Mouminoux - Dimitri

Les 44 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .



44. suzix@bdp - 27/01/22 10:22 - (en réponse à : Lien)
Tu as un minou qui s'appelle Dimitri ? (;o)

43. Lien Rag - 27/01/22 10:15



Un truc
un peu moins nazi...

(l'embed ne marche pas, je ne sais pas pourquoi)

42. feldoë - 25/02/15 07:44
Intéressant ce sujet sur Mouminoux - Dimitri.
Merci de l'avoir ressorti par cette incidente.
J'avais vaguement lu quelques allusions sur cet auteur, mais ne connaissais pas son histoire?
Et pas mal le forum bdp il y a 15 ans...

41. Lien Rag - 23/02/15 18:36
Une excellente émission de France Culture pour qui s'intéresse au nazisme de façon un peu plus approfondie que "c'est des méchants pas beaux"...
Particulièrement pour Léon qui demandait quelle est "la face présentable du nazisme".
Oui, c'est Finkielkraut, mais malgré tout c'est excellent - enfin ça reste Finkielkraut, à un moment un des historiens invités dit (je n'ai plus la phrase exacte en tête) que l'importance de "libérer les énergies vitales" de toute contrainte légale pour les nazis a une certaine résonance de nos jours, notamment dans le néolibéralisme... Que n'a-t'il dit là! Le chien de garde se réveille en Finkielkraut, qui prend une bonne minute pour expliquer à quel point la liberté de licencier est quelque chose d'important....

40. Lien Rag - 15/08/07 15:39
J'ai quand même vraiment du mal à comprendre comment un grand éditeur peut publier, en 1994, une Bd ouvertement nazie (jusqu'au ridicule, avec le Surhomme en combinaison dorée...) comme "L'Hymne à la Forêt"!

39. Léon le Wacky - 29/11/03 18:58
Allons, allons, mon petit Lien Rag, sois un peu plus respectueux envers tes aînés. (Ah là là, ces jeunes avec leurs grosses motos, ça se croit tout permis, ma bonne dame...)

Non, tu ne m'as pas convaincu, surtout quand tu fais le parallèle avec Achille Talon : pour moi, c'est de la satire, et la satire, j'ai vraiment beaucoup de mal à trouver ça malsain. Tant pis, comme tu dis!
Et c'est vrai que la citation dans la scène de la pipirka est hilarante, j'ai ri en la relisant dans ton message.

38. Lien Rag - 29/11/03 13:45
J'ai pas oublié, j'ai peut-être autre chjose à faire. Et puis tu n'as pas été nommé Grand Inquisiteur du Tribunal du Peuple, non plus.
Pour répondre quand même, disons que s'il est vrai que comme la Swastika, le mépris de la mort et le culte de la volonté ne sont pas une invention des nazis, ils sont suffisamment marqués depuis 1933 pour attirer l'attention.
La face présentable du nazisme est, pour résumer, celle qui a fait dire à Chamberlain que Hitler était un parfait gentleman. "Amen" de Costa-Gravas n'est pas un bon film mais il a le mérite d'assez bien montrer la vie quotidienne des anti-nazis moyens, pour qui le régime est pas gentil mais sans vraiment plus.

La scène des "Rois du pétrole" ou il fait brûler tout le village me paraît inutilement cruelle, mais on peut être d'avis différent. Ce qui a surtout attiré mon attention sur cet aspect du Goulag est la scène, je crois dans "les zomes", où les gardes qui accompagnent Eugène Krampon lui passent les parties à la graisse ("jir"). La réplique des gardes à Eugène qui les accusent d'être bêtement jaloux est certes à mourir de rire ("bien sûr nous jaloux, si nous pas jaloux pas avoir raison passer pipirka à jir, c'est question l'est bête"), mais elle montre une humanité réduite à ses sentiments les plus bas; et c'est un ton que l'on retrouve en permanence dans la série. Un peu comme Achille Talon en fait, mais en plus sordide et moins joyeux. Je ne peux donner de détails plus précis, et on peut ne pas me trouver convaincant. Tant pis.

37. Léon le Wacky - 29/11/03 11:56
Comme Lien Rag semble avoir oublié de répondre aux questions qui lui sont soumises, je remonte le sujet...

36. LO - 13/11/03 15:14
Il y a tout de même la présence d'un soupçonné terroriste-saboteur à bord. Sans parler d'une lettre anonyme représentée à la fin de l'album mettant en garde la compagnie contre un risque d'attentat. De là à induire un complot judéo-maço-communiste ...

Plus grave était l'argumentaire de l'éditeur affirmant que l'hypothèse la plus retenue par les historiens était celle de l'attentat. Une grosse maladresse qui n'a sans doute pas aidé l'image de l'album.

35. yannick - 13/11/03 14:14
Dans "Hinderburg", dimitri précise bien que le gaz qui servait habituellement au fonctionnement du dirigeable a été remplacé par un autre très imflammable lors ce dernier voyage.
Une étincelle suffisait donc à emflammer le "Hinderburg"... quant à la thèse de l'attentat dont tu décries précédemment, je me souviens pas que Dimitri l'ait mis en avant, faudra que je relise l'album.
Mais il est vrai que son excuse en prétendant que c'était l'éditeur qui voulait une histoire de la même veine que Titanic ne vole pas haut...
Remarque : dans "le convoi", on a droit aussi à une romance qui n'apporte pas grand chose à l'histoire...

34. LO - 13/11/03 13:56
Je me souviens surtout de Hindenburg sur la catastrophe du Zepelin. Beaucoup de sous-entendu dans cet album. Les héros sont de beaux blond aux yeux bleus, les terroristes ont des têtes bien cosmopolites. Et l'explication lourdement évoquée pour l'incendie du dirigeable est un attentat terroriste. Historiquement, personne ne n'a pu prouver ce qui s'est passé. Mais la plus plosible des hypothèse est celle d'un banal éclair ayant foutu le feu à la machine. Tous les historiens de l'aviation s'accorde sur la question, d'ailleurs il y avait de l'orage le soir de l'accident.

Dans ce cas, Dimitri se garde de réécrire l'histoire, il donne sa version et l'oriente selon son "feeling". Il s'est déchargé sur l'affaire dans Bodoï en disant que l'idée de faire un BD sur l'Hindenburg venait de son éditeur qui voulait apporter un album dans le ton de Titanic.

Dans ce même interview, Dimitri déclare ne pas porter la démocratie dans son coeur...

33. yannick - 12/11/03 15:32 - (en réponse à : Lien Rag )
Est-ce qu'un auteur de bédés qui écrit des chants de guerre nazis doit être considéré comme un nazi ???

Personnellement, je ne le crois pas sinon faudrait censurer tous les films ou passages de films qui en font allusion comme "la bataille des ardennes", "la grande vadrouille"... soit autant de chefs d'oeuvre...

32. Léon le Wacky - 08/11/03 20:57 - (en réponse à : Lien Rag)
"Le Goulag (qui m'a souvent fait énormément rire) ne ridiculise pas tellement le communisme et encore moins la Gauche (absente du premier au dernier tome), mais s'attaque (pas toujours frontalement) à l'idée même d'humanité ou de fraternité humaine; c'est ça qui le rend légérement malsain."

Cette réflexion me laisse perplexe, tu peux donner des exemples concrets?

"Quand à Kaleunt,qui est effectivement une bonne BD, elle montre certes la guerre vue du côté allemand, mais en-dehors de la scène des chants nazis la philosophie développée par le héros à la fin ("vivre, n'est-ce pas imposer sa volonté au temps")donne sa morale à l'histoire, et c'est une morale nazie (certes, de la face présentable du nazisme)."

Là aussi, j'aimerais que tu développes : en quoi est-ce une morale nazie, et c'est quoi, selon toi, la face "présentable" du nazisme?

31. Lien Rag - 08/11/03 16:54
Le Goulag (qui m'a souvent fait énormément rire) ne ridiculise pas tellement le communisme et encore moins la Gauche (absente du premier au dernier tome), mais s'attaque (pas toujours frontalement) à l'idée même d'humanité ou de fraternité humaine; c'est ça qui le rend légérement malsain. Certains de ses one-shots sont pires encore dans le même sens.
La patrouille des libellules, aussi cynique soit-elle, ne vapas du tout dans le même sens; au contraire elle montre une humanité profonde qui tente de se défendre contre la corruption et l'hypocrisie générale. Il faut apprendre à lire, cela sert parfois.
Quand à Kaleunt,qui est effectivement une bonne BD, elle montre certes la guerre vue du côté allemand, mais en-dehors de la scène des chants nazis la philosophie développée par le héros à la fin ("vivre, n'est-ce pas imposer sa volonté au temps")donne sa morale à l'histoire, et c'est une morale nazie (certes, de la face présentable du nazisme).

30. yannick - 03/11/03 14:21
Bon, finalement, peu importe l'auteur... je trouve que ses one-shots sont très biens, aucun de ces livres ne contient (me semble t-il) de propos racistes, xénophobes ou autres.
Il est même assez étonnant que l'auteur ne prend pas part au jugement de l'époque, de ses personnages, tout est abordé avec une neutralité d'opinion incroyable et bienvenu pour le thème abordé (la seconde guerre mondiale).
C'est le genre de bédés que je conseillerais à ceux qui veulent mieux connaitre la seconde guerre mondiale (je pense en particulier aux collégiens/étudiants) sans aucun risque d'être traité de partisan ou quoi que ce soit.
Je rappelle que ceci n'est qu'une opinion concernant ses one-shots (Kaleunt, le convoi, Hinderburg, Kamikaze, etc...) et non ses séries comme "Le Goulag" (que je n'ai jamais lu).

29. Léon le Wacky - 30/10/03 20:41
Pour le dessin animé, c'est bien possible, j'ai pas vu ça... Mais ça ne m'étonne pas, le trait de Carpentier est bien adapté à une transposition animée.
Pour en revenir à Mouminoux, il était aussi l'auteur des Familleureux, dans le Spirou des années 70 (sous le pseudonyme de Dimitri Lahache).

28. Gill - 30/10/03 20:26 - (en réponse à : Léon)
Autant pour moi, j'aurais dû dire "dessinateur".
Mais pour pinailler, moi z'aussi, les premiers albums n'étaient pas signés par Cauvin ;-) même s'il en était effectivement l'auteur.
Ce fut un dessin animé, également... (un des premiers de chez Dupuis ?)

27. Léon le Wacky - 30/10/03 20:18
>> Le cas inverse s'était présenté il y a longtemps lorsque les "Cahiers de la BD" avaient publié l'affiche de Carpentier (je crois), l'auteur des Toyottes, à la gloire du FN belge et ouvertement raciste, si je me souviens bien...)

Juste pour le plaisir de pinailler, Louis-Michel Carpentier n'était pas l'auteur complet des Toyottes (très bonne série au demeurant) : le scénario était de Cauvin. :o)

26. Gill - 30/10/03 18:37 - (en réponse à : Yannick)
Moi aussi, ce sujet me gêne aux entournures, comme tout ce qui touche aux censures... qu'elles soient officielles, éditoriales ou lobbyistes.
Je me pose donc des questions :

- une oeuvre n'est-elle pas à juger par elle-même plutôt qu'à travers le filtre des qualités humaines supposées de son auteur ?
(Doit-on arrêter d'aimer le Goulag si son auteur s'avère être partisan d'un parti politique autre que le sien, fut-il aussi détestable que le FN ? On en revient au débat pro/anti-Céline qui pour moi est un débat sur la tolérance, qualité pourtant unanimement apprécié des votants de Gauche)

- Un auteur aux idées exécrables (ce qui reste à prouver) qui ne fait pas de prosélytisme doit-il être à bannir/censurer ?
(liberté de culte, liberté d'idées politique, etc... Encore une fois, est-ce une valeur de Gauche que de nier ces libertés-là ? Il y en a justement qu'on a mis au Goulag pour avoir osé refuser l'idée politique dominante ;-)

- Est-ce réellement un moyen efficace de lutter contre le FN que de boycotter un auteur qui ne fait pas de prosélytisme politique quelques soient ses idées politiques personnelles ?
(Le cas inverse s'était présenté il y a longtemps lorsque les "Cahiers de la BD" avaient publié l'affiche de Carpentier (je crois), l'auteur des Toyottes, à la gloire du FN belge et ouvertement raciste, si je me souviens bien...)

- Quel risque a-t-on de confier des albums du Chevalier au Blason d'Argent (mythe du chevalier errant au secours de la veuve et de l'orphelin), de Prémolaire (pamphlet humoristique contre la pauvreté), de Rififi ou des BD plus récentes démontrant les horreurs de la guerre... à ses enfants ou à ses amis ?

Bref, personnellement, je n'ai pas encore eu l'occasion d'acheter des albums de Mouminoux/Dimitri, mais ça ne me gênera nullement.

PS : je précise que je n'apprécie pas les idées populistes.

25. Léon le Wacky - 30/10/03 18:25
Tiens, un de mes vieux sujets qui remonte à la surface. :o)
Ayant consulté différentes sources, j'avoue que je ne sais plus trop que penser à ce propos. Néanmoins, comme je m'efforce généralement de bien différencier l'oeuvre et l'auteur, j'aime toujours autant Rififi, le Goulag, Goutatou et Dorauchaux, et Prémolaire le crocodile.

24. yannick - 30/10/03 16:37
Je voulais donner un avis sur "Kaleunt" de Dimitri.
N'ayant pas trouvé ce titre dans la banque de données de bdparadisio, j'eus l'idée de chercher ce sujet dans le forum, eh là, je tombe sur "Mouminoux - Dimitri" et apprend que Dimitri est soupçonné d'être un fasciste.
Je ne connaissais pas cet auteur avant d'avoir lu ce forum et maintenant, je suis un peu géné...
Et pourtant, j'adore de qu'il a fait avec "Kaleunt", "Hinderburg", "Kamikaze", "Kurt tourmente d'acier", dans chaque One-Shot, je n'ai pas le sentiment que Dimitri soit un partisan de l'extrème-droite. Chaque histoire est racontée avec pudeur et l'auteur fait preuvre d'une grande neutralité que ce soit pour le comportement des allemands ou des alliés (quoique ces derniers sont peu présents dans ces bédés). Au contraire, à chaque fois j'ai ressenti une grande humanité de la part de Dimitri et à chaque fois, je refermais les livres en me disant que la guerre, c'est vraiment moche pour tous !!
Voila mon avis sur la question mais il est vrai que maintenant, à chaque fois que je jetterai un tout d'oeil sur ces livres bien rangés dans ma biblio, je vais avoir de la chair de poule, du moins un sentiment de malaise après tout ce que je viens de lire sur ce forum...

23. Rork - 09/06/01 17:42 - (en réponse à : bebert)
Sache que je suis toujours sérieux quand le sujet s'y prête. En l'occurrence, c'est le cas. CF. mes interventions sur le sujet de BD racistes et Tintin raciste.

22. zorro56 - 09/06/01 17:27
Alors, ceux qui ont peur de devenir facho en lisant le Goulag.....heu !...bin, arretez de lire !
Les autres, ceux qui lisent une BD pour se divertir, rigoler un moment, sans penser à ce que l'auteur est, ou a pus etre, s'il est facho, s'il est homo, s'il bats sa femme, s'il prefere le coquillettes au Tagliatelles....bin, continuer à lire le Goulag, boljemoi !!

21. Lestat - 07/06/01 01:39 - (en réponse à : @freelance.cc)
Pour revenir sur le sujet, j'ai personnellement quelques doutes sur le "100% autobiographique", comme étant le meilleur adjectif du livre Le Soldat Oublié. Il n'y a aucun doute que son expérience de guerre ait servi à écrire ce livre, mais il reste toujours la possibilité que Guy Sajer ait amalgamé des histoires de ses compagnons d'infortune à la sienne. Il n'est pas pertinent de savoir exactement si tout ce qui est raconté est véridique: l'ensemble est un témoignage suffisant. La mémoire est une faculté qui oublie, occulte, crée et transforme les souvenirs (souvent à notre insu, quelques fois selon notre volonté). Pour les gens intéressés d'en apprendre plus sur ce que d'autres personnes pensent de Guy Sajer, je vous invite à suivre les liens suivants (malheureusement en anglais): -The Guy Sajer Follies -The Forgotten Soldier Revisited (2e texte) -The Forgotten Soldier -Authentic Fiction by a Real `Guy' (3e texte) -Sajer - A Real "Guy" (3e texte) -Sajer and Grossdeutschland Vous remarquerez que Guy Sajer ne fait pas non plus l'unanimité chez les gens intéressés par l'histoire militaire. La majeure partie s'accorde pourtant pour dire que son livre fait partie de ceux qu'il faut lire pour connaître les conditions de vie des belligérants en temps de guerre, mais qu'il faut tout de même garder un certain esprit critique. Comme en toute occasion...

20. Bebert - 06/06/01 13:53
Rork, c'est pour rire ton message ou t'es complétement con?

19. Rork - 06/06/01 13:36
NON ! il ne faut jamais replacer les choses dans leur époque ! Il faut les juger au jour d'aujourd'hui !

18. Gérard - 06/06/01 07:33
Petit détail : il s'est engagé à 16 ans pour lutter contre le communsime. Faut replacer les choses dans son époque, en 41 qqn de ce profil pouvait difficielemnt être accusé de toutes les horreurs allemandes surtout alsacien n'ayant pas vu les pogroms, nuit de cristal, .... et ce qu'il retient surtout c'est une certaine camaraderie qu'il a trouvé dans cette armée et une certaine nostalgie parce que , comme il le dit lui-même, ces années ont été tellement fortes et difficiles , que le reste de la vie a malheureusement l'air un peu mièvre. Il n'a jamais défendu les horreurs hitlériennes et dit d'ailleurs à la fin du "soldat oublié" qu'il n'a finalement été qu'un pion qui n'a pas compris grand chose de ce qui s'est réellement passé. Il était trop jeune, trop naif et surtout très, très mal informé comme pas mal de monde.
On taxe vite les gens de tout dès qu'ils ne hurlent pas contrze l'Allemagne de la guerre, examinez cas par cas avant de généraliser.
Pour info, voici un petit réumé du sldat oublié qui est 100 % autobiographique.

Guy Sajer n'a pas dix-sept ans quand, en juillet 1942, il endosse l'uniforme de la Wehrmacht. Il est français par son père, allemand par sa mère ; il habite alors l'Alsace. A cause de son jeune âge, il n'est pas affecté à une unité combattante, mais dans le train des équipages. Dès novembre, l'hiver s'abat sur la plaine russe ; le froid, la neige, les partisans rendent la progression des convois extrêmement difficile : jamais l'unité de Sajer n'atteindra Stalingrad qu'elle devait ravitailler ; la VIe Armée aura capitulé avant. Mais Sajer sait déjà que la guerre n'est pas une partie de plaisir, que survivre dans l'hiver russe est déjà un combat. Et pourtant, ce premier hiver, il n'a pas vraiment fait la guerre. La vraie guerre, celle du combattant de première ligne, il la découvre lorsqu'il est versé dans la division " Gross Deutschland ", division d'élite, avec laquelle, à partir de l'été 1943, il va se trouver engagé dans les plus grandes batailles du front d'Ukraine, quand la Wehrmacht plie sous l'offensive russe. De Koursk à Kharkov, de jour comme de nuit, dans la boue, la neige, quand le thermomètre marque -40 degrés, sous le martèlement terrifiant de l'artillerie russe, face aux vagues d'assaut d'un adversaire désormais puissamment armé et qui ne se soucie pas des pertes, les hommes de la " Gross Deutschland ", portés toujours aux endroits les plus exposés, toujours en première ligne, combattant à un contre vingt, connaissent l'enfer. La bataille de Bielgorod, le passage du Dniepr (la Bérésina à l'échelle de la Seconde Guerre mondiale) constituent, vécus au niveau du simple soldat, deux des plus hauts moments de ce récit d'Apocalypse. Plus tard, quand le front allemand s'est désagrégé, quand l'immense armée reflue, aux combats réguliers s'ajoutera la lutte contre les partisans, plus sauvage et plus impitoyable. Plus tard encore, c'est la retraite des derniers survivants de la division d'élite à travers la Roumanie et les Carpathes jusqu'en Pologne. Dans l'hiver 1944-1945, Sajer et ses camarades sont lancés dans les combats désespérés que les Allemands livrent en Prusse-Orientale pour interdire l'entrée du Vateriand aux Russes. C'est encore Memel, où l'horreur atteint à son comble, et Dantzig, au milieu de l'exode des populations allemandes de l'Est. Enfin, malade, épuisé, Sajer sera fait prisonnier par les Anglais dans le Hanovre... Si ce récit de la guerre en Russie ne ressemble à aucun autre, s'il surpasse en vérité, en horreur et en grandeur tout ce qui a été écrit, ce n'est pas seulement parce que l'auteur a réellement vécu tout ce qu'il rapporte, ce n'est pas seulement parce que, sous sa plume, les mots froid, faim, fièvre, sang et peur prennent l'accent et la force terrible de la réalité, c'est aussi parce que Sajer sait voir et faire voir dans le détail avec une puissance de trait vraiment extraordinaire. Alors, le lecteur ne peut douter que tout ce qui est rapporté là est vrai, vrai au détail près ; il sait de science certaine qu'il n'y a pas là de " littérature ", pas de morceaux de bravoure - mais que c'était ainsi : ainsi dans le courage et ainsi dans la peur, ainsi dans la misère et ainsi dans l'horreur.

17. CLD - 06/06/01 02:56
Moi qui suis de droite, j'apprécie beaucoup Mouminoux. ainsi que mon père haut fonctionnaire et ma mère juriste. Le seul qui n'aime pas c'est mon cousin, mais lui...

16. JcC - 05/06/01 18:32 - (en réponse à : jicece@pilotorama.net)
Ca part un peu dans tous les sens sur Dimitri. Je recommande à ceux que ça intéresse de lire l'autobiographie de Dimitri (La BD, un merveilleux métier de chien), il y a matière à réflexion. Vous pouvez aussi rechercher un thread relativement touffu sur fr.rec.arts.bd intitulé "Dimitri est-il un vieux facho ?" en date du 30/04 -- JcC

15. Visu - 02/06/01 19:01 - (en réponse à : visu@yucom.be)
Bien sûr que si, les convictions d'un auteur sont importantes, quand elles sont extrémistes, quel que soit le talent de l'auteur !

C'est justement ce que je cherche à savoir...

14. Sirkowski - 27/05/01 21:40 - (en réponse à : sirkowski@missdynamite.com)
Les convictions de Dimitri ne sont pas importante. Les gens verront ce qu'ils veulent voir dans ses bédés. C'est toujours le lecteur qui a le dernier mot (y'a toujours l'exemple de Nietzsche, cité par les Nazis. Pourtant il n'en était pas un).

Moi tous ce que j'ai lu de Dimitri c'est quelques albums du Goulag. Tous ce que j'y ai vu, c'est une volonté de ridiculiser la gauche et le communisme de façon amusante. D'autre le font pour la droite, ça créé un équilibre. J'ai bien aimé.

13. ViSu - 27/05/01 07:59 - (en réponse à : visu@yucom.be)
Quoi ? Qu'apprends-je ? Dimitri est-il vraiment un nazi volontaire ?

Dans ma naïveté, j'ai cru qu'il voulait montrer que les "bourreaux" ont aussi souffert de la WW2, la façon dont ils étaient enrôlés, motivés, ... Mais était-ce pour montrer qu'ils ne méritaient pas une telle défaite ?

Dans le Goulag, j'ai eu beau les lire et relire, je n'ai vu aucune trace de telles pensées... mais peut-être est-ce plus subtil ?

Dimitri a-t'il un jour fait part de ses convictions ? Les éléments avancés ont-ils été prouvés ?

Si c'est le cas, je brûlerai tous mes Dimitri...

12. Sophie-termite - 26/02/01 21:28 - (en réponse à : termite@multimania.com)
Je remonte ce sujet pour Sophie (l'autre :o)) et Thierry... A+ Sophie :o))

11. Léon - 03/03/00 22:19 - (en réponse à : Si j'aime Brigitte Bardot? Quel rapport? °))))
Quoi qu'on en dise, ce forum est terriblement instructif. J'ai appris, à mon grand dam, qu'un bédéiste que j'admirais beaucoup était un sale pro-nazi lepéniste heiderien. Et pourtant, rien à faire, je n'arrive pas à renier mon amour pour Rififi, Goutatou, Prémolaire et Le Goulag. Il faudra donc que je me résolve (Joli, ça, tiens!) à apprécier l'auteur tout en méprisant le bonhomme, nom d'une chignole, ça va pas être facile... °)
Sic transit gloria mundi... °)
Léon °)

10. char - 29/02/00 20:59
Pour information, DIMITRI est un des rares auteurs BDà figurer dans les listes officielles des meilleurs BD au sein de la bibliotheques de VITROLLES.
Information: canard ench. - charlie hebdo

9. stef - 29/02/00 17:38 - (en réponse à : à léon)
Ne regrettes rien ... au contraire.

8. Léon - 29/02/00 12:40
Eh ben, j'en apprends, des choses... Arrêtez, vous allez me faire regretter d'avoir lancé ce sujet... Beuh, nausées... °)

7. Philactère - 29/02/00 09:12
Dimitri était certe citoyen alsacien mais ce n'est pas "un malgrès nous" c'est à dire une personne qui a été forcée d'endosser l'uniforme allemand mais quelqu'un qui a volontairement rejoint l'armée allemande et c'est bien ce qui fait la différence ! Donc, pas d'excuse surtout quant on ne cache pas ses préférences politiques après la guerre !
Phil

6. Helium - 29/02/00 09:07
Dimitri a aussi publié une BD, "Kaleunt",qui est à la gloire des soldats du troisième reich,en l'occurence des sous mariniers qui coulaient les vaisseaux alliés pendant le conflit. Il montre les fiers marins chantant les chants nazis pour se donner du coeur au ventre...

5. Serge - 29/02/00 07:09
Il ne s'est pas engagé dans l'armée allemande mais en tant que citoyen alsacien, il a été réquisitionné... nuance!

4. Philactère - 29/02/00 00:05
Mouminoux n'a jamais caché son attrait pour les valeurs de l'extrème droite, ce qui peut paraitre "normal" pour quelqu'un qui en 1942 a fait la guerre (en s'engageant à 17 ans) sous l'uniforme allemand et dans l'unité d'élite "Gross Deutchland". Il a publié un livre sur cette période de sa vie (Le soldat oublié) sous le pseudonyme de Guy Sager.Il n'a jamais renié cette période de sa vie et semble même en être assez fier. Ayant fait la plus grande partie de la guerre sur le front russe cela explique les très bonnes connaissances de russe qu'il a dans certaines de ses séries. Phil

3. Eric - 28/02/00 23:35
La seule chose dont je me souvienne avec certitude, c'est qu'il allait parfois à certaines réunions d'un journal auquel il participait (Charlie, je crois, mais je n'en suis pas sûr) habillé avec un uniforme allemand. Il le faisait par goût de la provocation à coup sûr, pour provoquer les "gauchos" du journal. Par conviction politique ? Ne me souvenant plus de ma source (écrite, c'était un autre auteur qui racontait ça), je ne veux pas dire de bêtise.

2. stef - 28/02/00 23:06
J'ai très entendu dire que Dimitri faisait parti des auteurs d'extrème droite. Je n'en sais pas plus, quelqu'un aurait il des informations (et non des ragots) à ce sujet?
Certains forumiens s'offusqueront de ma remarque qui peut paraitre bien loin de la BD, je m'en excuse auprès d'eux par avance; mais en tant que consommateur, j'aime bien savoir à qui je donne mon argent.

1. Léon - 28/02/00 22:17
On en parle très rarement, de celui-là, et pourtant, il ne mérite pas l'oubli. Guy Mouminoux, alias Dimitri Lahache, alias Dimitri tout court, l'auteur de Rififi dans Tintin, des Familleureux dans Spirou, de Prémolaire, de Goutatou et Dorochaux... et du Goulag, une série qui lui a valu de passer chez Bernard Pivot, qui a dit "j'aime bien" en haussant ses gros sourcils. Alors, voilà, j'ai lancé un sujet sur Mouminoux, ou sur Dimitri, ou sur les deux... Advienne que pourra!
Léon °)



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio