Le Quizz méga archi balèze de la mort fatale qui tue (59)

Les 804 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17


504. Stefan - 11/10/18 19:15
Non plus.

Là sur la planche postée par Bert, il y a sur la dernière case du sang qui gicle parce que le personnage se prend une balle à ce moment là.
ça c'était clairement dans les règles interdites par le comics code à cette époque. Et pourtant ça a été validé.

503. bert74 - 11/10/18 19:01
La violence n'est pas excessive, car à chaque fois il n'y a qu'un seul coup fatal porté ?

502. Stefan - 11/10/18 18:55
non, c'est pas ça.

501. Mr Degryse - 11/10/18 18:44
On ne voit pas qui tire ou tape ?

500. Stefan - 11/10/18 18:40
non

499. marcel - 11/10/18 18:36
On ne voit pas l'arme du crime ?...

498. Stefan - 11/10/18 18:35
Odrade #496 Ah ah!
Bert #197 Non (mais cette planche est un bel exemple)

497. bert74 - 11/10/18 18:16
L'éclairage utilisé fait que les victimes de violence étaient systématiquement en version monochrome rouge/orange pour atténuer l'impact du sang jaillissant ?


496. Odrade - 11/10/18 18:02
Ils ont toujours une bouteille de ketchup à la main et il peut dire que c'est le ketchup qui gicle ?


O.

495. pierrecédric - 11/10/18 17:51
Woaw, alors c'est d'une subtilité surprenante.

494. Stefan - 11/10/18 17:43
non

493. pierrecédric - 11/10/18 17:39
Histoire d'onomatopées ?

492. Stefan - 11/10/18 17:33
Marcel et Mr Degryse, vous êtes pas loin, vous tournez autour. On peut même dire que les éléments que vous citez participent à la combine. Mais il y a un point important qui manque et qui lui a permis d'aller encore plus loin.

491. marcel - 11/10/18 17:10
DareDevil et Elektra sont habilles en rouge. Donc, rouge sur rouge, il peut toujours dire que c'est de la transpi ?...

490. Mr Degryse - 11/10/18 17:04
C'est pas qu'il représentait toujours les scènes violents sous de l'eau (pluie ou autres) de sortes qu'on ne savait jamais si il s'agissait de sang ou de flottes



489. pierrecédric - 11/10/18 17:02
Ah, bah alors le CCA est un peu moins con que je l'aurais cru.

488. Mr Degryse - 11/10/18 17:00
Cela a avoir avec son style raphique qui utilise souvent le style ombre

487. Stefan - 11/10/18 16:58
PC #485 >> Il me semble qu'il n'y a pas le droit non plus.

Froggy #486 >> non, ce n'est pas ça. (mais il y a de l'idée)

486. froggy - 11/10/18 16:56
On voit des points rouges mais elles ne sont pas relatées a du sang officiellement.

485. pierrecédric - 11/10/18 16:54
Aller, on va dire qu'il pouvait faire gicler du sang des animaux.

484. Stefan - 11/10/18 16:43
non

483. helmut perchu - 11/10/18 16:39
Il s'arrange pour que le coup porté ou l'impact et le sang giclé ne soit pas dans la même case, voir sur la même planche ?

482. Stefan - 11/10/18 16:32
Non, ça, ça serait obéir aux règles de la censure.

En gros, il a réussi à mettre du sang (du sang rouge en plus) qui gicle de blessures au moment d'impacts d'armes sur certaines planches et à obtenir quand même la validation du CCA.

La question est, comment il a fait?

481. helmut perchu - 11/10/18 16:29
du coup la réponse est "pas de sang" ?

480. Stefan - 11/10/18 16:10
Peut être pas si étonnant en fait. Il me semble bien que ça faisait partie des absurdités du CCA justement. Les saignement abondants étaient tolérés comme dans le cas ci dessous, mais pas le sang qui gicle au moment d'un coup ou impacte d'arme, de balle...

479. Stefan - 11/10/18 15:45
Ben en fait, c'est presque étonnant que ces planches soient passées comme ça, on doit être aux limites de ce qu'ils acceptaient. Il y a peut être eu des retouches avant cette version finale.

478. helmut perchu - 11/10/18 15:41
Sur la planche de marcel le sang est soit noir soit violet, mais c'est pas à ça que tu penses visiblement...

477. Stefan - 11/10/18 15:32
Helmut #475 => Pas très loin

Marcel #476 => Je ne sais pas bien à partir de quand il a trouvé sa combine et je crois qu'à un moment ça a été découvert et qu'il a dû arrêter. Il faut aussi se méfier des rééditions et des éditions étrangères. Chez moi j'ai une version d'un épisode de Daredevil Born Again avec Mazuccheli publié dans un strange, et une réédition quelques années plus tard chez Betty, et on voit bien que les planches du strange ont subi des retouches par rapport à celles de l'édition Betty.
Là dans l'exemple que tu montres, le fait de cacher la lame qui ressort avec le costume d'Elektra est clairement un bel exemple de contournement du CCA, mais ce n'est pas celui auquel je pensais qui n'est pas présent sur ces planches là.

476. marcel - 11/10/18 14:33
La lame ne ressort pas de l'autre cote au moment de la mort d'Elektra (c'est le seul moment de grande violence dont je me souviens) ?...


475. helmut perchu - 11/10/18 14:29
Il a colorié le sang en bleu ou en vert ?

474. Stefan - 11/10/18 14:24
La violence.

473. marcel - 11/10/18 14:24
C'est la censure sur la violence ou sur le sexe qu'il a voulu contourner ?...

472. Stefan - 11/10/18 14:21
Bonne idée, mais non, c'est pas ça.

471. marcel - 11/10/18 14:06
DareDevil etant aveugle, les scènes "chaudes" se passaient dans le noir (en ombres chinoises) ?... Ou a travers la representation habituelle en "echo" de ce qui l'entoure ?...

470. Stefan - 11/10/18 11:24
Nope.

469. Mr Degryse - 11/10/18 11:23
Il a dit que c'était pas un être humain mais un monstre ?

468. Stefan - 11/10/18 11:01 - (en réponse à : Odrade)
Non, pas en soudoyant quelqu'un.

Quant au Comics Code Authority ou CCA c'est une bonne question, pour ceux qui ne connaissent pas.

Wiki: "La Comics Code Authority (CCA) était une organisation de régulation du contenu des comic books publiés aux États-Unis. Les éditeurs adhérents soumettaient leurs publications futures au CCA qui vérifiait leur conformité à un ensemble de règles, le Comics Code. Les comics approuvés obtenaient le droit d'afficher le sceau du CCA sur leur couverture. À son apogée, la CCA constituait de fait un comité de censure des comics. Depuis 2011, l'organisation n'existe plus après que son influence se fut considérablement restreinte.


La Comics Code Authority est en partie issue d'une autre association d'éditeurs américains, l'Association of Comics Magazine Publishers (en), créée le 1er juillet 1948. Cette association avait promulgué un premier Comics Code en six points, inspiré du Code Hays hollywoodien. Les magazines jugés conformes au code obtenaient l'autorisation de présenter un sceau sur leur couverture, avec la mention Authorized ACMP. Conforms to the Comics Code ». [...]

La question de la régulation des comics resurgit brutalement en 1954. Les comics sont alors sur la sellette aux États-Unis. Le psychiatre Fredric Wertham vient de publier Seduction of the Innocent, un livre violemment opposé au genre, qu'il accuse entre autres d'être à l'origine de la délinquance juvénile. Le livre obtient un large écho, créant l'inquiétude chez de nombreux parents dont les enfants sont amateurs de comics. Dans le même temps, une commission d'enquête sénatoriale dirigée par Estes Kefauver s'intéresse elle aussi aux comics comme cause possible de la délinquance juvénile. Ayant interrogé Wertham à titre d'expert, la commission reprend largement ses thèses dans ses conclusions. Elle ne préconise aucune action précise, mais recommande fortement aux éditeurs de comics de « s'amender ». Plusieurs éditeurs interprètent ce conseil comme la menace d'une future législation gouvernementale visant à contrôler le contenu de leurs publications. Ils décident alors de prendre les devants en se regroupant en une association fondée en octobre 1954, la Comics Magazine Association of America, qui crée à son tour la Comics Code Authority (CCA). La CCA se définit comme un organisme d'auto-régulation chargé de veiller à l'application dans les comics d'un code de bonne conduite, le Comics Code. Les éditeurs membres s'engagent à soumettre à la CCA leurs comics préalablement à toute parution, et à ne les publier que s'ils obtiennent son approbation.

Dans sa forme d'origine, le code impose entre autres les règles suivantes :

Toute représentation de violence excessive et de sexualité est interdite.
Les figures d'autorité ne doivent pas être ridiculisées ni présentées avec un manque de respect.
Le bien doit toujours triompher du mal.
Les personnages traditionnels de la littérature d'horreur (vampires, loup-garous, goules et zombies) sont interdits.
Les publicités pour le tabac, l'alcool, les armes, les posters et cartes postales de pin-ups dénudées sont interdites dans les comic books.
La moquerie ou les attaques envers tout groupe racial ou religieux sont interdits. "

Les comics approuvés portaient ce logo sur leur couverture:



Compléments sur un autre site http://www.comics-lug.com/la-censure-aux-etats-unis.php :

"Dans les années 60, les stratagèmes pour passer à travers des mailles de la CCA se font de plus en plus nombreux. Marvel crée Morbius, un super-vilain avec les caractéristiques d’un vampire mais qui n’est jamais mentionné sous ce terme.


Dans les 70’s et plus précisément en 1971, le règlement de la CCA évolue : dorénavant les monstres sont autorisés s’ils font référence à des romans comme Frankenstein, Dracula ou des œuvres littéraires d’auteurs classiques comme Edgar Allan Poe, Saki ou Arthur Conan Doyle. Une évolution encore plus importante à lieu à la fin de 71, quand Stan Lee écrit une histoire de Spider-Man volant au secours d’un ami prit dans la spirale infernale de la drogue, à la demande du ministère de la santé de l’époque. A la stupéfaction de Stan Lee, cette aventure est refusée par la CCA. Stan Lee décide alors de la publier sans le sceau du Comics Code. A la suite de cet incident, la CCA est sommé d’assouplir ses règles. Après cet avertissement, les drogues ont le droit d’être citées dans les comics, à la condition qu’elles soient présentées sous leurs aspects négatifs.

Par la suite, c’est l’homosexualité qui aura le droit d’apparaître dans les comics (1989). Les nouveaux canaux de distribution auront raison de la CCA. Dorénavant distribués dans les comics shops et non plus dans les maisons de la presse, le pouvoir du Comics Code Authority s’affaiblit et finit par disparaître totalement. Marvel s’en affranchit en 2001 en créant son propre système de classification et en 2011, DC Comics et Archie Comics font de même. De plus de nouvelles maisons d’éditions visant un public adulte voient le jour, telles que Dark Horse, Fantagraphics, Image. Le Comics Code Authority a vécu. L’ouverture et l’évolution des mentalités ont eu raison de lui."

De ce qu'on m'a dit, par la suite, les règles sont devenues, au fur et à mesure, de plus en plus tordues et alambiquées avec des règles sur la façon dont on pouvait représenter un baiser ou pas. Il me semble par exemple aussi qu'on avait le droit de montrer un personnage tirer sur un autre avec un pistolet, de montrer un personnage blessé par balle qui saigne mais pas de dessiner un personnage au moment de l'impacte de la balle de revolver, et pas le droit de dessiner du sang qui gicle au moment d'une blessure.

467. Odrade - 11/10/18 10:42
Il a payé des pots-de-whiskey ?

C'est quoi ce code ?

O.

466. Stefan - 11/10/18 10:04
Ok.
C'est quelque chose que les fans de comics de ce forum savent peut être, mais comme c'est une anecdote amusante, je me dis que ça peut intéresser tout le monde. C'est le poste de Nem° sur la censure qui m'a fait pensé à ça:

Comment Franck Miller a-t'il fait pour contourner le Comic Code Authority quand il dessinait ses premiers Daredevil pour Marvel au début des années 80?

465. Mr Degryse - 11/10/18 09:57
Lance !

464. Stefan - 11/10/18 07:31
froggy >> Je suis parfois un peu taquin, il ne faut surtout pas le prendre mal mais ne pas hésiter à me rendre la pareille à l'occasion.

Si Mr Degryse n'a pas d'idée particulière, j'ai éventuellement une seconde question à laquelle j'ai pensé hier soir...

463. froggy - 11/10/18 01:21 - (en réponse à : Stefan # 461)
Comment dois-je prendre ton intervention?

LOL

462. Bert74 - 10/10/18 11:03
Il y a aussi le Raspoutine historique lui-même dans la BD qui raconte la machination mise en place pour son assassinat :

461. Stefan - 10/10/18 10:56
Dommage, il n'y avait pas de Raspoutine dans Ric Hochet.

460. Odrade - 10/10/18 10:44
Chouette question !

O.

459. Mr Degryse - 10/10/18 10:22
Pour le Yoko Tsuno, j'ai pas été aussi loin dans les albums. Me suis arrêté au tome 20 l'astrologue de Bruges

458. Stefan - 10/10/18 10:11 - (en réponse à : Mr Degryse)
Bravo!

Oui, c'est ça, ça n'était pas très dur.
Il y a un chien, un yorkshire alcoolique, qui s'appelle Raspoutine dans un Yoko Tsuno, le septième code.

457. Mr Degryse - 10/10/18 10:07
J'ai pas le chien

456. Mr Degryse - 10/10/18 10:06
Pitor Peter Rasputin alias Colossus

455. Mr Degryse - 10/10/18 10:06
Raspoutine dans Corto maltès donc pirate



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio