Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (18)

Les 978 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


678. marcel - 17/05/17 02:17
Je suis d'accord sur tout, sauf sur JVH. Je suis desole, mais les 14 premiers Thorgal, les 8 premiers XIII, Le grand pouvoir du Chninkel ou SOS Bonheur (entre autres) sont nettement supérieurs a cette bouse de Thierry le chevalier, qui aurait du rester dans les oubliettes (avec Belloy). Faut pas exagerer.

677. froggy - 17/05/17 01:49
Charlier, Thierry le Chevalier 4, La couronne de fer

Voici le quatrieme et dernier volet des aventures du preux chevalier allant au secours de la veuve et de l'orphelin seconde par son fidele troubadour, Loys, qui le couve des yeux tel un bon gros chien regardant son bon maitre qui va lui donner sa pitance tout en fretillant de la queue. En l'occurrence, il s'agit bien de la veuve et de l'orphelin, que nos deux comperes vont secourir. En effet, le royaume du Danemark est en tres grand peril et seuls Thierry et Loys peuvent le sauver des vikings qui tentent desesperement de le conquerir depuis fort longtemps.

C'est une serie mineure de Charlier ainsi que vous le savez. Elle est parue dans Spirou a la fin des annees 50 et au tout debut des 60. Le dossier du premier titre m'a appris que Dupuis avait envisage de sortir un album, une couverture fut meme dessinee mais cela ne se fit pas pour de mysterieuses raisons non elucidees a ce jour. Une serie mineure d'un des plus grands et plus importants scenaristes que la BD FB ait connu ne peut pas etre completement mauvaise. Comme l'ecrivaient les jeunes turcs de la Nouvelle Vague alors qu'ils etaient toujours critiques aux Cahiers du Cinema, le meilleur John Huston sera toujours moins bon que le pire Hitchcock ou Hawks, on peut ecrire la meme chose au sujet de Charlier si on le compare a Jean Van Hamme par exemple. Charlier a ecrit quelques chefs d'oeuvres, Van Hamme pas. Mais pour le coup, je suis un peu mechant car JVH ne s'est jamais pose en heritier de Charlier mais plus en celui de Greg. Charlier est decede en emportant tous ses secrets de fabrication dans la tombe et a ma connaissance, personne a ce jour n'a reussi a le remplacer. Son deces si jeune fut vraiment une tres, tres perte en ce qui me concerne.

Pour en revenir a notre veuve et a notre orphelin danois, ce titre demontre que JMC n'etait pas tres a l'aise pour situer un heros au Moyen-Age, l'autre qu'il a ecrite, Belloy avec Uderzo au dessin est caracterise par son aspect comique, ce qui est exceptionnel chez Charlier. Pourtant, il utilise ses trucs habituels,le traitre qui ourdit complots et intrigue dans l'ombre et se faisant passer pour le plus fidele serviteur de la couronne, les rebondissements, les allies les plus inattendus, les repaires secrets, le suspense final etc. Pour tous ceux qui connaissent son oeuvre, sa patte est reconnaissable entre toutes, aussi bien dans les dialogues que dans l'enchainement des situations. Seulement voila, la mayonnaise n'a pas pris cette fois-ci. Ainsi, il y a un gros defaut de construction dans l'histoire puique l'action se deroule en deux temps, en effet la conclusion a lieu plus de 15 mois apres le debut de l'histoire. Pour une serie d'aventure, c'est un probleme ou l'action ne doit pas cesser. Charlier traite ce temps mort en quelques cases et a sa sauce habituelle mais le lecteur ne ressent plus l'urgence de resoudre le probleme. Yves Sente a commis la meme erreur dans le Blake et Mortimer, La Machination Voronov.

Pourquoi cela ne marche pas cette fois-ci? Probleme d'inspiration de la part du scenariste? Manque de documentation sur cette periode? Ce qui justement etait une de ses sources d'inspiration, combien de ses scenarios pour ses autres grandes series, quelles qu'elles soient, sont tirees de veritables evenements et autres faits authentiques. Je ne sais pas, toujours est-il que la serie est un poussive et sent le recyclage de vieilles recettes, son arret au bout de 4 episodes ne fut pas une grande perte pour la BD. Il n'empeche que je considere sa publication dans cette collection comme une excellente idee et demontre qu'un de mes scenaristes favoris ne livrait pas toujours de la perfection. Pour tous ceux qui le venerent, chaque inedit et rarete de lui est toujours un joyau qui brille de mille feux compare a la plethore de titres qui sortent chaque semaine qui, eux, brillent par leur mediocrite.

J'en ai traite lors de mes chroniques precedentes, mais une des raisons de la pauvrete de cette serie vient indubitablement du dessin. Charlier a eu la chance de travailler avec certains des plus grands et importants dessinateurs de sa generation, Jije, Uderzo et Giraud qu'il a lance. Mais Hubinon, Paape et MiTacq n'etaient pas des manchots non plus. A l'oppose de ce spectre, on trouve des dessinateurs comme Gaty qui succeda a Jije pour Barbe-Rouge, Patrice Serres qui succeda au meme Jije pour Tanguy et Laverdure et ce pauvre Carlos Laffond sur Thierry le Chevalier. C'est bien simple, il etait incapable de restituer un mouvement, son dessin est d'un statisme dont Leo se serait fait l'emule. Je ne peux pas scanner des cases pour vous montrer mais par exemple, celle ou le cerf va recevoir une fleche est a la limite du comique tellement tout y respire l'inertie. On y voit, un cerf et une fleche qui va l'atteindre et c'est tout. Il faut voir la tete du cerf, c'est inenarrable. C'est d'autant plus bizarre parce que la scene d'ouverture avec l'attaque des loups est nettement plus reussie de ce cote-la On a vu le cerf, il en sera de meme avec le sanglier un peu plus tard. Les heros sont a l'image du dessin, ils ne respirent pas l'energie. Gilles Ratier qui a ecrit le petit dossier servant de postface semble regretter que le dessinateur soit retourne dans l'ombre apres ce coup de projecteur en travaillant sur des realisations nettement moins prestigieuses. J'ai la tres nette impression qu'il fait preuve de politesse a son egard et qu'il ne veut pas froisser ses descendants en denigrant le travail du pauvre dessinateur.

Note finale, 2,51/5. Cela merite juste la moyenne. Cet album est indispensable pour tous les fans de Charlier, les autres eviteront le voyage.

676. Victor Hugo - 16/05/17 20:36
Je viens de lire Nuit noire sur Brest chez Futuro.
C'est pas bien. Mal adapté je pense, du texte lourdingue qui n'en finit pas, du dessin qui sert à rien, on ne distingue pas les personnages les uns des autres du coup on est paumé et on se désintéresse de l'histoire. Les enjeux ne sont pas clairs, le déroulé non-plus, bref on s'emmerde. C'est pas que le dessin ne soit pas bien, ça reluque du côté de Gibrat sans n'en avoir aucunement la maitrise, mais il ne raconte rien ce dessin, tout est mis sur le texte et merde on est dans une bd quoi, c'est le dessin qui doit raconter avant tout, sinon on se contente de lire le roman. Bref, un album raté.

675. Victor Hugo - 16/05/17 20:32 - (en réponse à : Bert74)
Moi j'aime beaucoup, mais bon, chacun son goût. Si j'avais encore les moyens d'acheter des bd, je les achèterais, surtout que le 3e vient de sortir et qu'il va falloir que j'attende avant qu'ils l'aient à la biblio.

674. Bert74 - 16/05/17 16:09 - (en réponse à : VH)
Raah j'ai toujours hésité sur Chronosquad, et j'en étais arrivé à me convaincre que c'était pas forcément utile de m'y lancer... Tu viens de massacrer mon beau système de self-control ! 'foiré !

673. Victor Hugo - 16/05/17 00:13
J'ai lu Chronosquad tome 2
J'étais intéressé mais circonspect à la fin du tome 1, mais j'avais vraiment envie de lire la suite. Bien m'en a pris, j'ai adoré lire ce tome, intrigue alambiquée mais narration fluide, malgré le nombre de persos et d'époques on n'est pas perdu, et des tas de détails bien sentis. Le voyage en "avions" jusqu'à New York est une super séquence, et finalement les choix graphiques mélangeant les techniques passent.

672. herve - 15/05/17 11:25
Sangre #1 Arleston & Floch

Cela faisait des années que je n'avais pas ouvert un album édité par "Soleil" et à fortiori, une bande dessinée d'héroïc-fantasy.
Et bien, je dois dire que la lecture fut une bonne surprise.
Sans pour autant renouveler le genre, Arleston apporte un vent de fraicheur à ce genre avec Sangre, et ses difficultés d’élocutions et son pouvoir d'arrêter le temps . (ce pouvoir a déjà été traité dans l'inégale série "Phenomenum", en 2002)
Cette vengeance, qui s'étire sur 8 volumes (cela fait peut-être beaucoup) est très bien construite, et évite tout l'humour un peu lourd que l'on pouvait trouver dans les habituels album d'Arleston.
Une très bonne surprise donc, avec un dessin de Floch qui ne souffre d'aucun défaut.

note:3,5/5

671. suzix@bdp - 15/05/17 09:36
Lu Résilience #1 de Lebon chez Casterman (mai 2017)

Ah là pour le coup, total post-apo. L'Europe est tombée sous la coupe d'une multinationale qui produit à coups d'engrais et d'insecticides, lessivant les sols, plaçant une partie de la population en semi travaux forcés et l'autre dans un état de pauvreté et de dépense extrême. C'est correct mais il manque tout de même un fond de cohérence : quelle est l'intérêt d'une entreprise de : faire produire à tout prix à la moitié de la population en semi-esclavage, de la nourriture pour l'autre moitié dans le dénuement le plus total? ... à un moment, il faut que cela rapporte sinon à quoi bon être un salaud !!? ...
Note 3,5/5.

670. suzix@bdp - 15/05/17 09:30
Lu Streamliner #1 de Fane chez Rue de Sèvres (avril 2017)

Sympathique album plein de fougue et de nostalgie. Je m'attendais à un truc post-apo. Mais nan ... un peu dommage car cela tourne finalement exclusivement autour d'une course clandestine dans le désert. Tout de même très bien fait. Un très bon divertissement.
Note 4/5.

669. suzix@bdp - 15/05/17 09:28
Lu Une soeur de Vivès chez Casterman (mai 2017)

Mon premier Vivès lu entièrement. Jusqu'ici les thèmes me gonflaient juste à leur évocation. Là, j'ai été intrigué par le titre et le lieu de l'histoire (un petite ville en bord de mer) me parlait bien. Eh bien cela a été une très bonne initiative de "sauter" (;o) le pas! Vivès sait raconter des histoire avec peu de mots mais surtout, il est capable de faire passer des émotions en qq traits. Pas besoin de dessiner des visages même, parfois juste un cadrage, une posture suffisent. Vraiment très fort.
Sur le sujet lui-même et les perso, il ne tombe pas dans la facilité. Pas d'outrance mais bcp de justesse.
Note 5/5.

668. TILLIERTON - 14/05/17 23:15
J'espère que tu nous donneras un avis de lecture du "coup de Prague",celui-ci s'inspirant directement d'un épisode de la vie de Graham Greene, et là je l'avoue , tout ce qui tourne autour de cet auteur m'attire énormément.

667. froggy - 14/05/17 18:49
Meta-Baron 4, Simak le transhumain

Cet album conclut le deuxieme cycle des nouvelles aventures du meta-baron, le personnage cree par Jodorowsky et Moebius dans la serie L'Incal et repris plus tard dans La caste des Meta-Barons qui raconte l'histoire de la famille. Et quelle famille, non de Dieu! En effet, celle-ci est entierement placee sous le signe du complexe d'Oedipe puisque pour devenir Meta-Baron, il faut baiser la mere et tuer le pere, on ne peut pas etre plus clair. A cote, les Borgia, c'est du pipi de chat.

L'album precedent s'etait termine sur un faux suspense puisqu'il se terminait par une explosion qui avait ravege le vaisseau spatial tres special du meta-baton qui l'avait laisse soi-disant pour mort. Evidemment, il ne pouvait pas l'etre car sinon il n'y aurait plus de serie et puis le Meta-Baron est imbattable. Dans ce monde, le Meta-Baron est le plus formidable guerrier de l'univers et il est quasiment invincible. Et tout ce qu'il touche devient meta et est qualifie comme tel; meta-robot, meta-bunker (le vaisseau spatial tres special), meta-bouffe, meta sexe, meta main la ou je pense.

Ce guerrier a priori invincible a cependant un talon d'Achille, c'est l'amour. En effet, notre meta-heros est tombe amoureux de la fille du Techno-Pape que celui-ci a envoye en mission avec Simak le transhumain pour le tuer et detruire le vaisseau spatial tres special. Du fait que nous sommes dans l'univers de Jodorowsky, il faut s'attendre a une exacerbation des sentiments et des retournements de situation les plus incroyables si ce n'est invraisemblables. Ainsi, cette jeune femme s'est toujours faite passer pour un homme afin d'acceder aux plus hautes positions de la Technocivilisation, en l'occurrence, devenir Techno-Cardinal. Dans cet univers, les protagonistes changent de sentiments aussi rapidement que vous et moi changeons de chemise, on passe de l'amour le plus total et le plus absolu a la haine la plus tenace et la plus violente et inversement en quelques planches si ce n'est en quelques cases seulement, les sentiments tiedes ne sont pas de mises ici. Generalement, les heros de ce monde sont soumis a des choix corneliens, l'amour ou le devoir. Cela ne va evidemment pas sans consequences. En effet, les heros passent des moments de bonheur et de felicite les plus purs a des moments de malheurs et de detresses tout ausi rapidement. Et ces moments de malheurs laissent des consequences irreparables. On ne revient pas au statu quo ante chez Jodorowsky.

Pour en revenir a ma meta-critique de cet album (restons modeste), apres avoir survecu a la terrible explosion, le Meta-Baron coule des moments de felicite inconnus pour lui avec la belle Orne-8. Mais un evenement imprevu force la belle a le fuir en comapgnie de Simak, et pleins de choses arrivent. Je ne veux et ne peux pas vous les reveler car ce serait un beau spoiler et je ne veux pas gacher le plaisir de votre premiere lecture. Plaisir est le mot car si vous acceptez de rentrer dans le monde jodorowskien, et que vous l'appreciez tel que moi, vous aimerez beaucoup cet album qui est tout a fait digne de ce qu'on attend de lui. Il y a ceux qui aiment et ceux qui n'aiment pas, j'appartiens au premier clan.

C'est Jerry Frissen qui ecrit les scenarios sur un synopsis du chilien au nom polonais vivant en France et ecrivant en anglais (cet homme est l'ONU a lui tout seul, ma parole!). Je ne sais evidemment pas si ce synopsis va loin dans le deroulement de ces histoires mais jusqu'a present, c'est tout a fait de lui. Seuls les dialogues outranciers de Jodorowsky manquent, Frissen n'a pas son talent pour en ecrire de pareils, cela ne veut pas dire qu'il n'en a aucun, les peripeties et retournements de sitation s'enchainent tambour-battant, on ne s'ennuie pas une seconde en lisant cet album.

Vous savez que chaque cycle de 2 albums a un dessinateur different, celui-ci est signe Niko Henrichon et ne demerite en aucune maniere de celui du cycle precedent, il en est different mais reste coherent apres ceux a qui il succede. Le seul defaut que je lui trouve est que l'heroine principale ressemble un peu trop a mon gout a une heroine de manga, vous savez pour ceux qui me suivent depuis longtemps que je suis refractaire a ce style graphique.

Le deuxieme tome du premier cycle avait publie en conclusion une avant-premiere du deuxieme cycle, il n'en est de rien pour celui-la. Nous ne savons donc pas encore officiellement qui dessinera Rina la Meta-Gardienne, titre de du prochain episode a venir.

Meta-note finale, 3,5/5. Je m'amuse beaucoup en lisant ces albums quand ils sont bons, c'est le cas ici

666. TILLIERTON - 13/05/17 18:06
Je crois plus à une contamination par voie sanguine ( blessure) que par la voie digestive ( consommation de viande de singe)
Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'au cours de son histoire, le virus a dû muter pour devenir un agent pathogène À partir du moment où il était présent chez le singe, (porteur sain ou présentant les signes de la maladie) il était dès lors contaminant pour les humains.
Il est intéressant d'envisager la phase initiale, c'est à dire la mutation du virus dans le milieu naturel de la forêt ,sous l'influence de facteurs externes comme les UV par exemple

665. lobabu - 13/05/17 15:26 - (en réponse à : Lien Rag)
Voici l'article du "Monde" qui évoque la chose


Aux origines de la pandémie du sida

Le virus, transmis à l’homme par des singes et responsable de 36 millions de morts, est apparu en 1920 à Kinshasa.

Le Monde.fr | 03.10.2014 à 17h08 • Mis à jour le 04.10.2014 à 10h07 | Par Paul Benkimoun

Ce ne sont plus des soupçons, mais une démonstration, preuve à l’appui. A l’heure où certains persistent à se livrer une révision de l’histoire du sida en lui attribuant une autre cause que le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), une équipe internationale a reconstitué scientifiquement dans le temps et dans l’espace le début de l’épidémie de sida. Elle montre sa lente propagation à partir de l’actuelle République démocratique du Congo et de sa capitale, Kinshasa, à partir des années 1920, principalement par le biais du chemin de fer. Le travail de Nuno Faria et de ses collègues est publié vendredi 3 octobre dans la revue Science.
La première publication sur des cas de sida remonte à 1981, et l’identification du VIH de type 1 (VIH-1, le plus répandu dans le monde) à 1983. Le point de départ a été localisé en Afrique centrale, plus précisément dans l’ancien Congo belge, devenu Zaïre, aujourd'hui République démocratique du Congo. Il ne faisait pas de doute que le VIH était une forme ayant évolué à partir d’un virus du singe, passé à l’homme, et sorti de la forêt. Cependant, des pans entiers du démarrage de l’épidémie restaient dans l’ombre.

PLUSIEURS CENTAINES D'ÉCHANTILLONS DE VIH
Pour l’éclairer, l’équipe composée de chercheurs européens et nord-américains a analysé les séquences génétiques de plusieurs centaines d’échantillons de VIH-1 prélevés dans l’ex-Congo belge, ainsi que dans des pays voisins, au cours du XXe siècle, et conservés au Laboratoire national de Los Alamos (Nouveau-Mexique). Cela leur a permis de remonter le temps en suivant l’apparition des mutations du virus en même temps que sa localisation. Ils ont confronté ces résultats à l’histoire des activités humaines dans ces régions pour essayer de comprendre les circonstances ayant permis à l’épidémie de se propager.

« Nous avons rassemblé les pièces du puzzle pour établir où et quand le virus était passé de son réservoir animal pour passer à l’homme, résume Martine Peeters, virologue à l’unité multidisciplinaire UMI 233 de l’Institut de recherche pour le développement (Montpellier) et cosignataire de l’article. Ce passage du singe à l’homme s’était sans doute produit à plusieurs reprises sans qu’une épidémie se déclenche, le virus restant cantonné à la forêt, mais le virus s’est trouvé au bon endroit au bon moment, et l’épidémie a démarré. »
En l’occurrence, la souche à l’origine de la pandémie avait pour hôtes des chimpanzés vivant dans le sud-est du Cameroun. Aux alentours de 1920, un homme contaminé (par consommation de viande de brousse ou par une blessure alors qu’il chassait) a voyagé jusqu’à Kinshasa, qui allait être le berceau de l’épidémie. L’examen des archives coloniales a montré le développement intensif à cette époque des échanges commerciaux par voie fluviale entre ces deux régions, notamment pour le commerce de l’ivoire et du caoutchouc.

LE RÔLE DU CHEMIN DE FER
Puis, des années 1920 aux années 1950, l’urbanisation et les transports, en particulier ferroviaires, ont pris leur essor, en lien notamment avec l’industrie minière. Kinshasa devenait alors une plaque tournante. En 1937, l’ancêtre du VIH-1 pandémique a commencé à être retrouvé à Brazzaville, la capitale de l’ancienne colonie française du Congo, située à 6 kilomètres de Kinshasa, de l’autre côté du fleuve Congo. Vers la même époque, le virus se dissémine à d’autres grandes villes de l’actuelle République démocratique du Congo situées au sud-est de Kinshasa. D’abord Lubumbashi, pourtant plus éloignée, puis, environ deux ans plus tard, à Mbuji-Mayi, le tout suivant la voie ferroviaire. Empruntée par plus de trois cent mille personnes par an en 1922, cette ligne de chemin de fer, traversant d'ouest vers le sud-est le pays, en transportait plus d’un million en 1948. Au cours de la décennie suivante, c’est par la voie fluviale que le virus gagne Bwamanda et Kisangani, dans le nord-est du pays.
Les activités humaines, le travail migrant, le développement d’activités de prostitution et la pratique d’injections de traitements contre les infections transmises sexuellement avec du matériel non stérile (seringues et aiguilles réutilisées pour plusieurs personnes) ont constitué les facteurs d’amplification de l’épidémie naissante.

UN VIRUS QUI GAGNE LA PLANÈTE
La présence d’Haïtiens venus travailler au Congo-Kinshasa, qui venait d’accéder à l’indépendance en 1960, explique que certains d’entre eux aient importé le virus dans leur pays à leur retour, aux environs de 1964. A partir de là, le virus a gagné les Etats-Unis, tandis que dans le même temps, il se propageait à d’autres pays d’Afrique subsaharienne. La suite est connue. Le virus a infecté 75 millions d'individus à travers le monde et a causé la mort de 36 millions de personnes.
Les chercheurs ont confirmé la prédominance dans l’épidémie du VIH-1 du groupe M (majoritaire), au détriment du groupe O. « Un virus passé de l’animal à l’homme doit pouvoir s’adapter à ce nouvel hôte, explique Martine Peeters. Le VIH-1 du groupe M devait posséder des caractères qui l’ont favorisé. » Une fois adapté, le virus devait pouvoir se répliquer chez l’hôte, et il fallait que ce dernier puisse le transmettre à d’autres individus, sans quoi il ne peut y avoir d’épidémie.
La reconstitution de l’itinéraire chronologique de ce virus sorti de la forêt, passé de l’animal à l’homme et se propageant sous forme d'épidémie prend une résonance particulière au moment où l’épidémie d’Ebola sème la mort et la terreur en Afrique de l’Ouest. « Il existe un parallèle entre les deux épidémies, souligne Martine Peeters, mais personne ne s’attendait à ce que le virus Ebola sorte et se transmette aussi vite, beaucoup plus vite que le VIH. Il faut dire que les voies de transmission ne sont pas les mêmes, celle-ci étant plus facile pour Ebola, et que l’incubation est nettement plus courte que pour le VIH ».
Le VIH a mis soixante ans pour devenir épidémique, le virus Ebola à peine quarante.


664. Lien Rag - 13/05/17 12:36
Puisqu'il y a des biologistes plus calés que moi sur ce forum, j'aimerais bien qu'ils m'expliquent comment une telle maladie a pu rester endémique pendant 60 ans avant de devenir épidémique dans les années 80?
Si la source est vraiment fiable, bien sûr, ce dont je ne sais rien...

663. Piet Lastar - 13/05/17 10:38 - (en réponse à : lobabu)
C'est juste à part que c'est au Congo français et que la contamination a été accentuée lors d'une campagne de vaccination en vue d'engager des ouvriers pour la construction de la ligne de chemin de fer Brazzaville-Pointe-Noire

662. lobabu - 12/05/17 22:43
Savez-vous que les épidémiologistes ont identifié avec une quasi certitude le 1er cas (ou en tout cas celui qui a fait démarré l'épidémie)de Sida? Ce serait un habitant d'un petit village du Congo belge ayant mangé de la viande de singe mal cuite au début des années 1920. Ne se sentant pas bien, il est venu à Kinshasa pour être soigné dans un hôpital et a contaminé une partie du personnel soignant qui lui-même a contaminé des membres de leurs familles. C'est en étudiant les compte-rendus de maladie "hors norme" établis par des médecins de cet hôpital et conservés dans les archives que les épidémiologistes ont fait le rapprochement avec les symptômes. Et de toute évidence, cette infection qui n'avait pas reçu de nom a continué à l'état latent d'infecter des personnes (dont certaines ne contractaient pas la maladie). Ils expliquent son passage sur le continent américain par la venue dans les années 1960 de Haïtiens voulant travailler dans le Congo devenu indépendant. Certains sont rentrés à Haïti porteur du virus mais pas malades et ont ensuite émigré dans les années 1970 aux E.U.

661. TILLIERTON - 12/05/17 22:11
Élémentaire mon cher Watson!
C'est assez simple sur le fond. Les traitements contre le SIDA sont assez chers, efficaces, et présentent de nombreux effets secondaires, ce qui impose des contraintes pas faciles à négocier dans la vie de tous les jours.
Heureusement, ces traitement sont pris en charge par la Collectivité.
Ce qui n'est pas le cas dans les pays du tiers-monde où le SIDA demeure un fléau et la mortalité liée importante du fait des coûts hors portée des traitements pour la population.



660. marcel - 12/05/17 21:37
On est d'accord. Je me suis permis de corriger parce qu'il y a actuellement un recul de la prevention chez les jeunes, justement parce que la croyance que le Sida se soigne se repend. Or, il ne se soigne pas, il se contrôle. La nuance me semblait importante.
Sinon, j'ai 43 ans, je fais partie de la generation qui a eu des reunions de prevention des le college.
D'ailleurs, en écrivant ca, je me souviens d'une mere d'eleve (ultra-raciste, je la connaissais bien), qui disait que c'etait la faute des africains qui baisaient des singes. Sans rigoler. Ca a mis tout le monde mal a l'aise, surtout l'intervenante.

659. froggy - 12/05/17 19:40 - (en réponse à : Marcel)
Je me suis mal exprime et tu as raison de corriger mon propos. Je ne sais pas l'age que tu as (j'imagine aux alentours de la quarantaine) mais en 1981, quand les premiers articles sur le sida sont sortis et que j'avais a peine 20 ans, cela a fait peur a tout le monde, aussi bien les hommes que les femmes. Etre seropositif a ce moment la voulait dire que l'esperance de vie etait reduite a moins d'un an dans le meilleur des cas. Avec les nouveaux traitements qui sont tres lourds, c'est vrai, cette esperance de vie a ete fortement rallongee. En fait, j'aurais du ecrire, qu'aujourd'hui le sida est une maladie moins mortelle qu'elle ne le fut, et que c'est moins l'hecatombe que ce ne fut ces annees-la meme si on en meurt encore effectivement.

658. Quentin - 12/05/17 19:34
froggy: Goetzinger n'est jamais mailleure qu'en tandem avec Christin (la demoiselle de la légion d'honneur, bien sûr, mais j'aime aussi beaucoup la sultane blanche, qui est un peu dans la même veine). Elle est plus faible quand elle travaille sans scénariste (ou alors avec des amateurs, comme dans l'avenir perdu).

Victor Hugo: et tu en penses quoi, de l'avenir perdu?

657. marcel - 12/05/17 18:33
Pour les occidentaux, le sida n'est plus une maladie mortelle.
Oui, enfin, c'est pas une grippe non plus, hein. Le traitement reste tres lourd et on en meurt encore, malgre ca.

Selon wiki :
L'espérance de vie actuelle sous traitement chez le sujet jeune infecté peut dépasser 35 ans.

Néanmoins, sur 80 000 personnes actuellement sous traitement en France, 27 000 sont en état d’échappement virologique (la réplication du virus n'est pas maîtrisée par le traitement), et 3 000 sont en échec thérapeutique, soit en danger de mort imminente.

656. froggy - 12/05/17 18:15 - (en réponse à : Quentin)
C'est peut-etre pour cela que cet album n'a connu qu'une seule edition. Je l'ai achete sur ebay quand je me suis apercu qu'il me manquait quelques Goetzinger, j'ai vraiment beaucoup aime ses Portraits Souvenir et j'apprecie l'elegance et la delicatesse de son dessin. Comme je m'en suis explique, je ne connaissais pas le sujet et je ne sais pas du tout si j'aurais achete l'album si je l'avais su, il est n'est tellement plus d'actualite, et en un sens, c'est heureux. Pour les occidentaux, le sida n'est plus une maladie mortelle. Ceux qui l'ont doivent vivre avec. Cela serait bien que ce soit la meme chose en Afrique et en Asie ou il continue a decimer les populations.

655. Victor Hugo - 12/05/17 18:00
Poincelet c'est de la merde, et pas besoin de faire 5 lignes pour nous dire que t'aimes pas les pédés, on avait compris.

654. Quentin - 12/05/17 17:52
L'avenir perdu enfile clichés et bon sentiment comme des perles sur un collier. Cet album était déjà vieillot et dépassé dès sa sortie. Vu aujourd'hui, il a le mérite d'offrir un certain témoignage sur la manière dont l'homosexualité et le sida étaient percus il y a 25 ans, mais je n'y vois pas d'autre intérêt, car c'est assez mauvais. Ca sent la BD pédagogique à plein nez, faite pour informer et prévenir plutôt que pour raconter quelque chose. La plupart des auteurs qui se sont essayés à ces BD éducatives s'y sont brûlé les ailes (Derib avec Jo, Neaud avec Alex et la vie d'après). Dans le genre, c'est encore Poincelet et son chateau des ruisseaux (dont on parlait plus bas) qui s'en sort le mieux.

653. froggy - 12/05/17 02:04
Goetzinger & Jonsson et Knigge, L'avenir perdu

Pour paraphraser ce bon vieux Victor Hugo, l'homme qui a beaucoup poété dans sa vie, ce siecle avait 92 ans. En 1992, Emmanuel Macron avait 14 ans et n'avait pas encore pour maitresse Brigitte Trogneux, Mitterrand etait toujours president et Internet n'existait pas dans la forme que l'on connait aujourd'hui. Par contre, il y avait un sale truc qui avait tue beaucoup trop de monde sur terre, un sale truc appele en France, le sida. En 1992, avant les therapies existantes aujourd'hui, quiconque s'averait etre seropositif recevait une sentence de mort et pas dans des conditions agreables. Ce temps est revolu aujourd'hui en Occident alors, qu'en Afrique et en Asie, il cree toujours des ravages. Parmi les categories de personne a risque, il y avait les homosexuels bien sur aux cotes des heroinomanes et des haitiens (les fameux 3 H). L'avenir perdu traite d'un jeune homosexuel de Hambourg qui apprend qu'il est seropositif. Ce n'est donc pas une histoire tres gaie.

Comme beaucoup de monde de mon age, j'ai decouvert Annie Goetzinger avec La demoiselle de la Legion d'Honneur, un album que mon professeur de mathematiques de terminale, collectionneur de BD, m'avait prete avec la France des beaufs de Cabu et Les Phalanges de l'Ordre Noir de Bilal et Christin. Je lui suis toujours gre de m'avoir fait decouvert tout un pan de BD que je ne connaissais pas a l'age ideal pour cela, moi qui ne jurait que par Tintin et Spirou. Pour en revenir a Annie, j'ai immediatement aime son dessin que le bon scenario de Christin servait tres bien. Sorti a l'automne 1979, cet album remporta un joli succes d'estime car il correspondait tres bien a l'air du temps qui etait celui de la fin des annees Giscard et de la droite au pouvoir depuis 1958, periode qui precede le 10 mai 1981. Christin ecrira d'autres recits pour sa dessinatrice, toujours mettant en scene des femmes, mon prefere etant La diva et le kriegspiel. Quand elle quittera Dargaud apres son rachat par le Groupe Ampere, elle suivra quelques uns de ses celebres confreres, Bilal, Giraud/Moebius aux Humanoides Associes en emmenant avec elle sa collection, Portrait Souvenir mais en y laissant Christin qu'elle retrouvera quand elle retournera chez Dargaud. C'est durant cette infidelite que cet album est sorti. A ma connaissance, cet album est une des premieres bd a traiter de ce sujet aussi directement et ouvertement. Les auteurs ne jugent personne meme si bien sur, ils se penchent plus sur les victimes de la maladie que sur les personnes qui les entourent. Le temps de l'action n'est pas precise avec exactitude mais je penserais qu'elle se situe au tout debut des annees 80 alors que le monde prend conscience du probleme, et que l'information se transmet plus ou moins bien, beaucoup moins bien que la maladie, c'est sur. C'est le moment ou tout d'un coup, les homosexuels sont pris pour des pestiferes et que certains n'hesitent pas a declamer qu'ils n'ont que ce qu'ils meritent. Paris-Match publiera de temps en temps, des photos de malades atteints du sida et en phase terminale, la liberation sexuelle des annees 70 se finissait bien mal, faire l'amour etait devenu comme jouer a la roulette russe. L 'album mentionne des petites associations locales qui permettent aux malades du sida de se retrouver et de s'informer, c'est bien avant les grosses fondees plus tard telles qu'Act Up pour mentionner une des plus connues. Sans compter les campagnes de sante publique financee par l'Etat.

La BD est un drame et FR3 en aurait fait ses choux gras pour un de ses telefilms. Le debut nous montre le protagoniste principal, Tim, qui vit en couple avec Peter, on nous montre ses parents qui ont beaucoup de mal a accepter l'homosexualite de leur fils, surtout le pere d'ailleurs. Puis on apprend que Tim est seropositif, ce qui effraie terriblement Peter, Tim tombe malade de plus en plus, s'accrochant a la vie tant bien que mal et essayant de lui donner un nouveau sens. Il rencontre des gens malades et d'autres qui ne le sont pas.

Je sais pourquoi je n'ai pas achete a l'epoque car il est sorti au moment ou je me suis installe aux USA, il n'etait pas une priorite dans ma vie a ce moment-la. J'avais completement oublie son existence et surtout, j'en avais completement oublie le sujet. Le lire a ete pour moi comme un veritable plongeon dans le passe a une epoque que j'ai bien connue et qui a vu des gens que j'ai connus qui ont ete emportes par la maladie. Je suis persuade que les scenaristes ont ecrit cette histoire en rassemblant des temoignages authentiques, certaines scenes presentes dans le recit ne peuvent pas etre le fruit d'une imagination feconde; la premiere grippe de Tim lors d'un voyage en Crete et la reaction de l'hotelier ainsi que de la police locale, la scene du bus, la prostituee etc.

Annie Goetzinger a mis tout son talent au service de son scenariste, elle apporte une sensibilite toute feminine a une histoire d'hommes mais sans que cela fasse femme dessinant La Cage aux Folles, Tim n'est certainement pas Zaza Napoli et Peter encore moins Albin, son conjoint dans la piece. Les heros de cette histoire ne sont pas des folles perdues, ce sont des hommes tout simplement que personne ne remarquerait au milieu d'une foule rempli d'anonymes. En realisant cette BD, les auteurs ont simplement voulu faire un temoignage sur une generation de jeunes hommes et femmes qui ont perdu leur avenir, une genereation fauchee par le sida.

Note finale, 3.5/5. J'ai beaucoup aime meme si il y a un peu trop de cliches mais je me demande si cette BD n'a pas beaucoup vieilli, la situation ayant enormement evolue, principalement dans le bon sens, en 25 ans

652. froggy - 08/05/17 23:58 - (en réponse à : Lien Rag)
C'est comme l'integrale de Yoko Tsuno qui est tres moche, celle-ci aussi devrait etre refaite correctement.

651. herve - 08/05/17 16:16
Franz Stock, le passeur d'âmes Vivier & Denoël

Habitant Chartres depuis près de 8 ans, je ne pouvais passer à côté de cette bande dessinée retraçant l'étonnant parcours de l'abbé Franz Stock, que je ne connaissais que de nom.
Cette biographie est assez réussie, bien documentée, et on reste assez étonné de croiser des personnages dans la vie de Franz Stock, tels que Madame Ribbentrop, Otto Abbetz, mais aussi des résistants comme Jacques Bonsergent, premier civil fusillé par les allemands, Honoré d'Estienne d'Orves ou encore le nonce Apostolique, Monseigneur Roncalli, le futur Jean XXIII, qui sera l'artisan de la renommée posthume de l'abbé.
Même si le dessin de Denoël est assez dépouillé, l'album se lit avec plaisir.
Instructif , intéressant et surtout cet album nous permet de découvrir le destin exceptionnel d'un homme de conviction.

note:3/5

650. Lien Rag - 07/05/17 13:03 - (en réponse à : Tif & Tondu)
L'intégrale thématique est en effet d'une couennerie sans nom, notamment quand le thème est "Choc" et que l'intrigue principale de l'aventure est de découvrir que Choc est l'ennemi des héros, généralement dans le dernier tiers de l'album...

649. Quentin - 07/05/17 07:09 - (en réponse à : Victor Hugo)
Mais je discute avec toi gentiment et calmement, sans t'aggresser. Je te donne juste mes arguments. C'est quoi ton problème? Et c'est quoi ton argument pour dire que Bohlwinkel est un nom juif?

648. TILLIERTON - 07/05/17 07:03
Pour les archéologues de la BD

647. TILLIERTON - 07/05/17 05:27
Parfaitement dispensable cette période par comparaison avec le dessin ultérieur

646. froggy - 07/05/17 02:12
Tif et Tondu, L'integrale 1949-1954

Dans leur volonte de reediter le patrimoine des Editions Dupuis avec plus ou moins de bonheur sur la qualite des BD (cf. le tome 2 de l'integrale Valhardi), les epoux Pissavy-Yvernault se sont remis sur le chantier de l'integrale du celebre tandem qui fit les beaux jours du journal Spirou (le journal de la bonne humeur) de 1938 a 1997, une bien belle longevite. Cette nouvelle integrale publiera tous les recits dasn l'ordre chronologique et non thematique ainsi que ce fut le cas dans celle en cours.

La serie a commence des le numero 1 du journal avec pour seul heros Tif, Tondu le joindra seulement au numero 5. C'est Fernand Dineur qui crea les personnages. Il animera la serie jusqu'en 1949 et c'est Will qui prendra le relais mais pour le dessin seulement, Dineur continuera a en assurer le scenario avec des instructions graphiques tres fermes pour le debutant. En effet, Will est alors un tres jeune dessinateur et tel ses confreres, Franquin avec Spirou & Fantasio, et Paape avec Valhardi, continuera ces personnages devenus la propriete des Editions Dupuis. Comme d'habitude chez cet editeur, le dossier d'introduction est tres complet avec une excellente iconographie.

L'album contient un veritable inedit intitule Le mystere de Beersel. Cette aventure aurait du etre la toute premiere publiee dans le journal mais elle ne le fut pas pour des raisons que le dossier n'explique pas. C'est d'autant plus curieux que le journal publia une annonce pour cette aventure. En lieu et place, les jeunes lecteurs du journal decouvrirent le nouveau Tif et Tondu sous la plume de Will avec la double aventure, La cite des rubis et sa suite La revanche d'Arsene Rupin. Ces 3 episodes sont restes inedits dans la collection officielle et Dupuis les publie pour la premiere fois. Michel Deligne, le petit editeur bruxellois bien connu des amateurs du FB pour ses reeditions de quelques tresors de chez Spirou dans les annees 70, avait collige ces histoires dans un recueil intitule Pleins feux sur Will, je presume que Philippe doit l'avoir.

Considerant l'epoque et les auteurs, il ne faut pas s'attendre a une BD tres sophistiquee. Le dossier montre quelques planches realisees par Dineur et il ne faut pas avoir peur d'ecrire qu'elles sont du niveau des BD de l'epoque que je connais un peu, c'est a dire, Zig et Puce de St Ogan et le Spirou de Rob-Vel. Il est manifeste que le Tintin d'Herge etait un veritable OVNI a l'epoque de par sa qualite aussi bien dans la narration que dans le dessin, qualite qui elle n'a pas pris une seule ride. Il n'en est pas de meme pour le dessin de Dineur qui a singulierement vieilli. Le coup de chance pour Dupuis, les personnages et les lecteurs fut que Will avait beaucoup plus de talent que son predecesseur. C'est manifeste des ce tout premier episode jamais publie. C'est evidemment l'oeuvre d'un debutant mais il n'y a pas photo, l'avenir nous le confirmera, Will sera un grand de la BD FB. Bien qu'aide par les futurs cadors de la profession que seront Morris et Franquin et par Jije qui le prodigue de ses conseils, le jeune Will denote un sens de la composition des cases et des planches ainsi qu'un sens du mouvement qui faisaient bien defaut a Dineur. Les imperfections graphiques sont nombreuses mais elles sont beaucoup plus supportables que celles de Paape pour ses premiers Valhardi. Les plus visibles sont dans le dessin des pieds de quasiment tous les protagonistes, les troncs sont relativement bien proportionnes aux tetes mais Will leur donne des petites jambes et des pieds carrement minuscules. Un deuxieme defaut est la nuque plate du bandit Arsene Rupin, cela lui donne une apparence bizarre. Notons que la bande ne se veut absolument pas realiste, on est dans le registre comique a l'instar de Spirou et de Zig et Puce. Le dessin ira en s'ameliorant , Will s'eloignera de la charte graphique imposee par Dineur pour donner l'apparence que nous leur connaitrons desormais en meme temps que ses defauts s'attenuent.

Dineur signera les scenarios des 5 premieres histoires dessinees par Will. Il abandonnera la serie apres le rachat des personnages par l'editeur, Henri Gillain (le frere de Jije) alias Luc Bermar puis Albert Desprechins (qui 15 ans plus tard ecrira les premiers Petits Hommes pour Seron) prendront le relais. J'ai plus insiste sur le dessin que sur ces scenarios car eux-aussi sont le fruit de leur epoque. C'est de la tres simple aventure ou l'ont voit les 2 comparses lutter contre un fantome qui hante un chateau, lutter contre un escroc, faire une chasse au tresor, etre confrontes a des trafiquants d'alcool qui sevissent autour de la frontiere franco-belge ou encore se retrouvent impliques dans une revolution de palais dans un pays d'Amerique Centrale. Vous retrouverez vous-memes les aventures celebres de Tintin, ou de Spirou et Fantasio qui reprennent les memes trames. Autant ecrire que memes les oeuvres de jeunesse de Franquin sont nettement meilleures, celui-ci maitrisait deja tres bien les codes narratifs en matiere de BD, son adaptation du scenario d'Henri Gillain pour Il y a un sorcier a Champignac n'a aucune commune mesure avec ce que Will a fait du sien, il n'a pas du trop oser y toucher.

La suite demontrera que le talent de Will explosera quand un veritable scenariste lui ecrira de bonnes histoires, ce sera le cas avec Maurice Rosy qui creera le personnage de Mr Choc, un des plus beaux mechants de la BD FB, un de mes preferes en tous cas avec Olrik. Mais ca. ce sera pour le prochain tome. En attendant,

Note finale, 2.75/5. Cela sent nettement moins le moisi que le Valhardi de Paape. Une bonne lecture que je recommande a tous ceux qui aiment la serie. Les 3 episodes inedits justifient son achat a eux tout seuls.

645. Victor Hugo - 07/05/17 01:13 - (en réponse à : Quentin)
Ah oui, j'avais oublié que tu es le connnard avec qui on ne peut pas discuter.

Va te faire enkuler pauvre con.

644. Piet Lastar - 07/05/17 00:02 - (en réponse à : quentin)
Je répète : Un personnage "méchant" peut être juif, ou est le problème ?

643. Quentin - 06/05/17 23:59 - (en réponse à : Victor Hugo)
S'il n'y a aucune volonté de trouver un nom qui ne sonne pas juif, pourquoi a-t-il changé le nom alors au lieu de garder Blumenstein? Et qu'est-ce qui te permet de dire que Bohlwinkel sonne juif? Quand je google ce nom, je ne trouve personne qui s'appelle comme ca - et comme dit la maxime, si c'est pas sur le net, c'est que ca n'existe pas :o) Bohlwinkel est un clin d'oeil d'Hergé à ses lecteur bruxellois qui ne peuvent pas passer à côté. C'est un jeu de mot semblable à la boucherie Sanzot, rien de plus.

Ceci dit, si Hergé avait vraiment voulu enlever tout doute, il aurait pu redessiner le nez du banquier.

642. Victor Hugo - 06/05/17 23:25
Armateur? A sa première apparition dans Les Cigares du pharaon il est producteur de cinéma.

641. Piet Lastar - 06/05/17 23:13
En quoi cet armateur grec serait juif ? Et puis, on s'en fout, non ? Est-ce que Abdallah est musulman ? Et Alcazar catholique ?

640. Victor Hugo - 06/05/17 21:51
Aucun problème, mais qu'on me fasse pas croire qu'il l'a rebaptisé Bolwinckle pour que ça ne fasse pas juif.
Et, bien qu'il s'en défende et malgré son nom, Rastapopoulos est bien un juif dans l'esprit d'Hergé quand il invente ce personnage.

639. Piet Lastar - 06/05/17 21:21
Un personnage "méchant" peut être juif, ou est le problème ?

638. Victor Hugo - 06/05/17 20:23 - (en réponse à : Quentin)
Tu es bien faux cul, parce son banquier avec sa tête de caricature antisémite, il ne l'a pas rebaptisé Tournesol, Lampion, Dupont, Loiseau, Boulut, ni Smith, Chicklet, Dawson, Spalding ou Wolff, mais bien Bolwinckle , même pas Bollewinkel.

637. marcel - 06/05/17 20:01
Je ne suis pas spécialiste non plus, mais il me semble qu'un "véritable patronyme israélite" dérive des noms de tribus d'Israël
Uniquement si tu oublies la diaspora.

636. pm - 06/05/17 18:30
Pour Musler c'est tout à fait exact.
Pour Mr Mops il faudrait que je retrouve le passage explicatif dans le bouquin de Peeters ( ou Goddin je ne sais plus ).

635. Victor Hugo - 06/05/17 18:30
J'ai lu Le roi Oscar et ... de bonneval et Tanquerelle
Que c'est chiant à lire. Que du récitatif, le degré zéro de l'adaptation littéraire. Voilà un bouquin qui montre bien à quel point Bonneval n'est qu'un gros mauvais. Ca montre aussi que Tanquerelle en a marre de dessiner trois fois la même histoire (parce que c'est bien la même, avec une fois un cadavre, une fois des chiottes, une fois un cochon), alors il expédie ça. J'ai pas lu le bouquin précédent, mais celui-là est bien inutile.

634. Victor Hugo - 06/05/17 18:25 - (en réponse à : pm)
Pas sûr, dans Quick et Flupke il se foutait déjà de la gueule d'Hitler. Il ne faut pas oublier que certains authentiques fascistes (comme l'abbé Wallez) détestaient Hitler. Le personnage de Mussler dans Ottokar ne laisse aucun doute sur la façon dont Hergé considérait Hitler. Ce qui ne fait pas moins d'Hergé un type ambi güe avec un fond raciste et antisémite qui ne le quittera jamais vraiment.

633. pm - 06/05/17 18:23
L'or noir était également complètement référencé à l'actualité de l'époque puisque dans les anciennes éditions il ne s'agit pas de deux tribus rivales mais des juifs et des arabes à l'époque de la création de l'état d'Israël. Hergé a ensuite trouvé que cette référence était trop liée à son époque de création et que s'il voulait que l'oeuvre reste intemporelle il fallait la "déshistoriciser".
A noter que cet album commencé avant guerre dans le petit 20ème ( la partie avec juifs et arabes n'est pas dans le début de l'album ), et interrompu avec la guerre , ne sortira qu'en 1950.
L'album commencé avant guerre aurait dû sortir en noir et blanc comme les autres ( le premier album couleurs est l'Etoile en 1942 ), sa seule édition N&B à ce jour ( outre des versions pirates et des reproductions très petites en Rombaldi ), est l'édition de 2014 chez atlas ( les archives Tintin).

632. TILLIERTON - 06/05/17 18:09
Un exemple concret de noms de familles en " berg"aux antipodes :
- Rosenberg théoricien nazi antisémite notoire de sinistre réputation
- les époux Rosenberg au destin tragique , tous deux nés de familles juives

631. pm - 06/05/17 18:03 - (en réponse à : VH 618)
Le strip de Mr Mops est une erreur d'interprétation, Hergé ridiculise ce personnage et cette planche était à interpréter très différemment à l'époque de sa parution car ce n'est pas du tout Hitler qui est décrié.

630. froggy - 06/05/17 17:30
Cette question de patronyme a permis de reveler que les juifs sont responsables de toutes les catastrophes dans le monde.

Le Titanic par exemple, un certain iceberg.

Ok, je sors.

629. froggy - 06/05/17 17:27 - (en réponse à : Laurent)
Je te remercie d'avoir publie la case de ce strip de L'etoile mysterieuse. Je ne l'avais jamais vue. C'est effectivement tres, tres troublant.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio