Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (18)

Les 714 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15


214. marcel - 17/01/17 10:50
J'ai plutot bien aime ce nouveau Hermann, qui a la base devait etre un spin-off de Jeremiah, avec un des personnages secondaires. Finalement, c'est des persos nouveaux mais bien dans le meme univers.
En fait, ca fait quelques albums que Yves H. a compris qu'il fallait qu'il fasse simple. Du coup, ca l'est peut-etre un peu trop, mais c'est deja mieux que quand il se prend pour Lynch.
Ceci dit, je suis vraiment entre dans l'ambiance de cet album (comme pour Une nuit de pleine lune), et j'ai ete accroche jusqu'au bout.
De plus, je trouve tres heureux le leger changement de colorisation d'Hermann. Ces touches de couleur tres vives par moment, sans aller jusqu'a les comparer a du Fraymond, gomme le cote trop terne de ses albums precedents.

213. stefan - 17/01/17 10:46 - (en réponse à : #211)
Les quelques romans que j'ai pu lire il y a longtemps, c'était plutôt des aventures viriles en Asie contre l'ombre jaune, je ne me souviens pas qu'il y avait du fantastique.

Mais ça ne semble pas être le fond du problème, là, en l’occurrence.

J'ai pas trop d'avis sur les albums eux mêmes, je ne les ai pas lu les nouveaux. Je remonte juste l'info, vu qu'il y a des allusions plus bas.

212. suzix@bdp - 17/01/17 10:41
Lu Le passeur de Hermann & Yves H. chez Dupuis - Aire Libre (fin 2016).

Belle ambiance. On a un peu retrouvé ces atmosphères particulières de certains Jeremiah lorsque Hermann joue entre réalité et fantastique. J'aurais bien vu une mort plus violente pour l'homme-tronc et une fin un peu plus marquante également. Puisque Hermann était parti sur du glauque, il y avait matière à terminer en ... laideur ... plutôt un bon Hermann. Je suis juste déçu que les 5 derniers albums que j'ai lus n'ont pas de conclusion satisfaisante. Est-ce la maladie actuelle des scénaristes?
Note 3,5/5.


211. marcel - 17/01/17 10:36
Ben oui, mais Bob Morane, c'est des aventures dans la jungle avec des dinosaures, et des paradoxes spatio-temporels...

210. suzix@bdp - 17/01/17 10:29
206. froggy - 17/01/17 00:34 - (en réponse à : suzix)
Ta persistance a continuer a acheter Les Tuniques Bleues est admirable.


Ouaip! Je suis très attaché à ces personnages, cette série ... je me souviens qui m'avait offert mes deux premiers albums, "Baby Blues" et peut-être "Des bleus et des bosses" (fin 86). Il y a 30 ans !! Depuis j'ai acheté chaque Tuniques Bleues à parution sauf "L'or du Québec" qui avait suivi et "En avant l'amnésique" que j'avais aussi dû râter. Mais par la suite j'ai pas dû en raté un seul! (;o)

209. stefan - 17/01/17 10:27
C'est compliqué de savoir qui a "raison".

D'un côté l'auteur se plaint d'un changement de comportement brutal et irrationnel de son éditeur. Qu'il relie implicitement à la réaction très négative de Vernes.

De l'autre l'éditeur se plaint de ne pas réussir à discuter avec ses scénaristes depuis le début.

Moi ça me semble un peu étrange de la part d'un éditeur de se rendre compte qu'il n'arrive pas à communiquer avec quelqu'un au bout de plus de deux ans. Une BD ça met du temps à se mettre en place, tu te rends compte assez vite de comment ça se passe au bout de quelques pages, pas besoin d'attendre deux albums. J'ai un peu l'impression que l'éditeur a voulu utiliser deux noms connus pour relancer la franchise et qu'une fois la franchise relancée, ils se contentent de scénaristes moins connus qu'on peu payer moins cher pour la suite.

Ducoudray a aussi communiqué sur son facebook:
"Le passé fait de mauvaise foi éditoriale, de corporatisme rampant, et de fans haineux pour trois poils au mentons est maintenant derrière moi...
Salut Bob, on a fait quelques pas dans un champ de mine ensemble, je te laisse maintenant retrouver l'Amazonie et ses fourmis géantes , les paradoxes spatio temporels a faire pâlir Asimov, et l'amitié virile et alcoolisée avec Bill ,un peu embarrassante parfois...je m'en vais me rebooter moi même et oublier tout ce fatras...si tu croise ton patron henri Vernes dis lui quand même qu'on aurait bien voulu la faire cette photo avec lui, elle aurait trôné entre mon portrait d'Eddy Merckx et ma pub pour l'huile Mérol....""


J'ai pas trouvé grand chose de la part du dessinateur Dimitri Armand qui reste et qui n'a pas trop intérêt à se facher avec qui que ce soit:
"Les lecteurs peuvent être rassuré : le tome trois de la série restera bien dans les jalons poser initialement pour ce reboot. On ne retrouvera donc pas Bob Morane dans la jungle, avec des dinosaures. " (si quelqu'un à plus d'infos...)

Pour le verrouillage de contrat, les auteurs ont pas vraiment de moyen de pression sur les gros éditeurs pour exiger des modifs de contrat, surtout sur une licence dont les droits appartiennent à l'éditeur, que des tas d'autres scénaristes seraient ravis de reprendre et où de toutes façons l'éditeur à plus rien à perdre.

208. torpedo31200 - 17/01/17 01:57 - (en réponse à : post # 204)
Pitoyable et peu surprenant.
Pitoyable car les auteurs commencent un peu trop à chouiner sur les réseaux sociaux d' une manière générale. Et d' un point de vue particulier, si le monsieur travaille vraiment depuis 25 ans, il sait très bien qu' il a intérêt à "verrouiller" son contrat si licence (surtout avec le plus gros groupe éditorial) et/ou à s' octroyer les services d' un avocat. Et peut-être à s' informer sur la hiérarchie du groupe. (Ce qui ne me semble pas trop difficile quand tu bosses essentiellement pour un ancien de ce groupe, Futuropolis = ancien Dupuis pour les plus jeunes de nos lurkers)

Et pour l' anecdote, je connais plusieurs lecteurs qui ont trouvé la reprise assez moyenne, pour rester poli, même si globalement l' accueil du premier tome était plutôt enthousiaste.

207. torpedo31200 - 17/01/17 01:46 - (en réponse à : froggy - post # 205)
Si l' objectif marketing est à 15 ou 25 000 ventes, je doute fort que Sente y jette un seul coup d' oeil...

206. froggy - 17/01/17 00:34 - (en réponse à : suzix)
Ta persistance a continuer a acheter Les Tuniques Bleues est admirable.

205. froggy - 17/01/17 00:32 - (en réponse à : Stefan)
Ce compte rendu est tres interessant. La question a se poser est de savoir qui de Sente ou de Zidrou va reprendre Bob Morane. Suspense!

De toutes facons, c'est sans moi, je n'ai jamais beaucoup aime cette serie surtout depuis que Vance ne la dessine plus.

204. Stefan - 16/01/17 23:27
A propos de Bob Morane, j'ai vu passer ça sur les réseaux sociaux pour ceux que ça intéresse:

Luc Brunscwig
Bon, dans la série : "Mais alors, on en est là dans ce milieu"... autant poster l'info sur un site dédié en attendant de le rendre public. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis scénariste BD depuis 25 ans, et j'ai été contacté il y a 5 ans par un gros éditeur pour relancer une grosse licence en perte de vitesse (plus que 1.500 lecteurs malgré un héros au nom prestigieux).
Comme personne ne savait plus trop quoi faire de ce personnage, à commencer par l'éditeur,on nous a donné dans un premier temps carte blanche pour cette recréation. C'était le pied mais pas fou, nous avons tenu à faire partager à l'éditeur l'ensemble de notre démarche que nous avons détaillé dans une bible que nous lui avons remise, qu'il a validée et qui a servi de point de départ aux recherches de personnages et d'univers de notre dessinateur. Puis, nous lui avons remis les synopsis succincts des 8 premiers tomes afin de lui montrer comment nous comptions, étape par étape faire évoluer le personnage. Un premier tome est sorti dans l'enthousiasme général de la maison d'édition, de ses commerciaux, des libraires et des nombreux lecteurs qui ont acheté le livre. Seul ombre au tableau, le créateur du personnage original et sa garde rapproché ont commencé à nous faire un mauvais procès, dont l'épicentre fût la publication d'un DBD avec notre couverture du personnage modernisé mais à l'intérieur du magazine, pas un mot sur nous mais une interview du créateur qui nous dézinguait dans les grandes largeurs en disant qu'on avait fait de la merde avec son personnage.
Puis, les mois ont passé. Nous avons attaqué le tome 2. Fourni un synopsis complet qui a été validé par l'éditeur qui a été jusqu'à dire qu'on était à deux doigts de faire de cette vieille licence un chef d'oeuvre. Et puis, au 2/3 de la remise du découpage, tout a changé d'un coup. On a eu droit à un mail incluant le propos suivant : " "le complot qui sous-tend l'intrigue est complètement absurde, et ça abîme tout. Ça abîme le héros, votre relance, notre travail de promo, le travail du dessinateur, les bonnes scènes qu’il y aura dans l’album… C’est un vrai gâchis. Rien ne fonctionne: ni les moyens, ni la fin. On ne croit pas à la méthode (j'ai 10 propositions pour utiliser les casques efficacement), et le but recherché est totalement inutile. Sachez simplement que proposer une intrigue aussi bancale va beaucoup nuire au succès de la série."
Vous vous doutez qu'en recevant un tel mail, on s'est pris comme une grosse baffe dans nos gueules. Et qu'un temps on n'a plus su si on avait merdé dans les grandes largeurs ou si le propos de l'éditeur était totalement délirant (d'autant qu'il nous soutenait que les ventes du tome 1 n'avait pas atteint l'objectif de 15.000 ex qu'il avait fixé pour cette relance).
Au final, et vu qu'il nous semblait trop tard pour modifier l'intrigue sans lui nuire, nous avons expliqué à l'éditeur qu'on ne toucherait à rien (à part deux trois détails qui nous semblaient pertinents). L'éditeur nous a dit que tant qu'il dirigerait cette boite, le dernier mot reviendrait aux auteurs, mais que bon, c'était lamentable de notre part de ne pas l'écouter. Alors qu'on continuait de lui faire parvenir découpages et planches finalisées, plus un mot de sa part (ça a duré comme ça d'avril à août). Aout, où nous avons reçu (le lendemain du jour où l'album est parti à l'impression) un mail nous annonçant que nous étions virés car définitivement, nous avions merdé la reprise et qu'il était de toute façon impossible de communiquer avec nous... (gros gros coup dans la gueule une fois encore).
Octobre, l'album sort et n'a que des critiques extrêmement positives, de gens qui louent notre travail sur la reprise, heureux que nous en ayons fait quelque chose de différent, mais d'excitant et de moderne. Rien sur les accusations portées par l'éditeur... sur cette supposée intrigue merdeuse, bien au contraire.
De plus, dans l'intervalle, nous avons découvert que l'accusation qui nous a été faite d'avoir râté le seuil des 15.000 albums vendus étaient fausse... les vrais chiffres confirmés par le relevé de droit sont de 19.000 ventes francophones et de 5.000 ventes néerlandophones, soit un total de 24.000 bouquins vendus. Une paille quand on part de 1.500 afficionados.
Enfin voila... Visiblement il n'y a rien à faire qu'à accepter et courber l'échine devant une décision qui nous échappe totalement.
On en est là aujourd'hui dans les relations auteur-éditeur




Le Lombard :
"Suite à la publication sur Facebook par Luc Brunschwig d'un communiqué très ambi gu qui met en cause les Éditions du Lombard, nous souhaitons donner notre point de vue par le biais d'un communiqué authentique.
Le Lombard a proposé en 2013 à Luc Brunschwig d'écrire un scénario pour la reprise du personnage de Bob Morane sous un angle neuf, plus réaliste et contemporain. Le projet s'appuyait sur un excellent dessinateur et un plan commercial et promotionnel très ambitieux. Luc Brunschwig a accepté la proposition et a proposé de travailler avec un coscénariste, Aurélien Ducoudray.
Au cours du développement très morcelé du découpage, nous avons émis diverses questions et observations. Justifiées ou non, elles méritaient au moins une discussion. Or, à d'incontournables exceptions près, aucun dialogue sur le déroulement du récit n'a pu être amorcé. Les échanges se sont généralement soldés par un refus catégorique d’entendre nos arguments, même les plus objectifs.
Le succès commercial a été au rendez-vous. Et c'est bien entendu la priorité pour un éditeur comme Le Lombard. Mais nous estimons aussi que notre travail doit être basé sur une relation de confiance et de respect mutuels avec les auteurs. Malgré nos efforts répétés pendant plus de deux ans, il a été impossible d'instaurer une telle relation. Nous avons donc décidé d'interrompre notre collaboration avec Luc Brunschwig et Aurélien Ducoudray. Elle se clôture après la publication de deux albums qui constituent une histoire complète.
Cette décision ne remet nullement en question la grande qualité de ces albums.
La série se poursuivra en 2018 avec Dimitri Armand au dessin et sera une suite directe aux tomes précédents."

203. suzix@bdp - 16/01/17 11:05
Lu Les Tuniques Bleues #60 - Carte blanche pour un bleu de Lambil et Cauvin chez Dupuis (octobre 2016)

... bon, déjà la couv' sentait le recyclage. Et on n'y a pas échappé. On avait déjà tout eu, y compris l'amnésie. Cela aurait pu être sympa de revoir certains perso et passages marquants des meilleurs albums du passé si cela avait été fait avec coeur et nostalgie. Mais c'est juste torché sans âme à la va-vite en qq cases voire parfois une seule case comme pour Drummer Boy ... un beau gâchis. De plus les dessins se font de plus en plus approximatifs. Dites, et si Lambil et Cauvin sortaient de ce sycle infernal d'un album par an de 48 pages pour nous faire un truc sur 2 ou 3 albums en prenant leur temps ... bon, c'est vrai qu'ils ne disposent sans doute plus de 20 ans devant eux mais engagé un cercle vertueux pour les prochains albums serait sympa, histoire de terminer en beauté.
Note 2/5 ... pour la madeleine.

202. suzix@bdp - 16/01/17 10:57
Lu Le Spirou de Frank : La lumière de Bornéo de Frank Pé et ... Zidrou chez Dupuis (octobre 2016)

Le dessin de Frank Pé est toujours aussi génialissime. Du très grand art. Sublime. Ses doubles pages sont des merveilles. Il a aussi fait sien à merveille du personnage de Spirou et trouvé une solution pour qu'il ne s'habille pas en groom. Malin. On suit plusieurs histoires simultanément et en cela Zidrou a fait un bel effort : la démission de Spirou, les peintures anonymes, la fille de Noé et ... l'invasion de champignons noirs. Le tout dans une Bruxelles du futur du XXI où des soldats sont en faction un peu partout et l'Atomium en ruine. Bonne idée ce Bruxelles en "état d'urgent" sans le sous. Très intéressant ... sauf que cela fait pschitt sur la fin. Spirou trouve bien une copine et la bouteille de champagne qui suit la proposition de sa prof de peinture de le dessiner nu est une jolie métaphore (;o). Noé et sa fille se rapprochent. OK. On découvre l'auteur de ces toiles sublimes, même si c'est étrange, pourquoi pas dans le monde de Spirou!? Par contre, la fin de l'hstoire des champignons n'est pas traitée (pourquoi donc rajouter cela!!???). Et les propriétaires du singe qui avaient dans l'idée de se refaire financièrement avec ses prestations laissent complètement tomber l'affaire sur la fin avec des entrées gratuites ... bref, on sent qu'il a fallu finir l'album et que Zidrou a raté plusieurs marches. Dommage car avec 5/10 pages de plus pour les champi et un peu de réflexion globale, il y a avait moyen de ... voilà voilà. Cela aurait pu être une des BD de l'année ... si Zidrou avait terminé l'album. C'est bien la maladie des scénaristes ces derniers temps : de très bonnes idées de départ, un développement correct et puis la fin part en vrille ... incompréhensible.
Note 3/5

201. suzix@bdp - 16/01/17 10:26
Lu Notre Amérique de Maël & Kris chez Futuro (octobre 2016)

Les deux auteurs en ont terminé avec la "Grande guerre". 12 novembre 1918, un soldat français et un alsacien ancien de l'armée allemande vont sympathiser sur fond d'anarchisme et de contrebande d'armes improbable. Un peu d'aventure "exotique" sur des navires de contrebandiers dans des contrées révolutionnaires, un peu à la Corto Maltese. Pourquoi pas. Cependant j'aurais bien vu qu'ils repartent d'un des personnages croisés dans "Notre mère la guerre". Cela aurait été créé un lien, un fil rouge parce que là cela semble sorti de nulle part alors que, vu que cela s'enchaîne temporellement avec leur série précédente, il y avait matière à faire une sorte de "saga" ... on peut faire des rappels, faire recroiser des perso, évoquer le passé ... tant pis.
Note 3/5

200. suzix@bdp - 16/01/17 10:14
Lu Iroquois de Prugne chez Maghen (paru septembre 2016)


Le dessin et les couleurs de Prugne sont de moins en moins attirants. C'est pâlot. Quant à l'histoire, elle est presque insignifiante, sans véritable tension. Et la fin tout aussi décevante est comme un petit ballon qu'on dégonfle sans bruit ...
Note 2,5/5

199. TILLIERTON - 16/01/17 01:17
Oui, mais voilà comme c'est moi qui est posté un avis sur cet album, on va dire que....

198. marcel - 15/01/17 23:36
Malheureusement, au vu des réserves exprimées par Henri Verne, ce diptyque sera le dernier signé Luc Brunschwig, le choix ayant été fait par l'éditeur de confier la suite à une nouvelle équipe.
Ah, j'ignorais... Je n'ai lu que le premier et, si c'est un plutôt bon album, le probleme est qu'effectivement, c'est pas du Bob Morane.

197. torpedo31200 - 15/01/17 20:29 - (en réponse à : post # 191)
+1, le Prado (Proies faciles chez Rue de Sèvres) est fortement recommandé.

196. froggy - 15/01/17 18:37
Alix 35, L'or de Saturne

Ou Saturne pas rond a Rome.

Je n'ai pas lu La guerre des Gaules de Cesar (mais quelque chose me dit que je ne suis pas le seul ici) et peut-etre le lecteur de cet album aurait du car ses ecrits servent de fondement a cette aventure d'Alix. Celle-ci raconte les embuches que Cesar rencontra dans sa conquete du pouvoir. Ses ennemis sont Pompee et Crassus et il recherche l'appui de Ciceron (ou comme on disait autrefois, Ciceron, c'est point carré). Ce dernier ne sait pas encore si il doit lui apporter son soutien. Il revient a Alix de l'en convaincre. Quant a Enak, il tombe dans un piege et manque de se faire devorer par des crocodiles, lors de jeux nautiques organises pour l'amusement des romains (ils sont fous ces romains!). Si les peripeties d'Alix et Enak sont evidemment de la pure fiction, la trame principale ne l'est pas. Il est malheureusement dommage que le recit ne decolle pas du tout et que l'enchainement des scenes oscillent entre ceux reels (la lutte oppposant Cesar et ses adversaires) et ceux fictionnels. Au lieu de se servir de cette intrigue comme point de depart et d'elaborer une fiction, le scenariste mele les deux aspects sans que l'on ne sache si on est dans le recit historique ou dans l'imagination. Cela nuit evidemment a la bonne comprehension de l'aventure. On comprend bien sur mais il manque manifestement des elements, par manque de place bien sur puisque l'aventure fait 46 planches. C'est pour cela que j'ecrivais au debut qu'il etait peut etre necessaire d'en savoir un peu plus sur tous ces evenements historiques. Bien qu'empese, les scenarios de Jacques Martin etaient plus comprehensibles.

Comme l'action se deroule apres l'episode des Legions Perdues, le dessinateur, Marco Venanzi qui a repris la serie le temps de cet album apres une interruption de 4 ans, se conforme au style que Jacques Martin avait a cette epoque de sa carriere au moins pour les personnages principaux. Il n'en est pas de meme pour les secondaires et heureusement que certains sont nommes tels Garofula que je n'aurais pas reconnu autrement sans cela. Il me faut avouer que cela fait tres longtemps que je n'ai pas relu Les legions perdues, ceci explique peut-etre cela. Son dessin correspont tres bien aux canons martiniens mais il n'a pas la meme substance que celle de Marc Jailloux qui a dessine si brillament les 3 derniers albums a ce jour. Celui-ci est le meilleur dessinateur qui ait repris Alix.

J'ai bien peur cependant que cet Alix sera mon dernier. J'aimais beaucoup la serie tant qu'elle etait aux mains de Martin, nettement moins depuis et je crois qu'il est temps maintenant pour moi de tourner la page. J'avais arrete Lefranc sur une note haute, Noel noir, il n'en sera pas de meme avec Alix.

Note finale, 2/5. On s'ennuie pas mal durant la lecture

195. herve - 15/01/17 16:57
Bob Morane, la renaissance : le village qui n'existait pas

Ce second volume revisite entièrement le héros imaginé par Henri Vernes.
Luc Brunschwig nous présente un combat entre l'énigmatique Monsieur Ming et Bob Morane, duel dans lequel devra prendre parti Tania Orloff.
Ce album est assez violent et frise parfois avec la science fiction.
Il se laisse lire mais je trouvé un cran en dessous du précédent volume. On sent que Luc Brunschwig veut créer un nouvel univers autour de Bob Morane (en alternant ici les aventures du sergent Ballantine) . Malheureusement, au vu des réserves exprimées par Henri Verne, ce diptyque sera le dernier signé Luc Brunschwig, le choix ayant été fait par l'éditeur de confier la suite à une nouvelle équipe. Dommage, car les auteurs avaient modernisé ce personnage.
Peut-être qu'Henri Vernes n'a pas aimé voir son personnage ne pas maitriser l'ensemble des évènements qui se présentaient à lui.

note: 3/5

194. froggy - 15/01/17 08:09 - (en réponse à : titi)
A ta place, j'aurais ecrit l'inverse, un vieux con au milieu de p'tits chiants.

193. TILLIERTON - 14/01/17 18:43
Macaroni ? Ah mais soyez polis, hein!
"Le vieux chiant" au milieu des "petits cons",c'est un peu moi, non ?

192. herve - 14/01/17 18:39
je reposte les avis disparus:

Macaroni !

J'avais aimé leur précédente collaboration "les larmes du seigneur afghan" mais là, le voyage sera moins long. Les auteurs nous amènent en Belgique. On y retrouve les briques rouges des maisons typiquement belges-ou du Nord de la France- les mines et les souvenirs, ceux d'Ottavio, un grand-père aigri, un immigré italien qui a combattu dans l'armée de Mussolini, et qui doit accueillir pendant quelques jours son petit-fils ,Roméo.
La confrontation entre Nono, le grand père et Roméo, le petit fils est assez classique: nous passons de l'indifférence à peine polie ("le vieux chiant", "petit con") au rapprochement inéluctable entre les deux protagonistes à travers le récit des souvenirs: la guerre, la mine, l'Italie.
J'ai bien aimé la technique de Thomas Campi pour faire vivre les fantômes du passé dans la maison de Nono.
C'est un récit assez touchant mais sans surprise. Il manque un quelque chose pour en faire une bande dessinée incontournable .
Il faut noter la préface d'un immigré d'origine italienne assez célèbre ,vivant en Belgique, à savoir Salvatore Adamo.

note: 3/5


Coquelicots d'Irak

Hasard de mes lectures, je viens d'achever le troisième volume de "l'arabe du futur" de Riad Sattouf et voilà que je tombe sur cette bande dessinée à la médiathèque. Je l'ai pris sans regarder le nom des auteurs, juste pris par curiosité car je savais que ce livre avait été sélectionné pour le festival d'Angoulême 2017.
C'est en commençant la lecture que le trait du dessinateur me rappelle quelque chose....bon sang c'est Lewis Trondeim qui illustre le récit de Brigitte Findakly, sa compagne.
D'ailleurs plus qu'un récit, ce beaucoup plus des tranches de vie que nous présente là l'auteur. On retrouve des similitudes entre les souvenirs de Riad Sattouf et ceux de Brigitte Findakly: sur l'école, la religion,la censure, la politique anti-sioniste, la propagande, bien que l'auteur semble évoluer dans une classe supérieure à celle de Riad Sattouf, ou alors l'Irak d'alors était, malgré les nombreux coups d'état que ponctuent ce récit; plus évolué que les autres pays arabe.
A la lecture de ce témoignage, nous prenons aussi conscience de l'évolution de l'Irak sur ces quarante dernières années : là où les femmes devaient exposer leurs bijoux pour montrer leur réussite sociale , même en pleine rue, dans les années 70; elles doivent à présent rester cloîtrée, et accepter que leur mari aillent "voir les filles", ce qui choquera Brigitte Findakly, habituée à la vie parisienne depuis l'exil de son père.
Malgré des ellipses assez maladroites entre le passé et le présent, j'ai aimé ce témoignage, à l'heure où Bagdad ou encore Mossoul n'ont pas encore pansé les plaies des conséquences de la folie meurtrière de Daesh.

Note:3,5/5

191. TILLIERTON - 14/01/17 15:30
Salut les bobos! On s'en va une semaine (eh oui, y'a des gens qui bossent because grippe) et l'on voit que rien n'a changé ( en bien)ici.
Je ne saurais trop vous recommander la lecture de "Proies faciles" de Miguelanxo Prado. Un polar social où l'auteur avec une lucidité aiguisée démonte l'envers du décors et de la crise à travers les rouages du système bancaire. Je fais mienne (pas vous?)son analyse car j'ai toujours considéré, comme lui et bien d'autres que les banquiers étaient responsables du marasme économique et social actuel.
Lecture hautement souhaitable, même sur BDP et par delà vos petites mesquineries petites bourgeoises,vous m'avez compris ? Non ? Ah bon....

190. Victor Hugo - 13/01/17 17:03
Disparu ici aussi.

189. herve - 05/01/17 22:34
L'arabe du futur #3

Autant le premier volume m'avait surpris et enthousiasmé (je n'attendais pas Riad Sattouf sur ce terrain), autant le deuxième opus m'avait un peu freiné dans ma lecture (l'aspect scolaire étant à mon avis trop présent).
Mais là Riad Sattouf a réussi à relancer mon intérêt pour son autobiographie , notamment avec le personnage de son père, à la fois maladroit, rêveur et on peut le dire souvent à côté de ses babouches. Mais les thèmes abordés sont aussi plus variés dans cet opus: la famille, évidement, le ramadan, la corruption, la religion, le couple etc.
Et le témoignage de Riad Sattouf sur cette Syrie tant meurtrie, prend aujourd'hui toute son ampleur. Les villes de Homs, d'Alep ou de Damas n'ont plus le même attrait qu'à l'époque où Riad Sattouf les fréquentait.
Pour en revenir au père, j'ai adoré la dernière page de ce troisième tome, je n'en dit pas plus....grandiose

note:4/5

188. herve - 05/01/17 21:49
Les Aigles de Rome, livre V Marini

Je viens de relire les quatre premiers volumes des Aigles de Rome avant de me lancer dans la lecture de ce cinquième opus.
Et bien, il faut avouer que cette série se bonifie avec le temps.
J'ai l'impression que Marini n'a écrit cette série que pour décrire cette bataille de Teutoburg (la double planche 46-47 en est la preuve),où se joue le destin des peuples mais surtout celui de deux frères ennemis à présent, Arminius qui redevient Ermanamer, et Marcus.Les scènes de combat sont magnifiquement bien dessinées , et j'en suis à regretter que cet opus n'ait pas bénéficié d'un tirage grand format noir et blanc, comme le précédent, pour apprécier encore plus le le trait d'Enrico Marini.
Cet épisode est violent mais Marini arrive tout de même à glisser quelques scènes de sexe dans ce flot de sang, on ne se refait pas!
Vivement le prochain volume.

note:4/5

187. TILLIERTON - 30/12/16 11:49
On dirait un genre de basilique mais en moins bien que la Bonne Mère

186. pierrecédric - 30/12/16 10:53
Mouais, la foire aux croûtes sinon, côa.

185. pierrecédric - 30/12/16 10:47

184. Piet Lastar - 30/12/16 10:44
Montmartre serait une colline parisienne

183. TILLIERTON - 30/12/16 10:34
croutes monmatroises ? What's this?

182. pm - 30/12/16 01:51
Pas une info officielle, mais Rosinski aurait dessiné une grande partie de l' album sur un lit d' hopital.

Toujours pas officiel mais il se dit, dans les milieux autorisés, que Rosinski deviendrait peu à peu aveugle. Je souhaite que cette information soit fausse.
Si l'on met de coté ce dernier album j'aime beaucoup le dessin de Rosinski mais j'ai toujours trouvé que ses couelurs directes étaient du niveau des croutes montmartroises.

181. Bert74 - 29/12/16 18:02
Ce que je trouve particulièrement gonflant avec les derniers Thorgal sous la patte de Sente et qu'essaie de récupérer le pauvre Dorison, c'est cette manie de surenchère à la con dans le name-droping tout azimut accompagné de pseudo-mythologie crétine sans cesse en renouvellement.

Les magiciens machins du dieu bidule du royaume chose de mon cul et autres joyeusetés, ça fait quand même mal au crane au bout du compte (et pas du conte, hein, passke ça finit jamais ce truc...).

Avec la manie de Sente de faire des allusions à la truelle (ici l'appellation "Bag Dadh"...pfff...) pour faire croire qu'il y a un tout petit peu de profondeur et de référence dans ses BD, alors qu'en fait il prend vraiment ses lecteurs pour des cons, ça fait beaucoup à suivre.

Bon, Dorison a dit qu'il aimerait amener plus de simplicité (ce qui a toujours été la grande force de Van Hamme au sein de toutes les histoires qu'il a écrites)... On verra bien.

180. froggy - 29/12/16 17:15 - (en réponse à : Torpedo)
Je ne savais pas ca.

179. Victor Hugo - 29/12/16 16:23
Pas une info officielle, mais De Gieter aurait dessiné une grande partie de son oeuvre en étant mort. Il ne va toujours pas mieux depuis...

178. torpedo31200 - 29/12/16 13:56 - (en réponse à : froggy - post # 174)
Pas une info officielle, mais Rosinski aurait dessiné une grande partie de l' album sur un lit d' hopital. Il va mieux depuis...

177. TILLIERTON - 29/12/16 10:25
Taing! 35 tomes ! Et y'en a qui ont les 35 Thorgaux ? En tout cas ce Khâ Machin-chose, faut le garder pour ceusse qui l'ont en stock (EO svp ! ) Y concourra pour la BD nanard de la décennie et sera coté au BDM (la référence SVP!)

176. marcel - 29/12/16 10:06
Il me reste une petite dixaine de pages pour finir ce Thorgal mais l'impression que j'en ai jusqu'a present, c'est que Dorison doit gerer l'heritage de Sente et se debarasser des dernieres derives qui ont fait sortir la serie de son ambiance d'origine, avant de pouvoir repartir sur un bon pied...

175. Quentin - 29/12/16 09:29
Un bruit étrange et beau, de Zep.

J'avoue que c'est la première chose de Zep que je lis (à part quelques gags de Titeufs ou de son blog lus ici et là sur internet). Alors que le style Titeuf et les gags en une planche ne m'intéressent pas du tout, ma curiosité a été piquée par un style plus adulte, un récit complet, et une bonne critique lue ailleurs sur ce forum.

Mon verdict: une BD qui se laisse lire comme un témoignage sur le choix de vie des moines chartreux (je ne savais pas qu'on en trouvait encore de nos jours). Ca traite de silence et de vacarme, d'introspection et de vacuité, de calme et de frénésie, de chasteté et de désir, de renoncement et d'avidité. Ca se laisse lire agréablement, et même si ca ne va pas beaucoup plus loin qu'un témoignage, ca suffit pour que le lecteur se pose quelques questions existentielles. Il y a beaucoup de sobriété et d'humilité dans cet album, ce qui est à la fois intéressant et rare, mais en même temps déroutant et peu engageant. Bref, pour une première lecture de Zep, je suis plutôt agréablement surpris, sans être pour autant tout à fait emballé.

174. froggy - 29/12/16 01:26
Thorgal 35, Le feu ecarlate

Apres le depart d'Yves Sente aux commandes du scenario, depart que personne ne regrette a part lui bien sur, et son calamiteux dernier album, Kah-Aniel dont, si la lecture en etait une condamnation, cela serait dument sanctionne par la Cour de La Haye pour crime contre l'humanite, c'est vous dire a quel point c'est epouvantable, c'est Xavier Dorison, auteur tres inegal si il en est qui s'y est colle.

De lui, j'ai W.E.S.T, Les Sentinelles, son XIII Mystery, La Mangouste et Undertaker que j'aime bien et Comment faire fortune en juin 40 que je n'ai pas du tout aime. Accessoirement, il est l'auteur d'un commentaire sur sa BD, Ulysse 1781 digne de celui de Sarkozy sur La Princesse de Cleves, c'est vous dire le niveau de connerie du commentaire en question puisque XD a ose declarer que L'Odyssee d'Homere etait tres difficile a lire, que lui meme avait eu enormement de mal a le faire, qu'il en deconseillait donc fortement la lecture et qu'il valait mieux donc lire ce qu'il en avait fait. Un con, je vous dis!

Cela n'empeche qu'il n'a eu aucun mal a faire remonter le niveau de cette serie tombee dans des abimes insondables d'ineptie. Je n'ai pas relu le dernier Sente depuis sa sortie, cela fait donc depuis 3 ans maintenant, et j'ai beaucoup oublie ce qui s'y passait. J'ai donc eu un peu de mal a me replonger dans le bain. Je crois bien qu'il va falloir que je me refarcisse les Sente afin que je comprenne un peu mieux tout cela. Mais cela n'est pas pour tout de suite.

Donc, Thorgal est a la recherche du fils qu'il a eu avec Kriss de Valnor, Aniel, devenu une divinite sacree a Bag Dadh. En cela, il est aide par quelques amis dont une femme qui est amoureuse de lui (mais cela c'est normal car TOUTES les femmes tombent amoureuse de Thorgal sinon il ne serait pas un heros). Il le retrouve, il se passe plein de choses, l'album se conclue sur un cliffhanger. Fin et a suivre.

La fin de l'album est nettement meilleure que son debut. Malgre le petit resume qui l'ouvre, j'ai eu du mal a rentrer dans cet album qui debute par la scene ou Aniel nous montre ses pouvoirs paranormaux, pouvoirs qui effraient son pere. Vous saisissez la metaphore bien sur, l'enfant prepubere est maintenant devenu un homme et cela effraie donc le pere qui voit donc sa virilite rivalisee par celle de son fils. C'est donc le conte de Blanche-Neige revisite et vu sous un aspect masculin dans un cadre d'heroic-fantasy que nous lisons dans cet album. Apres Ulysse donc, voila t-y-pas que Dorison adapte le conte des Freres Grimm (je me demande ce qu'il a en reserve pour le futur). Le debut est tres lent, je pense que Dorison a peine pour imaginer cette histoire et faire marche arriere de l'impasse dans laquelle Sente avait plonge la serie. Insensiblement, le scenario prend de l'allant quand le scenariste a bien repris les choses en main, ce qui m'a permis de reprendre gout a cet album en premier et peut-etre a la serie si le prochain est du meme niveau scenaristique que la deuxieme moitie de cet album.

Je n'en dirais pas autant du dessin que du scenario, Rosisnki avait apporte une note tres exotique dans le monde de la BD FB car on ne peut pas dire que son dessin se rattachait a l'epoque a aucune des ecoles en vigueur, Marcinelle, Bruxelles, Ligne Claire, Gros-Nez etc. C'est moins le cas aujourd'hui. J'aime beaucoup son dessin mais je ne suis pas en extase devant comme je peux le faire devant certains dessins de Franquin par exemple. Le moins que l'on puisse dire est qu'il accuse son age, les defauts sont de plus en plus visibles, des anatomies parfois fantaisistes, des perspectives plus qu'aleatoires, des personnages dont le visage change selon les cases. Je ne sais pas ce que Rosinski a fait pendant 3 ans mais manifestement il a eu du mal a se remettre a Thorgal. Apres tout, il a 75 ans et il a perdu de sa dexterite. J'ai aussi ete perturbe par le fait que les couleurs directes donnent l'impression au lecteur que Rosinski a fait des collages sur ses planches , c'est a dire qu'il dessine d'abord le decor, puis il dessine ses personnages sur une autre feuille de dessin, il en decoupe la silhouette, et la colle sur la planche du decor. La sensation de lecture est bizarre.

Note finale, 2,25/5. Un joli mais petit retablissement apres le dernier opus. Malgre tout, pourvu que ca dure!

173. pm - 28/12/16 18:15
Pas une lecture mais j'ai bien aimé l'expo Gaston à Beaubourg. Belle expo entièrement préparée par Jannin, pas prétentieuse ( pas du niveau de celle de La Villette -sauf pour les originaux- d'il y a quelques années, mais elle ne le prétend pas ), pas comme celle d'Hergé au grand Palais qui est bien décevante ( encore une fois sauf pour les originaux ). Dans un autre domaine allez voir celle de Chtouchkine à la fondation Louis Vuitton qui est absolument exceptionnelle.
Pour tout ce qui est culturel j'ai sacrément de la chance d'être parisien ( j'habite la banlieue mais je me sens totalement parisien).
Pour la petite histoire je viens de réaliser que j'ai exactement l'âge de Gaston, né comme lui en février 1957, à quelques jours près car moi le 13 et lui en fin de mois mais on ne va pas chipoter.
Sur ce, je vous souhaite de joyeux excès pour votre réveillon et un peu en avance une excellente année 2017 qui je l'espère sera un peu plus calme et moins dramatique.

172. TILLIERTON - 28/12/16 14:07 - (en réponse à : piètre lascar )
Tartagueulalarecre ! Qu'est ce t'as contre Le Triangle Secret ? Non, il est vrai que seule la première série possède un attrait réel . Après c'est du déléyage avec les spin-offs .
Pour B&M , relis bien l'histoire. Il y a énormément de rythme avec les découpages du scénario. Alors bien sûr il s'agit d'une histoire policière complètement différente des récits où Jacobs nous entraînait avec des inventions SF géniales de son cru

171. Piet Lastar - 28/12/16 11:20
Il ne s'y passe quand même pas grand chose, ça m'a fait penser au Triangle Secret, c'est dire !

170. TILLIERTON - 28/12/16 07:48
"Je résiste à tout sauf à la tentation"
C'est comme moi , jamais pu résister à la vue d'un petit cul"
Sinon l'album est très bon et Juillard s'est surpassé dans les détails au niveau des décors, peintures, costumes,objets d'art, physionomies des personnages.

169. froggy - 27/12/16 20:03
Blake et Mortimer 24, Le testament de William S.

En voila une bonne surprise! Apres les moyens et souvent mauvais opus precedents du tandem Juillard/Sente, je ne m'attendais pas a quelque chose d'aussi bon surtout apres avoir lu de nombreux commentaires sur le site d'en face concurrent mais neanmoins ami. C'est bien simple, c'est non seulement leur meilleur mais c'est aussi un excellent album de BD.

Comme j'en ai fait la remarque pour le nouveau Ric Hochet, Meurtres dans un jardin francais, il faudrait lire cet album en oubliant les Jacobs. La BD est devenue une industrie et les series creees dans les annees 50 et 60 sont devenues des marques comme Coca-Cola, Marlboro, Levi's, Renault, McDonald etc. (reprenez la chanson d'Alain Souchon et vous les aurez toutes). Il y a donc un cahier des charges fixe par les editeurs sur la base des albums passes qui ont fait la renommeee de ces series quitte a tordre le cou a certaines particularites qui faisait que ces series evoluaient dans le temps et avec le temps. La principale etant bien sur la contemporaneite entre les albums et l'epoque de leur sortie. C'est ainsi que B&M et Lefranc sont figes maintenant pour l'eternite dans les annees 50, que Ric Hochet restera un heros des annees 60 etc. Je trouve cela dommage car cela enleve beaucoup du caractere de ces series meme si cela n'etait pas realiste. Mais un heros ne vieillit jamais, et meurt encore moins. Les commerciaux issus des ecoles de commerce ont parle. Au temps de la bible, on les appelerait les marchands du temple.

Cela etant dit, soit on refuse cela, soit on l'accepte, ce que je fais volontiers comme vous le savez tous. Pour Ric Hochet, la cause est entendue, je mourrai avec la collection complete, quant a B&M, j'ai beaucoup de sympathie pour ces deux personnages tels qu'imagines par Jacobs et j'avais envisage d'arreter la serie apres le moyen Serment des 5 lords et l'inutile et surtout mauvais prequel au Secret de l'Espadon, Le baton de Plutarque mais l'envie a ete trop forte car tel Oscar Wilde, je resiste a tout sauf a la tentation.

Pour en revenir a ce Testament, vous savez tous que l'histoire consiste en la recherche par nos 2 heros du dernier manuscrit inedit de Shakespeare, ce qui voudrait donc dire que La tempete ne serait pas sa derniere piece. J'ai trouve le scenario tres bien ecrit et tres bien decoupe entre les scenes qui se passent aujourd'hui et celles qui se deroulant dans le 16e siecle elizabethain. Je ne me suis pas ennuye une seule seconde en lisant cet album que j'ai meme lu d'une traite tellement j'ai ete pris par cette histoire au contraire des 2 albums precites qui sont d'un ennui infini. Les personnages sont bien campes et meme si il y a relativement peu de scenes d'action pures, l'attention du lecteur est constamment maintenue par la qualite de l'histoire. Sente s'est amuse a inserer Olrik, figure oblige de la serie, qui malgre une situation peu glorieuse arrive a mettre des batons dans les roues de notre tandem.

Il me faut egalement louer le dessin de Juillard que j'ai trouve nettement meilleur que celui vu dans ses precedentrs B&M, a-t-il inspire par la qualite du scenario de Sente? Est-ce que les commerciauax de Dargaud lui ont laisse suffisamment de temps pour peaufiner son travail? On se rappelle qu'ils avaient massacre L'onde Septimus en reprochant a Antoine Aubin de dessiner trop lentement et de lui adjoindre un autre dessinateur qui avait termine l'album. Je ne sais pas toujours est-il que j'ai trouve son dessin tout a fait conforme aux canons jacobsiens et il a meme fait l'effort de mieux dessiner les personnages secondaires de cette maniere et d'effacer discretement son propre style. D'aucuns trouveraient cela dommage, moi pas, quand il s'agit d'un B&M. C'est peut etre pour cela qu'il a annonce qu'il va faire une pause en ce qui les concerne et de dessiner un un album ou il pourra etre-lui meme. On reproche a cet album son cote statique et tres immobile, de mon cote, je n'ai pas vraiment trouve, les scenes ou les personnages sont en mouvement (marchant, se bagarrant, etc.) sont egalement bien dessinees. On y cause beaucoup, c'est sur mais cela n'en plombe pas la lecture.

Note finale, 4,25/5. Un de mes albums de l'annee assurement, chose que je n'aurais imaginee d'un B&M.

168. Piet Lastar - 27/12/16 14:30
marcel a toujours vanté les mérites de cette série. Si je trouve l'intégrale d'occaz, il est possible que je me laisse tenter

167. Murakami - 27/12/16 14:28
Esteban - intégrale, par Bonhomme (Dupuis)
J'ai découvert cette série par le biais de son intégrale et, pour le coup, quelle découverte exceptionnelle. Le dessin de Bonhomme est juste magnifique et il est aussi un scénariste hors pair. J'ai eu plusieurs fois la gorge nouée par l'émotion en suivant le périple d'Esteban dont j'ai dévoré les cinq chapitres dans la foulée. Le cahier graphique en fin d'album est aussi très beau.
Note : 4,5/5

166. TILLIERTON - 26/12/16 15:02
En fait les 6 Albums Deligne en N&B proposent l'intégralité des histoires. Le problème est que la qualité d'impression n'est pas toujours top. On a certainement affaire la plupart du temps à des photocopies . Le mystère demeure sur l'ordre de publication de la même façon puisque l'assemblage est très disparate. Peut-être n'avait-on sous la main qu'une partie des histoires disponibles et qu'il a fallu remettre la main sur certains numéros des Heroic Albums

165. ecureuil - 26/12/16 12:47 - (en réponse à : Tillerton)
Pour l'intégrale Félix, je crois que l'éditeur a commencé par les histoires qui n'avaient été editées ni chez Deligne, ni chez Nifle ni chez Dupuis.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio