour la "Chanson aigre-douce" de Gotlib, il n'en est rien, bien entendu, mais là, c'était une boutade pour répondre à notre ami l'oncle Bens (celui qu'on ne colle jamais), tout le monde l'aura compris! °)))))
Quant aux belles histoires de l'oncle Paul, j'en garde un souvenir ému, mais si elles étaient instructives, elles faisaient parfois la part belle au folklore et à la légende.
L'album collectif "Il était une fois... les Belges", paru aux Editions du Lombard voici une vingtaine d'années, est un beau document, où l'on trouve une trentaine d'anecdotes historiques racontées par des historiens et personnalités belges, et illustrées par de grands noms de la BD : Peyo, Will, Roba, Morris, Tibet, pour ne citer qu'eux.
Léon °)

18. Thierry - 08/08/00 21:15
qand la BD utilise un fait reel comme toile de fond, cela peut donner de tres bonnes choses, voir Cothias ou Hermann. Vecu regorge de series utilisant des faits historiques plus ou moins connus. Encore dernierement, Goepfert utilise la revolte des boxers en toile de fond du premier tome du Lys Noir.
Mais que le fait historique devient le centre meme de l'intrigue, le probleme vient souvent du manque de consistance des personnages, du souci de coller tellement a la verite qu'on en oublie la simple dynamique du recit...
Les BD autobiographiques, c'est un tout autre probleme. Simplement parce que nous ne connaissons normalement rien de ce fait, l'auteur peut donc se permettre de raconter comme il l'entend, sans s'encombrer du respect absolu de la verite et sans se heurter a la connaissance que nous pourrions avoir du sujet. Tant qu'on ne tombe pas dans l'auto-hagiographie, cela peut donner de tres bonnes choses, comme l' ascencion du haut mal (on me parle toujours du journal de patrice neaud, mais ca fait partie de mes lacunes... pas d'avis, donc)
A+

17. Tonton Pol - 08/08/00 19:31
Je ne pense pas que lorsqu'un auteur fait de l'auto-biographie, que l'on puisse appeller cela de la BD documentaire parce qu'alors, l'Association est un éditeur "documentaire".
Et puis, la vie d'un auteur, aussi interessante soit-elle n'est que de l'anecdote par rapport à l'Histoire.
Ce qui serait marrant, c'est de répertorier les "perles", des trucs qu'on ne trouve qu'à petite échelle, au niveau régional.
Counhaye a fait un bouquin sur des légendes ardenaises belges. Je connais aussi 2 bouquins de Sikorski (brochés, couleur) sur Yppres et la guerre 14 ainsi que sur St-Hubert si je ne m'abuse.
Claude Rappé, un journaliste de RTL-TVI avait scénarisé un "Godefroid de Bouillon" dessiné par jesaispuqui...
Allez, Jean-Claude Bourré et ses histoires authentiques d'extra-terrestres, tout le monde connaît,

16. bens - 08/08/00 15:01
Plus sérieusement, une BD qui n'est pas vraiment une BD documentaire (à ce sens que ce n'est pas fait et sorti en tant que BD documentaire), je pense que Le Passage de Vénus mérite quand même sa place dans ce sujet .

15. Léon - 08/08/00 00:32 - (en réponse à : Mais si!!!)
Dans la Rubrique-à-Brac, il y a en effet la "Chanson aigre-douce" qui évoque un épisode de l'enfance de Gotlib (l'histoire avec la chèvre). Merci de m'y faire penser, Bens! °))))))

14. bens - 07/08/00 23:56 - (en réponse à : à Léon)
Alors, plus d'exemple sur Gotlib ce soir ?

13. Léon - 07/08/00 22:50
Il y a un accent de trop à "recréer", qui n'est peut-être pas, tout compte fait, le meilleur terme. Disons plutôt faire passer une ambiance, planter un décor.

12. Léon - 07/08/00 22:47
A mon avis, ce que l'on attend d'une BD documentaire, ce n'est pas vraiment qu'elle nous donne des faits, mais qu'elle arrive à récréer une atmosphère. A cet égard, j'ai déjà dit plusieurs fois tout le bien que je pensais de l'album de Tardi sur la guerre des tranchées, ainsi que de L'institution de Binet (cité par Toine), qui est en effet, à sa manière, une BD historique... et autobiographique.
Léon °)

11. J-C - 07/08/00 15:02
il y a aussi le tres beau Micheluzzi sur Mermoz sans oublier un bon nombre de Biggles qui nous retracent certains faits de la seconde guerre mondiale.
At'chao !

10. toine - 07/08/00 13:54
Bien vu Termite pour Pratt, c'est vrai que ses histoires sont des invitations à l'histoire ! Pour les fortunés les éditions en couleur proposent, en plus des superbes aquarelles, des intro des plus intéressantes sur les sujets des histoires. L'intro de Mû, par exemple, donne vraiment un plus dans la lecture de l'album (une partie est même signée Umberto Eco). La série des grands portraits, déjà citée plus bas, de chez Dargaud proposaient des biographie plutôt pas mal (Bogart, Marx brothers et d'autre). Plus drôle et limite dans ce contexte les Bidochons, documentaire sur la vie du français moyen. C'est peut-être une caricature mais quand on voit un groupe de français ne voyage organisé à l'étranger Binet n'exagère pas du tout. Toujours Binet je vous conseille le superbe L'institution ou il raconte sa scolarité dans une école religieuse. à la prochaine toine

9. Sophie - 07/08/00 13:32 - (en réponse à : termite@multimania.com)
Apparemment il y a consensus pour reconnaitre que 90% au moins de la production "documentaire" est de la sous-daube (et je pèse mes mots :o)). Si ça intéresse quelqu'un, je suis toutefois l'heureuse propriétaire depuis une bonne quinzaine d'années d'une vie de Martin Luther King en BD. Je c'est plus de qui c'est, mais je pourrais facilement le retrouver et j'avoue que j'avais beaucoup aimé (merci à mon parrain pour le cadeau :o))... Comme quoi finalement... Ceci dit, il y a aussi les auteurs qui "jettent" leurs personnages dans un contexte historique et qui nous en apprennent finalement plus que tous les documentaires atrocement didactiques. J'ai longtemps été absolument imbattable sur les généraux/amiraux américains de la deuxième guerre mondiale grâce au papa de Phil :o)) Et je ne remercierai jamais assez Hugo Pratt pour tout ce que Corto Maltese, Cato Zoulou et autre Scorpions du Désert m'ont fait découvrir sur l'histoire du début du vingtième siècle. J'essayais de réfléchir au nombre de personnages célèbres qu'a rencontré le beau marin de sa jeunesse à sa vie d'adulte.... C'est impressionant ! A+ Sophie :o))

8. Léon - 06/08/00 10:10
Saint-Hilaire, l'historien belge, a apporté sa contribution pédagogico-scénaristique au journal Tintin, dans de courts récits historiques.

7. bens - 05/08/00 21:36
Sinon y'a différentes BDs qui racontent (témoignent ?) ce qui se passe en ex-Yougoslavie, comme Fax de Sarajevo (qui vient d'arriver sur le fameux site one-shotien) ou 2 parutions de Aleksandar Zograf à L'Asso .

6. Tonton Pol - 05/08/00 17:23
Hardy, un de ses premiers boulots a été d'illustrer une histoire du tour de France (de façon réaliste).
Il est vrai, en ce qui concerne les histoires de l'Oncle Paul, que le dessinateur qui débutait, quel que fût son style de dessin, si on lui accordait le droit d'en dessiner une histoire, devait le faire dans un style réaliste (Hardy, nottemment en a réalisés quelques-uns). C'était l'école de la rigueur qui a permis comme dit plus bas à un tas d'auteur de faire leurs armes. En ce qui concerne les auteurs plus confirmés, quand l'un d'eux réalise un de ces bouquins, c'est rarement pour le plaisir de le faire, soit l'auteur est dans un passage à vide et le fait pour mettre du beurre dans les épinards, soit il n'a plus de série, plus de proposition et c'est alors sa seule façon de subsister en continuant à dessiner.

5. Philactère - 05/08/00 15:33 - (en réponse à : charlier@mail.club-internet.fr)
Juste histoire de mettre mon grain de sel dans ce sujet, je voudrais rajouter les albums suivant d'un auteur que je connaissais bien ! ;0) "Surcouf" chez Dupuis par Charlier et Hubinon. "Mermoz" même éditeur et mêmes auteurs. Il y a aussi "Tarawa" du même éditeur et des des mêmes auteurs, qui raconte assez fidèlement la conquête d'un atoll du pacifique par les américains pendant la seconde guerre mondiale. Bien sur, il ne faut pas oublier, comme le disait Thierry, tous les "Oncle Paul" dont la base des histoires était la biographie d'un personnage ou un évènement de l'histoire. Cette série a été une pépinière des plus grands talents de la BD Franco-Belge de l'époque ce qui reste unique dans l'histoire de la bande dessinée. Phil

4. Morti - 05/08/00 15:30
C'est vrai que c'est un genre de BD assez différent de ce que la majorité fréquentant ce forum lit habituellement mais il y a un public pour ça, comme on l'a dit, pas spécialement bédéphile mais plus par curiosité ou pour l'alibi culturel (excuse foireuse s'il en est). Les biographies de grands hommes (?) ou les BD relatant des exploits historiques, on en a eu à la pelle et si Thierry ne connaît pas les Oncle Paul, il faut en lire un ou deux, c'est édifiant. Le seul avantage c'est que ça a permis à un tas d'auteurs, pas trop mauvais, de se faire la main et de se faire (un peu) connaître. Oui, je sais, il y a Schetter parmi eux mais bon, tout groupe a sa brebis galeuse :o) d'autant plus que dans ce domaine, il n'était pas seul.
Effectivement la BD sur Eddy Merckx est un exemple...je pense que mon père doit l'avoir dans sa cave...je n'ai jamais voulu l'amener chez moi... :o)))
Il y a aussi les BD racontant de grandes batailles ou l'Histoire de France ou encore sur l'Antiquité. Actuellement on a quand même Martn qui continue avec ses Voyages d'Alix.
Question : vous qui avez des enfants, leur conseilleriez-vous de lire ces albums ? (attention, c'est une vraie question, je ne me moque pas...je ne connais pas, je pense quand même qu'il y a un travail de recherche sérieux là derrière).
Je ne sais pas s'il faut condamner ce genre, ça peut servir de terrain d'essai mais j'avoue avoir difficile à croire qu'un dessinateur commençant là-dedans aujourd'hui ait VRAIMENT envie de faire autre chose. Soit ça ne l'amènera à rien car pas un BDphile ne le lira soit ça marchera à fond et il n'aura plus envie d'en sortir. C'est un peu le même principe que les auteurs disons moyens qui ont trouvé leur petit créneau et qui n'en sortent plus. La sécurité d'emploi en BD en quelque sorte...
Marc :o)
PS : grâce à l'Oncle Paul j'ai quand même appris (et retenu) qui était Fulton...ça marque, ce genre de chose... :o) ).

3. Tonton Pol euguène - 05/08/00 12:11
J'ai vu également une biographie du roi Baudouin. Venanzi a fait un bouquin sur l'abbé Froidure.
Pour adoucir mes propos de mon intervention précédente,je parlerai aussi de bons auteurs: Baudouin et son "Abbé Pierre", Jijé a fait quelques bios: Jésus, Baden Powell, Bernadette Soubirou, don Bosco... Il y a aussi l'excellent "Mc Cay" de Smolderen et Bramanti (Delcourt).
J'ai encore une BD de mon enfance : "l'histoire de France avec le sourire" (Nathan).
On peut parler de la vie d'Hergé de Stanislas et ?.

2. Tonton Pol (qui sème le vent...) - 05/08/00 12:00
Prends toutes les oeuvres de Vance, Tibet, Graton,...
Plus sérieusement, tu as "Jo" de Derib. Bézian a fait il y a quelques années un bouquin sur un lieu bien précis (une ville ou une région), tu as les premiers bouquins du Téméraire qui s'appellait alors "Brep-Burp" (sic), sa spécialité était de faire une bédé sur une ville en misant que les gens vivant dans cette ville ou région se précipiteraient dessus, ce qui fut le cas (généralement, c'est fait par des tâcherons sous-payés, de toute façon, tout le monde s'en fout, ce ne sont pas des lecteurs de BD qui achètent ces produits). Il y avait Paris, Dunkerque, Arras,...
J'avais rencontré un dessinateur déjà âgé complètement inconnu mais qui cartonnait: il s'installait à Verdun et vendait ses bouquins à la pelle, traduits dans 3 ou 4 langues, achetés par les touristes de passage (c'était relatif à la guerre des tranchées et fatalement à Verdun).
Je pense qu'il y a moyen de répertorier des tas de BD de ce genre bien particulier qu'est "l'ouvrage" historique, didactique, biographique.
On peut presque généraliser en disant que:
- souvent la diffusion est locale, l'objet n'interessant pas les gens qui n'habitent pas le coin où se situent les faits racontés.
- la qualité est très souvent médiocre que ce soit au niveau du scénario souvent "écrit" par des enseignants ou exégètes qui déballent des faits au kilomètre sans penser à la réalisation graphique. Au niveau graphique, c'est très souvent médiocre. On prend un débutant à qui on ne laisse aucune liberté (touche pas à mon texte, p'tit con!), on lui demande de placer dans chaque case 12 000 trucs, et il faut que ce soit ressemblant. Attention, les porte-jarretelles au XIXéme n'étaient pas faits n'importe comment! On le paye avec des ronds de carottes, parce qu'après tout, ça fera ta publicité! (tiens, ça me rappelle Glénat).

1. Thierry - 05/08/00 00:50
Nous fimes allusion dans le sujet Schetter a l'injustement meconnu Willy Vassaux, qui merite au moins autant d'honneur que Schetter. Willy Vassaux semble s'etre fait la specialite des "BD Documentaires", dirions-nous. J'entends par la des BD en general atrocement didactiques visant a nous faire decouvrir l'un ou l'autre personnage celebre ou un fait historique/d'actualite par l'intermediaire de ce merveilleux media qu'est la BD. On ne peut evidemment que citer les belles histoires de l'oncle Paul, que je n'ai malheureusement pas connues, qui ont servi de laboratoire a pas mal de jeunes (dont Schetter ;o)))) et je ne me hasarderai pas a en parler puisque que ne connais que de nom.
Il serait peut-etre bon de regrouper ici les oeuvres les plus marquantes de ce genre Bdphilique a part entiere.
Malheureusement, je ne vois pas d'exemples probants de reussites dans le genre. Juste des albums raides et lourdement didactiques, sans imagination. Si vous avez des exemples de reussites, n'hesitez pas!!!!
Je citerais personnellement (je ne connais pas tous les auteurs ou editeurs…)
les annees de feu, du maitre Schetter
Nuts, de ce cher Vassaux
Toutes 2 sur la seconde guerre mondiale
De Vassaux, citons Le secret des templiers (je crois), tempete du desert (sur la guerre du golfe), son album sur l'Euro de football (je parle d'un genre bien vivant ;o)))
Claude-Jean Philippe a a commis en son temps des albums sur les gloires d'Hollywood don’t Bogey et les Mrax Brothers
Raymond Reding est alle de sa folle histoire des diables rouges. Je crois qu' il a aussi commis un Eddy Merkcx de derriere les fagots
Meme arleston et carreer ont commis un Jules et leo loden sauvent la coupe du monde.
Il y a aussi est les biographies de De Gaulle, Michael Jackson et autres stars plus ou moins charismatiques.
N'hesitez pas a reagir sur le sujet ;o)
A+



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio