RURAL ! d'Etienne davodeau

Les 73 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2


73. Lien Rag - 06/04/17 13:21
Je viens de lire "La voie des chevriers" de Samuel Figuière aux éditions Warum, et c'est clair que cette BD n'aurait pas forcément existé sans "Rural" pour lui ouvrir la route quelques décennies auparavant.
Mais je ne sais pourquoi (peut-être parce que je préfère les chèvres aux vaches?) j'ai trouvé cette BD très sympathique alors que Rural m'avait laissé aussi froid que la région dont il parle...

72. marcel - 13/11/08 11:02
Je remonte ca pour dens et suzy.
Aaaaah, j'avais oublie qu'a cet epoque, les auteurs venaient discuter ici. Davodeau, par exemple.

71. skiloo - 04/08/03 12:05
Désolé de remonter un sujet depuis le fond du forum, mais j'ai lu cette BD pendant les vacances et c'est vraiment le genre de BD où il y a un avant et un après.
Habitant Angers, il a quand même fallut que j'aille à Nice pour la découvrir, alors qu'à mon sens, il faudrait qu'elle soit distribuée dans toutes les classes d'histoire ou d'instruction civique du Maine et Loire, enfin bon ...
Cette histoire à un peu chambouler les idées des amis qui me l'ont fait lire et ils se sont plutôt facilement rangés du coté agricole de l'histoire, mais quand on passe soit même sur cette autoroute, la lecture en prend un tout autre sens, et on a un avis un peu plus mitigé.
On se sent d'abords honteux vis-à-vis de ces personnes qui ont été virées (y'a pas d'autres mots) de chez eux. On sent le gâchis de travail de ces trois agriculteurs obligés de repartir à zéro pour une partie de leur exploitation, et ayant de la famille dans le milieu agricole j'ai vu ce qu'est une vie de fermier et le travail que cela représente.
Ensuite, on passe sur la partie politique de l'histoire, et sur les influences de certains producteurs de vin de la région, et on se demande si l'on va continuer à apprécier ces produits quand on sait ce qu'il coûte et ont coûté à d'autre personnes. On apprécie aussi au passage la petite corruption latente des élus locaux.
Et puis on referme le livre, et on se souvient, parce que derrière la BD il y a le souvenir et là c'est beaucoup plus personnel. On se souvient des banderoles qui coupaient la nationale et qui ne nous interpellaient pas plus que ça, et on se souvient des slogans écris sur les ponts qui nous plaisait moyennement parce qu'on trouvait que ça gâchais la paysage ... maintenant dans le paysage il y'a une très large bande noire d'asphalte, et elle fait beaucoup plus tache que la peinture blanche de l'époque.
Et après, on se dit que cette autoroute on l'utilise, et que du coup on fait parti du système, et qu'on est bien content de ne plus croiser les malades qui confondent route nationale et circuit des 24 heures du Mans, surtout la nuit (ok il y'a aussi des malades sur l'autoroute mais il y a plus de places pour qu'ils passent). Et puis finalement on se demande si on va encore l'utiliser cette autoroute ? Parce qu'elle est là, qu'elle est pratique et que ne pas l'utiliser ça va changer quoi ? Ils vont la démolir et reconstruire les maisons d'avant ? Je ne pense pas. Mais l'utiliser, c'est accepter le système, et c'est encourager les sociétés de constructions d'autoroute à continuer, il suffit pour cela de se tourner vers Saumur et de voir l'axe Angers - Tour. Là aussi l'autoroute avance, là aussi il y'a des banderoles que l'on ignore.

Enfin bref je vous engage à lire (ou relire) Rural et à le transposer à votre région. Parce qu'il est normal (enfin j'espère) de se révolter quand on la lit. Mais il est plus difficile (et intéressant) de se remettre en question et de se demander si l'on va faire quelque chose pour que ça change, et encore plus quand c'est un constat et qu'il est trop tard (attention je ne fais la morale à personne, c'est juste le reflet d'une expérience personnelle).

Skiloo

70. Michaël - 20/02/03 18:29 - (en réponse à : Landry)
Il faut que tu ais une définition de "pratique culturelle". Il sera ensuite plus simple de t'aider.

69. Étienne Davodeau - 20/02/03 18:24
Vaste question...
Qu'est-ce qui N'EST PAS une pratique culturelle?
Vous avez 4 heures.

68. Landry - 13/02/03 16:20 - (en réponse à : question pour E. Davodeau)
Je suis en classe de première et dois réliser ce que l'on appelle un TPE (Travail Personnel Encadré), qui est en fait une sorte de mémoire dont on choisit plus ou moins le sujet. La production finale doite faire quelques dizaines de pages et être soutenue à l'oral une vingtaine de minutes. Tout cela doit être fait en quatre mois.
Mon sujet n'est pas encore tout-à-fait défini, mais ce sera quelque chose dans le genre : "la bande dessinée en tant que pratique culturelle". J'aimerais intégrer un maximum de témoingages d'auteurs afin de crédibiliser mon propos. C'est pourquoi je m'adresse à vous, pour que vous répondiez à la question suivante, si vous en avez le temps et l'envie : "en quoi, pour vous, la bande dessinée peut être considérée comme une pratique culturelle ? "

Merci d'avance.

BDphilement.

Landry

67. yaneck - 25/02/02 12:18
Comment le journalisme et la BD se rencontrent pour réaliser un reportage ayant les qualités des deux.
Simple mais émouvant.

66. Az - 24/02/02 18:36
Quel bel ouvrage, malin et engagé, ce qui ne court pas les rues.
C'est du lavis ou du feutre? j'ai pas réussi à me faire une religion. Je vais par contre aller voir les productions précédentes que je ne connait pas. Merci l'auteur, c'est du beau travail.

65. Toroute - 22/02/02 23:06
Quel beau livre. L'histoire de la destruction de cette fameuse maison est très poignante.

64. Cristal - 22/02/02 19:19
L'A87 est ouverte...
Je suis passée à 130 km/h dans la salle de bain de Catherine et Philippe.
Ça fait bizarre...
(voir P 138 du livre)

63. gégé - 20/12/01 10:10 - (en réponse à : Chabertgerard@aol.com)
L'album fait partie de la sélection pour l'alphart grand public à Angoulème 2002/ - Votez pour lui : ça remettra certaines idées en place et on reconnaitra le talent de Davodeau…

62. Canardo - 19/12/01 16:33
Un grand bravo à Davodeau pour son album que je viens seulement de découvrir. Bouquin lu d'une traite. A la fois didactique et génératrice d'émotions, cette histoire est une grande réussite. Un livre poignant ET plein d'humour. N'hésitez pas à offrir ce livre, pourquoi pas pour ce Noël, car il dépasse le cadre de la B.D.

61. Lestat - 01/12/01 01:45
Voici une nouvelle qui risque de plaire à plusieurs d'entre vous (dont l'auteur!): L'album Rural a gagné le prix Bédélys Découverte remis par l'organisme sans but lucratif Promo 9e Art dans le cadre du Salon du livre de Montréal, qui s'est tenu il y a deux semaines. Le prix a été accepté par le représentant de la maison d'édition Delcourt, au nom d'Étienne Davodeau, et espérons qu'il lui sera remis sous peu (enfin, avant Noël, tout de même!). Pour des informations sur la remise des prix Bédélys, voici un lien du site Internet de Promo 9e Art où il y a un album-souvenir de cet événement. Et voici aussi une autre photo, prise par moi-même, de la remise du prix par le récipiendaire de l'année dernière (Thierry Labrosse). Toutes nos félicitations au gagnant, qui a disputé ce prix aux albums From Hell et Hicksville, dans la catégorie "Découverte"! Ce prix a pour but de souligner une bd ...qui a particulièrement été remarquée par le Jury de lecture, soit pour son excellence ou soit par son esprit novateur ou son originalité, et il est parrainé par la Librairie Monet.

60. richard - 24/08/01 01:02
Après plusieurs semaines de rupture, rural est à nouveau dispo. ça veut dire qu'il y a des lecteurs pour ce genre de livre alors? Bonne nouvelle.

59. Landry - 06/07/01 17:52
Merci de cette réponse :-)

58. Etienne DAVODEAU - 06/07/01 17:49
A Landry:
J'ai adoré faire Rural! et bien sûr j'aimerais beaucoup retenter un livre fonctionnant sur le même principe.
La difference avec une fiction, c'est qu'il me faut d'abord trouver un sujet .
Je cherche, toutes antennes dehors. J'ai quelques pistes, mais encore trop minces pour en parler.
Mon prochain bouquin ne sera pas un reportage.

57. Landry - 05/07/01 11:32
Bon, après maintes hésitations, je me suis enfin décidé à m'acheter Rural !
Je viens de le terminer et j'ai vraiment trouvé cette BD exceptionnelle : faire de la BD/reportage-documentaire est une excellente idée. Cette histoire aurait été inventée de toutes pièces, ce serait déjà une très bonne BD, mais savoir que cette histoire est vraie donne réellement une autre dimension à la lecture de cet album. De plus, c'est vraiment très instructif : j'ai appris plein de trucs sur l'agriculture bio alors que je n'y connaissais strictement rien (et pourtant, j'habite Charolles...) et j'ai surtout été vraiment ému par l'histoire des Soresi : passer des centaines d'heures à retaper une maison pour en faire son "petit chez soi" et la voir finir sous une autoroute doit vraiment faire mal (j'essaye de me mettre à leur place, mais j'ai du mal, n'ayant jamais eu "ma" maison...).
En somme, j'ai, après avoir lu cet album, malgré toutes les "crasses" qui y sont raconté, le même sentiment que José Bové (cf : la préface de Rural !) : c'est une belle histoire...

PS : une petite question pour E. Davodeau : comptez-vous refaire une BD de ce type (reportage-documentaire) ??

56. stef - 30/06/01 00:58 - (en réponse à : godsteff@wanadoo.fr)
A Etienne Davodeau: Si par hasard tu repasses sur ce forum, pourrais tu m'écrire à l'adresse si dessus ? Je voudrais te parler de quelque chose ... en privé.
Merci !

55. Benoît - 10/06/01 11:47 - (en réponse à : benoît.ducasse@wanadoo.fr)
Salut à toutes et tous,

Je me balade sur ce forum, sur les conseils d'Etienne qui m'a prévenu qu'il s'y disait des choses intéressantes sur la confédération paysanne. Je m'appelle Benoît et travaille avec José Bové, en tant qu'animateur national de la conf'.
J'ai bien sûr lu la BD d'Etienne. Elle ne m'a pas plu seulement parce qu'on disait du bien de paysans confédérés, mais parce que c'est une oeuvre de qualité, dans son ensemble.
Après le côté (sincère) brosse à reluire, quelques mots pour répondre à des échanges intéressants sur les méthodes d'action.
Une action syndicale de la Confédération paysanne doit toujours avoir un sens pédagogique (jamais nous ne faisons d'action pour l'action, on a autre chose à faire...), sur un sujet touchant fondamentalement le monde agricole et, au sens large, la société. La cible doit être bien définie, dans la pertinence de sa responsabilité dans le dossier traité et le symbole qu'elle représente. Les moyens doivent éviter toute violence physique (ce qui n'exclue donc pas une certaine "destruction" mais qui ne doit jamais affecter celles et ceux qui ne pourrait l'assumer, et elle doit être exceptionnelle, lorsqu'il n'y a pas d'autres moyens au regard du résultat escompté, c'est à dire au regard de l' "intensité" du problème). Forcément, l'action appelle la médiatisation: il faut qu'elle soit connue, qu'elle provoque réflexions, analyses, commentaires, débats. Elle a pour objectif de faire "du droit" là où il nous semble que les droits de l'homme sont bafoués, l'intérêt du citoyen globalement, et du paysan en particulier, mis en danger au profit d'une minorité, au motif de valeurs financières et matérielles auxquel nous nous opposons. Elle se pose comme illégale mais légitime dans cet objectif de faire bouger les lois et avancer les droits. L'action doit toujours être effectuée à visage découvert, signée par un maximum de participants, si possible menée avec plusieurs associations partenaires, concernées par le thème abordé. Il faut se servir de la "faute" commise par l'adversaire dans sa perversité à s'accaparer le bien commun (terre, vivant...) et retourner cette énergie "négative" contre lui: c'est le sens du terme "aïkido syndical" que nous employons.
Voilà, c'est un peu théorique, un rien chiant peut-être, mais si ça peut aider dans les réflexions, eh bien, c'est le but (voir plus haut).
Quant à José, ça fait 25 ans qu'il est sur la brêche, depuis les luttes sur le Larzac (victoire gràce à la méthode ci-dessus décrite) dans les années 70. Le coup du Mac Do en 99 a plu aux médias et au public, ça a marché à un point que nous n'avions pas imaginé ni prévu. Maintenant on essaie d'assumer. Mais les 25 ans passés et le bonhomme qui aime bien mettre sa zone et sa moustache dans ce petit monde en bocal, aident à assumer la tâche (nous devons aussi avoir du plaisir à réussir nos actions, à associer la fête au combat, d'où Millau...).
Pour les OGM, ne pas oublier que la base de la science c'est: "rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme". Ce qui veut dire que les pollens portant les modifications génétiques se baladent et sont susceptibles de transformer le milieu environnant de manière irréversible. Comme personne n'a demandé les OGM, nous devrions donc avoir le temps de mener toutes les études sur l'impact de ces modifications sur la santé humaine et animale, et sur l'environnement en général. Mais il s'agit d'une bataille commerciale à l'échelle mondiale (c'est ça, aujourd'hui, la mondialisation) de 4 ou 5 firmes gigantesques qui ont ciblé de juteux marchés. Elles feront tout pour amortir les énomes investissements consentis pour gagner cette guerre, quels que soient les obstacles (de santé, de citoyenneté...). Donc, dans ces conditions, nous ne pouvons que dire "stop", pas d'OGM... Le sang contaminé, l'amiante, le nucléaire, la vache folle, c'est bon, on nous a déjà fait le coup du secret et du "vous risquez rien" pour couvrir des pratiques commerciales scandaleuses. ça serait bien que ça change, non ? Alors que faire; leur dire "s'il vous plait, Monsieur Monsanto, vous pourriez pas arrétêr ?". Franchement, si ça pouvait marcher, ça nous arrangerait, parce que les actions, les procès, les amendes et tout le tra-la-la, on préfererait se la couler douce dans nos vertes prairies...
Allez, à toutes et tous, pardon d'avoir été trop long (on s'enflamme...) mais c'est dimanche et une bonne bouffe se prépare, ça met en appétit.
Bonne continuation.

PS: le Cirad est bien lié à l'Inra: c'est en quelque sorte la branche pour les cultures des DOM-TOM et anciennes colonies de la recherche publique végétale.

54. lc - 08/06/01 18:03
je ne suis pas la pour faire l'avocat du diable car j'ai apprecie ce livre mais j'ai pris moins de plaisir que je ne pensais.
j'ai eu la chance de dire à etienne les choses qui suivent mais un forum est initialement destiné à dialogue (même avec des fôtes d'orthaugrafes)
je ne prends pas en compte le fond du livre mais la promotion et le sens de la narration.
Sur la promotion
faire un livre demande demande beaucoup de temps et d'energie. Le livre ne pourra vivre que si la promotion existe.
On voit beaucoup de promotion autour de serie chez Delcourt mais pas beaucoup sur les livres d'auteurs...
qu'en pensez vous ?

Sur le sens de la narration,
je n'ai pas de leçon a donner à etienne car si il y a bien un maitre dans le domaine c'est lui.
Par contre, j'aurais aime que la narration BD soit coupé par du texte, des crobards...j'ai eu du mal à lire cette album d'un seul coup. J'ai eu besoin de stopper ma lecture pour respirer.
des moments étaient tellement fort que j'avais besoin de respirer de reprendre mon souffle.
qu'en pensez vous ?

il n'empeche que le livre pose une nouvelle problematique et que c'est plus mieux la bd comme ça.

ps: pour une fois que je dis du mal sur davodeau......

ah oui!!! et les ouvriers de l'autoroute, il pense quoi ?

53. Dav - 07/06/01 19:26 - (en réponse à : fanzineux qui n'aime pas les paraboles)
AH CA !!! J'y vais dans une semaine avec le bouquin sous le bras !!! Vive la nature, les oiseaux, la pêche à la ligne, tout ça !!!

52. Etienne DAVODEAU - 07/06/01 14:04
Je viens de lire tout ça. Et je remarque une chose :
Parmi les centaines de forums en cours sur ce site , celui-ci est probablement celui où on parle le moins DE bande dessinée.
Mais on y parle PAR la bande dessinée .
C'est pas plus mal ,non?

À DAV :Pour répondre à ta question: Oui, la gare de Trémentine existe bel et bien sur la ligne Angers/Cholet . Elle est toujours telle que tu l'as vue dans "Le réflexe de survie " ;Seule modif: Une antenne parabolique a poussé sur son pignon (Des gens habitent désormais à l'étage et le guichet n'est plus en fonction depuis fort longtemps). Bonne balade.

51. Sophie-termite - 06/06/01 23:34 - (en réponse à : a Thierry)
Euh.. non, le CIRAD n'a rien à voir avec l'INRA.
L'INRA est spécialisé en recherche agronomique, donc grossièrement tout ce qui peut être appliqué à l'agriculture, mais principalement en France.
CIRAD ça veut dire "Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement", donc ce serait comme un INRA qui ne travaillerait que sur les problèmes de pays en voie de développement. D'après leur site web : le Cirad a pour mission de contribuer au développement rural des pays tropicaux et subtropicaux par des recherches, des réalisations expérimentales, des actions de formation, en France et à l'étranger, l'information scientifique et technique. Ses activités recouvrent les domaines des sciences agronomiques, vétérinaires, forestières et agroalimentaires.
Tiens pendant que j'y suis, ils ont un communiqué de presse concernant "l'affaire Bové".

A+
Sophie :o))

50. stef - 06/06/01 23:10 - (en réponse à : à Zebulon)
Merci, je commençais à me sentir seul. Et chapeau pour ton argumentaire.

49. Thierry - 06/06/01 21:48 - (en réponse à : my 2 cents)
Hors sujet, je devrais attendre de rentrer en Europe pour lire cet album.
Hormis ma profonde sympathie a Zebulon pour le calvaire que semble etre sa vie, je voudrais rajouter un point sur les OGM.
Modifier le genome des plantes ou des animaux a des fins de productivite est une pratique vieille comme le monde. On commence par selectionner au sein d'une espece, puis on croise entre especes compatibles (la vache Blanc Bleu Belge, particulierement musculeuse, n'est pas issue de genie genetique, mais de croisements), et on termine par manipuler directement les genes. La logique est la meme, et les resultats plus spectaculaires. Mais les consequences sont potentiellement de plus en plus nefastes (les exemples d'echec ne sont pas rares, et plus connus que les reussites). Mais le developpement d'un OGM est long et coute cher. Il ne faut surtout pas risquer de se faire doubler par la concurrence, alors au diable quelques doutes sur l'un ou l'autre probleme.
Et n'oublions pas l'aspect ethique, petit detail insignifiant s'il en est.
Mais ne brulons pas les OGM, les potentialites sont infinies et peuvent rendre bien des services si utilises intelligemment. Malheureusement, les imperatifs economiques faussent le debat.
Voir MONSANTO mettre au point des semences transgeniques auxquelles sont ajoutees le gene "terminator", qui sterilise artificiellement la plante (mais il me semble qu'ils ont abandonne cette pratique, pour des raisons techniques) est profondement choquant. De plus, ils creent des plantes resistantes a leurs propres herbicides (les molecules de bases sont assez similaires, quelque soit le fabricant), creant une "dependance" a leurs autres gammes de produits. Sans compter des contrats qui sont proches du racket pur et simple.
On ne parle plus d'ecologie ou d'agriculture, mais d'economie, malheureusement.
Sophie, le CIRAD, c'est lie a l'INRA ou ca n'a rien a voir ? Je suis un peu largue depuis que j'ai quitte le milieu (et le continent)
A+

48. Sophie-termite - 06/06/01 17:34 - (en réponse à : a Zebulon)
Cher Zébulon,
Je compatis à ton problème de stries et de pépins.... Je suis moi-même parfois genée par le développement intempestif d'antennes qui me poussent sur la tête et mes mandibules sont souvent repoussantes. Mais je suis persuadée que ma capacité à me nourrir de cellulose sera fort utile au Tiers-Monde...
Tu as encore ce CD ???? Dingue ça !! Je t'envoie mon adresse par e-mail !!!
A+
Sophie :o))

47. Zapp - 06/06/01 17:08 - (en réponse à : José)
Juste pour revenir sur le "saccage du mac donald".
Il s'agissait d'un démontage (musclé peut-être) d'un mac donald en construction, c'est à dire d'un chantier.
C'était une action de sensibilisation. La méthode choque peut-être, mais par rapport aux géants de l'agroalimentaires qui eux DETRUISENT des forêts entières (dans les pays pauvres) pour y installer du bétail et nourrir (mal, souvent) leur clientèle (dans les pays riches), çela me semble être bien peu de chose....
Une chose que j'apprecie avec la Confédération Paysanne, c'est qu'ils travaillent de concert avec beaucoup d'autres organisations (d'Amérique du sud, d'Afrique, d'Inde, USA...), ce qui laisse entrevoir une mondialisation un peu plus sympathique que celle proposée par les Vivendi et autres obsédés du profit!

46. Zébulon - 06/06/01 16:49 - (en réponse à : philippe.marczewski@ulg.ac.be)
Chère Sophie, On est bien d'accord. Moi itou j'aurais tendance à dire qu'il faut laisser la recherche se faire et évaluer ensuite ce qu'on fait des résultats. Mais au fond je sais que cette belle idée scientifique est malheureusement loin des réalités. Même si le CIRAD est de bonne foi, ce seront les laboratoire pharmaceutiques et biochimiques qui une fois de plus rafleront la mise. Autrement dit, on peut s'attendre (car l'Histoire nous apprend que de toutes les solutions possibles, c'est toujours la pire qui se produit) à ce que les pays du Nord, forts de leur pouvoir technologique, imposent, à leurs prix et au bénéfice de leurs entreprises privées, aux pays du Sud ces nouvelles technologies. Je ne veux pas dire que les OGM sont mauvais en soi (je préfèrerais d'abord qu'on me prouve le contraire, ceci dit), mais que, bicause nos modes de production actuels et notre organisation économique, ce sont encore les mêmes qui vont se faire entuber (et profond, encore). Ceci dit, je dois aussi préciser que je suis moi-même le fruit d'une manipulation génétique. Mes parents, issus d'une peuplade du grand nord canadien, lorsqu'ils sont arrivés en Belgique il y a de cela cinq ans, ont souhaité avoir un enfant adulte aussi rapidement que possible. Mon embryon a donc été génétiquement modifié pour recevoir le gène de croissance du potiron. Grâce à lui, cinq ans plus tard, j'ai la taille d'un homme de 27 ans, un doctorat en physique nucléaire des états végétatifs et une maîtrise en Histoire des Brasseries Trappistes. Certes, je déplore qu'à l'époque, l'identification des gènes n'étant pas aussi efficace que de nos jours, on m'ait également implanté le gène de la couleur orange soutenu et des stries sur la tête. De plus, je me blesse constamment avec les pépins lorsque je vais, enfin... Les enfants me jettent des cailloux dans la rue ce qui met à jour de grosses plaies de chair farineuse. Aucune fille ne veut de moi à cause de mon odeur de soupe. Et la longue et tortueuse branche verte feuillue qui me sort de la tête a fait fuir tous mes amis. Je suis seul désormais. Tu comprendras ma réticence face aux OGM. Bien à toi, zeb PS: j'ai toujours un cd de lafontaine que j'oublie constamment de t'envoyer (en plus faudra me rappeler ton adresse).

45. Sophie-termite - 06/06/01 15:16 - (en réponse à : a Zebulon)
Oui, le monde agricole est dominé par la FNSEA.... oui, d'après ce que m'a dit une copine qui reprend la ferme de ses parents il est quasiment impossible d'obtenir quoi que soit si tu n'es pas membre de la dite FNSEA et si tu ne rentres pas "dans le moule"... (alors si tu fais pas partie non plus de la Confédération Paysanne c'est peine perdue...)
Je t'accorde que le gars Bové est loin d'être bête, il a des idées intéressantes....
Pour l'anecdote je rappelle quand même que le CIRAD est un organisme public dont le but de recherche est de développer des moyens adaptés aux pays en voie de développement, que ce soit dans le domaine de la santé (recherche sur le paludisme notamment) ou dans celui de l'agronomie....
Je trouve particulièrement idiot de dire en bloc "les OGM c'est de la m*rde !!" et de refuser en bloc toute recherche sur le sujet... Voila ce qu'a dit le père de José, biochimiste et ancien directeur de recherche à l'INRA, a propos des actes de son fils : « Au Moyen-Age, on brûlait les sorcières. Aujourd'hui, on brûle les plants transgéniques ».

Oui, José Bové fout des coups de pied un peu dans toutes les fourmilières, ça fait sans doute du bien... Mais ne m'obligez pas à l'admirer !! Il reste pour moi un réactionnaire sur bien des points....

A+
Sophie :o))

44. Zébulon - 06/06/01 14:47 - (en réponse à : philippe.marczewski@ulg.ac.be)
Oué mais oh! C'est quoi ce "haro sur le Bové", là? Faut pas perdre une ou deux choses de vues: En France, le syndicalisme agricole est dominé très largement par la FNSEA. La FNSEA est un syndicat qui a surtout passé son temps à négocier des subventions publiques pour des cultures à très grande échelle, favorisant donc les gros producteurs au détriment des petits. Les engrais chimiques, c'est eux qui en ont imposé l'utilisation. La culture intensive sans mise en jachère, c'est eux. Les pesticides à la tonne, c'est eux. José Bové est représentant de la Confédération Paysanne, un syndicat minoritaire en France mais qui prone le respect de l'environnement, la solidarité avec les pays du Sud en matière d'agriculture, et l'arrêt du détournement de subventions publiques au profit de grands groupes agroalimentaires (comme Nestlé, pour n'en citer qu'un en Europe). En outre, en plus de s'occuper de sa ferme, le gars Bové court à travers le monde pour essayer de jeter les bases d'une organisation mondiale de l'agriculture paysanne (par opposition à industrielle) dont le but serait notamment de permettre à des agriculteurs des pays du Sud de gérer leur production à une plus grande échelle, garantissant ainsi un minimum de stabilité dans les prix des produits, qui ne seraient plus sous la domination exclusive des grands groupes. Alors oui, il a démonté un MacDo préfabriqué. Pour rappel, Mac Donald élève l'essentiel de sa production bovine sur des terrains défrichés de la forêt amazonienne, rachetés à bas prix aux populations locales et aux provinces brésiliennes qui sont les plus pauvres du pays. Le raid sur le MacDo n'avait rien à voir avec le goût du truc, chacun est libre de juger, mais avec le fait que MacDo est représentatif de cette pratique agricole qui consiste à maximiser les profits au détriment des populations et de l'environnement. Alors le couplet sur "si çavait été un arabe qui avait démonté son lycée...", je m'esclaffe. D'abord la Confédération Paysanne (pas Bové tout seul, les potes) s'en prennent à un symbole sans que cela ait de conséquence grave sur le bien public, ensuite ils ont été jugés pour cela, faudrait pas l'oublier. Alors pour le coup du champ d'OGM à Montpellier, oui, c'est déplorable pour l'étudiant, quoique je voudrais vérifier si cela a réellement ruiné sa thèse. Si c'est le cas, c'était malhabile de leur part. Mais bon, n'oubliez pas non plus que le producteurs de graines fourgent en toute illégalité des tonnes de graines de colza transgéniques aux agriculteurs, en loucedé évidemment, avant même qu'on ait pu en mesurer les conséquences sur l'environnement et la santé. Alors voilà, tout ça pour dire que sortir des mots comme terrorisme quand on parle de Bové et plus largement de la Confédération Paysanne, c'est non seulement con, mais en plus carrément insultant. Il y a un monde entre poser une bombe dans un lieu public en voulant tuer (pour faire peur et imposer ses idées par la force) et démonter nuitamment un MacDo qui a étré reconstruit dans les deux semaines qui ont suivi. Ensuite, aller dire que Bové fait tout sauf de la démocratie, c'est encore plus idiot. Bové s'oppose à des organisations du type Organisation Mondiale du Commerce, ou le Fond Monétaire International, qui sont bien sûr des exemple de démocratie. Ces organisations prennent des décisions qui concernent tout le monde, sans qu'aucun des membres qui y siègent aient été élus... Bref, je me renmds compte que je suis un peu chiant là, même pas une petite blague pour détendre l'atmosphère... Alors je stoppe. Vous êtes certains que vous avez pigé le bouquin de Davodeau? Je vous lèche amicalement les ongles incarnés, zeb

43. stef - 06/06/01 12:49
Je ne vais pas plus rentrer dans les détails concernant les méfaits de la mondialisation (dumpping des grosses firmes pratiqué dans les pays pauvres ...) et des pratiques vraiment ignobles qui sont en train de voir le jour. Mais la lecture de journaux plus pointus comme le monde diplomatique (entre autres) vous en apprendrait long sur le sujet ... et vous permettrait peut être d'avoir un avis plus pointu sur ce sujet. Le problème, c'est que sans aller au fond des choses, on ne peut porter un jugement pertinent. (je ne dis pas que moi j'y arrive hein ?!)
Pour ma part, José Bové a eveillé par son questionnement ma curiosité sur certains domaines, ce qui m'a donné envie d'aller plus loin dans mes connaissances économiques ou géopolitiques. En cela, son but est atteint.

42. Cubik - 06/06/01 11:06 - (en réponse à : cubik@caramil.com)
moi ce qui m'etonne, c'est que tout le monde soit au courant pour le macdal (au passage, il a ete condamne pour ca, y me semble), mais personne ne fait attention au fait qu'il m'anifeste partout a travers le monde
comme quoi, meme si la methode peut paraitre contestable, le resultat est significatif quand meme, maintenant, tout le monde sait que lui et les ot' paysans qui etaient avec lui (ben vi, il est po tout seul ce brave homme), ben ils sont contre la mondialisation, la on les a entendu
c'est triste d'utiliser ces moyens la, mais vu que c'est la seule chose que les gens retiennent (la preuve), on peut comprendre pourquoi il a fait ca

41. Morti - 06/06/01 10:25
Impression bizarre...jusqu'il y a peu, j'ignorais totalement qui était José Bové. C'est un gars dont j'ai vu le nom apparaître un peu partout sans vraiment savoir qui il était. Aujourd'hui je le situe mieux mais je ne connais pas plus son action ou ses motivations qu'hier et à vous lire, je ne sais pas pourquoi mais le bonhomme ne me semble pas particulièrement sympa. Ce n'est qu'une impression tout à fait subjective je le reconnais mais on dirait qu'il fait surtout tout pour attirer l'attention sur lui de façon à exposer SA vision des choses. Si à priori,le genre de combat qu'il mène attire plutôt ma sympathie, j'avoue en accord avec pm ci-dessous que les moyens ou les choix qu'il a fait sont discutables. Un MacDo, effectivement c'est pas bon mais personne ne vous force à y aller et puis il doit y avoir de "vrais" restos en france où on mange certainement aussi mal donc l'exemple est choisi en fonction de la société visée, pas de la qualité de la bouffe, ne détournons pas le vrai motif. On veut aussi souvent faire des choses pour le bien de certaines personnes en oubliant qu'on bousille le travail d'autres, l'exemple de Sophie est frappant : "on va faire un coup médiatique, on parlera de notre action". Oui bon mais a-t-il les compétences pour pouvoir vraiment juger du bienfondé de son action ? Autre aspect,la notoriété du gars est maintenant établie mais effectivement si une personne moins médiatisée s'avise de faire la même chose, il risquera plus gros d'après moi. Et enfin moi aussi le terme "mondialisation" si on ne le dénature pas, ne me gène pas, le problème est ce qu'on en a fait... Donc, désolé Mr Davodeau on s'écarte un peu de votrre excellent album, le crédit accordé à Mr Bové est peut-être un peu excessif même si je le répète, ses intentions me sont plutôt sympathique sur le fond...pour la forme, je ne suis pas certain de la méthode... Mr Davodeau, encore un petit détail, vous dites être satisfait que des gens aient lu votre album MALGRE que ce soit de la BD. Je pense que vous pouvez aussi être satisfait d'avoir sensibilisé d'autres lecteurs avec un sujet bien loin de leurs lectures habituelles PARCE QUE c'était de la BD...ça fait plaisir de voir que certains auteurs ne prennent pas nécessairement les lecteurs de BD pour des incultes notoires. Marc :o)

40. pm - 06/06/01 09:49
Pas du tout spécialiste du monde agricole, celui-ci m'emmerde et m'empoisonne( ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier la BD de Davodeau ), ne connaissant guère Bové, je me suis souvent fait la remarque suivante: et si c'était l'arabe du coin qui "démontait"(faut pas déconner qui a cassé) je sais pas moi son lycée, son ANPE..., ben ce serait la tôle sans aucune circonstance atténuante, et pourtant sa rage serait au moins aussi justifiée( en fait beaucoup plus ama, puisqu'on a tjrs le choix de ne pas aller bouffer au mcdo- j'ai horreur de ça, ça pue et c'est très mauvais).Bref Bové ne m'est pas a priori très sympathique, et pourtant le coté anarcho-syndicaliste me plaît bien.
La mondialisation, le terme, moi je le trouve assez beau (les échanges au niveau mondial, la possibilité pour les pays pauvres de se développer).En fait il recouvre un sous entendu de nivellement social par le bas, c'est à ce niveau que se situe le problème.

39. Cubik - 06/06/01 09:08 - (en réponse à : cubik@caramail.com)
bah moi j'aime bien jose bové
bon, c'est clair que démonter un macdal, c'etait ptet po le meilleur moyen de se faire remarquer, mais au moins, ca a marche
pis ce que j'aime bien, deja, c'est qu'il se contente po de passer a la tele, d'ailleurs, il y va pas si souvent que ca, meme si on cause souvent de lui, y prefere aller dans les manifs aux 4 coins de la planete je crois
mais surtout, y se contente po de dire "c'est po bien", y propose des choses aussi
et c'est pour ca, a mon avis, qu'il a fait la preface de rural!, pasque ce qui est presente dans la bd est une des solutions mises en avant par josé bové

38. Tom - 06/06/01 08:38
Oui, mais "porter un débat sur la place publique" comme tu dis n'est souvent que de peu d'effet puisque la profondeur du débat est justement très faible sur la place publique. Les médias d'informations (et pas seulement la télé) n'ont pas besoins de débats mais de faits et souvent ne s'arretent qu'à ca. Les acteurs politiques (mais aussi culturels, sportifs, de l'entreprises...) utilisent donc les médias en parfait connaissance de cause pour souvent porter le débat sur des points de détails sans aller au fond des choses et en prenant garde à prendre en compte tous les points de vue d'un sujet.
@+ Tom
NB : On peut rendre grace à Etienne Davodeau d'etre l'instigateur (certes indirect) d'un sujet du forum qui ne dévie pas.

37. stef - 06/06/01 07:44
à sophie-termite: Evidemment, pour cet étudiant, je comprend le sentiment d'injustice qui est totalement justifié.
à Tom, Boum (et aussi Sophie): Mais quand Bové fait un coup médiatique, c'est pour porter un débat sur la place publique. Qui serait au courant des idées qu'il développe si il n'avait pas tapé du point sur la table ?
Je pense qu'il ne faut pas limiter son propre jugement sur la superficie (le coup médiatique), mais aller un peu plus en profondeur (les idées).
Quand les multi-nationales nous auront imposé leurs produits uniformes, c'est à dire entre autre quand tout le monde mangera la même chose et que les "petits produits" auront disparu, nous n'aurons plus de choix possible ... alors on se demandera ou est passé la démocratie ... Le totalitarisme est parfois insidieux, il peut passer par exemple par la publicité qui nous fait prendre des vessies pour des lanternes, et le liberalisme menace parfois la liberté (en tout cas à moyen terme).
Ecologie, économie, sociologie, ... tout ça est lié et on ne résoudra pas les problèmes en traitant ces sujets séparément.
Bon j'arrête la, je ne veux pas devenir le "militant" de ce forum ;o))

36. Boum (qui est hors-sujet) - 06/06/01 03:25
Stef, Pour moi Bové est un prédicateur. Il détient la vérité et il pontifie à qui veut l'entendre. Je ne reviendrai pas sur ses faits d'armes, on n'a qu'à lire ce qui précède (mais c'est vrai qu'il semble anti-tout... sauf anti-lui! Il s'aime beaucoup ce monsieur). Disons que j'ai un faible pour la démocratie (même si elle est un travail de longue haleine) et que le terrorisme ne me plaît pas beaucoup, détruire un champ expérimental, s'attaquer à un resto de malbouffe comme il se plaît à le dire, c'est du terrorisme. Enfin, c'est vrai que Macdo offre le même sandwich partout, mais si on les interdit, faudra aussi interdire tout ce qui est dégoulinant, gras et de mauvaise qualité (par exemple Johnny Halliday, Barbara Cartland, les sagas de James Ivory et les Passagers du vent de Bourgeon). Je crois qu'il ne faut pas chercher à imposer sa vision des choses envers et contre tous et par la force. C'est malsain. L'intégrisme goûte encore moins bon que les sandwichs de Macdo.

35. Sophie-termite - 06/06/01 00:09 - (en réponse à : termite@multimania.com)
Concernant Bové, j'ai déjà dit je crois que je l'avais trouvé très intéressant dans un débat hors de spécialité...

Maintenant je ne juge pas ses prises de position, j'avoue même être d'accord avec certains trucs (encore qu'il faudrait que je me documente en détail, parce que la plupat du temps les médias ne vont pas au fond c'est peu de le dire....), mais je conteste ses méthodes.
Et je pense notemment à son "déplantage(?)" d'un champ d'OGM à Montpellier. J'espère que je vais pas écrire de con*eries vu que ça fait un certain temps.... Si je me trompe, arrêtez-moi tout de suite.
Pour résumer les faits, une de ses glorieuses actions anti-mondialisation, destinée sans doute à lutter bravement contre l'envahisseur tel le David Vincent des temps modernes qu'il incarne, a été de détruire un champ de (riz ?? je sais plus ce que c'était...) transgénique au CIRAD à Montpellier.
Le CIRAD est un organisme de recherche scientifique et sur le coup il a ruiné la thèse d'un (une ?) étudiant(e). Je ne connais pas cet étudiant, mais je mais à sa place. Si ça se trouve, il était même pas anti-Bové.... Mais voir des années de travail réduites à néant, ta carrière hypothéquée tout ça pour un excité qui fait une action d'éclat pour qu'on parle de lui, ça me donnerait des envies de meurtre....
En résumé : le CIRAD fera un autre champ, ça empêchera pas MONSANTO de faire des profits, Bové s'est fait un max de pub... Mais un étudiant a tout perdu !! J'ai bossé un peu avec des OGM et je pense qu'il y du pour et du contre ... tout dépend de la façon dont c'est exploité.
Quant à être "anti-tout", je fais peut-être un faux procès à Bové mais c'est parfois l'impression qu'il donne. Je m'y connais pas assez en politique, mais je suppose qu'on ne peut pas mettre dans le même panier toute la mondialisation. Il y a sans doute des points positifs, des gens qui tentent de faire bouger les choses dans le bon sens. Bové (ou certains de ses afficionados) donne l'illusion de tout rejeter en bloc...

Bon j'arrête, on est vraiment hors-sujet là ;o))

A+
Sophie :o))

34. stef - 05/06/01 22:49 - (en réponse à : à Tom)
Vu sous cet angle la, je suis d'accord avec toi. Mais ce n'est la que le triste exemple de la capacité de certains médias à restituer l'information sous une forme "amalgammée", et trop souvent dénaturée, tout ça par soucis de simplification, pour ne pas que les gens aillent trouver plus facile à comprendre sur une autre chaine (car c'est bien de la télévision qu'il s'agit).
Sophie disait avoir été agréablement surprise par Bové sur Arte, ce n'est pas étonnant, et ça n'aurait pas été possible sur une autre chaine.

33. ChM - 05/06/01 22:45
Je n'ai malheureusement pas encore lu "Rural", par chez moi le n & b est introuvable, j'attend avec beaucoup d'impatience mon déplacement de fin du mois :-)
Mais Sophie, n'hésite pas, Sacco c'est sacré et il y a à lire et à discuter (plusieurs soirées pour les deux). "Palestine" a été une de mes claques comme l'ont été "le constat" et "Saigon Hanoi" :-)

32. Tom - 05/06/01 22:36 - (en réponse à : à Stef)
Je réponds en mon nom à ta question à termite car j'ai un peu, je pense, la même vision qu'elle (à confirmer). Je ne trouve pas de lien de cause à effet entre anti-mondialisation et anti-tout mais je trouve que l'image d'anti-tout est celle véhiculée par les médias sur José Bové. Partant de cette médiatisation dont il joue habilement, c'est sans doute cette image qui lui colle le plus à la peau. Il en devient mécaniquement un exemple un peu 'anti-tout'. En un mot, ce n'est peut être pas son discours mais l'image de lui-même qu'il donne qui veut ca.
@+ Tom

31. stef - 05/06/01 22:20 - (en réponse à : à Sophie-termite)
Je ne voudrais pas faire glisser ce sujet vers un débat pour ou contre Bové qui n'aurait (peut-être) pas sa place ici.
Pourtant, je suis un peu étonné de voir à quel point Bové est impopulaire parmis certains des intervenants.
Pourrais tu m'expliquer en quoi le fait d'être "anti-mondialisation" (le terme est surement simpliste) signifie à tes yeux "anti-tout"? Pour être allé assister à un débat public en la présence de Bové, et après avoir suivi un cursus universitaire plutot axé sur l'écologie (version scientifique, pas doctrinaire), il ne me semble pas qu'il soit anti-tout, mais au contraire qu'il ait beaucoup de choses à proposer (ce qu'on appelle à tort ou à raison des "solutions alternatives").

30. Sophie-termite - 05/06/01 17:47 - (en réponse à : a Tom)
Je dois avouer que je n'ai pas lu la préface de Bové.... J'ai préféré passer directement à la suite pour pas m'énerver d'entrée... Sinon, je vais essayer Palestine c'est promis !! Et puis concernant ma "sagesse", disons que bosser successivement pour une grande compagnie de production de semences puis pour l'interprofession laitière, ça ouvre des horizons.... ;o)) A+ Sophie-qui-va-lire-Palestine :o))

29. Tom - 05/06/01 15:57 - (en réponse à : à Termite)
C'est exactement ce que je disais : il est ou il apparaît, dans cet édito, loin du personnage anti-mondialisation (donc anti-tout)...
@+ Tom
NB : Par contre, fais gaffe, il me semble que tu as une certaine attitude constuctive vis à vis de l'info et de l'intox ; serait ce le signe que tu atteignent une certaine sagesse ? Il est toujous difficile en effet de connaître toute les facettes d'une réalité.
NB2 : pour commencer par Sacco, je te conseille Palestine qui doit se lire très bien actuellement au regard des événements.

28. Sophie-termite - 05/06/01 15:41 - (en réponse à : termite@multimania.com)
Bon, la prochaine fois que j'ai des sous dont je ne sais pas quoi faire, j'acheterais un Sacco... Ou alors j'essaierai de me le faire prêter ou de l'emprunter dans une bibliothèque pour être sûre :o))

Concernant José Bové, je me moque qu'il "démonte" un McDo, mais j'avoue avoir été plus que choquée par son "démontage" d'un champ expérimental... Il fait un amalgame "anti-tout" (et "pro-confédératiuon paysanne pour la pub) qui me fait un peu peur...
Ceci dit je l'ai vu un jour sur Arte participer à un débat sur les USA (donc relativement loin de ses préoccupations habituelles) et j'ai été agréablement surprise.


A Etienne Davodeau : j'attends le prochain avec impatience, mais j'avoue espérer un sujet différent... Je suis devenue (pour des raisons professionnelles) allergique aux infos et intox successives du milieu agricole... ;o))

A+
Sophie :o))

27. Dav - 05/06/01 13:08 - (en réponse à : fanzineux qui aime la nature ET les gares !)
J'ai relu Le réflexe de Survie et PAF ! J'ai pris conscience que ça se passait à Trémentines !!! Ah ben ça !!! La question que je pose maintenant à Etienne c'est : Même si elle a fermé, elle existe toujours matériellement la gare ? Je veux dire par là que si je vais y faire un tour, j'ai des chances de reconnaître le coin ? Parce que si c'est le cas, j'y cours !!! Pouvoir passer du papier à la réalité ça doit être génial !!! Par contre, j'irais pas me balader sur le chantier de l'autoroute... Après avoir adoré Rural!, merci mais très peu pour moi...

26. Tom - 05/06/01 10:39
à Etienne Davodeau et à d'autres : Nous parlons ici d'une Bd qui sort un peu des sentiers battus Et c'est un plaisir de voir de "grands" éditeurs tatter à ce nouveau type de Bd. On quitte ici la Bd dite "enfantile" ou d'"enfantilage" pour atteindre un medium ou le discours se fait plus sérieux et plus réel. Depuis quelques temps, la BD est en train de prendre tout doucement ses galons comme média à part entière et je pense qu'elle a de grandes qualités vis à vis d'autres médias : la télé n'a pas trop d'intérêt en tant que reportage car elle ne fait souvent que survoller les sujets et est perçue (à tort ou à raison) comme manipulée ; les livres sont souvent perçus comme trop long au regard des rythmes de vie toujours plus rapides ; A contrario, la BD en marriant l'image et le discours est plus en phase avec notre époque. Charge à chacun ensuite de s'approprier l'histoire et le discours car ce type de BD force à réfléchir.
à Boum : moi aussi, l'étiquette rouge m'a étonné. Tiens, José Bové, qu'est ce qu'il vient faire sur une BD ?... Mais, à la réflexion, s'il est là, c'est que l'auteur (ou l'éditeur, ou les deux) l'a(ont) choisi pour appuyer leur propos. En plus, sa préface est relativement loin du personnage médiatique jusqu'auboutiste car elle est tout en nuances. Le propos est plus mesuré car le public est sans doute plus attentif au propos.
à Sophie : Lis Sacco, c'est un peu étrange au début mais la densité du dessin transcrit parfaitement la densité du propos. C'est, à mon sens, encore plus du reportage que Rural ! puisqu'il y a le parti pris d'une multitude d'actions, de tranches de vie, de témoignage pour suivre le fil conducteur. C'est beaucoup plus trépidant (le rythme de la Bd mais aussi le rythme de vie dans unenvironnement instable). Pour continuer la comparaison, Joe Sacco essaye aussi de montrer les différents points du vue même si il a un penchant assez net pour un parti.
à Zongo : Attention, l'avis de Sophie n'est nullement négatif, il est mesuré.
@+ Tom

25. Cubik - 04/06/01 18:04 - (en réponse à : a Etienne Davodeau)
C'est clair que de ce cote la, t'es gate, a savoir que moi, pour mon emission de radio sur la bd, on a presente rural! et on avait un exemplaire a faire gagner, ben on etait bien content que des agriculteurs nous appellent :)
je sais po si c'est pasqu'on a dit que le bouquin expliquait entre autre une facon de voir l'agriculture a taille humaine, ou les conditions a remplir pour faire du bio, mais y avaient l'air interesse :)

24. Etienne Davodeau - 04/06/01 17:17
À Sophie Termite:
C'est vrai ,le dessin de Joe Sacco est touffu et ses pages sont particulièrement denses. Mais essaie encore, je t'assure que l'effort vaut le coup . Et tu verras:Même si ma tentative de reportage qu'est Rural! ne t'a pas convaincue , le travail de Sacco devrait te réconcilier avec le genre.Bonne lecture.
À Boum:
Une des motivations qui m'ont poussé à essayer le reportage en bande dessinée est la suivante: Le merveilleux petit monde de la BD fonctionne beaucoup en circuit fermé.Les auteurs de bande dessinée écrivent et dessinent pour les lecteurs de bande dessinée,c'est un petit milieu douillet certes mais parfois un peu autiste (au sens où il se coupe du reste du monde). L'idée est de casser ce petit cercle .
AvecRural! j'ai essayé de faire un livre qui puisse interesser des gens plus par son thème que par sa forme.Autrement dit, je voudrais que ce bouquin trouve des lecteurs qui seraient sensibles aux sujets abordés et qui le liraient presque MALGRÉ le fait qu'il s'agit de bande dessinée.
Et c'est là qu'intervient la préface de Bové:Elle est là pour signaler aux gens qui se sentent en phase avec les questions qu'il pose que ce livre parle aussi de ça. Et donc qu'il ne s'adresse pas aux "lecteurs-de bande-dessinée" mais aux lecteurs tout simplement.
Et après quelques semaines ,on dirait bien que ce petit autocollant rouge sur la couverture remplit son rôle à merveille. J'adore quand , pour me parler de ce livre , on commence par"Je lis jamais de BD mais..." Et ça m'arrive assez souvent ces temps-ci. Ce sera ma petite victoire.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio