Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (18)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


1251. suzix@bdp - 27/11/17 09:21
Lu JKJ Bloche #26 de Dodier chez Dupuis (octobre 2017)

Comme les TB, le meilleur album depuis longtemps. Dodier arrive en effet à mettre plusieurs éléments dans cet album : l'enquête en cours, l'enfance de Jérôme et sa relation avec Babette qui a dû annuler ses vacances. De mémoire c'est la première fois que l'on voit JKJ enfant. Qq'un confirme? BRef, un album marquant pour cette série qui a perdu depuis longtemps la saveur et le mystère des premiers tomes.
Note 4/5.

1250. suzix@bdp - 27/11/17 09:15
Lu Le temps des secrets d'après Pagnol de Tanco & Stoffel + Scotto chez Bamboo (novembre 2017)

Je l'ai écrit souvent. J'aime bcp cette quadrilogie. Ce 3e tome est donc l'arrivée de Marcel au "lycée" (le collège donc). Comme à chaque album, à chaque film, à chaque roman, je retrouve l'accent des collines du compteur des derniers films (qui commencent à dater). Et cela me plait. On retrouve bien la chaleur humaine de Pagnol mais aussi ses piques envers les travers de la société et des membres de sa famille (surtout). Les auteurs indiquent qu'ils n'ont pas suivi le déroulé exact des romans car certaines parties ne sont pas vraiment à leur place et même Pagnol avait souhaité replacer certaines scènes. Il me semble par exemple qu'à la fin de "Le temps des secrets", on apprend la mort jeune du "petit Paul" le dernier berger des collines qui sera enterré aux côtés de Lili qui l'y attendait tué dès le début de la guerre "d'une balle en plein front". En racontant cela tout se mélange dans ma tête, films, romans, BDs et c'est très bien ainsi. Cela prouve que ces oeuvres forment un tout. Album très épais. Je recommande.
Note 4,5/5.

1249. suzix@bdp - 27/11/17 08:56
Lu Les Tuniques Bleues #61 de Lambil & Cauvin chez Dupuis (novembre 2017)

Le meilleur TB depuis très longtemps. Bon j'avais été un peu spolié et on trouvera toujours à redire mais pour un TB, c'est un album notablement bon qui joue sur deux quiproquos. On retrouve aussi les combats sabre au clair et le duo en vadrouille.
Note 3,5/5.

1248. suzix@bdp - 27/11/17 08:53
Lu Les Mondes de Thorgal - Kriss #7 de Vignaux & Dorison chez Le Lombard (novembre 2017)

Album intéressant malgré qq imperfections (les auteurs auraient pu se passer de faire une scène inutile façon comics avec un bras qui devient gigantesques sans que cela n'émeuve personne ...). Kriss est partie seule à la recherche de son fils Aniel. Pour gagner du temps, elle utilise un poignard magique qui "déchire" le temps. SPOILERElle se retrouve alors confronter à d'autres Kriss qui n'ont pas suivi son chemin.SPOILER. Jolan quand à lui est aux prises avec le roi adverse en duel singulier. L'album se termine pas un double cliffhanger pour Kriss et Jolan.
Note : 4/5.

1247. froggy - 27/11/17 01:00
Burckel et Hubert, La nuit mange le jour

C'est uniquement sur le titre que j'ai achete cet album car je le trouve magnifique. J'aime beaucoup cette metaphore poetique. Il y a certains livres comme cela aux titres que je trouve tres beaux et qui sonnent bien a l'oreille, Mort a credit de Celine par exemple, bien que je n'en comprenne toujours pas vraiment le sens apres l'avoir lu. Plus concret, j'aime egalement les titres de Voyage au bout de la nuit de Celine toujours, Meurtre dans la cathedrale, la piece d'Eliot a cause de l'antinomie de ces deux mots. Sur un registre plus leger, j'aime A l'ombre des jeunes filles en fleurs de Proust et le magnifique Huit personnages en quete d'auteur de Pirandello, un titre intrigant pour une piece de theatre.

Est-ce que le sexe fait si peur que cela que Glenat, l'editeur, s'est senti oblige d'apposer autocollant sur l'album? "Pour public averti, contenu explicite" nous previent-on. Vous vous rappelez certainement ce que j'avais ecrit au sujet du premier tome de Katanga, Diamants, ou je preconisais l'apport d'un autocollant qui previendrait de la violence de l'ouvrage, comme on le voit parfois sur certaines affiches de films. Je ne me souviens pas en avoir vu sur les albums de Manara et de Crepax. Alors pourquoi ici? Probablement parce qu'il s'agit d'une histoire entre deux hommes et qu'ils baisent pour l'exprimer crument. Cela veut donc dire que les standards sont differents pour des amours lesbiens, je n'avais pas vu cet autocollant sur la couverture du Bleu est une couleur chaude pourtant chez le meme editeur. Bizarre autant qu'etrange, n'est ce pas?

Ce qui fait qu'a partir d'ici, cette critique s'adresse a un public averti (et inverti aussi. Hi, hi, hi! ->). En effet, on va traiter de sexes masculins en erection, de fellations, d'ejaculations, d'anus et de sodomisation entre autres. Je vous avais prevenu, ames sensibles et delicates s'abstenir. Il ne faudra pas m'en vouloir.

Fred, la quarantaine bati comme une armoire a glace, a ramene chez lui un soir, Thomas, a peine 20 ans et au physique beaucoup plus mince. Ils font l'amour, ce qui fait que Thomas decouvre enfin que la sodomisation, c'est bon quand c'est fait par un expert en la matiere. Ils se plaisent suffisamment pour qu'ils aient envie de se revoir. Or, avant d'avoir rencontre Thomas, Fred a eu un ex, Alex. Cet Alex etait tres beau a l'exterieur mais avaitl'interieur completement pourri. Ce type etait le diable meme, seduisant tout le monde sur son passage, selon tous ceux qui l'ont connu, des qu'il apparaissait, il devenait le centre d'attraction de la piece ou il se trouvait. Fred, au coeur de silex qui prend feu, etait fou amoureux d'Alex et de son coeur de Pyrex qui resiste au feu, manifestement, depuis qu'Alex est devenu un ex, Fred a du essuye quelques Kleenex sur son Solex en regardant l'heure sur sa Rolex. Il faut dire qu'il a plutot bien reussi dans la vie, il travaille dans la publicite et la communication (la pub' et la comm' pour ceux qui s'expriment par apocopes), il a un bel appartement chaud dans lequel il prend son pied. Thomas, lui, a fair des etudes de lettre et est bibliothecaire dans une mediatheque de quartier. Il gagne petitement sa vie. Il ne comprend pas pourquoi, Fred, s'est attache a lui alors que l'ex, Alex, etait si beau. Fred, a beau essaye de le convaincre qu'Alex, c'est du passe maintenant et qu'il est sorti du cadre. Pas tant que cela en definitive car l'appartment de Fred, est rempli de photographies de l'ex dans des situations de bondage et de sado-masochismes ou Alex est toujours en position d'humiliation. Et Thomas devient peu a peu obsede par ces photos, par Alex. Il faut dire qu'il est tombe tres amoureux de Fred, qui semble lui aussi eprouver le meme sentiment pour lui. Mais en definitive, qu'est-il arrive a Alex? Pourquoi a t-il disparu de la circulation du jour au lendemain sans que personne ne sache ou il est? Se pourrait-il que Fred l'ait assassine, pense Thomas? Ca vous le saurez en lisant l'album.

C'est le premier album de BD de Paul Burckel. Au premier abord, il m'a fait penser a celui d'Alex Varenne, un dessinateur qui a ete un petit peu a la mode dans les annees 80 avec sa serie policiere, Ardeur. Je lui trouve egalement un petit air de famille avec celui de Michel Duveaux et de ses Chroniques Provinciales dans le traitement des ombres et l'expression de la perspective sur le spersonnages. (C'est la ou j'aimerais bien avoir les connaissances techniques de Danyel et de Laurent en matiere de dessin, cela serait bien pratique). Je sais bien que ce sont des references datant des annees 80 mais ce sont les seules qui me viennent a l'esprit alors que j'ecris ces lignes. Je n'aime pas trop le dessin de Varenne au contraire de celui de Duveaux que j'apprecie beaucoup plus. Ces comparaisons se sont imposees dans mon esprit car l'ouvrage est en noir et blanc, ce qui est tres bien, la couleur n'est absolument pas necessaire et aurait considerablement affadi l'histoire. Les personnages sont bien campes, bien characterises, surtout le personnage de Thomas, qui est bien reussi dans son insignifiance. Je me demande si ce n'est pas celui qui a cause le plus de mal au dessinateur car c'est le personnage le plus complexe, il est assez torture, c'est le moins que l'on puisse dire. Les planches sont bien composees, ainsi que la composition des cases. Et puis, j'aime beaucoup la couverture qui est bien representative du contenu du livre.

D'Hubert, le scenariste, je ne connaissais que Miss Pas Touche. Si je n'avais lu sa bibliographie sur le forum d'en face, concurrent mais neanmoins ami, je me serais dit a son sujet que decidement, le sexe l'habite. En lisant l'album, j'ai beaucoup pense a Rebecca, le roman de Daphne du Maurier (que je n'ai pas lu) qu'Hitchcock a tres fidelement adapte au cinema avec le succes que l'on sait (celui-la, je l'ai vu et plus d'une fois). En effet, Thomas serait la nouvelle Mrs de Winter, Fred, Maxime de Winter et Alex serait bien sur Rebecca, qui empoisonne la vie du nouveau couple de l'au-dela. Il ne manque que la gouvernante, Mrs Danvers pour que la comparaison soit parfaite. Hubert a tres construit son histoire qui commence par une banale rencontre de 2 hommes qui vont commencer a s'aimer mais dont l'un est assez psychologiquement fragile a cause de sa jeunesse, de son manque d'assurance et d'un manque de confiance en soi. La tension monte petit a petit et je ne me refere pas a la tension erotique qui reunit les deux amants dans le meme lit (ou ailleurs, peu importe), je pense a la tension psychologique qui monte lentement mais surement, l'album fait 224 planches, on prend donc son temps et il y a un veritable suspense car evidemment, on se demande comment cette histoire va se terminer. J'ai bien aime le passage ou ils vont passer un test HIV a l'hopital et l'attente des resultats qui sont suffisamment bons pour qu'ils continuer leurs jeux sexuels sans aucune crainte. Les personnages sont siffisamment bien decrits pour que l'on s'attache a eux. Peu de personnges subalternes interviennent et leur fonction est strictement au service du recit, il y a Eva, l'amie lesbienne de Thomas, qui recueille ses confidences et nous permet donc de savoir ou il en est psychologiquement dans sa relation avec Fred. Et puis, il y a un couple d'amis de celui-ci, Simon et Yann qui eux, dans la construction de cette histoire, ne sont la que pour pour renseigner Thomas sur comment cela se passait entre Alex et Fred. Tu n'as pas a t'inquieter, le rassurent-ils, il est beaucoup plus heureux avec toi qu'avec Alex. Peut-etre, repond Thomas pas convaincu du tout. Il faut dire qu'ils sont aussi assez langue de putes.

Je ne peux pas ecrire pourquoi j'ai ete tres sensible a cette histoire car cela ne ne vous regarde pas. J'ai aime car un de ses aspects est la notion d'avilissement par amour. En effet, est-ce que Fred et Thomas sont faits pour etre l'un avec l'autre? Qu'est-ce qui les reunit vraiment a part le sexe? C'est peut-etre pour cela que les auteurs insistent beaucoup sur le nombre de fois ou les deux hommes font l'amour ensemble et sur ce qu'ils font entre eux. Est-ce que cet amour charnel mene vers un amour plus intellectuel? Thomas est pret a aller de plus en loin dans l'humiliation pour Fred comme Alex l'a fait avant lui. Mais est-ce que Fred est pret a repeter avec un autre? Il a deja tant souffert avec l'autre.

Note finale, 4.25/5. Ce n'est evidemment pas pour tout le monde. Sans le titre, je ne l'aurais pas lu et j'aurais eu tort car c'est une histoire tres forte que je ne suis pas pres d'oublier. Si vous vous laissez tenter, il devrait en etre de meme pour vous.

1246. herve - 25/11/17 16:54
Undertaker #4:l'ombre d'hippocrate Meyer & Dorison

Je pense que Jonas Crow finit par s'inscrire définitivement dans le monde du western en bande dessinée avec cet album. Même s'il est écrasé par la personnalité plus que machiavélique de Jéronimus Quint alias l'Ogre, dans cet opus.D'ailleurs cet album fait la part belle aux seconds rôles, que ce soit Lin ou Rose Prairie.
Le scénario de Dorison est très sombre ici, laissant aucune place à l'humour (même les fameuses citations bibliques de Jonas Crow ont du mal à nous décrocher un sourire,tant cette chasse à l'homme est sanglante). Jusqu'à la dernière page, Xavier Dorison nous tient en haleine. ( et que dire des dernières pages qui ménagent une surprise de taille).
Côté dessin, Ralph Meyer est aussi à l'aise dans les nombreuses scènes nocturnes que sur les autres scènes. On peut seulement regretter le fait que certains visages ne soit pas dessinés en détail sur quelques vignettes.
Un récit riche et très dense sur 54 pages, qui ravira les amateurs de western.
Encore un bel album de Meyer & Dorison.(une nouvelle aventure est d'ailleurs annoncée au dos de l'album)


Note:4/5

1245. marcel - 21/11/17 14:18
Névé était une super histoire, scénarisée par Dieter, qui a aussi fait Julien Boisvert (tiens, tiens, on y revient).
Une des premieres dedicaces de ma vie, c'était Plessix, Lepage et Dieter, pour les tomes 2 de Boisvert et Neve.

1244. Quentin - 21/11/17 13:49 - (en réponse à : froggy)
Je suis aussi un fan de la première heure de Lepage. J'aime beaucoup les dessins. Névé était une super histoire, scénarisée par Dieter, qui a aussi fait Julien Boisvert (tiens, tiens, on y revient). La terre sans mal était une très grande claque à sa sortie. Tout le monde en parlait. Ca aussi, ca a bien veillit je crois.

Ceux que j'aime le moins sont Oh les filles, Muchacho et Alex Clément.

J'aime par contre beaucoup ses reportages en BD, Tchernobyl mais surtout voyage aux îles de la désolation (le suivant "La lune est blanche" est à mon avis plutôt raté. Son histoire avec son frère bousille tout). C'est le genre de BD que je peux donner à mes parents et qu'ils liront avec beaucoup de plaisir. Le truc sur Ulysse était pas mal, mais pas parmi mes préférés.

Bref, j'achèterai Ar-Men les yeux fermés.

1243. Lien Rag - 21/11/17 10:39
Oh les filles! part très bien dans le tome 1 et s'écrase dans la platitude la plus totale au tome 2...

1242. suzix@bdp - 20/11/17 17:39
où l'on constate que Hervé et Marcel ont des goûts complètement opposés! (;o)

1241. marcel - 20/11/17 16:43
J'avais bien aime Oh les filles !, que beaucoup avaient critique a l'epoque. Et je me souviens avoir beaucoup ri avec Alex Clement est mort.
Mais, bon, tout ca, c'est des albums qu'il faudrait que je relise... si j'avais le temps.

1240. herve - 20/11/17 16:36 - (en réponse à : suzix)
pour "Oh les filles", pas lu, juste feuilleté
Cela ne m'intéressait pas.

1239. suzix@bdp - 20/11/17 16:10
"Les voyages d'Ulysse" (paru en septembre l'an dernier), j'ai pas pu. J'ai aussi revendu "Oh les filles". C'était pas mal. Cela ressemblait un peu à du Brunschwig pas moments.

1238. marcel - 20/11/17 16:10
Le dernier truc que j'ai lu de lui, c'était un truc d'une trentaine de pages sur Fukushima dans La revue dessinee. Donc, genre y a 3 ans.
C'était beau mais pas passionnant.

1237. suzix@bdp - 20/11/17 16:02
ni lu ni (encore) acheté ce dernier Lepage.
Parmi ses derniers albums celui que j'ai préféré c'est "Un printemps à Tchernobyl". Moi aussi les pingouins c'est pas trop mon truc. (;o)

1236. marcel - 20/11/17 15:59
Ben, pas pareil qu'herve, alors.
(Eh eh, 'faisait longtemps).

1235. herve - 20/11/17 15:56 - (en réponse à : marcel)
Pour ma part, ce sont plutôt ses bd "documentaires" qui m'enchantent.
J'ai relu "Muchacho" ce week-end, et bien j'ai beaucoup moins aimé.

1234. marcel - 20/11/17 15:49
Je ne suis toujours pas a la page avec Lepage. Je n'ai rien lu de lui. C'est grave docteur?
Je suis personnellement un peu emmerde pour te repondre. Je le connais depuis ses premiers albums, j'en ai aime beaucoup (Neve, La terre sans mal, Alex Clement est mort, ...) mais depuis quelques annees, ils ne sort plus que des BD-reportages, et ca ne me plait pas. Le dessin est sublime (c'est un emule de Pierre Joubert), mais je m'emmerde. J'ai toujours pas reussi a terminer Voyage aux Iles de la Desolation, au bout de 3 pages d'affilee, je m'endormais. Faut dire que, moi, la mer, la nature, les pingouins tout ca, j'en ai carrément rien a carrer. Alors son nouveau sur un phare breton, autant te dire que je m'en fous encore plus.
Mais beaucoup ici aiment enormement ces albums, je pense que c'est juste une question d'interet personnel.
C'est en tout cas un auteur digne d'interet, ne serait-ce que pour ses fictions.

1233. Mr Degryse - 20/11/17 14:33
Ar Men de Lepage

Sentiments contradictoires à la lecture de cette bd :

Tout d'abord un choc esthétique : purée que c'est beau. Qualité du dessin rehaussée par une superbe colorisation. Grande envie de me rendre dans ce coin de Bretagne dans des vacances futures.

D'un point de vue scénario :

Décidément je préfère quand Lepage assure seul ses scénarios. Ici thématiquement c'est très très riche. Il y a 4 histoires qui se racontent sur 96 pages. C'est donc assez dense dans les sujets traités mais aussi à mon sens très frustrants. Chacune des 4 histoires présentes dans le livre aurait mérité une bd complète

- histoire du gardien de phare 1960 ( même si cela aurait ressemblé à seul de Chabouté
- histoire de la construction du phare ( même si cela aurait ressemblé à 3 éclats blancs de Bruno le Floc'h)
- histoire de la cité d'Ys
- Histoire de la redécouverte du phare actuellement,t ( traitée dans le dvd)

Il y a donc un sentiment étrange d'à la fois d'un trop plein mais aussi de thématiques survolées trop rapidement.

Bonne lecture

1232. froggy - 20/11/17 00:27
Je ne suis toujours pas a la page avec Lepage. Je n'ai rien lu de lui. C'est grave docteur?

1231. herve - 19/11/17 17:41
Ar-Men Emmanuel Lepage

Cela finit par devenir une habitude, celle d'acheter "le dernier Lepage", les yeux fermés. Et bien, encore une fois, je n'ai nullement été déçu par son nouveau one-shot dédié au célèbre phare au large de l'ïle de Sein, Ar-Men, justement surnommé "l'Enfer des enfers".
Emmanuel Lepage ne se contente pas ici de retracer l'histoire de la construction difficile du phare, à travers l'histoire du jeune Fouquet Moizez, mais il nous relate aussi la vie de gardien de phare avec Gabriel. Avec lui, nous retrouvons les grandes légendes de la Bretagne avec l'Ankou mais aussi celle de la ville d'Ys (pour aller plus loin, écoutez " Gwerz Kêr-Is" de Yann-Fanch Kemeneur, c’est une merveille) qui nous hantent toujours (ah ! J’oubliais de dire que j’étais breton).
Outre le scénario où se mêlent histoires, légendes, documentaire et destin des hommes, ce qui fait la force de ce récit c’est évidemment le dessin d’Emmanuel Lepage qui prend toute sa démesure dans les planches de tempêtes nocturnes.
Après l’Antarctique, et Tchernobyl, j’ai l’impression que Lepage fait partager aux lecteurs des éléments encore plus déchainés, au large des pointes bretonnes.
Il faut noter qu’on peut prolonger le voyage avec le DVD (" les Gardiens de nos côtes ", documentaire de Herlé Jouon, avec Emmanuel Lepage ) qui est présent avec la première édition de cet album.
Un très bel album qui mérite d’être lu et relu.
Un régal pour les yeux, une très belle histoire d’hommes.

note:5/5

1230. herve - 19/11/17 15:27
la horde du contrevent #1 Eric Henninot

Avant tout, je dois préciser que je n'ai jamais lu le roman éponyme d'Alain Damasio mais à la lecture de ce premier opus, je me suis empressé de l'acquérir. C'est dire si cette bande dessinée a vraiment été une révélation pour moi.
Le dessin d'Eric Henninot avait déjà attiré mon attention avec son précédent album Fils du Soleil, mais là, je trouve le travail du dessinateur encore un cran au dessus.(D'ailleurs, j'ai l'impression de retrouver dans les visages, le style de Matthieu Lauffray dans Prophet, sur lequel Eric Henninot avait collaboré-tome 4-)
Pour s'en convaincre, il faut se lancer dans la lecture de la version noir & blanc de cet album, qui rend parfaitement hommage au style d'Eric Henninot. Même dépourvue de couleur, on sent les rafales de vent sur les pages et l'auteur donne vie à ce qui pouvait rester opaque pour le lecteur du roman comme "le port" ou encore "les chrones"
Étrangement, alors que tout se déroule dans de grands espaces, on a l'impression d'assister à un huis clos, à une confrontation entre les personnages formant la horde sur près de 80 pages.

En tout cas, je m'étais juré d'arrêter l'achat de nouvelles séries, en privilégiant les one-shot, promesse en l'air avec cet achat du tome 1, que je recommande vivement.

note:4/5


1229. froggy - 18/11/17 17:58
Maurel & Navie, Collaboration horizontale

Je ne me souviens plus tres bien qui ici avait recommande cet album sorti le printemps dernier. Je ne pouvais qu'etre attire par le sujet, une femme francaise tombe follement amoureuse d'un officier allemand a Paris lors de l'occupation de la capitale par les troupes nazies durant la 2e Guerre Mondiale. En effet, j'ai toujours ete fascine par la vie au quotidien des gens qui vivent des evenements importants qui changent le cours de l'Histoire. Et puis, je suis tres sensible aux histoires d'amour.

Durant ma lecture, il m'a ete difficile de ne pas penser au roman de Georges Perec, La vie mode d'emploi puisque comme dans celui-ci, la BD raconte l'histoire des habitants d'un immeuble parisien durant quelques annees. La difference est que le roman de Perec se deroule sur 100 ans et que la BD ne se passe que durant le temps de l'occupation. En outre, la BD fait intervenir moins de personnages que le roman masi le principe reste le meme. Nous avons donc une concierge et son mari rendu aveugle durant le premier conflit mondial de 1914-18, ils ont une fille, il y a une locataire, une vieille dame au caractere acariatre qui aime les chats, il y a une femme et son fils de confession israelite qui vivent cloitres dans leur logement pour des raisons evidentes, le fils est atteint de poliomyelite, il est garde par Rose dont le mari, Raymond, est prisonnier de guerre outre-Rhin, il y a Judith mal marie a Leon et enceinte des ses oeuvres et enfin, une jeune femme qui vit dans une mansarde qui se produit dans des cabarets de Pigalle esperant devenir une actrice reconnue et qui en attendant se prostitue car il faut bien manger et payer son loyer. Le personnage principal est Rose et c'est elle qui tombe follement amoureuse de l'allemand qui le lui rend bien car lui aussi est follement epris de la jeune parisienne.

La scenariste, Navie, a construit son histoire de maniere un peu alambiquee ou les enchainements sont parfois construits maladroitement. On a parfois un peu de mal a suivre le cours de cette hsitoire a cause de cela. On passe d'une scene a une autre, d'un personnage a un autre sans veritable lien. Genant. En contrepartie, les personnages sont bien decrits et certains revelent des surprises, bonnes ou mauvaises. Le probleme est que la scenariste va parfois dans l'hors-sujet en ne se concentrant pas suffisamment sur l'histoire d'amour entre Rose et Mark. Le scenario aurait ete plus abouti si les histoires peripheriques s'y rattachaient mieux et non de par le fait que les intervenants vivent tous dans le meme immeuble. Ce point commun n'est pas suffisamment fort a mon avis. Les deux personnages principaux font ce qu'ils peuvent pour s'aimer contre vents et marees. Echapperont-ils a la malediction qui pese sur les amants tragiques issus de clan adverse tels Romeo Montaigu et Juliette Capulet? Vous le saurez en lisant cela.

J'ai bien aime le dessin. Il est precis et agreable a l'oeil. Les personnages sont bien caracterises, je suis tres sensible aux expressions. Les planches sont bien composees et j'ai aimete la naivete de la case du coup de foudre.

Note finale, 3.25/5. J'ai passe un bon moment a le lire bien que ce ne soit pas aussi bien que ce qu'en j'avais espere selon vos avis. C'est cependant du bon travail car le livre est empreint d'une sensibilite toute feminine qui n'est pas deplaisante pour un lecteur masculin

1228. froggy - 16/11/17 00:51 - (en réponse à : Marcel)
Je me doutais que c'etait Maghen. Heureusement que nous en avions discute au debut de cet automne sur le scandale des planches de Blake & Mortimer, sans cela, je n'aurais pas percute. Il n'est pas depeint sous un jour tres sympathique. Mais certains gags qui l'impliquent sont excellents et sont a mourir de rire.

Je ne sais pas si je lirais Lincoln, ce n'est pas que je n'en ai pas envie mais je ne peux vraiment pas tout acheter, n'ayant ni la place, le budget et le temps. J'aimerais bien etre comme Filipini qui recoit le service de presse de tous les editeurs et qui est grassement payer a ecrire de mauvaises critiques sur les BD. C'est pour cela que j'adorerai avoir une mediatheque a cote de chez moi, tel Herve

Sinon, pour les jeux de mots, plus c'est mauvais, meilleur c'est. D'ailleurs, avais-tu remarque le rebus qui est sur la couverture "simpsonienne'?

Sur l'arret des albums, j'ai lu ca en face selon un intervenant qui avait recueili les confidences de Trondheim a un festival de BD a Montreal. La raison est que les albums n'ont pas le succes escompte.

Mais a nous 4, toi, Bertrand, Jerome et moi, et tous les milliers, que dis-je millers? millions, milliards d'autres qui nous lisent et que nous avons convaincu, sans aucun doute, de succomber au chant des sirenes des mastodontes, peut-etre arriverons a faire changer Dupuis d'avis?

1227. froggy - 16/11/17 00:34
1225. bert74 - 15/11/17 18:03
impensable du temps ou Charles Dupuis dirigeaient la boite

Putain, mais t'as quel age ?!?!!


Je suis plus jeune que Philippe et plus age que toi.

1226. bert74 - 15/11/17 18:08
Bon, après vérification, il s'avère que je suis aussi à la bourre sur l'acquisition du 4 et du 5 de l'Atelier Mastodonte...

Raaah, mais keski m'arrive ...



1225. bert74 - 15/11/17 18:03
impensable du temps ou Charles Dupuis dirigeaient la boite

Putain, mais t'as quel age ?!?!!

1224. Mr Degryse - 15/11/17 11:42
à acheter

1223. marcel - 15/11/17 11:28
Je ne connaissais pas, mais ils ont un blog ou ils ont mis plein de dedicaces collectives excellentes :
http://lateliermastodonte.blogspot.fr/

1222. Mr Degryse - 15/11/17 11:20
Tiens cela me rappelle que j'ai les tomes 4 et 5 a acheté moi

1221. marcel - 15/11/17 10:55
Attends, attends, je viens de realiser un truc : si tu ne connaissais pas Jouvray, ca veut dire que tu n'as pas lu Lincoln ?... Raaaaah ! Mais c'est pas possible, ca !...

1220. marcel - 15/11/17 10:39
Quoi ?! L'atelier Mastodonte s'arrete ?! T'as lu ca ou ?...
Sinon, je suis bien content que ca t'ait plu. Et j'espere que ca t'a donne envie de decouvrir un peu mieux Trondheim. Franchement, tu ne peux pas te dire bedephile en n'ayant lu qu'un scenario et quelques gags d'un Grand Prix d'Angoulême (oui, je mets de la pression sur la legitimite, en esperant que le subterfuge marche).
Parmi les references difficilement compréhensibles par le lecteur lambda, j'espere que tu as tout de meme reconnu le personnage de Maghen. Je ne sais plus comment ils l'ont appele mais le nom n'est que légèrement modifie.
J'aime beaucoup le running de Jouvray qui crise sur les personnages qui courent a l'amble. Et les jeux de mots tout creves d'Obion, le genre d'humour qui t'atteint (et Milou).

HS : Jouvray realise dans Spirou un western humoristique compose d'histoires courtes de 5 pages. Pour l'instant, je trouve ca tres drole, je ne sais pas si un album est déjà prevu.

1219. froggy - 14/11/17 18:28
Collectif, L'Atelier Mastodonte 1 a 4

Je viens de passer une semaine a lire ces 4 recueils de gags et j'ai passe un excellent moment. Parmi d'autres choses bien agreables que l'on peut faire dans un lit, peter par exemple, j'aime eclater de rire en lisant un livre alors que je viens d'allonger mon grand corps fatigue par une dure journee de labeur qui demande de la recuperation. Or, en prenant de l'age et en devenant donc de plus en plus sage, je me rends compte qu'il est vraiment bon et sain de rire en regardant des images. Cela detend encore plus les muscles et on n'en dort que mieux.

De tous les auteurs qui font partie de cet atelier, je ne connnaissais que Yoann, Feroumont (pour son Spirou), Jousselin et Sapin comme "special guest-star" (j'adore cette expression vue dans les series teles americaines). De Trondheim, le maitre d'oeuvre du groupe, je n'ai que son Spirou, celui dessine par Parme, qui se trouve etre un de mes preferes dans cette serie derivee entre autres grace a la couverture que j'adore.

Comme vous le savez car je l'ai beaucoup ecrit ici meme, j'ai beaucoup lu Spirou (ami, partout, toujours!) que je connaissais tres bien pour avoir la collection complete de 1957 a 1991 partagee a egalite entre recueils et periodiques, 1991, annee ou j'ai cesse de l'acheter car plus rien ne m'y plaisait. Il semble que c'est une tradition aux editions Dupuis ou certains dessinateurs racontent les affres de la creation pour les auteurs de BD qui travaillent pour le journal. En 1973, Lambil et Cauvin y creaient Pauvre Lampil dans les Cartes Blanches au ton tres caustique (a propos, j'en recommande l'integrale si elle est toujours disponible) et plus tard, en 1987, Darasse et Hislaire s'y mettront aussi avec Le Gang Mazda dont je recommande aussi le premier tome de l'integrale.

L'Atelier est different car il consiste en un jeu de cadavres exquis ou chaque gag ne fait qu'une demi-planche dans lequel les dessinateurs membres du collectif se succedent sans souci de rotation. Les gags ont un theme qui sera exploite jusqu'a ce que l'equipe estimant en avoir epuise toutes les possibilites passe a un autre et ainsi de suite. Il est impossible de tout resumer car les albums sont copieux, 128 pages chacun et certaines series de gags sont en lien direct avec l'actualite tels que le deces de Giraud/Moebius, l'attentat contre Charlie-Hebdo du 7 janvier 2015, deux evenements auxquels les membres de l'equipe reagissent en rendant hommage aux dessinateurs en cause, mais aussi des evenemts plus legers tels que le Festival d'Angouleme ou les l'Atelier en Vacances. Chaque dessinateur s'y caricature et croque ses confreres, s'amuse de ses travers ainsi des petits defauts de leurs collegues.

Le probleme de ces 3 series, Lampil, Mazda et Mastodonte, reside dans le fait que la source des gags provient du quotidien de ces dessinateurs ou d'evenements auxquels ils ont assiste. Il y a evidemment l'aspect private-joke inherent a ce type de serie, blagues qui doivent beaucoup faire rire les personnes impliquees mais qui echappent completemnt aux lecteurs lambda totalement etrangers au petit monde de la BD. Les 3 n'ont pas toutes evite cet ecueil car il est evident que j'aurais bien aime connaitre certaines cles afin de mieux saisir tout le sel de certaines situations cocasses. Cependant, leurs auteurs ont tous suffisamment de talent pour faire en sorte que le lecteur ne soit pas systematiquement mis de cote et dans l'immense majorite des cas, ils ont parfaitement reussi leur but. Ici, pour prendre quelques exepmles, Trondheim est le dessinateur fou qui accumule planches sur planches, Tebo est obsede par les toilettes etc. Sur ce point, je me suis rendu vraiment compte a quel point le contenu du journal avait change. Il aurait ete absolument impensable du temps ou Charles Dupuis dirigeaient la boite que certains gags au theme scatologique soient publies dans le journal. J'en avais deja eu un apercu avec le gag de Killofer dans l'album La galerie des illustres, l'album ou 200 auteurs rendent hommage a Spirou, aussi bien le personnage que le journal. Je ne vais pas m'en plaindre, je ne fais que constater ce changement, n'ayant pas lu le journal depuis 26 ans maintenant. En fait, cela me fait rire et je suis sur que Franquin et Delporte rigoleraient bien lisant cela, eux qui se senti tellement frustres de ne pas pouvoir se lacher completement.

Je pourrai continuer comme cela encore longtemps mais je ne veux pas abuser de votre temps.

J'evoquerai simplement les couvertures particulierment reussies qui sont doubles. En effet, chaque album comprend un etui qui a ete dessine par une guest-star, respectivement, Bilal, le studio Peyo, Adrien Notaerdem qui a fait une illsutration a la Simpson, le dessin anime et Zep. Chaque membre de l'Atelier y est represente avec ses caracteristiques et c'est tres drole. Puis l'album a sa propre couverture. Decidement, quand j'achete du Trondheim, j'ai de la chance avec ses couvertures.

Je reportais l'acquisition de ces albums sine die jusqu'a ce que j'apprenne que la serie s'arreterait avec le cinquieme qui vient de sortir et que j'attends incessament sous peu maintenant. Insucces commercial, manifestement. C'est bien regrettable. Cependant, j'ai lu sur le site BD oubliees, que la serie continuait dans le journal. Je presume que pour connaitre tous les gags qui ne sont pas publies dorenavant, il faudra attendra une integrale. Considerant le pedigree de certains auteurs, cela devrait se faire. La seule chose que j'aimerai dans cette integrale, outre ces inedits en albums, ce serait une fiche explicative sur chaque membre du collectif afin de decoder un peu mieux la BD, ou commence le delire, ou s'arrete la realite. Si un jour, par exemple, je croisais Tebo, je crois que je ne pourrais pas m'empecher de lui demander pour quelles raisons, ses collegues l'ont depeints sous un jour pareil. Ce qui a donne d'excellents gags par ailleurs.

Note finale, 4,5/5. Si vous voulez bien dormir apres avoir bien ri, L'Atelier Mastodonte est pour vous. Les grincheux passeront leur chemin

1218. suzix@bdp - 14/11/17 16:29
ok ... je verrai! (;o)










LooooOOOOLL!

1217. bert74 - 14/11/17 15:46
Et leurs modifications (génétiques, chimiques, mécaniques, etc...) sont une partie du ressort de l'intrigue.

1216. bert74 - 14/11/17 15:44
Pas le héros, non. Ils sont le bras armé des dictatures militaro-industrielles en place qui se partagent la planète (depuis un évènement "X" dont on ne sait pas grand chose pour l'instant).

Armes de dissuasion (parfois massives...), ressorts diplomatiques, terrains d'expérimentation, ressources de contrôle policier... Assez loin du modèle héroïque et très nuancé. On peut ainsi à la lecture sentir un malaise devant l'engouement qu'ils peuvent susciter, et qui peut faire oublier ce à quoi ils servent(mémorable scène autour d'une partie d poker à ce sujet). C'est extrêmement bien vu de la part de Rucka qui ne laisse aucune place au moindre manichéisme.
D'ailleurs, même le personnage qu'on pourrait considérer comme le plus positif, une bonne soeur qui intervient dans l'histoire, se retrouve vite confrontée à ses propres faiblesses dans ce monde impitoyable, cette dystopie ultra-capitaliste.

Mais lis-le, bordel !

1215. Suzix@bdp - 14/11/17 15:07
Ok je verrai.
Mais le Lazarus est qd même l'homme (ou la femme) providentielle ... THE héros ultime?
Ce sont des personnes modifiées genre les MetaBarons ?

1214. bert74 - 14/11/17 14:58
le concept du sauveur genre mini-super héros

Ah, mais c'est vraiment, vraiment pas ça, hein... Tu penses bien que je te refilerai pas un truc daubé comme ça, voyons...

Beaucoup plus subtil et palpitant, la nature et l'objet mêmes du Lazare sont sujets à beaucoup d'interprétations et de réflexion.
Ca n'empêche pas les scènes d'actions d'être excellentes !

1213. marcel - 14/11/17 14:53
Ah oui, merde, Rucka, Brubaker, je les melange parfois.

1212. suzix@bdp - 14/11/17 14:49 - (en réponse à : bert)
Pour Lazarus je regarderai. Il en est écrit bcp de bien. Par contre le concept du sauveur genre mini-super héros c'est pas trop mon trip. Surtout s'il se balade avec un sabre ...

1211. bert74 - 14/11/17 14:24 - (en réponse à : marcel (et un peu suzyx aussi))
Bon, alors du coup, je suis alle sur wiki (comme toi j'imagine).

Avoue-le que t'as mis un tracker sur mon PC !!

d'autant que Brubaker avait prevu au depart une serie assez longue.
At the start of the series, Rucka estimated it would take between 100 and 150 issues to reach the ending.


C'est vrai qu'on les confond, hein... mais là c'est Rucka tout seul quand même.

Sinon pareil que toi sur Huck : on voit bien Millar faire son Millar.

American vampire, j'ai de toute façon un peu lâché l'affaire.
Sinon Suzyx, je te conseille vivement de te mettre à Lazarus, tu vas adorer (en plus c'et un format pas trop réduit pour toi).

1210. suzix@bdp - 14/11/17 12:09
d'ailleurs si qq'un a l'EO de Vampire Legacy #1 en EO et super état, je suis intéressé! (;o)

1209. suzix@bdp - 14/11/17 12:08
en plus en 2013, était paru un "Vampire Legacy #2" que j'avais bien apprécié.

1208. suzix@bdp - 14/11/17 12:07
Je lis American Vampire. J'ai pas lu le dernier sorti pourtant il y a plus d'un an (juillet 2016). Pas facile à trouver une régularité dans les sorties en VF car c'est passé dabord chez Panini en 2011 pour deux albums. Puis chez Urban Comics avec une pause de presque deux années. On a alors eu droit à deux albums par an en 2013 et 2014. Celui de 2015 est aussi paru sous 6 mois. Puis pour le tome 7 on a attendu presque 18 mois (mars 2015) et encore presque 18 mois pour le 8 (juillet 2016 donc). le tome 9 en VF est donc presque dans les clous s'il paraissait en cette fin d'année. Est-ce prévu? Y a-t-il encore des trucs parus aux US à traduire?

1207. marcel - 14/11/17 11:40
Bon, alors du coup, je suis alle sur wiki (comme toi j'imagine).
Le dernier numero est le 26, publie fin mars, mais comme la publication est assez irreguliere (5 mois entre les 25 et 26, 6 mois entre les 21 et 22), ca ne veut pas dire que c'est fini, d'autant que Brubaker avait prevu au depart une serie assez longue.
At the start of the series, Rucka estimated it would take between 100 and 150 issues to reach the ending. In May 2016, he revised that number downward, saying Lazarus was "25–30% complete at issue 21".
En fait, c'est le rythme de production de Lark qui provoque ce retard. La serie-mere est censee revenir en 2018.

Tiens, sinon, j'ai lu Huck, de Millar et Albuquerque (dont on n'a pas trop parle ici, il me semble).
Bon, c'est pas le meilleur du Millarworld, mais j'ai trouve la lecture agreable, malgré quelques facilites de scenario. Et c'est vraiment calibre pour une adaptation cine.
J'aime beaucoup le dessin d'Albuquerque (qui avait fait American Vampire).
Tiens, d'ailleurs, American Vampire, ca fait 2 ans que c'est en panne aux US. C'est vraiment fini ou pas ?...

1206. bert74 - 14/11/17 11:14 - (en réponse à : marcel)
Ah bah j'avais pas compris que c'était fini, moi, Lazarus. Et on est au même niveau de TPB en VF que les US, me semble.
J'espère pas en tout cas parce que il y a encore un potentiel énorme et la qualité élevée de la série est d'une impressionnante constance au fil des albums (sauf la dernière couv' que je trouve ratée).
La structure du récit est notamment très impressionnante : elle marie changement de ton, multiplication des personnages et cohérence d'ensemble de manière magistrale.

Bon, il y a encore plein de matériel à récuper sous nos tropiques : les sourcebook et les spin-off X+66.
Yahou !

1205. marcel - 13/11/17 18:10
Je l'ai sous le coude mais pas commence.
Lazarus, c'est fini (aux US du moins), non ?...

1204. bert74 - 13/11/17 18:08
Je viens de me (re)lire les trois tomes VF de Paper Girls et de dire, sur le sujet comics, tout le bien que j'en pense.

Vraiment mon comics préféré du moment, avec Lazarus.

1203. froggy - 13/11/17 17:13
Je te remercie Marcel pour cet exemple.

1202. marcel - 12/11/17 23:49
Taniguchi, meme en VO, a des bulles assez aerees. Apres, des nuances, on en perd toujours a la traduction.
Pour les pages inversees, oui, ca cree des trucs bizarres, notamment les personnages qui deviennent gauchers...




 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio