Tchiii-tchaaa: du pop corn caramel dans le Gesamtkunstwerk .

Les 1411 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29


861. Victor Hugo - 15/01/17 21:45
Pour ceux qui ont aimé Kate Bush dans Babooshka, encore plus fort, Salma Hayek dans Une nuit en Enfer!


860. Victor Hugo - 15/01/17 20:49
Je ne la trouve pas orwellienne l'affiche française, mais très moche (ça me fait plus penser à Little Nemo ce lit).

Je sais pour les aleas de ce film à l'époque.
Tu as lu l'autobiographie « Gilliamesque » sortie récemment? Bon bouquin, drôle, instructif et plein de documents inédits.

859. froggy - 15/01/17 19:59 - (en réponse à : Laurent)
La francaise met l'accent sur le cote orwellien du film alors que 'americaine appuie sur l'aspect du reve dans le film, elle est plus optimiste.

Je ne sais pas si tu sais mais aux USA, le film avait ete completement remontre contre l'avis de Terry Gilliam par les pontes de la Universal, distributeur du film ici. C'est un film completement different, 50mn plus court et avec un happy end que les spectateurs ont vu ici. Si on s'interesse a la question de l'importance du montage dans la fabrication d'un film, ce film est un remarquable exemple. La version officielle (le director's cut en bon francais) a ete distribuee seulement plus de 15 ans apres dans quelques salles de repertoire dans les grandes villes. Cependant, on le trouve ici dans un superbe coffret Criterion avec 3 DVD, le premier est la version officielle du film, celle que j'ai vue en France a sa sortie, le deuxieme contient un documentaire sur la bataille de Brazil, et c'etait une bataille duraille et enfin le troisieme DVD a la version americaine et optimiste qui permet de voir la difference. Je ne sais pas si un tel coffret existe en France.

858. Victor Hugo - 15/01/17 19:08
Pour moi l'américaine.

Un bel aperçu des trouvailles et de l'esthétique du film.


857. nem° - 15/01/17 19:05

856. froggy - 15/01/17 18:46
C'est ce que j'ecrivais dans mon post disparu sur le film, il y a plus d'imagination et de creativite dans les 5 premieres minutes de Brazil que dans tous les films Marvel reunis, passes, presents et a venir.

A propos, quelle affiche preferez-vous? La francaise? Que voici:

Image result for affiche francaise du film brazil

Ou l'americaine? Que voila:

Brazil (1985 film) poster.jpg

Pour moi, c'est la francaise.

855. nem° - 15/01/17 18:16

854. Victor Hugo - 15/01/17 16:14

853. marcel - 15/01/17 14:57
Ah ! Ca y est, j'ai enfin compris pourquoi je ne me souvenais pas de Kate Bush ! En fait, elle chante Brazil, tout simplement. Il me semblait bien que la seule chanson du film etait celle-ci, mais j'ignorais que c'est elle qui chantait !

852. lobabu - 15/01/17 09:47

Non, mais je savais que çà

 photo ET_zpssmeglnut.jpg

venait de ça, hin, hin...

 photo La cration dAdam - Michel-Ange_zps1gunl7jl.png

851. froggy - 15/01/17 08:17
Pour en revenir a L'exorciste, saviez-vous que la source d'inspiration de l'affiche du film que voici:

A man with a hat on his head, holding a suitcase, arrives in a house building in ?the night, with the film's slogan above him while the film's title, credits and billing underneath him.

est inspiree de la serie des tableaux de Magritte, L'empire des lumieres, que voila:

Image result for images de tableaux de magritte


850. froggy - 15/01/17 08:08 - (en réponse à : Laurent)
Comme cela fait longtemps que je n'ai pas revu le film, je ne me souviens a quel moment on y entend la chanson qu'elle interprete. Il est sur et certain qu'elle est dans la BO. Tel Marcel, j'y suis accro a mort. Une fois que vous l'avez dans la tete, elle n'en sort pas.

Quelques images du film sur la brillante partition de Michael Kamen


849. nem° - 15/01/17 02:20
Bon, j'ai vu Nocturnal Animals. Mmm, c'est très beau maiiiiis... y'a deux trois trucs qui me chiffonnent. Je comprends ce que Tom Ford essaye de transmettre visuellement, et ça fonctionne 90% du temps pour moi, mais le coup de Susan (Amy Adams) qui lit le manuscript dans le noir, après gros plan sur les énormes carreaux qu'elle se colle sur son joli nez en trompette, j'ai du mal. Animal nocturne, ouais, d'accord mais euh... passons. Ensuite, bcp plus problématique, le personnage du père de famille, joué par Jake Gyllenhaal, qui joue aussi l'écrivain, comment dire? Je saisis bien que le gars est une lavette, mais ce qui passe au début sur la route, c'est juste un débile non? Ou j'ai rien compris. Après c'est peut-ètre juste un souci de traduction visuelle depuis le bouquin, que je n'ai pas lu. Je devrais peut-ètre l'offrir à une ex pour qu'elle me l'explique ensuite par email. Meta as fuck.

848. TILLIERTON - 15/01/17 00:11
Quéquette bush (jeu de mot facile)

847. Victor Hugo - 14/01/17 23:30
Oh même avec le son.

846. lobabu - 14/01/17 23:15
Je suppose que c'est vrai d'un bon nombre de clips, mais quand tu le regardes sans le son, c'est d'un ridicule achevé (et pourtant j'aime assez kate Bush).

845. TILLIERTON - 14/01/17 22:04
Hé ho je suis pas perlimpiropsychomachinchose. J't n'explique le sexe ! À 8 ans puberté, à 10 ans tu tires ton coup avec des lolitas ( mais bah tu te fais la main) et à 13 ans tu tires...des vieilles. Mais j'ai toujours eu une tendance "gigolo"

844. Victor Hugo - 14/01/17 20:49
Et ça se dit médecin... affligeant.

843. TILLIERTON - 14/01/17 19:59
Fantasme masturbatoire chez un chiard de 13 ans.? Un peu âgé, non ? Faut que ça passe ou alors régression infantile ?

842. Victor Hugo - 14/01/17 19:41 - (en réponse à : Froggy)
C'est toi qui nous parlais de Brazil? Je n'ai aucun souvenir de Kate Bush dans la BO, en revanche, je ne peux que me souvenir de Kate Bush, j'avais 13 ans quand Babooshka est sorti, et je ne sais si j'aimais plus la chanson que sa tenue qui ne cachait presque rien de son anatomie parfaite.

841. TILLIERTON - 14/01/17 19:25
ça m'ennuie de le dire, mais je suis assez d'accord avec ça

840. froggy - 14/01/17 19:21
William Peter Blatty est decede hier. Sa seule trace memorable dans l'histoire du cinema sera celle d'etre l'auteur de L'exorciste, le film de William Friedkin. Je me rappelle que le film etait nimbe d'une aura de scandale quand il est sorti en France en 1974. Les gens s'evanouissaient en voyant le film, on n'avait jamais vu ca etc. J'aime beaucoup ce film car il est maitrise de bout en bout, Friedkin savait faire du cinema a l'epoque. Maintenant moins. Il est inutile de dire qu'il est impossible qu'une major comemla Warner puisse sortir un tel film aujourd'hui, celle-ci preferant depenser $200 millions pour ses Superman et autres mauvais Batman. En attendant, si vous en avez l'occasion, voyez ou revoyez L'exorciste, c'est du tres bon cinema et certains effets speciaux sont toujours aussi spectaculaires. Il est evident que vous aurez mis vos enfants bien sagement au lit car le film n'est definitivement pas pour eux, il reste tres impressionant.

Voici la bande annonce originale, j'espere qu'elle vous mettra en appetit.


839. marcel - 13/01/17 16:47
Oui, c'est bien froggy, post 674 (ca a pas disparu).

838. marcel - 13/01/17 16:45
Je crois que c'est froggy (ou pm ?) qui avait poste ici la bande-annonce de Le chat et la souris, au moment du deces de Michele Morgan. France 3 le diffuse ce soir, apres un documentaire sur l'actrice.

837. marcel - 13/01/17 16:39
Et ici le 5 janvier... Comprends po.

836. pm - 05/01/17 20:10 - (en réponse à : froggy)
J'adore le charme des Demoiselles de Rochefort ou de Peau d'âne mais les parapluies de Cherbourg je n'ai jamais réussi, là c'est quand même too much pour moi. Différence essentielle les parapluies sont chantés tout le temps alors que les deux autres sont plus classiques avec alternance de n°s et de scènes jouées sans chanter.

835. froggy - 05/01/17 17:21 - (en réponse à : torpedo post #826)
Tu as entierement raison, les metteurs en scene que j'ai cites sont tous morts (a part Godard mais pour reprendre un mot cruel, il ne le sait pas encore). Lorsque j'habitais Paris, qui est une ville reve pour tout cinephile et cinephage, j'allais en moyenne entre 2 a 3 fois par semaine au cinema voir les nouveautes et les reprises. En meme temps, je lisais la presse specialisee, Cahiers du Cinema, Premiere, Studio, j'essayais de me tenir bien informe sur le cinema present et passe. J'avais le temps.

Ici, aux USA, la seule ville qui pourrait m'offrir un tel choix est Los Angeles, quartier general de l'industrie. Meme New York n'a pas un tel choix, car les USA se sont fermes au marche exterieur par protectionnisme, il est ainsi difficile d'imaginer en 2017 que la deuxieme meilleure recette du pays en 1961 fut celle de La dolce vita de Fellini, impensable aujourd'hui au temps ou ce sont les choseries Marvel qui inondent les ecrans du monde entier et battent regulierement des records de recettes. Pour voir des films d'auteur grands publics et pas "masturbation intellectuelle", il faut se depecher car ils ne restent pas longtemps sur les ecrans, 2, 3 semaines. 4 si le film marche un peu. Et maintenant que j'habite Washington, c'est encore pire. Moins de films qui m'interessent, moins de possiblite de les voir car non diffuses en salles la ou j'habite, moins de temps disponible et surtout moins de metteurs en scene qui emergent, il y a toujours les freres Coen, Almodovar, Lars von Trier dont j'avais adore Breaking the waves et Melancholia. Plus recemment, un cineaste comme David Fincher s'est impose. Il y en a d'autres bien sur, mais je ne cite que certains. En France, quoiqu'on dise et pense de Luc Besson, il sait faire du cinema meme si il ne sait pas ecrire un bon scenario, son meilleur film Le grand bleu a ete sauve a l'ecriture par un Francis Veber non credite. Quant a decouvrir les cineastes asiatiques, n'y compte pas. Je commence a en voir certains seulement sur TCM apres 10 ans de retard. Hollywood prefere faire des remakes de succes etrangers plutot que de diffuser les oeuvres originales. Alors, oui, j'ai un regard passeiste sur le cinema et je suis le premier a le regretter car les films sont faits pour etre vus au moment de leur conception car ils correspondent a l'esprit du temps, comme pour toute oeuvre d'art dont les BD bien sur.

C'est le temps qui fait le tri et decide de ce qui restera dans les memoires.

834. lobabu - 03/01/17 19:29 - (en réponse à : Victor Hugo)
C'est vrai... T'imagines: tu écris un projet pour Morrison et tu le finis avec Francis Huster. Le mauvais trip!

833. pierrecédric - 03/01/17 19:18
Make 'em laugh fait limite peur.
Mouais bof, j'aime mieux quand il est fait par Bugs Bunny...

832. Bert74 - 03/01/17 19:16
Raaaah le Rocky Horror Picture Show, comment j'ai pu ne pas y penser !
Mais bon je ne le classerais pas dans les comédies musicales, mais dans la catégorie "culte".

De même pour John Carpenter, je suis fan sans être objectif et ce que je préfère c'est bi g Trouble in Little China et Gosht Of Mars, du coup...

En revanche, fan tout en étant objectif, je veux bien qu'on mette à la poubelle Scarface, mais de Palma n'ai jamais aussi bon que quand il s'astreint à des contraintes de forme. Ce qui fait que le top chez lui reste Les Incorruptibles (sublime, ça n'a pas vieilli d'un poil), Snakeyes, Outrages, Le Bucher des Vanités et Body Double.

Sinon, pareil que Torpédo sur Batman-Le défi, infiniment mieux que Dark Knight, et je parle même pas du Rise (rien que pour la Catwoman choisie, déjà...). De toute façon Nolan est le cinéaste le plus surestimé de sa génération.

Dans les cinéastes absolus faudrait voir à quand même pas oublier le maître Sergio Leone.

831. TILLIERTON - 03/01/17 19:04
Un syndrome de Raynaud ? Je diagnostique plutôt un déséquilibre acido-basique. Le commencement de la fin si t'es bleu comme ça

830. Victor Hugo - 03/01/17 18:59
Quand tu penses que Parking était un projet prévu pour Jim Morisson dans le rôle principal...

De Demy Model shop est un bon film, on y trouve un astronaute de 2001 dans la voiture de Clifton, ça téléscope bien. Le joueur de flûte avec Donovan on dirait Jabberwocky de Gilliam mais sans l'humour, et Lady Oscar ce n'est même pas regardable.

829. nem° - 03/01/17 18:47 - (en réponse à : lobabu)

828. marcel - 03/01/17 18:36
J'aime beaucoup Chantons sous la pluie, mais je ne supporte pas la musique de Michel Legrand, ce qui me coupe de la plupart des Demy. Je me suis meme fade il y a 2 ou 3 ans son opera sur Dreyfus, je suis parti en courant a l'entracte, tellement j'avais les oreilles qui saignaient.
Mais bon, vu le niveau des realisateurs cites depuis quelques posts (qu'on les aime ou pas), je vais semer ma zone : Mes deux comedies musicales preferees sont The Rocky horror picture show et South Park : Le film. Oui, je sais, je le fais expres.

827. TILLIERTON - 03/01/17 18:17 - (en réponse à : froggy)
Glip! tout à fait, j'en ai oublié et parmi mes préférés, aussi David Lynch, Joseph Losey (the Servant, Accident), Wim Wenders (L'ami américain) Reinhard Hauff (Messer im Kopf) mais aussi le cinéma Italien Dino Risi (les monstres),
des cinéastes qui n'ont réalisé qu'un film: Peter Lorre (Der Verlorene) ou Charles Laughton (la nuit du chasseur)
Certains me rétorqueront que ce sont des oeuvres qui commencent à dater de plusieurs décennies et ils auront raison. J'ai un peu décroché du cinéma récent ou alors des titres comme "Toto le Héros" ou "Harry, un ami qui vous veut du bien", toujours un genre un peu particulier ou qui se démarque comme le génial "Bernie" de Dupontel

826. torpedo31200 - 03/01/17 18:05 - (en réponse à : froggy - post # 821)
J' aime bien ton enthousiasme et ta passion, mais c' est très convenu comme discours. Tu me fais penser à ces vieux lecteurs de bande dessinées qui n' aiment que ce qu'ils ont découvert avant l' âge adulte ou jeune adulte. Car tes goûts en cinéma me semble un peu passéistes.

Les grands réalisateurs sont pour moi ceux chez lesquels je peux préférer des films dit "mineurs" (ou moins consensuels). Et Carpenter, De Palma ou Spielberg en font partie en ce qui me concerne, et sont loin de cantonner le meilleur de leur œuvre à une décennie.
Pour Spielberg, les 3 films précédents son dernier (que je n' ai pas vu et qui s' est bien fait démonter par la critique, mais qui ne s' adresse pas à des gens de mon âge fort avancé) sont très bons.

825. lobabu - 03/01/17 18:01
Je n'aime pas les comédies musicales en grande partie parce qu'il y des scènes dansées et je suis totalement hermétique à la danse. Mais j'adore "Chantons sous la pluie" parce que c'est drôle.
Par contre je ne comprends pas l'intérêt que l'on peut trouver à regarder un film de jacques Demy qui est pour moi un des cinéastes français les plus surestimés. Il n'y a aucun humour (sauf involontaire genre "Parking", un chef-d’œuvre dans le genre avec francis Huster en star de rock!!; rien que cela je pouffe!), les paroles sont à chier et la réalisation qui n'est que de l’esbroufe.

824. pierrecédric - 03/01/17 17:56

823. nem° - 03/01/17 17:54

822. torpedo31200 - 03/01/17 17:51 - (en réponse à : Léon le Wacky - post # 815)
Intéressant. Je savais que Burton avait brodé sur l' origine, mais j' ignorais qu' il l' avait réinventé.

821. froggy - 03/01/17 17:09 - (en réponse à : Titi)
799. TILLIERTON - 02/01/17 19:27
Je trouve effectivement "les demoiselles de Rochefort" nullissime, mais me vante quand même d'apprécier le cinéma jusqu'à en rechercher tous les aspects de la conception à la distribution en passant par le jeu des acteurs et d'être intéressé par l'analyse en détail des oeuvres de nombreux cinéastes (Hitchcock, Brian de Palma, Carpenter, Kubrick, Spielberg, etc...)


Mon Dieu! Analyser l'oeuvre de John Carpenter qui n'a fait que 3 bons films, seuls Les Cahiers du cinema peuvent encore le faire. Et encore, ils l'ont decouvert quand c'etait trop tard c'est a dire APRES The Thing, Christine et Starman, les 3 films en question. Quant a de Palma, le cineaste est trop inegal pour etre l'objet d'une analyse approfondie, son oeuvre va du sublime, Carrie, L'impasse, au tres mauvais Blow out, Le Dahlia Noir sans compter le tres et trop surestime Scarface. De Palma se regarde tourner, il est certain qu'il sait faire du cinema mais celui-ci est trop maniere pour etre si interessant que cela en definitive.

Au sujet de Spielberg, apres E.T en 1982, son dernier excellent film de la decennie des annees 70 qu'il domina largement apres avoir filme d'affilee, Les dents de la mer, Rencontres du troisieme type, 1941, Les aventuriers de l'arche perdue, il n'a fait qu'un seul bon film, mais quel film, bon dieu! Il faut sauver le soldat Ryan. Lui aussi, est trop inegal. Brillant, premier de la classe, mais des classes passees. Son dernier film, Le bon gros geant est stupide et infantile.

Donc, il ne reste dans ta liste qu'Hitchock et Kubrick. Nous sommes d'accord, mais tu oublies des pointures comme Fellini, Godard, Lubistsch, Hawks, Kurosawa, Bergman, Renoir, Visconti, Wilder, Ophuls, Bresson, et tant d'autres qui chacun ont fait des films qui m'enthousiastent terriblement dans des genres cinematographiques completement differents de la comedie musicale mais qui sont aussi bien que Chantons sous la pluie et Les demoiselles de Rochefort.

820. Kikôm - 03/01/17 14:23 - (en réponse à : Philhary)
J'ai pas vraiment le temps de répondre longuement maintenant, mais je n'ai aucun mépris pour Star Wars! Au contraire, j'adorais ça gamin, et je garde beaucoup de tendresse pour ces films. Je pense effectivement que ses personnages/scénarios/mis en scène sont médiocres ou quelconques. Ses qualités sont tout autres. C'est une fabrique à icône plutôt, faite de trouvailles visuelles et sonores ingénieuses, parfois géniales. Typiquement, dans la trilogie originale, Dark Vador n'est pas un personnage, mais le design d'un costume, d'un casque, une voix, un bruit de machine. Et en définitive, c'est Williams qui enrobe tout ça et l'empêche de tomber en petits morceaux. Franchement sans sa musique, SW ressemble plus à grand chose..

819. Philhary - 03/01/17 14:05
http://www.capturemag.net/etat-critique/un-nouveau-desespoir/


http://www.capturemag.net/les-grandes-bouches/capture-mag-le-podcast-episode-15/

818. Philhary - 03/01/17 14:04 - (en réponse à : Kikôm / Star Wars (fin))
Certains ont formulé une partie de mon avis sur le sujet beaucoup mieux que moi :







817. Philhary - 03/01/17 13:58 - (en réponse à : Kikôm (suite))
Je suis allé voir ce que tu disais sur le film à sa sortie, et j'ai du mal à te suivre. Je trouve étrange de vanter les mérites d'un film tout en affichant son mépris du film original dont il est un simple décalque.

mais franchement, à part à parer la trilogie originale de qualités complètement fantasmées, ces reproches qui sont le plus souvent adressés à SW 7 sont ridicules. Dés le début, le SW original est une application explicite du mono-mythe de Joseph Campbell. Pour les histoires et les personnages originaux on repassera. SW n’aura et n’a jamais eu d’histoires et de personnages originaux. SW n’a jamais été bien écrit, ni bien joué, ni bien mis en scène (en fait, de ces point de vue là, celui d’Abrams explose tous les autres, et haut la main).

Je ne suis moi-même pas un très grand amateur de la trilogie originale (gamin, c'est Dune qui me fascinait), mais enfin lire ça m'estomaque un peu, et même, je dirais, me troue le c...
Le monomythe, le monomythe, d'accord, mais si c'était une simple recette à appliquer, ça se saurait. Si Star Wars a eu un tel impact sur les spectateurs, il doit bien y avoir des raisons objectives à cela. Ça a peut-être à voir avec des qualités d"écriture ( Dark Vador correspond certes à une fonction dans le monomythe, mais ça ne va pas dire pour autant que ça n'est pas un personnage original ! C'est l'un des plus iconiques de l'histoire du cinéma !) et de mise en scène (tu sembles complètement oublier que, pour les spectateurs de l'époque, ces films provoquaient un sentiment de jamais-vu, un effet de sidération, grâce à des effets spéciaux inédits. Mais peut-être penses-tu que les effets spéciaux n'ont rien à voir avec la mise en scène ?).


816. Philhary - 03/01/17 13:43 - (en réponse à : Kikôm)
Ah mais justement, je trouve que Jurassic World et Star Wars VII sont très similaires dans leur distanciation cynique et leur pauvreté d'écriture, bien que je t'accorde que le premier soit difficilement égalable en terme de nullité.

Mettons-nous d'abord d'accord sur une définition. J'appelle "méta" un film qui rappelle au spectateur qu'il est train de regarder un film, par des procédés directs (le personnage brise le quatrième mur), ou indirects (mises en abyme), et qui contient un commentaire sur sa propre nature de film.

Le Jurassic Park original est méta à deux niveaux au moins. D'abord parce que la situation des personnages qui vont s'émerveiller à la vision de dinosaures recrées dans un parc d'attraction renvoie à celle du spectateur qui va s'émerveiller à la vision de dinosaures recréés dans un film par la magie des effets spéciaux. L'équivalence entre les personnages et le spectateur est soulignée à maintes reprises. Dans cette scène, par exemple, où le créateur du parc (joué par un réalisateur, Richard Attenborough, ce qui n'est peut-être pas un hasard), qui voulait faire rêver les enfants (c'est Spielberg) se lamente au milieu des produits dérivés, qui sont aussi ceux du film.



Ensuite, le film est méta car, comme je l'ai dit plus bas, il traite de la révolution technique qu'il est en train d'accomplir, en confrontant Alan Grant, l'homme des techniques anciennes, à la révolution informatique.

En reprenant la structure narrative du film original, qui met en abyme sons statut de divertissement, Jurassic World ne pouvait qu'être méta. Ici la grande idée du film, c'est que les enfants d'aujourd'hui sont blasés de tout, et que même des dinosaures n'arriveraient pas à les émerveiller. C'est pourquoi il faut créer de nouvelles espèces hybrides. Ça, c'est pour la mise en abyme du divertissement, et l'idée détruit à la base ce qui fait une des grandes qualités du film original, à savoir la création d'un émerveillement fondé sur la vraisemblance scientifique. (Attention, je sais bien que l'idée de recréer des dinosaures selon la méthode proposée dans le film est farfelue, mais le film fait tout pour nous faire croire à cette possibilité.)
Mais là où Jurassic World est encore plus méta, et ce qui fait qu'il est très similaire au film d'Abrams, c'est qu'il ne cesse de renvoyer le spectateur au film original. Les personnages de l'épisode VII sont des cosplays ? Dans ce film il y a un ingénieur geek qui porte un t-shirt avec l'ancien logo "Jurassic Park" et qui incarne à l'écran le spectateur qui était enfant à la sortie du premier film. Beaucoup de scènes sont des relectures du premier : le T-Rex qui mange la chèvre, mais à l'arrière-plan cette fois-ci, le personnage asiatique dans son laboratoire, la bulle où sont les enfants attaquée comme la jeep dans le premier... Et, en parlant de jeep, il y a cette scène où les enfants tombent sur une jeep du premier film et parviennent à la faire redémarrer, alors que le thème musical titillent la nostalgie des plus vieux spectateurs.

Personnages et scènes miroirs du film original, objets fétiches exhibés à l'écran, répliques destinées davantage au spectateur qu'aux personnages (le "Chewie we are home" chez Abrams, toutes les répliques du geek ici) : ce sont les mêmes procédés dans les deux films.

Et à quoi sert le méta ici, sinon à se reposer sur une connivence préalable avec le spectateur qui aime déjà l'univers du film ? C'est une capitulation de l'invention qui donne l'air intelligent à peu de frais. En fait, c'est une technique marketing : le produit étant déjà bien identifié, inutile d'en changer, ou de le transformer, rappelons simplement au consommateur qu'il est bien en face du produit qu'il aime déjà.

815. Léon le Wacky - 03/01/17 11:30 - (en réponse à : Torpedo #787)
Ceci dit, même si je préfère effectivement la version Burton des Batman, un truc que je n'ai pas tellement aimé dans Batman Returns, c'est le personnage du Pingouin vu par Tim Burton. Danny de Vito est un excellent acteur, mais son Pingouin dégénéré est aux antipodes de l'escroc raffiné de la BD d'origine (dont la genèse est également révélée, et elle est très différente de celle imaginée par Burton). La série animée produite par la Warner a heureusement réussi à redonner à Oswald Chesterfield Cobblepot son profil original, tout en gardant l'essentiel des traits physiques ajoutés dans le film, notamment les mains difformes.

814. pierrecédric - 03/01/17 10:59
J'attire vraiment les mouches.

813. TILLIERTON - 03/01/17 10:22
À côté de ça , vos trucs de tarlouzes

812. pierrecédric - 03/01/17 09:44 - (en réponse à : Bébé kikom)
Non, ouin bouh snif again c'est pour te comparer à un chiard qui chiale parce qu'il n'a pas son biberon.

SW n’a jamais été bien écrit, ni bien joué, ni bien mis en scène (en fait, de ces point de vue là, celui d’Abrams explose tous les autres, et haut la main).

Tu nous l'as déjà fait il y a plusieurs poste celle-là



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio