l'art et la culture, c'est fini ?

Les 79 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2


79. Lien Rag - 14/03/21 19:41
Le NFT va-t'il sauver l'art et la culture ?
D'ailleurs y'a-t'il des BDs qui s'y mettent ?

78. elric - 21/04/06 14:16
J'aurais du mettre des guillemets, c'est une citation extraite d'un film.

Je considère quand même que lui nous insulte beaucoup plus. Surtout que lui insulte beaucoup de monde.
Mais les embrouilles du langage politique donnent l'impression qu'il est poli.

77. Lien Rag - 21/04/06 13:36
Philma, toi qui es du métier, peux-tu expliquer pourquoi l'art est massacré dans l'enseignement en France?
Il faut dire qu'ayant vu dans une petite association essentiellement basée sur des bénévoles ce qu'il est possible de faire avec des enfants et un peu de talent ou passion, je suis d'accord sur le diagnostic que tu poses quand à l'enseignement public...

76. Fred Boot - 20/04/06 13:57
C'est vrai Elric, fais gaffe: "fasciste de droite", c'est un pléonasme.

Sinon, qui au juste a signé le communiqué ?

75. Oliv - 20/04/06 08:59 - (en réponse à : Elric)
Même si tu n'es pas d'accord avec les décisions politiques de tes élus, fais attention aux propos que tu tiens. Les tribunaux n'hésitent plus à condamner les internautes dès lors qu'ils considérent qu'il y a diffamation ou atteinte à la dignité des personnes, surtout si celles-ci sont explicitement citées et facilement reconnaissables, (exemple de la récente jurisprudence sur les blogs). :-)

74. elric - 19/04/06 20:42
Voici des nouvelles.
Il s'est passé 20 jours depuis mon dernier post. 20 jours où les politiciens ont essayés de nous endormir.

Pour rapeller la situation nous avons contacté la presse et lu, hier, le communiqué suivant :

"Aujourd'hui l'Ecole Supérieure d'Art de Perpignan est toujours menacée de fermeture.

Dans le cadre de notre mobilisation, nous avons demandé à nos
représentants politiques de la mairie, du Conseil Général, du Conseil Régional et du Ministère, l'ouverture de négociations dans nos locaux (entre le 10 et 20 avril), en affirmant qu'un projet d'Ecole ne peut en aucun cas, se construire sans l'implication directe des étudiants, des professeurs et du personnel administratif.

Nous avons accepté, en cette seule occasion, le rôle d'intermédiaire entre les différents élus politiques.

A ce jour, aucune réponse ne nous a été donnée. Le rôle des étudiants, des professeurs et du personnel administratif d'une école d'Art n'est pas celui de se substituer aux élus. Nous ne serons plus les intermédiaires dans l'arène politique où se mènent des luttes d'influence qui ne nous concernent pas.

Une soirée de soutien à notre cause est organisée le 20 avril au cinéma Castillet, à laquelle vous êtes conviés.

Si alors, aucune décision financière n'a été étudiée, les examens aux diplômes nationaux, en présence d'un jury international, se tiendront dans les locaux de la Mairie de Perpignan, du Conseil Général des Pyrénées-Orientales et du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon.


Nous serons entendus."



Aujourd'hui une élève et un prof ont croisé le maire dans la rue. Ils lui ont demandé où en était la situation (nous avions fixé, d'un commun accord, l'organisation d'une table ronde entre le 2 et 20 avril) Il leur a dit qu'il ne s'occupait pas de ça. Il est près à financer 30% du budget. 30% de combien ? Impossible de le savoir, nous n'avons pas deux fois les mêmes chiffres quand nous les demandons !
Il avait aussi affirmé (il y a 20 jours), à une délégation d'étudiants, enseignants, administratif et au directeur que les concours d'entrée pour la première année devaient être maintenus et dans la rue il leur a dit qu'il ne devait plus y avoir d'inscrit.

C'est incroyable !
Fasciste de droite de merde !

73. elric - 01/04/06 10:42
Sur mon blog j'ai mis une citation (illustrée) abérante du maire, Jean-Paul Alduy.

http://psychedelism-spirou-and-football.blogspot.com/

72. CKPT' - 31/03/06 08:53
"A quoi sert d'introduire une notion si dans le fond on ne peut pas l'expliquer ?"
Si tu penses que c'est inutile tu risques de ne jamais rien apprendre ! Car dans le fond : "Que sais-je ?"

71. Lui - 30/03/06 13:54
Du coup dans les classes de collège la sempiternelle réponse des professeurs aux questions des élèves est toujours "Vous comprendrez plus tard, on ne peut pas l'expliquer car c'est trop compliqué pour vous". A quoi sert d'introduire une notion si dans le fond on ne peut pas l'expliquer ?

A enerver Lavoisier qui pour emmerder ses profs inventa la chimie moderne ^^

70. Fred Boot - 30/03/06 01:19
Il ne souhaite pas mettre son nez dans le projet pédagogique ? On ne parle que de moyens ? Ce n'est peut-être pas la fermeture qu'il faut craindre, mais une orientation de l'école différente... Et qui ne plaira peut-être pas à tous...

69. elric - 30/03/06 00:14
On en est à plus de 10 000 signatures papier pour la pétition. Ce qui a fait réfléchir le maire.
Son second argument (après l'aspect financier, qui ne tenait pas debout) c'était notre invisibilité (et donc pour lui, notre inutilité) et nous lui avons prouvé en apparaissant dans les médias tous les jours avec une action ou une image forte qu'il suffisait de demander pour que nous soyons visible.

On ne sait pas encore trop à quoi s'en tenir mais on pourrait apparemment trouver un financement partagé par le conseil général, la mairie et le département.

Le maire à reçu quelques professeur, enseignant et administratif ce matin il a dit qu'il viendrait bientôt nous présenter ses excuses pour ses méthodes...
Mais rien n'est gagné, on parle encore d'aide financière pour une fermeture lente.
Les discours qui nous reviennent ne sont pas très clairs. Je ne saurais en dire plus pour le moment.

68. Fred Boot - 29/03/06 23:53
Un beau plan technique avec élévations à l'aquarelle, comme à la grande époque, ça en jetterait. Bon d'accord, plus personne n'en fait, c'est has-been, c'est pas aaaartistique, mais bon dieu que c'était beau.

A part ça, du neuf à Perpignan ?

67. Jean-no - 27/03/06 14:24
Je crois que le maire veut surtout des aquarelles de Perpignan. Et pas des coins glauques (s'il y en a)

66. CKPT' - 27/03/06 14:19
Ça peut donner des idées aux étudiants (jeunes artitses en herbe) de Perpignan : exprimer artistiquement leur pensée sur le sujet qui les inquiète et inviter le Maire à une exposition... L'art comme support de dialogue en quelque sorte.

65. Jean-no - 27/03/06 13:48
ah oui, d'après Le Point, il aime le dessin :

« J'ai même gagné les sénatoriales grâce à cette passion. A chaque rendez-vous avec les maires, je venais en avance et dessinais leur village, que j'offrais en aquarelle. »

bref, l'art est un outil du politique, je n'avais jamais vu ça exprimé de manière aussi claire et aussi directe ;-)

64. CKPT' - 27/03/06 10:37
"Diplomé de l'Ecole polytechnique, ingénieur de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées et de l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Paris(...)Jean-Paul ALDUY est élu Sénateur le 23 septembre 2001". Voir site de la Mairie de Perpignan.

63. Jean-no - 27/03/06 00:45
ah ok. Aux Beaux-Arts de Paris, la section architecture et la section Beaux-Arts n'ont aucun lien administratif ou pédagogique (les architectes se sont quasiment fait virer je crois, il doit leur rester un ou deux bureaux, une ou deux salles, sur le "sactuaire" de l'Ensba)

62. bib - 27/03/06 00:42
Pour un architecte, il n'est pas d'équerre (un grand classique)

61. elric - 27/03/06 00:37
Je crois qu'il a une formation d'architecte.

60. Jean-no - 27/03/06 00:22
Cette citation de Nicolas S. est incroyable !

Oups, ce n'est pas une citation mais une évocation "en substance" (et en utilisant le plus de mots d'origine que ma mémoire a su conserver). Pour le discours d'origine, se reporter au site de l'UMP.

Mais bon je ne comprends pas bien ce que tu dis ensuite : le maire est un ancien de cette école ? Quel est son métier civil, s'il en a un ?

59. elric - 26/03/06 22:09
Cette citation de Nicolas S. est incroyable !
Le maire de Perpignan est de droite (je ne l'avais pas précisé, il me semble) Il est aussi important de savoir qu'il est passé par les Beaux-Arts de Perpignan avant de faire ceux de Paris...
Et il me semble (par ce que j'ai pu voir) qu'il s'entend très très bien avec Nicolas S.

58. Jean-no - 26/03/06 19:56 - (en réponse à : dens)
Généralement les maires de gauche mettent plus d'argent dans la culture et la création (à droite ça serait plutôt dans le patrimoine), mais c'est tout sauf une règle absolue... D'ailleurs nos deux derniers ministres de la culture "de droite" (Aillagon, Donnedieu de Vabres) sont meilleurs que nos deux dernières ministres de la culture "de gauche" (Trautman, Tasca), même si on déplorera au passage que P. Donnedieu de Vabres soit aussi ministre de la communication, ultra réactionnaire en matière d'internet. Il y a encore Jacques Toubon qui a réussi à créer un quartier de galeries très pointu dans le 13e arrondissement de Paris (Rue Louise Weiss)

Bon par exemple à Amiens, c'est un maire "de droite" (Gilles de Robien) qui a repris en main une école morte (à deux doigts de perdre l'agrément du ministère de la culture) et y a (assez radinement cependant) engagé la ville. Bon c'est le même Robien qui a failli faire fermer l'école quand il a eu peur qu'un certain souffle de contestation n'entache sa réputation alors qu'il venait d'entrer au gouvernement (mais qui peut encore faire semblant d'être surpris lorsque des gens de pouvoir font de l'abus de pouvoir ?).
Bref, droite, gauche, ça n'est pas vraiment le problème, en matière d'art il y a des réactionnaire dans tous les camps. Ceci dit à droite j'en ai un joli dans le genre, c'est notre futur empereur de tous les français, Nicolas S., qui est extrèmement explicite dans son programme : en gros "les artistes sont allés trop loin, le public n'y comprend rien, il convient de les recadrer". C'est assez grave comme opinion, car si l'art est une affaire de goûts et de couleurs, ce n'est certainement pas à l'état de dire ce qu'un artiste n'a PAS le droit de faire.

57. dens - 26/03/06 19:38
ouais mais Pau c'est gaucho depuis tres tres longtemps!
et si la droite faisait pareil que la gauche comment il s'y retrouverait l'electeur?
...
...
pardon?
on me fait signe j'ai dit une connerie...

56. Jean-no - 25/03/06 20:09
ah si il est réactionnaire en art, il y a peu de choses à espérer. Il faut maintenant convaincre le conseil municipal qu'une école d'art apporte un certain prestige (dans le "Sim City" français, c'est le standard des villes importantes : un conservatoire de musique et une école d'art), que beaucoup d'élèves sont de la région et en même temps que l'école arrive à attirer aussi bas (y'a quoi de plus bas que Perpignan, hors Corse ?) des gens venus d'ailleurs... Et puis il faut les convaincre que fermer une telle école fait un peu "cheap" alors que Pau ou Tarbes (pour rester plus ou moins dans les Pyrénées) qui ne sont pas de grandes villes (surtout Tarbes), s'engagent très sérieusement derrière leurs écoles d'art.

55. elric - 25/03/06 19:56
Oui mais le problème c'est que le maire ne connait que des artistes "croutistes". C'est à dire gros producteurs de croutes en tout genre. Il a d'ailleurs favorisé l'ouverture de plusieurs galeries dans les rues voisines de notre école. Son aide fut évidemment financière.

54. Jean-no - 25/03/06 19:39
J'ai vu que le maire utilise l'argument choc : "vous n'êtes pas de Perpignan". C'est un peu la gale dont on accuse les écoles d'art qu'on veut noyer, ou au contraire : "cette école n'attire pas assez d'étudiants d'ailleurs"... L'équillibre est très difficile à obtenir et effectivement, si le maire convainc les perpignanais qu'ils financent une école bourrée de parisiens, d'alsaciens et de bretons, il n'y a aucune chance de sauver l'institution. La "résidence d'artistes" dont il parle est une super-affaire pour les mairies, ça ne coûte rien du tout, enfin un salaire pour l'artiste invité (1500 à 3000 euros), un atelier à entretenir, et pour le même prix on a une expo gratuite. Les artistes étant des crève-la-faim, il n'y a guère que ceux du top 10 qui ne passent pas leur temps à chercher des résidences, donc le prestige est énorme pour un investissement minuscule.

53. elric - 25/03/06 19:29
Ce post 51 est superbe !

Je connais un contre exemple à cette constatation affligeante.

52. Jean-no - 25/03/06 19:25
Mais la physique amusante, c'est déjà intéressant ! Il y a un temps pour tout d'ailleurs, et commencer par le palais de la découverte c'est très bien, non ? Ensuite il me semble que les éléctrons ou la gravitation on apprenait ça, oui, enfin je ne sais plus à quel âge précis.

51. Jean-no - 25/03/06 19:22
bien sûr dire que les bac + 5 n'ont pas de boulot est une bêtise (et dire que les études ne donnent pas de boulot, ou que les brevets professionnels ne donnent pas de boulot... Tout ça est faux). Et même, dire aux gens qu'ils seront chômeurs est une connerie : beaucoup sont chômeurs par intermitences, les chômeurs professionnels que je connais sont des gens qui ont des problèmes psychologiques et qui trouvent toujours de bonnes raisons de ne pas travailler : ils sont trop bien pour leur emploi (ou pas assez), etc. (je ne juge pas, je constate).
Mais il y a ce discours catastrophiste sur l'emploi qui nous est dit par nos parents, nos profs, le journal télé, enfin tout le monde a l'air d'accord... D'où la peur et les comportements qui en découlent.

50. elric - 25/03/06 17:53
Je viens de m'appercevoir qu'un copain à mis sur Café salé la vidéo de la visite du maire et le document qu'il nous à donné au moment de sa visite.

http://www.cfsl.net/forum/viewtopic.php?t=28144

Pour situer l'ambiance il faut préciser qu'une taupe à balancé notre mise en scène. Le maire devait venir à 14h et finalement il nous attendait à la mairie. Nous avons refusé d'y aller par principe et il est finalement venu.
Il a essayé de nous endormir avec un discourt qui énumérait les différents lieu lié à la culture dans la ville, d'où l'énervement général.

49. elric - 25/03/06 16:10 - (en réponse à : Pas du tout HS)
La décision finale aura lieu lundi à 17h par vote au conseil municipal (ou un truc du genre, j'y connait rien)

Je précisai que l'école fermait parce que la mairie ne pouvait plus payer le financement mais nous nous sommes aperçu dans un communiqué qu'il allait y avoir un nouveau projet (une résidance d'artiste). Donc que le financement était détourné et pas suprimé.

C'est dégoutant. C'est une exclusion, nous sommes expulsés de la ville !


En tout cas je vous invite à signer la pétition en ligne :

http://www.esap66.dyndns.org/

Et à en parler autour de vous.
Nous en sommes à peu près à 3000 signatures sur papier.


Nous avons aussi pour mot d'ordre de réaliser une image forte par jour pour les médias, de manière à ce qu'ils ne nous oublient pas.
L'info est en train de faire boule de neige.

48. philma - 25/03/06 14:53
Ce que tu décris a l'air d'être au niveau de la leçon de choses, mais justement les planètes est-ce que tes profs de collège t'explique pourquoi elles tiennent tout seul comme ça dans le cosmos ? en optique il faut un minimum de trigonométrie et de géométrie et en électricité on n'y comprend strictement rien dans le fond si on ne parle pas un peu sérieusement d'électrons. Si c'est pour rester au niveau de la chime amusante d'une boîte offerte à Noël ça ne me parait pas fondamental et je me dis naïvement qu'il serait préférable de faire un peu plus( et surtout un peu mieux) de langues vivantes ou de Français.

47. philma - 25/03/06 14:48 - (en réponse à : Toujours méga H.S)
Il est faux de dire que les Bac+5 seront chômeurs, statistiquement c'est archi faux.Les diplômes restent, globalement hein(ce n'est évidemment pas la même chose d'avoir un master de sociologie ou un diplôme de H.E.C), le meilleur rempart au chômage. C'est d'ailleurs une des grosses arnaques cette histoire du chômage des jeunes, sachant que ce sont des statistiques sur 33% de cette tranche d'âge car les autres font des études, et plutôt plus longtemps qu'à l'étranger ( en allemagne pour la même tranche d'âge 50% sont dans la vie active). Donc 25% de chômeurs d'un tiers d'une classe d'âge ça ne fait que 8%, qui se ramèneront à 9 ou 10%(la moyenne nationale) lorsque les étudiants arrivent sur le marché du travail.
En revanche ce qui ne fonctionne plus c'est le père ovrier et pauvre qui faisait comprendre à ses enfants qu'ils n'avaient qu'un seul moyen pour s'en sortir, les études. Maintenant ce père il est au chômage...

46. Jean-no - 25/03/06 14:47
Je garde un souvenir des sciences physiques, j'y ai appris des choses : les planètes, l'optique, la lumière, l'éléctricité, le cri de la prof qui se brûle la main avec de l'hydrogène (4 mois d'arrêt de travail), etc. Il y a une "science physique" non matheuse qu'il me semble important de connaître... C'est peut-être même mieux en 5e-6e qu'après... Évidemment, à partir d'un certain niveau, je veux bien imaginer que ça devient un enseignement inutile.

45. philma - 25/03/06 14:40 - (en réponse à : Méga H.S)
Je ne sais plus exactement quand les sciences physiques sont arrivés au collège mais ça a dû se faire progressivement. Mais il se trouve que c'est un enseignement complètement inutile avec très peu de professeurs intéressants(ils cherchent tous à fuir ce ghetto afin d'enseigner au niveau lycée). C'est un peu comme si tu devais faire un roman sans connaître l'orthographe où la structure d'une phrase. Pour être un tout petit peu technique on ne peut pas faire grand chose en physique sans la dérivée (le calcul infinitésimal) qui s'enseigne en maths en classe de première et pas grand chose en chimie sans connaître la structure de certaines molécules qui ne se verra que bien plus tard. Tu peux sans doute faire quelques petits machins mais rien de bien palpitant qui te permette de mieux comprendre les choses. Du coup dans les classes de collège la sempiternelle réponse des professeurs aux questions des élèves est toujours "Vous comprendrez plus tard, on ne peut pas l'expliquer car c'est trop compliqué pour vous". A quoi sert d'introduire une notion si dans le fond on ne peut pas l'expliquer ?
Je tiens à préciser que mon discours est hyper minoritaire et que la plupart des enseignants sont totalement en désaccord avec mes propos, pensent que cette initiation est formatrice et qu'elle permet de déconnecter les sciences Physiques du calcul Mathématiques.

44. Jean-no - 25/03/06 14:16
Tout d'abord je persiste à croire qu'on peut devenir artiste sans enseignement spécifique mais qu'il est impossible de devenir scientifique sans ce passage. Mais c’est vrai que c’est favorisé par un contexte. Ceci dit je ne suis pas du tout contre l'enseignement artistique, au contraire,je dis simplement qu'il a toujours été massacré dans notre pays (sauf à l'école maternelle) et que ce pays produit quand même assez régulièrement quelques artistes.

Il y a enseignement artistique et enseignement artistique. Dans les collèges/lycées, les profs sont passés par la fac, et ils ont un profil très divers, certains sont intéressants, en fait en me fiant au parcours de ma fille aînée j'ai l'impression qu'il y a un gros progrès : oubliées les laborieuses séances de dessins de plâtres données par les pires traîne-savattes de l'EN... Mais bon ça casse pas des briques quand même. Par contre les écoles d'art forment les élèves intéressés par la création à travailler en se structurant, en finissant ce qu'ils commencent et en rencontrant des gens intéressés par les mêmes choses. Et ça marche très bien à mon avis.

D'un autre coté je ne sais pas si préside une conception aussi utilitariste que tu sembles le penser à l’enseignement de la SVT, je crois quand même que ça ne se passe pas comme ça, les programmes dépendent peut-être d’une certaine volonté de départ mais il serait complètement absurde et anachronique de continuer à enseigner certaines parties de la biologie comme il y a 25 ans.

C'était juste une hypothèse, j'espère que tu as raison.

Pour le nombre d’heures de cours c’est un peu plus compliqué. Si le nombre d’heures de maths te semble constant, à bien y regarder en quelques années cet horaire est passé de 9h/hebdo à 5h30 en terminale scientifique, alors que dans le même temps les horaires de sciences physiques n’ont pas spécialement été réduit. Au contraire cette discipline a été introduite au collège il y a 15 ou 20 ans, à tort à mon avis ( ça ne sert à rien quand on a pas les outils et ça renforce l’idée débile que nous vivons dans un monde incompréhensible et plus ou moins magique). Mais ça se joue dès le primaire ou tout va plus lentement sans qu'on sache très bien pourquoi(et les enfants s'y ennuient à mourir). Pourquoi mettre trois ans à savoir ses tables de multiplication et un temps infini à savoir écrire avec une orthographe à peu près correcte et perdre un temps fou à fabriquer un porte clef lumineux ?

Euh les sciences physiques au collège c'est récent ? En tout cas je peux te promettre que ça a plus de 20 ans vu que j'avais cours de Sciences physiques il y a 25 ans. Par contre récemment (?), ça a été supprimé du programme de 6e et 5e.

Et tu as entièrement raison pour la fin de ton post, le plaisir vient tout seul et l’effort ne se sent pas vraiment s’il y a matière à trouver ça intéressant. Mais pour ça il ne faut pas prendre les élèves pour des cons! J’ajoute que se faire chier à l’école ne serait pas si grave si au bout du compte même ceux qui échouent en retiraient l’essentiel, ce qui leur servira toute leur vie. Alors qu’on assiste curieusement à un retournement des choses où même ceux qui réussissent n’en retirent parfois rien du tout.

Mais si dans le même temps on te dit que ça ne te servira à rien, que de toute façon, même bac+5, tu es un futur chômeur, ce n'est pas très engageant. Il y a une époque où les gens croyaient en l'école, notamment dans les couches moyennes/modestes de la population, mais ce n'est je pense plus le cas et ça remet tout en cause.

43. philma - 25/03/06 14:03
Tout d'abord je persiste à croire qu'on peut devenir artiste sans enseignement spécifique mais qu'il est impossible de devenir scientifique sans ce passage. Mais c’est vrai que c’est favorisé par un contexte. Ceci dit je ne suis pas du tout contre l'enseignement artistique, au contraire,je dis simplement qu'il a toujours été massacré dans notre pays (sauf à l'école maternelle) et que ce pays produit quand même assez régulièrement quelques artistes.

D'un autre coté je ne sais pas si préside une conception aussi utilitariste que tu sembles le penser à l’enseignement de la SVT, je crois quand même que ça ne se passe pas comme ça, les programmes dépendent peut-être d’une certaine volonté de départ mais il serait complètement absurde et anachronique de continuer à enseigner certaines parties de la biologie comme il y a 25 ans.

Pour le nombre d’heures de cours c’est un peu plus compliqué. Si le nombre d’heures de maths te semble constant, à bien y regarder en quelques années cet horaire est passé de 9h/hebdo à 5h30 en terminale scientifique, alors que dans le même temps les horaires de sciences physiques n’ont pas spécialement été réduit. Au contraire cette discipline a été introduite au collège il y a 15 ou 20 ans, à tort à mon avis ( ça ne sert à rien quand on a pas les outils et ça renforce l’idée débile que nous vivons dans un monde incompréhensible et plus ou moins magique). Mais ça se joue dès le primaire ou tout va plus lentement sans qu'on sache très bien pourquoi(et les enfants s'y ennuient à mourir). Pourquoi mettre trois ans à savoir ses tables de multiplication et un temps infini à savoir écrire avec une orthographe à peu près correcte et perdre un temps fou à fabriquer un porte clef lumineux ?

Et tu as entièrement raison pour la fin de ton post, le plaisir vient tout seul et l’effort ne se sent pas vraiment s’il y a matière à trouver ça intéressant. Mais pour ça il ne faut pas prendre les élèves pour des cons! J’ajoute que se faire chier à l’école ne serait pas si grave si au bout du compte même ceux qui échouent en retiraient l’essentiel, ce qui leur servira toute leur vie. Alors qu’on assiste curieusement à un retournement des choses où même ceux qui réussissent n’en retirent parfois rien du tout.

42. Jean-no - 25/03/06 13:47
ah ben ça y est, j'ai trouvé un site sur le sujet :

http://www.esap66.dyndns.org/

41. Jean-no - 25/03/06 12:26
Oulah on se lance dans une discussion complexe, sur l'enseignement de l'art... L'étincelle du grand artiste, c'est comme celle du grand savant, ça ne vient pas juste par l'enseignement c'est évident, en revanche c'est favorisé par un contexte où l'enseignement peut avoir sa place.

Pour les sciences "SVT", je suppose que le principe est que ces dernières sont réputées représenter de l'argent à court terme puisqu'il est plus rentable d'inventer une molécule pharmaceutique à l'utilité douteuse que de mettre la main sur l'unité des forces fondamentales de l'univers ou de résoudre la quadrature du cercle. Mais côté heures de cours, les maths ne baissent pas - je veux bien que la qualité du programme ait baissé, par contre - contrairement aux sciences physiques.

Pour moi l'école républicaine doit former des citoyens, ni des Einstein, ni des Proust, ni des Mozart ni des Vermeer. Elle ne doit pas non plus les empêcher bien sûr.
Je dirais qu'elle a vocation à former des gens qui savent un minimum s'exprimer, notamment à l'écrit, qui comprennent les institutions de leur pays, qui savent dessiner autre chose qu'un affreux lapin (d'où sort ce lapin que tout le monde sait dessiner ?), qui savent simplement regarder, lire, écouter, qui connaissent d'autres plaisir que celui de faire les courses à Auchan, qui sont capables de suivre l'actualité scientifique (exceptionnelle, non ?)... Enfin à former des êtres humains et pas seulement des employés de bureau plus ou moins trépanés et bons uniquement à consommer.

Et même si je suis d'accord pour condamner le fait de demander moins d'efforts aux élèves par démagogie, d'enrober l'enseignement dans un pseudo "ludique", je ne pense pas que l'effort et la souffrance soient le but à présenter aux élèves, parce qu'il me semble que c'est le moyen qu'on trouve naturellement lorsque l'envie est là, lorsque le but à atteindre est une promesse de plaisir ou de bonheur quelconque. Alors le vrai problème, dans ce cadre-là, ce n'est plus du tout le programme des enseignements ou les "trucs" pédagogiques gnangnans à la mode, c'est plutôt de prouver aux gamins qu'il y a autre chose à attendre de la vie que de devenir star-académicien ou truand façon Tony Montana (deux cas de gens qui font des efforts dans leur profession) qu'il faut vivre autrement qu'en étant constament envieux, jaloux, frustré de ne pas avoir une grosse bagnole rouge, une star du porno comme petite amie, une piscine, etc.
Et ça dépasse complètement le cadre de l'école. L'école ne promet que des efforts, pas de récompense... Le "ludique" est absurde (comme saupoudrer de sucre une crotte de chien qu'on offre à manger), ce qu'il faut retrouver ce sont des buts, des envies de savoir et de réaliser,...

40. philma - 25/03/06 11:41 - (en réponse à : jean-no)
Non, les maths ne sont pas spécialement sauvés. Le seul enseignement scientifique, et peut-être pas simplement scientifique, qui progresse sur le plan du contenu c'est celui de S.V.T.(Sciences et vie de la Terre, Biologie/Géologie si tu veux) qui a plutôt bien répercuté l'immensité des découvertes de ces 50 dernières années. Tous les autres enseignements ont considérablement régressé, en tous les cas en France. Les fautes sont complexes, hérésie du collège unique, idée saugrenue des 80% d'une classe d'âge au baccalauréat( déjà ça fait 20% de complètement exclus), démagogie pédagogique où on pense que des jeunes à problèmes ne doivent pas recevoir un enseignement d'un certain niveau, cette satanée ouverture sur la formation du citoyen ( archi pipeau qui ne forment que des illetrés alors que seule une formation solide permet d'appréhender certains problèmes), énorme transformation de la société pourssant à tous les niveaux vers le ludique et la facilité , ce qui n'encourage guère à se donner du mal. Et je vous assure que l'Art n'est pas forcément le plus mal loti, ou plutôt si, son enseignement est une catastrophe, mais pas pire qu'avant. Et puis comme disait un intervenant la pédagogie de l'Art est nécessairement limité, un écrivain ou un peintre ça ne se décrète pas dans un enseignement littéraire et artistique et l'autodidactisme reste largement possible, contrairement aux sciences.

39. Jean-no - 25/03/06 11:30 - (en réponse à : Bon, Elric...)
Alors, ç'en est où ? Vous avez fait un site web ? Des communiqués ? Il faut se bouger un peu !

A Amiens, dont l'école était en grave danger, il y a eu du boucan, un site web, etc., et l'école a été sauvée. Quinze profs ont été virés par contre (dommages colatéraux) mais c'était des cons (exemple, j'étais dans le lot)

38. Jean-no - 25/03/06 11:28
sachez que l'enseignement scientifique, à ne pas confondre avec l'enseignement technique, s'appauvrit au moins à la même vitesse que celui des arts dans notre beau pays

Exactement. Mais tu remarqueras que ce qui est (plus ou moins) sauvé dans le tas, c'est "les maths", qui est pourtant la discipline scientifique dont l'application est certes essentielle (aux autres) mais qui est aussi la plus abstraite du point de vue des élèves.

37. philma - 25/03/06 11:24
Je trouve un peu ridicule et démagogique d'opposer l'enseignement de l'art à celui de la science, sans doute pour mieux opposer in fine arts et sciences. et pour cette opposition prendre ce qui est peut-être l'emblème de la souffrance pour ceux qui n'ont pas accroché à l'école, les mathématiques !
sachez que l'enseignement scientifique, à ne pas confondre avec l'enseignement technique, s'appauvrit au moins à la même vitesse que celui des arts dans notre beau pays et que l'édulcoration des programmes le rend peu à peu inodore et inintéressant.
Les Maths ne servent pas plus dans la vie que le Dessin ou la Musique, car au delà de savoir compter correctement( ce qui n'est déjà pas acquis ) la vie pratique de tous les jours utilise vraiment peu le champs mathématique. Mais est-ce là l'important ? Est-ce que le but de l'école et de l'éducation en général n'est pas plutôt d'apprendre à faire fonctionner correctement cette petite boîte que nous avons tout en haut de la tête, et à trouver de la beauté dans les subtilités de raisonnement rencontrées, à rester logique en toute occasion et refuser les raccourcis faciles. Bref à approfondir l'intelligence et le génie de l'espèce humaine, comme la Philosophie, comme le Dessin ou la Musique...

36. Jean-no - 24/03/06 23:47 - (en réponse à : Viktor)
On constate alors que dès qu'il est question d'art il y a une sorte d'exigence en terme de résultat (la stupide liste du maire)alors que jamais on ne dressera un bilan statistique sur le bourrage de crane en mathématique que l'on assene à des éléves dont une tres stricte minorité accedera à math sup

Bien vu mais on te dira "les maths ça sert à tout" (ce qui est effectivement vague). Ce qui est étonnant c'est que les "décideurs" en la matière méprisent plus encore les sciences que l'art, il n'y a qu'à voir comment les heures de sciences ont baissé au collège... Je pense que bientôt on ne pourra plus se moquer des 30% d'américains qui croient que le soleil tourne autour de la terre ou qui considèrent l'évolution darwinienne comme une explication fantaisiste de la nature, parce qu'on en sera au même point.

Ce qui est fou c'est de faire passer des milliers d'heures de maths aux gamins sans vraiment vouloir qu'ils s'intéressent au sujet, c'est de les obliger à rester en "arts plastiques" sans leur apprendre le plaisir du dessin. Pareil pour la musique... Et ce ne sont pas les profs qui sont en cause, ni même l'éducation nationale, ni des gamins ou de leurs parents, la faute est très également partagée : il n'y a aucun souci de rentabilité des études, le principal semble être d'avoir souffert en silence des milliers d'heures assis sur des mauvaises chaises, et de voir qui aura le plus d'endurance pour cet exercice (l'élite, ce sont avant tout des gens aux fesses dures, apparemment).

Rousseau, Comenius, Montessori, au secours !

35. Odrade - 24/03/06 19:32
Allez vous faire foutre.

Je dessine. A donf.
Pour pouvoir dessiner tout le temps, il faut que je gagne des sous avec ça. (ben oui, loyer, assurances, etc.)

Donc j'essaie de gagner des sous. Ca marche pas avec le dessin.
Je bosse à mi-temps (scretariat) mais il me manque 200 euros par mois pour survivre.
Mon issue à la fin de cette année est : trouver un moyen de gagner régulièrement des sous avec mon dessin ou trouver un boulot à plus de 50 %. Ce qui implique que je dessinerai ENCORE moins.

QUelqu'un a l'adresse d'un mécène ?


O.

34. Jean-no - 24/03/06 19:14 - (en réponse à : ToFra)
C'est quoi "artiste"? Je me demande juste ce que tu regroupe sous ce terme... illustrateur c'est artiste pour toi?

Un artiste, c'est :

- un homme de l'art (quelqu'un qui maîtrise une technique), comme par exemple un doreur d'art, un ébéniste, etc.

- mon boucher ("Mon boucher est un artiste" - Boucheries Bernard)

- depuis Giotto, et de plus en plus jusqu'aujourd'hui : quelqu'un qui confond son oeuvre et sa personne et qui n'hésite pas à blasphémer en se prétendant créateur. Il est au service de lui-même. (bibliographie : Gimpel, Jean, "Contre l'art et les artistes", PUL, 1968)

--
Un illustrateur, comme un designer (graphique, ou autre), ce sont des gens qui répondent à des sollicitations, à des commandes, à des problématiques qui ne sont pas forcément les leurs. Quand ils ont trop de tics ou qu'ils sont incapables de faire ce qu'on leur demande précisément, on les appelle des artistes. Quand ils en sont trop capables, on ne s'intéresse pas trop à eux. Il y a un juste milieu.

33. Jean-no - 24/03/06 19:07
J'ai vraiment pas de bol, cette conversation redémarre, avec Fred Boot en plus, au moment où qu'un technicien de cégétel a choisi pour renverser son café sur un routeur, privant 300 personnes de connexion pendant deux jours. Heureusement je connais un ingénieur de cégégel qui a fini par avoir pitié et qui est allé réparer tout ça ;-)

'tain j'ai retrouvé ma connexion.

rhaaa je respire à nouveau

Bon, alors quoi quoi quoi, de quoi on parle... Oui, les écoles d'art ça va ça vient, mais entre les ouvertures et les fermetures, le nombre ne change pas, apparemment, et il y en a énormemént qui connaissent des mutations vers un mieux : DNSEP, augmentation des effectifs...
Mais il est certain que fabriquer des artistes n'est pas une priorité gouvernementale actuelle (on préfère détecter les futurs chefs de gangs des barbares à la crèche que d'y fabriquer des Mozart et des Vermeer).

Ah tout ça ça rappelle des souvenirs effectivement.

32. Jean-no - 24/03/06 18:58
Après le bac on ne peut pas se déclarer artiste indépendant.

Si si, un décret de l'unesco, début années 1980, ratifié par la terre entière, énonce qu'un artiste est quelqu'un qui dit qu'il est un artiste. Et en France typiquement, n'importe qui peut se déclarer artiste et déclarer ses revenus aux impôts sous ce nom (pour la sécu et la retraite d'artistes, c'est autre chose, il faut déjà gagner des sous).

31. CKPT' - 24/03/06 16:54
Capri aussi c'est fini...

30. larry underwood - 24/03/06 15:38
"artiste mainstream de bédé"

"artiste indé de l'art graphico-séquentiel à intervalles narratifs illustrés."



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio