Musée Hergé

Les 34 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .



34. suzix@bdp - 05/05/17 15:44
ah les cons!

33. Victor Hugo - 05/05/17 15:42
Ca va être difficile de savoir lequel, parce qu'on dirait bien qu'ils ont la même moustache.

32. herve - 05/05/17 14:57
si je ne veux qu'un Dupond(t), c'est moitié prix?

31. Victor Hugo - 04/05/17 21:41 - (en réponse à : Zazie style)
T'es rien snob!

30. marcel - 04/05/17 20:28
Pas assez cher...

29. Victor Hugo - 04/05/17 20:15
Ca vous dit pas une statuette à 600 euros pour aider Fanny à payer ses couches Confiance?

28. rv - 04/06/09 22:32 - (en réponse à : Ah ah ah!)

27. nem° - 26/05/09 04:15 - (en réponse à : Uh uh uh!©)

26. herve - 25/05/09 22:19
un petit reportage sur "le business de Tintin" sur Lci.fr:

voir ici

25. Frenchoïd - 27/03/09 14:37
On attend donc la mise au point de Jacqueline van den Branden ?

24. rv - 27/03/09 14:05
Sur Actua BD Assouline répond:
Passons sur la manière inédite, et assez suspecte, dont deux biographes se lèvent comme un seul homme pour se liguer contre un troisième. Recadrons les choses : l’article n’est ni de moi ni de Pivot. Il est de Delphine Perras. C’est à elle qui a jugé bon me poser une question sur le sujet, et sa rédaction qui a jugé bon en faire un encadré. Si j’avais voulu y revenir, depuis le temps, ne manquant pas de tribunes, je l’aurais fait. Ceci pour couper court aux spéculations sur le timing !(musée etc). Quant au fond : je répète et je maintiens que cette information m’a été livrée par Germaine Kieckens qui m’a demandé de ne pas faire état de sa source. Je me souviens encore de sa gêne en m’en parlant. Par la suite, tant Fanny Rodwell que Philippe Goddin m’ayant fait part de leurs doutes ou de leur tristesse à l’évocation de cette histoire, et de la possible confusion avec l’épisode Wilfrid, je l’ai rajouté dans l’édition de poche par scrupule. Je n’en ai pas profité pour dévoiler la source off, ce qui fut aussi le cas dans mes autres biographies après coup, car ce n’était pas nécessaire. Je ne le fais que si c’est indispensable. Je n’ai pas passé plusieurs années à travailler sur des archives inédites (allègrement pillées depuis par d’autres sans citation) et sur des témoignages, pour tout fiche en l’air avec un "racontar". Ce n’est ni dans mes méthodes ni dans mon intérêt. Pourquoi voudriez-vous que j’invente une histoire pareille ? Ca ne plaît pas aux autres ? Ah, en effet, c’est grave... La seule question que je me pose aujourd’hui, c’est : pourquoi aurait-elle inventé ça ? Pierre Assouline

Ce à quoi Goddin répond:
Cher Pierre, Nous ne prétendons évidemment pas que vous auriez inventé cette histoire navrante, ne serait-ce que parce que nous l’avons recueillie nous aussi de la bouche (amère) de Jacqueline van den Branden. Simplement, nous ne pouvons croire que Germaine ait pu vous la raconter. Il est patent que nous ne vous convaincrons pas sur ce point, pas plus que vous ne nous avez convaincus. Inutile, donc, en ce qui nous concerne, de prolonger la discussion à ce sujet. Bien à vous, Benoît Peeters et Philippe Goddin

23. Bert74 - 26/03/09 15:43
Ca éclaircit, mais on en sait pas plus, chacun campant sur ses positions apparemment…
Légende, rumeurs ou fait avéré ?
Ce qui au final l’est bien, avéré, c’est l’ego impressionnant de toute les parties en présence.

M’enfin… "On a toujours tort d’essayer d’avoir raison devant de gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu’ils n’ont pas tort".

22. rv - 26/03/09 15:14
Voilà qui éclaircit les choses.

ps:j'aime beaucoup le logo posté par Willerban, lol.

21. bpeeters - 26/03/09 14:38 - (en réponse à : benoit.peeters@lespierides.com)
Hergé et les fantômes d’Assouline

Au détour d’un portrait sur trois pages de Pierre Assouline (Un biographe si modèle, « L’Express » du 19 mars), l’hebdomadaire fait un sort, dans un court encadré – qui vient comme un cheveu sur le « scoop » –, à la fugitive adoption d’un enfant par Hergé et sa première épouse, Germaine Kieckens-Remi. Dans la biographie – remarquable par ailleurs – qu’il consacra au dessinateur belge (Plon, 1996), Assouline évoquait en effet l’arrivée à la fin des années quarante d’un orphelin de 7 ou 8 ans venu d’un pays lointain, qu’Hergé ne supporta pas plus de quinze jours et qu’il rendit (sic).
L’encadré revient sur la controverse que cette assertion, si fâcheuse pour l’image du « père » de Tintin, provoqua, en particulier chez ses proches qui n’avaient jamais entendu parler de cet enfant. Pour clore un débat qui suscite son « irritation », Assouline assure à présent tenir de la bouche de Germaine elle-même le récit de ce pénible épisode.
Caramba, encore raté… La révélation si tardive de sa source soulève à notre avis de nouvelles questions.
Comment un événement aussi important qu’une tentative d’adoption, tournant court par le fait d’Hergé, peut-il être totalement occulté dans le journal tenu par Germaine tout au long des années 40 et 50, alors qu’elle y relate en détail, sans crainte de l’impudeur, les difficultés de son couple jusqu’à sa séparation en 1960 ? C’est invraisemblable aux yeux de ceux qui, comme nous, ont épluché ces documents privés. Comme il est invraisemblable qu’au cours de nos nombreux entretiens avec elle dans les années 80, elle n’y ait jamais fait allusion, alors que son franc-parler et sa rancœur de femme délaissée étaient intacts et que la gloire de son ex-mari suscitait chez la vieille dame plus d’ironie et d’amertume que d’admiration.
Assouline aurait donc recueilli in extremis un secret qu’elle avait su, jusque-là, taire à tous, neveux, familiers et… autres biographes. Mais alors pourquoi se considère-t-il libéré de ce « off » maintenant seulement… alors que Germaine Kieckens « n’est plus de ce monde » depuis octobre 1995, soit plusieurs mois avant la parution de son livre ?
Du moins aurait-il pu profiter de la réédition revue et corrigée de son Hergé en format poche (Folio, 1998) pour citer sa prétendue inspiratrice et confondre ainsi ceux qui lui « cass(aient) les pieds » avec cette affaire d’adoption. Au lieu de quoi, le biographe s’ouvrait une porte de sortie ambigüe, comme s’il doutait du bien-fondé des fameuses « 10 lignes » qui la précèdent : Cette histoire, longtemps considérée comme taboue, trouve peut-être sa source dans une confusion avec la présence dans les années cinquante, aux côtés du couple, du petit Wilfrid, le fils des gardiens de la propriété (page 656).
Ce n’est sûrement pas Germaine, qui aurait fait une « confusion » aussi improbable entre un garçonnet du Brabant et un enfant d’un « pays lointain » !
Ne faudrait-il pas plutôt chercher la véritable origine de ce sinistre racontar chez certaine éphémère secrétaire d’Hergé dans les années 70 ? Inconsolable d’avoir été congédiée, elle ne fut pas avare de ragots désobligeants à l’endroit de son ancien patron… après la mort de celui-ci, bien sûr. Libre à Assouline d’avoir accordé à certains d’entre eux une oreille complaisante à l’époque de son enquête, mais il est regrettable qu’il se retranche aujourd’hui derrière Germaine pour en valider le moins plausible et le plus déplaisant.
Dans le portrait de « L’Express », Bernard Pivot vante « un enquêteur hors pair, méthodique, opiniâtre, recoupant ses informations ». Nous ne sommes pas certains qu’en invoquant à contretemps et sans risque les mânes d’un seul témoin, depuis longtemps disparu, Assouline se montre ici digne d’un tel éloge.
Philippe Goddin et Benoît Peeters, biographes d’Hergé

Référence de l’article :
http://www.lexpress.fr/culture/livre/pierre-assouline-un-biographe-modele_747686.html

20. Frenchoïd - 03/02/09 18:43
J'ai (acheté mais) pas lu le Goddin ; quelqu'un sait s'il prend position là-dessus (à tout hasard ou presque : non) ?

19. Frenchoïd - 03/02/09 18:40 - (en réponse à : 18. bpeeters)
En effet, après retour aux diverses sources : Peeters : 1 - Assouline : 0.
Si ce dernier veut venir s'expliquer ici, il sera le bien lu.

18. bpeeters - 03/02/09 14:41 - (en réponse à : benoit.peeters@lespierides.com)
Pierre Assouline a fait une confusion et je m'étonne qu'il persiste ; reprendre une anecdote aussi grave quand on la sait fausse devient calomnieux.
Cette histoire d'adoption n'a tout simplement aucun fondement. Je l'explique en détail dans mon livre. Voir, dans la version de poche, la page 365 et les pages 454-455.

17. Frenchoïd - 03/02/09 09:18 - (en réponse à : 16. bpeeters & 11. pm)
Merci pour cette précision : ainsi, si je n'ai pas lu cette "anecdote" (sic) chez vous, c'est bien qu'elle n'y était pas. Hélas, je l'ai oubliée chez Assouline alors qu'elle s'y trouve bien...
Bien que je doute que vous repassiez : comment faut-il comprendre votre position ("Je me démarque avec force de ce que Pierre Assouline a pu écrire sur ce sujet.") ? Que vous-même n'avez simplement pas trouvé cette information ? Que vous laissez entendre qu'Assouline aurait fauté ? On doit pourtant bien supposer qu'il ne l'a pas inventée, cette anecdote (beûrghl), puisqu'il la réitère à l'occasion...

16. bpeeters - 02/02/09 22:48 - (en réponse à : benoit.peeters@lespierides.com)
Bonjour

Je constate qu'on me prête (à propos d'Hergé et les enfants) des propos totalement contradictoires avec ce que j'ai écrit dans "Hergé, fils de Tintin". Je me démarque avec force de ce que Pierre Assouline a pu écrire sur ce sujet.

15. Frenchoïd - 31/01/09 15:38 - (en réponse à : 8. pm)
Et merde, tu as raison, j'ai entendu Assouline en reparler ce matin. J'ai du mal à croire que j'aie pu occulter ça, mais faut se rendre à l'évidence...

14. Frenchoïd - 21/01/09 18:40
C'est marrant, j'ai lu le Peeters (j'ai lu tous les Peeters sur Hergé), et j'aurais donc apparemment occulté ce "détail de l'histoire" ? Je me demande si je fais bien de vous croire, les gars...

13. pm - 20/01/09 15:57 - (en réponse à : golem)
Maintenant oui, à l'époque non faut croire.

12. pm - 20/01/09 15:56
C'est surtout Peeters qui insiste sur cette face très noire d'Hergé.

11. pm - 20/01/09 15:55
C'est dans Assouline et dans Peeters.

10. Frenchoïd - 20/01/09 10:37 - (en réponse à : 8. pm)
Wow. Tu as une source ? Je m'obstine à ne pas lire le Assouline ; est-ce dedans ?

9. Golem - 20/01/09 09:06
C'est possible ça ? Une fois adopté, un enfant est comme si on l'avait fait soi-même non ? Légalement parlant je veux dire, parce si tu t'aperçoit que tu t'es planté, c'est trop tard.

8. pm - 19/01/09 22:32
Hergé a surtout fait comme Picasso, il a rendu un enfant adopté.

7. Willerban - 19/01/09 14:10 - (en réponse à : Frenchoïd)
Il est bien connu que Hergé détestait les enfants, d'ailleurs il n'en a pas eu (et voir comme il traitait Abdhala et les enfants Lampion).

6. Frenchoïd - 19/01/09 11:03
J'ai lu que le nouvel édifice fait désormais de l'ombre à une cour d'école ? Vengeance posthume de Hergé, qui déposa en vain plainte contre le tapage diurne que lui infligeait la cour d'une école voisine de son atelier... Tout se tient, tout est dans tout, et dix de der.

5. geotrouvetout - 19/01/09 00:58
Ouille ouille ! Vous osez vous autres ! Mais c'est pourtant vrai que Tintin c'est un vrai brusseleir, queskil va faire à Louvain la Neuve au lieu de Bruxelles ?? Et je suis tout à fait d'accord avec Patrickd, des cravattes à 100 EUR il n'y a que Mr Rodwell qui peut se payer çà !

4. jicece - 18/01/09 20:57
par rapport à tes deux images (ci dessous)
- pourquoi en haut y a t'il un "I" - vu l'angle ça se lit comme ça, non ?
- pourquoi en bas le brassard est il comme ça ? le rond n'est pas parfaitement rond et la croix n'est pas bien reproduite...
c'est bien ça que tu voulait suggérer ?

3. Willerban - 18/01/09 19:55
Pas terrible le nouveau logo du musée Hergé

Je préfère le premier, bien plus évocateur


2. Patrickd - 22/09/06 12:31 - (en réponse à : patrick@patetsab.net)
Voilà bien longtemps qu'on en parle de ce musée Tintin. 15 millions d'euro pour ça. Ca doit sûrement en valoir la peine, juste pour redonner à ce personnage une fausse lueur élitiste, redorer son image déjà bien éteinte et par l'occasion vendre des cravates à 100 euro. Et puis, faut bien occuper Peeters.

1. Oliv - 20/09/06 21:36

Fanny Rodwell, la veuve dHergé a présenté la maquette du Musée dédié au père de Tintin.

Les travaux du Musée dessiné par larchitecte français Christian de Portzamparc débuteront en 2007, à l'occasion du centenaire de la naissance de l'auteur, pour s'achéver en 2009.

Ce bâtiment estimé à 15 millions d'euros sera entièrement financé par la Fondation Hergé qui dispose d'un bail emphythéotique sur un terrain de l'Université Catholique de Louvain (Belgique).

D'un superficie de 4000 m2, le Musée pourra accueillir une importante collection d'originaux.






 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio